Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tours entre Lumières et Révolution

 | 
Béatrice Baumier

Troisième partie. La gestion urbaine : de la résignation à l’action

Chapitre VIII. L’urbanisme, une préoccupation nouvelle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Sous l’Ancien Régime, le terme « urbanisme » n’existe pas. Autorités politiques, juristes, écrivains emploient celui de « voirie », un vocable qui recouvre l’ensemble des règles relatives aux voies publiques urbaines ou aux édifices bordant les rues. On distingue alors la grande de la petite voirie. De la première relèvent l’inspection des rues et des chemins, les autorisations d’alignements, la prévention des emprises sur les voies publiques, la surveillance des bâtiments en péril et l’exécution des règlements. À la seconde appartient la gestion au quotidien des éléments du cadre de vie dans la cité : permissions pour placer des auvents, planter des bornes, suspendre les enseignes, installer des étalages, etc.

2Le désir de modifier l’aspect des villes s’affirme progressivement à partir de la fin du xvie siècle, à l’époque où Henri IV et Sully entreprennent de transformer Paris. Au cours des années 1630, le terme « embellissement » apparaît, combinant des préoccupations à la fois d’ordre esthétique et d’édilité utilitaire. Il prend tout son sens au cours des décennies suivantes, lorsque la volonté de modifier l’aspect des villes gagne la province : à la fin du xviie siècle, la plupart des villes importantes comme Marseille ou Lille ont aménagé leur place royale autour de la statue du souverain, à l’exemple de la place Dauphine et de celle que l’on appellera, sous Louis XIII, la place des Vosges, à Paris.

  • 1 J.-L. Harouel : Histoire de l’urbanisme, 1993 ; L’embellissement des villes – L’urbanisme français (...)

3Mais ce n’est qu’au xviiie siècle que s’épanouit une « volonté radicale de rupture avec la ville existante, issue de l’époque médiévale1 ». On souhaite désormais rectifier les rues, les élargir, les rendre plus salubres. Les équipements collectifs se multiplient – égouts, réseaux d’adduction d’eau, fontaines, halles –, sans que les aspects esthétiques soient oubliés.

Le corps de ville et la politique royale d’embellissement urbain

  • 2 Ch. Martinet, Urbanisme et société à Tours dans la seconde moitié du xviiiesiècle, 1973.
  • 3 Sur la chronologie de la construction des remparts du xviie siècle : C. Petitfrère, « Les embarras (...)

4L’évolution urbanistique de Tours suit globalement cette chronologie. Après les difficiles années des guerres de religion et de lutte d’Henri IV pour le pouvoir, la cité connaît une active période de construction au xviie siècle. La ville s’enferme derrière de nouveaux remparts, l’arsenal est aménagé vers 1590, une nouvelle tuerie est bâtie en 1610, tandis que les constructions religieuses financées par des fonds privés se multiplient : le couvent des carmélites est ouvert en 1608, celui des récollets en 1620, celui de l’annonciade en 1643. Désireuse de participer à la geste royale, Tours érige en 1692 une « porte en forme d’arc de triomphe à la gloire du roi2 » : ce monument est placé sur le quai, face au débouché d’une voie nouvelle, la rue Neuve Saint-Louis, tracée de 1679 à 1686 pour faciliter la jonction entre la Loire et le mail aménagé au pied des nouveaux remparts méridionaux. Les difficultés financières limitent cependant les ambitions : l’arc de triomphe ne reçut jamais l’inscription de bronze doré prévue – Imperante Ludovico Magno –, pas plus que la statue équestre du roi3.

  • 4 B. Maillard, in Histoire de Tours, op. cit.

5Cependant, ces « petites retouches, fruit d’un urbanisme frileux, ne modifient en rien, ou presque, la topographie léguée par les siècles antérieurs. Les bouleversements qu’y apportent les grands travaux du xviiie siècle n’en sont que plus retentissants4 ». De fait, le paysage de la ville est largement transformé au siècle des Lumières. Autour de la cité, on construit alors un réseau de levées afin de la protéger contre les inondations, que l’on complète par des voies nouvelles destinées à faciliter la circulation dans les varennes. Intra-muros, on aménage de nouvelles voies, dont la plus importante, la « rue neuve », deviendra l’artère principale de la cité. Ce faisant, l’axe de la ville bascule de 90° par rapport à l’ancienne voie principale créée au Moyen Âge, la Grande Rue, dont le tracé était parallèle au fleuve. Au débouché de la nouvelle rue, on érige, face à la Loire, des bâtiments manifestant tout à la fois la puissance de l’autorité royale et le prestige des institutions locales.

6Quelle instance eut l’autorité, la volonté et les moyens de réaliser de tels travaux au xviiie siècle ? Il est évident que la faiblesse des ressources financières ne permettait pas aux officiers municipaux de mener à bien ces chantiers, qui furent essentiellement conçus et conduits par le pouvoir central, plus ou moins efficacement relayé par les intendants successifs. Toutefois, ces bouleversements urbanistiques ont eu des répercussions inattendues sur l’attitude des édiles, amenés à collaborer chaque année davantage avec les ingénieurs royaux.

Les autorités décisionnelles

  • 5 En 1609, la municipalité de Tours et le prévôt avaient trouvé un compromis pour clarifier leurs co (...)
  • 6 Sur les seigneurs acteurs en matière d’urbanisme, S. Livernet, Tours du xviiieau xxesiècle, op. ci (...)

7Jusqu’au début du xviie siècle, le pouvoir en matière de voirie ou d’urbanisme était partagé à Tours entre plusieurs autorités : le corps de ville, les agents du roi (essentiellement le prévôt5) et les seigneurs hauts justiciers. D’autres apparurent ensuite à leurs côtés : en 1626, les bureaux des finances récupérèrent le titre de grand voyer, porté jusqu’alors par Sully, puis, l’année suivante, la juridiction de la voirie. Soixante-dix ans plus tard, lorsque la monarchie créa la charge de lieutenant de police, en 1699, elle confia à celui-ci une certaine autorité en la matière. Mais, jusqu’au milieu du xviiie siècle, les réalisations d’envergure restèrent peu nombreuses à Tours : la mosaïque des compétences, assez compliquée, freinait les éventuelles initiatives et les autorités qualifiées pour mener de tels chantiers ne pouvaient s’y livrer, le plus souvent faute d’argent. Le pouvoir seigneurial avait nettement diminué et le lieutenant de police déployait bien peu d’efforts à ce sujet6.

  • 7 Autorisés par L’Averdy à intervenir en matière d’urbanisme, les notables tourangeaux n’ont eu qu’u (...)
  • 8 F. Caillou, Une administration royale…, op. cit. et ADIL, C 162.
  • 9 AMT, BB 74 et BB 78.

8Dans les dernières décennies du xviiie siècle, seuls le bureau des finances et le corps de ville7 semblent vouloir de nouveau exercer quelque action en ce domaine. Les trésoriers de France, désireux de mener des travaux d’urbanisme à Tours, comme ils le faisaient alors pour le reste de la généralité8, entreprennent de faire poser des « tuyaux de descente des eaux de pluie » (1772) et de paver les rues (1781-1784)9. Ces chantiers provoquent quelques discussions avec le corps de ville. Tout aussi soucieux d’améliorer la qualité de l’hygiène publique, celui-ci ne conteste pas les décisions du bureau des finances, mais tient à protéger les habitants des frais que ces décisions devaient engendrer. La Ville émet un certain nombre d’avis, toujours favorables, mais qui, au bout du compte, ont pour résultat de limiter de manière significative le champ d’action des trésoriers. Ainsi pour l’ordonnance du bureau des finances du 3 février 1772 qui exige le remplacement des « goutières [sic] et gargouilles saillantes » par des « tuyaux de descente ». L’initiative reçoit d’abord sans difficulté le soutien du corps de ville, face aux propriétaires affolés à l’idée de mener un chantier dont le coût est estimé à 100 000 L. Mais le soutien municipal s’effrite quelques mois plus tard, à la suite de la publication, le 22 juillet 1772, d’une seconde ordonnance génératrice de nouveaux frais pour les propriétaires, tenus cette fois de poser des bornes percées pour recevoir les tuyaux de descente. Une rencontre amicale entre le maire et le président du bureau règle le différend : la seconde ordonnance ne concernera que les travaux à venir et son application ne sera pas exigée dans les rues les plus étroites.

  • 10 Une règle voulait que le corps de ville commande le pavage des rues ou places publiques et support (...)

9Pour le pavage, les compétences étaient tout aussi partagées, puisque quatre autorités pouvaient intervenir : le corps de ville pour les « places et [l]es pavés le long des maisons lui appartenant et des bâtiments publics10 », les seigneurs, le bureau des finances et les ingénieurs du roi. Les particuliers pouvaient également réclamer de tels travaux, à condition d’obtenir la permission de ces instances et de financer une partie des frais.

  • 11 En fait, le corps de ville ne prit vraiment conscience de l’ampleur des travaux engagés que le jou (...)

10Là aussi, seuls le bureau des finances et la Ville interviennent au xviiie siècle. Toutefois, du fait de l’état des finances urbaines, les édiles mènent une politique très timide en la matière. Profitant de cette inactivité municipale, qu’on peut interpréter comme une incapacité de fait, le bureau des finances décide d’agir. En août 1780, il ordonne le pavage de la rue du faubourg Saint-Éloy, sans consulter le corps de ville, qui doit pourtant en assurer le financement pour moitié. Passant outre aux remontrances qui leur sont adressées, les trésoriers ordonnent, en janvier de l’année suivante, la réfection de l’ensemble du pavage de la cité. Mais ni cette décision ni l’adjudication du chantier à l’artisan Jusseaume pour 30 000 L ne sont soumises à l’avis des édiles. Aussi, lorsque l’entrepreneur présente ses premières factures, est-ce l’indignation au corps de ville ; sans remettre en cause la validité des décisions des trésoriers, ce dernier multiplie les critiques, soutenu par l’intendant et le chapitre Saint-Gatien11.

  • 12 Jusqu’alors, les travaux, ordonnés par les officiers municipaux ou par l’intendant, étaient réalis (...)

11Les grands chantiers d’urbanisme sont, on le voit, inabordables aux édiles de Tours : si ceux-ci ont quelque compétence en la matière, les finances publiques ne leur permettent pas de mener à bien de grands travaux12. De même, malgré un regain d’activité, le bureau des finances ne peut modifier en profondeur l’aspect de la ville. Pourtant, la physionomie de Tours change considérablement dans les dernières années de l’Ancien Régime. Ceci est en fait la conséquence des travaux entrepris par la seule autorité alors en mesure de les mener : le pouvoir royal.

  • 13 B. Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1988.

12Au xviiie siècle, bien qu’il n’existât point de ministère spécifiquement chargé de l’aménagement des villes – cette compétence étant partagée entre le contrôleur général des finances et les secrétaires d’État –, la monarchie entreprend d’importants chantiers. Pour ce faire, elle se dote des moyens financiers, mais aussi techniques et humains nécessaires à une politique ambitieuse en matière de grands travaux. L’objet même de ces ouvrages change de nature, les réalisations civiles se substituant désormais aux constructions militaires13.

  • 14 Une première administration avait été créée au temps de Louis XIV, qui fut jetée à bas par la détr (...)
  • 15 Il y eut d’abord quatre secteurs ou « départements » soumis à un inspecteur général, puis deux ent (...)
  • 16 Succédant à Jean-Jacques Gabriel, Boffrand et Hupeau, Perronet devint aussi premier ingénieur en 1 (...)
  • 17 Colbert avait décidé de mener un programme d’envergure destiné à protéger les villes et les espace (...)

13En 1738, le contrôleur général des finances Orry décide d’aménager de nouvelles routes. À cette fin, il crée le corps des Ponts et Chaussées, composé d’ingénieurs et d’inspecteurs dont le nombre ne cesse d’augmenter au xviiie siècle14 et doté de moyens financiers conséquents, gérés par une administration modernisée. Placés sous l’autorité de l’intendant des finances chargé du « détail des Ponts et Chaussées », ces professionnels travaillent dans chaque généralité sous la surveillance des intendants et de l’inspecteur général15. Ce corps recrute ses meilleurs cadres dans le Bureau de dessinateurs ouvert en février 1744 par Trudaine pour lever les plans de l’ensemble des routes. L’arrêt du Conseil du 14 février 1747 transforme ce bureau en véritable école : Jean Rodolphe Perronet la dirige de son origine jusqu’en 179416. L’arrêt du Conseil de 1772 réunit au corps des Ponts et Chaussées celui des « turcies et levées », que Colbert avait créé en 168317. L’intendant des finances chargé du « détail des Ponts et Chaussées » commande désormais directement aux deux ingénieurs en chef, responsables chacun d’un département : la « Haute Loire » en amont d’Orléans, la « Basse Loire » en aval. Ce dernier département, qui comprend Tours, est successivement dirigé par Robert Soyer, puis Pierre de Marie (1783-1789). Ceux-ci commandent à des inspecteurs, dont deux pour la généralité de Tours : Louis Jahan se charge de la partie Tours-Orléans ; Dominique Maniquet, que remplace Pierre Chevallier le 1er juillet 1781, de la partie Tours-Angers.

14L’œuvre du corps des Ponts et Chaussées, devenu l’administration technique la plus réputée d’Europe, est importante : en 1776, pour les seuls pays d’élection, Perronet estime à 14 000 km la longueur des nouvelles chaussées construites et à 20 000 km celle des chaussées entretenues, sans compter les ponts, les canaux et les ports réparés, reconstruits ou édifiés.

  • 18 Il s’agit de Jean Rodolphe Perronet (1762-1763), puis de Le Gendre à partir de 1763. ADIL, C 162.

15La nouvelle politique royale de grands chantiers allait concerner directement Tours, puisque la ville était située sur le tracé de la nouvelle route imaginée par Trudaine et menant de Paris en Espagne. Toutefois, l’accueil réservé par les édiles tourangeaux aux techniciens du roi et à leurs chantiers est, dans un premier temps, très réservé, pour des raisons essentiellement financières. La Ville doit, en effet, non seulement participer au financement d’une partie des travaux entrepris par les ingénieurs – entretien des voies des banlieues et aménagement de la chaussée de Grammont –, mais aussi loger ces derniers et payer les frais de tournées de l’ingénieur en chef de la généralité. Or, si les premiers inspecteurs généraux sont peu présents en ville18, il en va tout autrement des suivants, Jean-Baptiste de Voglie (jusqu’en 1777) et Jean Cadet de Limay (1777-1780). Tout aussi actifs et présents ont été les ingénieurs des Ponts et Chaussées successifs et leurs adjoints : Mathieu de Bayeux (1744-1760 et 1765-1772), Cadet de Limay (1773-1780), de Montrocher (mars 1780), auxquels sont associés, à l’occasion de la construction du nouveau pont, François Lamandé (1762), Jean-Baptiste Boizot (1763-1769), Cadet de Limay et Vallée en 1770, Cadet de Limay seul (1771-1773), de Bugy (1773-1777 ?) et Michel Leclerc Labouré (1780-1782). Bien évidemment, la municipalité proteste aussi contre la baisse de ses revenus consécutive à la démolition de certains biens patrimoniaux, mais elle doit s’incliner devant la volonté royale.

  • 19 En revanche, les édiles ne transigeaient pas en ce qui concerne les matériaux provenant des démoli (...)
  • 20 Le pilier de Notre-Dame-La-Riche, vestige d’une ancienne église, était, de par sa hauteur, une des (...)
  • 21 AMT, BB 79 et DD 24.

16Au fil des années toutefois, la collaboration entre la municipalité et les ingénieurs royaux se fait plus étroite et les relations deviennent plus cordiales ; les édiles tirent de cette coopération un savoir qu’ils sauront mettre à profit pour conduire des chantiers plus modestes. Lorsque les ingénieurs les avertissent des travaux qu’ils entreprennent, les officiers municipaux sont tenus de prendre des mesures pour en favoriser le bon déroulement : prévenir les locataires qu’ils ont à quitter telle maison, avertir les habitants de la destruction prochaine de telle autre, etc.19. De ce fait, un rapprochement s’opère entre les deux autorités. La municipalité n’hésite plus à solliciter l’avis des ingénieurs pour des questions techniques propres à sa gestion ou mettant le public en danger : le ruau Sainte-Anne, le pilier de Notre-Dame-La-Riche20 ou le pont brisé par les glaces en 1789. Et, lorsqu’en 1783 la municipalité apprend la possible mutation de l’ingénieur de Montrocher, elle intervient auprès du commissaire départi pour lui démontrer « tous les inconvénients que cela comporte […] et le prier de le conserver dans la généralité ». Chaumont de la Millière, l’intendant des finances chargé du « détail des Ponts et Chaussées », se rend à ses arguments et maintient l’ingénieur à son poste21.

17Les ingénieurs royaux ont changé les habitudes de la municipalité tourangelle en même temps qu’ils ont bouleversé le paysage de la cité. Ils ont renforcé la protection du site, soumis aux assauts de la Loire et de ses affluents, et travaillé à remodeler la ville en l’intégrant dans le grand chantier de la nouvelle route de Paris en Espagne. L’intendant Du Cluzel contribua également à métamorphoser la ville : il sut pour cela mettre à profit l’existence de ce corps de techniciens du roi mais aussi utiliser les finances publiques.

Les réalisations royales

  • 22 Dans un premier temps, le maître d’Amboise, le duc de Choiseul, s’opposa au projet, qui laissait s (...)

18« Pour faciliter les communications en ce royaume et passant en pays chartrain, vendômois, Touraine et Poitou », le pouvoir royal, sur la proposition de Trudaine, l’intendant des finances chargé du « détail des Ponts et Chaussées », décida de remplacer la vieille voie conduisant de Paris en Espagne, qui traversait Orléans, Amboise, Loches, La Haye, le Poitou et l’Aquitaine, par une nouvelle route plus directe et moins dangereuse. Ces travaux, régulièrement interrompus pour des raisons budgétaires (trois guerres obérèrent les finances royales durant leur cours) mais également politiques22, s’étalèrent sur plus de quarante ans. Ils transformèrent Tours en profondeur.

La nouvelle route de Paris en Espagne : un projet majeur

19Les travaux commencent en 1745 par la construction d’une chaussée dans les varennes situées au sud de Tours. Ils sont suivis par trois chantiers d’importance : le percement de la Tranchée dans le coteau situé au nord du fleuve (à partir de 1765) ; la construction d’un nouveau pont (1765-1779) ; l’aménagement intramuros de la « rue neuve » (1772-1783), que l’on complète par la construction, en front de Loire, de bâtiments publics (1780-1786).

  • 23 Les plans dessinés par l’ingénieur Mathieu de Bayeux furent approuvés par Trudaine lui-même. Les t (...)
  • 24 Depuis 1764, « le pilastre qui supporte le battant du côté ouest est cassé en deux endroits […], i (...)

20Au sud de la ville, une levée, la chaussée dite de Grammont, est édifiée entre 1745 et 1755 dans un endroit vide de constructions. Large de 35 mètres, surélevée par rapport au niveau initial des varennes, soumises aux inondations, la voie est complétée par des ponts qui enjambent le Cher et le « Petit Cher23 ». Cet aménagement entraîne la fermeture en 1757 de la vieille porte du faubourg Saint-Étienne, qui permettait jusque-là d’accéder à la route de Saint-Avertin, et nécessite l’ouverture d’une nouvelle porte dans les remparts sud de Tours : celle-ci se compose de deux pavillons érigés par la municipalité reliés par des grilles de fer ornées aux armes du roi, de la Ville et de l’intendant Savalette de Magnanville. Construites par Gabriel Coudreux, ces grilles sont payées, une fois n’est pas coutume, par le corps de ville. Cependant, par défaut d’entretien, elles sont dans un état déplorable sept ans seulement après leur pose24.

21Du fait de l’aménagement de cette nouvelle route de Paris en Espagne et de la rénovation de la levée entre Orléans et Tours longeant la rive nord, le vieux pont dit d’Eudes apparaît de plus en plus inadapté au trafic qui traverse la cité. Il devient donc urgent de construire un nouveau pont pour franchir la Loire à Tours.

  • 25 Le pont, construit au xie siècle par Eudes, comte de Blois, faisait la fierté des Tourangeaux du M (...)

22Les voyageurs et les convois venant du sud doivent, au débouché de la nouvelle voie de Grammont, rejoindre la rue Saint-Maurice, soit par le mail et la rue du faubourg Saint-Étienne, soit par les rues Saint-Louis et Chaude. Ils atteignent ainsi le vieux pont médiéval. Il s’agit en fait d’une succession de passerelles de les « Grands Ponts », avait été fortifiée au cours de son histoire. Elle supporte quelques moulins, mais aussi plusieurs maisons que la Ville loue et qui portent, pour la plupart, un nom évocateur de leur passé : le Vert-Galant, le Petit Logis. Au milieu du xviiie siècle, l’état général du pont est déplorable : il a beaucoup souffert des crues successives et les réparations entreprises sont dérisoires. En 1740, on « rattache par un tiran [sic] de fer » un des gros piliers qui tend à se désolidariser du reste du pont. En décembre 1755, la crue brise une arche et emporte l’un des bâtiments ; celle de 1758 arrache la voie reliant l’île Saint-Jacques au pont. En 1767, on répare les parapets « ébranlés par les voitures et […] prêts à tomber », qu’on protège par des « boutte roues » pour limiter les dégradations commises par les véhicules. Les crues et l’usure du temps ne sont pas les seules responsables de ce délabrement. En avril 1771, la Ville met à l’amende des « malfaiteurs et des gens mal intentionnés [qui] arrachaient nuitamment les liens de fer dit crampons qui servoient aux liaisons et soutiennent des pierres du parapet25 ».

  • 26 Sur l’historique de cette construction, la documentation est abondante. Retenons les sources suiva (...)

23Ce pont ne peut donc plus satisfaire aux besoins d’une époque où les échanges s’intensifient entre Tours, Le Mans, la Bretagne et la façade atlantique, alors en plein essor. Surtout, il ne concorde pas avec le programme envisagé par les services royaux. C’est la raison pour laquelle l’arrêt du Conseil du 4 décembre 1752 décide la construction d’un nouvel ouvrage26, conforme aux besoins et aux conceptions esthétiques du temps. Il faut toutefois plusieurs années avant que le chantier, retardé à plusieurs reprises pour des raisons financières, techniques ou politiques, n’aboutisse. Encore faut-il tout le poids de Trudaine et de ses services, relayés par les intendants Lescalopier et Du Cluzel, pour que le projet parvienne à son terme.

  • 27 Les terres de l’île furent ramenées sous les murs de la ville et servirent à l’aménagement de quai (...)

24L’île Saint-Jacques, située sur le trajet du pont, constitue la difficulté technique la plus importante. Le premier projet de l’ingénieur Mathieu de Bayeux, en 1752, envisageait la construction de deux ponts l’enjambant. Du fait du caractère mouvant des îles de la Loire, on lui préféra un second projet qui consistait à supprimer l’île : l’arrêt du Conseil du 10 février 1758 entérina l’idée27. En 1760 cependant, on interrompt les travaux faute d’argent : Bayeux doit se retirer momentanément, assuré par Trudaine d’être rappelé pour la reprise des travaux. Le projet est relancé le 5 juin 1764 et est dès lors mené à bien très rapidement. Le 7 mai 1765, on adjuge la construction du pont pour 3 578 057 L à l’entrepreneur François Moreau. Les travaux commencent en août et la première pierre de la culée de la rive droite est posée officiellement le 25 octobre.

25Le nouveau pont est ouvert aux piétons en septembre 1775, aux voitures le 28 octobre 1779. Entre ces dates, la circulation y est interdite la nuit : une barrière empêche le passage pour éviter tout incident et la Ville y installe un garde-barrière. Plusieurs difficultés techniques, des problèmes financiers, des accidents ont retardé le chantier. En 1770, la monarchie, à court d’argent, diminue d’un million les fonds consacrés aux ouvrages des Ponts et Chaussées. Il faut sept années d’efforts pour achever les seules fondations des piles. En 1776, la quatorzième voûte s’effondre du fait de la vétusté des cintres utilisés. Deux ans plus tard, la huitième pile s’affaisse de plus d’un mètre à cause du mauvais enfouissement des pieux, mal protégés. En 1778, deux ouvriers se tuent sur le chantier ; leurs veuves sont secourues par les autorités compatissantes. Au final néanmoins, le pont, dessiné par Bayeux et réalisé en calcaire d’Athée, possède des formes sobres et élégantes : il comprend 14 piles, 15 arches et fait 222 toises de long pour 47,5 pieds de large ; chaque pile est par ailleurs couronnée de chaperons pyramidaux venant se placer « sous la corniche à boudin supportant le parapet ». Bayeux est mis à la retraite le 1er mai 1773, avant l’achèvement de son œuvre. Dans les années suivantes, de 1778 à 1788, l’un de ses successeurs, de Voglie, élargit la chaussée du pont, la dote de trottoirs et aménage les abords. En 1786, il fait notamment construire des pavillons et des grilles d’entrée au pied de la Tranchée, autour de la nouvelle « place d’Aine ».

  • 28 Désireuse de conserver des éléments particulièrement évocateurs de la mémoire de la cité, la munic (...)

26De son côté, le vieux pont est progressivement délaissé : on espace les réparations, on le ferme à la circulation dans l’hiver 1783-1784 et on en commence la démolition l’année suivante28.

  • 29 AMT, BB 71, DD 22 ; ADIL, C 222. Ch. Martinet, Urbanisme et société…, op. cit.
  • 30 Cette fontaine en marbre d’Italie avait été offerte à la ville par Jacques de Beaune au début du x (...)

