Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tours entre Lumières et Révolution

 | 
Béatrice Baumier

Deuxième partie. Les moyens du pouvoir municipal

Chapitre VI. Le corps de ville, relais de l’État

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B. Chevalier, Les bonnes villes, op. cit. Cette tradition, née au Moyen Âge, avait perduré par la (...)

1Le présent chapitre porte sur la façon dont le corps de ville a soutenu les régimes politiques de la seconde moitié du xviiie siècle, l’ancien puis le nouveau. Du fait de sa longue tradition de fidélité au pouvoir monarchique1, Tours a été particulièrement intéressante à étudier. Les registres de délibérations montrent que ses contributions ressortissent, à cette époque, essentiellement à trois domaines. Tout d’abord, l’organisation des fêtes et des cérémonies officielles ou la participation à celles-ci, par le biais desquelles s’expriment la soumission de la Ville à son souverain et l’affection qu’elle est censée lui porter. En second lieu, l’aide apportée dans le domaine militaire, en termes de recrutement des troupes auxiliaires, d’accueil des unités de passage, de logement et de garde des prisonniers de guerre. Enfin, la participation à la mise en place de la machine fiscale. Plusieurs questions se sont posées. Jusqu’à quel point ses édiles ont-ils été sollicités, par une monarchie de plus en plus administrative, pour apporter leur concours à la mise en œuvre de la politique royale ? Ce rôle de relais de l’État a-t-il permis au corps de ville d’asseoir son autorité, ou, au contraire, lui a-t-il été néfaste ? Plus tard, lorsqu’elle bouleverse les anciennes structures politiques, l’Assemblée nationale est obligée de donner aux édiles une compétence plus grande que par le passé, en attendant l’installation de nouvelles structures administratives ou judiciaires : comment les édiles tourangeaux ont-ils usé de ces pouvoirs accrus ?

2Une des caractéristiques de ce travail a été de suivre l’évolution des trois contributions municipales au fil du temps, et notamment de passer outre à l’habituelle césure chronologique de 1789. Ainsi, nous avons étudié, pour les années 1790-1792, la charge militaire, qui a semblé s’accroître au moment de l’ouverture de la nouvelle voie menant de Paris en Espagne. Nous avons cherché à comprendre pourquoi la contribution municipale en matière de fiscalité, assez modeste avant 1789, s’est renforcée après cette date. Tout aussi importante a été l’étude des fêtes organisées par les édiles : celles-ci permettent en effet à l’historien de prendre la mesure de l’attachement des Tourangeaux aux régimes politiques successifs.

Le corps de ville d’Ancien Régime : un relais relativement effacé du gouvernement

  • 2 Venu de Montauban, où il a dû affronter la cour des aides, Gaspard César Charles de Lescalopier pa (...)
  • 3 Sans doute moins remarquable que celle de son prédécesseur, la personnalité de Marius Jean-Baptist (...)
  • 4 À la veille de la Révolution, l’intendance emploie neuf collaborateurs (cinq secrétaires chefs de (...)
  • 5 Choiseul avait succédé à Charles de Bourbon-Condé, prince de Charolais, gouverneur de Touraine de (...)
  • 6 Charles Henri, comte d’Estaing, marquis de Saillans, naît en 1729 en Auvergne. Il se bat en Flandr (...)
  • 7 Henri Marie Bernardin Rosset de Ceilhes de Fleury fut archevêque de Tours de décembre 1750 à décem (...)

3Sous l’Ancien Régime, Tours est une capitale provinciale : elle abrite les services d’une vaste généralité comprenant l’Anjou, le Maine et la Touraine, et accueille un bureau des finances, un bailliage devenu siège présidial au xvie siècle et d’autres juridictions royales : maréchaussée, maîtrise des eaux et forêts, etc. Elle est aussi le siège d’une subdélégation, d’un gouvernement militaire et le chef-lieu d’un vaste diocèse archiépiscopal qui s’étendait jusqu’en Bretagne. En l’absence de parlement et d’états provinciaux, la généralité de Touraine est généralement calme. Les commissaires départis – Lescalopier (1756-1766), Du Cluzel (1766-17832) et d’Aine (1783-17903) – y ont une liberté d’action plus étendue qu’ailleurs et n’ont pas manqué d’en user. Ils sont secondés par des auxiliaires particulièrement efficaces4. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, deux gouverneurs de Touraine se succèdent : le duc de Choiseul (1761-1785), ministre d’État de Louis XV5, et le comte d’Estaing (1785-1790), vice-amiral qui s’était notamment illustré durant la guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique6. Quant au diocèse de Tours, il est administré par les archevêques Henri de Fleury (1750-1774) et Joachim François de Conzié (1775-1791)7.

4Les officiers municipaux de Tours ont été, vraisemblablement plus qu’ailleurs, très sensibles à l’influence du pouvoir central et de ses représentants – des personnalités marquantes du xviiie siècle. Du fait de cette proximité, ils ont constitué, au niveau local, l’ultime relais des décisions royales dans trois domaines – la fiscalité, les affaires militaires et l’organisation des cérémonies officielles, régulières ou exceptionnelles –, le tout sous la responsabilité de l’intendant ou des autres représentants du pouvoir monarchique, envers lesquels la Ville affichait volontiers sa soumission. Mais au-delà de cette attitude obligée, les édiles ont-ils pu avoir un autre rôle ? Ont-ils dû simplement obéir ou ont-ils pu prendre des initiatives et bénéficier d’une certaine autonomie ?

Le corps de ville au cœur du culte monarchique

  • 8 A. Herbet, Fêtes et divertissements à Tours à la fin du règne de Louis XV, 1988 ; C. Marceau-March (...)

5Maillon essentiel de la cohésion urbaine, qu’il revivifie à chaque fête, le corps de ville est également un rouage important de la propagande monarchique à l’occasion de cérémonies organisées, à dates fixes ou pour illustrer des événements ponctuels, en l’honneur du roi, de sa famille ou de ses représentants. La Révolution provoque une rupture décisive en ce domaine puisque, si elle continue à célébrer, par des fêtes nouvelles, l’alliance de l’État et des citoyens, elle distend les liens qui unissent les Français à la monarchie : les édiles tourangeaux suivent docilement cette inflexion, dont l’année 1791 marque un tournant majeur8.

La soumission manifestée envers les représentants du roi

6La soumission de la ville au pouvoir royal s’exprime en particulier par des hommages à ses représentants en Touraine : des cadeaux leur sont offerts au nouvel an et à l’occasion des visites officielles que leur rend l’échevinage lors de leur prise de fonctions ou de leur entrée dans la cité.

  • 9 « L’usage des présents est […] très ancien » et est pratiqué comme « un témoignage de la soumissio (...)
  • 10 Fille de Louis III, prince de Condé (1668-1710), et de mademoiselle de Nantes, fille légitimée de (...)

7Une tradition fort ancienne voulait que le corps de ville offrît des présents pour s’attirer les bonnes grâces des hommes du roi ou de ses proches et pour réaffirmer les liens qui unissaient la ville à son souverain. Au xviiie siècle, les édiles arrêtent leur choix sur des bouteilles de vin et des coffrets de « confitures seiches [sic]9 », ce qui correspond à peu près à nos modernes fruits confits. Au début de chaque mois de janvier, le gouverneur reçoit trois douzaines de ces coffrets, et ses secrétaires deux douzaines. Les membres de la famille royale présents en Touraine en reçoivent également : jusqu’à son décès, l’abbesse de Beaumont, Élisabeth-Louise de Bourbon-Vermandois, s’en voit offrir deux douzaines et Louise Adélaïde de Bourbon-Condé10, sa petite-nièce venue en pension à l’abbaye, une douzaine. Lorsqu’il est nommé archevêque de Tours, monseigneur de Conzié reçoit 24 coffrets de ces confitures, commandées à Clemenson, le confiseur habituel de la Ville, et accompagnées d’une lettre de félicitations. Désireux de n’oublier aucune des personnalités à honorer, le corps de ville ne lésine pas sur la dépense. Celle-ci augmente donc au cours du siècle : fixée à 200 L par l’arrêt de 1689, elle atteint 759 L vers 1785, avant que l’arrêt de 1787 ne la réduise de nouveau à 200 L.

  • 11 Les délibérations sont formelles quant au premier – le duc ne prit jamais la peine de faire « son (...)

8Une cérémonie particulière permettait de réaffirmer les liens entre la Ville et le pouvoir royal : les visites au gouverneur et à l’intendant, lors de leur prise de fonctions ou de leur entrée dans la cité. Ainsi, au soir du 23 mars 1767, apprenant l’arrivée imminente de Du Cluzel, le nouvel intendant, les édiles décident de se rendre, selon l’usage, en carrosse et en habits de cérémonie à l’hôtel de l’intendance pour complimenter le nouveau commissaire départi et son épouse et leur offrir 24 bouteilles de « vin du pays » et 24 coffrets de confitures sèches. Le même cérémonial est repris le 23 juin 1784 pour l’arrivée de Marius d’Aine et de sa femme : le maire et les officiers municipaux, montés dans trois carrosses, se rendent à l’hôtel de l’intendance pour complimenter le couple et lui offrir le cadeau habituel. Mais, si les édiles de la fin du xviiie siècle peuvent saluer comme il convient les intendants à leur arrivée dans la généralité qui leur a été confiée – présence qui témoigne de l’implication majeure des commissaires départis dans l’administration régionale –, ils ne peuvent rendre hommage aux deux derniers gouverneurs, car ni le duc de Choiseul ni le comte d’Estaing ne prennent le temps de se faire recevoir11.

  • 12 Il s’agit de la naissance de Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d’Enghien, fils de Louis Henri II (...)
  • 13 AMT, BB 75, 12 et 15 juin 1774.

