Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tours entre Lumières et Révolution

 | 
Béatrice Baumier

Troisième partie. La gestion urbaine : de la résignation à l’action

Chapitre VII. La tranquillité publique, un souci constant

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Une des priorités des autorités locales a toujours été le maintien de l’ordre public. Cet ordre est fragile, car dépendant d’un équilibre économique instable : la moindre perturbation, notamment à cause d’aléas climatiques, faisait tomber une bonne partie du petit peuple dans la misère et risquait de provoquer des troubles. Cet ordre est bien davantage mis à mal par les événements des années 1789-1792. Quelles sont les réactions des municipalités successives face au péril du désordre ? De quels moyens disposent-elles pour le contrer : charité, répression, actions ponctuelles ? Mènent-elles, comme cela devient courant à l’époque des Lumières, une réflexion plus approfondie sur les solutions techniques ou politiques à apporter ?

L’Ancien Régime entre répression et prévention

  • 1 Le corps de ville dispose, à partir de 1388, d’une juridiction de police étendue, confirmée en 149 (...)
  • 2 Jusqu’en 1614, la Ville jugeait les contraventions aux règlements des métiers et percevait les ame (...)

2Parmi tous les moyens auxquels la Ville aurait pu recourir pour maintenir l’ordre, il en était un qu’elle avait perdu depuis longtemps déjà : le droit de police. Ce pouvoir avait été autrefois fort étendu et s’exerçait alors dans deux domaines : la réglementation des communautés de métiers1 ; le maintien de l’ordre en général. Le premier domaine échappa à la municipalité au début du xviie siècle, au profit de la prévôté ; le second, en 1699, avec la création de l’office de lieutenant de police rattaché au bailliage et siège présidial2.

Des pouvoirs de police limités

3L’essentiel du pouvoir de police municipal avait donc disparu depuis longtemps. Au xviiie siècle, certains déploraient que la Ville ait désormais besoin de passer par le lieutenant de police pour tout ce qui relevait de l’ordre public. Toutefois, bien que ce dernier soit l’autorité tutélaire des artisans et des commerçants, il devait solliciter le concours des édiles en matière de fixation des prix de certaines marchandises : la viande et ses dérivés – suif, chandelle –, le blé et le pain. Les relations avec le lieutenant de police, pas toujours cordiales dans la première moitié du xviiie siècle, se dégradent franchement dans les dernières décennies, à une époque où le corps de ville intensifie ses efforts dans le domaine économique. Aussi, lorsque la charge de lieutenant de police est vendue, en 1784, le corps de ville entame une série de discussions en vue de réunir l’office à la compagnie.

  • 3 AMT, BB 77 ; ADIL, 2B 472 et 2B 477. Jusqu’en 1607, la Ville désignait un boucher autorisé à vendr (...)

4Bien que la Ville n’ait plus les moyens de contrôler les communautés de métiers, elle tient à surveiller les plus importantes : les bouchers et les boulangers. Pour ce faire, le seul moyen dont elle dispose est de fixer, avec le lieutenant de police, les représentants des communautés et le procureur du roi au bailliage, un maximum au prix de leurs marchandises, c’est-à-dire de les taxer. Les prix plafonds sont arrêtés après une série d’ » essais » auxquels la Ville assiste sans faillir. Pour ce qui est de la viande, les bouchers doivent abattre à l’hôpital général quelques bêtes (bœufs, moutons et veaux), en présence des autorités de police, qui, à la vue des quantités de viande, de suifs et de peaux dégagées, fixent les prix maximum de vente. Le 2 juin 1766, ce prix est fixé à 5 sols la livre de chair3 : il est inférieur d’un sol au montant qui avait été fixé antérieurement. Durant le carême, la vente de la viande obéit à des règles différentes ; le taux de la taxe est légèrement supérieur (7 sols en février 1767) et un seul boucher, désigné par l’hôtel-Dieu, est autorisé par les autorités ecclésiastiques à travailler ; il ne peut vendre qu’à des malades et des personnes dispensées du jeûne, et doit se limiter à débiter de la viande de bœuf et de veau. Malgré ces mesures, le contrôle de la communauté des bouchers n’est pas toujours facile : les maîtres contreviennent régulièrement à la taxe, réclament une plus grande régularité des essais – en vue de faire augmenter les prix – et s’opposent à la présence sur les marchés des bouchers venus de la campagne.

  • 4 Ce serment est parfois prêté devant le maire (BB 73, 27 novembre 1771), d’autres fois, en conformi (...)
  • 5 AMT, BB 71, 29 juillet 1767. Cf. chap. iii.
  • 6 AMT, HH 15, 1re partie.

5Pour ce qui est du pain, la Ville ne participe à sa taxe que de façon indirecte : l’arrêt du parlement de Paris du 18 août 1761, qui réforme les modalités de fixation du prix de cette denrée, l’autorise à s’en occuper. Il permet à l’échevinage de désigner deux prud’hommes « d’état honnête et de probité reconnue ». Dûment assermentés devant le lieutenant général de police, ceux-ci sont chargés de relever, chaque semaine, le prix des « trois premières montres seulement du meilleur bled-froment » et d’en faire un rapport en présence des maîtres boulangers jurés – un détail qui a son importance, nous le verrons – au lieutenant général de police, à qui revient la tâche de fixer le prix du pain. La Ville s’acquitte régulièrement de sa mission. Elle choisit les prud’hommes « sur le bon et louable rapport » qui en a été fait et enregistre leur serment, qu’ils prêtent également devant elle, « de se bien et fidèlement comporter dans l’exercice de ladite commission, ce faisant de se transporter à tous les marchés de cette ville et de faire à la police un fidèle rapport du prix des grains suivant l’usage4 ». Les prud’hommes, qui devaient être nommés pour deux années, sont restés en réalité plus longtemps en fonction : le sieur Laurence a exercé cette commission plus de vingt ans5. L’arrêt d’août 1761 ordonnait par ailleurs aux édiles de faire fabriquer deux boisseaux étalons de cuivre : l’un serait déposé à l’hôtel commun et l’autre remis au lieutenant de police. Ils devaient également faire réaliser deux tables de cuivre qui seraient déposées l’une en la chambre du bailliage, l’autre à l’hôtel de ville, et sur lesquelles seraient gravés les prix du pain en fonction de l’évolution de ceux du blé6. La Ville aura du mal, on le verra, à s’acquitter de cette mission.

  • 7 AMT, BB 71.
  • 8 AMT, BB 72, 5 juin 1770.
  • 9 AMT, BB 72, 8 et 19 juin 1770 ; BB 73, 14 août 1770.
  • 10 AMT, BB 80, 30 août 1786. Cette manœuvre était possible depuis l’arrêt du 10 août 1761, qui permet (...)

6Les boulangers ont plus d’un tour dans leur sac pour contourner la loi et augmenter leur profit. Par exemple, lors de la réunion du 10 juin 1767, l’échevinage est informé « qu’il se commettoit des manœuvres et des fraudes dans les marchés aux bleds de cette ville ». Il mène l’enquête et s’aperçoit que les boulangers s’entendent pour ne faire paraître « qu’une petite quantité de bled vieux de choix sur lequel les prud’hommes prennent les montres et les prix qui doivent régler et déterminer le prix du pain ». Or, ce blé vieux est cher et la taxe est donc élevée. En revanche, au quotidien, les boulangers achètent du blé nouveau, moins coûteux : leurs profits sont donc substantiels. Un des prud’hommes, interrogé sur ces faits, déclare « qu’il a lieu de soupçonner la […] fraude, mais qu’il n’en a point de preuve ». Néanmoins, le corps de ville informe le lieutenant de police, ainsi que le bailliage,pour » qu’ils fassent découvrir la manœuvre et punir les délinquants7 ». L’affaire rebondit en juin 1770, en pleine période de disette. Le corps de ville se plaint de l’abus que font les boulangers de l’arrêt de 1761, « en faisant mettre secrètement par des personnes interposées un très haut prix au meilleur bled qui est toujours le plus rare, et en achetant au prix commun le bled moyen qui forme la quantité la plus considérable et par conséquence la plus grande consommation de la nourriture du peuple ». On décide d’adresser une requête au parlement pour que soient changées les règles de la « montre » des blés : on propose que la taxe du pain soit établie d’après le prix du blé commun et non, comme le voulait l’arrêt de 1761, sur celui du meilleur froment8. Mais l’intendant se saisit de la question et ordonne de suspendre cette démarche. Tandis que l’on consulte les municipalités d’Orléans et de Poitiers, le commissaire départi rencontre à plusieurs reprises le maire Louis Benoît de La Grandière et l’échevin Banchereau, ainsi que le subdélégué Restru et le lieutenant de police, mais aucune décision n’est prise à l’issue de ces réunions9. En 1786, les prud’hommes dénoncent au corps de ville une nouvelle manœuvre des boulangers. Ils racontent avoir été conduits, lors du marché du samedi 26 août, par le syndic de la communauté des boulangers, Chabot, auprès d’un certain Faguet. Ce dernier venait d’acheter du blé à 40 sols le boisseau, « un prix fort supérieur à celui du marché », blé qu’il prétendait avoir acquis pour son propre compte afin de pouvoir « manger du meilleur pain ». Après enquête, il s’avéra que Faguet était le closier d’un maître boulanger, lequel était le propre père du syndic Chabot : on comprend l’intérêt que ce dernier avait à faire majorer frauduleusement le prix du pain10.

  • 11 AMT, BB 71.

7Contre les manœuvres des communautés des métiers de bouche, le corps de ville peut s’appuyer sur les bouchers, charcutiers et boulangers « forains », c’est-àdire ceux qui viennent des paroisses environnantes. Ces forains apportent environ la moitié du pain et de la viande, fraîche ou salée, consommés par les habitants de Tours, une marchandise de meilleure qualité et moins chère, car elle ne supporte pas toutes les taxes commerciales. Ils sont systématiquement, mais pas toujours efficacement, soutenus par la Ville dans les multiples actions intentées contre eux par leurs confrères urbains. Ce faisant, le corps de ville entre parfois en conflit avec le lieutenant de police. En février 1767, celui-ci s’oppose par exemple à ce que les forains remportent, ou déposent « en maison tierce », jusqu’au prochain marché une grande quantité de pain restée invendue en raison des intempéries. Les forains recourent alors à l’échevinage, qui les autorise à entreposer ce pain dans les locaux de l’hôtel de ville11.

  • 12 AMT, BB 77, 19 janvier et 19 avril 1780. Cette fois-ci, le corps de ville ne peut aider efficaceme (...)
  • 13 AMT, BB 78.

8Un règlement adopté par le bailliage en septembre 1755 régissait l’activité des forains à l’intérieur de la ville. Il leur était, par exemple, interdit de porter eux-mêmes le pain au domicile des clients, à moins d’être accompagnés de l’acheteur ou d’un de ses domestiques. Cependant, ce règlement était depuis longtemps oublié et beaucoup de clients fréquentant le marché demandaient aux boulangers forains de les livrer. En janvier 1780, la communauté, s’appuyant sur le règlement susdit, fait saisir le pain ainsi porté au domicile des clients12. C’est le début d’une longue suite de vexations. Un an plus tard, en janvier 178113, à la suite d’un incendie survenu près de la place du marché, les commissaires de police déplacent les forains sur la place d’Aumont. Or, ce site n’est pas pavé et convient par conséquent mal à la vente des marchandises périssables : les forains sont obligés de poser leurs paniers à même la boue, « dans le cas de la moindre pluye ». S’étant plaints au corps de ville, ils obtiennent la promesse de retrouver leurs anciens emplacements. Cependant, lors du marché suivant, les commissaires de police, accompagnés de soldats baïonnette au fusil, les déplacent à nouveau, par la force et les injures. Les 36 boulangers forains renouvèlent leurs plaintes au corps de ville et exigent de retrouver leurs anciens emplacements : ils accusent à cette occasion la communauté des boulangers de s’entendre avec les commissaires de police pour « les molester en toutte [sic] circonstance en multipliant contre eux les procès-verbaux, procédures et saisies… ». Ils se disent victimes du maintien d’anciens règlements de police locaux, alors que ceux-ci ont été abolis par « les règlements généraux qui accordent la liberté la plus indéfinie pour le commerce du bled, du pain et de [la] farine ». Venus le 20 janvier sur les lieux se rendre compte de la situation, les officiers municipaux et le lieutenant de police conviennent que le conflit résulte d’un manque évident de place, mais se querellent sur la solution à apporter. Les premiers proposent de réserver la place du marché aux denrées alimentaires et de transférer place d’Aumont les voitures, les charrettes ainsi que les marchands de « ferrailles, chaussures, vieux habits, chapeaux et bonnets ». Le second est plutôt d’avis de maintenir les forains sur la place d’Aumont et proclame qu’il a seul le droit d’assigner les emplacements, dont il a d’ailleurs fait dresser un plan.

9Des querelles semblables éclatent entre la communauté des bouchers de Tours et leurs confrères des campagnes. En 1776, après l’expérience de Turgot, les bouchers forains sont placés sous l’étroite surveillance des maîtres de la ville, tenus de contrôler la qualité de la viande. Ceux-ci en profitent pour solliciter un arrêt qui annulerait les droits de leurs homologues forains. Les édiles, qui connaissent l’importance de l’approvisionnement forain, s’affolent à l’idée que les bouchers puissent obtenir gain de cause : ils craignent une pénurie générale et une hausse des prix. Ils prennent fait et cause pour les forains auprès des autorités compétentes, intendant et lieutenant de police. Au début de la Révolution, la libéralisation de la vie économique et le rétablissement du droit de police municipale mettent un terme à ces différends.

  • 14 En témoigne, par exemple, une lettre des capitouls de Toulouse en date du 24 mars 1751, en réponse (...)
  • 15 Les deux autorités se querellèrent bien d’autres fois : en juin 1779, à propos de la réception des (...)
  • 16 ADIL, C 397, lettre du 5 avril 1782.

10Le contrôle des communautés de métiers de bouche, théoriquement assuré par le lieutenant de police, est, on le voit, loin de satisfaire la municipalité, garante de la tranquillité publique. Le corps de ville n’a jamais accepté d’être dessaisi de l’essentiel du pouvoir de police depuis la création de l’office de lieutenant de police en 169914. Il en est souvent réduit à dénoncer les pratiques abusives des maîtres de métiers de la cité à l’officier de police, qui, bien souvent, se contente de commander une enquête sans véritablement sévir. Cette inertie allait susciter l’ire des édiles. Les relations s’enveniment dans les années 1770, à mesure que l’intervention des officiers municipaux dans l’économie locale s’accroît. La principale querelle surgit à l’occasion du rétablissement des foires15. Les lettres patentes confiaient aux édiles le droit de police sur le champ de foire. Le lieutenant de police fait semblant d’ignorer ces textes officiels et rédige plusieurs ordonnances parallèles : il est aussitôt dénoncé au gouvernement, qui le désavoue ouvertement. Dans un courrier adressé à Du Cluzel, Miromesnil est particulièrement critique à l’égard de Valentin Loiseau : « Vous voudrez bien l’avertir de ne pas se compromettre davantage et de prendre garde de sortir des bornes du pouvoir attaché à sa place16. »

  • 17 Il s’agit vraisemblablement d’une clause de style puisque, quelques années auparavant, le corps de (...)
  • 18 AMT, BB 80, 2 juin 1786.
  • 19 En 1789, lors du problème de l’enlèvement des boues, Pradeau ordonna à Bruslon du Boullay, directe (...)

11Aussi, lorsque le corps de ville apprend en décembre 1784 la vente de la charge de lieutenant de police, envisage-t-il immédiatement de l’acquérir. Le mémoire qu’il adresse à l’intendant est un long réquisitoire où il dénonce les insuffisances de la police, depuis qu’un « édit bursal » l’a concentrée, en 1699, entre les mains d’un seul homme, le lieutenant de police, assisté de « sous ordres » peu dignes de confiance. Comme aucun fonds n’a été prévu pour rétribuer ces subalternes, il s’ensuit toutes sortes d’exactions dont pâtissent les habitants : « Les procès verbaux multipliés sans autre objet que de se procurer des vacations, des amandes trop fortes pour les délits, les abonnements secrets avec des communautés d’arts et métiers ou des particuliers pour tolérer dans ceux[-ci] des abus qu’on réprime dans tout ceux qui sont moins dociles… [sic]17. » Toutes les conditions étaient par ailleurs réunies pour que la Ville obtienne gain de cause. Elle était soutenue par l’intendant, qui agréa cet achat à condition qu’elle apure ses dettes, et obtint l’accord du roi, qui autorisa la réunion de la charge au corps de ville au profit de l’un des officiers municipaux. Elle put également compter sur la patience d’un particulier, dont on ne connaît malheureusement pas le nom, intéressé lui aussi, qui accepta d’attendre la fin des démarches entamées. Cependant, en 1786, la Ville doit renoncer car elle n’a pas les 70 000 L correspondant au prix de l’office18. Les relations avec le dernier lieutenant de police, Sylvain François Pradeau, ne sont guère plus cordiales qu’auparavant19.

12Une autre question donna l’occasion au corps de ville et au lieutenant de police de s’affronter : le contrôle des poids et mesures, qui incombait uniquement au second. En 1774, une affaire pousse le corps de ville à intervenir pour que ce dernier sévisse. Sur la foi de plusieurs plaintes à propos du sel vendu en ville, l’échevinage fait vérifier l’exactitude du boisseau utilisé par le grenier de Tours. La vérification a lieu chez l’épicier Herpin, qui certifie que ce boisseau ne contient que 21 Lp7 onces de sel au lieu des 24 Lp 16 onces attendues pour un quart de minot : cela faisait une différence d’environ 10 % (14 Lp 4 onces) par minot. Par ailleurs, le corps de ville s’insurge contre une autre pratique destinée à voler les consommateurs : les regrattiers vendent à la mesure et non au poids, comme le public peut l’exiger. Le contrôleur général des finances est immédiatement averti.

  • 20 AMT, BB 75, mai-juin 1774.

13La même année, en mai, le lieutenant de police décide de se conformer enfin à l’arrêt du Conseil de 1761, qui ordonnait la confection d’ » un sep ou étalon de bois du boisseau de Tours » conformes « à la coutume » (18Lp à Tours) : cet étalon aurait été utilisé pour fabriquer deux boisseaux de référence, l’un en bronze et l’autre en cuivre. Mais, au lieu de faire travailler ses services sur le sujet, il en confie la charge… aux édiles : en fait, ceux-ci y avaient déjà travaillé dès 1761, mais ils avaient dû renoncer faute de compétences mathématiques. Treize ans plus tard, malgré de nombreuses séances de travail, la municipalité bute toujours sur le problème, ce qui provoque l’indignation du procureur du roi au bailliage et siège présidial, Cormier de la Picardière, qui exige qu’elle termine l’étalon. L’échevinage, après avoir fait remarquer que le magistrat aurait pu se charger lui-même de la besogne lorsqu’il était maire de la ville, de 1764 à 1765, répond qu’il a pris l’avis de plusieurs ingénieurs qui n’ont pas permis d’aboutir, malgré l’aide apportée par le lieutenant général. L’étalon devait « se conformer au boisseau actuel qui est de 18 livres [poids], le tiers de son large pris en la moitié du cercle ou moitié de son diamètre en profondeur suivant la sommation actuelle et ancienne du boisseau usité à Tours ». Mais ils n’ont pu « déterminer ce qu’était le large d’un cercle pour en fixer le tiers qui doit former la profondeur. Ils ont tenté plusieurs expériences infructueuses… [et même] consultèrent plusieurs mathématiciens qui ne purent trouver cette proposition ce qui stoppa leur activité20 ». Les édiles sollicitent un nouveau délai pour mener à bien cette affaire, dont ils ne doutent à aucun moment de l’utilité « pour le public […] le commerce en général et pour les seigneurs propriétaires de rentes […] les boulangers, meuniers ». Après avoir exigé que l’ » étalon » soit présenté le 31 mai, le bailliage finit par s’incliner. Les édiles sont pleins de bonne volonté – ils ont examiné le modèle de boisseau envoyé par Lyon et prié de Voglie, ingénieur général des Ponts et Chaussées, de consulter « des mathématiciens de sa connaissance qu’il choisira et [de prendre] conseil auprès de l’académie » –, mais ils ne peuvent pas résoudre ce défi. En 1786, l’étalon n’est toujours pas terminé et c’est la mise en place du système métrique, durant la Révolution, qui réglera la question.

14Bien que favorable aux principes du libéralisme économique – comme cela semble naturel de la part d’une institution où le négoce est fortement représenté –, la municipalité doit nécessairement intervenir en matière économique pour maintenir l’ordre, garantir la tranquillité des marchés et éviter les « émotions » populaires. Le corps de ville est même amené à plusieurs reprises à approvisionner lui-même les marchés. Plusieurs exemples témoignent par ailleurs de l’attention portée par les édiles à l’évolution des prix.

15En janvier 1779, le corps de ville intervient auprès de l’archevêque pour qu’il accepte de « relâcher la rigueur de l’abstinence » à observer pendant le carême et permette l’usage de la viande plusieurs fois dans la semaine, car les « alliments de carême comme mourue verte et seiche, saumons salés, harangs et sardines fraesches et sallées sont extrêmement rares, […] le boeurre et l’huile, les œufs et les légumes sont à un prix excessif [sic] ». En novembre 1780, la liberté de circulation des marchandises provoque une crise de l’approvisionnement en bois : les réserves qui avaient été constituées sont à peine suffisantes pour tenir un mois. Cette pénurie provoque une hausse du prix de la corde de bois à 35 ou 36 sols, ce qui contraint les teinturiers et les chantiers à cesser leurs activités. La municipalité, qui craint par ailleurs une révolte au dépôt de mendicité désormais sans chauffage, décide d’intervenir : elle prie l’intendant d’obliger les marchands de bois à faire des provisions suffisantes et demande à l’ingénieur de Montrocher de contacter les villes capables de fournir le précieux combustible. Sans attendre le résultat de ces initiatives, elle envoie à Bléré, Montrichard, Saint-Aignan, Selles et Vierzon l’un des préposés aux travaux du nouveau pont pour acheter et acheminer du bois au meilleur prix. Quelques jours plus tard, le commissaire écrit n’avoir pu trouver que 60 cordes de bois de chauffage. Cependant, un hiver moins rigoureux qu’on le craignait et la reprise des approvisionnements font bientôt cesser les inquiétudes.

  • 21 Du 6 au 9 juin, le corps de ville est informé qu’il a « été tenu par différents particuliers et en (...)
  • 22 Les mouvements de 1782 sont vite calmés grâce aux mesures prises par l’intendant, associé à quelqu (...)

16Surtout, les édiles interviennent en cas de hausse trop brutale du prix des grains et donc du pain : c’est le cas en 1768, en juin 1773, et encore plus en 1770 et 1774. En juin 1773, craignant que la hausse des prix n’engendre une émotion populaire, le corps de ville renforce la surveillance du marché et fait vendre 50 setiers de froment à 2 sols en dessous du prix pratiqué, la différence étant prise en charge par la Ville, ce qui permet de calmer le marché21. Cette pratique avait l’accord de toutes les autorités, y compris l’intendant, qui usait parfois du même procédé22.

  • 23 Sur ces émeutes de la seconde moitié du xviiie siècle, voir B. Maillard, Les campagnes…, op. cit. (...)

17Mais la prévention n’est pas toujours efficace. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, Tours connaît deux émeutes, les 5 mai 1770 et 20 février 177423. Par la suite, la libération du commerce des grains par Turgot ne résout pas toutes les difficultés d’approvisionnement, mais permet à la Touraine de ne plus connaître, au moins jusqu’en 1789, d’émeutes frumentaires aussi sérieuses. Quel fut le rôle des édiles lors de ces crises ?

  • 24 Les bateaux, transportant 486 barriques (ou 87 480 Lp) de Selles-sur-Cher à Nantes, étaient amarré (...)

18En mai 1770, le boisseau de froment monte brusquement à 50 sols et celui de l’orge et du seigle « à proportion ». Affolée par cette augmentation importante, la population s’assemble devant le domicile du marchand Lemoine-Huré, qu’elle soupçonne de spéculer. Les perquisitions effectuées par la police ne donnent rien, mais deux paroisses ayant fait sonner le tocsin, la foule s’affole, s’attroupe « en diferents quartiers », certains allant demander des secours à l’abbesse de Beaumont. Pour calmer les esprits, le lieutenant général de police et les officiers du bailliage font distribuer le blé qu’ils ont fait saisir sur des bateaux transitant sur le Cher24. Les contacts pris par ailleurs par Du Cluzel et la municipalité auprès de négociants pour approvisionner les marchés ramènent le calme.

19Le 20 février 1774, une émeute éclate vers midi au port Sainte-Anne, provoquée par la cherté du blé. Les émeutiers, « dont plusieurs armés de batons et fourches », tentent de s’emparer d’un bateau navigant sur la Loire et affrontent à coups de pierre la maréchaussée venue s’interposer. La petite troupe, gonflée d’habitants venus des paroisses rurales, se replie vers le Cher pour piller deux bateaux chargés de blé, tandis que le tocsin sonne à Sainte-Anne et à Saint-Avertin. « Le bruit et l’émeute ont continué une partie de la nuit. » Le lendemain, la populace menace d’ouvrir la prison pour libérer un particulier qui avait été arrêté durant la nuit, tandis que des hommes « en très grand nombre » pillent un autre bateau amarré au sud de l’île Saint-Jacques. La foule se fait menaçante, promet de mettre le feu dans la ville et de forcer les maisons et les greniers, notamment ceux des communautés religieuses. Aucune des autorités venues sur les lieux ne peut arrêter les émeutiers. Au contraire, elles sont obligées « de se retirer et de faire sortir des prisons l’homme qui avait été arrêté […] par crainte que ces prisons ne soient forcées ». Inquiet et surpris par cette « fermentation aussi considérable dans le peuple de la ville et de la campagne, les exces et violences auxquels le peuple s’est porté », le corps de ville s’assemble en permanence et réunit les autorités capables de ramener le calme. Il mobilise la milice bourgeoise qui, avec la maréchaussée, patrouille toute la nuit et contraint les habitants à rentrer chez eux. Si la nuit reste calme, l’émeute reprend le lendemain, faute de troupes suffisantes pour l’empêcher. Dans la matinée, plusieurs milliers de personnes s’assemblent place Saint-Étienne, armées de bâtons et de pierres, font sonner le tocsin et entreprennent d’enfoncer les portes de la maréchaussée pour délivrer le prisonnier, qui n’avait finalement pas été libéré la veille. Les brigades de maréchaussée se réfugient dans leur caserne et se préparent à affronter les émeutiers : les hommes fourbissent leurs armes et montent sur leurs chevaux, tandis que leurs responsables, de Perceval et Deneux, sortent. Entourés de 30 hommes, mousqueton chargé (de poudre seulement, précisent les autorités qui relatent l’épisode), baïonnette au canon et sabre en main, ils demandent à la foule de se retirer. Comme celle-ci refuse, c’est l’affrontement. La maréchaussée écarte le peuple à « coups de plat de sabre » et joue de l’intimidation par « une décharge de quatre mousquetons chargés à poudre ». La manœuvre réussit : la « populace » affolée se disperse, une partie se réfugie à la cathédrale, une autre se répand dans les différents quartiers, poursuivie par les brigades de maréchaussée. Celles-ci font rentrer tout le monde dans les maisons et ferment les boutiques, tandis qu’une garde est placée à l’entrée du pont pour couper la route à ceux qui voulaient se réfugier dans le faubourg Saint-Symphorien. Le calme revient, maintenu par des patrouilles de maréchaussée renforcées des soldats du régiment de Berry et secondées par la milice bourgeoise maintenue en alerte. Deux jours plus tard, à la suite de perquisitions effectuées dans les maisons des paroisses environnantes, on arrête douze des « principaux séditieux » : trois sont pendus le 11 mars, à la suite d’une sentence rendue par la justice prévôtale, mais la plupart sont amnistiés, en partie grâce à l’intervention municipale.