27Sans attendre l’achèvement de la nouvelle route et du pont neuf, les ingénieurs avaient imaginé de percer une avenue rectiligne au centre de la ville, digne de l’ensemble en cours de réalisation29. La nouvelle voie devait être construite dans un espace peu bâti, situé entre les deux centres historiques que constituent la basilique Saint-Martin et Châteauneuf, à l’ouest, et le quartier de la cathédrale, à l’est. Le tracé retenu suivait une voie qui avait été aménagée tant bien que mal au cours du Grand Siècle pour relier le fleuve à la Grande Rue et à la rue de la Scellerie, les principales artères de la ville, parallèles à la Loire. Cette voie, sinueuse, étroite et mal bâtie, le plus souvent désignée sous le nom de rue « Traversine » ou rue « Traversaine », se composait de trois tronçons. Le plus septentrional, la rue du Portail-Neuf, avait été ouverte en 1688 sur l’ancienne rue du Bac (ou Dauphine) et était large de 23 à 32 pieds. Côté Loire, il s’ornait d’un arc de triomphe érigé à la gloire de Louis XIV ; à l’autre extrémité, à l’intersection avec la Grande Rue, il s’ouvrait sur le carroi de Beaune, lui-même décoré d’une fontaine30. Le deuxième tronçon, la rue Traversaine proprement dite, avait entre 15 et 24 pieds de large. Bâti sur un ancien cul-de-sac venant buter contre les murs médiévaux de la ville, il avait été ouvert en 1679 et avait été prolongé au sud par un troisième tronçon, la rue Neuve Saint-Louis.

  • 31 Depuis 1752, Lescalopier associait les édiles aux réflexions des ingénieurs. Devant le coût et l’a (...)

28L’arrêt du Conseil du 4 décembre 1752 entérine le projet d’aménager une nouvelle rue et en confie la conduite à l’ingénieur Bayeux. Toutefois, il faut attendre l’arrivée de Du Cluzel pour que le chantier démarre véritablement. Pendant quatorze ans, on avait multiplié les discussions sans prendre de décisions véritables : on ne s’accordait pas sur la largeur à donner à la rue ; les édiles étaient récalcitrants à l’idée de financer une œuvre dont le coût était estimé entre 500 000 L et 600 000 L et l’intendant d’alors, soucieux de les ménager, ne réussissait pas à les convaincre31. Du Cluzel hâte la décision et, surtout, donne au projet une dimension nouvelle en y intégrant la construction de bâtiments publics. Il parvient, en avril 1767, à imposer une largeur de rue de 42 pieds 6 pouces afin que « l’harmonie fût totale avec le pont » : l’arrêt du Conseil du 14 mai suivant approuve sa décision. L’assentiment des édiles est plus long à obtenir, car ceux-ci refusent que la dépense « ne tombe sur le compte des habitants ». C’est seulement en 1772 que l’intendant obtient gain de cause : pour les rassurer, il promet d’utiliser prioritairement les fonds du roi, ce qu’un nouvel arrêt du Conseil du 6 septembre 1772 autorise. Ce texte lui permet par ailleurs de préciser l’ensemble des actions à accomplir, ce qu’il fait dans son ordonnance du 8 octobre suivant.

  • 32 L’intendant avait tenu à faire participer le corps de ville, bien que ce dernier « n’ayt aucun int (...)
  • 33 Ch. Martinet, Urbanisme et société…, op. cit.
  • 34 Ils furent interrompus un temps à la suite de l’arrêt du Conseil du 26 juillet 1775, qui satisfais (...)

29Les opérations peuvent alors commencer ; elles dureront jusqu’en 1786. En 1772 débutent les visites, consciencieuses, de la rue et de ses maisons par Cadet de Limay, auquel se sont joints la municipalité32 et le subdélégué Restru, afin de dresser un bilan estimatif des indemnités à verser et des démolitions ou des alignements à ordonner. Le procès-verbal final, en date du 9 juillet 1773, permet de dresser un portrait de cette rue : son allure est médiocre, elle n’a pas d’unité architecturale ni de particularité professionnelle propre33. Les travaux de démolition et d’alignement débutent peu après ; ils s’étalent de 1773 à 1775, puis de 1779 à 178034. Les seigneurs et les propriétaires remettent leurs titres en vue d’être indemnisés ; satisfaits d’avoir obtenu des sommes substantielles, aucun ne récrimina durablement.

  • 35 Les arrêts du Conseil des 10 septembre 1772 et 29 mars 1773 entérinèrent l’idée d’harmoniser les f (...)
  • 36 Cf. chap. iv.
  • 37 Il avait été prévu d’élever des bâtiments symétriques sur le côté opposé. L’abbaye de Saint-Julien (...)

30Un autre arrêt du Conseil, celui du 31 mai 1777, précise l’étape suivante : la construction de nouveaux bâtiments à caractère privé. L’opération est largement confiée à l’intendant, qui détient l’autorisation de délivrer des permis de construire : seuls les particuliers qui ont déposé une « soumission » à l’hôtel de ville voient leur proposition étudiée. Une fois ce permis obtenu, les propriétaires peuvent entamer les constructions ou reconstructions. Les chantiers débutent en 1783. Pour donner à la rue une unité architecturale, les ingénieurs ont décidé d’ériger les façades aux frais du roi et de les rétrocéder aux propriétaires. Ceux-ci n’ont plus qu’à les compléter par des constructions situées à l’arrière35. Les architectes ont arrêté leur choix sur une alternance assez régulière de maisons à deux étages, parfois avec entresol, et de maisons à un étage placées légèrement en retrait. Chacun des pavillons situés à l’intersection des grandes rues est coiffé d’une toiture à quatre pans. On accepte quelques variantes dans l’ornement des façades, mais l’égalité du niveau des corniches est imposée. La disposition finale est cohérente, mais assez diversifiée pour échapper à la monotonie. Pour parachever ce bel ouvrage, l’intendant avait obtenu du roi la construction de plusieurs bâtiments publics : une caserne de maréchaussée, un palais de justice, des prisons et un hôtel de ville36. L’arrêt du Conseil du 6 juin 1776, qui ordonne l’élévation de ces bâtiments au nord de la nouvelle rue, au débouché du pont Neuf, conforte la volonté du commissaire départi de combiner la nouvelle esthétique architecturale avec la célébration de la puissance royale37.

  • 38 Cf. chap. ix.

31Au cours des années suivantes, des travaux annexes viennent compléter cet ensemble ambitieux. L’ingénieur de Voglie relie le pont aux quais nouvellement construits par deux rampes d’accès, réalisées grâce à la terre ramenée de l’île Saint-Jacques. Il parachève la place formée au croisement de la rue Neuve et du pont en dessinant, de part et d’autre de la voie, de vastes arcs de cercle enserrant des terre-pleins qui doivent servir de squares : celui de l’ouest reçoit, à l’occasion des foires, des chaises réservées aux dames et à ceux qui souhaitent assister aux concerts du « cercle de musique ». Pour finir, l’ingénieur aménage deux terrasses arborées de chaque côté de l’entrée de la nouvelle rue : la « terrasse de l’hôtel de ville » ou « terrasse des carmélites » sur le côté occidental, la « terrasse de Saint-Julien » de l’autre côté. En juin 1781, son successeur, de Montrocher, y fait placer douze bancs à la demande de l’échevinage. L’entrée de la ville a désormais grande allure. Elle fait l’orgueil des Tourangeaux et provoque l’admiration des voyageurs, tel Arthur Young. Les édiles ne s’y trompent pas en installant sur la nouvelle « place royale », dès 1782 et sans attendre la fin des travaux, les foires rétablies38.

32Celle-ci devient bientôt le nouveau point de ralliement de la population : la foule s’y rassemble pour entendre les avis des édiles, lus depuis le balcon du bâtiment municipal, et les militaires s’y réunissent à leur arrivée.

  • 39 ADIL, C 200 (la Tranchée) et C 238 (place d’Aine).

33Par la suite, on termine l’aménagement du débouché nord du pont, laissé en l’état après le percement de la Tranchée39. Au terme de la construction du pont, une place, que Du Cluzel n’avait pas eu le temps d’agencer, avait été grossièrement aménagée au pied du coteau. Marius d’Aine, son successeur, désireux de faire de cette place « une décoration agréable à la ville [qui] pourra même à l’avenir être utile comme marché à bétail », ordonne son achèvement. Il établit un « plan d’une décoration noble et simple », qui prévoit « quatre pavillons destinés au logement des employés de la régie et de l’hôpital général[, le tout] d’une architecture du meilleur goût ». Des grilles de fer sont posées quelques mois plus tard aux débouchés des trois routes, celles de Vendôme, de Luynes et d’Amboise, tandis que deux murs en demi-cercle réunissent les pavillons entre eux. À l’occasion de ces travaux, on découvre une source au pied de la « montagne des Capucins ». L’intendant envisage d’y transporter la fontaine de Beaune, devenue inutile dans le carroi du même nom, mais le projet est abandonné, car le ministre en charge du dossier, Chaumont de la Millière, refuse de placer une fontaine de facture « gothique » sur une place soigneusement agencée selon le goût à la mode. Les édiles donneront à cette place le nom de l’intendant qui a permis son aménagement.

  • 40 Il ne s’agit pas de ceux que l’on peut voir aujourd’hui, construits au xixe siècle.
  • 41 Dans les années 1720, c’est l’intendant qui avait fait aménager des quais rudimentaires, du côté d (...)

34Parallèlement, les ingénieurs travaillent à l’aménagement de quais dignes de ce nom40. Jusqu’au milieu du xviiie siècle, la ville s’était contentée de quelques voies de communication rudimentaires tracées au pied des murs d’enceinte longeant le fleuve, des voies reliées tant bien que mal aux mails méridionaux par des chemins tortueux, mal agencés. Responsable de ces espaces, la municipalité n’avait rien pu entreprendre, faute d’argent41. La plupart des quartiers donnaient directement sur la Loire par des grèves grossièrement constituées, et les rares chemins qui existaient servaient de dépôts d’ordures plus ou moins sauvages. En 1772, le chemin situé à proximité du port Foire-le-Roi était impraticable : « Il s’est fait un ravin si considérable à la sortie de la foire le roi [sic] sur le quai qu’il n’est plus possible d’y passer sans danger. » La situation n’est guère meilleure à l’ouest, où les quais sont obstrués par des « parties de murs […] croullées et repandues dans la rivière ». Les grands chantiers des ingénieurs royaux nécessitent l’aménagement de nouvelles voies en bordure du fleuve. Les anciens ports ou quais sont dépavés et progressivement reconstruits : celui de Foire-le-Roi est réparé en août 1771 ; en 1773 et 1774, on agrandit le quai du mail Preuilly pour l’aligner et le relier à la chaussée de « Bel Air », récemment achevée. Au printemps 1781, on aménage un quai à l’est de la terrasse de Saint-Julien : on pensa un temps profiter de l’occasion pour démolir l’arsenal, mais on préféra le conserver.

  • 42 Le percement de la nouvelle rue coûta 2 914 392 L ; les particuliers y contribuèrent pour une bonn (...)

35L’aspect de la ville changea considérablement en quelques décennies, et si l’intendant Lescalopier relaya les premières décisions royales, il est indéniable que l’énergie déployée par son successeur, Du Cluzel, fut décisive, notamment en matière de financement. Seul l’État disposait de suffisamment d’argent et d’autorité pour mener de tels travaux. Grâce à Du Cluzel, le roi paya l’ensemble du pont neuf et tous les travaux complémentaires : quais, places d’entrée, levées des varennes. Toutefois, de son côté, la Ville dut supporter la construction de la chaussée de Grammont : elle le put grâce au nouvel octroi, d’une durée de douze ans, accordé en 1745, mais elle refusa de subvenir seule aux travaux de percement de la rue neuve, ou du moins sans fonds supplémentaires. Or, Louis XV ne lui permit pas de garder une partie du produit du don gratuit prélevé à l’époque sur les habitants. Du Cluzel mit fin au blocage en convainquant la monarchie de payer la plus grosse part des travaux de la nouvelle rue, mais aussi ceux des bâtiments publics. Il fut aidé, semble-t-il, par Choiseul : c’est du moins ce que laisse penser une note rédigée par le corps de ville lorsqu’il est question de donner le nom du gouverneur à un tronçon de la nouvelle rue42.

  • 43 AMT, DD 22 et BB 77 (1er et 22 avril 1778) ; ADIL, C 226. J.-E. Weelen, Cette rue qui fut royale, (...)

36Quelles sont les contributions de la municipalité aux travaux menés par les ingénieurs du roi ? Dès 1778, les édiles émettent le souhait d’honorer, de leur vivant, trois personnalités, Du Cluzel, Choiseul et Banchereau, en donnant leur nom à une portion de la rue nouvelle43. Il convenait en effet de baptiser cette grande artère car, selon les édiles, ne sachant comment la désigner, les habitants, les voyageurs, les commerçants la nomment « à leur gré » : une telle confusion complique le travail des notaires et inquiète les propriétaires. On écarte d’emblée l’idée d’un seul nom pour englober l’ensemble de la nouvelle voie - sa longueur « rendroit difficile la recherche des personnes qui y habiteront » - et l’on décide de nommer différemment chacun des tronçons. Les carrefours et places situés sur le tracé de la nouvelle artère seront eux-mêmes baptisés : ainsi, la place à l’extrémité septentrionale de la rue, au débouché du pont, reçoit-elle le nom de « place Royale ». Le premier tronçon, jusqu’au carrefour avec la rue de la Scellerie est appelé rue Choiseul, « en reconnaissance […] des fonds considerables [que le duc] a procurés » et de la bienveillance « qu’il n’a cessé en toutes occasions de témoigner à la ville ». Un deuxième tronçon, celui qui remonte du mail jusqu’au croisement de la rue des Fossés Saint-Georges – croisement qu’on baptise alors du nom de place Saint-Joseph –, est appelé rue Du Cluzel. Selon les édiles, ce « nom devenu précieux aux citoiens [sic] de cette ville par les preuves réitérées qu’[il] a données à tous en général et à plusieurs en particuliers, de son amour pour leur bien estre, mérite un monument qui en conserve la mémoire à leur postérité ». Enfin, le troisième tronçon, entre les deux autres, prend le nom de rue Banchereau en « hommage à la droiture des vües [du magistrat], à son exactitude et à son intelligence dans les affaires de la ville, [en] témoignage de l’estime publique qu’il s’est acquise ». Du Cluzel accepte de donner son nom, tout comme Choiseul, pressé par l’intendant, mais Banchereau hésite un temps, par « modestie ». Il finit par accepter après l’intervention de Du Cluzel. Dans un courrier attestant des relations amicales qu’il avait tissées avec le maire, l’intendant écrit :

« Vous me demandez, Monsieur, la seule chose que je puisse vous refuser sans regrets[. P]our mettre donc votre modestie à une plus grande épreuve je dois vous assurer que le corps de ville a voulu rendre [hommage] à la personne et non à la place. On ne peut y applaudir plus que moy ; j’aurois fait naître l’idée, si elle ne s’étoit pas présentée […]. Quant à moy, Monsieur, le corps de ville m’a tenu compte de ma bonne volonté, il l’apprécie beaucoup plus quelle ne vaut ; elle ajoute à ma reconnoissance en m’associant à vous. Je suis persuadé que M. le duc de Choiseul partage ma façon de penser. Vous serez entre nous [allusion à la place du tronçon] et nous serons sûrs que vous ne nous échaperez pas. Ne doutez pas des sentiments que je vous ai voués […] [sic]. »

37Le nom des rues est provisoirement inscrit sur quatorze panneaux de fer-blanc, tandis que la Ville commande des plaques de meilleure facture au sculpteur parisien Robert. Ces plaques de marbre noir d’Italie, portant les noms en lettres d’or, arrivent en août 1778 et sont aussitôt fixées de part et d’autre de la voie, sur les murs des maisons. Huit ans plus tard, en 1786, lorsque la Ville donne le nom de d’Aine à la nouvelle place aménagée au bas de la Tranchée, au débouché nord du pont, une nouvelle plaque est posée sur les pavillons.

38Sur le plan comptable, si la Ville échappe aux frais de la plupart de ces grands chantiers, ses finances ne sont pas totalement épargnées. Elle a contribué largement au financement de la chaussée de Grammont, de manière très modeste à la construction de l’hôtel de ville, mais de manière plus conséquente aux frais entraînés par quelques améliorations de détail : en 1777, elle aménage le carrefour des rues Chaude et des Fossés Saint-Georges en le faisant planter « en arbres pour décoration » et protéger par des bornes.

  • 44 Cf. chap. v.

39En outre, le corps de ville ne peut se soustraire à plusieurs charges d’urbanisme que la monarchie lui transfère progressivement. Il s’agit des frais d’entretien des chaussées menant à la cité, qui lui incombaient depuis longtemps. Limitée à 900 L par an depuis l’arrêt de 1689, la dépense enfle brutalement dans les années 1740. L’origine de cette augmentation remonte à la décision des services royaux de construire un réseau routier cohérent et de qualité, dont les dépenses seraient supportées par la Ville. Or, celle-ci ne reçoit aucuns fonds supplémentaires pour supporter ces frais, passés en quelques années à une moyenne de 11 000 L par an44. Refusant d’alourdir le poids de la fiscalité, la municipalité des années 1760 essaie de limiter ces dépenses. Elle résiste aux exigences de Bayeux, qui souhaite qu’elle prenne en charge des routes qu’elle n’avait pas à entretenir jusque-là : pour la soulager, l’intendant met à son service gratuitement la main d’œuvre des ateliers de charité. Mais il faut attendre 1787 pour que la situation devienne plus claire : la nouvelle charte financière fixe la dépense à une somme comprise entre 7 000 L et 8 000 L.

  • 45 Ainsi, Rattier dut verser 8 725 L pour la construction des prisons.
  • 46 Les édiles avouèrent ne pouvoir payer que les réparations les moins coûteuses, tels les carrelages (...)

40Malgré tous ses efforts, la Ville ne peut non plus échapper aux conséquences de l’arrêt du Conseil du 29 mars 1773, qui stipule que toutes les municipalités du royaume sont désormais tenues d’entretenir et de réparer les « batiments où les juridictions royales tiennent leurs séances et l[es] prisons dans les villes où elles sont établies45 ». La pratique n’était pas nouvelle à Tours, mais elle prend alors une ampleur inconnue. Tout en n’omettant pas de faire les observations habituelles, notamment sur l’absence de fonds supplémentaires accordés par le roi pour supporter cette charge, la Ville se plie facilement à cette nouvelle exigence : elle pense que les bâtiments neufs n’auront pas besoin de réparations avant longtemps et que, par conséquent, leur entretien ne sera pas trop onéreux. Cet optimisme est malheureusement vite balayé, car les bâtiments donnent, avant même l’installation des juridictions dans leurs locaux, des signes de vétusté précoce qui nécessitent des réparations urgentes et parfois importantes. La municipalité s’efforce de parer au plus pressé, mais elle est incapable de commander les gros travaux46. Répondant aux autorités qui s’étonnent de cette situation, la Ville émet, une fois n’est pas coutume, des critiques à l’encontre de la décision royale et explique pourquoi elle ne peut faire faire les travaux nécessaires, malgré les injonctions répétées de l’intendant : « ni la propriété des terrains ni la vente des matériaux des anciennes prisons évalués à 6 000 livres », ni les revenus provenant de la location des boutiques ne pourraient suffire.

  • 47 Elle est ouverte en mai 1777, mais avant « d’avoir été terminée, ce qui la rend peu praticable […] (...)
  • 48 Les démarches, entamées dès 1767, avaient été laissées en suspens parce que le corps de ville n’av (...)
  • 49 AMT, BB 77, 27 août 1777.
  • 50 AMT, BB 76, BB 77 (15 janvier) et BB 80.

41Évoquons enfin une dernière contribution du corps de ville aux grands chantiers de travaux publics, peu coûteuse de deniers celle-ci, mais aux retombées importantes : ses interventions dans les sphères gouvernementales en faveur de l’achèvement du dernier tronçon de la nouvelle route d’Espagne, de Tours à Vendôme. Pour faire aboutir ce dossier, le corps de ville met à profit les relations qu’il a su tisser avec les représentants du pouvoir royal. En effet, vingt ans après les premiers travaux de construction de la grande voie, les deux tronçons principaux, Paris-Vendôme et Tours-Bordeaux, étaient terminés. Restait la portion menant de Tours à Vendôme, encore inachevée47 du fait de deux « intérêts particuliers » : d’une part, celui du duc d’Orléans, qui affichait sa désapprobation à l’égard d’une entreprise défavorable à sa protégée, la ville d’Orléans ; d’autre part, celui de Monsieur, frère de Louis XVI, prince apanagiste du Vendômois, qui refusait que l’on touchât à ses propriétés. Conscients de l’importance économique des travaux entrepris par la monarchie, les Tourangeaux sortent de leur respectueuse réserve et multiplient les démarches en vue de faire terminer le chantier48. Ils prennent contact avec les plus hautes autorités, soutenus par les personnalités locales habituelles, intendant, gouverneur et archevêque. Dans le courrier qu’elle adresse à Necker, la municipalité martèle deux arguments : la route est nécessaire pour le commerce et la vivification de plusieurs provinces, mais aussi pour la sûreté de tous les voyageurs. À l’opposition des autorités municipales d’Orléans, qui craignent une baisse des activités de leur ville, elle répond en invoquant l’intérêt public et la responsabilité que les cités doivent prendre en matière de sécurité routière : « On évitera aux voyageurs les levées de la Loire sur lesquelles malgré touttes les précautions prises on n’a pu encore garantir les accidents49. » Pour attirer l’attention, la municipalité organise bientôt toute une campagne pour mettre en relief les dangers des levées, rapportant le moindre accident. En janvier 1777, une diligence allant de Tours à Paris verse dans la Loire aux portes de la cité : « Plusieurs personnes ont péri et les autres se sont sauvées par une espèce de miracle et avec plusieurs blessures très graves. » Mais ce sont surtout les multiples accidents survenus à l’hiver 1783-1784 sur la route menant de Tours à Blois qui sont abondamment relatés : les spectaculaires inondations et le flot des blocs de glace charriés par la Loire ont détruit une bonne partie de la voirie et entraîné la mort de plusieurs voyageurs50.

  • 51 Simon-Roze remit à Necker le mémoire récapitulatif qu’il avait pris soin d’emporter avec lui. Ce d (...)

42L’obstination des édiles finit par payer. Désormais bien rodés aux méthodes de lobbying, ils n’hésitent pas à contacter le comte de Provence et les administrateurs de ses biens, les ministres, les personnalités tourangelles de poids, les Ponts et Chaussées, les marchands utilisateurs des voies de communication, mais aussi les municipalités concernées, Vendôme et Orléans principalement. La dernière démarche, décisive, date de janvier 1779. En voyage d’affaires à Paris, l’échevin A. J. Simon-Roze réussit à rencontrer Necker lui-même, qui lui aurait répondu « en avoir entendu parler depuis longtemps » et lui aurait conseillé de prendre rendez-vous avec de Cotte51. Une décision en demi-teinte est prise en juin de l’année suivante ; elle satisfait momentanément les Tourangeaux, sans froisser de manière trop importante les intérêts de Monsieur : on achèverait le tronçon de Vendôme à Château-Renault, puis, de là, on emprunterait le chemin d’Amboise et l’on réaménagerait la levée conduisant à Tours. En mars 1784, toutefois, Louis XVI ordonne l’achèvement définitif de la grande route : celle-ci est ouverte aux voyageurs quelques mois après.

43Les travaux des ingénieurs royaux modifièrent considérablement l’aspect de Tours à la fin de l’Ancien Régime. La municipalité, qui n’eut qu’un rôle secondaire dans la conduite de ces chantiers eu égard à la faiblesse de ses moyens financiers, n’en contribua pas moins à leur achèvement. Le soutien qu’elle apporta aux efforts de l’intendant et des ingénieurs, les initiatives prises en matière de décoration, l’énergie déployée pour achever le dernier tronçon de la nouvelle voie de Paris en Espagne témoignent du changement d’attitude des édiles au cours de la décennie 1780 – un changement qui s’est aussi manifesté en matière de lutte contre les inondations.

La Ville et le « fleuve royal » : le renforcement de la protection du site

  • 52 En dehors de ces crues, la ville connut d’autres inondations importantes, aux printemps de 1709, 1 (...)

44La ville, qui s’est développée dans le lit majeur commun à la Loire et au Cher, subit fréquemment leurs assauts, au gré de variations saisonnières parfois brutales. Elle résiste mal aux grandes crues de la Loire, qui brisent les protections aménagées tant bien que mal au cours des siècles. Passé celle de 1755 qui vient par son importance au troisième rang des inondations « centenaires », après celles de 1586 et 1856, la Touraine jouit d’un certain répit avant de connaître une succession d’inondations en 1770, entre 1782 et 1784, et pendant les premières années de la période révolutionnaire52. D’un régime différent, le Cher pouvait également se montrer dévastateur, comme en 1766, 1768 et 1770.

  • 53 La communauté des Marchands fréquentant la Loire et ses affluents intervint en ce sens jusqu’en 17 (...)