9Le corps de ville s’associe aussi volontiers, par intérêt ou par compassion, aux événements heureux ou malheureux qui touchent la vie privée ou publique des personnalités présentes en Touraine. Le 13 août 1772, il présente ses félicitations à l’abbesse de Beaumont pour la naissance d’un prince dans la maison des Condé d’Orléans12. Le 9 février 1774, il congratule le duc d’Aiguillon, nommé ministre de la guerre. Le 25 février 1778, il présente à Du Cluzel ses condoléances à l’occasion du décès de sa fille. Le 19 septembre de la même année, il félicite le gouverneur pour le mariage, célébré à Chanteloup, de mademoiselle de Stainville et de monsieur Choiseul Beaupré, son neveu. L’année suivante, le 3 janvier, il complimente l’intendant pour le mariage de sa fille, et le 2 avril 1782, pour la nomination de son neveu, d’Ormesson, au contrôle général. Enfin, il s’associe le 20 février 1786 à la douleur de l’archevêque qui vient de perdre son neveu. Terminons cette liste par la relation de la visite effectuée par la municipalité auprès de la duchesse de Choiseul, à la suite du rappel du duc à la Cour après la mort de Louis XV, rappel dont la Ville a eu rapidement connaissance. Après avoir écrit au gouverneur « la part qu’elle prend à cet événement », la municipalité envoie quatre des siens à Chanteloup pour complimenter la duchesse. Les délégués y sont accueillis par Du Cluzel, qui les prie d’attendre dans l’appartement dont il disposait au château « que madame la duchesse eut entendue la messe pour leur donner audiance [sic] ». Introduit auprès de madame de Choiseul, le maire Michel Banchereau prononce un compliment auquel elle répond « avec beaucoup de bonté ». Après cet échange officiel, le ton de l’entrevue se fait plus détendu : les édiles sont invités à dîner avec la duchesse et plusieurs « seigneurs de sa compagnie », puis visitent le château sous la conduite d’ » une personne de distinction ». Ravis, les quatre officiers s’empressent d’en faire un compte rendu détaillé, et louent la « réception distinguée de M[adame] la duchesse » et les « attentions particulières de M. du Cluzel13 ».

  • 14 Sur l’histoire de ce présent, cf. chap. II.

10Les relations entre la municipalité et le pouvoir central évoluent à la fin de l’Ancien Régime : les marques de respect – intéressées ? – des édiles se portent bientôt sur d’autres personnes, plus proches du gouvernement central, les membres des bureaux de Versailles par exemple. À la fin de l’Ancien Régime, les voyages organisés à l’occasion de projets économiques conduits par la Ville rapprochent les édiles de certains administrateurs parisiens ou versaillais. En octobre 1786, les officiers municipaux félicitent Colonia, intendant du commerce, pour son mariage ; et en août 1788, ils complimentent Laurent de Villedeuil, qui vient d’être chargé du « département de Touraine ». Le corps de ville remercie également de grands commis versaillais en leur offrant les traditionnels coffrets de « confitures sèches » : en 1783, il en envoie à Silvestre, chef du bureau du baron de Breteuil, alors secrétaire d’État chargé de la Touraine ; il en fait parvenir tous les ans entre 1784 et 1786 à Abeille, secrétaire général du bureau du commerce. Le plus beau cadeau reste toutefois le tableau de Demachy que la Ville offre en 1787 à Calonne14.

  • 15 Ces visites permettent de savoir que l’intendant passait généralement l’hiver à Paris, revenait à (...)

11Parallèlement, les relations avec certains représentants du roi en Touraine perdent de leur formalisme. L’initiative en revient essentiellement à l’intendant Du Cluzel, qui consent – ou cherche – à se rendre plus accessible aux autorités locales. Tel est le souhait qu’il exprime clairement, à la fin des années 1770, à propos de ses « entrées ». Jusqu’alors, la municipalité était tenue de lui rendre une visite officielle, ainsi qu’au gouverneur ou à l’archevêque, toutes les fois qu’il revenait à Tours après une absence plus ou moins longue. Ce cérémonial fut effectivement observé onze fois à l’égard de l’intendant entre 1768 et 1782, mais aussi à six reprises pour le gouverneur, entre 1777 et 1784, et seize fois pour l’archevêque pour les seules années 1776, 1777 et 177815. Or, en 1779, l’intendant fait savoir qu’il ne souhaite plus bénéficier de ces hommages systématiques, parfois dérangeants semble-t-il : le 9 août, alors qu’il vient dîner chez l’archevêque en compagnie de son épouse, il décline le compliment habituel, arguant que de tels hommages lui ont été rendus quelques semaines auparavant. Les édiles s’inclinent, se contentant de faire tirer 13 coups de canon à son arrivée, « ne pouvant se dispenser de montrer [leur] respect et attachement ». La proximité entre le corps de ville et l’intendant se renforce de mois en mois, illustrée par la relation que tissent à cette époque le maire Michel Banchereau et Du Cluzel. Sur le plan administratif, les deux hommes se rencontrent régulièrement, à l’hôtel de l’intendance ou dans la résidence privée du commissaire à Saint-Côme, pour discuter de questions diverses. À ces occasions, le commissaire départi enseigne aux édiles de nouvelles méthodes de travail, plus rapides et plus efficaces, et les fait profiter de ses relations. Sur le plan personnel, de vrais liens d’amitié se nouent entre Banchereau et Du Cluzel, comme l’attestent les propos tenus par le second lors du décès du maire en avril 1780. En fait, l’assouplissement des relations entre le corps de ville et l’intendant semble lié à la personnalité de Du Cluzel, car aucun des autres représentants du pouvoir royal, ni Choiseul, ni les différents archevêques, ni d’Aine, n’a émis le moindre souhait en ce sens ; les liens de la municipalité avec le successeur de Du Cluzel restèrent d’ailleurs plus épisodiques, tandis qu’ils étaient essentiellement épistolaires avec Étienne J. Ch. d’Estaing, si l’on met à part les rencontres, à la Cour, de ce gouverneur avec Benoît de La Grandière.

12En dépit d’une certaine évolution, la soumission manifestée par la Ville envers le pouvoir monarchique est réelle et régulièrement réaffirmée par le biais d’hommages rendus à ses représentants en Touraine. Les cérémonies organisées par la Ville à l’occasion de l’arrivée ou du passage de membres de la famille royale, ou de certains hôtes du roi, vont dans le même sens.

Le respect manifesté envers les Grands

  • 16 Plusieurs de ces touristes ont laissé des témoignages de leur visite : A. Young, Voyages en France (...)

13Concernant les visites effectuées par les membres de la famille royale, on peut distinguer trois époques. La première, à la fin des années 1760, correspond aux fréquents séjours en Touraine de personnes de la famille des Bourbon-Condé rendant visite à l’abbesse de Beaumont-lès-Tours, Élisabeth-Louise de Bourbon-Vermandois. La mort en 1772 de cette princesse interrompt les visites des Condé, qui étaient autant d’occasions, malgré leur caractère privé, de cérémonies publiques remarquables. Une deuxième période, correspondant globalement aux années 1770, se rapporte davantage à la présence, sur ses terres de Chanteloup, de Choiseul, retiré malgré lui de la scène politique. Le duc, qui a constitué une petite Cour dans son château, accueille volontiers l’archevêque et l’intendant, et leur rend visite de temps en temps, profitant de ces voyages pour examiner les chantiers conduits à Tours par les ingénieurs du roi. La mort rapprochée de l’intendant et du gouverneur, en 1783 et 1785, clôt cette période. À celle-ci succède une époque nouvelle, marquée par le passage de ceux que l’on pourrait qualifier de « touristes », qui viennent contempler une « des plus belles villes du royaume », embellie à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle route de Paris en Espagne16.

14Chacun de ces hôtes de marque est accueilli comme il se doit par la Ville, qui ne cache jamais son désir de s’en attirer les bonnes grâces et la protection. Elle suit un protocole différent selon qu’il s’agit d’une première entrée ou d’une entrée ordinaire. Une première visite donne lieu à une fête importante, telle celle organisée le 16 juillet 1768 à l’occasion de l’arrivée de mademoiselle de Condé, venue prendre pension à l’abbaye de Beaumont-lès-Tours (où elle restera jusqu’en 1770). Le corps de ville s’empresse de lui rendre « les honneurs qui lui sont dus » : huit édiles en manteau se portent en carrosse à la barrière de Saint-Symphorien pour accueillir la jeune fille, la complimenter et lui offrir des coffrets de confiture sèche. Alors qu’elle progresse dans la cité, la demoiselle peut entendre 13 coups de canon tirés sur la Loire, face à l’arsenal, et admirer les compagnies de la milice bourgeoise en armes postées sur son passage. Lorsque la Ville accueille des personnalités qui ont déjà eu les honneurs d’une « entrée », elle restreint ses hommages. Le 13 juillet 1767, elle reçoit ainsi très simplement madame de Conti, sans convoquer la milice bourgeoise, se « contentant » de lui offrir des coffrets de confiture, tandis que des coups de canon retentissent sur le quai. Le 8 octobre 1765, le prince de Condé vient faire un court séjour à l’abbaye de Beaumont et déclare vouloir garder sa visite discrète, ce que les édiles respecteront en se limitant au minimum… c’est-à-dire treize coups de canon tirés à son arrivée et sept à son départ, deux jours plus tard.

  • 17 Le comte d’Artois, qui effectue un voyage sur les côtes et dans les « provinces méridionales du ro (...)
  • 18 La municipalité ne tolère aucun remplacement, interdit tout coup de feu sous peine d’emprisonnemen (...)

15Les visites des deux frères de Louis XVI ont bien évidemment une tout autre importance. Le comte d’Artois passe à Tours à trois reprises, les 7 juin 1777, 7 juillet 1782 et 19 novembre 178217. De son côté, Monsieur y séjourne deux jours et une nuit, les 11 et 12 juin 1777. Le rôle des édiles est double : ils doivent rendre des hommages officiels et prendre les mesures nécessaires à la sécurité et au confort des princes et de leur suite. Concernant le premier aspect, tant le comte de Provence que le comte d’Artois demandent « qu’il ne soit fait aucun préparatif, qui puisse retarder [leur] marche ny occasionner de la dépense ». Les mesures prises pour assurer la tranquillité publique sont résumées dans une ordonnance de police qu’on affiche dans Tours. Le texte exige le nettoyage des rues et leur dégagement de tout matériau ou objet encombrant, et interdit tout attroupement en ville et dans les environs. Par mesure de sécurité, la Ville s’efforce en juin 1777 de détourner le public du pont neuf et de la rue Royale, où il aurait pu vouloir s’amasser pour voir passer les princes. Elle évoque « les constructions qui ce font a present dans laditte rue Royalle, pleine de matériaux et de décombres et dans laquelle il ce trouve une multitude d’ouvertures de caves des maisons cy devant démolies ce qui pouroit occasionner beaucoup d’accidents ». Le « pont neuf d’ailleurs est égallement embarassé de pierres et de matériaux » à tel point « qu’il n’y a ainsy […] dans la rue, que le passage nécessaire aux voitures ; […] plusieurs citoyens couroient les risques d’être précipités dans la rivière [sic] ». On fait donc installer des tentes et des chaises à proximité des portes de Fer « pour que le public puisse trouver des places commodes et satisfaire son juste empressement pour voir les frères du Roy ». Le corps de ville réquisitionne bien sûr les officiers de la milice bourgeoise, auxquels il conseille de venir équipés de leurs armes, uniformes et « marques distinctives18 ».