  • 25 Ces blés, en partie acquis grâce aux avances faites par Rattier, furent achetés 5 216 L et revendu (...)

20Le rôle de la Ville est différent au cours de ces deux « émotions ». En 1770, elle seconde les efforts d’approvisionnement de l’intendant, lui-même plus ou moins soutenu par le contrôleur général, l’abbé Terray. Les farines qui sont confisquées sur le Cher sont acheminées par la municipalité par le canal Sainte-Anne jusqu’au Portail neuf et entreposées chez les minimes. Là, les denrées sont soigneusement pesées, puis vendues les 7 et 8 mai au prix fixé par le lieutenant de police. Au cours des semaines suivantes, la municipalité invite les propriétaires de greniers à vendre leurs provisions « pour faire tomber le prix du pain » et contacte différents marchands pour acheter des grains. En mai, elle achète près de 200 setiers, qu’elle vend sur les marchés à raison de 20 setiers par semaine25.

  • 26 La municipalité fut avisée, le 25 février, que certains curés avaient reçu du blé et de la farine (...)
  • 27 Pour ce faire, le corps de ville ne ménage pas ses efforts, sollicitant le chancelier, le duc de l (...)

21L’attitude municipale change en 1774 : il n’est plus question d’approvisionner les marchés pour calmer la tension, mais seulement de rétablir l’ordre. Pour ce faire, les édiles prennent appui sur la milice bourgeoise. En 1770 déjà, une compagnie avait été invitée à patrouiller pour « contenir le peuple en cas de besoin », mais, en 1774, c’est une bonne partie de la milice qui vient en renfort des effectifs de la maréchaussée et des régiments militaires : 120 hommes sont convoqués, choisis dans les compagnies aisées du centre, pour monter la garde et patrouiller continuellement dans les quartiers jugés sensibles. Inquiète, la municipalité assure des permanences pour coordonner les efforts conjoints de la maréchaussée, du régiment de Berry et de la milice. Dès le 25 février, elle peut se rassurer : « La tranquillité continue de reigner en cette ville26. » Le 6 mars, elle sollicite même la clémence du roi envers « les séditieux27 ». En fait, si elle juge les punitions nécessaires, la municipalité constate que la sévérité de la justice prévôtale – il y eut quelques pendaisons – a provoqué la « consternation » dans la population de la ville et de la campagne, la poussant à se cacher dans les bois, voire à « s’expatrier ». Elle obtient finalement une amnistie pour neuf des personnes arrêtées.

22Les édiles ont donc été les premiers garants de la tranquillité publique, même si, au quotidien, ils ne disposaient pas d’un pouvoir très étendu. Il est vrai qu’ils pouvaient compter sur la milice bourgeoise, toujours active, nous allons le voir, pour encadrer la population et intervenir en cas de trouble. Ils devaient néanmoins composer avec le lieutenant de police. Ce fâcheux partage des compétences fit surtout le bonheur de quelques communautés de métiers. En cas de crise, le corps de ville recourait aux approvisionnements pour éviter les « inconvénients qui pourraient résulter de la cherté des grains », mais de manière sporadique et toujours en relation avec l’intendant. Toutefois, à l’inverse d’autres villes, il n’eut jamais recours au stockage des blés, jugé trop dangereux. La dureté de l’hiver 1789 le fera changer d’avis.

La milice bourgeoise

  • 28 L’essentiel de la documentation est conservée en AMT, EE 13. Voir E. Gatian de Clérambault, « Les (...)
  • 29 Henri IV reprenait en fait les mesures que son prédécesseur avait imaginées (dans un règlement dat (...)

23La milice naît au Moyen Âge de l’autorisation accordée par le roi à la Ville de désigner six « prud’hommes » pour veiller à l’édification, puis à l’entretien de la nouvelle fortification décidée en 1355. Ces « prud’hommes » pouvaient, en accord avec le bailli, contraindre les habitants à s’armer et à monter la garde, et percevaient les sommes nécessaires à la construction et à la maintenance des fortifications. Le millier de gardes ainsi mobilisés se répartissaient dans sept compagnies encadrées par seize officiers28. Cependant, dès son origine, cette garde bourgeoise se révéla peu efficace, notamment face aux incursions anglaises, et la cité ne dut plusieurs fois son salut qu’aux troupes envoyées par le roi. La milice fut réactivée et réorganisée à plusieurs reprises au cours des siècles suivants, mais sans jamais faire la preuve de son efficacité. Henri IV, qui avait fait de Tours une pièce importante de son système défensif lors de sa conquête du pouvoir, réforma la milice bourgeoise en même temps qu’il demandait à la municipalité d’ériger une nouvelle muraille : il divisa la ville en douze quartiers, créa treize compagnies et précisa les modalités de désignation des officiers29. Lorsque Louis XIV fit de la milice bourgeoise un objet de ponctions fiscales en vendant les grades d’officiers, la municipalité parvint à réunir les offices la première fois en septembre 1694 contre 20 000 L, mais ne put les lever les fois suivantes, en 1704 et 1708, par manque d’argent. La milice bourgeoise retrouva une certaine stabilité et une organisation plus efficace lorsque Louis XV abandonna le principe de la vénalité.

  • 30 Une ordonnance de 1690 l’avait désignée ainsi et lui avait conféré le premier rang dans les cérémo (...)

24Dans la seconde moitié du siècle des Lumières, la milice comprend douze compagnies : celles de Saint-Pierre-du-Boile (aussi dénommée compagnie Colonelle30), Saint-Pierre-le-Puellier, la Porte Saint-Simple, Saint-Symphorien, la Porte Neuve, la Porte de La Riche, le Petit Quartier de La Riche, le Grand Quartier de La Riche, Saint-Éloy, Saint-Pierre-des-Corps, Saint-Étienne et Saint-Saturnin. Une treizième compagnie, celle de l’Entrepont-Île Saint-Jacques, avait été créée en 1663 : elle est supprimée en mars 1767, à la suite de la destruction de l’île, et ses membres sont incorporés à celle de Saint-Symphorien. Le rang de chacune avait été fixé par le gouverneur dans les années 1720, après de violentes querelles qui avaient éclaté à propos de leur place dans les cérémonies publiques. De même, chacune possédait un drapeau, conservé chez le capitaine ou, à défaut, chez le premier officier en dessous de ce grade, aux couleurs variées mais assorties aux cocardes que les officiers portaient à leur chapeau.

  • 31 AMT, BB 9, document élaboré en 1781 afin de connaître les facultés des habitants pour le logement (...)
  • 32 Dans cette compagnie, située sur la rive droite de la Loire, le corps de ville eut du mal à trouve (...)

25Si nous ignorons les limites territoriales précises de chacune des compagnies, la structure interne de la milice bourgeoise nous est particulièrement bien connue dans la dernière décennie de l’Ancien Régime31. Chaque compagnie se subdivise en escouades : il en existe 78 pour douze compagnies, soit une moyenne de six ou sept chacune, mais le Petit Quartier de La Riche en compte seulement trois contre neuf pour la compagnie Colonelle et celle de la Porte Neuve. Ces différences tiennent surtout à la démographie du territoire concerné, au nombre des habitants, qu’il faut autant protéger que contrôler. Le territoire d’une escouade compte en moyenne 261 habitants, mais les variations sont, là encore, remarquables : il y a 187 habitants pour chacune des huit escouades de la Porte Neuve, 341 pour les cinq du quartier Saint-Symphorien. Les escouades responsables du plus grand nombre d’habitants sont soit celles des quartiers les plus anciens et les plus tranquilles (Saint-Saturnin), soit celles où le recrutement d’officiers de confiance est le plus difficile (Saint-Symphorien32, le Grand Quartier de La Riche).

  • 33 AMT, EE 13-14. Un comptage précis donne exactement 3015 hommes en 1789.

26La milice se compose d’environ 3 000 hommes placés sous le commandement de quelque 200 officiers et sous-officiers33. Le commandement suprême est assuré par un état-major constitué du maire – le « colonel-né » de la milice –, d’un major, d’un aide-major et d’un « garçon major ». Son rôle est de régler le service quotidien et la discipline interne, même si la responsabilité ultime revient au seul corps de ville. Si les officiers de chaque compagnie sont choisis selon un cursus honorum bien défini, nous allons le voir, les membres de l’état-major échappent en général à cette règle : ils sont choisis par la municipalité parmi les notables en qui la Ville a confiance, des députés de paroisse ou des parents. Il est à noter que les membres de l’état-major de la fin de l’Ancien Régime, dont les noms apparaissent dans le tableau 11, sont quasiment tous issus du monde de la marchandise : peut-être la milice bourgeoise leur conférait-elle un surcroît de distinction sociale.

Tableau 11 – L’état-major de la milice bourgeoise à la fin de l’Ancien Régime.

Tableau 11 – L’état-major de la milice bourgeoise à la fin de l’Ancien Régime.
  • 34 Une délibération de juillet 1782 mentionne le nom d’un de ces syndics, dont on sait peu de choses  (...)
  • 35 Ces tambours et fifres étaient parfois engagés pour animer des mariages privés. Les récompenses re (...)

27Chaque compagnie est commandée par trois officiers (un capitaine, un lieutenant et un enseigne ou sous-lieutenant) et des bas-officiers (sergents, caporaux et « anspessades ») en nombre variable correspondant à celui des escouades. Il existe aussi 24 sergents dit de « bande » ou de quartier (ou encore hallebardiers), placés directement sous la responsabilité du corps de ville et représentés par un « syndic34 ». Ajoutons enfin douze tambours dirigés par un tambour-major, et deux fifres attachés à la compagnie de Saint-Éloy : leur rôle est d’accompagner le corps de ville lors de ses sorties et de jouer, à sa demande, lors des prises d’armes et des cérémonies publiques35.

  • 36 Au xviie siècle, ces nominations avaient été un temps assurées par le gouverneur, qui choisissait (...)
  • 37 AMT, BB 77.

28Les officiers et bas-officiers sont choisis par la Ville36 : ils sont 207 en 1781. Les critères du choix n’étant jamais explicités, il faut se pencher sur la pratique pour mieux les connaître. Les registres de délibérations gardent la trace de 286 nominations nouvelles (les autres sont des promotions) et de 405 noms d’officiers et de sous-officiers : cinq membres de l’état-major, 74 officiers supérieurs, 252 caporaux et anspessades, 50 sergents, 22 tambours et 2 fifres. Il est à remarquer que la surveillance municipale de ces officiers et sous-officiers s’améliore à partir de 1779. Cette année-là en effet, les édiles constatent que la plupart des officiers qui portent les armes n’ont pas été « reçus » et leur sont, de ce fait, inconnus. Le corps de ville exige par conséquent de les recevoir tous : les 46 officiers qui se présentent entre mars et juillet 1779 étaient en poste en moyenne depuis 17 années, le plus jeune depuis 18 mois, le plus ancien depuis 40 ans37. Désormais, le contrôle se fait plus rigoureux : chaque nouvelle nomination est systématiquement suivie de la réception officielle. De même, alors qu’il n’était pas rare jusqu’alors qu’un officier soit remplacé longtemps après son départ, les édiles exigent désormais d’être avertis au plus tôt de tout départ d’officier. Ceci explique que le rythme des remplacements, qui était de 5 à 8 par an jusqu’en 1780, augmente brusquement à 22, 17 et 14 nominations en 1781, 1782 et 1783.

29Parmi les 405 noms retrouvés, 376 sont connus avec précision : sur les graphiques suivants, ils ont été répartis selon la profession qu’ils ont donnée.

Graphique 14 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude globale.

Graphique 14 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude globale.
  • 38 Sauf mention contraire, nos études excluent les tambours et les fifres, très mal connus.

30Globalement38, le corps de ville recrute les officiers et les sous-officiers essentiellement parmi les maîtres artisans (32,2 %), les marchands ou négociants (20,5 %), les fabricants, maîtres ouvriers en soie et passementiers (18,4 %), et les marchands fabricants (6,4 %). Les catégories traditionnelles de l’élite urbaine et les gens humbles sont peu représentés : les « bourgeois » forment 3,7 % du total, les petits officiers 1,3 %, les professions libérales 0,5 % et les jardiniers et journaliers respectivement 1,3 et 0,3 %.

31Une étude plus fine, qui distingue les officiers (capitaines, lieutenants et enseignes) des bas-officiers (sergents, caporaux et anspessades), a été menée.

Graphique 15 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude détaillée.

Graphique 15 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude détaillée.

32Les marchands ou négociants sont majoritaires parmi les officiers (52,7 %), suivis par les marchands fabricants (21,6 %), tandis que les maîtres artisans dominent dans le groupe des bas-officiers avec 39,4 %, suivis par les fabricants, ouvriers en soie et passementiers (20,9 %), aux côtés desquels figurent quelques jardiniers et mariniers.

  • 39 Cette fois, notre corpus, qui comprend un total de 405 noms, englobe aussi les tambours et les fif (...)

33Les critères de recrutement des cadres de la milice semblent donc répondre à des règles précises. Au nombre de celles-ci, le corps de ville affirme vouloir désigner des individus qui sachent lire et écrire. Il n’est pas très facile de savoir si ce critère a bien été respecté : notre unique source a été la signature ou non du registre de délibérations du corps de ville, devant lequel les officiers de la milice bourgeoise devaient prêter serment. Si on ignore l’aptitude à l’écriture pour 145 des hommes nouvellement désignés (35,8 %39), on sait que 241 autres ont su signer le registre (59,5 %) alors que 19 seulement (4,7 %) ont déclaré clairement en être incapables.

34Dans les deux groupes, officiers et bas-officiers, les voies d’accès aux grades sont différentes selon qu’il s’agit d’une nouvelle entrée (au poste d’enseigne ou d’anspessade) ou d’une promotion interne (pour remplacer un lieutenant, un capitaine ou un caporal). Pour remplacer un enseigne, grade le plus bas des officiers, le corps de ville choisit un postulant venu spontanément offrir ses services ou, plus souvent, présenté par le lieutenant ou le capitaine de la compagnie. Généralement, ces candidats sont bien connus des édiles, avec lesquels ils ont des liens familiaux ou professionnels. Pour désigner un anspessade, grade le plus bas des sous-officiers, le corps de ville choisit un des noms proposés par les officiers parmi les habitants de leur quartier les « plus propres à faire le service […] sachant lire et écrire » et répondant aux critères de « bonnes vies et mœurs ». Les tambours sont choisis comme les bas-officiers, sur la proposition des officiers, à la condition toutefois d’avoir les capacités adéquates. Au décès du tambour-major Philippe Gabrot, on désigne ainsi Antoine Gendron, ancien sergent au régiment provincial de Tours et ancien tambour-major du dépôt des recrues provinciales, pour le remplacer.

  • 40 Les raisons des remplacements se répartissent ainsi :111 promotions internes(39 %),104décès(36,2 % (...)
  • 41 Parmi les officiers promus, 43 ont été ou étaient également députés des paroisses, donc supposés b (...)

35À l’intérieur des deux groupes, le corps de ville respecte une sorte de cursus honorum : l’enseigne devient lieutenant, le lieutenant capitaine et l’anspessade caporal. En revanche, il est pratiquement impossible à un bas-officier d’accéder à un grade d’officier. Sur les 286 nominations enregistrées entre 1764 et 1789, 111 sont des promotions internes : notons que l’appelé pouvait refuser cette désignation. L’examen des motifs des remplacements40 permet de mieux connaître les critères de sélection et les obligations des cadres de la milice. Ceux-ci doivent résider sur le territoire de leur compagnie pour être mieux à même de « connaître les familles de la compagnie, donner les ordres nécessaires dans les cas d’urgence41 » : en dépit de multiples rappels, cette règle n’est pas toujours respectée. De même, ils sont tenus de signaler tous les changements intervenus dans leur vie, dont certains sont incompatibles avec la fonction d’officier de la milice : un déménagement, un départ de la ville, l’acquisition d’une charge nouvelle, une faillite, une élection à un poste municipal, une désignation comme clerc de ville ou comme milicien devait immédiatement entraîner une démission. La plupart du temps, les officiers prennent eux-mêmes cette initiative. Mais il arrive que le corps de ville provoque le remplacement, lorsque les absences sont trop longues, et, bien sûr, quand on supprime une compagnie. La destitution ne fut utilisée qu’une seule fois, en novembre 1775, comme punition d’une grave désobéissance d’un sous-officier envers ses supérieurs.

36La confiance qu’accorde le corps de ville aux officiers a son importance puisque ceux-ci exercent leur fonction pour une durée indéterminée. De fait, la plupart restent en place jusqu’à leur décès ou à une démission, qui intervient souvent après une très longue période de service, 20 ou 30 ans, voire plus : François Huault de Bellisle-Bellas, lieutenant du Grand Quartier de La Riche, émet le vœu de partir après 30 années ; Louis Jahan-Lambron, capitaine de la compagnie de Saint-Éloy, après 40 années de service ! Les vieux cadres de la milice, qui invoquent leur grand âge ou leurs infirmités pour démissionner, sont généralement remerciés pour les services rendus, tandis que quelques-uns, parmi les plus pauvres et les plus âgés – il s’agit souvent d’un tambour ou d’un bas-officier –, obtiennent la faveur particulière de terminer leurs jours à l’hôpital général.

  • 42 L’enseigne promettait de se « bien fidèlement comporter dans la dite place, de porter fidélité au (...)
  • 43 En revanche, aucun n’était rémunéré, à l’exception des sergents de bande et des tambours, et ce un (...)

37En échange de leur charge relativement lourde, les gradés bénéficient de quelques avantages et d’un surcroît de reconnaissance sociale. Cette distinction est notamment signifiée par une petite cérémonie à l’hôtel de ville. Introduit dans la salle des assemblées municipales, le nouvel officier, accompagné de ses supérieurs, prononce un serment dont le texte diffère selon les grades42. Puis il reçoit du maire une arme ou un élément d’uniforme correspondant à son grade et à l’autorité qu’il incarne : le sergent de bande reçoit une hallebarde et un « esponton » (sorte de demi-pique), l’enseigne une épée et un hausse-col. La cérémonie se termine par l’ » accolade » donnée par le maire et la signature du registre des délibérations par le nouvel officier. En outre, celui-ci s’engage, à partir de 1786, à porter un uniforme distinctif. Tous bénéficient aussi et surtout du privilège très convoité de l’exemption du logement des gens de guerre43. Ce privilège est si prisé qu’un démissionnaire demande souvent à le conserver, ce qui lui est généralement accordé. Henry Léonard Beugnet et Pierre Lefebvre-Servois, anciens capitaine et lieutenant de l’Entrepont, continuent ainsi à jouir du privilège, malgré la dissolution de la compagnie, en remerciement des services rendus pendant 46 ans pour l’un et « comme un témoignage de l’estime » municipale pour l’autre. Les veuves, en revanche, ne peuvent y prétendre.

  • 44 La municipalité pensait par ailleurs que ce surcroît de distinction permettrait d’attirer vers les (...)

38Afin d’être reconnus « aux yeux de tous pour se faire obéir », mais aussi d’être distingués des troupes de ligne également amenées à parcourir les rues, les officiers vont être tenus de porter, d’abord une marque distinctive, puis un uniforme spécifique44. Il faudra cependant quinze années d’efforts pour que le costume en question soit définitivement adopté. Dès 1765, les officiers s’étaient mis d’accord sur un habit, mais personne ne l’acheta ni le porta. Les officiers de la milice se réunissent six ans plus tard, avec l’accord de la Ville : ils approuvent l’uniforme adopté en 1765 et le modifient légèrement. Malgré cette décision, aucun officier ne porte l’habit dans les années suivantes. Une nouvelle assemblée des cadres de la milice se réunit le 26 août 1780 et mandate des délégués pour réfléchir aux distinctions qu’on envisage, cette fois, d’exiger de tous les officiers. On se met d’accord sur l’habit suivant :

Un « chapeau uny, cocarde de bazin blanc, rosetes couleur du drapeau, habit de drap écarlate avec poche, manche en botes, colet rabatu d’un pouce et demi d’hauteur, arondi par le bout, doublure écarlate, trois boutons sur la manche et trois aux poches et au devant de l’habit, bouton à plein jusqu’aux poches et trois dans les plis, veste de drap aussy écarlate, les boutons de l’habit et veste en pinssebec sur doré aux armes de la ville et guirelande de laurier, épée à volonté, culote et bas noires en toute saison, l’oscolle [hausse-col] en cuivre surdoré aux armes de la ville en argent ».

39Il est précisé que tous les officiers « porteront leurs cheveux ou perruques à face avec queues et rosetes » et, cette fois, injonction leur est faite d’acquérir l’habit avant le 1er janvier 1781, et de le porter en service et lors de la prestation de serment, sous peine d’être destitué.

40Au cours du printemps 1781, le corps de ville doit s’opposer aux fantaisies des gardes bourgeois. Lors des cérémonies ou des assemblées de travail, chacun se vêt « à sa volonté ou au moins pour la veste et cullote [et], quoique tous s’assujettissent […] à porter l’habit rouge, il en est plusieurs qui portent des habits gallonnés, d’autres des habits à boutonnières, d’autres enfin des boutons à fil d’or, quoique tous les boutons dussent être de métail ». Le désordre vestimentaire entraîne une méconnaissance des officiers de la milice par le public, peu enclin, de ce fait, à leur obéir. Plus grave, « tout citoyen vêtu d’un habit rouge s’autorisant les jours d’assemblées au port d’armes » peut aisément se mêler aux officiers et s’introduire « dans des lieux où messieurs les officiers ont seuls le droit d’entrer, ce qui occasionne de la confusion et est contraire au bon ordre et au bien du service ». En juin 1782, une nouvelle assemblée décrit encore une fois l’uniforme, qui a subi quelques modifications :

Un « chapeau uni, cocarde conforme aux couleurs de la compagnie les jours où la compagnie prendra les armes et les jours où les officiers marcheront seuls avec le corps de ville, cocarde de bazin blanc, les cheveux en queues, hoscol [sic] surdoré aux armes de la ville, habit écarlate doublé en blanc, veste et culotte de drap blanc et bas de soye blancs, l’habit ayant collets revers et parements de velour noir, le parement de trois pouces de hauteur, le collet un pouce et demy de large en pointe, poches en long, les boutons en cuivre surdoré aux armes de la ville dont trois gros au bas de l’habit, trois petits à chaque coté des revers, six petits à chaque manche qui sera fendue, trois gros à chaque poche et trois à chaque coté en plis, douze à la veste pour les devants, trois à chaque poche et douze à la culotte ».

41On en profite pour définir les décorations des officiers supérieurs : les épaulettes du major seront doubles « en or à graine d’épinard », celles de l’aide-major seront doubles « en or et à frange ». Elles seront en or pour les capitaines, en or et argent pour les lieutenants et enfin en or et soie blanche pour les sous-lieutenants.

  • 45 Le gouverneur, qui transmit la question au ministre, voulut se faire une opinion :il se fit livrer (...)

42En 1786, on doit à nouveau modifier l’habit. En août de cette année-là, le lieutenant de maréchaussée vient en effet présenter le texte royal du 21 février 1779 : celui-ci interdit aux officiers des milices bourgeoises le port des « épaulettes et autres marques distinctives [comme les dragonnes] qui tendraient à les assimiler aux troupes de Sa Majesté ». La municipalité s’empresse d’obéir mais s’oppose, en revanche, aux injonctions du lieutenant de maréchaussée, qui, outrepassant les termes de sa mission, entreprend de faire retirer les parements et revers noirs, trop proches à son goût de ceux des troupes royales. Elle consulte le ministre, qui lui donne finalement raison45.

43De leur côté, les tambours et le fifre sont invités, dès juin 1773, à revêtir un uniforme composé

d’« un surtout de drap bleu avec poche en dessous doublé de serge rouge avec parement et collet drap écarlatte garnis de six boutonnières en brandebourgs en gallons de soye jaune par le devant de chaque cotté espacés de trois en bas, deux au millieu et une au collet, pareil gallon sur le parement des manches et collet et chapeau bordé de pareil gallon, bouttons de cuivre et pinsebec ».

  • 46 AMT, BB 74, 31 mars et 5 mai 1773. On voit ici l’importance accordée à l’apparence vestimentaire, (...)

44L’habit, réalisé aux frais de la Ville, coûte entre 55 et 60 L pièce. Le tambour-major a droit à un habit « pareil garni en plein par le devant de brandebourgs jusqu’à la ceinture trois par derrière de chacque cotté, trois sur les manches avec doubles gallons sur la manche et le collet et galonnés sur touttes les coutures avec chapeau en gallon d’or ». Un écusson brodé en soie aux armes de l’hôtel de ville est cousu sur le bras gauche, tandis qu’une canne de « forme militaire », à pommeau d’argent, portant gravés les armes et le nom de la ville et ornée d’un gland, complète la tenue. Ces uniformes, étiquetés au nom de chacun, doivent en dehors des cérémonies rester à la conciergerie de l’hôtel de ville, sous peine de destitution46.

  • 47 AMT, BB 78, 24 janvier 1781.