45Pour lutter contre ces inondations, on prit au fil des ans quelques mesures qui s’avérèrent insuffisantes. Les autorités – municipalité, communauté marchande53 et intendants – tentaient d’améliorer l’écoulement des eaux du fleuve en le débarrassant de tout ce qui pouvait l’encombrer. Pour ce faire, elles rappelaient régulièrement l’interdiction de rien jeter dans l’eau et, dans la mesure de leurs faibles moyens financiers, détruisaient les îlots ou les grèves gênant la circulation. À Tours, la suppression en 1758 de l’île Saint-Jacques, décidée à l’occasion de la construction du nouveau pont, fut d’autant plus rapidement acceptée qu’elle suivait de peu la crue dévastatrice de 1755. Plus efficaces furent les levées ou « turcies » érigées pour protéger les terres alluvionnaires des crues. En Touraine, on avait construit au cours du Moyen Âge une levée de chaque côté de la Loire, entre Langeais et Tours, mais aussi sur la rive nord du Cher, entre le Plessis et Langeais. Ces travaux avaient été complétés, sous le règne de Louis XI, par une levée construite sur la rive sud de la Loire, entre Tours et la pointe de « l’île de Bréhémont », prolongée à l’est de la cité par une autre levée, aménagée en direction de Montlouis. Toutefois, la plupart de ces chantiers furent interrompus au xvie siècle et il fallut attendre l’arrivée de Colbert pour qu’ils soient repris, grâce à la création d’un corps de techniciens efficaces, doté de moyens financiers conséquents : le corps des « turcies et levées ».

  • 54 Là encore, l’intervention de Du Cluzel fut décisive. Après avoir commandé à Cadet de Limay un rapp (...)

46Cependant, rien de ceci n’est comparable aux gigantesques chantiers menés au siècle des Lumières par les ingénieurs de ce corps. L’absorption, en 1772, des turcies et levées par le corps des Ponts et Chaussées accélère le processus en faisant sauter certains obstacles administratifs et en permettant la réunion des moyens financiers nécessaires. Dans la généralité de Tours, l’intendant est désormais chargé de surveiller et de payer les chantiers54.

  • 55 ADIL, C 270-271, C 294 (plan de 1771 de la levée de Montlouis). R. Dion, Histoire des levées de la (...)
  • 56 Le parcours de ces professionnels du bâtiment, qui passèrent du statut de petits artisans à celui (...)

47Les travaux menés durant la décennie 1770 et destinés à protéger la vallée, grâce à deux lignes de digues continues, sont sans équivalent55. À cette occasion, on décide d’améliorer le réseau de communications existant dans les varennes, sur lesquelles la ville est désormais davantage ouverte. On modernise et on prolonge les anciennes levées, on en érige de nouvelles qu’on relie aux voies permettant de circuler dans les varennes : leur rehaussement contribue d’ailleurs à renforcer la défense du site contre les crues. À l’est, les ingénieurs prolongent la levée de Montlouis, depuis la varenne de Saint-Pierre-des-Corps jusqu’au pied du « coteau de Rochepinard ». À l’ouest, ils aménagent une chaussée entre l’abbaye de Beaumont et l’ancien ruau Sainte-Anne. Au sud, la chaussée de Grammont est reliée à une nouvelle levée érigée parallèlement au Cher. Pour finir, on raccorde ces nouvelles voies aux rues de Tours, notamment aux mails : en 1771 par exemple, on raccorde la levée de Montlouis au petit mail. Quelques années plus tard, on relie le mail Preuilly à la nouvelle chaussée qui, commençant à Saint-Éloy, menait désormais à Pont-Cher : sur ce nouveau tracé, on aménage le long des remparts la nouvelle « avenue » de « Bel-Air » en remplacement de l’ancienne et tortueuse rue des Acacias. Remarquons que ces travaux eurent des retombées sociales intéressantes : ils favorisèrent le développement d’une catégorie socioprofessionnelle remarquable, celle des « entrepreneurs des ouvrages du roi ». Dépositaires de grosses sommes d’argent versées par la monarchie pour la réalisation de ces travaux, les Derouet, Pillet, Bouchet acquirent une notabilité nouvelle56.

  • 57 Ch.-L. de Grandmaison, « Aperçus historiques sur les travaux destinés à défendre la ville de Tours (...)

48Toutefois, en dépit de ces importants travaux, la ville ne peut échapper aux ravages des grandes crues, qui ont lieu chaque année de 1789 à 1791. Les moyens de lutte sont dérisoires face à un danger qui persistera longtemps encore au xixe siècle57. Pour rassurer la population, les édiles s’assemblent en permanence lors de ces événements : ils ne peuvent que constater la montée inéluctable des eaux. Ils font boucher les bondes, réquisitionnent les bonnes volontés – soldats, ouvriers des ateliers de charité et gardes nationaux – pour poser des toiles sur les levées et éviter que la terre ne soit emportée par les eaux, et tentent de protéger les parties basses de la cité en exhaussant ou consolidant les levées.

49En fait, lorsqu’il s’agit de mener de grands chantiers, les interventions des édiles sont exceptionnelles et d’importance secondaire. L’intendant ne les consulte que lorsque les travaux empiètent sur les espaces publics. Ils donnent alors leur avis, se font l’écho des craintes des habitants, mais, en général, se contentent d’accepter les chantiers envisagés. Cette marginalisation des édiles a une contrepartie positive : la Ville ne participe pas au financement. Toutefois, la municipalité s’est s’invitée dans deux débats techniques importants : l’aménagement des « bondes » et la suppression du ruau Sainte-Anne.

  • 58 Cette bonde portait le nom de « bonde de l’Archevêché », du nom du ruau passant au sud. À l’occasi (...)

50Au pied des murailles, les municipalités successives avaient fait aménager des « bondes », sortes de conduites « nécessaires à l’écoulement des eaux », qu’on nettoyait régulièrement pour drainer les eaux stagnantes et en évacuer les odeurs noséabondes, ou qu’on bouchait lorsqu’une inondation menaçait : il en existait ainsi plusieurs sous la rue des Tanneurs et sous la place Foire-le-Roi. Lorsque naît le projet de construire de nouveaux quais ou de relier les rues de la cité aux nouvelles levées, la municipalité persuade les ingénieurs de la nécessité d’aménager de nouvelles bondes et, surtout, obtient que le roi paie la totalité de la dépense. Plusieurs bondes sont ainsi installées, à l’est, au sud, sous la nouvelle chaussée menant à Saint-Avertin et sous la chaussée de Grammont à proximité des portes de Fer58. Des bondes semblables sont réalisées en mars 1783 sous les quais, depuis Sainte-Anne jusqu’à Saint-Pierre-des-Corps.

  • 59 AMT, BB 75, 25 août 1774 et L. Benoît de La Grandière, op. cit.
  • 60 En fait, la décision de l’intendant avait été prise peu après qu’il eut commandé à Cadet de Limay (...)

51Le second débat qui occupe les édiles durant ces années concerne le ruau Sainte-Anne, l’un de ces nombreux chenaux qui parcouraient les varennes. Reliant à l’ouest de Tours « le Cher à la Loire [, ce chenal avait été] creusé de toute ancienneté59 ». Il avait été élargi et aménagé au xv e siècle pour faciliter le transport de marchandises entre la Loire et son affluent. Un pont de bois avait été construit pour permettre au roi de se rendre dans sa résidence du Plessis. Le pont, dont l’entretien incombait à la municipalité, était négligé depuis longtemps et il se trouvait dans un état pitoyable dans la seconde moitié du xviiie siècle. En 1774, Du Cluzel décide de remplacer ce pont par une levée de terre et de pierre, ce qui doit entraîner l’assèchement du ruau. La tradition veut que madame Du Cluzel ait obtenu de son époux la suppression de cet ouvrage vétuste afin de se rendre dans sa résidence de Saint-Côme dans de meilleures conditions60. Réunie comme il convenait pour donner son avis, l’assemblée des députés des paroisses du 25 août 1774 rejette la décision de l’intendant. Arguant tour à tour des avantages du ruau pour le commerce et la protection contre les crues, ce bras d’eau constituant « une décharge nécessaire à la Loire », les députés demandent son maintien. Mais la municipalité ne peut s’opposer durablement à la volonté du commissaire départi : le canal est asséché et le pont supprimé en 1777. La municipalité obtient seulement des ingénieurs qu’ils aménagent une bonde, appelée « bonde de la Charité », pour acheminer l’eau nécessaire aux lessives de l’hôpital et permettre l’écoulement de ses eaux usées. Reste à s’accorder sur l’usage à faire de l’ancien lit du ruau. Certains, à l’instar de la Société d’agriculture, souhaitent le mettre en culture. D’autres, dont la municipalité, préféreraient laisser l’endroit libre de toute activité, afin d’être en mesure de rouvrir l’ancien canal à tout moment. Cependant, des problèmes de santé publique surviennent rapidement : les eaux stagnantes provoquent des « maladies épidémiques dont la ville basse et l’hôpital général sont affectées périodiquement au retour de la chaleur ». En juin 1790,la Charité se plaint que ces » exhalaisons fétides »provoquent des » fièvres tenaces et de nombreux morts en été ». Les parties profondes sont finalement comblées, à l’exception d’un petit chenal servant d’égout à l’hôpital. Les édiles, qui n’ont pas renoncé à l’idée de rouvrir le ruau, relancent le débat au début de la Révolution. Le sujet, repris par le Département, qui commande une étude technique, est toutefois délaissé. Au siècle suivant, on rouvrira le dossier, mais l’on abandonnera définitivement le ruau occidental au profit d’un autre canal de liaison entre Loire et Cher, qui sera ouvert à l’est sous la Restauration.

52Bien que le rôle des autorités locales ait été secondaire lors de ces grands travaux, conduits et financés pour l’essentiel par les services du roi, l’attitude des officiers municipaux en a été changée. Au contact des ingénieurs et de l’intendant, qu’ils rencontrent fréquemment, ils découvrent un mode de pensée inédit jusque-là : pour les chantiers qu’ils ouvrent par la suite, ils prévoiront les moyens financiers adéquats.

Le corps de ville, acteur des transformations urbaines61

  • 61 La problématique de ce développement est largement inspirée du chap. x de l’ouvrage de J.-C. Perro (...)
  • 62 Les édiles se faisaient l’écho de préoccupations de leurs contemporains, eux-mêmes sensibilisés pa (...)

53Aménager les villes est une idée neuve à l’époque moderne. Les édiles tourangeaux n’échappent pas au mouvement et, malgré la faiblesse de leurs revenus, s’efforcent d’ouvrir la cité en la débarrassant, au moins partiellement, des murailles qui l’enserrent. Ils tentent aussi de la doter d’une voirie de qualité et, surtout, d’offrir aux habitants de meilleures conditions de vie en veillant à l’approvisionnement en eau, en éclairant et en faisant nettoyer les rues62. Ces changements entraînent une redéfinition de la cité, imposant, à l’intérieur, une réforme du réseau paroissial et, à l’extérieur, l’instauration de nouvelles limites entre la ville et la campagne.

Une ville plus ouverte : le démantèlement progressif de la muraille

  • 63 C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit.

54Dans le passé, les remparts de Tours avaient fait l’objet de dépenses importantes et de soins attentifs. Les premiers murs, érigés au xive siècle, avaient été intégrés dans la nouvelle enceinte qui, décidée en 1591, fut terminée dans la décennie 169063. Doublant la superficie de la cité et englobant les faubourgs de Notre-Dame-La-Riche et de Saint-Pierre-des-Corps, les nouveaux remparts étaient alors constitués de murs, de bastions et de demi-lunes, et s’ouvraient par treize portes : de la Madeleine, de Bourbon, Saint-Étienne, Saint-Éloy, des Oiseaux, Notre-Dame-La-Riche, des Tanneurs, de l’Écouerie, Montfumier, de la Foire-le-Roi, des Amandiers, du Vieux Pont, Saint-Louis. Il existait également deux portes qui ne s’intégraient bien évidemment pas dans les remparts : celle de l’Entrepont, sur l’île Saint-Jacques, et celle de de la Croix-Quantin, dans le faubourg de Saint-Symphorien au nord du fleuve. Pour compléter le dispositif défensif, un espace assez large avait été laissé libre à l’extérieur de ces murs : ces « boulevards » avaient rapidement été aménagés en promenades et avaient pris le nom de « mails ».

  • 64 Cf. chap. v.
  • 65 AMT, DD 25. Cf. chap. v.

55Ces espaces avaient été placés par l’autorité royale sous la responsabilité de la municipalité : elle seule pouvait les modifier, les réparer ou les louer à loisir. Depuis 1724, elle affermait les 9 hectares de terres arables situés au pied des remparts méridionaux à des jardiniers et louait les bastions à des agriculteurs64. Au fil des décennies, l’impératif militaire disparaissant, la Ville, par ailleurs à court d’argent, entretint de moins en moins ces espaces et procéda à plusieurs démolitions. Les remparts médiévaux, situés à l’intérieur de la cité, furent les premiers abattus parce qu’ils étaient devenus dangereux ou qu’ils gênaient la circulation : la Ville fit démolir les vieilles portes de la Guerche et de Saint-Simple percées dans l’enceinte du xive siècle. Mais une partie de la muraille moderne fut également démantelée : en 1709, la porte Bourbon fut démolie ; en décembre 1726, la Ville fit abattre le cintre ruiné d’une porte située à proximité du mail Preuilly ; en 1757, ce fut le tour des portes de la Madeleine et de Saint-Étienne65.

  • 66 À cette occasion, la Ville récupéra trois figures de pierre représentant la Vierge, saint Nicolas (...)

56Le mouvement de démantèlement des murailles s’accélère dans les années 1770 et 1780. En 1768, la Ville démolit la demi-lune située face à la ruelle dite des Varutins (aujourd’hui non localisée) ; en 1784, elle fait de même avec le bastion du Patouilleau. En novembre 1770, l’échevinage fait abattre l’un des piliers de la seule porte de ville construite au nord de la Loire, près de la barrière de la Croix-Quantin, qui menace de tomber à la suite d’un « ébranlement reçu par une voiture ». En 1782, il prend la même décision pour la porte des Tanneurs et un pan de mur situé à proximité. Il accepte aussi la démolition de quelques parties de murs, près de la porte de l’Écouerie66. En avril 1776, il autorise le teinturier Couronneau à aménager une voie privée à travers le rempart afin d’accéder plus facilement au quai et d’assurer un meilleur « écoulement des eaux nécessaires à son commerce ».

57Deux raisons expliquent l’intensification de ce démantèlement dans les dernières années de l’Ancien Régime : l’ouverture des grands chantiers royaux et la pression des habitants. Les Tourangeaux, conscients de la plus-value qu’apportent des espaces ouverts sur la Loire, veulent en tirer profit. Les demandes d’autorisation de percement d’une ouverture dans les remparts se multiplient dans les dernières années de l’Ancien Régime ; elles concernent pour la plupart les rives du fleuve. Jusque dans les années 1770, l’accord donné par la Ville est toujours accompagnée d’une condition impérative : à la moindre alerte, l’intégrité de la muraille doit être restaurée. Un exemple illustre les réticences de la municipalité à ce propos. En juillet 1767, plusieurs habitants demandent l’ouverture sur la Loire de la rue des Trois Pucelles, ce qui nécessite la suppression d’une maison appartenant à la municipalité : la Ville décide d’attendre les six années nécessaires à l’expiration du bail. Six ans plus tard, en 1773, elle reçoit donc une nouvelle requête de la part de riverains désireux d’ouvrir la voie, mais elle n’y répond pas. Il faut l’intervention de l’intendant et de l’ingénieur Cadet de Limay pour qu’elle accepte la démolition proposée. Par la suite, de telles autorisations sont accordées plus vite et avec moins de réticence : en 1782, la rue des Carmes est ouverte sur les quais après un rapide examen du terrain. Les travaux du roi contribuent à accélérer le processus de démantèlement de l’enceinte. Ainsi, pour relier l’ancien faubourg de Notre-Dame-La-Riche à l’avenue de Bel-Air, les ingénieurs obtiennent que la Ville abatte la porte Saint-Éloy en décembre 1765 et celle des Oiseaux l’année suivante. En 1769, celle de Montfumier est détruite. Le mouvement prend de l’ampleur dans les années 1780. En 1782 et 1783, la Ville démolit les portes des Amandiers, de la Foire-le-Roi et de Saint-Louis, et adjuge, en 1784, la démolition de cinq autres portes, toutes donnant sur le fleuve et situées à proximité de la rue de la Poissonnerie, « depuis l’égout desTanneurs à la rue desTrois Pucelles ».

58La municipalité tient toutefois à conserver les signes visibles de démarcation entre la ville et les paroisses environnantes, avant tout pour des raisons fiscales. La levée des octrois se fait en effet pour l’essentiel aux entrées de la cité, plus précisément à huit points de passage : la Croix-Quantin, Saint-Barthélemy, le Vieux Calvaire au nord ; la Clarté à l’est ; la Porte d’Espagne au sud ; les portes Saint-Éloy, de Sainte-Anne et la rue du Port à l’Ouest. Quatre de ces entrées sont indiquées par une simple barrière, les quatre autres se confondent avec les portes ouvertes dans les remparts.

Une ville plus « commode » à ses habitants

59Malgré la médiocrité des finances publiques, la municipalité tenta d’améliorer la qualité des rues de la ville : ses efforts portèrent sur des travaux de pavage digne de ce nom et sur l’entretien des promenades et places publiques dont elle avait la charge.

Le perfectionnement de la voirie

60Si certaines rues avaient été pavées au cours des siècles précédents, bon nombre ne l’étaient toujours pas au xviiie siècle, ainsi qu’en témoigne le curé de Saint-Vincent en 1777 :

  • 67 ADIL, G 1028. Les rues Chaude, du Poitou, Chanoineau, de Saint-Martin, des Fossés Saint-Georges, d (...)

« Lorsque je suis arrivé il y a 27 ans dans cette paroisse […] toutes les rues excepté celle de la […] Scellerie [celle où se situait l’hôtel de l’intendance] étoient impraticables, la place de Saint-Étienne et la rue Saint-Georges n’étoient alors que des fossés, la rue Chaude étoit un marais, les rues de Lucé et de la Chèvre étoient des cloaques […]67. »

61C’est, une fois encore, au cours des années 1770 et 1780 que les travaux de pavage des rues se multiplient, bien qu’ils soient restés ponctuels et modestes.

Tableau 15 – Quelques exemples de pavage de rues à la fin de l’Ancien Régime.

Tableau 15 – Quelques exemples de pavage de rues à la fin de l’Ancien Régime.
  • 68 En témoigne la multiplication des « topographies médicales » dues à des médecins « associés » ou « (...)

62Cet effort est dû à une meilleure prise de conscience, de la part des autorités comme des habitants, de l’insalubrité des rues et des places. On est alors en pleine période » hygiéniste68 ».Endécembre1768, on déplore l’état général de la place du Chardonnet : cette prétendue place publique n’est en fait qu’un endroit grossièrement aménagé, couvert de terre battue, recevant les immondices et les eaux en provenance des rues voisines qui « infectent l’air ». En septembre 1786, on s’étonne du « mauvais état du pavé de partie du marché au blé de la ville » et on proclame « l’urgente nécessité de le réparer avant l’hiver ». Ce sera chose faite, grâce à la Ville, qui sait convaincre le seigneur des lieux, le chapitre de Saint-Martin, de procéder aux travaux nécessaires.

  • 69 Les particuliers pouvaient également réclamer de tels travaux, à condition d’obtenir la permission (...)
  • 70 ADIL, C 328 et AMT, BB 80.

63En matière de pavage, quatre autorités peuvent intervenir : le corps de ville, les seigneurs, le bureau des finances et les ingénieurs du roi69. Mais les édiles ne peuvent pas financer tous les pavages publics qu’ils souhaitent : ils ont déjà du mal à supporter les frais des grandes campagnes menées par le bureau des finances ou par les ingénieurs royaux et, là encore, l’intendant doit intervenir pour alléger la charge de la municipalité. En janvier 1785, il finance une bonne partie de la réfection du pavage de la rue des Fossés Saint-Georges. Sous le prétexte qu’elle a été abîmée « en entier par les grosses voitures qui depuis 1769 n’ont cessé d’y passer pour transporter des matériaux destinés à la construction du pont », les fonds sont pris, pour l’essentiel, sur ceux destinés à la construction du nouveau pont, un petit quart seulement devant être versé par les propriétaires riverains et par le corps de ville70.

64Jusque dans les dernières années de l’Ancien Régime, Tours ne dispose guère de places publiques dignes de ce nom : la plupart sont exiguës et certaines ne sont que de simples carrefours. Bon nombre se situent à l’intérieur du périmètre médiéval : les plus anciennes sont le marché au blé, la place de Châteauneuf, au pied de la basilique Saint-Martin, et la place du Chardonnet, au sud du cloître martinien. La place de Saint-Pierre-le-Puellier et le carroi de Beaune furent aménagés plus tard, sur l’emplacement de maisons acquises par les édiles. Dans le périmètre situé entre les vieux remparts et les murailles du xviie siècle, d’autres places avaient été créées, pour la plupart au débouché des voies principales conduisant aux faubourgs : la place des Boucheries, près de Saint-Pierre-des-Corps ; la place d’Aumont, entre les rues de la Scellerie et de la Bourde ; la place de la Victoire, à l’extrémité ouest de la Grande Rue ; et le placis de La Riche, au pied de l’église paroissiale du même nom. À l’exception de la place d’Aumont, lieu des feux de joie officiels, ces espaces étaient étroits et peu propices à l’accueil des foules. L’aménagement de la place Royale, devant le nouvel hôtel de ville, vint y remédier.

  • 71 AMT, BB 73, 6 février 1771.
  • 72 AMT, BB 75 et ADIL, C 280.
  • 73 ADIL, C 295. AMT, BB 77 (place Saint-Étienne) et AMT, BB 75 (place d’Aumont).

65À défaut d’agrandir les places anciennes, les autorités tourangelles en améliorent l’aspect. Satisfaisant au vœu commun, les édiles s’efforcent de débarrasser placettes, places et « boulevards » de tout élément gênant la promenade ou la circulation. En 1768, leur attention se porte sur la place du Chardonnet : ils y font réaliser un « pavage à deux revers dans toute la longueur » afin de conduire les eaux et immondices jusqu’à un puits perdu, et rédigent un règlement relatif aux conditions d’utilisation de cet espace. Il est désormais interdit d’y déposer des ordures ou toutes sortes de matériaux. La place, défendue aux voitures sous peine de confiscation, est enclose pour empêcher l’entrée des « charetiers ou des gens à cheval » et prévenir toute dégradation des arbres. Plus tard, on installera des tourniquets sur les barrières pour permettre aux seuls piétons de la traverser. La même attention est portée à la place d’Aumont. En février 1771, « plusieurs honnêtes gens de la ville » demandent aux édiles de faire de cet endroit « une place de décoration » ; pour cela, « d’en interrompre le passage à touttes [sic] les voitures et chevaux » en la faisant clore de barrières, près desquelles on planterait tilleuls et ormeaux ; et, enfin, « d’unir et de sabler l’intérieur de la ditte place ». Mais, pour l’instant, le corps de ville se borne à nommer deux commissaires chargés de lever un plan des lieux et d’établir un devis des travaux71. Deux ans plus tard, il fait repaver partiellement la place depuis la grande porte du cloître Saint-Martin jusqu’au « pavé qui tend au faubourg Saint-Éloy au marché vis-à vis la salle de spectacle », c’est-à-dire jusqu’au débouché de la rue de la Bourde. En 1780, on y plante tilleuls et ormeaux72. Le modeste placis de La Riche est l’objet de soins semblables. En décembre 1775, on en chasse les lavandières qui avaient, sans autorisation, installé des piquets et des fils pour étendre le linge, et entassé des monceaux de cendre, « ce qui fait un obstacle pour la vue des maisons […] et pour la communication avec les rues de Saint-Martin et autres ». À l’est, la Ville s’associe aux efforts de l’archevêque, qui, en août 1778, entreprend de réaménager la place Saint-Étienne pour donner plus d’éclat à la porte d’entrée de son palais. Le prélat, qui vient de faire paver « le long des nouveaux murs et [du] portail qu’il vient de construire », obtient du corps de ville qu’il en fasse autant sur le côté opposé. Deux ans plus tard, la placette offre un nouvel aspect : des arbres ont été plantés en « demi lune » en face de la porte, protégés par des bornes offertes par la Ville. De son côté, l’intendant a fait paver la petite place publique située à l’avant. Ces travaux ne satisfont toutefois personne : ils ont été menés trop rapidement, ce qui fait que la chaussée provisoire redevient rapidement « impraticable ». Les édiles, qui souhaitent sa réfection « pour la commodité publique, pour la décoration de la place », ne peuvent que contacter l’intendant, seul capable de financer les travaux73.

66Ainsi, malgré des moyens financiers limités, les officiers municipaux ont tenu à compléter, même modestement, les grands travaux entrepris par les ingénieurs du roi : ils ont démantelé une partie de l’enceinte moderne, démoli de vieilles portes et quelques pans de murs afin d’aménager des voies nouvelles. Les édiles, désormais animés du souci de participer à l’embellissement de leur ville et d’améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens, vont bientôt concrétiser leurs projets, car, rompant avec leur attitude passée, ils s’efforcent – chose nouvelle – de trouver les moyens financiers adéquats.

Le nettoyage des rues

  • 74 A. Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social (xviiie-xixesiècle), 1982.

67Comme dans d’autres villes, les officiers municipaux sont touchés par des préoccupations d’ordre sanitaire, même si l’état des techniques et la pénurie financière ne leur permettent pas de modifier la situation en profondeur. Médecins, autorités laïques et religieuses, mais également simples citadins s’accordent pour dénoncer la saleté des rues et les nuisances qui s’ensuivent. Ces critiques ne signifient pas que la propreté de la ville s’est détériorée, mais traduisent une sensibilité nouvelle et la peur accrue des effets des miasmes sur la santé74.

  • 75 AMT, BB 81, 4 juillet 1787.