  • 19 Rentrant d’Espagne, le comte d’Artois est accueilli en novembre 1782 aux portes de Fer. En attenda (...)

16Peu de temps avant l’arrivée des princes, les édiles s’assemblent à l’hôtel de ville et envoient des messagers à la rencontre du cortège officiel19. À leur approche, ils donnent l’ordre au canonnier de la Ville et à plusieurs « personnes sages » de tirer des « canons et boîtes » installés sur le mail, près de la Madeleine, tandis qu’ils se portent au-devant des visiteurs, revêtus de leurs « habits de la plus grande cérémonie », dans des voitures précédées des clercs et sergents montés sur des chevaux. Au point de rencontre, le plus souvent la barrière de Saint-Symphorien ou les « portes de fer », le maire accueille les princes : il leur adresse un « compliment », leur demande leur protection pour la ville et leur tend « au nom des habitants » des coffrets de confiture sèche soigneusement ornés des armes de la cité et de rubans aux couleurs de ses hôtes, blanc et rouge pour Monsieur, vert et blanc pour le comte d’Artois.

  • 20 À cette occasion, Monsieur fut reçu chanoine de Saint-Martin. L. Benoît de La Grandière, op. cit.

17Si les trois passages du comte d’Artois sont célébrés comme il convient, le séjour de Monsieur est le plus marquant parce que le plus long. À son arrivée, le prince est accompagné à son lieu de résidence, le palais de l’archevêque, au milieu d’une foule attirée par le spectacle et contenue par une double haie de bourgeois en armes. Durant ce séjour, la municipalité veille au confort et à la sécurité de Monsieur. Pour ce faire, elle forme une « garde d’honneur », composée de douze officiers de la milice, qu’elle présente au prince : ce dernier l’agrée et la confie au marquis de Levis, son capitaine des gardes. Les édiles doivent également satisfaire les souhaits manifestés à l’improviste par le prince. Lorsque Monsieur désire parcourir à pied plusieurs rues, il faut renforcer sa garde d’honneur de cinquante bourgeois. Soucieuse d’éviter le moindre incident, la municipalité décide d’escorter elle-même le frère du roi dans tous ses déplacements. Au matin du 11 juin 1777, accompagnée de ses clercs, de 120 officiers de la milice bourgeoise et de la « garde d’honneur », elle conduit Monsieur de l’archevêché à la cathédrale. « Le prince placé sur un carreau dans le sanctuaire près l’autel » y entend la messe, « la compagnie dans les stalles à gauche du chœur » à ses côtés. Après l’office, le prince sort par la porte collatérale de Saint-Gatien, traverse la rue de Fleury et se rend dans la cour de l’archevêché, où il monte en carrosse pour être mené au chantier du pont. Pendant ce temps, le corps de ville se rend à Saint-Martin, où il attend le prince à la « porte du cadran ». À son arrivée, celui-ci fait « sa station au tombeau de S. Martin »,puis est installé dans la stalle du trésorier sur » un carreau avec un tapis de velours cramoisy bordé d’un grand galon d’or »20, pendant que les édiles prennent leur place habituelle. À la fin du Te Deum, le prince va à pied à la porte d’Espagne par la place d’Aumont, la rue Chanoineau et le grand mail, afin de rejoindre ses voitures. Pendant que Monsieur et sa suite s’installent, les officiers municipaux se postent « en dehors de la dite porte » et notent avec fierté que lorsque « le prince a passé […], [il] les a honnoré d’un salut plein de bonté qui a couronée tous les témoignages que ce corps a reçu de la complaisance du prince qui n’a cessé […] de leur marquer par quelques signes la bienveillance et la protection dont il a eu la bonté de les assurer [sic] ». En consignant ces notes flatteuses, la municipalité exprimait son soulagement de voir se terminer un séjour au cours duquel « il ne s’est rien passé de contraire » à ce qui était prévu.

18Il était de tradition que le secrétaire greffier note toute parole de sympathie, tout geste amical émanant des personnalités de sang royal reçues à Tours. On nota ainsi que Monsieur avait accepté de recevoir la municipalité par deux fois et l’avait autorisée à assister à son souper, en compagnie du bureau des finances. On se flatta que ce prince ait eu « la bonté [à son arrivée] de se présenter à la portière droit[e] de son carosse vers laquelle étoit le corps de ville quoiqu’il fut placé au fond du côté gauche de la ditte voiture ». En juillet 1782, on nota avec fierté que le comte d’Artois, après une halte à la porte d’Espagne, avait salué la compagnie en remontant dans sa voiture.

  • 21 AMT, BB 82. Tippoo Sahib (1749-1799) était devenu sultan de Mysore (aujourd’hui Karnataka, au sud (...)

19Le séjour des ambassadeurs indiens, un événement unique par son exotisme, a également suscité émoi et curiosité. Venus à Paris pour une visite diplomatique, les représentants du sultan Tippoo Sahib21 quittent la capitale le 1er octobre 1788. Les trois diplomates – « Mouhammed-Derviche-Khan », « Akbar Aby-Khan » et « Mouhammed-Osmard-Khan » –, suivis du fils du second ambassadeur, « Aga Saïb », du neveu du troisième, « Goulami Saïd », et de 27 « esclaves et personnes de suite », devaient se rendre à Brest par les villes d’Orléans, Tours, Nantes et Lorient. Le roi demanda à chacune de ces municipalités par le biais des intendants que « l’hommage de la ville [leur soit rendu] à leur passage » et qu’elle organise leur séjour, dont les frais seraient supportés par la caisse royale. Les édiles multiplièrent les efforts pour trouver des « logements convenables et commodes » dans des maisons bourgeoises ou des hôtels, tout en essayant de respecter les coutumes des ambassadeurs : d’Aine avait par exemple précisé que les Indiens avaient l’habitude « d’occuper des rez de chaussée et de se servir d’ottomanes et de tapis ». Finalement, l’échevin André Jérôme Simon-Roze voulut bien mettre à leur disposition une partie de son hôtel particulier : le bâtiment, « suffisamment grand pour loger les ambassadeurs et les gens à leur suite », fut débarrassé de ses meubles et « garni d’ottomanes et de tapisseries », ainsi que l’avait conseillé un certain Foucault « qui a[vait] vécu dans leur pays ».

20Les ambassadeurs font leur entrée le 12 octobre au soir. L’heure tardive empêchant le corps de ville de les recevoir immédiatement, deux clercs leur sont dépêchés pour présenter les « compliments » d’usage et fixer un rendez-vous. Le lendemain matin, le maire Étienne J. Ch. Benoît de La Grandière se rend en l’hôtel de Simon-Roze, où il rencontre Ruffin, secrétaire interprète de langues orientales, et Piveron, ancien procureur général au conseil supérieur de Pondichéry, chargés par la Cour d’accompagner les ambassadeurs. Ensemble, ils mettent au point les derniers détails de la rencontre avec les Indiens, fixée le jour même à 10 heures. À l’heure dite, les édiles se rendent à l’hôtel dans deux voitures, précédés des clercs et sergents. La compagnie est reçue à l’entrée de l’antichambre par Ruffin et Piveron tandis que les ambassadeurs viennent « audevant d’elle jusqu’à la salle d’audiance [sic] ». Les Indiens donnent « l’accolade de la manière la plus honnete et la plus affectueuse à monsieur le maire et à tous les membres ». En retour, le maire les complimente, « eux debout en présence d’une compagnie la plus distinguée », et leur offre 24 coffrets de confiture sèche et quatre corbeilles de pruneaux. La compagnie a été

« invitée à s’asseoir sur des sophas, m. Ruffain [Ruffin] a interpreté aux ambassadeurs le discours de M. le maire, dont-ils ont paru tres satisfaits, et le même M. Ruffain à rendu à la compagnie les réponces aussi honnetes qu’ingénieuses des ambassadeurs et apres une conversation tres agréables [sic], la compagnie à été reconduite jusqu’à la porte de l’apartement par les ambassadeurs et jusqu’à ses voitures par les sieurs Ruffain et Piveron ».

21Le même jour, les ambassadeurs se rendent à l’hôtel de ville pour une seconde rencontre : à la descente

« de leur carosse, M. le maire et le surplus de MM les ont recus à l’entrée de la salle du conseil, ils ont été placés sur le banc de M. le maire, la compagnie sur le banc droit et les interpretes et autres personnes de leur suite et citoyens sur le banc gauche et ils ont été reconduits dans le même ordre que cy dessus ».

22Dans l’après-midi, accompagnés par la maréchaussée, municipalité et intendant accompagnent les ambassadeurs indiens dans leur promenade afin de « leur faire voir ce qui pouroit les intéresser » : on se rendit en carrosse à Marmoutier. Les ambassadeurs purent reprendre leur route le lendemain, dûment escortés par les édiles.

  • 22 E. de Haynin, Louis de Rohan. Le cardinal « collier », 1997.

23Tout aussi intéressante, mais nécessairement plus discrète, fut la rencontre entre la municipalité et le cardinal de Rohan pendant son séjour forcé en Touraine22. Impliqué dans l’affaire dite du « collier de la reine », le prélat avait été arrêté le 15 août 1785, puis exilé à l’abbaye de la Chaise-Dieu en juin de l’année suivante. Le climat et l’éloignement de toute attraction mondaine ayant ruiné son physique et son moral, le cardinal obtint un adoucissement de sa peine. En octobre 1786, il est autorisé à quitter la Chaise-Dieu et à se rendre à l’abbaye de Marmoutier, où il est reçu en invité. Il fait son entrée incognito à Tours le 13 octobre, accompagné de son secrétaire, Ramond de Carbonnières, et de Jules de Rohan-Rochefort, qu’il considère comme son héritier à l’évêché de Strasbourg. La réception officielle, organisée par les moines, a lieu le dimanche suivant. Pendant plus de deux ans, le cardinal mène à Marmoutier une vie calme sinon ennuyeuse, dans une région au climat plus clément que les hauts plateaux du Velay et qui offre quelques occasions de rencontre. De temps à autre, il se rend à Tours ou dans quelque famille importante des environs ; chez Châtelet Dupuy, par exemple. Le 25 décembre 1788 enfin, il est autorisé à retourner dans sa principauté alsacienne. Son départ ayant été fixé au 7 janvier 1789, une délégation du corps de ville se rend à Marmoutier, le 31 décembre précédent, pour

« complimenter monseigneur le cardinal quoi qu’elle ne put rendre hommage à la justice du roi, sur l’entière liberté qu’il avoit rendue à mond[it]. sr. le Cardinal, ni participer en cela à l’allégresse publique, sans être vivement pénétré de la perte qu’elle alloit faire, elle le suplioit cependant d’être persuadé de toutte la part qu’elle prenoit à cet événement »

  • 23 Idem.

