Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espace et rapports de domination

 | 
Anne Clerval
, 
Antoine Fleury
, 
Julien Rebotier
, 
et al.

Première partie. L’approche radicale en géographie : des pratiques de recherche

Introduction

Antoine Fleury et Serge Weber

Texte intégral

1La géographie radicale apparaît aujourd’hui, au sein des approches critiques en géographie, comme un courant à part entière. De plus en plus de géographes s’en réclament, ce qui contribue à donner une certaine tonalité aux grands congrès internationaux de géographie, en particulier à la conférence annuelle de l’Association des géographes américains (AAG). Mais si la géographie radicale est bel et bien institutionnalisée dans les pays anglophones, la situation est assez différente dans les pays d’Europe continentale comme la France où, si elles ne sont pas absentes et tendent même à se développer, les perspectives radicales ne sont pas à ce point institutionnalisées et ne constituent pas un courant à part entière. Il en découle une certaine variété des approches radicales en géographie dont les textes réunis dans ce chapitre donnent un aperçu, en les remettant dans leurs contextes nationaux et en faisant le lien avec des trajectoires politiques, économiques et sociales différentes.

2Historiquement, s’il est une approche radicale, c’est bien celle des géographes anarchistes de la deuxième moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle en Europe. Philippe Pelletier et Federico Ferretti montrent que ces géographes travaillaient en réseau dans un souci de dépasser le nationalisme sous-tendant l’émergence de la discipline. Élisée Reclus et ses collègues ont proposé une analyse fine de l’asymétrie des pouvoirs au temps de l’affirmation du nationalisme et de l’impérialisme. Leur analyse critique se positionne contre le darwinisme social. Lecteurs de Marx, ils dénoncent aussi précocement la concentration capitalistique et portent une attention aux mouvements et faits qui échappent aux théories téléologiques. Engagés personnellement dans les combats politiques, on peut dire que ce sont les premiers géographes à proposer une théorie sociale critique, comme le rappelle d’ailleurs Neil Smith.

3À partir de leur propre expérience, Neil Smith et Don Mitchell reviennent ensuite sur l’histoire récente de la géographie radicale états-unienne. Ils donnent à voir la filiation de ce courant avec les mouvements de contestation et de mobilisation des étudiant-es, des chercheurs et des chercheuses autour de 1968, dont le foisonnement d’idées et de méthodes est devenu une référence quelques décennies plus tard, à l’heure où les États-Unis expérimentaient la néolibéralisation de l’université. Chacun à sa manière, ces deux auteurs montrent comment la géographie radicale est devenue une nécessité pour certains chercheurs dans ce contexte et comment ces derniers ont pris le parti de l’institutionnalisation. Ils proposent également des pistes pour mieux comprendre pourquoi cela ne s’est pas passé de la même manière ailleurs, rappelant notamment le statut particulier du Royaume-Uni.

4Pour autant, il s’agit d’une vision états-unienne de l’histoire de la géographie radicale. Cécile Gintrac propose une approche quelque peu différente, en insistant sur ce à quoi se réduit parfois la géographie radicale dans les pays anglophones : un label dont on peut se réclamer pour accélérer sa carrière et son rayonnement. Elle s’interroge également sur la place des perspectives radicales en France. En effet, s’il était difficile d’être communiste et universitaire aux États-Unis dans les années 1970, ce n’était pas le cas en France, où beaucoup de géographes étaient proches du Parti communiste. Mais à partir des années 1980, et plus encore dans les années 1990, le marxisme a progressivement été déconsidéré dans les sciences humaines et sociales. Inversement, l’engagement d’un nombre croissant de géographes à partir des années 2000 s’explique sans doute par le caractère tardif des réformes néolibérales et la menace pesant sur les statuts du service public de l’université.

5La comparaison permet également de rappeler que la géographie radicale peut aussi constituer un vecteur parmi d’autres de l’hégémonie américaine, passant sous silence les travaux réalisés suivant des perspectives proches dans d’autres pays ou sans cette appellation. À ce titre, il ne faut pas négliger l’importance des travaux réalisés au sein de la géographie sociale française. Pascale Metzger et Jérémy Robert témoignent quant à eux de l’importance croissante des approches radicales dans le champ de l’environnement, même si ces travaux doivent faire avec l’injonction à l’« utilité sociale ».

6Pierpaolo Mudu conclut cette partie en revenant sur les caractéristiques du contexte italien. D’un côté, les mouvements de résistance et de contestation, en particulier communistes et anarchistes, y sont anciennement et fortement structurés, et ont été entretenus par le contexte politique depuis les années 1960. De l’autre, l’université italienne traverse depuis les années 1990 une crise grave, au même titre que le service public en général, ce qui rend d’autant plus nécessaire de proposer des alternatives. Le travail de l’auteur au sein même des lieux de résistance et de lutte collective montre qu’il est possible de faire de la géographie ailleurs et autrement que dans l’académie, ainsi que de construire un autre rapport au savoir et à son rôle social.

7Mais au-delà de la variabilité des approches radicales selon les contextes nationaux, tous les textes de ce chapitre ont en commun d’insister non pas tant sur la géographie radicale comme courant mais sur la façon de travailler qu’elle recouvre. Chacun des auteurs pose un regard réflexif et souvent très personnel sur la manière dont on devient un « géographe radical » et sur les pratiques de recherche que l’on peut – ou doit – mettre en œuvre au sein d’un système capitaliste et d’universités transformées par les logiques néolibérales.