45La responsabilité de la discipline interne revient conjointement au corps de ville et à l’état-major : là aussi, l’attention s’accroît au cours des dernières décennies de l’Ancien Régime. Seules ces deux autorités peuvent accorder des permissions, punir les actes de désobéissance, les absences irrégulières et en général tout ce qui compromet la bonne marche du groupe, surtout en période de crise ou de grand rassemblement. En 1781, six fusiliers sont punis du « logement des soldats » pour absence au service funèbre de Michel Banchereau. La sanction est bien sûr plus grave lorsque les conséquences de la désobéissance sont dangereuses. En 1766, deux caporaux et deux anspessades des compagnies Colonelle et de Saint-Symphorien sont révoqués pour avoir refusé d’obéir aux ordres de leurs supérieurs au cours d’un incendie. Lors de l’émeute de 1774, un épicier dénommé Riché refuse « par des propos aigres » de prendre les armes « comme les autres citoyens ». Quatre fusiliers, partis le quérir, le trouvent réfugié dans son grenier et l’amènent de force à son poste. Huit ans plus tard, en juillet 1782, à l’occasion de la venue à Tours du comte d’Artois, le même particulier refuse tout pareillement de prendre les armes. Au caporal venu chercher son époux, la dame Riché répond avec insolence qu’il « n’avait qu’à commander la populace, cette fonction n’était point faite pour son mari ». L’affaire aurait pu en rester là si ce citoyen, voyant passer son caporal dans la rue quelques jours plus tard, ne l’avait interpellé et insulté, précisant « qu’il était un impertinent et un sot, le tutoyant et le traitant avec le plus grand mépris ». Le couple comparut devant les officiers municipaux pour être sermonné et promit d’obéir sans discuter à l’avenir. À l’inverse, les citoyens qui portent atteinte à l’autorité de la milice sont sanctionnés. En janvier 1781, le sieur Herpin, un habitant de la rue de la Boule-Peinte, se permet d’insulter son capitaine, Louis Jacques Poitevin-Viollet, venu enregistrer sa déclaration pour la capitation de l’année. En l’absence de son mari, la dame Herpin avait accepté de recevoir l’officier et avait répondu à ses questions « avec peine mais honnêtement ». Mais, en sortant de ce domicile, l’officier fut interpellé par l’époux « à haute voix et avec insolence » : « De quel droit vous êtes-vous transporté chez moi et avez-vous fait entrer ma femme [sic] ? » Il ajouta, en haussant le ton « pour assembler le peuple », qu’il le priait de « ne pas recommencer et même le menaça qu’il aurait affaire à lui ». Le particulier fut convoqué à l’hôtel de ville et confronté à son capitaine, à qui il dut présenter des excuses47.

46Toutes les précautions avaient donc été prises pour que les autorités municipales disposent d’une troupe de confiance, respectée et prête à répondre à la première réquisition. Mais que deviennent les missions de cette milice à une époque où la défense de la ville n’est plus une nécessité impérieuse ? Ce corps était-il, comme on le prétend souvent des milices bourgeoises, tombé en désuétude au fil des années et réduit à une sorte « d’escorte de parade » ?

47Certes, la milice a toujours comme mission d’accompagner le corps de ville lors des grandes cérémonies publiques. Par ailleurs, toutes ses fonctions « militaires » n’ont pas disparu, puisqu’elle sert à l’occasion de force d’appoint pour le maintien de l’ordre. Une ordonnance de mars 1768, qui fixe les différents services de type militaire, confirme ce rôle puisqu’elle consacre un chapitre entier aux milices bourgeoises : elles sont tenues de garder les prisonniers de guerre, d’aider les troupes réglées et la maréchaussée à maintenir le calme, d’assurer le service d’ordre lors du passage des personnalités et d’apporter leur concours lors des catastrophes naturelles, incendies ou inondations. La garde bourgeoise de Tours satisfait à ces obligations en gardant les portes, en patrouillant dans les rues et en secondant les soldats et la maréchaussée lors des « émotions » populaires de 1770 et surtout 1774.

  • 48 J. Maillard, Le pouvoir municipal…, op. cit., p. 85.
  • 49 AMT, EE 13 (1re partie). L’évolution est semblable à Angers : J. Maillard, Le pouvoir municipal…, (...)
  • 50 AMT, EE 13 (1re partie).

48Mais elle remplit peu à peu d’autres fonctions, relayant auprès des habitants la plupart des décisions municipales ou procurant aux édiles les informations nécessaires à leurs délibérations. Comme pour la milice d’Angers au xviiie siècle, « ses activités ne sont pas uniquement honorifiques et […] elles pouvaient comporter certains risques pour ceux qui les accomplissaient48 ». Au fur et à mesure de leur modernisation, les administrations, municipales ou royales, font de plus en plus appel aux officiers des compagnies de bourgeoisie pour accomplir différentes tâches administratives49 : établir la liste des garçons soumis au tirage au sort pour la milice provinciale ; relever l’adresse du domicile des habitants aptes à loger les gens de guerre ; confectionner et vérifier les rôles de capitation. Au cours des dernières années de l’Ancien Régime, la municipalité, sous la pression de l’intendant, améliore son association avec les officiers de la milice, qui sont mieux conseillés et plus régulièrement convoqués pour prendre connaissance des tâches à effectuer. En fait, cette évolution d’une troupe militaire vers un corps administratif auxiliaire avait déjà commencé à la fin du xviie siècle : depuis 1688, les officiers de la milice établissaient les listes des garçons susceptibles d’être enrôlés dans les régiments provinciaux et rédigeaient les registres de capitation. Ils établissaient aussi les billets de logement et les rôles de l’ustensile. Au xviiie siècle, le corps de ville convient lui-même de la lourdeur de ces multiples missions, qui sont « une servitude, mais une servitude nécessaire au bien public et au maintien du bon ordre50 ».

49La milice bourgeoise tourangelle, vivante, relativement bien organisée et respectée, utile aux autorités municipales qui ont accru leur contrôle sur elle, n’a donc pas eu besoin d’être réformée en 1789 comme ce fut le cas dans d’autres villes. L’évolution la plus intéressante concerna ses fonctions, de plus en plus administratives. Cependant, bien qu’elle n’ait pas eu besoin d’être réactivée, cette troupe sera incapable, nous le verrons, de ramener l’ordre dans les rues au cours de l’été 1789.

L’évolution de la politique municipale d’assistance

  • 51 ADIL, C 272 (crue de 1784). L. sérier, Une ville et son fleuve : l’exemple de Tours au xviiiesiècl (...)
  • 52 C. Nières, La reconstruction d’une ville au xviiiesiècle. Rennes 1720-1760, 1972.

50Les difficultés de la vie en ville sont nombreuses, les unes provoquées par les conditions climatiques (inondations et froid), les autres par l’inattention des hommes (incendies et noyades). De toutes les inondations du xviiie siècle, celle de 1755 resta longtemps dans les mémoires51. Néanmoins, les suivantes firent également des dégâts, tout comme le froid intense qui frappa la ville en 1767, 1775-1776, 1779-1780, 1783-1784 et 1788-1789. De leur côté, si les incendies étaient un fléau redouté, ils ne touchèrent pas la cité de manière aussi catastrophique qu’à Rennes52 : la Ville ne dut lutter que contre quelques foyers ponctuels.

  • 53 ADIL, C 85 et C 268.

51Tous ces aléas font parfois tomber les plus démunis dans une extrême misère. Par charité ou souci de préserver la tranquillité publique, le corps de ville tente de les secourir. Par sa politique d’assistance, la Ville essaye constamment de maintenir une certaine cohésion sociale, en atténuant les conséquences de la pauvreté, de la misère ou des événements climatiques imprévisibles. En cela, elle rejoint l’attitude de Du Cluzel, qui distribue assez largement des secours aux victimes de catastrophes diverses53. Or, dans ce domaine, l’attitude de la Ville change progressivement : aux aides qu’elle apportait ponctuellement aux victimes, elle ajoute bientôt des secours mieux organisés et, surtout, prend une part plus active aux réflexions destinées à prévenir les accidents. À l’attitude traditionnelle, empreinte de résignation, se substitue une politique plus volontariste, fruit d’une vision plus optimiste du monde : celle des Lumières.

  • 54 Les hôpitaux accueillaients ans distinction les malades, les » enfants trouvés »,les infirmes, les (...)

52Tours dispose de plusieurs établissements qui accueillent sans distinction, comme c’était alors courant, malades et démunis : l’hôtel-Dieu, l’hôpital général de la Charité ouvert en 1656, et l’hôpital de la Madeleine pour les « enfants trouvés », auxquels il faut ajouter l’établissement des sœurs grises de Saint-Clément, spécialisé dans la distribution de linge aux pauvres, et celui de Notre-Dame-La-Riche, dédié à la réinsertion des prostituées54.

  • 55 Au xvie siècle, la Ville était seule habilitée à administrer les maladreries ouvertes lors des épi (...)
  • 56 AMT, BB 75.

53Le corps de ville participe à l’administration des trois principaux hôpitaux en nommant, depuis l’origine, un représentant dans chaque bureau d’administration, un échevin généralement55. À la suite de la mise en place de la réforme de L’Averdy, le nombre des échevins, tombé de six à quatre, contraint le corps de ville à députer un conseiller au bureau de la Charité : ce sont successivement Louis Benoît de La Grandière, en janvier 1766, François Baudichon-Viot, en février 1769, et Louis Delopitau, en 1775. Cette décision entraîne une longue querelle entre la Ville et l’hôpital général. Si le premier est bien accepté, pour des considérations personnelles (ce magistrat, assesseur en la maréchaussée de Tours, est aussi le gendre de l’ancien maire Jean-Jacques Rabasche), le bureau de la Charité répugne à accepter les deux autres. Ces derniers, qui ont sans doute le défaut d’être des marchands, doivent batailler pour être acceptés : ils sont fermement soutenus par la municipalité, conduite, rappelons-le, par Michel Banchereau, un maire lui-même issu de la marchandise. Pour Baudichon-Viot, la Ville multiplie les consultations auprès des ministres, de l’archevêque et de l’intendant. L’arbitrage de ce dernier aboutit à la réception, fort tardive, du conseiller au mois de juin 1769 : celui-ci a cependant été écarté durant toute la transaction et ses collègues déplorent le « silence et l’inaction de la compagnie, le bureau d’administration [pouvant] en tirer des conséquences au désavantage du corps de ville ». Sans doute la promotion comme échevin de Baudichon-Viot, le 2 juillet 1769, contribue-t-elle à apaiser les tensions dans les mois suivants. Six ans plus tard, en janvier 1775, le bureau d’administration proteste contre la désignation d’un nouveau délégué municipal, Louis Delopitau, qui siège à l’hôtel de ville comme assesseur (le nouveau nom donné aux conseillers). Ce n’est qu’après de longs mois, ponctués de protestations et de mesures vexatoires, que Delopitau parvient à se faire accepter56. Ainsi, lorsqu’il se présente pour la première fois, le 27 janvier 1775, le président de la séance, Benoît de la Prunarède, le fait attendre dans une salle voisine avant de lui signifier que la décision du bureau est remise à huitaine. Les représentants ecclésiastiques et les avocats s’interrogent en effet sur le rang à lui accorder : qu’arriverait-il s’il venait à présider la séance ? Vexée, la municipalité le fait accompagner la fois suivante par deux notaires pour authentifier son installation et rappeler les termes de sa nomination : quelques jours plus tard, elle apprend avec satisfaction « que le bureau d’administration n’entendait plus élever de protestations sur cette installation, sans regarder s’il serait assesseur ou échevin ». Cependant, lorsque Delopitau se présente pour la seconde fois, le 5 février, la compagnie des notaires proteste à son tour pour une question de préséance : elle refuse d’ » être précédé[e] ni présidé[e] par le député du corps de ville qui ne serait pas échevin ». La question est toutefois rapidement réglée et Delopitau est enfin accueilli… Du moins le croit-il, car lorsqu’il demande à consulter le texte de sa réception consigné dans le registre des délibérations, il a la désagréable surprise de constater que le bureau a de nouveau exprimé le désir de voir un échevin siéger à sa place. Craignant « que les administrateurs [ne] se réservent toujours la liberté de recommencer quand ils le jugeront à propos les mêmes difficultés », la municipalité entame une procédure de justice, convoque les députés des paroisses, avertit l’intendant et obtient finalement gain de cause. Mais, le jour de l’installation – la troisième ! –, fixée au 2 juin, le bureau d’administration prétexte le trop faible nombre de présents pour repousser la séance une fois de plus : Delopitau décide de s’imposer en faisant inscrire sa protestation sur le registre, protestation aussitôt rayée et annulée par le reste de l’assemblée. En retour, le corps de ville récuse la séance pour deux raisons. D’une part, elle a été présidée par Simon, chanoine de Saint-Martin, alors que le règlement de 1658 précisait que « la présidence est donnée à monsieur l’archevêque ou son grand vicaire sans tirer à conséquence pour les autres ecclésiastiques ». D’autre part, la délibération finale a été rédigée par le président et non par le secrétaire. La Ville fait déclarer la séance nulle par son huissier, tout en regrettant l’attitude du bureau. Le fait que les archives ne portent aucune trace de la suite donnée à cette affaire semble indiquer que les relations entre le corps de ville et le bureau d’administration retrouvèrent un semblant de sérénité.

54La Ville apporte aussi son concours à la gestion financière de ces établissements. En 1770 et à la demande de l’intendant, la municipalité relève les déclarations de tous les propriétaires, tenus, depuis un arrêt de 1748, de payer une taxe au profit de la Charité. La même année, elle travaille, toujours à la demande de Du Cluzel, à établir le rôle de l’impôt que les habitants doivent payer, en exécution d’un arrêt de 1743, à proportion de leur cote de capitation, pour participer au financement de la Madeleine. Il arrive même que la Ville contribue ponctuellement au budget des hôpitaux. En 1765 par exemple, la municipalité exempte l’hôpital général et l’hôtel-Dieu du paiement des octrois municipaux pour l’équivalent de 50 poinçons de vin et diverses denrées. En échange, elle obtient la possibilité d’y placer des pauvres qu’elle juge méritants.

  • 57 F. Dumas, La généralité de Tours…, op. cit. ; B. Maillard, « Une politique d’aide sociale en faveu (...)
  • 58 L’artisan sollicite une aide pour subvenir aux besoins de ses sept enfants. Sa « bonne conduite, s (...)

55La Ville peut aussi accorder, à titre exceptionnel, des aides ponctuelles à des habitants nécessiteux. Le montant de ces secours est le plus souvent modeste, en rapport avec ses moyens financiers : elle affirme en 1779 ne pouvoir accorder plus de 96 L par an comme aumônes diverses. Ce poste n’existe pas dans le budget de 1689 et il faut attendre la remise en ordre de 1787 pour le voir entrer officiellement dans les dépenses urbaines. Cependant, lorsque cela s’avère nécessaire, en période de grand froid, après une inondation ou un incendie, la Ville distribue des secours exceptionnels, ce que l’intendant approuve généralement : « Il était bien digne de votre umanité [sic], messieurs de venir au secours des pauvres dans une saison aussi dure que celle que nous eprouvons », lui écrit-il en février 177657. Lorsqu’une partie du coteau de Saint-Symphorien s’effondre, en décembre 1771, le corps de ville se laisse émouvoir et accorde 22 L à un tisserand ruiné par l’écrasement de sa maison et de son entrepôt. De même, il offre 96 L à Douestault, un artisan tourneur et chaisier ruiné par un incendie qui a détruit sa maison, rue de la Rôtisserie58. La municipalité intervient parfois pour limiter les conséquences des intempéries sur certains corps de métiers. Après la crue de 1770, elle accorde aux locataires des jardins municipaux situés au bas des mails des modérations de loyer et la reconduction systématique de leur bail. En 1789, elle secourt « plusieurs mariniers absolument ruinés par la perte totale de leurs bateaux du fait des glaces et crues de la Loire ». Les municipalités de l’époque révolutionnaire agissent de même en 1790 et, surtout, en 1791 à l’égard des habitants de Saint-Symphorien et des varennes de Berthenay et de Saint-Genouph.

  • 59 En janvier 1767, la Ville salaria un ouvrier pour casser les glaces et sabler le pont. AMT, DD 23.
  • 60 ADIL, C 272, rapport d’inspection des ingénieurs Jahan et Chevallier.
  • 61 Cf. chap. iii.

56Lors des inondations ou des périodes de grand froid, la priorité des autorités est de préserver les voies de circulation, seuls moyens d’assurer un approvisionnement satisfaisant. Les mesures sont souvent dérisoires59, mais le souci d’intervenir est bien réel : si la lutte contre les eaux est difficile et nécessite des fonds que seul le roi peut fournir, le corps de ville s’associe volontiers aux réflexions des ingénieurs et seconde leurs efforts en cas de danger. Lors des inondations, il visite les levées et mobilise des ouvriers pour les consolider au besoin. En janvier 1770, il envoie une vingtaine d’ouvriers renforcer la levée de Grammont pour protéger « les habitants, leurs bestiaux, les grains ensemencés ou resserrés dans les granges » contre les eaux du Cher. Mais c’est l’hiver 1784 qui est particulièrement éprouvant. Cette année-là, la Loire gèle et l’on craint pour les différents ponts qui l’enjambent60. À leur retour d’une tournée d’inspection entre Chouzé et Blois, les ingénieurs des Ponts et Chaussées décrivent un « tableau affreux » qu’ » aucune expression ne peut […] rendre ». En ville, on tente de protéger les deux ponts en essayant de briser les glaces accumulées ; on anticipe les crues consécutives à la débâcle en exhaussant tant bien que mal les levées. Pour éviter que le vieux pont ne serve de point d’accumulation des glaces et des débris venus de l’amont, on rase les parapets, on met à nu les piles, les arches et les cintres, tandis que des grues, « chevres et moulinets » sont installés pour enlever « les pièces de bois, bateaux ou autres corps qui pourraient s’opposer au passage des glaces ». Enfin, on aménage « une digue diagonale » entre l’entrée du vieux pont et les murs du château. Pour limiter les effets d’une éventuelle crue et assurer l’écoulement des eaux glacées, on envisage de briser plusieurs levées : celle de Rochepinard à l’est, celle de Grammont au sud et celle encore de la Charité à l’ouest. On fait déboucher toutes les « bondes », celles de l’archevêché et de la Grille de Fer, pour favoriser l’écoulement des eaux. Toutes ces mesures sont cependant inutiles, puisque le dégel, entamé le 25 février à Blois et Chouzé, le 1er mars à Tours, ne fait aucun dégât important : la crue que l’on attendait énorme est « médiocre » et ne provoque que quelques infiltrations dans la levée de Montlouis. Les catastrophes seront pour plus tard, en 178961.

  • 62 C. Duprat, Le temps des philanthropes – La philanthropie parisienne des Lumières à la monarchie de (...)
  • 63 AMT, BB 79, 1er septembre 1783.
  • 64 AMT, BB 79, septembre 1783 ; BB 82, mai 1788. Aujourd’hui, la clinique Saint-Gatien s’élève sur un (...)

57La réponse des officiers municipaux aux difficultés climatiques est limitée par la faiblesse de leurs moyens techniques et financiers. Cependant, à l’habituelle résignation, on voit progressivement se substituer chez eux une attitude plus volontaire. À la fin de l’Ancien Régime, la Ville est touchée, comme l’ensemble du royaume, par le débat sur la pauvreté. La réflexion sur la mission des établissements hospitaliers débouche sur un changement d’attitude, où la charité individuelle, jugée insuffisante, cède le pas à la bienfaisance socialisée62. À Tours, l’initiative du débat revient à un homme d’Église, l’archevêque de Conzié, qui, en 1783, cherche à améliorer les conditions de vie des pauvres et des malades accueillis à l’hôtel-Dieu. Ce vieil établissement manque d’argent et ne peut faire face aux besoins nouveaux, engendrés par le passage plus fréquent de voyageurs et de soldats que, bien souvent, on refuse d’accueillir faute de place : les locaux sont trop exigus, le nombre de lits insuffisant, les religieuses et les infirmières sont débordées. L’établissement est « surchargé d’une quantité si considérable de malades tant soldats citoyens qu’étrangers [qui affluent à Tours depuis l’ouverture de la nouvelle route de Paris en Espagne] que quoique couchés à deux voire trois dans un lit, il était impossible d’y admettre de nouveaux63 ». Secondé par sa propre sœur, aussi charitable qu’active, de Conzié, qui veut tout réorganiser, installe dans son propre palais tous les lits qu’il peut trouver, y fait transporter les plus résistants des malades, fait installer les cuisines nécessaires et réquisitionne quelques sœurs grises de l’hôpital général, ainsi que les gens de sa maison. Faute d’argent, la municipalité ne peut seconder ces desseins généreux comme elle le voudrait. Au printemps 1788 toutefois, elle participe à la discussion entamée pour agrandir l’hôtel-Dieu64. Consciente de l’exiguïté du site, enclavé dans un maillage très serré de rues, elle propose la démolition des maisons situées entre la rue des Couteliers et la place Saint-Étienne. Elle contacte le chapitre cathédral, propriétaire de ces bâtiments, pour mener à bien le projet : les « vénérables doyens chanoines et chapitre » y consentent, mais la Révolution éclate avant que l’entreprise ne commence.

  • 65 AMT, DD 22. A. J. Simon-Roze accepta d’être le caissier de ces ateliers, dont les frais s’élevèren (...)

58Dans le même esprit, la Ville accepte de seconder les efforts de Du Cluzel. Celui-ci, à l’instar de ce que Turgot a réalisé à Limoges, ouvre des ateliers de charité où, en échange de leur travail, les pauvres trouvent nourriture et surtout salaire. Deux types de travaux leur sont essentiellement proposés : des travaux de terrassement et des productions textiles. Les premiers sont distribués par les ingénieurs des Ponts et Chaussées, mais la paie est assurée par la Ville, tous les dimanches, sur des fonds fournis par l’intendant : le 21 mai 1777, elle désigne Duvau, conseiller à l’élection, et Regnier, ancien contrôleur des vingtièmes, pour remplir cette tâche. Quant au travail textile, il est procuré aux pauvres par des particuliers volontaires. Parmi ces ateliers, citons la filature et l’atelier de fabrication de couvertures de laine installés en 1787 par le propre receveur de la Ville, Rattier, dans les locaux de l’ancien hôtel de ville et qui accueillent 250 ouvriers65.

  • 66 ADIL, H 909 et AMT, BB 72 et BB 74. En 1784, le président en était l’abbé Dorsin, assisté des curé (...)

59La municipalité a aussi secondé les vues du prédécesseur de monseigneur de Conzié, l’archevêque de Fleury. Ce dernier, désireux d’organiser ou de réorganiser les secours aux plus pauvres, crée un Bureau d’aumônes en 1770 pour recenser leurs besoins en nourriture, bois ou travail. Participant à cette mode de la bienfaisance qui saisit alors tous les bons esprits de Paris comme de province, le corps de ville mandate dès le début deux des siens pour participer à ce bureau, constitué principalement de curés des paroisses66 et qui se donne deux missions : récolter des fonds et les distribuer sous forme d’aumônes aux plus démunis. De son côté, la Ville, qui consacrait annuellement la somme de 96 L au secours des victimes ou des pauvres, accepte de les réserver désormais au bureau. Cette modique somme, tirée de ses patrimoniaux, est portée exceptionnellement, grâce à des quêtes générales, à 300 L en 1773, 1780 et 1781 et à 192 L en 1784 pour faire face aux énormes besoins. En fait, le bureau peine à trouver les fonds nécessaires pour secourir les pauvres et les malades, évalués, en temps normal, à un total d’environ 1 200.

60La crise qui éclate en 1787 bouleverse ce fragile équilibre. Les rigueurs de l’hiver et la crise économique font soudainement augmenter le nombre de pauvres, dont la plupart sont des ouvriers modestes « de tous genres » brutalement tombés dans l’indigence : ils sont évalués à près de 5 000 à l’automne 1787 ! Les institutions charitables, archevêque en tête, secondées par la municipalité, remplacent le bureau d’aumônes par un Bureau de bienfaisance, chargé comme auparavant de distribuer des aumônes, mais aussi de rétribuer les pauvres occupés à des travaux de terrassement ou à des ouvrages de textile, sur le modèle des ateliers de charité mis en place par Du Cluzel. En accord avec les principes chers aux Lumières, le bureau considère en effet que « l’aumône en travail est […] la plus conforme à la religion, à la raison et à la politique ». La nouvelle institution est présidée par l’archevêque, lui-même secondé par l’abbé d’Avisard, l’un des douze vicaires généraux du diocèse. Elle réunit l’intendant (représenté par l’un de ses secrétaires, Alphonse Nicolas Huchet), deux délégués municipaux (Étienne J. Ch. Benoît de La Grandière et J. Ch. Pouget), mais aussi des notables conscients du danger que constitue cette population inactive

61(J. Cartier-Cuisnier et François Jacques Faissolle, tous deux députés de paroisse) et l’inspecteur des manufactures Michel Huet de Vaudour. Le secrétariat est assuré par Béranger le jeune et la trésorerie par J. Cartier-Douineau, officier de la compagnie bourgeoise du Grand Quartier de La Riche.

  • 67 De son côté, la Caisse d’escompte établie à Paris avait promis 3 000 L » aux pauvres ouvriers des (...)
  • 68 Cet état, achevé le 31 décembre 1788 (AMT, BB 83) par les curés des paroisses, fut repris et compl (...)

62Les dons affluent bientôt du fait de la gravité de la situation. Pour compléter les 12 000 L que le bureau emprunte à la hâte, l’archevêque offre une somme identique, le roi 20 000 L, tandis que la communauté des fabricants réunit près de 14 000 L par une souscription. Malgré ses difficultés, la Ville elle-même offre 3 000 L, mais, sachant que cela pourra « à peine suffire pour secourir le grand nombre des malheureux », elle promet 12 000 L. Quelques mois plus tard, le gouverneur offre 2 400 L, les officiers du régiment d’Anjou 654 L67. L’argent ainsi réuni permet l’ouverture d’ateliers de charité, où « les plus vigoureux des ouvriers des deux sexes » sont employés à des travaux de terrassement, comme ces journaliers occupés au « déblaiement des rues[,] quais[,] ponts des neiges [et] glaces ». D’autres fabriquent des toiles, des bas, des bonnets et divers autres ouvrages à partir de chanvre, laine et coton fournis par la municipalité. La plupart des ouvriers secourus travaillent cependant à domicile : 24 métiers sont construits tout spécialement pour tisser des « toiles de coton et draps de différents genres et [des] mouchoirs ». Une partie des sommes fournies par la Ville, 1 600 L, est par ailleurs distribuée par les curés sous forme d’aumônes aux plus pauvres, à raison d’une demi-livre par personne. La comptabilité effectuée par ces curés à la fin du mois de décembre 1788 permet de connaître le nombre de pauvres – près de 6 000 personnes ! – et leur répartition dans la cité68.

63Les émeutes frumentaires et les événements politiques de 1789 bouleversent un temps l’organisation des secours, les autorités privilégiant la répression pour ramener très vite le calme dans les rues. La modernisation des établissements hospitaliers et l’installation de nouveaux ateliers de charité sont remises à des temps moins troublés.