24et le remercie de tous les « bienfaits […qu’il] s’est plu à répendre pendant son séjour » (on ignore lesquels). L’ecclésiastique leur répondit « par beaucoup d’honnêtetés », disant notamment être reconnaissant « de tous les services que luy avoit rendu la ville ». Si les registres de délibérations restent muets à la date du 7 janvier, le départ du prélat est l’occasion de longs poèmes ou pièces en prose de plus ou moins bonne qualité, la plupart dus à l’oratorien Ysabeau. Celui-ci raconte dans une « variété » l’histoire de ce vieillard misérable, pleurant et désespéré, qui confie n’avoir eu dans sa vie que deux années de félicité, celles passées à Marmoutier. Ysabeau évoque ainsi le départ du cardinal, qu’il présente comme un vieillard : « [Il] frémit, ses genoux chancelant ; il tombe et levant au ciel ses mains décharnées et ses yeux humides : “Dieu ! s’écrit-il, jamais la prière de l’indigent ne manqua de pénétrer jusqu’à toi ! Que toutes les bénédictions tombent sur la tête de mon bienfaiteur et de son illustre famille.”23 »

Les fêtes royales

  • 24 La cérémonie peut être ordonnée des semaines après l’événement concerné. Ainsi, si les édiles appr (...)
  • 25 Les services funèbres concernent le Dauphin (1766), la reine Marie Leszczynska (1768), Madame de B (...)
  • 26 La cérémonie honorant la mémoire de l’abbesse de Beaumont a été organisée par les religieuses de c (...)

25La soumission de la cité au souverain est bien évidemment réaffirmée lors des fêtes données en l’honneur du roi. Entre 1765 et 1789, la Ville organise quatorze de ces cérémonies importantes, préparées sur ordre royal24 : sept services funèbres, trois Te Deum chantés à l’occasion de naissances royales, autant pour des victoires militaires, et enfin la célébration du sacre de Louis XVI25. Les édiles participent aussi à des fêtes organisées sur initiative privée26 : dans ce cas, ils acceptent de paraître, mais, pour donner moins d’importance à ces rendez-vous, ne revêtent pas leurs « habits de cérémonie » et ne se font pas précéder par leurs clercs et sergents.

  • 27 Les cérémonies moins prestigieuses ont lieu en l’abbaye de Beaumont, en l’église du collège ou à S (...)
  • 28 Par exemple, une seule compagnie est mobilisée pour célébrer la victoire de Yorktown, contre six p (...)

26Les grandes cérémonies ordonnées par le roi sont organisées conjointement par les édiles et le chapitre cathédral ; elles se tiennent à Saint-Gatien, « principale église » de Tours27. Le corpsde ville attend la visite officielledes chanoines avant de prendre des dispositions, dont la nature change selon qu’il s’agit de funérailles ou d’un Te Deum célébrant des nouvelles heureuses : dans le premier cas, on prévoit une oraison funèbre ; dans le second, on organise un cortège suivi d’un feu de joie. Le chapitre est naturellement compétent dans le domaine religieux, mais il lui revient aussi de lancer les invitations. La municipalité se charge de préparer la cité : elle ordonne aux habitants de parer les rues, convoque son canonnier et, selon les circonstances, fait tendre de noir les entrées de la cathédrale ou préparer un feu de joie place d’Aumont. Pour finir, elle organise le cortège dans lequel elle doit prendre place et convoque ses escortes habituelles – clercs, sergents de ville, officiers de bourgeoisie et sergents de bande, dont le nombre varie en fonction de l’hommage à rendre28.

  • 29 AMT, BB 74 et BB 75.

27Le plus imposant des services funèbres se tient en l’honneur de Louis XV, le 27 juillet 1774. Pourtant, malgré son importance, cette cérémonie a failli ne pas avoir la solennité attendue par les autorités municipales. En effet, pendant que celles-ci prennent les dispositions habituelles pour préparer la cité, elles apprennent que le chapitre cathédral a pris beaucoup de retard dans l’organisation du service : on est donc contraint de le repousser de quinze jours29. Par ailleurs, le chapitre décide, par souci d’économie, de ne pas inviter les représentants de la haute noblesse et d’autres « personnes d’un rang distingué qui se trouvent aux environs de la ville », ce qui provoque un afflux de plaintes de leur part sur le bureau du maire. Pour calmer les esprits, les édiles prennent sur eux de faire imprimer 600 billets et de les porter à tous les corps qui avaient fait savoir leur désir d’assister à la cérémonie. Apprenant par ailleurs que monsieur de Rohan était « désireux d’assister au service à condition que le corps de ville l’invite », les officiers municipaux lui dépêchent deux des leurs, en habits et en carrosse, précédés de clercs et sergents. Et, afin de ne froisser personne, ils leur demandent aussi de se rendre dans les différents châteaux de Touraine pour inviter le duc et la duchesse de Choiseul et « leur compagnie », le duc d’Aiguillon et son épouse, le prince et les princesses de Montbazon, le duc et la duchesse de Rohan, ainsi que l’intendant et son épouse. Pendant ce temps, la cathédrale est parée avec soin, aux frais de la Ville. Son entrée est tendue de drap noir parsemé d’écussons dorés, la nef tapissée d’une double rangée de drap noir portant 60 écussons, les uns ornés des armes de France, les autres frappés d’une main de justice, d’un sceptre et d’une couronne. Enfin, la chaire, les murs et le sol du chœur sont revêtus de drap noir rehaussé de 126 écussons placés « en échiquier ». À la croisée du transept, on érige un « catafalque » ou « mosolet », composé de six rangs de gradins surmontés d’un dais, le tout orné de 110 cierges, d’une main de justice, d’un sceptre et d’une couronne, ceint de crêpe noir et décoré d’écussons de papier. Le luminaire, également paré d’écussons frappés des attributs de la royauté, est fourni par les églises de la ville, auxquelles la municipalité a promis de faire garder leur trésor par les officiers de la milice. Elle convoque en effet ces derniers pour garder l’église, mais également patrouiller dans les rues en compagnie de la maréchaussée et des soldats du régiment de Tournai. Enfin, la veille de la cérémonie, la municipalité avertit la population en faisant tirer le canon toutes les heures entre midi et huit heures du soir.

28Au matin du 27 juillet, de nouveaux coups de canon retentissent entre six et dix heures pour signaler le début de l’office. Les habitants ferment leurs boutiques, tandis que le corps de ville se rend à Saint-Gatien par les rues de la Scellerie et de Saint-Maurice, accompagné de son escorte traditionnelle. Deux chanoines l’accueillent et le conduisent à sa place habituelle, les « stalles hautes à gauche », les officiers de la milice, les clercs et sergents de ville étant installés sur des bancs « au bas de la compagnie ». Rattier et son commis, aidés de sergents de bande, ont pour mission d’accueillir et de placer les personnalités selon un ordonnancement précis, convenu avec le chapitre cathédral dans le but de prévenir les querelles de préséance. Les gens de rang supérieur sont installés dans le chœur, tandis que ceux de moindre importance prennent place dans les chapelles latérales et que le public s’entasse dans la nef, sur des chaises et des bancs fournis gracieusement par le chapitre. Les officiers de bourgeoisie montent la garde, les uns groupés autour du catafalque, les autres le long de la nef, répartis sur « deux rangées ». La messe est célébrée par l’archevêque, entouré de sept enfants de chœur tenant en main le cierge fourni par la Ville, tandis que tonnent les coups de canon, dont le rythme a été accéléré à un tir tous les quarts d’heure.

  • 30 La pratique des feux de joie était ancienne : au Moyen Âge, ils étaient allumés carroi de Beaune. (...)

29La plupart des Te Deum de la période sont organisés de la même façon, à quelques détails près. La municipalité invite les habitants logeant le long du parcours à « illuminer » leurs façades (elle-même donne l’exemple en faisant éclairer « de manière élégante » la porte de l’hôtel de ville) et exige que les rues soient « nettoyées et dégagées de tout matériau ou immondices ». Le jour de la cérémonie, des coups de canons retentissent pendant que le cortège se rend à Saint-Gatien pour entendre la messe. De là, il se dirige, par les rues de la Scellerie et de la Guerche puis le cloître Saint-Martin, vers la place d’Aumont, où un feu de joie a été préparé. À partir de 1778, c’est-à-dire peu de temps avant l’achèvement des grands travaux de la rue Royale et du pont neuf, le feu de joie est installé place Royale30. Au lieu dit, les autorités municipales, auxquelles se joint éventuellement l’intendant, font trois fois le tour du bûcher avant de l’allumer. La cérémonie prend fin avec un défilé des compagnies bourgeoises devant l’hôtel de ville, en présence des édiles.

30Toutes les cérémonies officielles se terminent par la rédaction soignée de procès-verbaux. Adressés aux autorités royales, ces documents permettent de prouver l’obéissance des édiles aux ordres du roi. À partir de 1779, ils s’enrichissent notablement de détails dus à la plume du nouveau secrétaire greffier, Jean-Louis Jacquet Delahaye. Ce dernier se plaît désormais à noter la présence « d’une affluance de peuple criant “vive le roi” et empressé d’obéir aux ordres du roi » ou « d’une affluance prodigieuse de peuple témoignant l’allégresse et la joie la plus vive ». Cette emphase est sans doute moins le signe d’une présence spontanée plus nombreuse de la population que de la volonté des administrateurs de flatter les autorités.

31À côté de ces cérémonies organisées sur ordre du roi, quelques fêtes d’initiative locale ont eu lieu. Elles permettent sans doute mieux de mesurer l’attachement des Tourangeaux à la monarchie.

  • 31 La seule exception à cette règle est l’hommage rendu en l’honneur de la reine Marie Leszczynska : (...)
  • 32 Lorsque le corps de ville se rend aux cérémonies organisées par le chapitre Saint-Martin, il leur (...)

32Dans les faits, deux corps prennent la peine, à la fin du xviiie siècle, d’ordonner des cérémonies en l’honneur du roi, de sa famille ou de ses représentants : le corps de ville et le chapitre de Saint-Martin. Ce dernier organise en fait systématiquement, à quelques jours d’intervalle31, une réplique des célébrations effectuées à Saint-Gatien, voulant par là affirmer son rang. L’invitation martinienne suit un protocole précis : les bâtonniers du chapitre, « portant robe et baleines en main en signe de cérémonie », sont délégués auprès des officiers municipaux pour les inviter. Ceux-ci répondent qu’ils acceptent l’invitation et annoncent qu’ils s’y rendront revêtus de leurs habits et précédés de leurs clercs et sergents. Toutefois, les registres ne détaillent jamais ces offices, célébrés avec moins d’éclat que ceux qui se déroulent à la cathédrale32, la compagnie se contentant d’affirmer qu’elle « a assisté dans les stales hautes à gauche à Saint-Martin à la grand messe, en habit, précédée des clercs et sergents ».