8Trois questionnements traversent tout particulièrement cette partie. Le premier porte sur le rapport à l’université et à l’institutionnalisation. Les chercheurs états-uniens ont fait le choix de l’institutionnalisation. Comme le rappelle Don Mitchell, occuper les postes clefs, c’est une condition pour orienter l’université et la formation, transmettre un point de vue sur la société. Ceux qui sont dans l’université défendent le fait qu’on puisse détourner l’esprit des financements, contourner les programmes et les impératifs définis par l’institution. Cette position est au cœur de la proposition de Pascale Metzger et Jérémy Robert. Les deux chercheurs appellent à une critique constructive qui ne cède pas à la pression des cadres cognitifs et des rapports de domination qui régissent la recherche scientifique et ses dispositifs de financement. Mais être dans l’université, c’est s’insérer dans des rapports de pouvoir, au sein d’une université qui, si elle est moins nationaliste, reste, indirectement ou directement, au service des intérêts économiques. De plus en plus de chercheurs et de chercheuses expriment ainsi une certaine méfiance vis-à-vis de cette institutionnalisation de la géographie radicale. Cette évolution leur apparaît comme un détournement et une trahison de ce qu’est « être un-e géographe radical-e », d’où le positionnement de Pierpaolo Mudu qui travaille désormais à la marge de l’université. Ce dernier s’inscrit d’une certaine manière dans le sillage de William Bunge (1971) pour qui travailler de manière radicale, c’est travailler non pas sur le terrain mais dans et avec le terrain. Il s’agit alors moins d’adopter une posture ou d’afficher un label que de mener une recherche qui s’attaque aux injustices et dévoile les rapports de domination.

9Un deuxième questionnement porte sur les méthodes empiriques à mettre en œuvre sur le terrain. Don Mitchell rappelle l’importance à accorder au souci de documenter, de recueillir les observations. Il s’agit de témoigner, preuves à l’appui, des situations d’injustice et de domination autrement occultées et des manières de porter une résistance et des alternatives à ces situations. L’analyse prend sa place dans ce qui peut être vu comme un désir d’affranchissement, la recherche d’une voie de sortie des rapports de domination. Analyser, c’est déjà lutter contre la dissuasion de comprendre, c’est résister aux consensus fatalistes, c’est interroger un en-dehors du système. Cette importance du travail empirique s’articule de manière différenciée à la théorie. Si certaines chercheuses et chercheurs défendent cette dernière, se référant aux grands auteurs ou construisant un cadre théorique propre, d’autres rappellent l’importance de garder ses distances vis-à-vis de la théorie et de ce qu’on pourrait appeler les « grands maîtres ». Pour eux, le placage de théories critiques – notamment quand elles sont importées d’autres contextes, comme le rappelle Cécile Gintrac – constitue un risque, celui de l’unicité de la critique, de son décalage par rapport à la réalité et d’une certaine falsification de la complexité qui émerge au sein des mouvements de résistance ou dans les actions et aspirations des personnes subissant l’injustice. En particulier, les savoirs et les méthodes qui se construisent en résistance, que cette résistance soit collectivement organisée ou microscopique, permettent de discuter les cadres a priori et de dépasser les attentes préformulées. Toute tentation de l’orthodoxie théorique ne pourrait mener en effet qu’à la désillusion : les interactions micropolitiques invitent plutôt à des démarches inductives, empiriques et par le bas.

10Enfin, le rapport aux mouvements sociaux apparaît au cœur des différents articles. Être radical apparaît bien souvent comme une nécessité face aux inégalités et aux injustices. La plupart des auteur-es s’interrogent sur leur positionnement de chercheur. L’engagement, vu comme un travail hors de l’université, au sein des mouvements de résistance ou de mobilisation, apparaît bien comme ce qui caractérise la géographie radicale. Comme le rappelle Pierpaolo Mudu, en cela proche de Don Mitchell, elle invite à passer de l’acte politique (celui d’adopter un point de vue critique) à l’alliance politique (avec et pour les mobilisations). Une autre conséquence de l’engagement est que la validation des recherches ne semble plus pouvoir se limiter à la seule validation par les pairs, au sein du monde académique. En lisant les textes de Cécile Gintrac et Pierpaolo Mudu, on prend conscience de l’importance de la validation par les personnes engagées dans les mouvements de résistance, ce qu’on pourrait appeler la co-recherche. En effet, la relation entre chercheurs, chercheuses et « cherché-es » ne peut pas être un rapport d’objectivation asymétrique ; elle peut encore moins passer par un regard compassionnel posé par les premièr-es sur les second-es. Cette question n’est cependant pas si simple à résoudre quand on envisage ses conséquences. Les blocages peuvent être nombreux dans un sens comme dans l’autre. Est-il possible de concilier les deux, c’est à dire une recherche engagée qui soit aussi universitaire ? C’est une question d’autant plus complexe à trancher qu’elle est fortement liée d’une part aux positions occupées dans l’université, d’autre part aux transformations de l’institution académique elle-même.

Bibliographie

Référence bibliographique

Bunge W., Fitzgerald : geography of a revolution, Cambridge, Schenkman, 1971.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540