  • 69 Sur cette compagnie de pompiers :AMT, DD23. La pompe, achetée au Rouennais Nicolas Thillayepour 15 (...)

64Durant les années 1770-1780, la politique municipale de bienfaisance s’exerce aussi dans un domaine inédit, celui du secours aux victimes d’incendies ou de noyades. Au milieu des années 1760, le corps de ville s’inquiète de l’augmentation des incendies provoqués par « l’imprudence ou l’inattention des propriétaires et des locataires ou de leur domestique ». Critiquant l’inertie du lieutenant de police, il ne cesse de déplorer sa propre impuissance, qui le réduit à rappeler, sans véritable succès, les précautions qui éviteraient la propagation du feu, tel le ramonage des cheminées. Surtout, il déplore l’inefficacité de l’organisation mise en place depuis quelques années pour éteindre les incendies. En effet, la municipalité avait acquis en 1750 une petite pompe portée par quatre hommes, qu’elle avait complétée en août 1764 par une plus grosse69. Elle avait en outre acheté tout un matériel annexe, des paniers, seaux d’osier, etc., qu’elle entreposait à l’hôtel de ville, « accrochés à des poulies et par des perches » pour les mettre « à l’abri des souris et des rats ». Mais les volontaires qui maniaient ce matériel se révélaient peu efficaces, par manque d’exercice et de discipline.

Document 3 – Pompe à incendie achetée par la Ville en 1764.

Document 3 – Pompe à incendie achetée par la Ville en 1764.

65La multiplication des incendies au cours de l’automne et de l’hiver 1766 incite la Ville à accepter, le 2 septembre 1767, le projet de son receveur, le dynamique et entreprenant Antoine Jean Rattier : créer une compagnie de pompiers. Celle-ci compte bientôt une trentaine d’hommes encadrés par deux brigadiers – ou « chefs pompiers » – et trois officiers : un capitaine et deux lieutenants.Tous sont désignés par les édiles, parmi des habitants à la probité connue proposés par Rattier. Pour les postes d’officiers, ce dernier présente des hommes de confiance qui ont montré leur valeur au feu : en 1778, Parfait Prudent Luce (le futur receveur de la Ville) remplace Bruslon du Boullay (le fondateur des Affiches de Touraine) en tant que lieutenant parce qu’il s’est illustré à plusieurs reprises sur les théâtres d’incendies, dont celui des capucins en décembre 1777. Le 14 juin 1780, le marchand Jacques Péan-Bouchet doit sa désignation comme lieutenant en second au fait qu’il s’est montré fort actif « lors de l’incendie du 8 juin à l’auberge du Dauphin ». Le remplacement des officiers obéit au système du cursus honorum observé au sein de la milice bourgeoise : lorsque Rattier démissionne en 1784, Luce le remplace, Péan devient lieutenant et un nouveau lieutenant en second est désigné, Isambert.

Tableau 12 – Officiers de la compagnie de pompiers désignés entre 1767 et 1789.

Tableau 12 – Officiers de la compagnie de pompiers désignés entre 1767 et 1789.
  • 70 Les bonnets ordinaires valaient 12 L, ceux des brigadiers 18 L ; les « rosettes en argent » du com (...)

66Par souci d’efficacité, officiers et simples pompiers doivent arborer les signes distinctifs choisis par la Ville : un casque, une rosette et des bottes. Le 7 septembre 1767, on commande 38 casques ou bonnets « de cuir avec une plaque de cuivre portant les armes de la ville » et une « crête en fonte pour les rendre plus solides », copiés sur ceux des pompiers de Paris : 31 ordinaires pour les hommes, quatre pour les brigadiers et trois pour les officiers. Mais la municipalité ne reçoit la commande que deux ans plus tard, le 5 août 1769. Elle acquiert par ailleurs des rosettes, deux par homme, relativement coûteuses, notamment celles des sous-officiers, qui sont en argent et sont complétées par « un petit galon de laine, soie ou or sur [les] manches ». Enfin, en mai 1772, elle achète des « bottes molles moulées sur des semelles de liège » qui renforcent la sécurité des hommes. Le total de ces dépenses s’éleva à un peu plus de 1 000 L70. Seuls les officiers portaient par ailleurs un « habit », que, faute d’argent, on ne pouvait fournir aux pompiers de base.

  • 71 Jusque-là, la Ville achetait de coûteux flambeaux de cire portés par des volontaires ou des person (...)

67La Ville se dote en outre d’un matériel neuf et plus complet. En juin 1765, elle avait acquis 400 « seaux d’osier doublés de cuir » : l’année suivante, sur les conseils de Rattier et grâce à une augmentation de la capitation autorisée par l’intendant, elle achète pour 3 349 L de pompes, seaux, tuyaux, perches, lutrins, sacoches, marteaux, échelles et pelles. En 1772, pour faciliter les interventions nocturnes, elle se procure douze « lanternes à quatre faces portée[s] par un baton d’environ quatre pieds de hauteur » et dotées d’une « lampe tournante qui se tiendrait toujours d’aplomb quand même la lanterne serait bousculée71 ». Chacune est confiée à un capitaine de bourgeoisie tenu de l’apporter sur les lieux d’intervention. En janvier 1781, la Ville se dote d’une troisième pompe que, par souci d’économie, elle fait confectionner par Robert, son fontainier habituel. Parallèlement, Rattier améliore la répartition de ces outils : en décembre 1772, il centralise tout le matériel à l’hôtel de ville, où il est régulièrement vérifié et entretenu par un artisan avec lequel on passe contrat. Ce matériel est bien évidemment transféré dans le nouvel hôtel de ville en 1786 : les paniers sont accrochés sous le porche et dans la cave.

68Surtout, la municipalité remanie le service, notamment la discipline à observer durant les opérations. Par un règlement rédigé en 1768, Rattier organise les interventions des pompiers en prenant pour base territoriale les quartiers de la milice bourgeoise. Lorsqu’un incendie se déclare, les habitants doivent prévenir sans attendre leur officier de bourgeoisie. Ce dernier se précipite alors chez l’officier des pompiers pour l’amener sur place. Là, ils doivent tenir la foule à distance, organiser le service et avertir le public : la Ville précise qu’en cas d’incendie, les tambours doivent battre « d’une manière frapante et particulière », par « coups détachés et répétés, d’une manière uniforme » mais différente du rythme « usité pour les engagements », et doivent accrocher des grelots à leurs tambours. Sur place, deux lignes de pompiers, éventuellement secondés par les soldats, sont établies pour faire passer les seaux remplis aux puits des riverains ou à un « batardeau » construit à la hâte à même le pavé.

69Pour s’assurer des réflexes des pompiers et de l’attitude des habitants, Rattier organise régulièrement des essais. Celui du 9 juin 1768 a lieu place du Chardonnet. À 17 heures précises, l’horloge de Saint-Saturnin avertit la compagnie des pompiers, tandis que le tambour de la compagnie de Saint-Étienne bat l’appel. Le commandant des pompiers arrive avec ses hommes environ un quart d’heure après, notent les édiles présents sur place, apportant un tombereau de fumier et tout un matériel annexe, maillet, lutrin, cordes de toutes tailles, bâtons. Fort de cet exemple, et désireux de ne pas être en reste, le lieutenant général de police organise de son côté quelques essais de ce type, notamment le 15 juillet 1767, ce qui provoque la colère des édiles. Enfin, pour renforcer l’efficacité de la troupe, la municipalité décide de rémunérer les pompiers : 12 sols par heure et par homme lors des incendies, 10 sols lors des essais.

70La municipalité ne manque pas d’user de sa compagnie de pompiers. Elle conseille aux particuliers de les appeler le plus rapidement possible. En effet, jusqu’alors, « les citoyens chez lesquels le feu se déclare ferment leurs portes dans l’espérance de l’éteindre eux-mêmes dans la crainte que ceux qui viennent les secourir ne les volent ». La Ville convoque aussi les pompiers lors des grands rassemblements festifs, pour éviter que les feux de joie allumés sur la place publique ne se propagent. Leur présence, en novembre 1781, permet ainsi d’éteindre le début d’incendie qui menaçait la maison de Paty Dumesnie, greffier du criminel au bailliage-présidial. De même, lorsque la Ville rouvre les foires, place Royale, elle ordonne à son fontainier de placer une « tonne » d’eau près de l’hôtel de ville, de tenir les pompes et paniers prêts et demande au capitaine des pompiers de requérir quelques-uns de ses hommes.

  • 72 Désireuse de venir en aide à la communauté, la municipalité lui offrit 240 L de secours. Sur ces d (...)

71Ces efforts, associés à des appels réguliers à la prudence, contribuent à diminuer le nombre des incendies ou du moins à limiter leur extension. Deux épisodes marquent particulièrement les esprits à l’époque : l’incendie de 1768 à l’aumône Saint-Jean et celui survenu en 1777 chez les capucins. En 1768, la toute jeune compagnie de pompiers se distingue en éteignant rapidement le feu déclaré dans le foin entreposé à l’aumône Saint-Jean, située à proximité de la porte des Amandiers. Dix-huit hommes se relayent toute la nuit et le jour suivant, éclairés par des chandelles et des flambeaux improvisés, secondés par des auxiliaires chargés d’entretenir les pompes et de dégager les décombres de toutes les matières inflammables. Chacun est nourri sur place et reçoit par la suite 10 sols par heure, à l’exception de l’un d’eux qui, s’étant particulièrement distingué, reçoit 1 L 10 sols de plus pour avoir œuvré douze heures d’affilée. En 1777, les pompiers font preuve du même zèle pour éteindre l’incendie survenu chez les capucins dans la nuit du 2 au 3 décembre. Aussitôt averti, le maire, Michel Banchereau, se rend sur les lieux pour organiser les premiers secours, donner des ordres aux pompiers et à plusieurs compagnies de bourgeoisie, mais aussi à de simples citoyens qui ont formé des « chaînes et paniers […] de la rivière au sommet de la montagne [sic] ». Ces efforts permettent de « sauver partie du pavillon donnant sur la ville, l’église grâce à des saignées faites pour éviter la communication des flammes, la sacristie et le petit pavillon ». Malgré tout, les dégâts sont très importants : les trois côtés est, nord et ouest, ainsi qu’une partie du sud et les écuries ont brûlé, avec les meubles et les provisions. Selon le procès-verbal établi par deux officiers municipaux, les pertes se montèrent à 8 882 L pour les bâtiments et à 3 000 L pour le mobilier et les provisions72.

72Durant la Révolution, la compagnie des pompiers ne disparaît pas, mais les incendies ne sont plus au centre des préoccupations des édiles. Ceux-ci procèdent toutefois à une simulation le 22 mars 1790 et font examiner les paniers quatre fois par an.

  • 73 AMT, BB 74, août-septembre 1772, avril-juin 1773.
  • 74 AMT, GG 22. Devant leur coût (48 L pièce), les édiles avaient réduit le nombre des boîtes commandé (...)

73Une autre initiative illustre le changement d’attitude des édiles en matière de prévention des risques : l’installation de « boîtes aux noyés73 ». Cette fois, l’initiative vient de l’intendant, qui, en août 1772, invite le corps de ville à mettre en place un service de secours aux noyés, comme venait de le faire la municipalité de Paris. L’entreprise consiste à disposer de place en place, essentiellement le long de la Loire et du Cher, des « boîtes » renfermant tout un matériel nécessaire pour secourir les personnes repêchées et « les rappeler à la vie ». Dix de ces boîtes sont donc commandées à Paris, réceptionnées en avril et juin 1773 et disposées dans des endroits précis : une à la Madeleine, deux à l’hôtel de ville, une chez le sieur Jean Cartier-Aubin près du mail Preuilly, une dans chacun des trois presbytères de Saint-Cyr, Saint-Symphorien et Saint-Avertin, une au couvent du Plessis et une à celui de Saint-Sauveur et une enfin au collège royal de chirurgie. Elles sont accompagnées d’un mode d’emploi précis (cf. document 4)74.

Usage de la Machine Fumigatoire & des autres objets
contenus dans la Boîte-Entrepôt.
On met dans la Boîte de la Machine une demi-once de Tabac à fumer qu’il faut humecter ; on l’allume avec un morceau d’amadou ; on introduit dans le manche de cette Boîte la douille d’un soufflet qu’on assujettit par le moyen d’une fiche de fer ; on fait mouvoir le soufflet pour allumer le Tabac ; alors on insinue dans le fondement du Noyé, la tige de la Canule garnie d’un long tuyau flexible ; on adapte le gros bout de cette Canule au bec du chapiteau dont on couvre la Boîte où est le Tabac allumé ; on bouche le chapiteau avec le liège, lorsqu’on voit que la fumée en sort en trop grande quantité.
On emploie trois-quarts d’heure pour consumer une demi-once de Tabac ; mais il ne faut pas trop précipiter le mouvement du Soufflet.
L’Esprit volatil de Sel Ammoniac est contenu dans un Flacon de crystal, qu’on trouvera dans la Boîte de la Machine fumigatoire.
Pour en faire usage, on tortillera un morceau de papier qu’on trempera dans le Flacon, & qu’on introduira dans les narines du Noyé ; on aura soin de tenir le Flacon fermé, pour que l’Esprit volatil ne se perde pas en vain.
L’Eau-de-Vie Camphrée est contenue dans les Bouteilles quarrées.
Les deux morceaux de Flanelle, serviront à essuyer & à frotter le Noyé, & le Bonnet de laine servira à lui couvrir la tête, après qu’elle aura été desséchée avec la Flanelle.
On trouvera dans une petite Boîte quelques paquets d’Émétique pour servir en cas de besoin.
Les quatre Paquets en rouleaux qui s’apperçoivent à l’ouverture de la Boîte, contiennent chacun une demi-once de Tabac à fumer.
Le nouet attaché par une ficelle à un petit piton est placé dans la Boîte & au milieu de la couverture, pour la préserver des vers.
On a doublé la tige de la Canule fumigatoire pour pouvoir la changer, en cas qu’elle vint à se boucher par la matière, & pour la facilité de la nettoyer. La Canule à bouche est coupée par un tuyau de peau, comme un moyen de garantir le souffleur des exhalaisons qui sortent de l’estomach du Noyé, lorsqu’il commence à revenir. Pour éviter l’inconvénient des exhalaisons, il suffit de pincer le tuyau, lorsqu’on cesse de souffler & qu’on veut reprendre haleine.
Nota. On pourroit encore obvier à l’engorgement de la Canule, causé par les matières retenues dans les gros intestins, en remplissant d’huile (& en la vidant ensuite) la tige de la Canule, avant son intromission dans le fondément.

74Document 4 – « Usage de la Machine Fumigatoire » pour ranimer les noyés.

  • 75 Les instructions données au public sont consultables en AMT, GG 22.

75Parallèlement, une grande campagne d’information75 est menée pour inviter les particuliers et les communautés à seconder les efforts des édiles. Ceux-ci surveillent régulièrement les boîtes, les inspectent et les complètent au besoin. Surtout, pour assurer le succès de l’entreprise, on encourage les habitants à porter secours en leur offrant des récompenses, graduées en fonction de l’aide apportée. Pour prétendre à ces récompenses, il faut cependant fournir deux attestations. La première, établie par des curés, des membres du corps de ville ou des officiers de bourgeoisie, doit prouver la véracité du secours apporté. La seconde, fournie par un chirurgien, doit témoigner de l’état de la personne secourue : les édiles offrent 12 L pour une personne vivante, la moitié pour un cadavre. Une trentaine de sauveteurs ont ainsi été récompensés entre 1773 et 1789. Bien évidemment, les artisans du fleuve, mariniers, pêcheurs, voituriers par eau, sont les mieux représentés, mais on compte également quelques soldats, des femmes, un compagnon cordier et un homme de peine parmi les secouristes. Le plus connu de ceux-ci est le maire Étienne J. Ch. Benoît de La Grandière en personne, qui reçoit 9 L pour avoir tenté, malheureusement en vain, de repêcher « la fille Boucard » de la Loire le 14 juin 1780.

  • 76 AMT, BB 76.

76Désormais, la plupart des individus secourus survivent, alors que l’on repêchait précédemment surtout des corps sans vie. Entre 1773 et 1792, 48 personnes sont retirées de l’eau, principalement de la Loire. L’événement le plus tragique, ou du moins le mieux relaté, a lieu en 177676. Le 14 mars, un conducteur de la compagnie du chevalier du Dreuil s’arrête à Tours, alors qu’il convoie quatre recrues de Maringues en Auvergne à Nantes, où ils doivent embarquer pour Brest. Le lendemain, le groupe rejoint au port de l’Écouerie neuf autres soldats transportés par un autre conducteur, un certain Jean Raynau, avec lesquels il est prévu de faire la route. Mais la barque où ils prennent place chavire quelques minutes après son départ : les deux conducteurs se noient tandis que leurs compagnons sont repêchés, transportés à l’hôpital et pris en charge par la Ville compatissante.

  • 77 AMT, 1D23.

77L’intérêt de ce service est régulièrement rappelé à la population : en 1783, un nouvel avis est imprimé qui en précise de nouveau les modalités et les récompenses offertes. La Révolution n’interrompt pas l’entreprise, puisque les officiers municipaux complètent encore les boîtes en 1790, continuent à accorder des récompenses aux particuliers qui sauvent des noyés, se rendent sur les lieux de noyades et, en cas de repêchage d’un cadavre, préviennent le tribunal criminel, comme la loi le prévoyait77.

78À la fin de l’Ancien Régime, c’est donc à la fois par des mesures d’assistance et de surveillance que les autorités municipales maintenaient l’ordre public au quotidien. Toutefois, durant les vingt-cinq dernières années de la monarchie absolue, elles ont rarement eu l’occasion de réprimer de grandes « émotions » populaires. On peut même légitimement se demander si elles auraient véritablement pu contenir des débordements importants, car leurs pouvoirs en la matière s’étaient considérablement réduits et les forces de l’ordre mises à leur disposition étaient peu nombreuses. La fragilité de la position municipale devint évidente au cours de l’été 1789.

Les réponses de la période révolutionnaire

  • 78 N. Vallée, Les troubles et émotions…, op. cit., et chap. III.
  • 79 « Mais les résistances sont aussi le fait de communautés diverses qui pâtissent du nouvel ordre de (...)

79Contrastant avec la période précédente, les années 1789-1792 se caractérisent par une inquiétude constante en matière de maintien de l’ordre, de la part de la population comme des autorités. Les troubles frumentaires classiques réapparaissent en 1789 et reviennent de temps à autre sur les marchés78. Toutefois, grâce aux efforts en matière d’approvisionnement, ces épisodes tumultueux sont relativement peu nombreux. Désormais, les autorités sont surtout préoccupées par des troubles d’un genre nouveau, à caractère politique, liés à l’affrontement entre partisans et adversaires de la Révolution79. Les oppositions révélées en 1789 s’intensifient l’année suivante, essentiellement en raison de la politique menée par les Constituants à l’égard de l’Église de France ; ces motifs d’inquiétude persistent en 1791. En 1792, la population s’alarme des tensions entre la France et les pays voisins, puis de la tournure prise par la guerre à un moment où les autorités locales affrontent d’autres difficultés, plus traditionnelles, telles la pauvreté récurrente et les inondations exceptionnelles.

80Durant toute la période, les édiles interviennent sans cesse pour ramener le calme. Quels qu’aient pu être leurs sentiments personnels – vraisemblablement plus proches des « patriotes » que des « aristocrates » –, les officiers municipaux ont tenté de modérer l’ardeur des révolutionnaires les plus farouches.

  • 80 AMT, 1D23, 16 novembre 1790.
  • 81 AMT, 1D5 et 1D23, 1D24. Sur les divisions religieuses, cf. H. Dolbec, Le clergé constitutionnel et (...)

81C’est surtout au cours de l’année 1790 que l’inquiétude du public grandit, suscitée par des problèmes d’approvisionnement mais aussi par les débats à caractère politique ouverts par les « patriotes », et notamment la Société des Amis de la Constitution. Le 13 novembre 1790, celle-ci jette le trouble dans la rue en rendant publics les propos tenus par l’abbé Longuet, instituteur chez Crémière, qui, commentant des « papiers publics », avait déclaré qu’il « paroissoit qu’il pouvoit y avoir une contre révolution ». La municipalité le convoque pour l’entendre : elle l’innocente, mais lui recommande simplement « la plus grande circonspection dans ses discours sur les événements du jour ». Pareille admonestation est adressée à l’abbé Duprat, coupable, selon le rapport du commissaire de police Monet, d’avoir attribué à la vente des biens d’Église la cause du « fléau de la grande crue » qui sévissait alors. Désireux de se disculper, l’abbé se présente à l’hôtel de ville pour préciser qu’il n’était pas l’auteur de ces propos et qu’il n’avait fait que rapporter des paroles tenues par des buandières. Le corps de ville lui répond que « dans les circonstances, il devoit s’abstenir, non seullement de tenir aucuns propos, mais même de rapporter ceux d’autrui80 ». En ces temps de grande sensibilité de l’opinion, les moindres propos suspects peuvent déclencher une émeute. C’est ainsi qu’une « fermentation » se produit à l’occasion de la prétendue livraison chez un certain Fournèse, ancien chanoine de Saint-Gatien, de « coffres et [de] caisses remplies d’armes à feu et d’habits de garde nationalles [sic] ». Enquête faite, il se serait agi de faux bruits colportés de bouche à oreille. Une autre affaire, à la fin de l’année 1790, met en cause un chanoine du nom de Dupré, qu’on accuse d’être l’auteur d’un écrit séditieux. Cet ecclésiastique, qui s’est enfui à Amboise, y est arrêté et est transféré à Tours, où il est placé en résidence surveillée à son domicile, à la fois pour « s’assurer de sa personne » et pour « le mettre à l’abri de toute insulte de la part du peuple ». Embarrassée, la municipalité en réfère à l’Assemblée nationale et, sur avis du Comité des recherches, finit par l’élargir. À la fin de 1790, les vives divisions sur la question religieuse manquent de remettre en cause le déroulement des fêtes de Noël à la cathédrale. Avant même la suppression de leur chapitre, les chanoines de Saint-Gatien font en effet savoir, le 17 décembre, qu’ils refusent d’assurer l’organisation des offices de la Nativité. Pour rassurer les citoyens, le District et le Département en confient le soin à la municipalité, qui doit également se charger des offices des jours ordinaires jusqu’à l’installation du nouvel évêque. La Ville maintient dans leurs fonctions les auxiliaires habituels de la cathédrale : le sieur Pécard « chargé de la police à Saint-Gatien », les musiciens et leur maître. Elle entrepose soigneusement le vin de messe, qu’elle commande aux anciens fournisseurs du chapitre, et prélève les effets nécessaires aux offices dans les entrepôts où sont resserrés les objets confisqués aux églises et couvents. Pour finir, elle invite les enfants de chœur et les ecclésiastiques volontaires à se faire connaître. Ceux qui se présentent, spontanément ou invités par les Amis de la Constitution, sont remerciés publiquement et leurs noms sont inscrits dans le registre des délibérations81.

82En 1791, la nervosité du public s’accroît. Les dénonciations d’ennemis supposés de la Révolution se multiplient : on s’émeut d’écrits ou de propos séditieux, on s’alarme du passage de « gens sans aveu ». Surtout, on s’interroge de plus en plus sur l’attitude de certains ecclésiastiques, tel l’abbé Simon, qui affirme, au cours d’un de ses sermons, vouloir rester attaché aux curés non assermentés et continuer à penser du bien de l’ancien archevêque. Il aurait ajouté que les curés assermentés étaient des « loups et des intrus prêts à dévorer le troupeau ». Pour rassurer la population, la municipalité multiplie les enquêtes sur les allégations de paroles ou de textes séditieux et renforce les mesures de sécurité publique : elle interdit les promenades après 22 heures, rédige de nouveaux règlements de police, etc.

  • 82 À l’été 1791, il suffisait de peu de choses pour émouvoir la population. Apprenant que l’ancien ar (...)

83L’attitude des édiles à l’égard des prêtres réfractaires et de leurs partisans change progressivement au cours de l’année 1791, passant d’une relative complaisance à la sévérité la plus totale. Dans les premiers mois, la Ville tolère en effet les offices célébrés par des prêtres insermentés, à condition que ceux-ci restent discrets. Elle accepte même de protéger les fidèles contre la vindicte des « patriotes » : en mai, la municipalité fait garder les religieuses de La Riche pour les soustraire aux insultes que profèrent régulièrement d’autres femmes à leur égard. La situation risque pourtant à tout moment de verser dans le drame : au cours de ce mois, une femme, insultée pour avoir assisté à la messe dite par un prêtre réfractaire à la Charité, tente de mettre fin à ses jours. La Ville persiste dans son attitude conciliante à l’égard des réfractaires jusque dans l’été 1791. Tandis que le nouvel évêque, Pierre Suzor, installe le 13 juillet un prêtre assermenté à l’hôpital des Enfants Trouvés, le corps de ville accepte que des offices soient célébrés par un aumônier insermenté dans les maisons religieuses féminines, à condition qu’ils ne donnent lieu à aucune sonnerie de cloche et soient réservés aux sœurs. La nouvelle de la fuite du roi et de son arrestation à Varennes contribue cependant à échauffer les esprits82. Le 20 juin, le nouvel évêque adjoint un curé assermenté à l’aumônier de l’hôtel-Dieu, un proche de l’ancien archevêque de Conzié, afin de mettre un terme aux critiques dont cet établissement était l’objet et ainsi d’apaiser les tensions. Il ne fait qu’empirer la situation puisque, bientôt, administrateurs et religieuses de l’établissement s’affrontent sur la question de savoir à qui confier la direction des offices. Rien n’y fait, ni les tentatives de conciliation de la part des édiles, qui rencontrent à plusieurs reprises la supérieure, ni les appels au calme adressés à la population.

  • 83 AMT, 1D25. Sur les détails de l’émeute : N. Vallée, op. cit.