33Le corps de ville lui-même a pris quelques initiatives en ce domaine, toujours en respectant le rituel des fêtes publiques. Retenons à ce propos le double hommage qu’il a rendu au duc de Choiseul, le 14 mai 1785 en s’imposant à Amboise aux obsèques officielles de l’ancien ministre, et, le 8 juin, en organisant une cérémonie particulière à Saint-Gatien. Le décès du gouverneur, survenu à Paris le 8 mai, est connu à Tours deux jours plus tard. Le 12 mai, la dépouille du défunt est transférée à Chanteloup, escortée par des familiers et des amis : le prince Joseph de Monaco, le nouveau duc de Choiseul, le comte de Choiseul La Baume et le chevalier de Castellane. Désireux de rendre un dernier hommage à celui qui avait été un protecteur attentionné et efficace, le corps de ville tourangeau dépêche à Amboise une délégation de quatre membres. Ces derniers prennent langue avec un certain abbé Renault, chanoine de Saint-Gatien et secrétaire de l’archevêque, pour connaître l’heure et le lieu précis des obsèques, auxquelles ils ne sont pas officiellement invités : au matin du 14 mai, leur indicateur leur apprend que le service aura lieu le jour même en l’église Saint-Denis, à 11 heures. En attendant l’office, la délégation ose se rendre à Chanteloup, où elle a le plaisir d’être reçue par le duc de Choiseul, le prince de Monaco, le comte de La Baume et le chevalier de Castellane, auxquels le maire présente un « compliment ». La famille du défunt lui répond « avec autant de bonté que d’attendrissement », l’invite à dîner et, suprême honneur, lui permet de se joindre au cortège qui va à l’église.

34Là, nos délégués ont la fierté d’être remarqués :

« [Q]uoiqu’ils eussent été prévenus par M. le duc de Choiseul qu’il leur avoit fait garder des places de distinction, [ils] ont cru devoir se placer sans rang sur des chaises au bas de l’Eglise […], mais M. le duc de Choiseul s’étant apperçu qu’ils n’avoient pas suivy la famille dans le chœur et les ayant fait inviter par M. Debeaucousin, chevallier de l’ordre Royal et militaire de St-Louis et Capitaine des gardes de feu M. le Duc revêtu de son grand uniforme, d’aller prendre place dans le chœur, ils ont cru devoir se rendre à cette invitation et ont été placés sur quatre chaises dans le sanctuaire de l’Eglise qui avait été réservé pour le chapitre noble de la ville d’Amboise, les ecclésiastiques, religieux et personnes de considération qui se sont trouvés à la cérémonie à laquelle ont assisté, outre tous les corps ecclésiastiques, civils et militaires de la ville d’Amboise et de toutes les personnes de distinction de la même ville et des environs, MM les officiers du régiment de Salis en garnison en cette ville, un grand nombre de brigade [sic] de maréchaussée, M. le prévôt général de Touraine et lieutenant de la ville de Tours et sous-lieutenant des villes de Tours et Amboise, à la tête tant les officiers et milice bourgeoise de laditte ville, que les gardes de M. le gouverneur y ont également assisté en assés grand nombre et une foule considérable de peuple et personnes de tous états tant de la ville de Tours que de celle d’Amboise et des environs […]. »

35Après quoi, les délégués sont autorisés à se rendre au grand cimetière, à la suite de la famille et à son invitation, pour bénir le corps immédiatement après le duc et les autres parents : « Partout ils ont remarqué les témoignages de la plus profonde douleur et les regrets les plus vifs du peuple de deux villes comblées des bienfaits de M. le duc. » La journée se termine à Chanteloup, où nos édiles « ont eu l’honneur de dîner et reçu les marques les plus signalées de bonté et de distinction ».

  • 33 Cf. chap. viii.
  • 34 AMT, BB 80, 12 mai-10 juin 1785 et ADIL, G 660.

36En décidant de célébrer officiellement, à quelques jours de là, la mémoire du gouverneur, la Ville témoigne de sa soumission et des liens qui l’attachent à lui. En accord avec l’un des parents du défunt, le maréchal de Stainville, elle fixe au 8 juin un service funèbre solennel. Elle retient Saint-Gatien comme cadre de la cérémonie, dont elle soigne les moindres détails, l’ordonnancement rappelant celui du service organisé en l’honneur de Louis XV. Elle invite les parents, les amis les plus proches du défunt, mais aussi tous les « citoyens [sic][] autant que pourra ». Elle fait tendre de noir l’entrée de l’hôtel du gouvernement et de l’hôtel de ville et apprêter l’intérieur de la cathédrale : on érige dans la nef un catafalque à six gradins orné de 144 cierges de cire blanche frappés aux écussons du duc ; on place au-dessus un chevalet orné d’écussons portant une couronne ducale couverte d’un crêpe noir, une épée et les cordons des ordres du Saint-Esprit, de la Toison d’or et de Saint-Louis. Le tout est surmonté d’un dais suspendu à la voûte, auquel sont attachés quatre rideaux dont les extrémités sont relevées et attachées aux piliers voisins. La veille de la cérémonie, on fait tirer le canon toutes les heures, entre midi et vingt heures, et sonner les cloches entre dix-neuf et vingt heures. Le lendemain matin, de nouveaux coups de canon sont tirés, de six à dix heures, pendant que le corps de ville, précédé de son escorte habituelle et revêtu de marques de deuil, se rend à Saint-Gatien, prenant soin de passer devant l’hôtel du gouvernement. À la cathédrale, il s’installe à sa place accoutumée, les autres personnalités prenant place selon leur rang « commodement et sans confusion » : la présence de nombreux corps civils et religieux atteste de l’importance de la cérémonie. Une fois la messe terminée, le chapitre prononce des prières autour du catafalque, pendant que les présents bénissent le « corps [sic] » à la suite de l’échevinage, qui s’est rangé « près du catafalque pour saluer les compagnies qui se sont présentées pour donner l’eau bénite ». Au terme de la cérémonie, les édiles se rendent à l’hôtel de ville pour dresser le procès-verbal : ils empruntent la rue de la Scellerie, puis celle de Choiseul (nom donné dès 1778 à l’un des trois tronçons de la nouvelle rue récemment achevée33), au son des tambours, escortés par les compagnies de bourgeoisie « ayant les armes hautes ». Deux jours plus tard, la municipalité assiste à une cérémonie semblable organisée par le chapitre de Saint-Martin. Par la multiplication des cérémonies auxquelles il assista ou qu’il organisa, comme par le lustre qu’il leur donna, le corps de ville soulignait l’attachement et la reconnaissance toute particulière qu’il éprouvait pour Choiseul34.

37Les fêtes officielles et les honneurs rendus aux proches du monarque sont autant d’occasions de resserrer les liens entre les autorités locales et le pouvoir royal, mais aussi de réaffirmer la soumission d’une ville qui n’a cessé de mettre en avant sa tradition de fidélité aux rois de France. L’attachement aux usages du passé, bien caractéristique de cette époque, n’a pas empêché l’introduction de certaines innovations, telle celle introduite par Du Cluzel, désireux de rendre moins formalistes ses relations avec la Ville. On peut y voir l’expression locale d’une nouvelle manière d’appréhender les rapports de travail entre le pouvoir central et les autorités locales, à l’image de ce qu’avait voulu instaurer L’Averdy par sa réforme municipale. Ce dernier avait vraisemblablement en vue une diversification des contributions municipales à la politique royale, lesquelles se limitaient encore essentiellement à une aide militaire et fiscale.

L’alourdissement de l’aide militaire

38Sous l’Ancien Régime, les secours apportés au roi en matière militaire revêtaient deux formes principales : la fourniture d’hommes dans le cadre de la milice provinciale et l’hébergement de soldats. Si la première tâche devint vite routinière, la seconde fut longtemps lourde et contraignante pour une cité déjà fortement endettée. Au cours de la décennie 1780 toutefois, des changements d’organisation allégèrent progressivement la charge municipale et son poids financier.

Fournir des miliciens : un complément militaire indispensable

  • 35 Les hommes ainsi recrutés représentent 46 % des soldats durant la guerre de Succession d’Espagne, (...)

39La milice provinciale était une armée de seconde ligne destinée à soutenir l’armée active. Créée par Louis XIV pour les deux dernières guerres de son règne, supprimée en 1713, elle est rétablie en 1726. Cette réserve de 60 000 hommes voit toutefois son importance diminuer progressivement au sein de l’armée royale35. Après la signature de la paix en 1763, ces bataillons sont relégués à une place secondaire, tandis que les ministres hésitent sur l’avenir à leur donner : Choiseul leur porte peu d’intérêt ; Monteynard les transforme en régiments provinciaux en août 1771. Rétablie par l’ordonnance du 1er décembre 1774, la milice est supprimée en décembre 1775 par Saint-Germain. Elle est réactivée en 1778 par Montbarrey pour participer à la guerre d’Amérique.

  • 36 AMT, série BB, EE 10 et ADIL, C 48.

40Les autorités locales étaient responsables de la levée effective des miliciens, sous le contrôle de l’intendant. Chaque année, ce dernier avertissait du nombre d’hommes à fournir et en répartissait la charge sur l’ensemble des paroisses : pendant une vingtaine d’années toutefois, le poids fut essentiellement supporté par les ruraux. Une décision gouvernementale, prise en octobre 1742 pour rééquilibrer la situation en imposant cette charge aussi aux citadins, provoqua des émeutes à Sens, à Domfront mais aussi à Tours. En 1744, une autre disposition apaisa les tensions : toutes les villes obtinrent de pouvoir compléter les bataillons en payant des remplaçants. La mesure mit aussitôt fin aux troubles qui avaient éclaté à Tours : confirmée tous les ans par les intendants, elle y fut maintenue pendant près d’un quart de siècle36.

41Ce régime de faveur prend fin en 1766 : désormais, le corps de ville doit s’efforcer d’appliquer les décisions ministérielles, même si, peinant à suivre les fluctuations de ces directives, il les applique avec un décalage notable et un certain flottement ; ainsi, l’ordonnance royale de décembre 1774 ne sera appliquée qu’en 1775, et la levée sera maintenue sans interruption jusqu’en 1789, sans tenir compte de la décision de Saint-Germain.