68La municipalité tourangelle, consciente de ces problèmes, est poussée à intervenir par ses concitoyens : elle le fait comme toujours dans la limite de ses capacités financières. À la fin de l’Ancien Régime, elle enregistre de plus en plus de plaintes concernant les dépôts d’ordures disséminés çà et là dans les rues et sur les quais. Elle est régulièrement sollicitée pour faire nettoyer les voies publiques afin de supprimer les odeurs et les miasmes pouvant véhiculer des maladies contagieuses, surtout en temps de forte chaleur. Par exemple, en décembre 1783, plusieurs habitants se plaignent de ce qu’une ruelle située entre le mail et le faubourg Saint-Éloy est « infestée des ordures publiques ». En 1787, d’autres citadins, dont trois chanoines de la cathédrale, réclament le nettoyage d’un canal qui « exale [sic] une odeur capable d’infecter la salubrité de l’air dans ce canton75 ».

  • 76 Sur la topographie exacte de cette partie de la ville, voir le beau plan dessiné en juin 1780 par (...)
  • 77 Les temps avaient décidément bien changé : le nom d’une des rues de la ville, la rue Maufumier ou (...)

69Globalement, deux types d’endroits font l’objet de plaintes : d’une part, le dépotoir situé à l’ouest, au débouché de la rue des Récollets, près du Genève, « au dessous des remparts […] depuis la porte des Oiseaux jusque au de la les jardins occupés par Thomas Egau jardinier76 » ; et, d’autre part, les rues, ruelles ou culs-de-sac qui servent traditionnellement d’égouts à ciel ouvert, qu’on ne supporte plus77 de voir remplis de déchets de toutes sortes. La gestion du dépotoir occidental, mélange d’ordures et d’eaux en provenance de la rue des Récollets, incombe au corps de ville, tandis que le nettoyage des voies urbaines est du ressort du lieutenant de police : voilà une nouvelle occasion pour la Ville d’entrer en rivalité avec cet officier dont elle critique l’incurie. Décidée à régler sans attendre la question du cloaque situé à l’ouest, le corps de ville convoque le 18 juillet 1769 une assemblée des notables : celle-ci décide l’assèchement du lieu en faisant conduire l’eau stagnante à la Loire par des fossés creusés le long du nouveau chemin de Bel-Air. Elle envisage par ailleurs de relier ce canal aux fossés de la rue des Récollets par le biais d’un « aqueduc » construit avec les pierres provenant de la porte des Oiseaux. En complément, on demanderait aux « vidangeurs » d’acheminer leurs « boues » dans cet espace afin d’en exhausser le niveau et de faciliter son assèchement. Mais le projet est abandonné avant même le début des travaux lorsque l’intendant fait savoir que Trudaine va aménager une nouvelle levée à cet endroit. Dix ans plus tard, toutefois, l’érection de cette digue (la rue de Bel-Air) n’a pas réglé la question et l’ingénieur de Montrocher reprend l’idée d’assécher le lieu pour faire cesser « les exhalaisons [qui] infectent, corrompent l’air […] et y ont produit nombre de maladies putrides qui ont causé la mort à plusieurs citoyens » ; il fait en partie combler le site. Cependant, en 1788, des immondices sont toujours déposées au même endroit. Abandonnant l’idée de supprimer ce dépotoir, le corps de ville prend le parti de le faire nettoyer deux fois par an par un jardinier : celui-ci est autorisé à faire sécher les boues ainsi recueillies et à s’en servir pour fertiliser la terre de son lopin. La question des varennes et de leur assèchement se posera longtemps : de nouveau évoquée en 1791, elle ne sera véritablement réglée qu’au siècle suivant.

70Autre problème récurrent, la propreté des rues. Le lieutenant de police, qui en est chargé, se contente de rappeler de temps en temps aux habitants la nécessité de balayer devant leurs portes et d’entasser les ordures et gravats pour qu’ils ne s’éparpillent pas à la moindre averse. De temps à autre, un nettoyage plus complet est assuré par quelques jardiniers qui viennent ramasser les boues pour engraisser leurs jardins. Cependant, on se plaint souvent de ce travail, qui a lieu souvent la nuit et tend « à augmenter la malpropreté plutôt que de la diminuer : [les jardiniers] font cet enlèvement avec des panniers sur des chevaux et anes qui répandent souvant par le défaut d’attention ou mauvais état des panniers les boues dans les endroits où ils ont été ramassés avec soin [sic] ».

  • 78 C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit.

71À la fin de l’Ancien Régime, encore une fois pressée par les habitants, la municipalité sollicite le roi pour réactiver le service de ramassage des boues, véritable « serpent de mer » dans l’histoire municipale. Par ses lettres patentes des 3 août et 4 septembre 1553, Henri II avait en effet décidé que les rues seraient quotidiennement débarrassées de leurs ordures par deux préposés. Pour faire face à cette charge, le roi avait autorisé le corps de ville à lever sur l’ensemble des habitants un impôt d’un montant total de 200 écus par an. Ce service fonctionna de manière plus ou moins régulière jusqu’en 1590, date à laquelle il fut supprimé à cause de l’opposition des deux chapitres principaux. Il fut recréé en 1685, supprimé à une date inconnue et rétabli de manière temporaire en 171478.

  • 79 Pour les distinguer aux yeux du public et à ceux des commissaires de police, il fut convenu que le (...)

72L’arrêt du Conseil du 6 décembre 1787 autorise la Ville à réactiver ce service, placé sous la surveillance du lieutenant de police et de l’intendant. Le cahier des charges, défini le 16 mai 1788, partage la cité en trois secteurs : le premier comprend la place Royale, les rues Choiseul, Banchereau et Du Cluzel, le Petit Mail jusqu’à la barrière de la Madeleine et toutes les rues et places comprises entre ces limites, exception faite du cloître Saint-Gatien ; le second couvre toute la partie ouest de la ville, entre les rues sus-mentionnées et la barrière de Sainte-Anne, cloître Saint-Martin excepté ; le dernier comprend le pont neuf, la place d’Aine et le faubourg Saint-Symphorien. Il est prévu que les boues soient enlevées tout au long de l’année, les lundi, mercredi et vendredi de chaque semaine, avant le début des messes paroissiales, c’est-à-dire à partir de 7 heures du matin du 1er avril au 30 septembre et de 8 heures du 1er octobre au 31 mars. Les dimanches et lors des fêtes annuelles, le service doit être assuré la veille, à 18 heures en été, 15 heures en hiver. Les entrepreneurs s’engagent à employer des éboueurs « de force et d’expérience suffisante » associés par paires, un conducteur et « un retrousseur », « munis de pelles et balais pour enlever les boues, pailles, fumiers et immondices, bouteilles, verres, fayances et autres matières propres à blesser hommes et chevaux ». Le ramassage doit se faire avec des tombereaux bien clos, afin que les immondices ne se répandent pas durant la marche79 : pour faciliter l’opération, les habitants sont priés de balayer devant leur porte et de mettre les ordures en tas. Ayant prévu de faire débuter le service à la Saint-Jean-Baptiste (24 juin) 1788, la municipalité l’adjuge le 30 mai pour trois ans, au terme d’enchères disputées, à Mathurin Destraves, maréchal, Pierre Habert, tailleur, et François Haguenier, jardinier, tous trois de Saint-Pierre-des-Corps. En juillet, deux délégués municipaux sont nommés pour vérifier que les terrains choisis par les adjudicataires pour y déverser les ordures correspondent bien aux critères indiqués dans le contrat : les lieux doivent être situés hors de la ville, à plus de 150 toises des premières maisons.

  • 80 Les péripéties de cette histoire sont rapportées dans AMT, BB 81, 82 et 83 ; 1D22 (où l’affaire es (...)
  • 81 Cf. chap.iv.

73Malgré l’attention que les édiles y portent, le service fonctionne mal. Les adjudicataires et les sous-fermiers avec qui ils ont traité à leur tour se heurtent rapidement aux plaintes, voire aux insultes et mauvais accueil des habitants. L’enlèvement des boues devient très vite une occasion d’affrontement supplémentaire entre le corps de ville, qui a tendance à soutenir les adjudicataires, et le lieutenant général de police, dont les commissaires multiplient les amendes à leur encontre pour sanctionner le non-respect de leur cahier des charges. Les adjudicataires finissent par mettre en cause la municipalité, à qui ils demandent d’intervenir pour obtenir le maintien de la jouissance de leur monopole ainsi que des indemnités pour les amendes qu’ils ont eu à payer. L’intendant est appelé à la rescousse par le corps de ville, auquel il se montre plutôt favorable : il obtient en août 1788 un arrêt du Conseil permettant d’évoquer devant lui les contestations. Mais la situation ne s’améliore pas. Certes, la succession des grands événements politiques relègue l’affaire au second plan, mais le dossier est repris en septembre 1789 par le Comité permanent et se retrouve sur le bureau de la nouvelle municipalité élue en février 1790, qui dispose désormais du pouvoir de police. Celle-ci ne peut que constater l’incurie du service, à tel point qu’elle doit faire appel à des ouvriers indépendants pour balayer les rues principales lors de la fête donnée pour son intronisation. Finalement, les adjudicataires préfèrent demander la résiliation de leur contrat, ce que le conseil général de la commune accepte à sa réunion du 27 février. Les plus pauvres sont autorisés à ramasser à leur profit boues et fumiers dans les rues, « comme cela se faisait auparavant80 ». Le souci de salubrité publique ne disparaît cependant pas, puisque les municipalités de 1790-1792 multiplient les initiatives allant dans le sens d’une meilleure hygiène : en mars 1790, les édiles offrent 12 L à quiconque aura prouvé avoir abattu des chiens errants, soupçonnés de véhiculer la rage ; quelques mois plus tard, ils engagent les services du médecin Claude Veau Delaunay81.

74Les temps avaient donc changé : malgré la faiblesse persistante de leurs moyens, les édiles avaient désormais le désir de rendre la ville plus salubre, plus « commode » à ses habitants. C’est ainsi qu’ils tentèrent de maintenir le vieux service d’approvisionnement en eau. Ils réussirent surtout à doter la cité d’un éclairage moderne.

L’amélioration de l’alimentation en eau

75Les citadins disposaient de trois moyens pour se fournir en eau : puiser directement aux fleuves, rivières ou points d’eau naturels ; capter des sources et acheminer les eaux vers les villes ; creuser des puits.

  • 82 Pour le médecin tourangeau Duvergé, dont les analyses étaient empiriques, une eau bonne était sans (...)
  • 83 Cité par C. Massotte, Tours, Histoire d’eau, 1991. Voir aussi P. Domec, « Les six fontaines Renais (...)

76Malgré sa proximité avec un fleuve, Tours était paradoxalement difficile à approvisionner en eau de qualité. Il est vrai que la Loire servait d’égout à ciel ouvert, mais, paradoxalement, les rares médecins qui étudiaient ses eaux leur faisaient une réputation plutôt bonne82. Ce sont les eaux des puits situés à l’intérieur de la cité qui étaient les moins prisées : décrites comme nauséabondes, souillées par les cimetières situés à proximité, par les fosses d’aisance perméables ou les fumiers, elles étaient réputées donner un « goût de pisse au pain83 ».

  • 84 Sept autres seulement devaient obtenir ce privilège au cours des trois derniers siècles de l’Ancie (...)

77C’est dire l’intérêt que représentaient les six fontaines aménagées au début du xvie siècle. Le corps de ville avait décidé leur construction à l’occasion du séjour de Louis XII venu assister aux états généraux de 1506. Le maire Henri Bohier avait confié l’entreprise au maître fontainier rouennais Pierre de Valence et financé l’entreprise grâce à un fonds constitué par la levée d’un droit sur les denrées vendues sur le marché durant les travaux. Ceux-ci, menés de 1506 à 1523, eurent lieu en deux temps. De 1507 à 1508, on creusa un vaste réservoir ou « château d’eau » souterrain sur la paroisse de Saint-Avertin pour recueillir l’eau de la source du Limançon. On compléta ce travail par l’aménagement d’un aqueduc qui, passant dans la prairie dite du Cher et sous la rivière elle-même, aboutissait place Saint-Étienne. De 1508 à 1510, on installa six fontaines dans la ville : place Saint-Étienne, place Foire-le-Roi, au carroi de Beaune, au carroi de Saint-Martin, place du Grand Marché, et enfin sur le parvis de l’église Saint-Hilaire. Deux particuliers obtinrent le droit d’être raccordés au réseau, à leurs frais84. Ces fontaines étaient approvisionnées grâce à trois canalisations souterraines principales, qui traversaient la ville sur une longueur d’environ 4 km. La première descendait la rue de la Scellerie à partir de la place Saint-Étienne, venait alimenter au passage la fontaine Saint-Hilaire, avant de poursuivre rue de la Harpe, carroi Saint-Martin pour aboutir place du Grand Marché. La deuxième canalisation venait se greffer sur la première à l’angle de la rue de la Scellerie et de la rue Traversaine pour remonter cette dernière et aboutir carroi de Beaune. La troisième, enfin, empruntait la rue du Cygne et la Grande Rue pour approvisionner la fontaine de la place Foire-le-Roi. L’entreprise coûta un total de 17230 L.

78Au xviiie siècle, le système de distribution de l’eau correspond mal aux besoins des habitants : les faubourgs englobés dans la nouvelle enceinte sont exclus de ce service et les fontaines sont mal réparties. Celle du Grand Marché alimente un grand nombre d’habitants : ceux de la place et du cloître Saint-Martin, de la place d’Aumont, du faubourg Saint-Éloy et d’une partie de la Grande Rue. Le faubourg Saint-Éloy est le plus mal alimenté car situé loin du fleuve et des fontaines.

  • 85 Par ce contrat, signé le 13 janvier 1682, les deux hommes s’engageaient à fournir un minimum de 9 (...)

79Surtout, le réseau a été mal entretenu. À la fin du xviie siècle, le corps de ville, constatant les premières dégradations importantes, avait confié l’entretien du service à deux artisans, Lucas et Villiers, l’un menuisier, l’autre serrurier. Ces derniers avaient creusé à Saint-Avertin un nouveau bassin, plus large et plus profond, remplacé des tuyaux, construit une machine hydraulique mue par un cheval pour augmenter le débit, et érigé un bâtiment destiné à recevoir la machine, les chevaux, un magasin et même une boulangerie. De plus, contre 1 200 L par an, ils se chargeaient d’assurer l’acheminement des eaux au réservoir principal de Saint-Étienne85. De son côté, la municipalité conserva l’entretien des fontaines et des canalisations intérieures à la ville. Tous les neuf ans, ces travaux faisaient l’objet d’une adjudication au rabais devant l’intendant.

  • 86 On en est certain, du moins jusqu’en 1722, date à laquelle s’arrêtent les registres de comptes.
  • 87 Le 14 juillet 1790, la municipalité releva une dégradation à caractère plus politique : des anonym (...)

80Le corps de ville versa annuellement les 1 200 L exigées par le contrat86, mais ne put trouver l’argent nécessaire aux grosses réparations – qu’il convenait souvent de faire dans l’urgence –, le budget fixé en 1689 ne prévoyant aucune somme pour cela. À défaut de réfection d’ampleur, la municipalité engagea à partir de 1725 un fontainier. Choisi parmi des artisans de confiance – Gabriel Hullin (1734-1758), puis Louis Robert, son fils Louis Robert-Sarret (nommé en 1784, il démissionna pour se consacrer à ses fonctions d’élu municipal) et Lalleau (à partir d’octobre 1790) –, il recevait de 30 à 50 L par an, sans compter les suppléments pour travaux extraordinaires. Il entrait dans ses attributions de surveiller le niveau de l’eau dans le bassin de Saint-Étienne, de faire les réparations indispensables, et de veiller à la sauvegarde des fontaines et au respect des règlements municipaux. Ceux-ci, d’ailleurs peu nombreux avant la Révolution – on en compte cinq pour le dernier siècle de l’Ancien Régime –, interdisaient de laver le linge dans les bassins des fontaines, de boucher les jets d’eau comme les enfants aimaient à le faire, et prévoyaient la punition des détournements d’eau et autres vols ou dégradations volontaires87.

  • 88 Un croquis de la façade de cette fontaine, de style classique, est consultable en ADIL, C 226.
  • 89 AMT, BB 76, BB 78 et ADIL, C 280.

81Au siècle des Lumières, le système d’adduction de l’eau n’est modifié et agrandi que dans les toutes dernières années de l’Ancien Régime. Il faut attendre 1787 pour qu’une quatrième canalisation soit aménagée, passant par la rue Chaude et aboutissant au bas de la rue Neuve pour alimenter une septième fontaine (en réalité, elle était destinée à remplacer celle du carroi de Beaune, déplacée lors des travaux), à laquelle on donna le nom de Du Cluzel88. Malgré leurs ambitieux chantiers, les ingénieurs des Ponts et Chaussées ne s’intéressent pas à la question, et les édiles, paralysés par le manque d’argent, se contentent d’améliorations mineures. Ils font aménager des regards dans la chaussée au-devant des jets d’eau pour limiter les inconvénients d’un écoulement continu. L’eau de la fontaine Saint-Hilaire, par exemple, s’écoulait rue de la Scellerie, puis rue Neuve et parvenait aux portes de Fer, inondant au passage les cours des maisons, dont celle de la Messagerie. Lors des grands froids, des plaques de glace entraînaient la chute de piétons ou de chevaux et provoquaient même le versement de voitures. À l’occasion de la construction de la rue Neuve, habitants et édiles obtiennent de l’intendant le creusement d’un « puisard » pour permettre aux eaux de s’écouler ailleurs que dans les rues. Un aménagement semblable est réalisé aux fontaines du Grand Marché, du carroi Saint-Martin et de la place Saint-Étienne89.

82Le plus souvent, ce n’est pas l’abondance d’eau que l’on déplore, mais son absence, due au manque d’entretien des canalisations et de la machine de Saint-Avertin. Cette carence paraît encore plus regrettable au moment où l’on s’efforce de mettre sur pied un véritable service de lutte contre les incendies. Dans les dernières années de l’Ancien Régime, la question surgit de plus en plus souvent dans les registres de délibérations. C’est le signe d’un intérêt nouveau des habitants et du corps de ville, mais aussi celui d’une nécessité urgente : il faut réparer le vieux réseau et l’adapter aux besoins de l’époque. La Ville tente de prendre la mesure du problème en commandant un plan à son architecte, en préalable à d’éventuelles réparations. Une longue bataille judiciaire l’oppose, dans la seconde moitié du siècle, au consortium Villiers-Bacot (les héritiers des deux artisans avec lesquels elle avait traité à la fin du xviie siècle), chacun des protagonistes se renvoyant la responsabilité des défaillances pour ne pas avoir à en supporter les frais : le procès, qui dure de 1764 à 1789, n’apporte cependant aucune solution. Là encore, il faudra attendre le siècle suivant pour voir la municipalité prendre des mesures d’envergure.

Le grand chantier de « l’illumination » de la ville

  • 90 L’essentiel de la documentation est disponible en AMT, DD 25 et DD 26. Voir aussi, à la bibliothèq (...)
  • 91 C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit. Un règlement intervint en 1700 entre la Vill (...)
  • 92 En 1771, Meusnier en comptait encore une soixantaine, conservées à l’hôtel de ville.

83Les efforts des édiles du xviiie siècle sont plus efficaces en matière d’éclairage public90. Il ne s’agit pas d’une entreprise nouvelle puisque, à la fin du règne de Louis XIV, la ville avait déjà été dotée de lanternes. Mais les motivations des années 1780 sont différentes de celles qui avaient prévalu au cours du Grand Siècle. Le corps de ville avait alors installé 200 réverbères sur ordre de Louis XIV. Les arrêts du Conseil des 3 décembre 1697 et 25 février 1698 avaient ordonné l’illumination de la ville, pour raison de « sûreté publique », du 20 octobre au 31 mars de chaque année. Dans les faits, il s’agissait d’un impôt déguisé puisque, en échange de 99 000 L versées immédiatement au roi, qui prenait les frais d’installation à sa charge, la Ville devait recevoir chaque année 4 000 L pour faire face aux frais d’entretien. Les lanternes avaient été effectivement posées dans les rues, mais, très rapidement, l’entreprise avait été abandonnée et le matériel entreposé dans les sous-sols de l’hôtel de ville91. Trois quarts de siècle plus tard, les édiles témoignent de la présence dans les rues de quelques « vestiges des boîtes appliquées le long des maisons pour attacher les cordes qui servoient a les suspendre, [et des] restes de quelques vieilles lanternes […] en cet hôtel [de ville]92 ».

84L’idée d’éclairer la ville resurgit au début des années 1770, donnant lieu à une série de discussions. Le projet n’est cependant concrétisé qu’une dizaine d’années plus tard. La question est posée au corps de ville pour la première fois le 23 janvier 1771. Désireux de mener l’entreprise à bien, le maire Louis Benoît de La Grandière prend prétexte des accidents qui surviennent

« pendant la nuit, soit par le libertinage des troupes […], soit par le passage fréquent des recrues, ou par le défaut d’attention des charetiers qui laissent leur voiture dans les rues et par quantité de matériaux comme pierres, charpente et autres que les entrepreneurs laissent dans la voie publique. [Ainsi] ressemment [sic], le sr Bougault, commis du sr Luce traversant la rue de la Sellerie pour ses affaires et sans lumière a eu le malheur de se blesser considérablement par la rencontre d’une voiture qui était entreposée et à laquelle le chartier n’avait point mis de lanterne ».

  • 93 Ce plan était l’aboutissement de trois projets successivement étudiés, comportant à chaque fois un (...)
  • 94 Les citations sont tirées de AMT, BB 73.

85Le maire rapporte un autre incident advenu dans la nuit du lundi précédent, sur les onze heures du soir, au notaire Bidault : ce dernier « revenans de chez le S. Lefebvre marchand en cette ville et se rendant chez lui au moment d’ouvrir la porte de son domicile rue du Serpent-Volant il fut attaqué par trois ou quatre soldats dont un armé d’un sabre le frappa d’un coup si violent sur la main droite, qu’il lui a coupé trois doigts de la main droit dont il est considérablement blessé ». Le premier magistrat termine son exposé en proposant de rétablir l’illumination. Avec l’assentiment de ses collègues, il constitue donc un dossier complet à l’intention de l’intendant. Pour ce faire, il se plonge dans les archives de la ville « pour connaître la conduite qu’on a tenue a cet égard » au siècle dernier et évaluer la dépense. En mars 1771, un premier projet, qui a été élaboré avec des délégués commis par les députés des paroisses, est présenté : on préconise l’utilisation d’un certain type de réverbère, « à quatre mèches », et on précise les emplacements retenus pour les 65 lanternes jugées prioritaires93. Pour étayer le dossier, on évalue précisément la dépense (3 117 L) et l’on procède à un essai grandeur nature le 5 juin suivant. Ce soir-là, à 22 heures, un réverbère est installé au carrefour des Augustins et allumé sous les regards des commissaires « et de la pluspart des mm. du corps de ville […], et en présence d’un grand concours de peuple ». Le résultat fait merveille : « La lumière a porté dans presque toute la rue de l’Intendance jusqu’à Notre-Dame l’Écrignole, la place du Chardonnet, les rues de la Guerche, de la Galère, du Godet94. »

  • 95 AMT, BB 77, 12 janvier 1780.

86Malgré l’enthousiasme des édiles, le projet n’est pas concrétisé, faute d’argent. Mais au début de l’année 1780, des considérations de sécurité publique et d’esthétique rendent bientôt indispensable aux yeux des édiles l’éclairage de la partie remodelée de la ville. En effet, depuis l’ouverture du nouveau pont et de la nouvelle rue, les autorités déplorent des « accidents journaliers très graves principalement pour les etrangers qui abondent depuis [que Tours] est devenue une des villes les plus passagères du royaume ». Responsable de la sécurité sur la voie publique, le bailliage rappelle d’anciens règlements et « prescrit de tenir les rues libres et dégagées de tout obstacle et mettre des pots à feu aux batisses nécessaires ». Les édiles, jugeant ces mesures très insuffisantes et difficiles à faire respecter, réitèrent leur proposition d’installer « des lanternes ou réverbères [qui] placés uniformément, allumés et inspectés par les préposés […] fourniront une lumière égale et sagement distribuée95 ».

87Cette fois-ci, le corps de ville, soutenu par l’intendant, l’archevêque et nombre d’habitants, réussit à mener ce projet à bien. Ceci se fait en deux temps (la rue Neuve est équipée en 1783, le reste de la ville est illuminé le 13 décembre 1787), malgré les critiques parfois violentes des deux grands chapitres, alliés en l’occurrence aux communautés des marchands fabricants et des merciers.

  • 96 Tourtille Sangrain avait travaillé pour une bonne vingtaine de villes, dont Paris, Versailles, Arr (...)

88La première phase de l’ » illumination » de Tours – l’installation des lanternes de la rue Neuve – se déroule sur trois ans, de 1780 à 1783. Les deux premières années sont consacrées à l’achat du matériel nécessaire et, surtout, à l’étude de différentes propositions adressées par des artisans. Les édiles finissent par accepter les offres d’un certain Tourtille Sangrain96 et signent avec lui un contrat le 28 août 1781 : l’entrepreneur s’y engage à installer les « becs de lumière », contre 24 L 10 sols pièce, et à les entretenir pendant 20 ans, terme au-delà duquel la Ville deviendra propriétaire de l’ensemble. Le 1er octobre, le commis de l’entrepreneur, un certain Rivoire, entame les travaux d’installation des premières lanternes. La municipalité lui fournit un logement et un local « où il puisse faire son service », et le met en contact avec les différents artisans tourangeaux susceptibles de fabriquer les poteaux, boîtes et crochets d’après les modèles envoyés. Quelques semaines plus tard, on peut allumer 40 becs de lumière dans la nouvelle rue et trois autres devant la porte de l’hôtel de ville. Cette première dépense est supportée par la contribution levée sur les 49 propriétaires de terrains et de maisons situés dans la rue Neuve : elle s’élève à 1 979 L pour l’année 1781-1782 ; pour les années suivantes, la dépense est réduite à 980 L en 1783, 686 L en 1784, 734 L de 1785 à 1787. Tous les ans, chaque propriétaire doit acquitter 21 sols 9 deniers par toise de terrain ou 43 sols 6 deniers par toise de bâtiment donnant sur la rue. La Ville, qui s’occupe d’établir le rôle, le présente en 1783 et commence aussitôt la levée de l’impôt sur les propriétaires, à charge pour eux de faire contribuer leurs locataires. Le chapitre martinien paya la plus grosse part : 110 L pour un peu plus de 101 toises. Venaient ensuite le Séminaire, Saint-Julien et la Ville avec respectivement 55, 45 et 41 L. Les particuliers les plus imposés furent Papion et Gasnier, les deux gérants de la manufacture royale de soierie.