84C’est surtout à l’automne 1791 que l’attitude des édiles change, après une émeute particulièrement violente suscitée par la modération municipale à l’égard des réfractaires83. Le 22 octobre, en accord avec le Département et le District, la Ville avait mis l’église des anciens cordeliers à la disposition de citoyens attachés au culte « non conformiste », à condition d’inscrire sur la porte de l’église « Temple destiné au culte des prêtres non assermentés » et de n’y faire ni rien publier de « contraire à la Constitution et aux lois ». Le 7 novembre, le corps de ville ouvre lui-même l’église. Malgré la présence d’une garde renforcée, l’émeute éclate bientôt, violente : pendant deux jours, la foule pille les maisons des alentours et les autorités peinent à ramener le calme. De fait, elles ne peuvent pas compter sur la Garde citoyenne, qui refuse de « marcher pour les prêtres réfractaires », et doivent faire appel aux soldats et aux gendarmes. Au soir du 8 novembre, les rues sont de nouveau tranquilles à l’exception de « quelques hommes [qui] défilent en silence ». La fermeture définitive de l’édifice, le lendemain, ramène le calme, mais le clocher endommagé pendant les troubles devra être détruit pour raison de sécurité. À l’hôtel-Dieu, la situation a également empiré. Le 10 décembre, des habitants s’assemblent devant l’établissement pour insulter ceux qui viennent entendre la messe célébrée par deux prêtres insermentés. Le corps de ville profite de la demande de protection formulée par les sœurs pour leur imposer deux prêtres assermentés chargés des offices publics et pour reléguer les réfractaires à un culte strictement interne, pratiqué devant un « autel clos ».La situation s’apaisera progressivement, après une intervention du Département.

  • 84 AMT, 1D26.

85La marche à la guerre, puis le début des hostilités aggravent encore l’agitation dans les premiers mois de 179284. Les rues sont vite troublées, ainsi que les marchés. Pour ramener le calme, les autorités municipales interdisent en février la plupart des festivités du carnaval, le bal public nocturne et les déguisements. De mars à juin, elles font garder les marchés où l’on craint des troubles ; elles font surveiller les prêtres non assermentés que d’aucuns imaginent en train de se livrer à des activités suspectes. Une angoisse permanente étreint les édiles, ce qui explique la radicalisation de leur attitude : ils appliquent désormais sans discuter ni chercher à les assouplir les ordres officiels destinés à encadrer les « ennemis de la Révolution ». C’est ainsi qu’ils exécutent scrupuleusement l’arrêté départemental du 28 juillet ordonnant le rassemblement et l’internement des prêtres réfractaires avant le 11 août, en vue de leur déportation. Ils mettent à la disposition des autorités supérieures l’ancien séminaire et l’aménagent en vue d’accueillir les prisonniers : ils sont 40 le 7 août, 194 le 12.

86En cette période difficile, l’inquiétude grandit à mesure que les mois passent. Toutefois, aucun événement dramatique n’a lieu à Tours, où les autorités, toujours soucieuses de maintenir l’ordre, s’adaptent aux évolutions politiques, passant d’une attitude relativement tolérante à une certaine coercition à l’égard des opposants à la Révolution.

87L’attitude de la Ville à l’égard des « patriotes » les plus actifs change tout autant. Durant la première moitié de l’année 1790, elle accepte de poursuivre et de dénoncer les prêtres réfractaires que les Amis de la Constitution soupçonnent d’avoir des propos, des attitudes ou des écrits anti-révolutionnaires. Mais le zèle de cette société devenant bientôt gênant pour la tranquillité publique, la Ville prend ses distances à son égard.

  • 85 La Ville ne prend point part à l’installation de la gendarmerie nationale, issue de la transformat (...)

88Hormis les mesures exceptionnelles prises par les autorités municipales, quels sont désormais leurs moyens ordinaires pour maintenir le calme ? Peuvent-elles, comme sous l’Ancien Régime, compter sur les soldats, la milice bourgeoise et la gendarmerie, la nouvelle dénomination de la maréchaussée85 ?

Le droit de police retrouvé

89Au nombre des moyens à leur disposition, les autorités municipales peuvent de nouveau compter sur le droit de police.

  • 86 AMT, 1D1 à 1D5, EE 12.

90Ce droit, exercé de longue date par la Ville, lui avait été ôté à la fin du xviie siècle et avait été confié au lieutenant de police. Par la suite, les édiles s’étaient régulièrement affrontés à cet officier dans l’espoir de lui reprendre ses pouvoirs, mais les diverses tentatives avaient échoué, y compris celle de 1784 pour racheter la charge. Durant l’été 1789, le Comité permanent qui se forme pour ramener l’ordre s’embarrasse peu de légalité et s’empare très vite de la police, alors exercée par le lieutenant de police Sylvain François Pradeau, mais aussi par l’intendant d’Aine86. La manœuvre est facilitée par l’absence des deux hommes et par le ralliement rapide des forces de l’ordre : milice bourgeoise devenue Garde citoyenne, régiments royaux et cavaliers de maréchaussée. Dès le début de son existence, le Comité décide de fixer le prix du pain en reprenant l’idée de la taxe instaurée le 17 juillet pour calmer les marchés. Légitimé le 12 août par la Constituante, le Comité exerce dès lors pleinement le droit de police. Il renforce la surveillance de la ville et de ses environs, augmente le nombre des corps de garde et celui des patrouilles, fait illuminer exceptionnellement tel ou tel quartier. Il interdit les attroupements, même festifs, fait surveiller les marchés, où le moindre incident est relevé et les fauteurs de trouble punis. À la mi-octobre, alors que le peuple soupçonne les boulangers et les meuniers de se coaliser pour l’affamer, le Comité ordonne de cuire quatre fournées par jour et vérifie les quantités vendues. Particulièrement préoccupé par les déplacements des « suspects », il s’efforce de surveiller les étrangers à la cité, dans les auberges ou à la descente des bateaux.

91Le Comité s’ingère dans le fonctionnement de la justice, déférant au lieutenant général du bailliage les personnes soupçonnées d’un délit, proposant même une sentence que l’officier se contente d’entériner la plupart du temps. Il lui arrive aussi de juger par lui-même, essentiellement pour de petits délits. Grâce à ces efforts, la ville retrouve progressivement son calme, que des rumeurs viennent troubler quelquefois.

  • 87 J.-J. Clère, « Police », in A. Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, (...)

92Les autorités municipales régulièrement élues en 1790 retrouvent officiellement le droit de police. Ce droit, mieux défini, concerne « tout ce qui intéresse la sûreté et la tranquillité publique, le maintien de l’ordre, les mesures qui touchent la salubrité, la surveillance des marchés et la prévention des fléaux calamiteux87 ». Trois textes principaux précisent les nouveaux pouvoirs de la police municipale : la loi du 14 décembre 1789, celle des 16-24 avril 1790 portant sur le droit de police transitoire, et celle des 19-22 juillet 1791 promulguée dans le cadre de la réorganisation des institutions judiciaires.

  • 88 La municipalité fixa la taxe sur la livre de pain jusqu’au 26 juin 1790. À cette date, elle ne l’é (...)

93La loi de décembre 1789 confie aux municipalités le soin d’établir une « bonne police » au sens traditionnel du terme, qui inclut le maintien de l’ordre dans les rues sans se limiter à ce domaine. Toutefois, le texte n’en précise pas les modalités d’exercice, ce dont les édiles s’inquiètent parce que, dans le même temps, le lieutenant de police semble se désintéresser de sa fonction : sollicité en février 1790 pour fixer la taxe du pain « comme par le passé », l’officier préfère renvoyer le dossier aux édiles. Ces derniers, surpris d’une telle frilosité, en informent le ministre, mais fixent tout de même la taxe « sans préjudicier à l’exercice des fonctions de monsieur le lieutenant de police » : le tarif est établi en fonction des prix relevés par la maréchaussée sur les marchés des paroisses environnantes88. Le 26 mars, la Ville s’alarme d’une rumeur faisant état de la démission du lieutenant de police et du transfert de ses pouvoirs à ses collègues du présidial. Quelques jours plus tard, le 10 avril, elle apprend avec soulagement que Pradeau a repris ses fonctions pour assurer la transition avec la nouvelle municipalité.

  • 89 Le conseil général accorde 300 L par an aux commissaires et 100 L aux huissiers.

94La loi d’avril 1790 confie aux municipalités le droit de police jusqu’à la réorganisation de l’ordre judiciaire. Le 4 mai, les Tourangeaux reçoivent le texte avec soulagement et s’assemblent trois jours plus tard pour le mettre en œuvre : ils reconduisent les huissiers et les commissaires en exercice89, dont ils reçoivent le nouveau serment, et ouvrent un registre qu’ils font coter et parapher par le procureur, avant de le confier au greffier municipal. Surtout, ils tiennent leur première audience de police dans l’après-midi même. D’autres mesures sont prises par la suite, telle celle du 7 août, qui ordonne le transfert des audiences dans une salle du palais de justice voisin.

  • 90 La municipalité fut également en charge de la voirie. Pour y travailler au mieux, elle acheta un « (...)
  • 91 Cf. chap.vi.
  • 92 Les officiers municipaux ouvraient chaque spectacle, revêtus de leurs écharpes, et faisaient garde (...)

95Le conseil municipal exerce désormais son nouveau pouvoir dans tous les domaines. Il assure la sécurité sur la voie publique90, la tranquillité des marchés et fixe à intervalles réguliers le prix de diverses denrées – le pain, la chandelle, le bois, le sel ainsi que la viande – au terme d’essais semblables à ceux que l’on pratiquait autrefois. Mais cette fois, il a toute latitude pour punir les contrevenants. Il récupère chez le lieutenant de police les « mattrices [sic], étalons et aunes pour la vérification des mesures ». Avant leur suppression par les lois d’Allarde et Le Chapelier (mars-juin 1791), les communautés de métiers sont soumises à la surveillance du corps de ville : le maire en reçoit les nouveaux responsables et règle les différends entre maîtres, ouvriers et particuliers. Autorité tutélaire de ces communautés, la municipalité intervient pour faire cesser les entrées frauduleuses de veaux et de moutons, secondant à cette occasion le service des aides91. Enfin, la Ville, reprenant en la matière la fonction antérieurement exercée par le lieutenant de police, surveille les fêtes publiques comme le carnaval, enregistre les comédiens désireux de se produire à Tours et, pendant les spectacles, fait assurer l’ordre par des cavaliers de la maréchaussée ou des gardes citoyens92.

  • 93 AMT, 1D5.

96La municipalité est assistée par le procureur de la commune – seul habilité à requérir la force pour exécuter les ordonnances de police et à juger tout délit nécessitant célérité – et par divers auxiliaires, huissiers, commissaires de police et prud’hommes. En mai 1790, on maintient les deux commissaires antérieurs, auxquels on donne, le 3 novembre suivant, un nouveau collègue : ensemble, ils sont chargés de vérifier les passeports ainsi que les entrées et sorties des étrangers. Le 16 décembre 1790, le conseil général renforce les effectifs des prud’hommes en adjoignant à Cornet l’aîné, Billard, Billault l’aîné et Lenoir, naguère choisis par le Comité permanent, les sieurs Duveau (un bourgeois de La Riche) et Lefebvre fils. Leurs fonctions, qui diffèrent de celles de leurs prédécesseurs de l’Ancien Régime, consistent à préparer les marchés en faisant sabler les lieux la veille, à vérifier la place des marchands et à faire respecter les ordonnances municipales93.

  • 94 AMT, 1D22, 1D23.

97Comme leurs confrères de l’Ancien Régime, les officiers de la période révolutionnaire sont tiraillés entre leur adhésion aux principes du libéralisme et leur obsession de maintenir l’ordre. Aussi, au printemps de 1791, lorsque le commerce des grains et de la viande est libéré, les édiles adoptent-ils plusieurs règles pour limiter d’éventuels abus94. Le 23 avril, ils réglementent les abattages, exigent que la viande soit vendue sur les étals publics municipaux et mettent en place un corps d’inspection de la viande, constitué d’un officier municipal, d’un commissaire de police ou d’un prud’homme, et de douze représentants choisis tous les ans parmi les maîtres des métiers de l’alimentation.

  • 95 AMT, 1D22, 21 avril 1790 ; 1D24, 20 janvier 1791.

98Le corps de ville intervient également sur des dossiers intéressant des particuliers, se faisant à l’occasion professeur de morale. Ainsi, une vieille femme infirme qui a été abandonnée place de Beaune est conduite à l’hôtel-Dieu, tandis que la Ville « dénonce cet acte » par voie d’affiche. Plus tard, elle accorde 6 L à des femmes qui lui ont amené un nouveau-né abandonné, ou rend publics la dénonciation et l’emprisonnement d’un homme accusé de violence envers son épouse95. Le 29 décembre 1790, des citoyens présentent à la municipalité un jeune Anglais qui subit des « mauvais traitements » de la part de son précepteur. Des témoins, dont un chirurgien, confirment leurs dires. « Le témoignage de la fraternité que la nation française devenue libre se plaît à entretenir avec un peuple également ami de la liberté » incite la Ville à soustraire le jeune homme à son gouverneur et à le placer chez un citoyen volontaire, jusqu’à ce qu’un ami de la famille vienne le chercher.

  • 96 J. Godechot, Les institutions…, op. cit. Sur la mise en place de cette police à Tours : AMT, 1D5, (...)
  • 97 Les officiers désignés tout d’abord, Cartier-Roze, Martin et Pasquin, sont remplacés le 23 novembr (...)

99La loi des 19-22 juillet 1791 précise davantage le droit de police municipale96. Les petits délits et les infractions aux arrêtés sont désormais jugés par un « tribunal de police municipale ». Compétent en matière d’infractions jusqu’à 500 L d’amende, ce tribunal peut infliger des peines allant jusqu’à huit jours de prison, les justiciables pouvant faire appel devant le tribunal de district. La loi, reçue en août 1791, n’est réellement appliquée qu’en octobre. Le 8 de ce mois, les édiles aménagent un lieu de détention à l’hôtel du gouvernement et créent le tribunal prévu par la loi : trois officiers municipaux97, qui rempliront la fonction de juges, un greffier, trois commissaires (un par section de la ville) et deux huissiers sont élus par la municipalité.

100Les édiles entreprennent en novembre 1791 le recensement général, prévu par la loi sur la police municipale de juillet 1791. Ils en confient la réalisation à plusieurs commissaires de police, mais ceux-ci, débordés et mal rétribués, abandonnent vite. En février 1792, on relance le projet afin de rassurer les citoyens, affolés par l’afflux d’étrangers : les commissaires sont invités à solliciter l’aide de la Garde nationale et une commission spéciale de 22 citoyens est créée pour relever les informations collectées dans chaque quartier.

De la milice bourgeoise à la Garde citoyenne

  • 98 C. Petitfrère, Les Bleus d’Anjou, 1985.

101Au terme de la semaine d’agitation de la mi-juillet 1789, un Comité permanent se forme pour ramener le calme et place d’emblée la milice bourgeoise sous son autorité. Celle-ci est employée notamment pour des tâches en rapport avec l’approvisionnement de la ville : elle escorte les boulangers forains, défend les moulins et surveille les entrées et les sorties des grains. Les bouleversements institutionnels et politiques de 1789 entraînent partout dans le royaume la naissance d’une force de police nouvelle, qui se substitue très progressivement à la traditionnelle milice bourgeoise98. Y a-t-il, à Tours notamment, continuité entre ces deux institutions, en termes de missions, de moyens ou de composition ?

  • 99 Cette citation, extraite d’une Motion anonyme accompagnée d’un projet de règlement pour la Garde n (...)
  • 100 L’auteur faisait sans doute référence aux événements qui s’étaient déroulés le 14 août dans le Gra (...)

102La réorganisation de la milice bourgeoise de Tours est très tôt décidée, mais elle est longue à réaliser. Elle est pourtant réclamée par un certain nombre de citoyens et même quelques officiers de la milice bourgeoise. Un mémoire anonyme fustige le retard apporté à cette réforme, invitant le Comité à « abandonner cette molesse, cette indolance [sic], cette apathie que l’on a trop longtemps reproché aux habitants de notre ville99 ». L’auteur de ce libelle juge les fonctions traditionnelles de la milice inadaptées aux nouvelles nécessités politiques. Oubliant que cette institution était née pour défendre la ville et qu’elle avait apporté, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, une aide non négligeable au corps de ville dans ses tâches administratives, il la prétend inutile en ces temps d’émeutes ou d’alarmes, car elle paraît n’être destinée « qu’à servir à la pompe des réjouissances publiques ». Enfin, flèche particulièrement venimeuse, il l’accuse d’avoir semé « le trouble au lieu de l’apaiser […] lorsqu’une partie de ceux qui auroient du être réunis sous leur drapeau, se sont joints tous armés, aux séditieux qui vous ont forcé de cédé à leurs injustes demandes [sic]100 ». L’ancienne milice est donc, pour cet auteur, politiquement suspecte de pactiser avec le petit peuple dans le but de remettre en cause l’ordre voulu par les gens de bien.

  • 101 Le Comité finissait, en général, par accéder aux demandes des plus âgés ou des plus infirmes, mais (...)

103Les officiers de bourgeoisie eux-mêmes « ont senti le vice de la constitution de la milice qu’ils commandent, ils se sont dix fois présentés à ce Comité pour en demander la réforme ; ils se plaignent qu’on les a toujours éloignés sous des prétextes frivoles », les membres du Comité prétendant attendre la nouvelle loi municipale qui, pensait-on, règlerait aussi le sort des milices. Les cadres de l’ancienne milice lui font essentiellement deux reproches : le manque de discipline des hommes et leur absentéisme. De fait, les registres du Comité portent la trace d’un nombre croissant de demandes d’exemption de la garde, fondées la plupart du temps sur le critère de l’âge (il s’agit souvent de sexagénaires)101.

104Enfin, l’assise même de la milice est contestée. À la demande des officiers de bourgeoisie, eux-mêmes soucieux de voir leur autorité plus solidement établie sur le principe électif, le Comité adresse le 3 août une lettre aux municipalités d’Angers et Orléans pour qu’elles lui fassent connaître comment elles ont reconstitué leurs milices.

  • 102 Sur le rôle des « jeunes gens » au début de la Révolution : C. Petitfrère, « La jeunesse angevine (...)
  • 103 Ils présenteront ultérieurement une requête au Comité afin d’obtenir l’autorisation de constituer (...)

105Quelques jours plus tard, la pression des « jeunes gens » pousse le Comité à sortir de son attentisme102. Constitués en « milice nationale », ces jeunes gens intègrent la nouvelle autorité municipale le 9 août. Ce jour-là, le comité général décide d’accepter en son sein « deux députés âgés de vingt-cinq ans et ayant acquis domicille [sic] à Tours depuis au moins un an » : il veut ainsi remercier les « jeunes gens » pour leur zèle dans la recherche des grains. Cet embryon de milice nouvelle avorte toutefois, à cause de l’attitude de la population. Ainsi, au cours des deux « missions secrètes » que leur confie le Comité ce même 9 août, dont l’une consiste à rechercher dans la demeure d’un certain Cormier « un magazin [sic] de canons et boulets » qu’il était soupçonné d’avoir constitué, les jeunes hommes sont « outragés, traités de séditieux perturbateurs du repos public », accusés même pour certains d’entre eux « de n’être point citoyens », c’est-à-dire nés à Tours. On note à cette occasion une intéressante opposition culturelle entre ceux qui réduisent la citoyenneté à leur petite patrie d’origine et ceux qui, dans la logique des Lumières, l’étendent à l’ensemble du royaume. À la suite de ces critiques, les jeunes Tourangeaux renoncent à leur droit de participer au Comité et sabordent le soir même le « corps de volontaires » qu’ils étaient en train de former, prévoyant de se disculper par une lettre circulaire adressée à « toutes les corporations de jeunes gens des villes circonvoisines […] de l’inaction dans laquelle on [les] force à demeurer103 ».

  • 104 Au même moment, les 5 et 10 août, l’Assemblée nationale prend deux décrets relatifs aux conditions (...)
  • 105 Ils réclamèrent un plan de la ville, les tableaux des compagnies bourgeoises établis par leurs off (...)

106C’est ce même jour, le 9 août, que l’on décide d’entamer les opérations de réorganisation de la milice tourangelle. Les travaux dureront plus d’un mois, une durée qui s’explique autant par les incertitudes du Comité quant à la légitimité de son autorité que par les hésitations politiques de ses membres. Après avoir pris connaissance d’un projet présenté en ce sens par un de ses membres, le sieur Besnard, le Comité crée une commission chargée de cette besogne104. Elle comprend à l’origine six personnes : Prudent Jean Bruley, trésorier de France, Julien Patas, lieutenant particulier au bailliage, René Guesdier, receveur des consignations, et trois « officiers chevaliers de Saint-Louis retirés », Louis Guillaume de Moulon, Henri de Fontenay et Louis Armand Antoine Abzac de la Douze. Le travail est long à mettre en route. Les commissaires, apparemment peu au fait des réalités de la ville, paraissent débordés105 : le 15 août, ils en sont encore à demander des « écrivains » pour « subvenir à leurs travaux », ce qu’on leur accorde. L’un d’entre eux, Abzac de la Douze, renonce bientôt à sa commission sous prétexte qu’il « est retenu à sa campagne par une incomodité [sic] sur les yeux ». Il est remplacé par Jean-Baptiste de Beaucousin, chevalier de Saint-Louis et premier officier de la compagnie du Gouvernement. Le 24 août, la commission présente un premier projet de règlement de la milice bourgeoise au comité général, qui l’approuve à l’unanimité et ordonne son impression en 600 exemplaires. Las, l’impression est arrêtée par le Comité, sous prétexte que l’exemplaire du règlement fourni à l’imprimeur comporte « quantité de faute de stile [sic] et d’orthographe ».

107On devine en réalité que ce n’est pas seulement la forme du document qui est fautive car le Comité demande à l’avocat François Coulon, « patriote » notoire, de se joindre au groupe de travail pour réviser le texte. Une huitaine de jours se passent dans l’indécision, tandis que les propositions de réforme continuent d’affluer. Le 2 septembre, considérant « qu’il est absolument instant de procéder à la formation des milices bourgeoises », le Comité nomme de nouveaux commissaires (le chevalier de Feuquières, major du régiment d’Anjou, les sieurs Ambroise Gidouin, Toussaint Crouzilleau, Martin Claude Ansault, Henri Jacques Gouin, Jacques Mouys, Joseph Cartier-Cuisnier et Lefebvre) pour examiner avec trois des commissaires déjà nommés – de Beaucousin, de Fontenay et Moulon – les différents mémoires, rapports et observations. Cette commission élargie, réunie le lendemain, 25 août, décide… « de ne rien déterminer » avant que chacun des individus composant les compagnies bourgeoises ne soit personnellement consulté : chaque garde doit donner son consentement à servir dans la nouvelle milice « nationale » et s’engager « à marcher touttes les fois qu’ils seroient commandés par leurs chefs », à leur obéir et à tenir leurs armes en état. On semblait s’orienter vers un service volontaire. Mais un vote final opte pour un service obligatoire, ce qui rend sans objet la consultation des miliciens. D’autres personnages sont encore adjoints aux commissaires travaillant à la réorganisation de la milice : le 4 septembre, ce sont les auteurs d’un mémoire sur l’armement, Jacques François Gaultier de Marsilly et Louis Robert. Des dissensions apparaissent bientôt au sein de cette commission. En témoigne la lettre écrite par les six commissaires désignés en premier, lue lors de la séance du 9 septembre, dans laquelle ils se plaignent que certains des commissaires nouvellement désignés se soient permis de corriger le règlement, à la suite de murmures qui se sont élevés « sur des articles mal lus, mal imprimés et mal compris ». Estimant avoir perdu la confiance du Comité, ils renoncent à la commission dont ils ont été chargés.

  • 106 AMT, 1D2.
  • 107 AMT, BB 10 (2e partie), 1D2, septembre 1789 et EE 14 (1re partie).

108Malgré ces discordes, dues à des susceptibilités personnelles ou à des oppositions plus politiques, un second projet de règlement est remis au Comité. Celui-ci en fait lecture à sa séance du 6 septembre et en confie des copies aux officiers des compagnies bourgeoises pour qu’ils en discutent avec leurs unités. Le 9 septembre, on décide que le texte et les observations faites sur ce projet par les compagnies seront soumis à une nouvelle commission comprenant, outre les commissaires précédents, 24 députés nommés par les compagnies en leur sein, à raison de deux par compagnie, après quoi le projet sera remis au Comité pour qu’il l’arrête définitivement106. Le 16 septembre, cette commission élargie remet son travail, intitulé Règlement provisoirement exécutoire pour les compagnies de la garde citoyenne de Tours : il est approuvé à l’unanimité et imprimé. Le texte comprend 55 articles répartis en quatre sections : la formation de la Garde citoyenne (art. i à xxiii), l’armement et l’équipement (art. xxiv à xxxii), la discipline (art. xxxiii à li) et l’administration (art. lii à lv)107.

  • 108 Selon leurs revenus, ces citoyens étaient astreints au paiement d’une somme annuelle de 2, 5, 12 o (...)
  • 109 Sur la méfiance des révolutionnaires à l’égard des domestiques, cf. C. petitfrère, L’œil du maître(...)

109Sont astreints au service « tous chefs de ménage, & tous fils de famille de Tours […] en état de porter les armes, payant ou non Capitation, depuis l’âge de 18 ans jusqu’à 60 » dûment inscrits sur un registre, à l’exception de trois catégories de personnes. Il s’agit d’une part des « citoyens aisés, qui, par leur état, leur âge, leur sexe [sic], ou leurs infirmités, ne peuvent porter les armes ». Ceux-là « contribuent à la garde commune, par une modique taxe, dont les fonds seront destinés au soulagement de ceux auxquels on ne peut faire perdre le temps, sans les priver des choses de première nécessité108 ». À l’opposé, les hommes des milieux les plus modestes sont exemptés totalement ou partiellement de la nouvelle milice. Sont totalement exclus « tous compagnons, artisans non domiciliés, et tous gens en état de Domesticité » – un ostracisme révélateur de la méfiance engendrée dans la bourgeoisie patriote par ces catégories sociales jugées dangereuses, en raison de leur propension à la révolte ou de leur fidélité supposée aux intérêts de maîtres suspects d’ » aristocratie ». Sont provisoirement exclus les citoyens que le service priverait du temps nécessaire à l’exercice d’un métier indispensable à leur survie et à celle de leur famille. Ceux-là cependant seront pourvus des « armes et ustenciles nécessaires [sic] » – alors que les hommes appelés au service que l’on pourrait qualifier d’ » actif » devront s’équiper à leurs frais – et pourront être sollicités exceptionnellement « lors des alarmes générales ». Au total, le texte manifeste une certaine méfiance à l’égard des couches populaires : la Garde citoyenne de Tours apparaît, à l’exemple de celles de bien d’autres villes, comme une institution assez peu démocratique109.

110Le Comité permanent fait recenser les hommes en âge de composer la troupe bourgeoise et les répartit en trois catégories principales : ceux qui sont aptes à servir eux-mêmes sans solde, au nombre de 2 087, que l’on classe dans une « première division » ; les personnes « malaisées » qui ne pourront servir que si on leur attribue une solde, soit 1 206 individus, dont on fait une « deuxième division » ; enfin, les 1 094 personnes dont l’état ne permet pas qu’elles servent elles-mêmes mais qui peuvent contribuer financièrement.