42En effet, peu de temps après son installation, Du Cluzel met fin au régime de faveur dont Tours avait bénéficié depuis 1744, c’est-à-dire l’autorisation de compléter les bataillons en payant des remplaçants. Édiles et citadins s’inclinent sans protester, mais obtiennent que la levée soit effectuée à une date fixe dans l’année, en mars et, surtout, qu’on accepte les remplacements par des volontaires ; ceux-ci seraient payés par les cotisations de ceux qui échapperaient ainsi au tirage. En 1767, la Ville procède de cette façon pour fournir les 35 miliciens demandés, pour lesquels ont été récoltées 2 720 L.

43Dès l’année suivante, les édiles abandonnent cette façon de procéder en raison de la difficulté à faire rentrer la taxe de remplacement. En 1768, ils adoptent une nouvelle méthode qui sera suivie désormais jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

  • 37 Tours doit fournir 35 hommes en 1767, 24 en 1768 et 27 en 1769. En 1775, elle en procure 24, puis (...)

44Chaque année, quelques jours après la réception de l’ordonnance de l’intendant indiquant le nombre de miliciens à fournir37, en décembre ou janvier, la municipalité convoque tous les célibataires ou veufs de 18 à 40 ans, dont elle connaît le nombre approximatif grâce au recensement effectué par les officiers de la milice bourgeoise. Elle invite d’autre part ceux qui souhaitent obtenir un substitut à verser 6 L à son receveur pour « acheter et équiper » les remplaçants. Ce tarif, qui correspondait au taux le plus bas pratiqué dans les villages d’Île-de-France, n’empêchait pas des dons plus conséquents : Jean Cartier-Aubin, dit Cartier l’aîné, capitaine du Grand Quartier de La Riche, versa 300 L pour voir son fils échapper à la milice. D’autres Tourangeaux, moins fortunés, essayent de se soustraire au tirage en s’exilant volontairement : en 1769, le corps de ville, inquiet du nombre grandissant de ces départs, fait surveiller de plus près les hommes susceptibles d’être tirés au sort. Malgré ces exemples extrêmes, le système instauré est relativement souple et connaît un succès croissant : Rattier, le receveur municipal chargé de récupérer l’argent, récolte un nombre grandissant de cotisations, dont le total est suffisant pour couvrir les dépenses. Après la faillite du receveur, la caisse des volontaires est confiée à l’échevin André Jérôme Simon-Roze ; toujours bénéficiaire, elle dégage en 1780 un excédent de 10874 L et de plus de 5 000 L en 1788. Cet argent sert souvent à combler les déficits du corps de ville : en 1776, celui-ci n’hésite pas à y puiser les fonds nécessaires à l’achat de blé destiné à la population.

  • 38 De 1776 à 1780, le commissaire départi confia cette tâche à l’un de ses subdélégués, Picault. Haut (...)

45En février, mars ou avril, à une date fixée par l’intendant en accord avec la municipalité38, le tirage au sort est organisé. Les opérations, qui s’étalent en moyenne sur trois jours, se déroulent en suivant un rituel bien rodé. Le premier jour, les hommes sont rassemblés tôt le matin, à la porte de leur capitaine de bourgeoisie, et conduits à l’hôtel de ville. Là, un officier municipal, jusqu’en 1777, puis le subdélégué après cette date, les passe en revue, examine leurs aptitudes physiques et prend connaissance des certificats présentés par ceux qui aspirent à être exemptés. Ce travail est facilité par l’ordonnance du 1er décembre 1774, qui, tout en étant plus sévère sur certains points – elle stipule que tout absent peut être considéré comme « milicien de droit » –, clarifie les règles d’exemption, afin de mettre un terme à des démarches particulières souvent sources de traitement inégal. Cela n’empêche pas les édiles de tenter, comme avant, de faire dispenser leurs fils. Les deux jours suivants sont consacrés au tirage proprement dit. Les compagnies de la milice bourgeoise présentent à tour de rôle les jeunes gens de leur ressort, par groupes de trois ou quatre. Chacun tire un papier d’un chapeau et celui qui tombe sur un des « billets noirs » – c’est-à-dire portant le mot « milicien » – doit se tenir prêt à partir. Entre 1775 et 1788, la municipalité, qui avait à fournir une moyenne de 14 miliciens, réunit chaque année entre 397 et 718 hommes répondant aux critères de sélection. On profitait de ces opérations pour passer en revue les miliciens désignés les années précédentes et remplacer les manquants : en 1769, sur 27 miliciens tirés l’année d’avant, 15 étaient portés absents, décédés, partis ou enrôlés comme soldats. Le 5 mars 1771, 47 seulement des 85 levés en 1767-1769 se présentèrent.

  • 39 Cette décision avait été prise après que l’intendant avait fait remarquer la médiocrité des derniè (...)

46Restait à trouver les « volontaires », les « hommes de bonne volonté » qui devaient remplacer ceux qui avaient payé pour échapper à la milice. Pendant quelque temps, les officiers municipaux se chargent de les recruter eux-mêmes. Mais en 1775, ils s’adjoignent les services de Thomas Greslé, chevalier de Saint-Louis et lieutenant des grenadiers royaux du bataillon de camp des milices de la province de Tours39. Les volontaires trouvés devaient signer un contrat par lequel ils s’engageaient, en échange d’émoluments conséquents – 100 L –, à ne pas quitter la cité : la promesse n’a pas toujours été tenue.

47À la fin de l’Ancien Régime, le corps de ville est également amené à seconder l’État en matière de recrutement d’hommes pour la marine royale. Par son ordonnance du 12 juin 1780, le roi exige des généralités bordant la Loire et ses affluents, de Nantes à Orléans, qu’elles fournissent des marins destinés à servir sur les bateaux de guerre. Cette année-là, l’opération est organisée à Tours le 31 août, près de Marmoutier. Satisfaisant aux recommandations de l’intendant de la marine de Rochefort, venu en personne, le corps de ville réunit tous les bateliers et pêcheurs âgés de 18 à 40 ans de la ville et ses faubourgs : 125 répondirent présent, dont plus de la moitié habitaient dans le ressort de la compagnie bourgeoise du Petit Quartier de La Riche. Une seconde levée est organisée en 1781, pour laquelle 67 mariniers se présentèrent, puis une troisième le 10 avril 1782, au cours de laquelle on recruta 12 volontaires. Ceux-ci pouvaient prétendre à plusieurs privilèges : l’exemption du logement des gens de guerre, celle du tirage de la milice, de la corvée des grands chemins, des collectes et la suspension des poursuites pour dettes. En échange de leurs services, le roi leur accordait une demi-solde et des récompenses.

Le logement des troupes : une charge fastidieuse

  • 40 L’ustensile était un impôt payé par les habitants : il consistait à fournir aux soldats » une plac (...)
  • 41 AMT, série BB, EE 10 et EE 11 ; ADIL, C 27 et C 66.
  • 42 Les édiles avaient déjà une part active à jouer dans l’intendance militaire, puisqu’une ordonnance (...)

48Une autre contribution importante apportée par la Ville à la monarchie en matière militaire est le logement des troupes royales. La pratique qui consiste à placer chez l’habitant les gens de guerre de passage ou en quartiers d’hiver est traditionnelle sous l’Ancien Régime : elle portait le nom d’ » ustensile40 ». Il est malaisé de connaître le rythme des passages et le nombre des soldats accueillis à Tours pour la période étudiée, tant les sources sont peu précises à ce sujet41. Plusieurs indices tendent néanmoins à démontrer que ces soldats étaient fort nombreux et que leur nombre a augmenté, notamment après l’achèvement de la nouvelle route menant de Paris en Espagne. En 1782, les édiles estiment à 8 000 le nombre de ces hommes qu’il a fallu héberger, officiers et agents recruteurs compris. À ce poids grandissant s’ajoute bientôt une nouvelle charge due aux réformes militaires de 1768, qui consistent, entre autres choses, à transférer aux officiers municipaux une partie du ravitaillement des troupes et du transport des bagages militaires, travail jusque-là assuré par les services de l’intendance militaire42.

  • 43 AMT, BB 78, 7 mars 1781.

49Pour faire face à ces exigences royales, le corps de ville met vite au point une organisation destinée à accueillir au mieux les soldats dans la ville. En effet, si le logement effectif des gens de guerre retombe essentiellement sur les habitants, le travail des édiles n’en est pas moins réel, compliqué et fastidieux. Ceci était d’autant plus vrai que les officiers municipaux étaient prévenus par l’intendant peu de temps avant l’arrivée des troupes, qui pouvait se faire à toute heure, de jour comme de nuit. Lorsque cela est possible, le corps de ville informe les habitants de la venue imminente des soldats par des affiches et des battements de « caisse ». À l’arrivée des militaires, il est convenu que ceux-ci se rassemblent à la porte de l’hôtel de ville, où un officier municipal procède à leur comptage avant de remettre à chacun un billet de logement. Ces billets indiquent précisément le nom et l’adresse du logeur auquel le soldat doit se présenter. L’habitant est toutefois autorisé à ne pas recevoir le militaire, à condition de lui verser une petite somme d’argent, « l’étape ». Dans ce cas, le militaire doit trouver un gîte par ses propres moyens, dans une auberge par exemple, dont le tenancier touche 5 sols par jour et par homme. Afin d’éviter qu’un soldat ne réclame l’étape à plusieurs habitants, les édiles mettent au point, en 1781, un nouveau type de billet comportant deux volets, dont l’un est conservé par le logeur et l’autre remis au soldat43.

  • 44 Voir en annexe IX la carte établie à partir de ces données conservées aux AMT, BB 9.
  • 45 AMT, EE 13.
  • 46 Il s’agissait des trois accoucheuses de la ville, des maîtres d’école paroissiale, des professeurs (...)