  • 97 [Abbé Fleuret,] La municipalité de Tours en 1787, op. cit. La pétition figure aux AMT, DD 26.

89L’intérêt d’une telle illumination apparaît vite et les habitants des autres rues demandent à profiter de ce confort nouveau. Au cours de l’hiver 1782-1783, certains posent eux-mêmes des lanternes dans les rues Sainte-Marthe, Saint-Étienne, de la Scellerie et des Fossés Saint-Georges. En août 1783, 114 particuliers signent une pétition réclamant une illumination générale de la cité, reprenant le désormais traditionnel argument de la sécurité et y ajoutant de nouveaux motifs d’ordre économique : « Les réverbères attireront les étrangers et les “consommateurs” et accroîtront les loyers97. » Soucieuse d’accéder à ce souhait qu’elle partage, la Ville entame une série de consultations : elle reçoit de l’intendant l’assurance que les frais de mise en service des réverbères seront intégrés dans les travaux d’aménagement de la rue Traversaine, et elle est autorisée, par les députés des paroisses réunis le 29 décembre 1784, à lever un nouvel impôt. La municipalité élabore donc un projet complet, fixant le nombre de réverbères à acheter ainsi que le budget à prévoir pour l’installation et l’entretien annuel des lanternes ; elle entame même la confection du rôle nécessaire à la levée de la taxe dont le principe a été adopté.

  • 98 La décision d’éclairer le pont fut reprise et menée à bien plus tard, en 1787 (AMT, BB 81, 25 avri (...)

90Averti de cette décision, Tourtille Sangrain multiplie les courriers pour proposer ses services et, avant même le terme des démarches officielles, fait mesurer la longueur des principales artères de la ville. À la suite de ce toisé, il fait une première proposition qui prévoit l’éclairage de 8 290 toises de rues (16 149 mètres) par 255 réverbères. Ce travail illustre la vision qu’un étranger à la cité pouvait porter sur elle et sur ses nouveaux aménagements : le pont neuf, les nouveaux boulevards aménagés à l’ouest, les quais, les quartiers Saint-Pierre-des-Corps, Saint-Éloy et Notre-Dame-La-Riche ne sont pas oubliés, tandis que le faubourg de Saint-Symphorien est maintenu dans l’obscurité. Toutefois, l’entrepreneur doit revoir son projet à la baisse en raison des soucis budgétaires de la Ville : les faubourgs Saint-Éloy et Saint-Pierre-des-Corps, le pont98, les quais, les nouveaux boulevards sont cette fois-ci éliminés de l’entreprise. En revanche, les rues où sont situés des églises (Saint-Hilaire et Saint-Étienne) ou des établissements religieux (les minimes, le Séminaire) sont dotées de réverbères, à la demande des édiles.

  • 99 Au total, 258 « boîtes simples » et 21 « boîtes encloisonnées » devaient être fabriquées, marquées (...)
  • 100 Roziers, nommé directeur local de l’entreprise, commandait à une vingtaine d’allumeurs chargés quo (...)
  • 101 AMT, BB 81, 25 avril, 16 et 24 mai 1787. Pour soulager la Ville, l’intendant comprend ces frais «  (...)

91L’obstination de Tourtille Sangrain est payante puisque, sans consulter d’autres entrepreneurs, la municipalité signe un contrat avec lui le 27 mai 1785, ce qu’approuvent les députés des paroisses le 9 juin. L’entrepreneur s’oblige à illuminer la cité pendant vingt ans à compter du 1er octobre 1785, à condition que l’entreprise soit autorisée par le Conseil du roi. Au cas où cette autorisation arriverait tardivement, l’illumination ne commencerait qu’au 1er octobre de l’année suivante. En échange, l’entrepreneur doit recevoir 24 L par bec de lumière, la Ville fournissant les « boites, rouleaux, barres, consoles, poteaux ou supports de fer », que, par mesure d’économie, elle fait confectionner par ses artisans habituels, suivant le modèle envoyé par Tourtille Sangrain99. Avant de signer le contrat, celui-ci parcourt les rues de la ville, solennellement conduit par les députés des paroisses, afin de marquer les murs concernés, d’arrêter la liste du matériel et de fixer le montant de la dépense. Sitôt le contrat signé, il nomme des « directeurs et allumeurs » chargés de superviser les travaux et d’entretenir les lanternes100. Dans les mois qui suivent, les becs de lumière – les « boîtes simples » – sont suspendus à des cordes reliant les deux côtés des rues et manœuvrables à l’aide de poulies. Sur les places publiques trop vastes pour être traversées par des cordes, des supports sont fixés aux murs pour recevoir les « boîtes encloisonnées ». Enfin, en certains endroits, faute de murs, on pose des poteaux. Le pont, dont l’éclairage a finalement été décidé « afin de prévenir les accidents et les malheurs qui pouroient arriver dans l’obscurité pour les passants au moyen de [son] extrême longueur », reçoit 18 poteaux en août 1787, « dont deux placés à chaque bout sur les dez [qui doivent servir] […] à éclairer la place Royale et la place d’Aine101 ».

92La seconde phase de l’installation proprement dite est donc achevée peu avant l’hiver 1785-1786. Toutefois, la cité n’est véritablement éclairée pour la première fois que le 13 décembre 1787, soit plus de deux ans après la date prévue. Le retard est dû à deux facteurs : la difficulté de trouver le financement nécessaire et l’opposition conjointe des chapitres et de deux communautés de métiers.

  • 102 AMT, BB 81, 18 août 1787.
  • 103 Sur la confection de ces deux derniers rôles fiscaux, cf. infra.
  • 104 AMT, BB 80, 10 août 1785.

93Pour faire face à la dépense – 9 280 L d’installation et environ 17 000 L d’entretien annuel –, la municipalité prend la décision, dès le 29 décembre 1784, de lever une nouvelle taxe, mais ce n’est qu’au cœur de l’été 1787 que l’échevinage se décide à demander l’arrêt du Conseil l’y autorisant102. Toutefois, sans attendre l’accord officiel, il entame son travail. S’inspirant des rôles du vingtième, des Enfants Trouvés et de celui des cimetières103, le corps de ville envisage de recenser l’ensemble des « maisons, magasins, propriétés, chantiers, cours et domaines étant dans l’intérieur de la ville, cloitres et fauxbourgs [sic] et lieux sujets à l’illumination », avec le nom des rues, des propriétaires et locataires et le montant des loyers. Pour ce faire, il se fait seconder par quatre députés des paroisses, les mieux à même de connaître les facultés de chacun. Toutefois, l’impôt n’est levé qu’en 1788. Ce délai est dû, pour une part, au désir des édiles de ne pas accabler les habitants. À l’intendant, qui avait très tôt accepté le principe d’une nouvelle taxe, ils rétorquent en effet, à l’été 1785, qu’ils ne désirent pas « grever subitement les citoyens de la double charge des réverbères et de l’augmentation de la capitation dont [la ville] est menacée et décide[nt] d’attendre l’obtention de l’arrêt du Conseil liquidant les dettes avant de solliciter l’autorisation de lever un nouvel impôt ». Or, cet arrêt de liquidation arrive tardivement, deux ans plus tard, en juillet 1787104. Dès le 18 août, le corps de ville demande donc l’autorisation de lever un impôt sur cinq ans pour supporter les frais d’installation et un impôt annuel pour l’entretien des réverbères, et ce sur tous les propriétaires de biens fonciers de la ville « et faux bourgs, privilégiés et non privilégiés, ecclésiastiques et laïcs […] sans aucune exception, si ce n’est les communautés de religieux actuellement mendiants et des hôpitaux ». Cette requête n’est cependant satisfaite que le 6 décembre : le respect des délais administratifs explique que l’illumination, prévue le 1er octobre, n’est effective que le 13 décembre 1787.

  • 105 Les rôles du vingtième, des Enfants Trouvés et des cimetières lui furent remis, ainsi que le broui (...)
  • 106 Initialement fixée à 16 402 L, la somme fut réduite par le corps de ville, désireux « d’alléger l’ (...)

94Des difficultés techniques ont par ailleurs ralenti la confection du rôle commencé en 1785. Le 10 janvier 1787, constatant qu’il a « sollicité en vain les états des maisons de la ville […] pour parvenir à fixer [déterminer] le montant de l’imposition nécessaire », le corps de ville décide, « pour accélérer l’opération », de transmettre cette tâche, trop technique pour lui, à un certain Mingot (ou Maingault), habituellement chargé du recouvrement des impôts à Tours ; le travail est terminé un an plus tard105. Quant aux représentants des paroisses, ils s’assemblent de janvier à août 1788 pour répartir l’imposition – fixée à 13 626 L106 – entre les propriétaires et usufruitiers des propriétés « au marc la livre des baux […] présentés » et pour rectifier les erreurs et oublis de Mingot. Rendu exécutoire par la signature de l’intendant, le rôle est ensuite communiqué au receveur municipal pour qu’il en assure le recouvrement « sans délai » et poursuive les retardataires. L’urgence est grande : Tourtille Sangrain s’impatiente. Pour le calmer, la Ville ordonne à Luce de lui avancer de l’argent : en janvier, l’entrepreneur reçoit 350 L, 5 635 L en mai, 30 000 L en septembre, puisées dans la caisse des foires mais aussi dans les fonds personnels du receveur municipal.

95Ces levées d’argent suscitent une violente réaction de la part de certains des privilégiés mis à contribution. Les chapitres, dont la consultation a été décidée à la réunion des notables du 29 décembre 1784, expriment très vite leur refus de la mise en œuvre du projet du corps de ville à l’intérieur de leurs cloîtres. Dans l’assemblée du 5 janvier suivant, celui de Saint-Martin, arguant de son droit de police et de voirie dans son cloître et de sa décision de l’éclairer à ses frais, rejette toute participation financière à l’illumination générale. Trois semaines plus tard, le chapitre cathédral fait savoir qu’il « s’oppose formellement » à l’installation des lanternes dans le sien et refuse qu’on y procède à une « inspection quelconque ». La municipalité réplique qu’elle préfère le bien commun aux intérêts particuliers. Elle oppose au chapitre martinien des arguments à la sonorité quasi révolutionnaire, prônant l’égalité de traitement des habitants :

« Le cloître étant composé pour la majeure partie des maisons les plus belles et les plus ornées, habitées par les gens les plus riches, et d’un prix supérieur, les chanoines qui les habitent et les loccataires laics qui sont dans un nombre bien supérieur participeront au bénéfice de l’illumination générale dans une égalle proportion avec tous les autres citoyens et contribueront à la dépense dans une proportion infiniment moindre […] ce qui est manifestement contraire à l’égalité qui doit reigner entre les citoyens d’une même ville, participant tous dans une égalle proportion aux bienfaits d’un établissement [sic]. »

  • 107 AMT, BB 80, 5 et 26 janvier 1785.

96L’échevinage, qui craint que cet état d’esprit ne contamine « tous les autres membres du clergé et [les] seigneurs dans la ville », juge les privilèges auxquels font référence les chanoines archaïques et désormais injustifiés : « Si les cloîtres il est vray ont pu jouir anciennement de privilèges particulliers lorsqu’ils étoient totallement séquestrés de la société des laïcs, habités par les chanoines seuls et par les personnes que leur permettoient d’avoir chez eux les saints canons », les chapitres ne peuvent plus « réclamer ces privilèges depuis qu’ils ont laissé tomber en déssuétude les dispositions des saints canons […] en admettant indistinctement les laïcs de tout état et tout sexe dans leurs maisons [sic] ». Il est notoire, ajoute-t-il, que « le cloître de Saint-Martin contient peut-être six fois plus de laïcs que de membres de leur Église, que le cloître étant donc maintenant livré aux usages de la vie civile, doit contribuer en tout aux charges de la municipalité [sic]107 ».

  • 108 Il s’agissait, à l’est, des rues de l’Épée de Bois et du Poitou, de la terrasse de l’Archevêché, d (...)

97La Ville finit néanmoins par baisser les bras et, pour avoir la paix, accepte avec l’intendant de retirer les cloîtres du projet général, non sans critiquer l’attitude des chanoines. À l’occasion de la venue de Tourtille Sangrain à Tours en mai 1787, le chapitre martinien signe avec lui un contrat pour 16 réverbères. Le chapitre cathédral signe un contrat semblable quelques semaines après, pour 9 réverbères. Malgré leur opposition, les chanoines durent également contribuer à l’éclairage de quelques rues communes à la ville et aux cloîtres108.

  • 109 Ce libelle, aujourd’hui disparu, nous est en partie connu grâce à l’ouvrage de l’abbé Fleuret, La (...)

98Pourtant, loin de se satisfaire de leur retrait du projet général, les chapitres orchestrent bientôt une violente campagne de calomnies contre le corps de ville, recevant à cette occasion le soutien de deux communautés de métiers. L’affaire débute à l’automne 1787, durant lequel un libelle particulièrement blessant à l’encontre des autorités municipales circule en ville109. L’essentiel des attaques portent sur trois thèmes : la légitimité des députés des paroisses pour prendre la décision de l’illumination générale, la pertinence de celle-ci et… la probité des officiers municipaux. La « constitution » municipale (c’est-à-dire le texte de 1619 qui règle le fonctionnement du corps de ville) est sérieusement remise en cause, notamment la représentativité des députés des paroisses, qui, lors de l’assemblée du 24 décembre 1784, « ont décidé l’éclairage sans mandat général » : les « habitants auraient dû recevoir une notification précise de l’objet de la délibération ». L’utilité même de l’entreprise est contestée. Les rédacteurs du libelle critiquent le goût du luxe que certains pourraient étaler à cette occasion : « Dans la plupart des rues, l’huile ne brûlerait que pour les murs et les pavés, pour quelques riches particuliers pendant les huit ou dix derniers jours de carnaval et pour deux à trois cent personnes allant au théâtre, quand théâtre il y a, dans une quinzaine de carosses », tandis que « les commerçants les plus occupés travaillent le soir dans leur cabinet, [et que les] bourgeois et les commerçants médiocres [ordinaires] passent paisiblement les soirées au sein de leurs familles sans participer jamais aux soirées des citoyens opulents ». L’argument de la sécurité est balayé : « On ne peut non plus déclarer l’éclairage nécessaire à la sécurité de la ville pour deux ou trois assassinats commis dans l’espace de trente ou quarante ans et à des heures où les réverbères doivent être éteints d’après le projet » ; au contraire, « on va fournir aux voleurs, scélérats, libertins la facilité d’explorer les maisons qui seront attaquées dans les ténèbres ». Quant au « libertinage », il s’est toujours exercé au « clair de lune ». Enfin, concernant le crime qui « ne rougit presque plus à la lumière du soleil ; oserait-il moins se produire à la lumière des réverbères, lumière obscure qui inspire plutôt l’impudence que la honte ? ». Les rédacteurs du libelle pensent qu’un éclairage partiel suffirait, Tours étant une « ville déserte : faite pour contenir 80 000 habitants, elle n’en compte plus que 20 000 […]. [Il] suffira d’éclairer les deux ou trois rues par lesquelles passent les étrangers ». Pour faire bonne mesure, le coût de l’entreprise est exagérément grossi : alors que la Ville, surendettée et en attente d’une décision royale relative à son budget, aurait promis de diminuer les impôts, les auteurs du libelle disent craindre une augmentation, ce qui entamerait « le strict nécessaire de la moitié au moins des habitants ».

  • 110 Cf. section « Foires » du chap. IX.

99Cette campagne de dénigrement est organisée conjointement par les deux grands chapitres et les communautés des marchands fabricants et des marchands merciers. Elle est le résultat de multiples tensions entre la municipalité et ces quatre corps. À la même époque, les chapitres sont en effet mis à contribution pour les frais liés au transfert des cimetières. La Ville, devenue responsable de la répartition de la capitation, a en outre décidé de soumettre à cet impôt les bedeaux et les sacristains. De leur côté, les corps des merciers et des marchands fabricants tiennent des réunions malgré l’interdiction de la municipalité. Les premiers sont en opposition ouverte depuis qu’il a été question de rétablir les foires110 : la municipalité n’aurait pas tenu compte de leur avis et de leurs intérêts. Quant aux marchands fabricants, ils ne digèrent pas le refus des édiles d’intervenir dans un différend interne à leur communauté.

  • 111 En réalité, ce n’était pas le chanoine Miré qui était en cause, mais Cabarat.

100Malgré les efforts de conciliation de l’archevêque et de l’intendant, le libelle inonde la cité, tandis que les démarches entreprises par deux chanoines de l’église cathédrale et par la communauté des marchands fabricants enveniment la situation. Le 19 septembre 1787, l’assemblée capitulaire de Saint-Gatien décide d’adresser des « représentations » aux officiers municipaux. En fait, le texte porté deux jours plus tard par huissier à l’échevinage fait état non plus de simples « représentations », mais d’une « opposition » au projet municipal. Le chapitre de Saint-Martin s’associe le lendemain à cette démarche, ainsi que les communautés des marchands fabricants et des marchands merciers, qui prétendent représenter le « général des habitants ». Sans doute effrayés par la dimension prise par cette affaire, les chanoines de Saint-Gatien commencent à faire machine arrière, expliquant qu’ils ont été victimes d’une manipulation de deux des leurs, Miré et Christiaen111. L’assemblée capitulaire aurait eu pour objet d’examiner une réclamation portée par ces deux chanoines et signée de 35 habitants opposés à l’illumination générale. Certaines signatures auraient été arrachées sous la pression de ces chanoines, qui auraient fait du « porte à porte » en montrant des chiffres volontairement grossis aux habitants : ils auraient affirmé que le coût estimé de l’installation des réverbères serait de 370 000 L et celui de l’entretien annuel de 20 000 L ! Par ailleurs, entre le 19 et le 21 septembre, les deux chanoines se sont présentés au domicile des curés de la ville et ont convaincu neuf d’entre eux de souscrire à ce qu’ils prétendaient être « l’opposition » du chapitre cathédral. Pour obtenir leur approbation, les chanoines leur auraient fait redouter que les bourgeois ne prennent prétexte de cette surcharge fiscale pour ne plus faire l’aumône.

  • 112 AMT, BB 81 et DD 26.

101Pour sa défense, l’autorité municipale fait rédiger et largement publier un mémoire dans lequel elle reprend une à une les accusations pour les réfuter. La légitimité des députés des paroisses y est réaffirmée, l’intégrité des officiers municipaux défendue112 :

« Il est facile de contrôler les registres : ils sont ouverts à tout le monde. On y trouvera consignée la mort d’un arbre mort [sic], d’un écu [sic] et de vieux matériaux [sic]. Les officiers municipaux s’abstiennent même de s’éclairer ordinairement avec de la bougie. En trente ans, il n’y a pas eu de repas à l’hôtel de ville, sauf […] un dîner sobre. […] Parfois, plusieurs, au bout de cinq heures de travail à la répartition des impôts se font servir un verre d’eau et de vin. »

  • 113 Citations extraites du manuscrit de l’abbé Fleuret, op. cit.
  • 114 Les commerçants incriminés et les deux chapitres principaux répliquèrent en faisant rédiger une ré (...)
  • 115 La Ville reçut le soutien actif de l’archevêque, de l’intendant, du gouverneur, de l’intendant des (...)

102S’il est vrai que, malgré toutes les économies réalisées, on n’a pu éviter les dettes, c’est à cause « des mauvaises récoltes [qui] ont contraint l’administration précédente à emprunter113 ». Le corps de ville condamne ces corps et communautés qui, sous prétexte de défendre les intérêts du « général des habitants », ne font en réalité que lutter pour le maintien de leurs privilèges114. Pour finir, la municipalité s’étonne de la présence, parmi les censeurs, de quelques signataires de la pétition de 1783, laquelle réclamait l’illumination générale. Soutenue par les plus hautes autorités de la province, la Ville obtient deux arrêts du Conseil qui lui donnent entière satisfaction. Le premier texte, en date du 6 décembre 1787, « ordonne l’illumination des rues de ladite Ville : en conséquence, déboute les Chapitres de Saint-Gatien & Saint-Martin, les Syndics & Adjoints des Fabricants & Marchands-Merciers […] de leurs Oppositions ». L’ordonnance de l’intendant qui suit « prie la compagnie [c’est-à-dire la municipalité] de s’occuper sans délai de [son] exécution […] dans la ville, dans les cloîtres ». L’arrêt du 28 mars 1788 condamne les deux imprimés anonymes « comme téméraires, calomnieux et attentatoires à l’honneur et réputation des Officiers Municipaux » et interdit leur circulation115.

  • 116 L’arrêt du Conseil du 20 septembre autorisa rétroactivement ces modifications. AMT, BB 82.

103Très vite, les critiques féroces de l’automne sont oubliées. Le corps de ville ne reçoit plus de reproches, bien au contraire : plusieurs pétitions réclament une extension de l’illumination. Cinq riverains de la place du Chardonnet se plaignent de l’obscurité dans un lieu où les passages sont nombreux et le « libertinage » fréquent. Les habitants de la Cour des carmélites, « sorte de cul-de-sac par lequel on accède depuis la rue Montfumier par un portail », voudraient également bénéficier de la lumière. Les habitants de la place Royale, du quai allant du château à la Madeleine, du quai Sainte-Anne, du passage près de l’église Sainte-Croix et de celui qui est situé près de la rue des Amandiers font également parvenir la même requête. En conséquence, la Ville procède dès avril 1788 à des réajustements, considérant que, s’il « est juste de faire participer avec égalité les citoyens à cette charge, [il] est juste également de faire cesser leurs plaintes ». Tourtille Sangrain revient à Tours pour faire déplacer certaines lanternes : après qu’il a visité le « quartier haut » et le « quartier bas » en compagnie des officiers municipaux désignés, on ôte le bec de lumière de la rue de la Chèvre, celui du carrefour de la rue des Oies, et on en place 92 supplémentaires « dans plusieurs endroits totalement oubliés », notamment 26 sur le quai, depuis le château jusqu’à la Madeleine116.

  • 117 AMT, DD 26.

104L’illumination devait avoir lieu du 1er octobre au 31 mars de chaque année, à des heures variant en fonction de la lumière solaire. À la fin de l’hiver 1788, les édiles la prolongent jusqu’au 8 mai, jour du remballage de la foire, pour des raisons de « bonne police » et de « sûreté publique ». Durant l’hiver de 1789, les conditions météorologiques entraînent la modification des heures d’éclairage : « À partir de demain 3 janvier les rues seront éclairées de cinq heures de relevée à onze heures de relevée […] pendant tout le temps que les rues seront remplies de neige et glace117. »

  • 118 La partie nord du pont, côté Saint-Symphorien, fut éteinte par le Comité, qui jugea son illuminati (...)

105Pendant les premières années de la Révolution, il n’est jamais question d’abandonner une entreprise qui permet de mieux contrôler les rues. Au moment des émois provoqués par la Grande Peur, les réverbères sont allumés toute la nuit. Ils sont cependant rapidement éteints lorsque le danger disparaît. En avril 1792, au plus fort de la crainte de troubles, les autorités demandent l’illumination exceptionnelle, le mois durant, en raison de l’afflux de personnes venues pour la foire de printemps. On craint des gens « mal attentionnés ». En fait, la ville, « redevenue calme », ne sera éclairée que jusqu’au 12 du mois. Hormis ces périodes exceptionnelles, la cité est illuminée selon le rythme prévu. En 1789, reprenant les termes des contrats signés avec Tourtille Sangrain, le Comité permanent fait allumer les réverbères, avec quelques jours de retard sur le calendrier habituel (6 novembre au lieu du 1er octobre118). Les deux cloîtres sont de même illuminés. En septembre 1789, Tourtille Sangrain cède son entreprise à une nouvelle société, avec laquelle le Comité tourangeau accepte de continuer son partenariat. Des réajustements sont réalisés au cours des années suivantes : la rue de la Bazoche est équipée sur la demande des habitants, le réverbère situé à la porte du collège est transféré devant celle de Luce – le receveur municipal qui se trouve être également celui du District – et les deux réverbères posés à la porte de l’hôtel de ville sont allumés jusqu’à 23 heures. La porte du Bureau de bienfaisance est également éclairée le 6 novembre 1790.

106Durant la période révolutionnaire, les municipalités examinent les plaintes des habitants qui estiment que les lanternes sont éteintes trop tôt et font remplacer les becs cassés. La dépense est supportée par une taxe, comme c’était le cas sous l’Ancien Régime : le rôle établi en 1791 pour payer les frais des années 1788-1790 fixe à 54 601 L la somme à prélever. Ce montant est ramené à 30 783 L, car les bénéfices des foires et de la ferme des boues sont employés à payer une partie de la dépense. Chaque habitant doit finalement s’acquitter d’une somme de 4 L 9 deniers par 100 L de loyer.