111Au total, 3 293 hommes sont en état de porter les armes avec ou sans rémunération : leur répartition est, sans surprise, conforme à la sociologie des paroisses. Ce sont les compagnies des quartiers aisés du centre qui fournissent les principaux contingents de gardes pouvant servir sans solde. À l’inverse, les hommes dont le travail quotidien est indispensable à la survie de leur famille, se recrutent essentiellement dans les quartiers populaires : 19,5 % dans le Grand Quartier de La Riche, 15 % à Saint-Symphorien, 12,3 % dans le Petit Quartier de La Riche contre seulement 3,2 % à Saint-Étienne et 4,1 % à Saint-Saturnin. Globalement, la répartition des 138 « jeunes gens » obéit à la même logique : ils sont 87 % à pouvoir servir sans solde, un indice du caractère bourgeois de leur recrutement. Une exception cependant, le Grand Quartier de La Riche, où l’on compte 23 jeunes gens,

Tableau 13 – Répartition des hommes en état de servir dans la Garde citoyenne ou d’y contribuer (septembre 1789).

Tableau 13 – Répartition des hommes en état de servir dans la Garde citoyenne ou d’y contribuer (septembre 1789).
  • 110 AMT, EE 14 (1re partie), [Rés]ultat du recensement des douze compagnies de milices de la ville de (...)
  • 111 La compagnie du Grand Quartier de La Riche fut dédoublée le 17 octobre, à la suite de dysfonctionn (...)
  • 112 Les commandants sont des membres du Comité. Celui-ci désirait-il ainsi garder sa mainmise sur la n (...)

112À l’origine, la nouvelle garde comporte 20 compagnies de 135 hommes chacune, soit 90 de la « première division » et 45 de la seconde. Mais, en définitive, elle en comptera 22110, par adjonction d’une unité portant le nom de compagnie de la porte Sainte-Anne et par dédoublement de la compagnie du Grand Quartier de La Riche111. Cette réorganisation apporte toute satisfaction puisqu’elle nécessite peu d’ajustements ultérieurs : on se contente de redéfinir, le 10 décembre, les contours de la compagnie de Saint-Éloy, tandis que l’on renonce à diviser celle de Saint-Symphorien ainsi que cela avait été proposé. Les 22 compagnies se voient attribuer, par tirage au sort, un rang à tenir dans les défilés ou les cortèges. Elles sont par ailleurs regroupées en quatre bataillons placés sous les ordres d’autant de commandants112. Chaque compagnie se compose de 80 hommes : 64 fusiliers – dont deux « canonniers » – et un tambour soldé, encadrés par un « Capitaine, un Lieutenant, un sous-lieutenant, quatre sergents et huit caporaux, tous [ces cadres] sachant lire et écrire ». Les « jeunes gens » peuvent s’y joindre, ainsi que les hommes trop pauvres pour faire le service régulier sans aide financière et qui résident dans les limites territoriales de la compagnie.

  • 113 Le Comité substitue vite l’expression de « sous-officier » à celle de « bas officier ». AMT, 1D3, (...)

113Les élections des officiers et sous-officiers113 ont lieu dans les compagnies, du 29 septembre au 5 octobre, selon une organisation qui annonce à peu de choses près celle qui sera instaurée quelques mois plus tard pour élire la nouvelle municipalité. Les opérations se déroulent principalement dans des églises, chapelles ou maisons religieuses et les scrutins se font au suffrage universel des gardes citoyens. Tous les gradés sont désignés pour trois ans : parmi les chefs de ménage ou « pourvus d’état », sans condition d’âge pour les sous-officiers ; parmi les hommes d’au moins 30 ans pour les officiers. Le suffrage est uninominal pour les officiers, plurinominal pour les sergents et caporaux, dont le rang est tiré au sort. Le plus vieux ayant le pas sur les autres en cas d’égalité des voix.

114Ces élections donnent lieu à l’expression de certaines rivalités personnelles, peut-être doublées d’oppositions politiques. Ainsi en est-il pour la place de lieutenant de la compagnie de Saint-Denis, que se disputent Nadaud, secrétaire de l’intendance, et l’avocat François Coulon, connu pour son turbulent « patriotisme ». Le premier l’emporte avec 9 voix contre 7 lors des élections du 1er octobre, mais le second s’octroie le poste arguant d’une pétition de plusieurs habitants de la circonscription soutenant que Nadaud avait refusé la place. Bien que le Comité se soit prononcé en faveur de Nadaud, celui-ci préféra démissionner, ne voulant pas occuper le poste contre la volonté de certains habitants. Il laissa donc le champ libre à son rival, qui fut désigné à l’occasion d’un nouveau scrutin, le 16 octobre.

  • 114 Pour ménager la susceptibilité des officiers de la milice qui n’ont pas été choisis pour commander (...)
  • 115 Le 15 novembre 1789, le Comité assista à Saint-Gatien à une grand-messe (où il entendit le discour (...)

115L’état-major de la nouvelle Garde citoyenne est élu le 7 octobre 1789, au palais du commerce. Il se compose d’un « Colonel d’honneur né », qui est le maire comme dans l’ancienne milice – mais le titre échoit au dernier officier municipal encore en place, A. J. Simon-Roze –, d’un colonel-commandant, un lieutenant-colonel, un major, quatre porte-drapeaux ayant rang de sous-lieutenant, quatre adjudants et un tambour-major114. On y ajoute un « généralissime », titre ronflant qui est offert au gouverneur, le comte d’Estaing. Les 63 votants rassemblés ce jour-là (tous officiers de la Garde citoyenne) élisent des personnalités symbolisant la continuité entre l’Ancien Régime – représenté par le gouverneur et Simon-Roze – et le nouveau, incarné notamment par le trésorier de France, Bruley, membre du Comité, personnage jeune (à peine 30 ans) et dynamique. Leur choix représente aussi la concorde souhaitée entre les catégories sociales de l’élite urbaine : Isambert fait partie de la noblesse d’épée et J. Cartier-Douineau du corps des marchands fabricants soucieux de défendre les acquis de la Révolution. Les nouveaux officiers prêtent serment le 12 octobre, au cours d’une cérémonie reprise avec plus d’éclat un mois plus tard115.

Tableau 14 – État-major de la Garde citoyenne élu le 5 octobre 1789.

Tableau 14 – État-major de la Garde citoyenne élu le 5 octobre 1789.
  • 116 La Garde citoyenne accueille des protestants (Jacques Conzay est l’un d’entre eux). On ne sait si (...)

116Le cumul des charges d’officier de compagnie et d’officier d’état-major étant interdit, de nouvelles élections sont organisées pour remplacer les promus au sein des compagnies. D’autres scrutins se tiennent aussi pour pourvoir aux grades vacants, par suite de démission ou de refus d’accepter la place. Mais le petit nombre de ces opérations démontre que l’encadrement de la nouvelle garde a très vite été jugé satisfaisant : le caractère tardif de son installation a permis une certaine maturation des esprits, qui ont sélectionné des hommes de confiance. Ainsi que cela se pratiquait sous l’Ancien Régime, les remplacements permettent la promotion des officiers des grades inférieurs. À Saint-Gatien par exemple, le sous-lieutenant Paul Marc Auger-Pasqueron (dit de Moulin Neuf ) devient lieutenant à la place de Jacques Conzay, élu capitaine116. Ces promotions sont également possibles pour les grades inférieurs – le caporal du Boulevard La Riche, Robert l’aîné, devenu sergent, est remplacé par le tapissier Charles Chauveau –, mais les sous-officiers n’accèdent jamais aux fonctions supérieures : un sergent ne peut être élu sous-lieutenant.

  • 117 Ce travail ne porte que sur les 330 premiers élus, car il n’existe aucun renseignement pour les re (...)

117Quel est le profile des hommes qui constituent la nouvelle Garde citoyenne ? Si la composition sociale de l’ensemble de celle-ci est impossible à établir, celle du corps des officiers et sous-officiers a pu être réalisée117. Sans surprise, les maîtres de métiers dominent largement chez les sous-officiers, tandis que le monde de la marchandise, épaulé par quelques officiers des juridictions civiles, l’emporte chez les officiers.

Graphique 16 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la Garde citoyenne élus en septembre 1789.

Graphique 16 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la Garde citoyenne élus en septembre 1789.

118Certains Tourangeaux ont eu la tentation de constituer des corps d’élite plus ou moins autonomes, comme cela s’est pratiqué à Angers et à Saumur. Les tentatives faites par les « jeunes gens » et leur échec ont déjà été évoqués. Mais d’autres compagnies particulières sont apparues ultérieurement, qui semblent le fait d’éléments de la bonne société tourangelle, par ailleurs proches de la jeunesse de la ville. C’est ainsi que, le 21 septembre 1789, deux membres de la Garde citoyenne, les sieurs Robert et Trezevent, offrent au Comité de se constituer, avec « plusieurs jeunes gens honnêtes, même des gens mariés », en garde particulière lors de ses séances. Les membres du Comité acceptent, sans doute flattés à l’idée de siéger en un tel appareil, mais cette décision attire les protestations d’une autre partie de la Garde citoyenne, arguant « qu’il ne doit point y avoir de préférence entre les citoyens ». L’arrière-plan social du conflit apparaît bien dans les arguments avancés par ces quelques « Messieurs » – ils sont huit seulement – « qui ont offert de faire volontairement la garde du Comité ». Dans leur lettre datée du 26 septembre, ils disent leur « regret de ne pouvoir se rendre utils [sic] » devant les protestations suscitées par une offre qui « n’avoit pour objet que de diminuer le service de ceux des citoyens les moins aisés ». Touché par la lettre, le Comité prie ces « Messieurs » de « continuer le service qu’ils ont bien voulu offrir », mais on ne sait si ce voeu a été exaucé.

  • 118 Seuls les hommes appelés exceptionnellement au service, ceux de la » deuxième division »du recense (...)

119L’uniforme de la Garde citoyenne est, à peu de choses près, celui adopté par la plupart des Gardes nationales du royaume : « Un habit bleu-de-Roi, revers et parement blancs, collet monté rouge, doublure blanche, passe-poil rouge […] culotte et veste blanches […] guêtres blanches en été & noires en hiver. » Toutefois, Tours y apporte quelques touches : boutons « jaunes, fond uni, timbrés aux Armes de la Ville, contre-épaulettes fond rouge, décorées d’une tresse en or en forme de trèfle ; le retroussis de l’habit sera orné d’une fleur de lis & d’une tour écarlatte ». Un « chapeau uni, garni d’une cocarde de basin rayé blanc, ornée de deux cercles de tissu de laine, l’un de couleur ponceau & l’autre bleu-de-Roi », et le port des « cheveux en queue » complètent la silhouette. Seuls les officiers sont tenus de se doter, à leurs frais, de cet uniforme et de le revêtir, lors de leur réception et pendant le service ; les fusiliers ne sont astreints qu’au port de la cocarde et de la « houppette », le nouveau signe des compagnies (chacune a sa couleur, mais on ignore lesquelles), que l’on arbore au chapeau. Cette mesure peut être interprétée comme l’effet d’une certaine sollicitude envers les moins aisés des gardes citoyens, mais elle constitue également un moyen de réserver les grades aux plus riches. L’armement, que chacun doit se procurer à ses frais, est aussi un facteur discriminant : les officiers et les adjudants portent l’épée, les sergents et caporaux le sabre, le fusil et la baïonnette, tandis que les sans-grades ne sont astreints qu’au port du fusil et de la baïonnette118. Sans doute doit-on voir dans ces détails un effet de la méfiance des nouvelles instances municipales à l’égard des individus soupçonnés de semer « le trouble au lieu de l’apaiser », autrement dit des classes populaires, méfiance qui se traduit par l’exclusion de la nouvelle milice des plus besogneux.

  • 119 AMT, 1D1 et 1D22. Sur la situation angevine, voir C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit.
  • 120 Ces canons, un temps entreposés à l’hôtel de ville, ont été conduits à l’arsenal le 24 juillet « p (...)
  • 121 L. Benoît de La Grandière évoque le siège de La Rochelle de 1627-1628, tandis qu’une lettre du 7 n (...)

120Soit en raison du manque d’argent, soit parce que la situation s’avère vite moins périlleuse qu’on ne l’a craint, les efforts du Comité en matière d’armement sont médiocres, à l’inverse de ce qui se passe à la même époque à Angers, où les autorités dépensent plus de 16 000 L en achat de fusils neufs pour armer la troupe citoyenne119. Pourtant, la question avait retenu l’attention des autorités provisoires de la ville pendant tout l’été 1789. L’arsenal était faiblement pourvu et renfermait seulement quelques canons, des « boîtes » que l’on faisait tirer lors des fêtes et de médiocres sabres. Au plus fort de la Grande Peur, le lieutenant général attire l’attention du Comité sur « le danger que court la ville, par le défaut d’armes dont elle manque [sic] et des munitions de poudre », et propose de faire déposer à l’hôtel de ville tout l’armement et les munitions se trouvant dans les magasins des marchands. Le Comité ordonne d’enclouer canons et « boîtes » pour éviter qu’ils ne puissent être utilisés par les « mal intentionnés ». Un certain nombre de sabres sont distribués aux « jeunes gens ». Après la crise, le Comité exige leur retour au magasin de la Ville et décide le transfert des canons à l’hôtel de ville120. Par la suite, le Comité fait bien peu d’achats d’armes nouvelles. Il commande des fusils à Liège – mais combien ? – par l’intermédiaire d’un armurier de la ville, Koch dit l’Allemand. Les frais en sont supportés par les citoyens aisés dispensés du service personnel. Après la promulgation de la loi martiale, le 11 novembre 1791, le Comité demande au directeur de la manufacture du Ripault de livrer à la Garde citoyenne 600 L de poudre « et des balles en proportion ». Mais ce sont les seules mesures tant soit peu importantes. On prit également quelques décisions pittoresques, mais de peu d’effet. Le Comité s’évertua ainsi à récupérer les boulets de canons prêtés par les corps de ville précédents à des particuliers ou à des fabriques pour servir de contrepoids à des calandres : un certain nombre furent retrouvés et rassemblés à l’arsenal. On décida aussi de faire mettre en état, par le pompier Robert, les canons et les « boîtes ». Quelques citoyens ayant prétendu que Tours avait prêté des canons à La Rochelle dans un passé incertain et lointain121, le Comité adressa une lettre aux édiles de cette ville afin de les récupérer, tentative qui se heurta à une fin de non-recevoir.

  • 122 Le Comité usa de plusieurs types de punitions pour limiter les cas d’indiscipline, faisant payer à (...)

121En théorie, l’organisation du service et la discipline relevaient d’un « Conseil perpétuel » formé de l’état-major, des officiers des compagnies, de représentants municipaux et de deux députés élus dans chaque compagnie. En fait, le Comité conserva l’essentiel du pouvoir de décision122, l’état-major devant se contenter de donner son avis sur des questions mineures.

  • 123 EE 14 (1re partie), Procès-verbaux des votes des compagnies et 1D22.

122Le Comité tient surtout à garder la main en matière d’exemption de service et de remplacement. La question est souvent posée pendant l’été et agite beaucoup les esprits. Le Règlement provisoirement exécutoire affirme bien que nul garde citoyen ne peut se soustraire au service, mais il laisse la porte ouverte à la pratique des remplacements : l’article xxxix les subordonne à l’existence de « motifs légitimes » – formule bien vague – et au recrutement du remplaçant parmi les gardes « en activité journalière », et non parmi les pauvres appelés seulement en cas de danger imminent. Le Comité conserve cette disposition et en précise les modalités fin octobre : il revient au commandant de chaque compagnie de juger de la validité des raisons avancées pour justifier le remplacement et le citoyen voulant se faire remplacer doit le faire savoir à son officier 24 heures à l’avance ; en cas de difficulté ou d’hésitation, il appartient à l’état major de trancher. Ces modalités sont de nouveau explicitées le 7 novembre : non seulement le citoyen récalcitrant rétribuera lui-même son remplaçant, mais il sera conduit depuis son domicile « au lieu du service » par « un nombre de fusilliers suffisans [sic] pour le contraindre » s’il n’a pas de substitut. Cette position dure était cependant difficile à tenir et le bailliage se saisit du problème. À la demande du colonel de la Garde, le Comité décide de consulter les compagnies sur l’interprétation à donner de l’article xxxix du Règlement provisoirement exécutoire sans se soucier de l’ordonnance du bailliage. Les 1177 gardes citoyens réunis le 18 décembre se prononcent à une nette majorité (56 %) en faveur de la possibilité de se faire remplacer, en cas de motif légitime (26,5 %), ou même à volonté (29,5 %)123. Le Comité, dont la sévérité est ainsi désavouée, préfère renvoyer la question à la municipalité qui doit bientôt être élue. De fait, celle-ci finit par régler le problème après avoir été saisie à plusieurs reprises, d’un côté par de simples citoyens se plaignant des contraintes exercées sur eux par leurs officiers, de l’autre par l’état-major qui dénonce « l’insubordination affligeante dans l’intérieur de la milice citoyenne ». Les édiles engagent les citoyens « de la manière la plus instante » à faire le service en personne et, dans le cas où quelques particuliers seraient dans l’impossibilité absolue de le faire, leur ordonnent de choisir leur remplaçant parmi les hommes de leur compagnie. À défaut, l’état-major s’en chargerait aux frais des gardes défaillants. On ne sait si la décision fut suivie scrupuleusement par tous.

  • 124 Deux cas seulement de contacts avec des gardes de communes rurales ont été relevés : une sollicita (...)

123Quelles ont été les missions assignées à la Garde citoyenne de Tours ? Celle-ci n’eut aucune activité d’ordre strictement politique et n’aida en rien à la constitution de milices rurales, contrairement à son homologue angevine124. En revanche, elle fut une auxiliaire précieuse du Comité pour le maintien de l’ordre, en patrouillant sur les marchés, dans les rues et en installant des corps de garde en des points stratégiques. À la fin du mois de septembre, le Comité supprime ces corps de garde et ne maintient que trente hommes à l’hôtel de ville. Il les rétablit pendant quelques jours au commencement de l’année 1790, en raison de l’inquiétude qui se manifeste dans la population au sujet de la fuite des grains hors de la ville.

  • 125 AMT, 1D3 et 1D22, fos 151-152. G. Bruley, Un homme de cœur, Prudent-Jean Bruley, cité par C. Marce (...)
  • 126 Le drapeau rouge signifiait la mise en vigueur de la loi martiale, le drapeau blanc le retour à la (...)

124Enfin, comme la milice bourgeoise, la Garde citoyenne joue un rôle important pour donner du lustre aux célébrations officielles. Évoquons sa participation à deux cérémonies civiques majeures de la fin de l’année 1789 et du début de l’année suivante : la proclamation de la loi martiale et la fête de la Fédération régionale125. La publication de la loi martiale, votée par l’Assemblée et sanctionnée par le roi le 21 octobre 1789, donne lieu, le 11 novembre, à une cérémonie fastueuse dans la tradition de l’Ancien Régime, si ce n’est l’absence des corps et compagnies de la ville, qui ne sont pas convoqués pour éviter « touttes les prétentions [sic] » de leur part. Elle débute sur la place Royale, face à l’hôtel de ville, où les compagnies de la Garde, avec leurs tambours, se sont formées en carré. Au milieu se tient un « roy d’armes monté sur un cheval blanc, revêtu d’un habit analogue à la circonstance, décoré d’un cordon bleu, d’un St Esprit et tenant à la main le bâton royal et un exemplaire de la loy martiale », lui-même entouré de deux hérauts d’armes, portant l’un le drapeau blanc, l’autre le drapeau rouge126. Après lecture publique de la loi par Nicolas Gervaize, un des présidents du Comité, les officiels – les présidents Gervaize, Bourguin et Aubry, l’avocat Dubreuil, le secrétaire greffier, les clercs et les sergents de l’hôtel de ville – se mettent en marche, précédés d’un détachement de la Garde et suivis du roi d’armes et des deux hérauts, puis du gros de la Garde. Le cortège emprunte la rue Nouvelle, puis celle des Fossés Saint-Georges jusqu’à la place d’Aumont, où une deuxième lecture de la loi est faite par Bourguin. On fait deux autres proclamations, sur la place Saint-Étienne et dans le faubourg de Saint-Symphorien devant la porte principale de l’église. La cérémonie s’achève à l’hôtel de ville par un défilé de la troupe citoyenne devant les représentants de la municipalité provisoire, « dans le meilleur ordre et avec la plus grande régularité », « en présence d’une quantité innombrable de citoyens ».

  • 127 En juin, 30 gardes nationaux, parmi lesquels Ysabeau, se rendent au Mans. Des députés sont désigné (...)
  • 128 Les soldats ne pouvant sortir de la ville sans un ordre du ministre, il fut convenu de solliciter (...)
  • 129 AM Joué-lès-Tours, RD n° 1, 2 mai 1790.
  • 130 AMT, 1D22.
  • 131 G. Bruley, Un homme de cœur, Prudent-Jean Bruley, cité par C. Marchon-Marceau, op. cit.

125Comme les autres villes du royaume, Tours est intéressée par le mouvement des fédérations des milices nationales qui se développe dans le premier semestre de 1790. Le 3 avril, une délégation du conseil de la Garde informe la municipalité qu’elle a reçu de différentes milices nationales, notamment celles de La Flèche, Orléans, Limoges, Cherbourg et Grenoble, avis que des « fédérations martialles » se sont tenues ou doivent se tenir dans leurs villes respectives. Elle fait aussi état d’une invitation à participer aux rencontres organisées à Orléans le 6 mai et à Poitiers le 11127. Surtout, ces délégués manifestent leur désir « de faire une fédération et association avec les milices citoyennes de Ste Maure, Preuilly, Amboise, Langeais, Châteauregnault, Chinon et autres villes du département de Tours [sic] ». La municipalité encourage la Garde citoyenne à répondre « aux vœux de ses frères d’armes ». La préparation de la fédération souhaitée, confiée pour l’essentiel à l’état-major de la Garde, demande toutefois une collaboration étroite entre la municipalité, la Garde citoyenne et le commandement du régiment d’Anjou128. La Ville, qui ne dispose pas d’un espace suffisant pour réunir une foule importante, demande à la municipalité de Joué-lès-Tours son « agrément pour l’établissement du champ de mars dans les communs qui reignent [sic] entre le grand et le petit Cher », c’est-à-dire la prairie de la Gloriette. Dans la lettre qu’elle adresse à la commune voisine, l’autorité municipale fait état de sa volonté de réunir « la milice citoienne de notre ville, à laquelle doivent se joindre des détachements des villes et parroisses du département et des députations des villes capitales de différentes provinces, pour y faire une fédération et association129 ». La fête occupa toute la journée du 16 mai 1790130. À en croire le colonel de la Garde tourangelle, Prudent Jean Bruley, elle aurait réuni près de 4 000 fédérés, de la ville, de diverses localités du département, mais aussi de Poitiers, Angers, Orléans, Nantes et même de Bordeaux et Paris131. La fête se déroula « avec le plus grand ordre », à la grande satisfaction de tous. Après la messe dite à ciel ouvert, les commandants des députations de fédérés prêtèrent serment – sous la présidence de Pierre Rose Esnault, lieutenant-colonel de la troupe tourangelle, et devant « un peuple inombrable [sic] » – en présence des officiers municipaux et des notables de Tours ainsi que de ceux des municipalités de Joué et de communes voisines, notamment de Montbazon et Mettray. Des rafraîchissements furent servis sous les tentes, après quoi « touttes les gardes citoyennes et touttes les troupes de ligne, livrées aux transports de joie qu’inspiroit la fête se sont sur le champ de mars donnés des preuves non équivoques d’union et de fraternité [sic] ». La journée se poursuivit intra-muros par un feu de joie, allumé en fin d’après-midi sur la place Royale, tandis que les cloches sonnaient à toute volée. La nuit fut égayée par « l’illumination » des maisons, organisée par les bons citoyens à l’instigation de la municipalité.

  • 132 Le Moniteur Universel raconte cette entrevue dans son numéro du 14 juillet 1790. Après des remerci (...)

126Le 14 juillet 1790, une délégation de la Garde citoyenne de Tours assiste à la fête nationale de la Fédération à Paris. À cette occasion, le colonel Bruley et le major Cartier-Douineau offrent à Louis XVI l’anneau d’Henri IV conservé à Marmoutier132. Le même jour, 25 députés de la Garde participent à la fête de la Fédération de Blois, tandis que le gros de la troupe se réunit sur le mail Preuilly afin de prendre part, avec le régiment d’Anjou, à ce qui est la première célébration du 14 juillet 1789, laquelle fut marquée notamment par la prestation d’un serment identique à celui prononcé sur le Champ de Mars de la capitale.

De la Garde citoyenne à la Garde nationale : les réorganisations de 1790 et 1791

  • 133 C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit. Sur la réorganisation de la troupe à Tours : AMT, 1D22, 1D23 e (...)

127Les troupes citoyennes nées durant l’été 1789 et maintenues par la Constituante pendant quelques mois sont réorganisées par la loi du 18 juin 1790, qui uniformise toutes les Gardes nationales ou citoyennes de France. Ce texte fait de l’inscription de « tous les citoyens actifs des villes, bourgs et autres lieux du royaume » pour le service de la Garde nationale la condition de la conservation de leurs droits. Leurs fils, âgés de 18 ans au moins, sont tenus à la même obligation et le principe du remplacement est retenu, à certaines conditions. Le décret du 19 juillet complète la loi en ordonnant à tous les gardes du pays d’adopter un uniforme unique. Les principales dispositions de la loi de juin sont renouvelées dans l’Instruction de l’Assemblée Nationale du 12 août, sanctionnée par le roi le 20. Les Gardes nationales sont désormais subordonnées aux corps de ville et leur rôle est délimité avec soin, tandis que les éventuels corps particuliers sont tenus de s’incorporer dans la troupe réorganisée133.

128Comme à son habitude, la municipalité tourangelle prend vite les mesures nécessaires pour satisfaire à ces nouvelles dispositions. Le 23 juillet 1790, elle annonce au public l’ouverture d’un registre au greffe de l’hôtel commun. Elle conserve le découpage de la ville en 22 divisions, maintient les officiers dans leurs fonctions et autorise les compagnies de la Garde nationale à procéder à des élections pour remplacer le lieutenant-colonel Esnault, élu au Département, et combler les places vacantes d’officiers et sous-officiers. Cartier-Douineau, major, est élevé au rang de lieutenant-colonel et Thenon le remplace comme major. Cartier-Douineau devait connaître une promotion rapide au poste de colonel en raison de la désignation comme maire de Bruley : Hyacinthe Viot-Ollivier le remplaça dans le grade de lieutenant-colonel tandis que Thenon restait major.