50Les édiles essaient autant que possible de concentrer les hommes de guerre sur le territoire de quelques compagnies bourgeoises seulement, afin de mieux les surveiller et surtout de faire tourner la charge entre les quartiers. Ce souci est d’autant plus essentiel qu’une moitié des habitants (51 %) ne sont pas sujets au logement des gens de guerre. C’est ce qui ressort de l’enquête fort précieuse, menée en 1781 auprès de 6513 foyers44 par le corps de ville, désireux de « connoître le nombre des privilégiés de cette ville […] ensemble le nombre des habitants qui sont en état de loger des gens de guerre et ceux qui sont absolument hors d’état de supporter le logement45 ». Deux groupes d’habitants échappent au logement des gens de guerre : les pauvres d’une part (33 % des foyers) et les privilégiés d’autre part. Les feux de ce second groupe (18 % du total) sont exemptés en raison de l’état du chef de famille : il s’agit des nobles, des ecclésiastiques, des officiers des grandes juridictions, des membres du corps de ville, des officiers de la milice bourgeoise (ils sont alors 192), mais aussi de 115 personnes exerçant, pour la plupart, des fonctions, parfois modestes, liées au « service public46 ». Les compagnies Colonelle, de la Porte Saint-Simple et de la Porte Neuve regroupent à elles seules plus de la moitié des privilégiés. Le quartier de la Porte Saint-Simple, qui comprenait notamment l’espace du cloître de Saint-Martin et où résidaient beaucoup de familles de la bonne société, compte près de 30 % de privilégiés. Pour des raisons inverses, plus de la moitié (52 %) des familles de Saint-Pierre-des-Corps sont hors d’état d’accueillir des soldats.

  • 47 La Ville leur confie en effet de nombreux travaux d’écriture, la confection des rôles des habitant (...)

51Quelle que soit l’époque, le privilège de l’exemption du logement des gens de guerre est fort recherché. Il l’est davantage encore après la promulgation, le 1er mars 1768, d’une ordonnance royale qui, tout en fixant avec précision les catégories exemptées, en réduit considérablement le nombre. Le corps de ville, satisfait de cette mesure, est par ailleurs soulagé d’apprendre que seul l’intendant peut désormais statuer sur les demandes de dispense, la Ville se contentant de donner un avis consultatif. En règle générale, le commissaire départi suit cet avis lorsqu’il s’agit de pauvres. Il est en revanche plus réticent lorsque le corps de ville décide de maintenir le privilège pour les 36 officiers et caporaux de la milice bourgeoise, pourtant exclus par l’ordonnance. À l’intendant qui s’étonne d’une telle complaisance, la Ville répond vouloir ainsi récompenser des auxiliaires administratifs précieux, qui participent « à l’administration et [à la] chose publique47 pour lesquelles ils n’ont comme récompense que cette exemption ». Pour défendre son choix, elle ajoute que cette exemption « excite sans doute la jalousie de citoyens aisés ou oisifs qui ne travaillent que pour eux sans rien faire, envient le mince privilège dont [ces officiers] jouissent ». Le commissaire départi prend acte de ces arguments et entérine la décision municipale.

  • 48 À cette époque, l’habitant payait 3 L par jour pour un capitaine, 1 L pour un cavalier.
  • 49 AMT, EE 11 et EE 12.

52Comme dans les autres villes du royaume, les Tourangeaux ont cherché à échapper au logement des gens de guerre : certains, on l’a vu, préfèrent verser « l’étape » aux militaires plutôt que les loger effectivement. De son côté, le corps de ville avait permis depuis longtemps aux femmes seules, veuves et filles d’échapper à cette corvée. Contre versement par les femmes du prix de la chambre, les édiles se chargeaient de contacter des aubergistes qui consentiraient à loger les soldats. Au fil du temps, les officiers municipaux avaient de plus en plus toléré cette pratique au profit des hommes, de sorte qu’à la fin de la décennie 1770, elle était devenue « par abus un moyen dont se sont servis les bourgeois les plus aisés pour se soustraire au logement48 ». Ils tentèrent alors d’en limiter l’usage. Sans l’interdire totalement, ils refusèrent désormais de servir d’intermédiaires et prièrent les habitants de composer par eux-mêmes avec les aubergistes, réservant, comme auparavant, leurs services aux femmes isolées. Malgré cela, la coutume subsista et la Ville logeait encore en 1782 et 1783 la plupart des soldats dans des auberges49.

  • 50 Il arrivait que ce mode de logement soit utilisé pour les simples soldats, mais la pratique était (...)

53Les édiles traitent les officiers militaires différemment des simples soldats : ils les installent dans des maisons louées à quelques particuliers. En 1766, afin de loger un officier du régiment de Phifer-Suisse, ils louent pour 30 L par an au maître tailleur Étienne une maison située près de l’hôtel de la monnaie. En juillet 1788, l’intendant d’Aine demande à la Ville d’accueillir plus convenablement les officiers du régiment de Dauphin Infanterie – les comtes de Talleyrand et de La Rochefoucault – hébergés à titre provisoire aux Barbeaux et au Faisan50.

54À la fin de l’Ancien Régime, la monarchie envisage la construction de casernes pour éviter les inconvénients d’un éparpillement des troupes, améliorer leur discipline et faciliter leur ravitaillement. Les édiles apportent là encore leur concours. En 1779, pour loger une compagnie du Royal Vaisseau, le corps de ville réquisitionne « la maison des invalides [… située] près des prisons, face aux douves du château seule propre à cet effet » et en chassent les locataires du moment. Pour ne plus avoir recours à de tels procédés à l’avenir, la municipalité fait inventorier les logements inoccupés par son concierge et ses clercs. Ceux-ci parcourent les rues et marquent à la craie le mot Caserne sur ces bâtiments, dont ils relèvent l’adresse et le nom du propriétaire dans un cahier spécial. Ces informations sont ensuite remises au sous-ingénieur des Ponts et Chaussées chargé de choisir les bâtiments les plus convenables. Malgré ces efforts, on doit continuer à loger les soldats chez l’habitant : ils ne seront casernés qu’au siècle suivant.

  • 51 AMT, EE 10, EE 11 (2e partie) et série BB.
  • 52 Lorsqu’en 1781 Séverain quitte la ville pour Chinon, le concierge municipal le remplace dans toute (...)
  • 53 Le contrat prévoyait un versement de 5 à 6 sols par homme de troupe et de 7 pour les sergents. À t (...)

55Toutefois, il y a sous l’Ancien Régime un cas de casernement réussi à Tours : celui des « recrues pour les colonies » en route pour l’île de Ré, lieu de leur rassemblement51. Pour pallier les difficultés d’enrôlement, Choiseul crée, au début de 1763, 31 régiments (ou dépôts) de recrues dans les principales villes du royaume, dont sa protégée, Tours. L’expérience fait long feu et le nombre des dépôts est bientôt ramené à quatre, situés à Saint-Denis Lyon, Toulouse et Tours. Pendant un temps, les édiles installent ces recrues chez l’habitant ou chez les aubergistes, qu’ils rétribuent à raison de 20 sols par individu logé. Puis ils décident d’obéir aux directives du ministre et de l’intendant, qui, pour mettre fin aux « désertions considérables », conseillaient l’aménagement d’ » une maison ou une grange assez spacieuse pour y reformer chaque détachement ». La Ville loue donc, en juillet 1766, un appartement assez vaste pour contenir 17 lits, situé rue des Cerisiers, « au coin de la rue du Petit Faucheux », dans la maison du marchand Olivier Brisset. De 180 L par an, le loyer est porté à 200 L en 1774. Elle veille à ce que ce logement soit entretenu, réparé au besoin et pourvu de tout le mobilier nécessaire. Pour ce faire, elle passe contrat avec le fripier Cyr Séverain : en échange de 510 L par an, ce dernier s’engage à fournir des lits, des tables et bien d’autres ustensiles encore, mais aussi à nettoyer et balayer la « caserne » après chaque départ. Le sel, le bois, les chandelles et la paille sont en revanche apportés par le concierge municipal52. L’ensemble de ces frais est avancé par le receveur municipal, qui se fait rembourser par le recruteur sur le compte du roi. En 1768, ce logement étant devenu insuffisant, la Ville loue pour 500 L par an deux maisons contiguës appartenant à l’hôpital général : situées au bout du Grand Quartier de La Riche, elles peuvent contenir jusqu’à 24 lits chacune. Plus tard encore, elle loue, toujours pour le compte du roi et pour près de 800 L par an, une autre maison située rue de la Madeleine, à proximité de la rue des Prêtres et de la place Preuilly, comprenant sept chambres et diverses annexes. Malgré le soin qu’elle met à remplir sa tâche, l’intendant décide en 1786 de procéder lui-même à l’adjudication des fournitures, essentiellement pour des raisons d’économie. Apparemment sans succès, nul ne voulant accepter un contrat très mal rémunéré53.

  • 54 On relève deux passages en mai 1770, neuf en juin, dix-huit en juillet et août, vingt en septembre (...)

56La Ville doit aussi loger des déserteurs que la maréchaussée conduit à l’île de Ré54. Malgré la contribution financière reçue du roi, elle peine à fournir aux responsables les locaux nécessaires. Elle prête un temps et fait aménager par son concierge son corps de garde et les prisons de la ville. En 1769, l’intendant suggère d’assujettir les habitants au logement. Les officiers municipaux s’y refusent un temps, au motif que la charge habituelle du logement des gens de guerre est déjà fort lourde, mais ils finissent par s’incliner après avoir constaté, à la suite de courriers échangés avec les villes de La Rochelle et d’Orléans, que les habitants y sont sujets à la même contrainte.

57La présence de soldats en ville est souvent source de troubles publics. Pour les limiter, la municipalité édicte des règles de bonne conduite, valables pour les régiments, mais aussi pour les habitants. Elle rédige à ce sujet plusieurs ordonnances qui sont soumises à l’approbation des officiers des régiments de passage, soucieux de corriger « la mauvaise opinion que peuvent avoir beaucoup de citoyens de la ville ». Un extrait du texte promulgué en décembre 1787, à l’occasion de l’arrivée du régiment de Salis, peut servir d’exemple en la matière :

  • 55 AMT, BB 81, 22 décembre 1787. Le chapitre cathédral a des soucis identiques : en juillet 1785, son (...)

« Deffenses sont faites à tous habitans et bourgeois de retenir chez eux où resserrer passé huit heures en été et quatre heures en hiver, heures auxquelles sera battue la retraite, aucuns bas officiers et soldats dudit Régiment et à tous aubergistes, caffetiers et limonadiers, de leur donner à boire où retraite passé lesd. Heures, sous telle peine qu’il appartiendra. Comme aussi de prêter auxd. bas officiers et soldats, argent où effet et faire crédit […] à moins qu’ils ne soient porteurs d’un billet de m. le major où du capitaine de la compagnie. Deffenses sont pareillement faittes à tous bourgeois, citoyens habitants, cabaretiers, aubergistes et caffetiers de donner […] à jouer à des jeux deffendus, à quelque heure que ce soit et aux jeux permis, passé les heures cy dessus indiquées. En cas de plaintes à porter contre les soldats dud. Régiment, les habitants citoyens et bourgeois pourront se transporter chez m. le commandant du Régiment ou à l’hôtel de ville pour y être pourvu [sic]55. »

58Ces règlements, affichés dans les rues et lus aux carrefours, recommandent aussi aux boulangers et aux cabaretiers de ne pas faire crédit aux soldats. Des punitions sont parfois appliquées : un cabaretier est sanctionné par l’installation d’une sentinelle à sa porte pour avoir retenu, bien après la sonnerie de la retraite et pour les faire boire, trois des soldats du régiment du Dauphin Infanterie.