107À la veille de la Révolution, Tours a donc beaucoup changé. En dépit de la faiblesse de ses moyens financiers, la municipalité a su rendre la ville plus agréable à ses habitants. Si l’approvisionnement en eau n’a guère été amélioré, il est désormais plus facile de circuler dans la cité, davantage ouverte sur les campagnes environnantes et sur le fleuve depuis que les murailles ont été partiellement abattues et qu’un certain nombre de rues sont éclairées.

Vers une redéfinition de la ville

108D’autres chantiers, menés notamment par les autorités ecclésiastiques, améliorèrent encore les conditions de vie des citadins. Certains contribuèrent cependant à brouiller les repères dans la cité et son environnement immédiat ; la Ville s’efforça donc d’en définir de nouveaux.

Un premier exil des morts : le transfert des cimetières (1776-1779)

  • 119 Il s’agissait des sépultures des « archevêques, évêques, curés, patrons des églises et hauts justi (...)

109Bien que le caractère insalubre des cimetières ait été connu avant l’avènement des Lumières, ce n’est que dans le second tiers du xviiie siècle que l’opinion, sous l’influence des médecins, mais aussi des juges et même des hommes d’Église, commence à ressentir l’incongruité du voisinage des vivants et des morts. Après une grande enquête menée en 1763, les magistrats du parlement de Paris édictent un règlement en date du 21 mai 1765, qui limite le nombre des inhumations dans les églises et ordonne le transfert des cimetières. Si cette première tentative échoue, le texte bouleverse néanmoins les habitudes des curés et des fidèles, et contribua à sensibiliser les esprits. En 1774, un arrêt du parlement de Toulouse, puis une ordonnance de Loménie de Brienne, alors archevêque de cette ville, interdisent l’inhumation dans les églises de leur ressort. En 1775, l’Assemblée du clergé se fait l’écho auprès du roi des plaintes reçues concernant les sépultures dans les églises et la trop grande proximité des cimetières et du monde des vivants. Ces représentations sont à l’origine de la déclaration royale du 10 mars 1776, qui interdit, à quelques exceptions près119, les inhumations dans les églises et décide que les cimetières « seront portés, autant que les circonstances le permettront », hors des enceintes des villes.

  • 120 Au xvie siècle, quatre cimetières étaient encore situés hors les murs : ceux de Notre-Dame-La-Rich (...)
  • 121 Nous donnons, à titre d’information, la superficie des seize cimetières intra-muros de Tours à la (...)

110Tours était divisée en seize paroisses (avant les suppressions de la fin de l’Ancien Régime) et comptait autant de cimetières, généralement situés à proximité de l’église paroissiale. Du fait de l’agrandissement de la ville au xviie siècle, ces cimetières étaient tous à l’intérieur des murs, à l’exception de celui de Saint-Symphorien120. Totalisant 113 chaînées ¾ (environ 7 hectares ½), ces espaces avaient des superficies variables : Saint-Denis, avec 57 m2, était le plus petit, Notre-Dame-La-Riche, le plus vaste, avec près de 2 hectares121.

  • 122 B. Maillard, Histoire de Tours, op. cit., p. 189.

111Comme dans le reste du royaume, des voix autorisées stigmatisent bientôt l’implantation de ces cimetières. Le docteur Duvergé, dans son Mémoire topographique, physique et médical…, déplore les dangers pour la santé des Tourangeaux de la proximité de ces lieux d’inhumation. Un témoignage, certes isolé, laisse à penser que ces cimetières sont également ressentis comme une gêne par certains habitants : en 1765, le sieur Habert, entrepreneur, se plaint qu’il y ait « plusieurs cimetières dans cette ville nuisibles à la salubrité desd. Riverains » et demande que « l’arrêt rendu par le parlement pour les cimetières de Paris soit exécuté à Tours122 ».

  • 123 « Journal d’un habitant de Tours au xviiie siècle », BSAT, t. X. ADIL, C 297 (rapport de l’ingénie (...)

112Quelques réajustements avaient eu lieu au cours du xviiie siècle, tel le transfert, à la fin des années 1750, des sépultures du cimetière de Saint-Venant : une partie alla au sud de l’église et le restant au cimetière de Saint-Pierre-du-Chardonnet, agrandi pour l’occasion. Ce mouvement avait été décidé pour satisfaire le désir de l’intendant de jouir d’une vue plus agréable depuis son logement, installé alors dans le doyenné de Saint-Martin. En 1773, l’ingénieur Cadet de Limay envisage d’agrandir ou de déplacer le cimetière de Saint-Étienne, insuffisant pour accueillir les morts de la paroisse et de l’hôtel-Dieu, évalués en moyenne à 862 par an, dont près de 200 pour le seul hôpital : on ne sait si cette proposition fut suivie d’effet123.

113Cependant, rien n’est comparable au grand bouleversement décidé en 1776 par l’archevêque, désireux d’appliquer les termes de la déclaration royale du 10 mars de la même année, laquelle tente de réglementer avec rigueur les inhumations à l’intérieur des édifices religieux dans l’intention marquée d’en limiter le nombre. Ces restrictions entraînant, de fait, la saturation des cimetières paroissiaux, le roi autorise les autorités locales à rechercher et acquérir de nouveaux terrains vers lesquels les éventuels transferts pourront se faire.

  • 124 AMT, BB76 : délibérations des années 1776 et1777.

114Convaincu du bien-fondé de la décision, monseigneur de Conzié sait très vite persuader l’intendant, les ingénieurs royaux et la municipalité de le seconder pour l’appliquer sans délai. Dans sa lettre pastorale du 13 juin 1776, il explique les raisons, historiques et d’ordre sanitaire, qui le poussent à agir. Le 26 juin, il contacte la municipalité et l’informe de son intention de « faire cesser les inhumations dans l’intérieur de la ville et établir un ou plusieurs cimetières en des lieux convenables ». Le 3 juillet, il organise avec elle une réunion de travail, au terme de laquelle le corps de ville promet d’apporter toute son aide dans la recherche de nouveaux terrains propices aux inhumations124. Tout va dès lors très vite, et le projet est concrétisé moins de trois ans après la signature par le roi de sa déclaration : dès 1779, Tours enterre ses morts dans deux nouveaux cimetières.

  • 125 Après les visites de terrain effectuées en juillet et décembre 1776 et la consultation des curés, (...)

115La Ville s’attache d’abord à trouver les terrains convenables, qui doivent répondre à plusieurs critères fixés en accord avec l’archevêque. Deux de ces critères sont impératifs : la proximité avec les églises paroissiales et la superficie. Mais d’autres sont évoqués : les terrains doivent être relativement éloignés des maisons et des promenades publiques, être faciles d’accès et disposer d’une bonne hauteur de terre pour ne pas gâter les nappes phréatiques125. Chacune des propositions de la Ville est examinée par monseigneur de Conzié, mais également par l’ingénieur Cadet de Limay et les services de l’intendant.

116Après plusieurs visites, le choix des autorités s’arrête, en juillet 1776, sur trois terrains : le premier, à l’ouest, est situé près de la chapelle Saint-Éloy ; le deuxième, à l’est, sur un espace à proximité de Saint-Jean-des-Coups ; et le troisième, au sud, près des remparts. Invité à donner son avis, Cadet de Limay répond le 9 octobre qu’il approuve le premier choix, mais critique les deux autres, préférant un autre espace, près de l’hospice Saint-Joseph, du côté de Saint-Pierre-des-Corps. À son tour, le corps de ville émet des réserves au sujet de cet emplacement : le niveau du sol est trop bas et le terrain est trop éloigné des églises paroissiales.

117Dans son rapport du 10 décembre 1776 transmis à l’intendant, la Ville présente très précisément les deux premiers terrains, mais se dit dans l’incapacité de trouver un troisième espace convenant aux paroisses les plus méridionales, pour lesquelles elle suggère que les inhumations se fassent à l’ouest. Le rapport décrit soigneusement les lieux, donne leur distance par rapport aux habitations, aux promenades et aux églises paroissiales, indique leur superficie et précise la profondeur de la nappe phréatique. Enfin, il estime le coût du transfert des vieux cimetières et de l’aménagement des nouveaux, coût comprenant les indemnités dues aux propriétaires, les travaux de clôture, la construction d’abris et le tracé de « routes » intérieures servant à délimiter les quartiers réservés à chaque paroisse. À l’ouest, le premier terrain, facile d’accès depuis le faubourg de Notre-Dame-La-Riche par les « nouveaux boulevards », par la rue de la Bourde, la rue des Récollets et la rue du faubourg Saint-Éloy, est situé au pied de la chapelle Saint-Éloy. Comptant 80 perches, il peut servir aux paroisses de Notre-Dame-La-Riche, Saint-Clément, Saint-Simple, Saint-Venant, Sainte-Croix, Saint-Denis, Notre-Dame-de-l’Écrignole et Saint-Pierre-le-Puellier. Les édiles estiment que la chapelle peut offrir « sans dépence [le] lieu de prière nécessaire et [une] retraite […] pour mettre, en cas d’orage ou de mauvais temps, le clergé et les convois à l’abry ». Le second terrain proposé compte 111 chaînées. Situé près de Saint-Jean-des-Coups, il est destiné aux paroisses de Saint-Vincent, Saint-Pierre-du-Boile, Saint-Étienne, Saint-Pierre-des-Corps et à l’hôtel-Dieu. Situé « au sud de l’enclos des Dames Ursulines », il a l’avantage d’être fermé par une haie vive, au pied de laquelle court un fossé le « long de la ruelle qui conduit de la rue du Poitou au Petit Mail » (actuelle rue du Petit-Pré), et comporte en outre deux bâtisses : l’une en bon état, que l’on destine au jardinier ; l’autre, un ancien prieuré en ruine, qu’on envisage de rénover pour servir d’abri aux convois funéraires.

  • 126 Lors d’une nouvelle visite sur place, les officiers municipaux constatèrent l’existence à proximit (...)

118Le 8 janvier 1777, Cadet de Limay, qui a visité les deux terrains, émet cette fois des réserves sur l’un et l’autre. Il trouve celui de l’ouest trop exigu et en propose un autre, situé un peu plus au nord, entre la rue de la Bourde et le nouveau boulevard de Bel Air. La Ville se rend à son avis et opte, le 5 février, pour l’espace proposé, qui cumule plusieurs avantages : il est éloigné des promenades publiques, appartient à la Ville, est relativement vaste126 et son sol a une épaisseur de huit pieds. En outre, l’établissement du cimetière sur cet espace devrait être moins coûteux, bien qu’il soit nécessaire d’y construire une petite chapelle. En revanche, la Ville tient bon pour l’emplacement choisi à l’est. L’ingénieur proposait d’agrandir le cimetière servant à l’hôtel-Dieu en empiétant sur les terrains avoisinants ; près de là se dressait la chapelle Saint-Sébastien, qui pouvait servir « aux prières et d’abri au clergé et convois ». Le corps de ville estime que le terrain, destiné à des paroisses « considérables et peuplées et à l’hôpital de l’hôtel Dieu », est trop petit. Une nouvelle visite finit par convaincre tout le monde « qu’il n’y a point de plus convenable » que l’espace choisi par la municipalité.

119Le choix des emplacements est arrêté définitivement le 7 avril : dans son rapport du 10 décembre précédent, le corps de ville préconisait en effet d’attendre le printemps pour mesurer de nouveau la distance du sol à l’eau et éventuellement trouver des terrains susceptibles d’accueillir un cimetière « où on puisse creuser des fosses de six pieds de profondeur ». Plusieurs examens ont lieu en ce printemps 1777, qui tous montrent la faible épaisseur des couches de surface : « L’eau des puits des alentours n’est maintenant qu’à sept pieds sous le niveau des terres malgré la sécheresse de l’été et de l’automne. Toutes les personnes consultées […] ont dit que pendant plusieurs mois de l’année l’eau est à un pied et demi ou deux pieds et quelques fois au niveau des terres. » Une nouvelle vérification, menée durant l’hiver 1779-1780, aboutit à des résultats semblables, inquiétants. À l’est, l’eau est à 4 pieds 4 pouces. À l’ouest, la situation est meilleure, quoique pas tout à fait satisfaisante : l’eau est à 8 pieds en novembre 1779, 6 en décembre, 4 pieds 8 pouces en février 1780, 5 pieds 10 pouces en avril et à 5 pieds en mai.

  • 127 En avril 1789, le curé de Saint-Étienne, Babou, signala que la porte du cimetière de l’est ne ferm (...)

120En dépit des réserves émises au vu de ces résultats, les démarches complémentaires sont rapidement menées. L’adjudication des travaux – construction de clôtures et de maisons destinées aux gardiens-jardiniers – est enlevée le 29 décembre 1777 par François Jusseaume pour 24 000 L. En 1778 et 1779, chaque cimetière est clos de murs percés de portes soigneusement fermées à clé et divisé en plusieurs quartiers réservés à chacune des paroisses de la ville127. On les orne de croix, de portes et de piliers trouvés dans les vieux cimetières : en mars 1779,

« il a été planté la croix de la mission que Monseigneur de Fleury avait fait [faire] à son arrivé à Tours, au cimetière de la rue de la Bourde ; cette croix était anciennement plantée sur la place de Saint-Étienne. Il a été aussy défait trois piliers du cimetière de l’Écrignole que l’on regardait comme très curieux dans la ville ; dont il en a été réservé un pilier pour en faire une croix au cimetière S. Jean-des-Coux. Pour le cimetière du quartier haut, le 22 avril 1779, a été planté la croix sur une des colonnes, comme il est écrit ci-contre en mars ; la dite croix qui est plantée sur la colonne est du cimetière de Saint-Clément, elle est de cuivre ou métal et à coûté 150 L que l’on a remboursé à la fabrique de Saint-Clément […]. Au dit cimetière du quartier haut, les portes ont été posées le même jour que la croix ».

121Puis les nouveaux lieux de repos sont bénits, Saint-Jean-des-Coups le 30 novembre 1780 et Saint-Éloy le 12 avril 1781 :

  • 128 « Journal d’un habitant de Tours au xviiie siècle », BSAT, t. X. Ces cimetières sont aujourd’hui o (...)

« Le 30 novembre 1780, jour de Saint-André, par ordre de Monseigneur de Conzié, donné à Monsieur Louis Chesnon, curé de Saint-Pierre-du-Boile pour bénir le cimetière près des Ursulines, en conséquence le clergé de la dite paroisse s’est transporté, croix levée, au cimetière, on a commencé à genoux des litanies des Saints puis le Miserere ; pendant ce psaume on a fait la bénédiction du cimetière avec l’étole et chape blanche, le dit sieur curé en aube ; la bénédiction commencée [sic] [on a continué], par celuy de Saint-Vincent, ensuite celuy de Saint-Pierre-du-Boile, celuy du dépôt des pauvres, celuy de Saint-Étienne, ensuite celuy de Saint-Saturnin et fini par celuy de Saint-Vincent qui avait commencé. On a réservé derrière la porte un endroit pour les enfants mort-né. Après cette cérémonie on a retourné vis à vis de la croix ; on avait planté une croix de bois distante de six pieds et un ténébron [sic] distant de trois pieds où devaient être posés les cierges ; le célébrant a fait les encensements et ainsi finit la cérémonie128. »

122Tours, on le voit, fut très prompte à suivre les recommandations royales. Une telle célérité, d’ailleurs habituelle quand il s’agissait d’obéir aux ordres du roi, traduisait bien le désir des édiles de moderniser leur cité. Elle eut cependant des répercussions négatives, car le choix des nouveaux emplacements se révéla peu satisfaisant : ils étaient encore situés à l’intérieur de la ville et, surtout, le niveau de l’eau y était trop proche du sol. La solution, dérisoire, d’exhausser les terrains en apportant des débris de démolition ou des déchets de salpêtriers ne put remédier de manière satisfaisante à des inconvénients qui, apparus dès le début, furent régulièrement évoqués par la suite. Les autorités envisagèrent, dès l’an II, d’ouvrir un troisième lieu d’inhumation, mais le dossier fut laissé en suspens jusqu’au décret impérial du 13 prairial an XII, qui, systématisant la déclaration de 1776, condamna les cimetières intra-muros. Le projet n’aboutit toutefois qu’après la grande inondation de 1856, qui noya les cimetières sous plus de deux mètres d’eau.

  • 129 Avant même l’achèvement des transferts des restes des défunts, l’archevêque avait interdit, le 13 (...)
  • 130 ADIL, G 1019.

123Sans doute du fait de ces inconvénients, les paroissiens eurent du mal à abandonner leurs anciennes habitudes. En février 1784, des inhumations sont encore mentionnées à Notre-Dame-La-Riche, Saint-Venant, Saint-Hilaire, Saint-Saturnin et Saint-Vincent, et la réitération par les autorités de leurs recommandations montre la portée limitée de celles-ci129. Quoi qu’il en soit, les vieux cimetières sont vidés et les ossements transférés dans les nouveaux champs de repos. Les espaces ainsi récupérés servent tantôt à élargir des rues ou des places, tantôt à accueillir des activités nouvelles. En mars 1781, le cimetière de Saint-Pierre-du-Boile est fouillé, son niveau rabaissé à celui des voies adjacentes et est loti peu après. En avril 1786, le cimetière de Saint-Pierre-des-Corps est affermé à deux couples de lavandiers pour y faire sécher le linge130.

124Pour faire face à ces dépenses, l’arrêt du Conseil du 10 mars 1778 avait autorisé le corps de ville à lever sur deux ans (1778 et 1779) un nouvel impôt de 24 000 L. L’argent n’est cependant levé que cinq ans plus tard, en 1783. Ce retard a plusieurs explications.

  • 131 AMT, BB 77 et BB 78. Ce rôle servit également à répartir l’impôt supportant les frais de l’illumin (...)
  • 132 AMT, BB 78. Ces prétextes, souvent dérisoires, émanaient d’officiers municipaux désireux de repous (...)

125Cet impôt concernait l’ensemble des habitants, sans distinction de privilèges. Pour les levées précédentes, la référence en matière de répartition avait été la capitation ou le vingtième. Mais, dans un souci de justice et d’efficacité, les édiles entendent changer de méthode : certains, en effet, s’acquittent indirectement de ces impôts, ne les payant que par « commissions, charges et emplois » ; d’autres y échappent en raison de leur pauvreté, tandis que les ecclésiastiques en sont exemptés. Comment faire en sorte cette fois-ci que personne n’échappe à la charge commune ? Comment répondre aux objections du clergé ? La Ville propose de prendre pour référence le montant des loyers perçus ou payés, comme cela se faisait au xviie siècle. Pour ce faire, il est nécessaire de disposer d’un rôle récapitulatif général – un travail qui venait justement d’être achevé pour l’impôt des Enfants Trouvés131. Ayant obtenu l’assentiment officiel au printemps 1780, l’échevinage entame les opérations de répartition de l’impôt : 3/5 sont à la charge des propriétaires, le reste à celle des locataires, à raison de 10 deniers par livre de loyer perçu ou payé. Mais la tâche se trouve souvent ralentie sous divers prétextes, et il faut toute la volonté de Du Cluzel pour que le rôle soit terminé et mis en recouvrement en novembre 1783132.

  • 133 AMT, BB 80 et DD 24. Au total, 16 329 L d’indemnités furent versées. L’affaire la plus compliquée (...)

126Ces retards font augmenter le montant des dépenses à couvrir. Celui-ci a été initialement estimé à un peu plus de 22 000 L pour acquérir les terrains, les clôturer, y construire des maisonnettes, indemniser d’anciens propriétaires133 ou encore rémunérer les employés occupés à confectionner les rôles. Or, au final, la dépense s’élève à 32 659 L.

  • 134 AMT, BB 80.

127Une autre difficulté de taille survient : la farouche résistance des deux grands chapitres, prélude à l’opposition qu’ils mèneront, deux ans plus tard, lorsqu’on leur demandera de contribuer à l’illumination générale. Le jour où l’intendant approuve le rôle des cimetières, le 6 avril 1783, ces messieurs de Saint-Martin et de Saint-Gatien adressent une réclamation aux autorités, dans laquelle ils estiment insupportable l’idée de voir leurs propriétés comprises dans le rôle. Décidés à se défendre, les deux chapitres s’associent, se renseignent, soudoyant un des commis de bureaux de l’hôtel de ville et consultant plusieurs cités telles que Sens, Reims, Chartres et Paris. Ils exigent d’être « déchargés purement et simplement de touttes contributions à l’établissement et entretien des cimetières ». Informés par l’intendant, les édiles balaient les arguments des chanoines les uns après les autres dans leur réunion du 20 janvier 1784. « M. l’archevêque n’a point approuvé le changement des cimetières » ? C’est une contre-vérité car il en a pris l’initiative lui-même. Les chanoines citent un édit de 1695 « comme contenant en faveur des évêques, curés et autres, une exemption de toutte contribution aux réparations des nefs, églises, cimetières et presbitaires [sic] » ? On « assimile malapropos [sic] les maisons canoniales aux communautés religieuses, à l’évêché, aux presbitaires, à l’hôtel de l’intendance, palais de justice et autres édifices publics, que M. l’intendant […] a justement déchargé de la contribution134 ». Il faudrait exempter les maisons canoniales sous prétexte qu’elles appartiennent à la catégorie des bâtiments à caractère religieux ? Il est de notoriété publique que les cloîtres sont essentiellement loués à des laïcs : sur les 167 résidents du cloître de Saint-Gatien, 30 seulement sont ecclésiastiques, et sur les 373 locataires de l’enclos martinien, 31 sont membres du clergé. D’ailleurs, selon l’abbé Fleuret,

  • 135 La municipalité de Tours en 1787, op. cit.

« les cloîtres des Chapitres sont absolument livrés à l’habitation des citoyens de tout état, de tout sexe, de toutes professions, […] les maisons canoniales sont converties en Bureaux d’Impôts, et maisons publiques pour l’administration de la justice, […] les cloîtres habités par les personnes les plus riches sont le centre des plaisirs, de la bonne chair [sic], des repas, des danses et spectacles publics et particulier135 ».

128Il apparaît donc juste que ces locataires contribuent à la dépense des cimetières, et ce d’autant plus que les chapitres ne sont plus autorisés depuis 1776 à inhumer à l’intérieur de leur enclos.

  • 136 ADIL, G 159 et G 1019.

129Comme pour l’affaire des « illuminations », les chanoines tentent de se faire des alliés dans la population. Le 21 janvier 1784, la municipalité est saisie d’une « requête présentée à M. l’intendant par les curés, fabriciers, sindic et habitants de la paroisse de St Pierre des Corps », adoptée par une assemblée du 2 novembre 1783 : celle-ci sollicite l’autorisation de continuer à utiliser le cimetière paroissial et demande en conséquence à être déchargée de l’impôt. Mais les paroissiens ne sont pas unanimes : le maire évoque une protestation, enregistrée le 2 janvier devant le notaire Archambault par un « grand nombre des habitants de lad. paroisse, contre led. Acte d’assemblée ». En fait, il apparaît que cet acte est « l’effet de la sugestion de quelques esprits turbulents et singullièrement l’inspiration de deux commissaires du chapitre de Saint-Gatien [sic] ». La Ville prie l’intendant « d’arrêter la fermentation » suscitée par cette affaire dans la paroisse de Saint-Pierre-des-Corps. Par son ordonnance du 30 janvier 1784, d’Aine donne raison aux édiles et rejette la demande des chapitres. Les chanoines de Saint-Martin réagissent en des termes dépourvus de toute onction cléricale : « [Nous avons] entendu la lecture de la réponse de Messieurs de l’Hôtel de Ville et cette réponse nous a donné, comme on dit, sur l’oreille ». Ils font appel de la décision devant le Conseil privé du roi136. Décidé à défendre ses droits, le corps de ville fait parvenir de son côté toutes les pièces qui l’autorisaient à ouvrir les deux nouveaux cimetières, et le maire de Tours, alors présent à Paris pour appuyer d’autres dossiers, intervient en faveur de la Ville. Le Conseil du roi condamne finalement, le 27 mars 1787, les chanoines à payer leur quote-part. Avertie la première du verdict, la Ville décide, par « égards qui sont dus à deux corps aussi respectables », de ne pas dépêcher aux chanoines un huissier, comme cela se pratiquait habituellement, mais de députer l’échevin Gaudin pour leur demander s’ils souhaitent négocier à l’amiable ou s’ils préfèrent recevoir la signification officielle de l’arrêt. Les chanoines s’inclinent, mais leur rancœur se manifestera par une riposte mesquine et venimeuse lors du débat sur « l’illumination » de la cité : ils inondent alors la ville de libelles calomnieux à l’égard des édiles. Nous savons que, malgré ces attaques blessantes, le corps de ville tint bon, soutenu par les autorités.

  • 137 A. Lottin, « Les morts chassés des cités, “Lumières et Préjugés” : les “émeutes” à Lille (1779) et (...)

130La population paraît, dans son ensemble, avoir accueilli sans difficulté le transfert des cimetières, bien qu’elle n’ait jamais été consultée. Contrairement à Cambrai ou à Lille, aucune émeute n’éclata137. Bien au contraire, les paroissiens de Notre-Dame-de-l’Écrignole, Saint-Hilaire, Saint-Saturnin ou Saint-Vincent réclament à leur curé, en février 1784, le transfert des sépultures dans les nouveaux cimetières et l’arrêt des enterrements dans les vieux espaces. Mais les habitants exigent que l’on respecte les restes des défunts. Ils adressent à ce sujet au corps de ville quelques pétitions, telle celle du 28 mars 1792, qui déplore que

  • 138 AMT, 1D26.

« les acquéreurs des différentes églises supprimées […] ne se soumett[ent] point à la délibération […] relative à la translation dans les cimetières des ossements qui se trouvent dans les fouilles des dites églises, qu’au contraire, ils sont dispersés sur les places publiques et autres lieux, ce qui occasionne des murmures des citoyens qui ne peuvent voir sans douleur l’espèce de mépris qui semble être fait des cendres de leurs ancêtres138 ».