  • 134 Le corps de ville examine avec soin chaque demande, s’attachant pour l’occasion les services du ch (...)

129Le Conseil militaire, qui avait été annoncé par le Règlement provisoirement exécutoire de la Garde citoyenne et qui avait été constitué à l’automne 1789, est maintenu : il est chargé de l’organisation du service quotidien, en accord avec les régiments militaires et la municipalité, et de la discipline interne. Toutefois, après quelques semaines de réflexion, il renonce aux questions de discipline, qu’il renvoie au corps de ville. À ce dernier seul revient donc le droit d’accorder des exemptions134 et de régler le problème de la tenue : l’uniforme qui a été adopté en septembre 1789 n’est pas modifié.

  • 135 La Ville avait également autorisé la constitution d’un groupe de tambours (auquel furent adjoints (...)
  • 136 AMT, 1D6. En mai 1792, deux sous-officiers supplémentaires (un sergent-major et un caporal fourrie (...)

130Quatre compagnies spécialisées, qu’il ne faut pas confondre avec les unités d’élite qui auraient pu se constituer parallèlement mais qui étaient formellement interdites par la loi du 18 juin, sont créées : une compagnie de grenadiers, une de chasseurs, une « compagnie de jeunes citoyens enfants de la ville » et une compagnie de canonniers135. Les possibles débordements d’une classe d’âge pourtant bien tranquille à Tours incitent la municipalité à un rappel au règlement : informée de ce que « plusieurs jeunes gens et autres personnes non inscrites sur le registre de service de la Garde nationale, se permettent de porter les armes », elle rappelle les termes de la loi, insistant sur la nécessité, même pour les jeunes gens régulièrement inscrits, de « ne porter d’arme qu’au moment même des exercices et de la manière déterminée par les règlements ». Les canonniers sont redoutés pour d’autres raisons. Agréée en octobre 1790 pour « protéger la constitution et les décrets de l’assemblée nationale », la compagnie est placée sous l’autorité d’un capitaine et d’un sergent-major136. Ces hommes sont autorisés par le lieutenant de maréchaussée à s’exercer régulièrement dans la cour de la caserne. Mais leur activité a des conséquences parfois dramatiques. Un citoyen du nom de Lemonier, fabricant de mouchoirs, a le crâne fracassé le 6 février 1791, place de la Nation (ancienne place Royale), pour avoir eu la malencontreuse idée de passer « devant l’embouchure des canons » lors d’une cérémonie organisée « en mémoire de l’immortelle réunion du Roy à l’assemblée nationale », le 4 février de l’année précédente. La municipalité enjoint aux canonniers de tirer désormais uniquement dans le cours de la Loire. L’injonction semble peu suivie d’effet, puisque, le 27 juillet suivant, la Ville doit interdire les exercices pratiqués par les canonniers sur les terrasses des carmélites et de Saint-Julien, sans aucune précaution vis-à-vis de la foule.

131À Tours, cette nouvelle Garde nationale reste globalement une troupe bourgeoise. En atteste la réponse donnée le 7 juillet 1791 par les officiers municipaux à la Société des Amis de la Constitution, porteuse de la requête de 2 000 ouvriers, qui, bien que non imposés, s’offraient pour faire le service de la Garde nationale dans « des circonstances où le salut de la Patrie… demande une surveillance continuelle ». Tout en les remerciant de leur zèle, les édiles leur refusèrent l’accès à la troupe citoyenne, sous prétexte qu’une garde supplémentaire était alors inutile.

132Afin d’étendre à l’ensemble du territoire les bienfaits supposés de la Garde nationale, qui existait jusque-là surtout dans les villes et les bourgs importants, l’Assemblée nationale vote le 29 septembre 1791 une nouvelle loi, que le roi sanctionne le 14 octobre. Le texte officiel maintient le service obligatoire pour les citoyens âgés de 18 à 60 ans, mais organise la troupe non plus par commune, mais par canton et par district.

133La municipalité tourangelle, qui réceptionne tardivement la loi, annonce le 3 décembre aux citoyens l’ouverture de deux registres pour recevoir leurs inscriptions. Elle doit renouveler son avis à deux reprises, les 25 janvier et 2 avril 1792, tant les habitants tardent à obéir, et fixe au 8 avril la date butoir des enregistrements. Dans le même temps, elle confie le travail de réorganisation au commandant et au major de la Garde nationale. Dans le rapport qu’ils présentent en avril, la troupe citoyenne de Tours compte quatre bataillons – Saint-Gatien, Saint-Martin, Arsenal et le Boulevard – de 4 compagnies chacun, ce qui ne fait donc plus que 16 compagnies pour la ville au lieu de 22. Pour vérifier les inscriptions et répartir l’ensemble des hommes dans les compagnies, la Ville désigne 50 commissaires. Malgré quelques difficultés techniques, ces auxiliaires présentent leur travail définitif le 4 mai.

  • 137 La municipalité avait repris les modalités désormais classiques, agréées par le District. À cette (...)
  • 138 AMT, 1D26. 1. Boulevard ; 2. Saint-Martin ; 3. Saint-Gatien ; 4. Arsenal.
  • 139 Thenon démissionna très vite, le 23 juin ; Conzay prit sa place. Brisset, qui partit le 11 août, p (...)
  • 140 Afin d’éviter les incidents parfois dramatiques dont était responsable l’ancienne compagnie des ca (...)

134Les nouveaux officiers et sous-officiers sont élus à partir du 27 mai 1792, au cours d’opérations comme toujours placées sous la scrupuleuse vigilance de la municipalité137. Le 31 mai, le rang des bataillons est tiré au sort138 et l’ensemble des gardes procèdent à l’élection de l’état-major composé d’un commandant en chef, un second et de quatre adjudants. Le 3 juin a lieu, place de la Nation, la prestation de serment des bataillons, représentés par leurs commandants respectifs, Martin Brisset, Henry Joseph de Savary, René Thenon et Auger-Pasqueron139. La cérémonie se termine par la remise des drapeaux des bataillons à chacun des commandants. À l’inverse de la loi précédente, celle de 1791 autorise la constitution de compagnies spéciales, satisfaisant par là le désir de nombreux Tourangeaux. Avant même la réorganisation de la Garde nationale, cinq compagnies particulières sont créées : une compagnie de cavalerie le 15 mars, une compagnie des moins de 18 ans en avril, une compagnie de chasseurs et une compagnie de canonniers en mai140 ; une cinquième compagnie, celle des vétérans, est constituée plus tard, en juillet.

  • 141 Un tarif fut même établi pour punir ces manquements : il en coûtait par exemple 40 sols par absenc (...)

135Pour mettre fin aux problèmes d’indiscipline, de manquements au service qui se multiplient à la fin du printemps de 1792, le corps de ville et les commandants des bataillons rédigent un règlement. Le texte, présenté le 28 juin, associe la Ville aux officiers pour organiser le service quotidien, mais décide que seuls les édiles pourront veiller à ce que les officiers et les sous-officiers remplissent correctement leurs tâches, règlent les litiges, notamment ceux liés aux remplacements141, s’occupent de l’armement et fixent la forme des uniformes de la nouvelle troupe.

136Pour ces dépenses, la municipalité, toujours à court d’argent, imagine de lever une taxe auprès des citoyens dispensés du service en raison de leur âge ou de leur condition physique, mais aptes à contribuer financièrement. L’idée, évoquée en septembre 1789 et reprise par les édiles élus en 1790, n’est concrétisée qu’en 1792. En janvier 1791, les officiers de la Garde nationale présentent un premier rôle, auquel ils travaillaient depuis septembre 1789 : les citoyens dispensés sont soumis à une taxe variable de 2, 5, 12 ou 24 L. Le montant des dépenses déjà engagées dans le rôle est évalué à 7 415 L et le total des sommes à prélever à 7 817 L : le surplus doit être utilisé pour solder et équiper les tambours et les canonniers. Mais il faut encore un an avant que le rôle ne soit mis en recouvrement.

  • 142 Veuve de Claude Dupin, elle était l’arrière-grand-mère de George Sand.
  • 143 Le contrat fut passé avec un certain Guilleaume, de Rennes. Ce dernier arriva en juin 1792 et s’in (...)

137En matière d’armement, faute de finances, les municipalités de 1790 à 1792 n’ont pas eu de politique plus dynamique que celle du Comité : elles se contentent la plupart du temps de restaurer le matériel existant. Au printemps 1791, madame Dupin, maîtresse de Chenonceaux142, offre à la Ville deux vieux canons. Après avoir remercié comme il convient la généreuse bienfaitrice et organisé le 1er mai 1791 une fête publique destinée à célébrer l’arrivée des canons, il faut se rendre à l’évidence : les canons sont en si mauvais état qu’on doit les refondre et vendre les « objets inutiles ». L’opération prend du temps et n’est pas terminée avant la fin de l’année 1792143. En réalité, la Ville n’est guère disposée à acheter des armes ou à les refaire à neuf : elle craint trop qu’elles ne tombent en des mains difficilement contrôlables, une inquiétude partagée par les citoyens eux-mêmes. Aussi fait-elle surveiller attentivement les quelques médiocres canons entreposés à l’hôtel de ville et répugne-t-elle à livrer aux gardes les armes que le District fournit au printemps 1792, préférant les confier aux commandants des bataillons, qui ne doivent les distribuer qu’en cas d’extrême besoin.

Les missions de la Garde nationale

  • 144 C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit. La Garde nationale devait se réunir à la première réquisition (...)
  • 145 J. Godechot, Les institutions…, op. cit. La première grande intervention de la Garde nationale a l (...)

138Selon les lois de 1790 et de 1791, les Gardes nationales ont pour mission première d’obéir aux réquisitions des autorités municipales et de les seconder dans leur fonction de maintien de l’ordre, dans ses deux dimensions, sociale et politique144. La Garde nationale de Tours a-t-elle été cette « force civile, une milice citoyenne, une police civique destinée à faire exécuter les lois nouvelles et, aussi, à contenir les classes dangereuses145 » ?

  • 146 Pour limiter les tensions entre soldats et gardes nationaux, l’Assemblée nationale avait défini le (...)
  • 147 La Garde assurait l’intérim entre le départ d’un régiment et l’arrivée d’un nouveau, même si elle (...)

139Il est indéniable que, durant ces années 1790-1792, la Garde nationale, tout comme la milice d’Ancien Régime et la Garde citoyenne auparavant, est un précieux auxiliaire de la Ville pour maintenir l’ordre. Elle assure des guets la nuit et des patrouilles dans les rues, sur les marchés, aux abords des ateliers de charité ou dans les quartiers populaires, en association plus ou moins étroite avec les régiments, avec lesquels les édiles maintiennent de bonnes relations146. La présence de la Garde nationale, essentielle en temps ordinaire, l’est encore bien plus lors d’événements exceptionnels – opérations électorales (en tant que chef-lieu de département et de district, Tours accueille beaucoup d’élections), foires, fêtes de fin d’année, départ de régiments147, spectacles ou événements politiques particulièrement marquants. Elle est ainsi habilitée à arrêter toutes les personnes accusées d’ » insubordination » et à les enfermer dans « une chambre de discipline » située près de l’ancien greffe municipal. La Garde nationale accomplit aussi d’autres missions, de celles assurées autrefois par la milice bourgeoise. Elle apporte son concours lors des périls, incendies ou inondations, comme c’est le cas durant les hivers de 1790, 1791 et 1792. Son rôle d’escorte de parade n’a pas disparu, ni son rôle d’auxiliaire administratif.

  • 148 AMT, 1D23 et 1D24. C. Marceau-Marchon, Les fêtes…, op. cit.
  • 149 Le lieutenant Desilles avait été tué à Nancy en octobre 1790, en tentant de s’interposer entre les (...)
  • 150 Quelques jours plus tôt, 30 à 40 « dames patriotes » avaient offert un drapeau à la Garde national (...)
  • 151 La Garde de Tours participa à leurs côtés à la grande procession de La Riche du 19 juin 1791. AMT, (...)

140Toutefois, à ces tâches plus ou moins traditionnelles, il faut en ajouter d’autres, à caractère plus politique. La Garde tourangelle tient à rappeler tous les ans, à l’occasion de l’échange de vœux de fin d’année, son attachement aux acquis révolutionnaires, en déclarant former avec la municipalité « une barrière insurmontable aux ennemis du bien public ». Elle est par ailleurs relativement proche de la société des Amis de la Constitution, qu’elle aide dans ses différentes missions au plus fort de son activité, de l’automne 1790 au printemps 1791. Elle surveille ainsi les ecclésiastiques et arrête les plus actifs partisans de l’Ancien Régime. À l’inverse, elle soutient les prêtres assermentés et les « patriotes » distingués. Ce zèle oblige parfois le corps de ville à la rappeler à plus de modération, ainsi qu’il le fait avec les Amis de la Constitution. La Garde nationale manifeste son attachement à la Révolution en participant aux cérémonies civiques, dont elle prend parfois l’initiative. L’année 1791 est à cet égard particulièrement faste148. Le 26 février, on inaugure le buste de Desilles149, « jeune héros martyr de l’humanité et de la loi », envoyé par d’Estaing : les autorités municipales assistent à la messe prononcée au collège à la demande des Amis de la Constitution et de la Garde nationale. Le 12 avril, les édiles participent à un service célébrant la mémoire de Mirabeau. Le 1er mai, ils sont présents à la cérémonie organisée par l’ensemble des autorités locales pour solenniser la suppression des barrières de l’octroi. Le 14 juillet, la Ville assiste à la fête de la Fédération, au cours de laquelle les patriotes manifestent leur attachement à la Révolution150. Toutefois, la Garde nationale de Tours, pas plus que la Garde citoyenne, n’a été à l’origine de la création de Gardes dans les campagnes environnantes, et les quelques relations tissées avec la garde d’Amboise, celle des Varennes, aussi appelée de Beaumont, ou encore celle de Sorigny sont réduites à des questions de détail151.

  • 152 Les refus de monter la garde, les absences et les demandes d’exemption se multiplièrent à tel poin (...)

141Les premières tensions entre la municipalité, la Garde nationale et la population apparaissent rapidement et la confiance que les autorités municipales accordaient initialement à leur milice tend à diminuer152. Ces tensions s’accentuent à l’automne 1791. La démission, le 9 septembre, du colonel Cartier-Douineau, élu député à la Législative, marque une première fêlure. La Garde nationale est encore présente lors des fêtes organisées en septembre pour l’acceptation de la Constitution par le roi, mais elle s’éloigne peu à peu de la municipalité, notamment en raison de certaines concessions accordées aux partisans de l’Église insermentée. À cet égard, l’émeute populaire de novembre 1791, provoquée par la décision municipale d’accorder l’ancienne église des cordeliers au culte réfractaire, marque une rupture nette. Ce jour-là, la plupart des gardes refusent d’intervenir pour « protéger des réfractaires » et la municipalité doit faire appel aux soldats et aux gendarmes pour ramener le calme.

142L’élection d’une nouvelle municipalité, en novembre 1791, semble contribuer un temps à renouer les liens avec la Garde nationale, qui vient féliciter les nouveaux élus, mais l’activisme politique de cette troupe appartenait désormais au passé. Il en est de même pour les Amis de la Constitution, dont les requêtes disparaissent progressivement durant l’hiver de 1791 et au début de l’année 1792.

  • 153 AMT, 1D5 et 1D25. H. Faye, La Révolution…, op. cit. Les lacunes documentaires sont telles qu’il no (...)

143Sans doute la formation, à la même époque, des bataillons de volontaires nationaux vide-t-elle la cité de ses « patriotes » les plus actifs. À partir du printemps 1791, la situation internationale devient préoccupante et la Constituante met les Gardes nationales à contribution pour lever des soldats volontaires. Le département d’Indre-et-Loire, pourtant situé loin des frontières, doit fournir un bataillon de 574 hommes153. La municipalité participe activement à ces opérations de recrutement : elle ouvre un registre pour recenser le nom des volontaires et peut, dès le mois d’août, adresser au Département une liste de 350 jeunes citoyens prêts « à se porter où le besoin l’exigera pour le salut de l’Etat ». Mais il y a loin entre promettre de s’enrôler et partir réellement : en septembre, la Ville et le Département doivent rappeler aux hommes qui se sont inscrits la nécessité de respecter leur parole.

  • 154 AMT, 1D27.

144La peur suscitée chez les « patriotes » par les périls intérieurs et extérieurs qui suivent la déclaration de guerre du 20 avril 1792 entraîne, le 20 juin, la première des deux « journées » parisiennes qui allaient provoquer la chute du Trône. La Législative proclame le 11 juillet la « patrie en danger » et, dès le lendemain, décide la formation de 42 nouveaux bataillons de volontaires nationaux. L’Indre-et-Loire doit en constituer un, le deuxième en deux ans. Sous l’impulsion du District, la municipalité appelle les hommes à s’enrôler : la cérémonie de proclamation de la patrie en danger, le 29 juillet, est une occasion pour le conseil municipal d’exhorter les gardes nationaux à s’engager. Le corps de ville participe également, toujours en compagnie des autorités supérieures, des Amis de la Constitution et de simples citoyens, à armer et habiller les volontaires de Tours. Surtout, la municipalité doit loger les volontaires venus de tout le département. Elle les rassemble dans des casernes, le château notamment, « vu l’impossibilité de pouvoir les loger chez les cytoyens qui ont desja fait deux logements des troupes passées dernièrement dans cette ville », mais aussi dans les locaux des anciennes maisons religieuses : en septembre, 1 200 hommes sont ainsi réunis à Marmoutier. Le problème se posera de nouveau au second semestre de 1792, de manière plus pressante, lorsqu’il sera question de lever de nouveaux bataillons de volontaires154.

145Quelle que soit l’époque considérée, les autorités municipales eurent à cœur d’assurer la tranquillité publique. Toutefois, alors que les édiles de l’Ancien Régime ne disposaient pas de tous les pouvoirs nécessaires au maintien de l’ordre – le droit de police, qui leur avait été ôté à la fin du xviie siècle, fut disputé en vain au lieutenant de police –, leurs successeurs de la période révolutionnaire purent y recourir sans difficulté. Autorités municipales d’Ancien Régime comme de la Révolution purent compter sur les mêmes troupes pour les seconder : les soldats en garnison et surtout la milice bourgeoise, sous sa forme ancienne ou sous ses formes nouvelles de Garde dite d’abord citoyenne puis nationale. Les édiles furent très attentifs à réorganiser ces corps pour en faire des auxiliaires sûrs. Les officiers municipaux d’Ancien Régime et de la période révolutionnaire avaient des vues relativement semblables au sujet de la tranquillité publique, un souci constant qui remontait aux origines mêmes de leur fonction. En revanche, les œuvres de philanthropie que les édiles des années 1780 avaient contribué à développer, en créant un service d’aide aux noyés et une compagnie de pompiers, ne connurent pas un prolongement durable. Les officiers de la période suivante, davantage préoccupés par les multiples tensions des années 1790 et surtout 1791 et 1792, n’eurent ni le temps ni l’argent pour poursuivre leur œuvre.

Notes

1 Le corps de ville dispose, à partir de 1388, d’une juridiction de police étendue, confirmée en 1491 et augmentée par la suite. À la fin du xvie siècle, il peut surveiller les prix des denrées, punir les troubles, veiller à la propreté publique, infliger des amendes, présider les assemblées de certaines communautés de métiers, élaborer des règlements destinés à organiser différents métiers de bouche, surveiller les poids et mesures. À partir de 1592, il peut choisir des commissaires pour veiller à la bonne police et dispose d’une prison, aménagée dans une des tours de l’enceinte médiévale, située rue du Cygne. Sur l’histoire du droit de police exercé par la Ville, cf. AMT, AA 3. Voir aussi B. Chevalier, Tours ville Royale, op. cit. Sur le contrôle des communautés de métiers au xviiie siècle : H. Ferrand, Les communautés professionnelles à Tours dans le dernier siècle de l’Ancien Régime, 2002.

2 Jusqu’en 1614, la Ville jugeait les contraventions aux règlements des métiers et percevait les amendes. À cette date, la police des métiers est transférée à la prévôté. Sur la police à Tours : D. Salic, Le maintien de l’ordre à Tours d’après les archives du lieutenant général de police (1775-1784), 1995.

3 AMT, BB 77 ; ADIL, 2B 472 et 2B 477. Jusqu’en 1607, la Ville désignait un boucher autorisé à vendre de la viande de bœuf et de veau aux seuls malades, selon un tarif grevé d’une redevance levée au profit des hôpitaux. À cette date, pour régler un différend d’ordre financier, la municipalité céda ce droit à l’hôtel-Dieu. En décembre 1787, décidée à le récupérer, la Ville porta le dossier au bailliage, mais la Révolution éclata avant le terme de l’affaire. Si le corps de ville était le maître de la vente de poisson (cf. chap. v), il se contentait de surveiller d’assez loin la vente de la viande de boucherie. Celle-ci se faisait en deux endroits de la ville : sur la place des Petites Boucheries à l’est, à l’entrée du faubourg intra-muros de Saint-Pierre-des-Corps, et à proximité de la place du Grand Marché, à l’ouest. Voir en ADIL, G 380 (f°11), le plan détaillé de la Grande Boucherie, c’est-à-dire les étals loués aux bouchers dans le quartier du Grand Marché.

4 Ce serment est parfois prêté devant le maire (BB 73, 27 novembre 1771), d’autres fois, en conformité avec l’arrêt de 1761, devant le lieutenant de police (BB 80, 23 décembre 1784).

5 AMT, BB 71, 29 juillet 1767. Cf. chap. iii.

6 AMT, HH 15, 1re partie.

7 AMT, BB 71.

8 AMT, BB 72, 5 juin 1770.

9 AMT, BB 72, 8 et 19 juin 1770 ; BB 73, 14 août 1770.

10 AMT, BB 80, 30 août 1786. Cette manœuvre était possible depuis l’arrêt du 10 août 1761, qui permettait au syndic des boulangers d’accompagner les prud’hommes pour relever les prix du blé sur les marchés. Le procureur du roi au bailliage, consulté par le corps de ville, sembla favorable au retour à la pratique antérieure et demanda à l’échevinage de lui fournir les anciens règlements, mais on ne connaît pas la suite de cette affaire. BB 80, 12 septembre 1786.

11 AMT, BB 71.

12 AMT, BB 77, 19 janvier et 19 avril 1780. Cette fois-ci, le corps de ville ne peut aider efficacement les forains : il leur demande de se conformer au règlement de 1755, mais leur promet d’écrire à Necker pour supprimer cette interdiction.

13 AMT, BB 78.

14 En témoigne, par exemple, une lettre des capitouls de Toulouse en date du 24 mars 1751, en réponse à une question de l’échevinage de Tours concernant l’exercice de la police dans la capitale du Languedoc.

15 Les deux autorités se querellèrent bien d’autres fois : en juin 1779, à propos de la réception des princes et du séjour des prisonniers anglais ; en 1782, pour la cérémonie célébrant la naissance du Dauphin et la paix.

16 ADIL, C 397, lettre du 5 avril 1782.

17 Il s’agit vraisemblablement d’une clause de style puisque, quelques années auparavant, le corps de ville convenait que le lieutenant exerçait la police « à la satisfaction de tous ». AMT, AA3.

18 AMT, BB 80, 2 juin 1786.

19 En 1789, lors du problème de l’enlèvement des boues, Pradeau ordonna à Bruslon du Boullay, directeur des Affiches de Touraine, d’insérer quatre pages d’arrêt et d’ordonnance sur le sujet, le tout accompagné de commentaires où il se permettait de mettre en cause non seulement les officiers municipaux mais aussi l’intendant.

20 AMT, BB 75, mai-juin 1774.

21 Du 6 au 9 juin, le corps de ville est informé qu’il a « été tenu par différents particuliers et en plusieurs faubourgs et dans l’intérieur de la ville les propos les plus séditieux et les plus capables d’exiter à une révolte générale ». L’intendance l’autorise à acheter et distribuer des blés. AMT, BB 74.

22 Les mouvements de 1782 sont vite calmés grâce aux mesures prises par l’intendant, associé à quelques négociants.

23 Sur ces émeutes de la seconde moitié du xviiie siècle, voir B. Maillard, Les campagnes…, op. cit. ; B. Maillard, » Une émeute de subsistances à Tours au xviiie siècle »in Vivre en Touraine au xviiie siècle, 2003, et Ch. Polaszek, Le » pain quotidien » à Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle, 2002. Sur l’émeute de mai 1770 : AMT, BB 72. Sur les journées de février 1774, il y a abondance de sources : voir entre autres AMT, BB 75 et l’intéressante relation qu’en fait L. Benoît de La Grandière, op. cit.

24 Les bateaux, transportant 486 barriques (ou 87 480 Lp) de Selles-sur-Cher à Nantes, étaient amarrés près des minimes de Saint-François sur le Cher quand ils furent déchargés. Le destinataire fut remboursé par le produit de la vente des blés saisis, soit 11 022 L. Chaque sac fut soigneusement pesé par les édiles et les officiers de police, qui dressèrent un procès-verbal précis de l’opération. L’abbé Terray condamna fermement cette initiative locale.

25 Ces blés, en partie acquis grâce aux avances faites par Rattier, furent achetés 5 216 L et revendus 5 007 L.

26 La municipalité fut avisée, le 25 février, que certains curés avaient reçu du blé et de la farine provenant « des restitutions du pillage fait pendant les émotions populaires ». On convint de les confier aux minimes.

27 Pour ce faire, le corps de ville ne ménage pas ses efforts, sollicitant le chancelier, le duc de la Vrillière, l’intendant, le duc d’Aiguillon, le duc de Choiseul, priant même l’archevêque, les deux grands chapitres, le bureau des finances et le bailliage de se joindre à elle. À notre connaissance, seul ce dernier écrivit au chancelier.

28 L’essentiel de la documentation est conservée en AMT, EE 13. Voir E. Gatian de Clérambault, « Les milices de Tours de l’origine à 1871 », BSAT, t. XIX, et L. Benoît de La Grandière, op. cit. Voir aussi B. Baumier, « De la milice bourgeoise à la Garde nationale : l’exemple de Tours des années 1760 à 1792 » in S. Bianchi et R. Dupuy (dir.), La Garde nationale entre nation et peuple en armesMythes et réalités (1789-1791), 2006.

29 Henri IV reprenait en fait les mesures que son prédécesseur avait imaginées (dans un règlement daté du 4 juin 1589) mais qu’il n’avait pas eu le temps de faire appliquer. Il les compléta en créant cinq nouvelles compagnies, quatre correspondant aux faubourgs et une autre, composée de 8 canonniers chargés du service des pièces d’artillerie installées sur les tours et les murailles.