131Relativement prompte à transférer les cimetières, la Ville le fut encore plus pour fournir un lieu de repos aux protestants, avant même l’édit de novembre 1787 qui accorda à ceux-ci un état civil. Au début du règne de Louis XVI, la situation n’était guère satisfaisante. Les défunts ayant refusé les derniers sacrements de l’Église catholique ne pouvaient avoir une sépulture dans les cimetières. Ils étaient inhumés de nuit, en catimini, en divers endroits : la cour du château pour certains, des lieux privés, jardins ou celliers, pour d’autres. La question est mise à l’ordre du jour d’une réunion municipale en 1783 en raison de la présence du régiment suisse de Salis Grisons. Les édiles jugent indispensable de fournir un lieu de sépulture aux soldats protestants ; par la même occasion, ils s’intéressent aux

« protestants citoyens de cette ville [qui] n’ont également depuis nombre d’années aucun emplacement pour enterrer ceux de la communion [réformée], […] ils sont obligés de les déposer tantôt dans un endroit, tantôt dans un autre et de payer jusqu’à cinq louis la permission qu’ils obtiennent avec beaucoup de peine de quelques jardiniers, ce qui est contraire à la bonne police et au respect du pour [sic] les morts ».

  • 139 L’espace fut jugé « décent, commode, à l’abri des insultes, clos de murs, assez grand vu le petit (...)
  • 140 AMT, BB 79 (25 juin 1783), BB 82 (21 et 23 mai 1788) et DD 25. Cf. B. Maillard, « Religion et démo (...)

132La Ville accorde aussitôt pour la sépulture des protestants, locaux ou étrangers, une portion de terrain lui appartenant au bas du bastion nommé le Genève, à l’ouest des fortifications139. Aussi, lorsque, cinq ans plus tard, le subdélégué et l’Assemblée provinciale demandent un terrain pour l’inhumation des non-catholiques en exécution de l’édit de novembre 1787, les officiers municipaux répondent-ils non sans fierté avoir déjà résolu le problème « il y a plusieurs années140 ».

Un espace urbain repensé

133À la fin de l’Ancien Régime, d’autres entreprises contribuent à modifier les repères spatiaux : la numérotation des maisons, la réorganisation du maillage paroissial et la redéfinition des limites entre la cité et ses banlieues.

  • 141 AMT, BB 71-72, novembre 1768-février 1769, BB 80 et 1D5. L. de Grandmaison, « La première numérota (...)

134Pour faciliter l’hébergement des gens de guerre, une ordonnance du 1er mars 1768 avait imposé aux municipalités de numéroter les habitations141. Dans un premier temps, celle de Tours s’y refusa car elle craignait un surcroît de dépenses. Le corps de ville estimait la mesure réservée aux « villes et places de guerre » et inutile dans leur cité où « il ne s’est élevé aucune plainte de [la part des soldats] ni des habitants ». Mais, devant le maintien de leur exigence par les ministres, les édiles doivent bientôt entamer les démarches en compagnie du commissaire des guerres, qui n’est autre que le notable Mathieu Pierre Anguille de la Niverdière de Candé. Cette obéissance de façade n’empêche pas la municipalité de tenter une action avec les cités de Loches, Orléans et Poitiers, ce que déplore le premier secrétaire de l’intendance : il « attendoit que la ville de Tours, comme chef-lieu donneroit l’exemple ». Pour balayer les dernières hésitations, l’intendant autorise une inscription des numéros à l’économie : ils pourront être peints sur « un carré de la grandeur d’une plaque » et les frais seront supportés par chaque propriétaire. Le travail est effectué en 1769 et 1770. En août 1769, les officiers de la milice bourgeoise établissent une liste de 4 500 logements. À l’automne, la municipalité fait imprimer autant de billets, qu’elle distribue à chaque propriétaire ou locataire pour qu’ils fassent peindre sous quinze jours le numéro qu’elle leur a attribué selon une typographie précise : le numéro doit être inscrit « en chiffre ordinaire [de] quatre pouces de hauteur en noir et huille sur fond blanc ». Une quinzaine d’années plus tard, en 1784, la Ville procède, à la demande de Marius d’Aine, à la pose de plaques de fer-blanc portant le nom de certaines voies, rues, places ou quais, « comme cela se pratique dans presque toutes les grandes villes ». En 1790, dans un souci de rationalité, le conseil général de la commune décide que, désormais, « les maisons seront numérotées par série dans chaque rue et non pas par toute la ville », et que les numéros seront inscrits sur des ardoises.

  • 142 S. Livernet, Tours du xviiieau xxesiècle…, op. cit.,et S. Livernet, » Fiefs et paroisses à Tours a (...)
  • 143 Ces trois petites paroisses ne réunissent que 1750 habitants en 1781. ADIL, G 1005.
  • 144 AMT, BB 77 (février-avril 1779). L’église de Notre-Dame-de-l’Écrignole fut vendue en mars 1781, ce (...)

135C’est le même esprit de rationalisation caractéristique des Lumières qui pousse les autorités ecclésiastiques et civiles à adapter le maillage paroissial aux réalités démographiques de la ville142. Par son ordonnance du 4 juin 1777, monseigneur de Conzié réunit les paroisses de Saint-Simple et de Saint-Pierre-du-Chardonnet à celle de Saint-Clément. Quelques années plus tard, le 28 janvier 1781, il supprime les paroisses les plus petites : Sainte-Croix, Notre-Dame-de-l’Écrignole et Saint-Denis143. L’affaire est soumise à des « experts », après « audition des parties intéressées ». Ce travail est confié au « promoteur général du diocèse », Jacques Dufrementel, chanoine de Saint-Martin. Bien qu’il ait très rapidement obtenu l’aval du présidial, l’ecclésiastique tient, avant de statuer définitivement, à consulter les magistrats municipaux, considérant que « personne n’est plus à portée qu’eux de luy procurer les connoissances locales nécessaires à un pareil changement ». Il obtient sans problème leur accord, accord qu’ils renouvellent le 4 décembre 1780 lors d’une ultime conférence, tenue chez l’archevêque. Le territoire des trois paroisses est finalement réuni à celui de leurs voisines : Sainte-Croix est intégrée à Saint-Clément, Saint-Denis à Saint-Pierre-le-Puellier, tandis que Notre-Dame-de-l’Écrignole est divisée en quatre parties absorbées par Saint-Pierre-le-Puellier, Saint-Saturnin, Saint-Hilaire et Saint-Venant. Les églises désormais inutilisées sont vendues. Les acquéreurs des bâtiments paroissiaux sont des particuliers, surtout des professionnels du bâtiment. Les autres titres et droits de propriété des cures sont remis aux paroisses voisines144.

  • 145 La Ville avait perdu, en 1699, sa compétence sur la « banlieue » en matière de police ; elle avait (...)
  • 146 Cf. chap. v.

136La municipalité tient de son côté à redéfinir les limites de la ville, limites que la suppression partielle des remparts avait rendues plus floues : pour les autorités urbaines, il s’agissait d’un impératif technique autant qu’administratif. Jusqu’à la fin de l’époque moderne, on s’était peu interrogé sur la délimitation de la cité, physiquement séparée du plat-pays par ses remparts. Le corps de ville pouvait intervenir au-delà, dans ce qu’on appelait la « banlieue », c’est-à-dire l’espace où il avait autorité en matière d’entretien des chemins145. Un toisé général en avait fixé les « bornes et les limites » en 1607. Pour mettre un frein à la volonté des ingénieurs royaux d’étendre toujours plus la « banlieue » et de lui faire porter la charge – croissante – de son entretien, ce qui menace ses finances, la Ville doit redéfinir sa zone d’intervention en matière de voirie146. C’est chose faite en 1787.

137En avril 1783, la municipalité demande une redéfinition du faubourg de Saint-Symphorien, pour des raisons fiscales cette fois-ci. Le faubourg, le seul situé outre-Loire, avait vu son statut réglé par l’arrêt du Conseil du 7 mars 1752. Le texte avait fixé notamment ses limites du « côté des Capucins à l’ancienne porte joignant l’auberge du Château neuf », mais les grands travaux de la seconde moitié du xviiie siècle nécessitent bientôt une redéfinition de ce faubourg. Les habitants de la partie de la ville comprise entre les capucins et le nouveau pont sont en effet doublement sollicités : par les employés des aides, qui veulent annexer la partie située hors des barrières, et par les préposés à la perception, qui leur demandent de payer les droits d’entrée exigés de tout citadin. Ces Tourangeaux, en forte proportion des marchands, des aubergistes et des cabaretiers dont on peut penser qu’ils s’étaient installés là pour ne pas avoir à payer d’octrois pour les marchandises qu’ils font venir, refusent de participer aux charges communes des citadins. Le corps de ville, craignant que ces habitants, désormais « renfermés dans l’enceinte de la ville par le changement des barrières depuis la construction du nouveau pont [ne soient] en même temps exposés aux charges de la ville et de la campagne », demande l’autorisation de fixer de nouvelles limites. L’arrêt du Conseil du 17 janvier 1784 lui donne satisfaction et charge le commissaire départi de déterminer ces nouvelles bornes, afin « que tous ceux qui se trouveront être en dedans soient réputés bourgeois et habitants de la ville ».

  • 147 Il semble qu’un plan, aujourd’hui perdu, ait alors été dressé. AMT, BB 79, avril 1783 et BB 81, fé (...)

138La décision n’est cependant exécutée que quatre ans plus tard, malgré les nombreux courriers adressés à Marius d’Aine par la Ville. En mars 1788, l’intendant se décide enfin à désigner le subdélégué Picault pour diriger l’opération. Après plusieurs rendez-vous manqués, la réunion a lieu le 16 août. Ce jour-là, on s’accorde sur les nouvelles limites du faubourg : on les fixe « au nord à la grille de fer qui ferme la grande route de Paris en Espagne, à l’ouest à la grille fermant la grande route de Tours à Nantes, à l’est aux anciennes barrières de la porte Saint-Barthélémy, chemin de Saint-Symphorien à l’abbaye de Marmoutier ». Le procès-verbal, adopté et signé par le corps de ville, puis approuvé par l’intendant, est finalement imprimé, affiché dans toute la ville et lu aux habitants du faubourg, assemblés devant leur église le dimanche 18 janvier 1789 après la messe. Quelques jours auparavant, le document avait été transmis aux collecteurs147.

  • 148 AMT, 1D5. Il existe un plan – incomplet – de Tours, conservé aux ADIL (V/1.1.5), qui semble avoir (...)

139Le vœu des édiles de redéfinir les limites de la ville trouvait là sa concrétisation. Pour poursuivre dans cette voie, ils accordèrent leur soutien en octobre 1789 au travail commandé par l’ingénieur de Montrocher à un certain Fayot : il s’agissait d’établir un « plan géométral » représentant tous les bâtiments, cours et jardins de la ville. Le travail définitif, comportant 267 feuilles, fut remis le 27 juillet 1791 ; malheureusement, il a aujourd’hui disparu148.

*

140Les grands travaux qui bouleversèrent la physionomie de Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle durent finalement peu aux officiers municipaux. Ceux-ci, manquant constamment d’argent, ne purent financer aucun projet d’envergure. Toutefois, l’arrivée des ingénieurs royaux dans la cité modifia leur méthode de travail et les encouragea à entreprendre eux-mêmes des chantiers ; sans avoir l’ampleur ou la magnificence de ceux menés par la monarchie, les leurs n’en contribuèrent pas moins à améliorer les conditions de vie en ville.

141À la veille de la Révolution, si les Tourangeaux n’avaient pas tous une eau potable de qualité à leur disposition, ils circulaient dans des rues éclairées la nuit en hiver et nettoyées de temps à autre. Ils pouvaient également mieux se repérer grâce aux numéros apposés sur les logements et à quelques plaques portant les noms des rues. Les efforts des autorités urbaines et ecclésiastiques, qui, très tôt, avaient repoussé les cimetières hors des quartiers les plus peuplés, avaient assaini l’air de la ville. Surtout, la circulation dans et autour de la cité était plus aisée, grâce, d’une part, à des voies modernisées et bien raccordées au réseau de chemins des varennes et, d’autre part, à la grande route royale qui reliait désormais directement la capitale au sud-ouest. À cet effet, on détruisit de larges portions de murailles, on démolit les portes et on ouvrit la ville sur le fleuve. La destruction de ces repères entraîna leur remplacement par de nouvelles limites, moins bien matérialisés certes, mais remplissant la même fonction d’identifier clairement la cité comme espace fiscal particulier et territoire soumis à l’autorité municipale.

Notes

1 J.-L. Harouel : Histoire de l’urbanisme, 1993 ; L’embellissement des villes – L’urbanisme français au xviiie siècle, 1993 ; voir également du même auteur l’article « Voirie », in D. Alland et S. Rials, Dictionnaire de la culture juridique, 2003. D. Rabreau, « Urbanisme », in M. Delon (dir.), Dictionnaire européen des Lumières, 1997.

2 Ch. Martinet, Urbanisme et société à Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle, 1973.

3 Sur la chronologie de la construction des remparts du xviie siècle : C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit. L’arc de triomphe, imaginé par Le Chevallier, dessinateur des bâtiments du roi envoyé à Tours par Mansart, fut détruit en 1774 à l’occasion de la construction du nouveau pont et de l’aménagement de la rue nouvelle. Commandée au sculpteur Girardon et au fondeur Keller, la statue ne fut jamais érigée et prit finalement le chemin de Rennes. B. Maillard in B. Chevalier (dir.), Histoire de Tours, op. cit. Voir aussi S. Livernet, Tours du xviiie au xxe siècle – La conservation des éléments anciens dans une ville moderne, 1982.

4 B. Maillard, in Histoire de Tours, op. cit.

5 En 1609, la municipalité de Tours et le prévôt avaient trouvé un compromis pour clarifier leurs compétences respectives. Héritier de cet accord, le bureau des finances de Tours respecta ce partage des responsabilités. Cent cinquante ans plus tard, trésoriers de France et officiers municipaux continuaient à se transmettre les requêtes ne relevant pas de leur autorité respective, et leurs relations de travail étaient régulières, cordiales et complémentaires.

6 Sur les seigneurs acteurs en matière d’urbanisme, S. Livernet, Tours du xviiie au xxe siècle, op. cit. Sur le compromis de 1609, L. Benoît de La Grandière, op. cit., et sur les interventions, très modestes à Tours, du lieutenant de police, voir ADIL, série 2B.

7 Autorisés par L’Averdy à intervenir en matière d’urbanisme, les notables tourangeaux n’ont eu qu’une seule discussion à ce sujet, à l’issue négative : ils refusèrent le projet des trésoriers de décorer la place Victoire. AMT, BB 71.

8 F. Caillou, Une administration royale…, op. cit. et ADIL, C 162.

9 AMT, BB 74 et BB 78.

10 Une règle voulait que le corps de ville commande le pavage des rues ou places publiques et supporte leur entretien, mais qu’il ne pouvait décider aucun premier pavage : seuls les seigneurs des lieux pouvaient l’ordonner. En septembre 1786, pour aménager la place du marché, la municipalité s’entendit avec le chapitre de Saint-Martin et l’hôtel-Dieu, le premier en tant que haut justicier du quartier, le second comme propriétaire d’une partie des maisons riveraines.

11 En fait, le corps de ville ne prit vraiment conscience de l’ampleur des travaux engagés que le jour où l’entrepreneur lui apporta ses factures. La Ville découvrit par ailleurs que les prix pratiqués étaient trois fois plus élevés que ceux habituellement proposés : elle accusa les artisans d’avoir profité de l’occasion pour s’enrichir.

12 Jusqu’alors, les travaux, ordonnés par les officiers municipaux ou par l’intendant, étaient réalisés tant bien que mal par des ingénieurs peu nombreux, mal secondés et aux compétences vraisemblablement limitées.

13 B. Lepetit, Les villes dans la France moderne, 1988.

14 Une première administration avait été créée au temps de Louis XIV, qui fut jetée à bas par la détresse financière de la fin du règne. Elle fut entièrement refondue par l’arrêt du Conseil de 1716, qui lui substitua un personnel moins nombreux mais hiérarchisé, placé sous la houlette de personnalités de premier plan : Daniel Trudaine (jusqu’en 1769), Trudaine de Montigny (jusqu’en 1777), de Cotte puis, à partir de juin 1781, Chaumont de la Millière. J.-L. Harouel, L’embellissement…, op. cit. ; A. Brunot et R. Coquand, Le corps des Ponts et Chaussées, 1982. Sur ce corps en Touraine : ADIL, C 157 à 268.

15 Il y eut d’abord quatre secteurs ou « départements » soumis à un inspecteur général, puis deux entre 1760 et 1765, puis à nouveau quatre (Paris, Lyon, Pau ou Auch, et Tours). Un 5e secteur fut créé par la suite, constitué d’une partie du secteur de Paris et couvrant Rouen, Caen et Alençon.

16 Succédant à Jean-Jacques Gabriel, Boffrand et Hupeau, Perronet devint aussi premier ingénieur en 1763.

17 Colbert avait décidé de mener un programme d’envergure destiné à protéger les villes et les espaces cultivés des assauts de la Loire et de ses affluents. Il avait lancé en mai 1683 un vaste chantier, pour lequel il avait créé deux charges d’ingénieurs des turcies et levées, : la première pour la section « Amont », la seconde pour la section « Aval », la césure se faisant à Orléans. Jusqu’en 1720, la direction des turcies et levées fut assurée à Tours par Poictevin, un ingénieur connu pour avoir réalisé des croquis des ponts de Tours, aujourd’hui conservésàlabibliothèquemunicipaledeSaumur.Surl’historiquedececorpsenTouraine : ADIL,C 269 à 271. Voir tout particulièrement un mémoire rédigé par l’ingénieur Louis Jahan (C 271).

18 Il s’agit de Jean Rodolphe Perronet (1762-1763), puis de Le Gendre à partir de 1763. ADIL, C 162.

19 En revanche, les édiles ne transigeaient pas en ce qui concerne les matériaux provenant des démolitions. Ils exigeaient qu’ils soient vendus au profit de la Ville et refusaient que les ingénieurs en fassent usage.

20 Le pilier de Notre-Dame-La-Riche, vestige d’une ancienne église, était, de par sa hauteur, une des curiosités « touristiques » de la ville, comme en témoigne sa présence fréquente sur les vues générales de Tours dessinées sous l’Ancien Régime. C. Petitfrère, « Une ville mise en scène… », op. cit. Voir ADIL, C 163, pour l’avis des ingénieurs du roi du 4 février 1785 certifiant la solidité de l’ouvrage. Le pilier dut toutefois être détruit quelques mois plus tard.

21 AMT, BB 79 et DD 24.

22 Dans un premier temps, le maître d’Amboise, le duc de Choiseul, s’opposa au projet, qui laissait sa protégée à l’écart de la nouvelle route. Quelques années plus tard, pour des raisons identiques, Monsieur et le duc d’Orléans multiplièrent les interventions auprès des services royaux pour suspendre les travaux d’achèvement de la route menant de Tours à Vendôme. Ce fut en vain. Cf. infra.

23 Les plans dessinés par l’ingénieur Mathieu de Bayeux furent approuvés par Trudaine lui-même. Les travaux furent adjugés le 12 mai 1744 à l’entrepreneur Étienne Cléret, qui posa la première pierre le 4 août 1745. À la suite d’une faillite retentissante, Cléret fut remplacé par Portier, parfois secondé par les entrepreneurs Derouet et Bouchet. Commencé en 1753 et constitué de sept arches, ce pont sur le Cher avait entre 17 et 19 mètres de large. ADIL, C 168 et C 184 (plan de 1743).

24 Depuis 1764, « le pilastre qui supporte le battant du côté ouest est cassé en deux endroits […], il manque environ trois pieds de longueur, la barre du battant est rompue, plusieurs barreaux sont faussés. Il est impossible de fermer les portes. Le pilastre [côté] est paraît altéré en plusieurs endroits, principalement où sont les barrières ». Faute d’argent, la municipalité ne put faire les réparations. AMT, BB 78, 9 novembre 1780. Voir dans le cahier des illustrations le dessin qu’en a dressé Thomas Pringot.

25 Le pont, construit au xie siècle par Eudes, comte de Blois, faisait la fierté des Tourangeaux du Moyen Âge, époque où les ponts sur la Loire étaient fort rares. B. Chevalier, Histoire de Tours, op. cit. Sur son état au début du règne de Louis XV : BM Saumur, plans dressés par l’ingénieur Poictevin (1720), S. Livernet, op. cit. et AMT, DD 23.

26 Sur l’historique de cette construction, la documentation est abondante. Retenons les sources suivantes : ADIL,C 239 à C 243 ;M. Lainé, » Le pont de Tours », BSAT, t. XXIV ; G. Pezet, « Aménagement urbain de Tours au xviiie siècle. Mathieu de Bayeux, ingénieur des Ponts et Chaussées »,1966 ; Ponts de Tours– Traversée des fleuves et des ruaux du Moyen Âge à nos jours, 1979 ; Le pont de Tours, 1978.

27 Les terres de l’île furent ramenées sous les murs de la ville et servirent à l’aménagement de quais. Ces travaux furent effectués par les soldats des différents régiments en garnison, dont celui de Chartres jusqu’en décembre 1765. Ces soldats étaient préférés aux paroissiens des environs pour une raison économique : la main d’œuvre civile, attirée par les salaires offerts, avait tendance à délaisser les travaux agricoles, ce qui suscitait l’inquiétude des propriétaires et des fermiers.

28 Désireuse de conserver des éléments particulièrement évocateurs de la mémoire de la cité, la municipalité avait demandé à ce qu’on déplace les « armoiries, écussons et décorations en pierres ou bois [placés] sur les portes ». Sur la naissance de la mémoire patrimoniale, voir D. Poulot, Surveiller et s’instruire – La Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, 1996. Les chanoines de Saint-Gatien firent construire, en décembre 1785, un bac à proximité de l’emplacement du vieux pont. Archives Diocésaines : Registre de 1785.

29 AMT, BB 71, DD 22 ; ADIL, C 222. Ch. Martinet, Urbanisme et société…, op. cit.

30 Cette fontaine en marbre d’Italie avait été offerte à la ville par Jacques de Beaune au début du xvie siècle. Transférée au xixe siècle place du marché, elle est aujourd’hui installée à proximité des vestiges de l’hôtel de Beaune-Semblançay.

31 Depuis 1752, Lescalopier associait les édiles aux réflexions des ingénieurs. Devant le coût et l’ampleur des travaux, les officiers municipaux étaient réticents : ils souhaitaient limiter la largeur de la nouvelle voie à 25 pieds.

32 L’intendant avait tenu à faire participer le corps de ville, bien que ce dernier « n’ayt aucun intérêt direct ny indirect aud. estimations ». De même, le commissaire départi avait décidé de lui soumettre tous les procès-verbaux et toutes les estimations pour avoir son avis et limiter les oppositions. La municipalité s’adjoignit alors les services de l’architecte Jacquemin. À la suite de ces visites, la municipalité récupéra des éléments de décoration qu’elle jugeait importants à conserver, tel le buste de Louis XIV qui ornait un des coins de la rue Traversaine et qui fut soigneusement transporté à l’hôtel de ville.

33 Ch. Martinet, Urbanisme et société…, op. cit.

34 Ils furent interrompus un temps à la suite de l’arrêt du Conseil du 26 juillet 1775, qui satisfaisait momentanément les requêtes du chapitre de Saint-Martin exigeant qu’on ne touche pas à ses propriétés. Une décision royale repoussa finalement cette opposition et permit de relancer les travaux. Repris en 1779, ceux-ci s’achevèrent en 1780.

35 Les arrêts du Conseil des 10 septembre 1772 et 29 mars 1773 entérinèrent l’idée d’harmoniser les façades : des avantages fiscaux étaient accordés aux Tourangeaux qui se porteraient acquéreurs des terrains correspondants. Le maire Banchereau donna lui-même l’exemple en achetant un terrain le long de la nouvelle voie. L’architecture des façades évolua au cours des années. Très ornées dans les premiers projets (ainsi qu’on peut s’en rendre compte sur les dessins conservés en ADIL, C 236), elles furent simplifiées pour des raisons d’économie.

36 Cf. chap. iv.

37 Il avait été prévu d’élever des bâtiments symétriques sur le côté opposé. L’abbaye de Saint-Julien, propriétaire des terrains, avait accepté l’idée et promis d’élever les constructions. Elle dut renoncer à son projet par manque d’argent et revendit la parcelle à l’État. Le nouveau bâtiment, achevé en 1828, abrita le musée des Beaux-Arts de la ville. ADIL, C 226.

38 Cf. chap. ix.

39 ADIL, C 200 (la Tranchée) et C 238 (place d’Aine).

40 Il ne s’agit pas de ceux que l’on peut voir aujourd’hui, construits au xixe siècle.

41 Dans les années 1720, c’est l’intendant qui avait fait aménager des quais rudimentaires, du côté de Saint-Pierre-des-Corps, pour relier la ville à la nouvelle levée construite à l’est du faubourg du même nom. ADIL, C 280.

42 Le percement de la nouvelle rue coûta 2 914 392 L ; les particuliers y contribuèrent pour une bonne part (1 236 000 L). La caisse des Ponts et Chaussées apporta 100 000 L destinées à l’origine à la construction du pont et 200 000 L pour le pavage, les trottoirs et les fondations des maisons. De son côté, l’intendant se fit attribuer des fonds publics originellement prévus pour divers projets : 300 000 L prises sur l’imposition perçue pour le casernement et sur les reliquats d’exercice des fonds libres de la capitation de plusieurs années, et 50 000 L levées sur les paroisses des élections (circonscriptions financières) de Touraine pour ériger des prisons. Du Cluzel trouva encore 170 000 L provenant de sources plus modestes et de la revente des matériaux. Enfin, Choiseul lui accorda plus de 162 000 L destinées originellement à l’installation d’une manufacture de « moulinage de soye ». Lorsque intendant et gouverneur décédèrent, respectivement en 1783 et 1785, le recours aux fonds de l’État se tarit.