30 Une ordonnance de 1690 l’avait désignée ainsi et lui avait conféré le premier rang dans les cérémonies.

31 AMT, BB 9, document élaboré en 1781 afin de connaître les facultés des habitants pour le logement des soldats.

32 Dans cette compagnie, située sur la rive droite de la Loire, le corps de ville eut du mal à trouver des interlocuteurs de confiance. Les tâches d’encadrement ou de contrôle retombèrent souvent sur les mêmes notables : le notaire Toussaint Radault et le passementier Jean-Baptiste Pasquin.

33 AMT, EE 13-14. Un comptage précis donne exactement 3015 hommes en 1789.

34 Une délibération de juillet 1782 mentionne le nom d’un de ces syndics, dont on sait peu de choses : Thomas Sailly, manufacturier en faïence, par ailleurs sergent de Saint-Pierre-des-Corps. AMT, BB 79.

35 Ces tambours et fifres étaient parfois engagés pour animer des mariages privés. Les récompenses reçues à ces occasions devaient être réparties équitablement entre tous.

36 Au xviie siècle, ces nominations avaient été un temps assurées par le gouverneur, qui choisissait parmi trois noms présentés par les habitants des paroisses.

37 AMT, BB 77.

38 Sauf mention contraire, nos études excluent les tambours et les fifres, très mal connus.

39 Cette fois, notre corpus, qui comprend un total de 405 noms, englobe aussi les tambours et les fifres.

40 Les raisons des remplacements se répartissent ainsi :111 promotions internes(39 %),104décès(36,2 %), 51 démissions (18 %), 13 absences (4,5 %), 3 déménagements (1 %), 3 cas dus à la dissolution de la compagnie (1 %) et une destitution (0,3 %).

41 Parmi les officiers promus, 43 ont été ou étaient également députés des paroisses, donc supposés bons connaisseurs de leur paroisse.

42 L’enseigne promettait de se « bien fidèlement comporter dans la dite place, de porter fidélité au roi, d’obéir à ses ordres et à ceux du corps de ville », tandis que le sergent de bande jurait « d’obéir aux ordres de l’Hôtel de ville et de ses supérieurs ».

43 En revanche, aucun n’était rémunéré, à l’exception des sergents de bande et des tambours, et ce uniquement pour des services exceptionnels.

44 La municipalité pensait par ailleurs que ce surcroît de distinction permettrait d’attirer vers les postes d’officiers davantage d’habitants instruits. AMT, EE 13 (1re partie). Sur l’histoire de cet uniforme : AMT, BB 73, 19 et 22 juin 1771 ; BB 78, août-septembre 1780 ; BB78, 26 juin 1782.

45 Le gouverneur, qui transmit la question au ministre, voulut se faire une opinion :il se fit livrer » deux petits modèles coloriés et dessinés le plus exact possible de l’uniforme de la milice ». Ces dessins ont malheureusement disparu. AMT, BB 80, 12 août 1786.

46 AMT, BB 74, 31 mars et 5 mai 1773. On voit ici l’importance accordée à l’apparence vestimentaire, témoignage du rang et de la fonction.

47 AMT, BB 78, 24 janvier 1781.

48 J. Maillard, Le pouvoir municipal…, op. cit., p. 85.

49 AMT, EE 13 (1re partie). L’évolution est semblable à Angers : J. Maillard, Le pouvoir municipal…, op. cit.

50 AMT, EE 13 (1re partie).

51 ADIL, C 272 (crue de 1784). L. sérier, Une ville et son fleuve : l’exemple de Tours au xviiie siècle, 2002.

52 C. Nières, La reconstruction d’une ville au xviiie siècle. Rennes 1720-1760, 1972.

53 ADIL, C 85 et C 268.

54 Les hôpitaux accueillaients ans distinction les malades, les » enfants trouvés »,les infirmes, les incurables, les insensés, les pauvres et les invalides. Les hôtels-Dieu assuraient les soins aux malades présumés curables, tandis que les hôpitaux dits généraux, créés en 1656 pour renfermer les pauvres, accueillaient indistinctement les incurables, les insensés et les prisonniers (C. Duprat, » L’hôpital et la crise hospitalière »,in L’état de la France pendant la Révolution, 1988). La Charité avait été érigée dans les varennes occidentales de la ville, sur les bords du ruau Sainte-Anne. À l’hiver 1786, les filles de la charité de saint Vincent de Paule remplacèrent les sœurs en charge de l’hôpital (N. Patureau, L’Hôpital général de la Charité de Tours 1656-1802, sans date). La Madeleine se situait à l’est de la ville, sur les bords de la Loire, à l’intersection du petit mail et de la route menant vers le faubourg de Saint-Pierre-des-Corps extra-muros. Deux autres petits hôpitaux avaient existé dans le passé : celui de Saint-Jean (près de la porte des Amandiers) et le sanitas (sur la route de Saint-Avertin) ; ils n’étaient plus en fonction au xviiie siècle. ADIL, H 899 (hôtel-Dieu), H 900-907 (hôpital général) et H 908 (Madeleine).

55 Au xvie siècle, la Ville était seule habilitée à administrer les maladreries ouvertes lors des épidémies : elle y nommait un représentant qui présidait un collège de personnalités aptes à gérer ces établissements. Deux textes successifs lui ôtèrent ce pouvoir : le règlement de l’hôpital général de 1658, qui confia la présidence du bureau d’administration à l’archevêque, et un arrêt du Conseil de 1730, qui, confirmant le texte de 1658, précise qu’en cas d’absence de l’archevêque, le premier siège reviendrait à un représentant du chapitre cathédral ou sinon à un curé désigné par le premier prélat. L. Benoît de La Grandière, op. cit.

56 AMT, BB 75.

57 F. Dumas, La généralité de Tours…, op. cit. ; B. Maillard, « Une politique d’aide sociale en faveur des ruraux », in Vivre en Touraine…, op. cit.

58 L’artisan sollicite une aide pour subvenir aux besoins de ses sept enfants. Sa « bonne conduite, son assiduité au travail, ses bonnes vie et mœurs, vivant bien avec sa femme et élevant sagement sa famille » lui valent la sympathie des édiles, qui interviennent par ailleurs auprès de l’intendant. AMT, BB 78, 10 janvier 1781.

59 En janvier 1767, la Ville salaria un ouvrier pour casser les glaces et sabler le pont. AMT, DD 23.

60 ADIL, C 272, rapport d’inspection des ingénieurs Jahan et Chevallier.

61 Cf. chap. iii.

62 C. Duprat, Le temps des philanthropes – La philanthropie parisienne des Lumières à la monarchie de Juillet, 1993.

63 AMT, BB 79, 1er septembre 1783.

64 AMT, BB 79, septembre 1783 ; BB 82, mai 1788. Aujourd’hui, la clinique Saint-Gatien s’élève sur une partie de l’ancien emplacement de l’hôtel-Dieu.

65 AMT, DD 22. A. J. Simon-Roze accepta d’être le caissier de ces ateliers, dont les frais s’élevèrent à une somme annuelle de 18 000 à 20 000 L. C. Coussy, Les ateliers de charité dans la généralité de Tours au xviiie siècle, 1971, et F. Dumas, La généralité de Tours…, op. cit. Sur l’atelier créé par Rattier : ADIL, C 306.

66 ADIL, H 909 et AMT, BB 72 et BB 74. En 1784, le président en était l’abbé Dorsin, assisté des curés de Notre-Dame-La-Riche, Saint-Symphorien, Saint-Étienne et Saint-Pierre-des-Corps.

67 De son côté, la Caisse d’escompte établie à Paris avait promis 3 000 L » aux pauvres ouvriers des villes où il y a manufactures en souffrance », somme qu’elle donna effectivement. AMT, BB 81 et HH 4, 2e partie.

68 Cet état, achevé le 31 décembre 1788 (AMT, BB 83) par les curés des paroisses, fut repris et complété le 7 janvier 1789, puis, pour répondre au questionnaire du Comité de mendicité de la Constituante, le 13 novembre 1790. On recensait alors 343 « vieillards hors d’état de travailler », 300 infirmes, 1777 « enfants au-dessous de 14 ans » et 3464 autres pauvres.

69 Sur cette compagnie de pompiers :AMT, DD23. La pompe, achetée au Rouennais Nicolas Thillayepour 1596 L, nécessitait des réparations régulières, dont le graissage annuel des six tuyaux de cuir à l’aide « de suif ou d’huile pour leur garder leur souplesse ».

70 Les bonnets ordinaires valaient 12 L, ceux des brigadiers 18 L ; les « rosettes en argent » du commandant coûtèrent 52 L, celles des officiers, ornées d’ » une bordure en maroquain », 60 L pièce.

71 Jusque-là, la Ville achetait de coûteux flambeaux de cire portés par des volontaires ou des personnes réquisitionnées, qui, souvent, les emmenaient chez eux au risque de provoquer de nouveaux incendies.

72 Désireuse de venir en aide à la communauté, la municipalité lui offrit 240 L de secours. Sur ces deux incendies : AMT, BB 71, BB 76 et DD 23.

73 AMT, BB 74, août-septembre 1772, avril-juin 1773.

74 AMT, GG 22. Devant leur coût (48 L pièce), les édiles avaient réduit le nombre des boîtes commandées de 12 à 10.

75 Les instructions données au public sont consultables en AMT, GG 22.

76 AMT, BB 76.

77 AMT, 1D23.

78 N. Vallée, Les troubles et émotions…, op. cit., et chap. III.

79 « Mais les résistances sont aussi le fait de communautés diverses qui pâtissent du nouvel ordre de choses », parmi lesquelles les magistrats, fort nombreux à Tours, qui ont vu leurs offices abolis. A. Jourdan, La Révolution…, op. cit.

80 AMT, 1D23, 16 novembre 1790.

81 AMT, 1D5 et 1D23, 1D24. Sur les divisions religieuses, cf. H. Dolbec, Le clergé constitutionnel et le clergé réfractaire dans le district de Tours (1790-1792), 1990.

82 À l’été 1791, il suffisait de peu de choses pour émouvoir la population. Apprenant que l’ancien archiprêtre de Saint-Gatien louait au curé Babou un local pour entreposer les ornements de la confrérie des Agonisants de la paroisse Saint-Étienne, une foule s’assembla devant chez lui. La municipalité fit emmener l’ecclésiastique, sous bonne escorte, à la maison d’arrêt pour le protéger et rassurer la population. AMT, 1D24.

83 AMT, 1D25. Sur les détails de l’émeute : N. Vallée, op. cit.

84 AMT, 1D26.

85 La Ville ne prend point part à l’installation de la gendarmerie nationale, issue de la transformation de la maréchaussée en vertu de la loi des 12 décembre 1790-16 février 1791. François Louis Boulay, lieutenant de la maréchaussée, est désigné colonel de la gendarmerie à Tours. Hormis les habituelles demandes de patrouilles, le corps de ville a peu affaire à ce corps.

86 AMT, 1D1 à 1D5, EE 12.

87 J.-J. Clère, « Police », in A. Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, 1989 ; J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

88 La municipalité fixa la taxe sur la livre de pain jusqu’au 26 juin 1790. À cette date, elle ne l’établit plus, la récolte de 1790 s’annonçant suffisante. Elle la fixera de nouveau le 1er octobre 1792. Sur le détail de la taxe du prix du pain établie depuis le 31 octobre 1789, voir B. Baumier, La municipalité de Tours à l’époque révolutionnaire, op. cit., et ADIL, 2B 484.

89 Le conseil général accorde 300 L par an aux commissaires et 100 L aux huissiers.

90 La municipalité fut également en charge de la voirie. Pour y travailler au mieux, elle acheta un « plan de la voierie », dont nous ignorons malheureusement tout.

91 Cf. chap.vi.

92 Les officiers municipaux ouvraient chaque spectacle, revêtus de leurs écharpes, et faisaient garder la salle par des soldats. On affichait les horaires des spectacles à la porte de chaque édile.

93 AMT, 1D5.

94 AMT, 1D22, 1D23.

95 AMT, 1D22, 21 avril 1790 ; 1D24, 20 janvier 1791.

96 J. Godechot, Les institutions…, op. cit. Sur la mise en place de cette police à Tours : AMT, 1D5, 1D25 à 1D27.

97 Les officiers désignés tout d’abord, Cartier-Roze, Martin et Pasquin, sont remplacés le 23 novembre suivant par Patas, Dubreuil et Huault de Bellisle. En juillet 1792, Woorm remplace Patas, démissionnaire, tandis que Dubreuil et Huault de Bellisle sont maintenus.

98 C. Petitfrère, Les Bleus d’Anjou, 1985.

99 Cette citation, extraite d’une Motion anonyme accompagnée d’un projet de règlement pour la Garde nationale, n’est pas datée, mais elle a sans doute été rédigée dans la seconde moitié du mois d’août. AMT, EE 14 (1re partie).

100 L’auteur faisait sans doute référence aux événements qui s’étaient déroulés le 14 août dans le Grand Quartier de La Riche, lorsque les miliciens de la compagnie, commandés par le seul officier Cartier-Douineau, vite débordé, avaient refusé le service. Ils avaient pactisé avec les émeutiers qui protestaient contre la taxe du pain et la distribution de cartes de rationnement par les curés, instaurées par une ordonnance du Comité. On avait dû appeler la compagnie de Saint-Saturnin pour ramener le calme. AMT, 1D1.

101 Le Comité finissait, en général, par accéder aux demandes des plus âgés ou des plus infirmes, mais se refusait à céder à celles fondées sur des privilèges particuliers. AMT, 1D1 et 1D2.

102 Sur le rôle des « jeunes gens » au début de la Révolution : C. Petitfrère, « La jeunesse angevine et les débuts de la Révolution française », 1974 ; C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit. et R. Dupuy, La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1972. Les jeunes Tourangeaux paraissent moins nombreux et surtout moins bien organisés que leurs homologues d’Angers et de Rennes, villes universitaires où les étudiants étaient traditionnellement regroupés en « nations ».

103 Ils présenteront ultérieurement une requête au Comité afin d’obtenir l’autorisation de constituer un corps particulier, soumis à l’état-major de la Garde citoyenne. Le Comité renvoya la requête aux officiers de la Garde, qui la refusèrent.

104 Au même moment, les 5 et 10 août, l’Assemblée nationale prend deux décrets relatifs aux conditions d’exercice de la Garde nationale, mais sans traiter de son organisation interne. Sur les travaux destinés à réorganiser la milice bourgeoise de Tours : AMT, 1D1 et 1D2.

105 Ils réclamèrent un plan de la ville, les tableaux des compagnies bourgeoises établis par leurs officiers, un état des anciens privilégiés ainsi que les rôles de capitation.

106 AMT, 1D2.

107 AMT, BB 10 (2e partie), 1D2, septembre 1789 et EE 14 (1re partie).

108 Selon leurs revenus, ces citoyens étaient astreints au paiement d’une somme annuelle de 2, 5, 12 ou 24 L.

109 Sur la méfiance des révolutionnaires à l’égard des domestiques, cf. C. petitfrère, L’œil du maître…, op. cit., et, du même, « Liberté, Égalité, Domesticité », in Les droits de l’homme et la conquête des libertés, 1988. La méfiance semblait moins grande à l’égard des compagnons, qui, s’ils étaient consignés en cas d’émeute, pouvaient toutefois être appelés en cas d’incendie. Le règlement autorisait par ailleurs l’intégration de jeunes gens âgés de 18 ans étrangers à la ville, comme les étudiants.

110 AMT, EE 14 (1re partie), [Rés]ultat du recensement des douze compagnies de milices de la ville de Tours et Tableau comportant les noms des anciennes compagnies et ceux des nouvelles avec le nombre d’hommes qu’elles contiennent. Voir en annexe X la carte qui a été établie à partir de ces informations.

111 La compagnie du Grand Quartier de La Riche fut dédoublée le 17 octobre, à la suite de dysfonctionnements constatés dans le service ; les officiers furent élus le lendemain. Les élections au sein de la compagnie de Sainte-Anne eurent lieu le 8 novembre.

112 Les commandants sont des membres du Comité. Celui-ci désirait-il ainsi garder sa mainmise sur la nouvelle garde ?

113 Le Comité substitue vite l’expression de « sous-officier » à celle de « bas officier ». AMT, 1D3, 17 octobre 1789.

114 Pour ménager la susceptibilité des officiers de la milice qui n’ont pas été choisis pour commander la Garde citoyenne, le Comité les admet à ses réunions avec voix délibérative et accorde un brevet de vétérance à ceux qui ont 25 ans de service.

115 Le 15 novembre 1789, le Comité assista à Saint-Gatien à une grand-messe (où il entendit le discours de l’abbé Boret), puis à la bénédiction par Monsieur de Brassac, trésorier et chanoine de la cathédrale, de trois drapeaux de la Garde citoyenne. Le 21 janvier 1790, une autre cérémonie fut organisée pour bénir un 4e drapeau. AMT, BB 83 et E. Gatian de Clérambault, « Les milices… », op. cit.

116 La Garde citoyenne accueille des protestants (Jacques Conzay est l’un d’entre eux). On ne sait si l’ancienne milice bourgeoise leur était ouverte.

117 Ce travail ne porte que sur les 330 premiers élus, car il n’existe aucun renseignement pour les remplacements ultérieurs. AMT, EE 14 (1re partie).

118 Seuls les hommes appelés exceptionnellement au service, ceux de la » deuxième division »du recensement, sont armés par la municipalité. AMT, 1D3, 21-25 septembre 1789 et EE 14 (1re partie).

119 AMT, 1D1 et 1D22. Sur la situation angevine, voir C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit.

120 Ces canons, un temps entreposés à l’hôtel de ville, ont été conduits à l’arsenal le 24 juillet « par peur des troubles », puis ramenés le 13 août à la maison commune, car on jugeait qu’ils n’étaient « pas en sûreté à l’Arsenal ». À la fin de l’hiver, la Ville, craignant que des « citoyens [ne] les enlèvent avec violence », les transféra de nouveau à l’hôtel commun.

121 L. Benoît de La Grandière évoque le siège de La Rochelle de 1627-1628, tandis qu’une lettre du 7 novembre1789affirmequecescanonsauraientété » transportés alors que[…La Rochelle]était menacée par les Anglais il y a environ cent ans ». AMT, EE 19.

122 Le Comité usa de plusieurs types de punitions pour limiter les cas d’indiscipline, faisant payer à un garde absent les frais de son remplaçant, exigeant des excuses publiques pour des propos injurieux, doublant le nombre de tours de gardes ou imposant le paiement d’une amende. Les mises aux arrêts étaient rares. L’organisation du service quotidien relevait toutefois pour l’essentiel du lieutenant-colonel : il convoquait chaque jour huit gardes tenus d’assurer leur service long de douze heures. AMT, 1D3.

123 EE 14 (1re partie), Procès-verbaux des votes des compagnies et 1D22.

124 Deux cas seulement de contacts avec des gardes de communes rurales ont été relevés : une sollicitation de Beaulieu-lès-Loches et l’autre de Neuvy qui réclament à Tours le règlement de sa nouvelle milice. AMT, 1D2.

125 AMT, 1D3 et 1D22, fos 151-152. G. Bruley, Un homme de cœur, Prudent-Jean Bruley, cité par C. Marceau Marchon, Les fêtes…, op. cit. Sur les fédérations dans le reste du pays : C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., et articles « Fédération (Fête de la) » et « Fédérations » in A. Soboul, Dictionnaire historique de la Révolution Française, 1989 ; M. Ozouf, La fête révolutionnaire, 1976 ; M. Biver, Fêtes révolutionnaires à Paris, 1979.

126 Le drapeau rouge signifiait la mise en vigueur de la loi martiale, le drapeau blanc le retour à la normale.

127 En juin, 30 gardes nationaux, parmi lesquels Ysabeau, se rendent au Mans. Des députés sont désignés pour aller dans des villes plus ou moins proches, à Orléans, dans le Berry ou le Nivernais. E. Gatian De Clérambault, « Les milices… », op. cit.

128 Les soldats ne pouvant sortir de la ville sans un ordre du ministre, il fut convenu de solliciter cette autorisation, en laissant à l’intérieur de la cité « une force suffisante pour le maintien du bon ordre et la tranquilité ». AMT, 1D22, 29 avril 1790.

129 AM Joué-lès-Tours, RD n° 1, 2 mai 1790.

130 AMT, 1D22.

131 G. Bruley, Un homme de cœur, Prudent-Jean Bruley, cité par C. Marchon-Marceau, op. cit.

132 Le Moniteur Universel raconte cette entrevue dans son numéro du 14 juillet 1790. Après des remerciements, le roi aurait mis l’anneau à son doigt et aurait déclaré à ceux qui l’approchaient : « Je n’ai jamais porté de bague, mais je porterai volontiers celle-ci. » La présence à cette fête du gouverneur de Touraine, alors responsable de la Garde nationale de Versailles et représentant des vice-amiraux, a-t-elle facilité la rencontre du roi et de cette délégation tourangelle ? Une bannière de la Fédération nationale fut offerte par la Ville de Paris au département d’Indre-et-Loire. Elle fut déposée dans l’église de Marmoutier : sa translation à Tours, où elle fut remise au président du Département, Valleteau de Chabrefy, donna lieu le dimanche 25 juillet suivant à une nouvelle cérémonie. AMT, 1D23 ; ADIL, Lm 215.

133 C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit. Sur la réorganisation de la troupe à Tours : AMT, 1D22, 1D23 et 1D24.

134 Le corps de ville examine avec soin chaque demande, s’attachant pour l’occasion les services du chirurgien Moreau et d’un secrétaire pour rédiger les « congés » (AMT, 1D5 et 1D6). Le bureau no 9, chargé de la question des troupes réglées et de la Garde nationale, statue chaque semaine sur ces questions de service et transmet ses avis aux officiers de la Garde.

135 La Ville avait également autorisé la constitution d’un groupe de tambours (auquel furent adjoints quelques musiciens) qu’elle recruta elle-même, mais qu’elle eut du mal à rémunérer et à vêtir. AMT, 1D24.

136 AMT, 1D6. En mai 1792, deux sous-officiers supplémentaires (un sergent-major et un caporal fourrier) sont désignés.

137 La municipalité avait repris les modalités désormais classiques, agréées par le District. À cette occasion, les tensions existant entre la municipalité et certains ecclésiastiques éclatèrent au grand jour. Le curé de Notre-Dame-La-Riche, par exemple, refusa de prêter son église, considérant que le rassemblement de gardes nationaux y était « indécent » : il fut convoqué devant la police correctionnelle avant que l’intervention des fabriciers ne fasse annuler la poursuite.

138 AMT, 1D26. 1. Boulevard ; 2. Saint-Martin ; 3. Saint-Gatien ; 4. Arsenal.

139 Thenon démissionna très vite, le 23 juin ; Conzay prit sa place. Brisset, qui partit le 11 août, parce qu’il s’était enrôlé comme volontaire, fut remplacé le lendemain. AMT, 1D27.

140 Afin d’éviter les incidents parfois dramatiques dont était responsable l’ancienne compagnie des canonniers, la Ville engagea un instructeur pour donner des leçons d’artillerie dans la cour du château. La compagnie des chasseurs, commandée par le capitaine Gouin, fut également autorisée à s’exercer dans le même lieu.

141 Un tarif fut même établi pour punir ces manquements : il en coûtait par exemple 40 sols par absence. AMT, 1D27.

142 Veuve de Claude Dupin, elle était l’arrière-grand-mère de George Sand.

143 Le contrat fut passé avec un certain Guilleaume, de Rennes. Ce dernier arriva en juin 1792 et s’installa à Saint-Julien pour mener un travail qu’il estimait devoir durer un an. Faute de matériel et de locaux adéquats, l’artisan dut rester plus longtemps. AMT, 1D6, 1D26 et 1D28.

144 C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit. La Garde nationale devait se réunir à la première réquisition des édiles, du procureur de la commune ou des commissaires de police. En cas de désobéissance, les municipalités pouvaient punir sévèrement : les cas furent rares à Tours au début de la Révolution.

145 J. Godechot, Les institutions…, op. cit. La première grande intervention de la Garde nationale a lieu le 25 mai 1790, lorsque les habitants de Vernou et de Vouvray, inquiets à cause d’une rumeur de hausse du prix du blé, marchent sur Tours pour en réclamer la taxation (AMT, 1D22 et N. Vallée, op. cit.). En août et septembre 1791, la Garde nationale est mise à contribution pour réprimer un soulèvement des « classes les plus pauvres ». AMT, 1D25.

146 Pour limiter les tensions entre soldats et gardes nationaux, l’Assemblée nationale avait défini le rang à tenir par chacune des deux troupes. Cf. chap. vi.

147 La Garde assurait l’intérim entre le départ d’un régiment et l’arrivée d’un nouveau, même si elle n’était pas assez aguerrie pour assurer seule la défense de la cité.

148 AMT, 1D23 et 1D24. C. Marceau-Marchon, Les fêtes…, op. cit.

149 Le lieutenant Desilles avait été tué à Nancy en octobre 1790, en tentant de s’interposer entre les soldats mutinés du régiment suisse de Châteauvieux et ceux de la garnison de Metz, sous le commandement de Bouillé, venus réprimer la révolte.

150 Quelques jours plus tôt, 30 à 40 « dames patriotes » avaient offert un drapeau à la Garde nationale au cours d’une cérémonie publique à la cathédrale.

151 La Garde de Tours participa à leurs côtés à la grande procession de La Riche du 19 juin 1791. AMT, 1D24.

152 Les refus de monter la garde, les absences et les demandes d’exemption se multiplièrent à tel point que la Ville décida brusquement de ne plus rien tolérer. AMT, 1D24.

153 AMT, 1D5 et 1D25. H. Faye, La Révolution…, op. cit. Les lacunes documentaires sont telles qu’il nous faut nous contenter de vagues considérations sur le sujet, à l’inverse de ce qui a pu être réalisé pour Angers. C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit.

154 AMT, 1D27.

Table des illustrations

Titre Tableau 11 – L’état-major de la milice bourgeoise à la fin de l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-1.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Graphique 14 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude globale.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-2.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Graphique 15 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la milice bourgeoise de 1765 à 1789 : étude détaillée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-3.png
Fichier image/png, 6,6k
Titre Document 3 – Pompe à incendie achetée par la Ville en 1764.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-4.png
Fichier image/png, 404k
Titre Tableau 12 – Officiers de la compagnie de pompiers désignés entre 1767 et 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-5.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Tableau 13 – Répartition des hommes en état de servir dans la Garde citoyenne ou d’y contribuer (septembre 1789).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 14 – État-major de la Garde citoyenne élu le 5 octobre 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-7.png
Fichier image/png, 26k
Titre Graphique 16 – Répartition socioprofessionnelle des cadres de la Garde citoyenne élus en septembre 1789.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5857/img-8.png
Fichier image/png, 5,2k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540