43 AMT, DD 22 et BB 77 (1er et 22 avril 1778) ; ADIL, C 226. J.-E. Weelen, Cette rue qui fut royale, 1942.

44 Cf. chap. v.

45 Ainsi, Rattier dut verser 8 725 L pour la construction des prisons.

46 Les édiles avouèrent ne pouvoir payer que les réparations les moins coûteuses, tels les carrelages et pavages, alors que la sécurité publique aurait exigé la reconstruction des cachots, avec des matériaux plus résistants, ce qui aurait coûté plus de 15 000 L. Sur la multiplication des évasions rendues possibles grâce à ces défauts de construction, cf. chap. IV.

47 Elle est ouverte en mai 1777, mais avant « d’avoir été terminée, ce qui la rend peu praticable […] même en belle saison ».

48 Les démarches, entamées dès 1767, avaient été laissées en suspens parce que le corps de ville n’avait pas pu trouver les interlocuteurs adéquats. Elles reprirent en 1776, c’est-à-dire peu de temps avant l’achèvement du nouveau pont. Les documents se rapportant à cette question sont très abondants : AMT, BB 75, BB 76, BB 77, DD 24 et surtout DD 25 ; ADIL, C 178, C 206 (plans). Leur multiplicité démontre l’importance de l’affaire et sa complexité.

49 AMT, BB 77, 27 août 1777.

50 AMT, BB 76, BB 77 (15 janvier) et BB 80.

51 Simon-Roze remit à Necker le mémoire récapitulatif qu’il avait pris soin d’emporter avec lui. Ce dernier le confia à de Cotte avec mission d’en faire un rapport. Malgré de multiples tentatives, Simon-Roze ne put le rencontrer et dut rentrer à Tours sans connaître la décision définitive. La Ville ne se découragea pas et continua à envoyer des courriers.

52 En dehors de ces crues, la ville connut d’autres inondations importantes, aux printemps de 1709, 1711 et 1733 et à l’automne de 1707 et de 1710. La crue de 1790 eut lieu du 14 au 17 novembre ; celle de l’hiver suivant, du 19 décembre 1791 au 2 janvier 1792. Cf. chap. vii.

53 La communauté des Marchands fréquentant la Loire et ses affluents intervint en ce sens jusqu’en 1772, date à laquelle les charges inhérentes à l’entretien des fleuves furent transférées au corps des Ponts et Chaussées.

54 Là encore, l’intervention de Du Cluzel fut décisive. Après avoir commandé à Cadet de Limay un rapport sur l’état des différents ponts établis dans les varennes, le commissaire départi prit la décision de remplacer la plupart de ces médiocres ouvrages par des chaussées maçonnées.

55 ADIL, C 270-271, C 294 (plan de 1771 de la levée de Montlouis). R. Dion, Histoire des levées de la Loire, 1961 ; B. Maillard, Les campagnes…, op. cit. Voir l’annexe VII.

56 Le parcours de ces professionnels du bâtiment, qui passèrent du statut de petits artisans à celui de donneurs d’ordres, nous donne l’impression d’assister à la naissance d’une nouvelle catégorie de patrons dont la place se confirmera au siècle suivant.

57 Ch.-L. de Grandmaison, « Aperçus historiques sur les travaux destinés à défendre la ville de Tours contre les inondations de la Loire et du Cher », MSAT, 1856.

58 Cette bonde portait le nom de « bonde de l’Archevêché », du nom du ruau passant au sud. À l’occasion de travaux de reconstruction menés en 1783, les « habitations » que des nécessiteux y avaient bâties furent détruites. Pour limiter ce type d’installations à l’avenir, la Ville fit fermer la bonde à clé. AMT, BB 73, 8 août 1770.

59 AMT, BB 75, 25 août 1774 et L. Benoît de La Grandière, op. cit.

60 En fait, la décision de l’intendant avait été prise peu après qu’il eut commandé à Cadet de Limay un rapport sur l’état des différents ponts existant dans les varennes. Cf. supra. AMT, DD 24, DD 25 ; ADIL, C 265-266 : la masse de courriers échangés démontre l’intérêt porté par les habitants et les autorités à ce ruau. Voir aussi L. Benoît de La Grandière, op. cit.

61 La problématique de ce développement est largement inspirée du chap. x de l’ouvrage de J.-C. Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, 1975.

62 Les édiles se faisaient l’écho de préoccupations de leurs contemporains, eux-mêmes sensibilisés par divers écrits en général, par des articles parus dans la presse locale en particulier. Les Affiches, publiées à la fin de l’Ancien Régime dans de nombreuses villes de province et dont la vocation était de se rendre « utiles », présentaient parfois des améliorations publiques souhaitables : à Chartres, on proposait ainsi, en 1781, des moyens de lutter contre les incendies. G. Feyel, « Ville de province et presse d’information locale en France dans la seconde moitié du xviiie siècle » in Ch. Delporte (coord.), Médias et villes (xviiie-xxe siècles), 1999.

63 C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit.

64 Cf. chap. v.

65 AMT, DD 25. Cf. chap. v.

66 À cette occasion, la Ville récupéra trois figures de pierre représentant la Vierge, saint Nicolas et saint Clément, et les offrit à l’hôpital de la Charité, qui les plaça dans des « niches vacantes de [son] église ». AMT, DD 25.

67 ADIL, G 1028. Les rues Chaude, du Poitou, Chanoineau, de Saint-Martin, des Fossés Saint-Georges, des Petits Minimes et des Ursulines avaient pourtant été pavées entre 1619 et 1630. En attendant les pavés, la rue de la Bourde avait été simplement sablée. L. Benoît de La Grandière, op. cit., et S. Livernet, op. cit.

68 En témoigne la multiplication des « topographies médicales » dues à des médecins « associés » ou « correspondants » de la Société Royale de Médecine fondée en 1776. À Tours, le médecin Duvergé avait publié son Mémoire topographique, physique et médecinal [sic] ou traité sur la situation de la ville de Tours : ce travail a été analysé par B. Maillard, « L’air, l’eau, la ville et le médecin », in images et imaginaires de la ville…, op. cit. Dans son travail, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, 1997, J.-L. Laffont étudie la mise en œuvre du projet urbain des Lumières, au caractère prophylactique affirmé, à travers ses dimensions médicales, sanitaires et sécuritaires, dans un cadre urbain désormais reconnu comme potentiellement mortifère.

69 Les particuliers pouvaient également réclamer de tels travaux, à condition d’obtenir la permission de ces instances et de payer une partie des frais.

70 ADIL, C 328 et AMT, BB 80.

71 AMT, BB 73, 6 février 1771.

72 AMT, BB 75 et ADIL, C 280.

73 ADIL, C 295. AMT, BB 77 (place Saint-Étienne) et AMT, BB 75 (place d’Aumont).

74 A. Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social (xviiie-xixe siècle), 1982.

75 AMT, BB 81, 4 juillet 1787.

76 Sur la topographie exacte de cette partie de la ville, voir le beau plan dessiné en juin 1780 par maître Guionneau pour tenter de mettre un terme à la très longue procédure judiciaire ouverte par les héritiers d’un certain Coucher à l’encontre de la Ville (ADIL, 3 E 9/436). Les plaignants réclamaient au corps de ville des indemnités en compensation de terrains confisqués au xviie siècle par l’autorité publique pour ériger les nouveaux remparts.

77 Les temps avaient décidément bien changé : le nom d’une des rues de la ville, la rue Maufumier ou Montfumier, témoigne du fait que, bien souvent au Moyen Âge, elles servaient d’égout à ciel ouvert. Les immondices de cette rue étaient repoussés dans la Loire lorsque leur volume se faisait trop encombrant.

78 C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit.

79 Pour les distinguer aux yeux du public et à ceux des commissaires de police, il fut convenu que les tombereaux porteraient des numéros peints en noir sur des plaques de fer-blanc.

80 Les péripéties de cette histoire sont rapportées dans AMT, BB 81, 82 et 83 ; 1D22 (où l’affaire est bien résumée à la date du 27 février 1790), 1D5, DD 24, EE 14 (1re partie) et ADIL, 2B 477 et 2B 1545.

81 Cf. chap.iv.

82 Pour le médecin tourangeau Duvergé, dont les analyses étaient empiriques, une eau bonne était sans odeur, sans goût, claire et surtout courante. B. Maillard, « L’air, l’eau, la ville et le médecin au xviiie siècle » in C. Petitfrère (dir.), Images et imaginaires de la ville à l’époque moderne, 1998, p. 95-110. Les premières vraies mesures de protection des consommateurs de l’eau de Loire datent de la Révolution ; celles qui avaient été prises au xvie siècle, relatives aux lieux d’abattage de la viande et de vente de poisson, étaient avant tout destinées à limiter les désagréments olfactifs, non à enrayer la pollution des eaux. Le 6 août 1791, les autorités exigent des bouchers, tripiers, tanneurs, teinturiers et dégraisseurs de laine qu’ils mènent leurs activités en aval de la ville, près du port de Bretagne. En 1793, on les repousse encore plus à l’ouest.

83 Cité par C. Massotte, Tours, Histoire d’eau, 1991. Voir aussi P. Domec, « Les six fontaines Renaissance de Tours », BSAT, t. XXXI et ADIL, C 280, 296 (plan des puits en 1765).

84 Sept autres seulement devaient obtenir ce privilège au cours des trois derniers siècles de l’Ancien Régime, alors que ce fut le cas pour une bonne centaine de particuliers à Rouen. J.-P. Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, 1983.

85 Par ce contrat, signé le 13 janvier 1682, les deux hommes s’engageaient à fournir un minimum de 9 pouces d’eau au réservoir principal et à entretenir la pompe et une partie des canaux courant dans la prairie, ceux passant sous le Cher restant à la charge de la Ville. La machine construite en 1681 était constituée d’un grand axe actionné par un cheval et d’un chapelet de 39 godets de plomb qui puisaient l’eau dans le réservoir situé sous le bâtiment. L’eau était élevée à 40 pieds – le niveau de la ville – et acheminée jusqu’à un lanternon (toujours visitable aujourd’hui) situé à une centaine de mètres de là, au bas du coteau, construit en 1509 pour abriter le système de vannes régulant la distribution de l’eau à la ville. En 1683, Lucas rompit son contrat et Villiers resta seul responsable de l’entreprise. En 1710, celle-ci échut à Madeleine Villiers, épouse de David Bacot, puis aux deux fils du couple, David et Pierre Bacot, par ailleurs marchands fabricants ; dans les documents de l’époque, ils sont désignés sous les noms de « frères Bacot » ou « Bacot-Barré ».

86 On en est certain, du moins jusqu’en 1722, date à laquelle s’arrêtent les registres de comptes.

87 Le 14 juillet 1790, la municipalité releva une dégradation à caractère plus politique : des anonymes avaient arraché la plaque portant le nom de « Fontaine Du Cluzel ».

88 Un croquis de la façade de cette fontaine, de style classique, est consultable en ADIL, C 226.

89 AMT, BB 76, BB 78 et ADIL, C 280.

90 L’essentiel de la documentation est disponible en AMT, DD 25 et DD 26. Voir aussi, à la bibliothèque Mazarine, [abbé Fleuret], La municipalité de Tours en 1787 – Un dissentiment avec les habitants à propos de l’éclairage, 1890.

91 C. Petitfrère, « Les embarras financiers… », op. cit. Un règlement intervint en 1700 entre la Ville et le roi : il consistait en un arrêt de la subvention annuelle du monarque contre la remise du solde de la dette du fonds des lanternes, soit quelque 70 000 L. La situation fut bien différente à Angers, où les édiles, continuant à percevoir l’argent versé par le roi alors qu’ils avaient déposé les lanternes, constituèrent une sorte de caisse noire conséquente. J. Maillard, Le pouvoir municipal…, op. cit.

92 En 1771, Meusnier en comptait encore une soixantaine, conservées à l’hôtel de ville.

93 Ce plan était l’aboutissement de trois projets successivement étudiés, comportant à chaque fois un nombre moindre de réverbères afin de limiter les dépenses. Pour réduire les frais, les édiles avaient aussi envisagé de faire réparer le maximum de lanternes de la fin du siècle précédent. Là encore, pour des raisons d’économies, les commissaires avaient revu à la baisse et à trois reprises le nombre des luminaires à réparer : d’abord 175, puis 125, 92, et enfin 65 lanternes. AMT, DD 26.

94 Les citations sont tirées de AMT, BB 73.

95 AMT, BB 77, 12 janvier 1780.

96 Tourtille Sangrain avait travaillé pour une bonne vingtaine de villes, dont Paris, Versailles, Arras et Amiens. Bien d’autres villes passeront contrat avec lui par la suite : Nantes en 1774, Strasbourg en 1778, Caen en 1779, Marseille en 1785, Le Havre en 1786. L’entrepreneur illumina plusieurs phares (dans l’île de Ré, l’île d’Oléron) et les bassins du Havre, les port et cales de Brest, le port de Lorient. L’offre qu’il adressa le 17 janvier 1780 à Tours fut appuyée par Du Cluzel, par le lieutenant de police de Paris, Lenoir, et par l’archevêque de Tours, sans doute inspiré par l’exemple de son frère, évêque d’Arras. AMT, DD 26.

97 [Abbé Fleuret,] La municipalité de Tours en 1787, op. cit. La pétition figure aux AMT, DD 26.

98 La décision d’éclairer le pont fut reprise et menée à bien plus tard, en 1787 (AMT, BB 81, 25 avril). Voir l’annexe XI.

99 Au total, 258 « boîtes simples » et 21 « boîtes encloisonnées » devaient être fabriquées, marquées aux armes de l’hôtel de ville, « peintes, numérotées et fixées à deux crampons » pour pouvoir être scellées aux murs. En octobre 1787, huit becs de lumière furent installés à l’ancien hôtel de ville, devenu, entre autres, le lieu des assemblées du Bureau de bienfaisance. À cette occasion, les édiles firent appel aux sentiments charitables de l’entrepreneur, prié de ne pas faire payer cette dépense. Ne pouvant refuser cette requête, l’entrepreneur fut remercié de « son acte de générosité ». AMT, BB81 et DD 26.

100 Roziers, nommé directeur local de l’entreprise, commandait à une vingtaine d’allumeurs chargés quotidiennement d’enflammer les lanternes et, éventuellement, de les décrocher pour les réparer. Une « chambre vide près de la Foire-le-Roy », que la Ville utilisait pour entreposer une partie du matériel des foires, fut d’abord désignée pour servir de dépôt. Ultérieurement, on transféra le dépôt dans le sous-sol du nouvel hôtel de ville.

101 AMT, BB 81, 25 avril, 16 et 24 mai 1787. Pour soulager la Ville, l’intendant comprend ces frais « dans les travaux du pont ».

102 AMT, BB 81, 18 août 1787.

103 Sur la confection de ces deux derniers rôles fiscaux, cf. infra.

104 AMT, BB 80, 10 août 1785.

105 Les rôles du vingtième, des Enfants Trouvés et des cimetières lui furent remis, ainsi que le brouillon du travail entamé par les délégués des députés des paroisses et des officiers municipaux. Mingot évalua l’ensemble des maisons et des terrains à un total de 781 519 L. AMT, BB 81 et BB 82 et DD 26.

106 Initialement fixée à 16 402 L, la somme fut réduite par le corps de ville, désireux « d’alléger l’imposition sur les citoyens » ; en compensation, il utilisa une partie des bénéfices tirés de la foire et des boues (cf. supra). AMT, BB 82 (1er août 1788).

107 AMT, BB 80, 5 et 26 janvier 1785.

108 Il s’agissait, à l’est, des rues de l’Épée de Bois et du Poitou, de la terrasse de l’Archevêché, de la porte du même nom et de la porte du cloître située face à l’hôtel-Dieu ; à l’ouest, de la rue des Fossés Saint-Georges et de la place d’Aumont. Au total, Saint-Gatien paya dix lanternes communes et Saint-Martin sept. AMT, DD 26.

109 Ce libelle, aujourd’hui disparu, nous est en partie connu grâce à l’ouvrage de l’abbé Fleuret, La municipalité de Tours en 1787…, op. cit.

110 Cf. section « Foires » du chap. IX.

111 En réalité, ce n’était pas le chanoine Miré qui était en cause, mais Cabarat.

112 AMT, BB 81 et DD 26.

113 Citations extraites du manuscrit de l’abbé Fleuret, op. cit.

114 Les commerçants incriminés et les deux chapitres principaux répliquèrent en faisant rédiger une réponse par un avocat. L’initiative tourna toutefois court après que plusieurs chanoines se furent dédits. Archives diocésaines, Registre de 1787.

115 La Ville reçut le soutien actif de l’archevêque, de l’intendant, du gouverneur, de l’intendant des finances Blondel, tous contactés par A. J. Simon-Roze et le maire, lequel était alors bien en Cour. AMT, BB 81, DD 6, DD 26 et ADIL, C 414.

116 L’arrêt du Conseil du 20 septembre autorisa rétroactivement ces modifications. AMT, BB 82.

117 AMT, DD 26.

118 La partie nord du pont, côté Saint-Symphorien, fut éteinte par le Comité, qui jugea son illumination inutile. AMT, 1D3.

119 Il s’agissait des sépultures des « archevêques, évêques, curés, patrons des églises et hauts justiciers et fondateurs des chapelles ». J. Thibaut-Payen, Les Morts, l’Église et l’État : recherches d’histoire administrative sur la sépulture et les cimetières dans le ressort du Parlement de Paris aux xviie et xviiie siècles, 1977 ; Ph. Ariès, L’Homme devant la mort, 1977 ; F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou, 1971.

120 Au xvie siècle, quatre cimetières étaient encore situés hors les murs : ceux de Notre-Dame-La-Riche, Saint-Pierre-du-Chardonnet, Saint-Venant et Saint-Pierre-des-Corps. Ils furent inclus dans la nouvelle enceinte du xviie siècle. Le cimetière de Saint-Pierre-le-Puellier était l’un des plus anciens de la ville : on faisait remonter ses origines aux alentours de l’an mil. À Saint-Symphorien, le cimetière était cerné sur trois côtés dans un îlot d’habitation et entouré de murs bas relativement mal entretenus. En dépit de son état déplorable, à maintes reprises critiqué, il ne sera fermé qu’en 1858.

121 Nous donnons, à titre d’information, la superficie des seize cimetières intra-muros de Tours à la fin de l’Ancien Régime : Notre-Dame-La-Riche, 1,9 ha ; Saint-Clément, 571 m2 ; Saint-Simple, 81,6 m2 ; Saint-Venant et Saint-Pierre du Chardonnet, 494 m2 ; Saint-Pierre-le-Puellier, 1 ha en trois parties ; Sainte-Croix, 66 m2 ; Saint-Denis, 57,2 m2 ; Notre-Dame-de-l’Écrignole, 415 m2 ; Saint-Saturnin, 534,8 m2 ; Saint-Hilaire, 184 m2 ; Saint-Vincent, 211 m2 ; Saint-Pierre-du-Boile, 297 m2 ; Saint-Étienne et hôtel-Dieu, 989,25 m2 ; Saint-Pierre-des-Corps, 796,2 m2 en deux parties ; Saint-Symphorien, 800 m2. AMT, BB 76, 31 juillet 1776. C. Massotte, Les morts en exil : le déménagement des cimetières, 1992.

122 B. Maillard, Histoire de Tours, op. cit., p. 189.

123 « Journal d’un habitant de Tours au xviiie siècle », BSAT, t. X. ADIL, C 297 (rapport de l’ingénieur Cadet de Limay en date du 8 février 1773) et G 671.

124 AMT, BB76 : délibérations des années 1776 et1777.

125 Après les visites de terrain effectuées en juillet et décembre 1776 et la consultation des curés, les commissaires délégués par les édiles établirent un procès-verbal détaillé : celui-ci récapitulait le montant des indemnités dues aux propriétaires et aux seigneurs des lieux, et estimait le coût des travaux nécessaires à la clôture et à la construction d’abris pour accueillir les familles des défunts à l’occasion des enterrements.

126 Lors d’une nouvelle visite sur place, les officiers municipaux constatèrent l’existence à proximité d’un terrain de 60 chaînées, propriété du trésorier de France Megessier, qu’ils envisagèrent aussitôt d’acquérir.

127 En avril 1789, le curé de Saint-Étienne, Babou, signala que la porte du cimetière de l’est ne fermait plus depuis quelques jours et qu’on « y commet[tait] des indécences depuis lors » : la réparation fut aussitôt ordonnée. Voir le plan du cimetière Saint-Éloy en ADIL, C 297.

128 « Journal d’un habitant de Tours au xviiie siècle », BSAT, t. X. Ces cimetières sont aujourd’hui occupés par le parc Mirabeau à l’est et le square Nicolas Frumeaud à l’ouest.

129 Avant même l’achèvement des transferts des restes des défunts, l’archevêque avait interdit, le 13 décembre 1777, les inhumations à Saint-Pierre-du-Boile, ordonnant de les faire à Saint-Pierre-des-Corps. Imitant le prélat, le chapitre de Saint-Venant décida, en décembre 1782, que les inhumations se feraient à l’avenir à Saint-Éloy et exigea la réfection de la chapelle située à proximité. ADIL, G 671.

130 ADIL, G 1019.

131 AMT, BB 77 et BB 78. Ce rôle servit également à répartir l’impôt supportant les frais de l’illumination générale. Cf. supra.

132 AMT, BB 78. Ces prétextes, souvent dérisoires, émanaient d’officiers municipaux désireux de repousser les opérations, dans l’espoir de les voir finalement annulées, ou, à défaut, d’alléger la charge pesant sur les contribuables. La Ville arguait de problèmes techniques : les démarches d’indemnisation de l’abbaye de Beaumont, la révision du rôle des enfants trouvés, qu’elle trouvait finalement défectueux… Le rôle est conservé en AMT, CC 21 (1re et 2e parties). Voir aussi DD 24.

133 AMT, BB 80 et DD 24. Au total, 16 329 L d’indemnités furent versées. L’affaire la plus compliquée concerna l’abbesse de Beaumont, à qui la Ville dut verser 5 342 L comme indemnité pour la perte de ses droits de lods et ventes.

134 AMT, BB 80.

135 La municipalité de Tours en 1787, op. cit.

136 ADIL, G 159 et G 1019.

137 A. Lottin, « Les morts chassés des cités, “Lumières et Préjugés” : les “émeutes” à Lille (1779) et à Cambrai (1786) lors du transfert des cimetières », Revue du Nord, 1978.

138 AMT, 1D26.

139 L’espace fut jugé « décent, commode, à l’abri des insultes, clos de murs, assez grand vu le petit nombre de non catholiques de cette ville qui sont concernés ». Plus tard, les protestants purent inhumer leurs défunts dans les deux cimetières de la ville, dans un coin séparé de l’enclos des catholiques. Avec l’augmentation du nombre de protestants, leur communauté obtint en 1858 un espace plus vaste dans le cimetière ouvert sur le coteau de Saint-Symphorien.

140 AMT, BB 79 (25 juin 1783), BB 82 (21 et 23 mai 1788) et DD 25. Cf. B. Maillard, « Religion et démo-graphie :les protestants de Tours au xviie siècle »,et B. Maillard, » Protestants dans la cité au xviiie siècle : l’exemple de Tours », in Vivre en Touraine au xviiie siècle, 2003.

141 AMT, BB 71-72, novembre 1768-février 1769, BB 80 et 1D5. L. de Grandmaison, « La première numérotation des rues de Tours », BSAT, t. XXIV.

142 S. Livernet, Tours du xviiie au xxe siècle…, op. cit.,et S. Livernet, » Fiefs et paroisses à Tours au xviiie siècle », BSAT, t. XXXVIII.

143 Ces trois petites paroisses ne réunissent que 1750 habitants en 1781. ADIL, G 1005.

144 AMT, BB 77 (février-avril 1779). L’église de Notre-Dame-de-l’Écrignole fut vendue en mars 1781, celle de Saint-Denis en 1782 et détruite la même année. E. Lainé, « Suppression de l’église de Notre-Dame-de-l’Ecrignolle », BSAT, t. XX. Les entrepreneurs devaient prendre soin des ossements trouvés sous les dallages. La Révolution accéléra le processus de vente et d’utilisation profane de ces lieux. ADIL, G 660, G 1003 et G 1008. Voir aussi la série 1Q.

145 La Ville avait perdu, en 1699, sa compétence sur la « banlieue » en matière de police ; elle avait été confiée au lieutenant général de police.

146 Cf. chap. v.

147 Il semble qu’un plan, aujourd’hui perdu, ait alors été dressé. AMT, BB 79, avril 1783 et BB 81, février-mars et août 1788 ; BB 82 (14 janvier 1789) et CC 14.

148 AMT, 1D5. Il existe un plan – incomplet – de Tours, conservé aux ADIL (V/1.1.5), qui semble avoir été réalisé entre 1786, date de l’inauguration du nouvel hôtel de ville, et 1790, date de la disparition de l’intendance, ces deux bâtiments étant identifiés sur le document. Il y a peut-être une relation entre ce plan et le travail de Fayot présenté au conseil général de la commune à l’été 1791.

Table des illustrations

Titre Tableau 15 – Quelques exemples de pavage de rues à la fin de l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5858/img-1.png
Fichier image/png, 6,6k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540