  • 56 Le corps de ville fut d’autant plus sensible à la bagarre qu’elle concernait le neveu du conseille (...)

59De leur côté, les militaires sont tenus de bien se comporter. À cet égard, ni le régiment de Saintonge, arrivé fin juillet 1770, ni le Royal Vaisseau, en casernement au cours de l’hiver 1779-1780, n’ont été des modèles de bonne conduite. En 1770, le régiment de Saintonge multiplie les vexations à l’égard des habitants, mais aussi du corps de ville, et laisse le souvenir d’une bagarre mémorable. Ainsi, les officiers du régiment prétendent interdire aux édiles le droit de battre la caisse sans la permission de leur commandant. Quelques jours plus tard, on dénonce un soldat de garde placé à la porte du major et qui passe son temps à tourmenter les « habitants de la ville qui vont pour se rafraichir à la fontaine du carroi de Beaune » : il leur donne des « coups de bourrade par derrière ». Le paroxysme est atteint au cours de la journée du dimanche 16 septembre. Ce jour-là, une troupe de comédiens devait jouer le Malade imaginaire de Molière, suivi d’une « petite pièce » dont le nom ne nous est pas parvenu. L’entracte séparant les deux pièces se prolongeait exagérément, ce qui provoqua quelques réclamations de spectateurs mécontents. En fait, le retard des comédiens était dû au sans-gêne de plusieurs officiers militaires qui, installés sur la scène comme cela se faisait, échangeaient librement des propos fort bruyants. La brutale intervention d’un « grenadier de consigne [placé] à la porte intérieure du parterre » provoqua bientôt la colère générale. Le soldat, désireux de faire taire le public mécontent, « fendit la presse [la foule] et ayant aperçu un jeune homme qui ramassoit sa canne croit que le jeune homme avoit frappé de sa canne sur le plancher du parterre et [qu’il avait] dit aux comédiens de commencer ». Il se saisit de l’individu, un jeune négociant du nom de Moisant-Vidard, « ce qui causa quelques mouvements dans le parterre », tandis qu’un des officiers présent sur la scène cria « capitaine des gardes, faites votre devoir ! ». Le jeune homme fut conduit au corps de garde au milieu des vociférations de la foule, qui demanda à la police d’intervenir. Le lieutenant de police, présent au spectacle, descendit au parterre mais ne put se faire entendre, des soldats ayant fait irruption dans le théâtre « pour intimider les habitants ». Averti de ce tumulte, le corps de ville demanda le lendemain à Choiseul de faire cesser à l’avenir tout désordre « contraire à la tranquilité publique56 ».

  • 57 Dans un « traité » signé devant notaire, le boutiquier reçut 1 200 L de dommages et intérêts. L’in (...)

60Dix ans plus tard, en 1780, les soldats du Royal Vaisseau tourmentent quelque temps les habitants, avant que ceux-ci, lassés de supporter ces tracas « patiemment sans se plaindre ni au major ni à la compagnie », ne finissent par dénoncer au corps de ville les insultes et les voies de fait commises par des soldats « et même par des officiers ». C’est ainsi que deux officiers, attablés au café du sieur Le Mâle, « près des boucheries », sont accusés d’avoir blessé à la tête un perruquier qui passait en lui jetant une « pomme pourrie ». Durant la première semaine du carême, d’autres officiers ont inquiété un citoyen dans le cloître de Saint-Gatien, entre dix et onze heures du soir, en lui posant « plusieurs questions indiscrètes et [en proférant des] menaces ». Quelques jours plus tard, le boulanger Chabot a été insulté, frappé et menacé par deux officiers, tandis qu’un batelier a été battu parce que, pris de vin, « il chantait dans les rues ». Les dames sont des victimes toutes désignées pour les soldats. La « femme Barré » est maltraitée par un militaire ivre. Un jardinier est frappé par des soldats à qui il refusait sa fille : il n’a la vie sauve que par l’intervention de domestiques. Plus tard, un garçon perruquier est questionné par des soldats à la recherche de « filles ». Il leur répond « qu’il ne se mêlait point de cela » et se presse de rentrer chez son maître, le sieur Douteau. Vexés, les soldats le suivent et interpellent le boutiquier : « Je crois que ton garçon parle de nous », crient-il au commerçant. Ce dernier, un « homme extrêmement doux », répond « non monsieur » et reçoit « un violent coup de poing dans l’estomac dont il est incommodé pendant plusieurs jours ». Le corps de ville patiente bon gré mal gré quelque temps, avant que le comportement particulièrement odieux d’un officier, du nom de Collet, ne l’oblige à dénoncer le régiment et ses hommes aux ministres. Cinquante témoins viennent à l’hôtel de ville attester de la violence des propos et des actes de l’officier. Ce dernier, entré un jour dans la boutique du sieur Ratouin, rue de la Scellerie, s’était mis à le frapper violemment, apparemment sans raison. Après avoir brisé les vitrines du magasin, l’officier était sorti dans la rue et avait roué de coups un mendiant savoyard qui avait eu le tort de passer au même moment. Non content de cela, Collet avait envoyé ses soldats injurier et menacer Ratouin. Choiseul fut averti : il demanda des sanctions à l’encontre des soldats, tandis que le secrétaire d’État à la Guerre, Montbarey, exigeait du comte d’Ossun, colonel du régiment, de se rendre à Tours pour régler le différend et tenter de trouver une solution à l’amiable. L’officier fut emprisonné pendant quatre mois et mis à l’amende à hauteur de 300 L, le boutiquier indemnisé et le régiment menacé de transfert s’il ne se tenait pas correctement57.

61Les relations entre la ville et les régiments ne sont pas toujours aussi désagréables, et il arrive assez régulièrement que la municipalité fasse appel aux soldats pour ramener l’ordre ou la seconder dans d’autres circonstances. Plusieurs régiments – celui de Chartres, puis celui de « Saint Onge [sic] » à partir de 1770 – ont participé à la destruction de l’île Saint-Jacques, dont la terre, ramenée sous les remparts nord de la ville, a servi à l’aménagement de nouveaux quais. D’autres militaires ont été de précieux auxiliaires du maintien de l’ordre : le régiment de Berry intervint lors de l’émeute de février 1774, et l’on fit appel à plusieurs reprises au régiment d’Anjou pour ramener le calme en 1789. Les soldats apportèrent également leur concours lors des incendies ou des crues et n’hésitèrent pas à se cotiser pour aider les malheureux : en décembre 1788, les officiers du régiment d’Anjou offrirent 654 L pour acheter le pain nécessaire au soulagement des « pauvres de la ville ».

Un épisode exceptionnel : l’accueil des prisonniers anglais (1779)

  • 58 AMT, BB 77, juillet-août 1779. Ces Anglais ont sans doute été faits prisonniers à la Grenade le 6 (...)
  • 59 Tours avait déjà accueilli des prisonniers après la bataille de Rocroi (1643). Au xviiie siècle, e (...)

62En 1779, le ministre de la Marine, Sartine, demande à Tours d’accueillir des prisonniers anglais rassemblés en Bretagne58. Il s’agit de surveiller de plus ou moins près des officiers, des mousses, mais aussi de simples passagers civils et des domestiques – la plupart prisonniers « sur parole » –, jusqu’à ce qu’une rançon ait été payée ou qu’ils aient été échangés. La pratique n’était pas nouvelle, mais la dernière contribution tourangelle en la matière remontait à un passé assez éloigné59.

63Pour obtenir l’assentiment municipal, le ministre précise que les frais inhérents à cette garde seront pris en charge par le roi, ce qui n’était pas le cas antérieurement. Il aide également la Ville à rédiger le règlement destiné à s’assurer de la conduite des prisonniers et à « prévenir les discutions avec les citoyens [sic] ». Ce règlement, affiché dans les carrefours et lu aux prisonniers à leur arrivée, prévoit les conditions de leur accueil. Les Anglais doivent se présenter à l’hôtel de ville dans la semaine suivant leur arrivée, décliner leur identité et indiquer le nom de leur hôte. Ils sont libres d’aller et venir dans la cité, mais ne peuvent s’en éloigner de plus d’un « mile [sic] » et ne peuvent entrer dans les enclos et dans les champs « où il y a des fruits ». La municipalité les autorise toutefois à sortir de la ville, à condition qu’ils « soient porteurs d’une permission particullière, aux armes de la ville, et signée de M. le maire, où de l’un des officiers municipaux [sic] » : ces permissions ne seront « accordées qu’à la demande d’une personne connue qui répondra de la personne et de la conduitte du prisonnier ». Le port d’armes leur est interdit, sauf pour les officiers « brevetés de [Sa Majesté] britannique » et à condition qu’il ne s’agisse pas d’armes à feu. De leur côté, les citadins doivent respecter quelques consignes. Les hôtes doivent indiquer aux édiles le nom du prisonnier accueilli et signaler, dans les 24 heures, tout changement qui pourrait survenir. On défend aux cabaretiers de faire crédit aux Anglais ou de les retenir après 21 heures, à l’exception de ceux qui seraient porteurs de la permission évoquée ci-dessus. Enfin, tout habitant de la ville ou des paroisses voisines qui favorisera « directement [ou] indirectement l’évasion dedits prisonniers » sera poursuivi. À l’inverse, quiconque permettrait l’arrestation d’un évadé recevra une prime de 12 L. Cette ordonnance est une nouvelle occasion pour le lieutenant de police de se heurter aux édiles : Loiseau, froissé de ne pas avoir été contacté par le ministre, édicte le 5 août son propre règlement, où il condamne l’initiative municipale. Le Conseil du roi du 21 août annule sa décision et lui interdit de « s’immiscer dans la police des objets relatifs au service militaire ».

64Entre le début du mois de juin et la fin du mois d’août 1779, les prisonniers anglais se succèdent à Tours, par petits groupes. En juin, ils sont 50, en provenance de Dinan. Un mois plus tard, ils sont 130 et proviennent de la même ville, mais aussi de Fougères, Brest et Pontivy. Le 20 août, 21 d’entre eux arrivent de Vitré. En raison de leur nombre – plus d’un millier –, tous ne peuvent être logés chez l’habitant : début août, la municipalité en installe 700 à 800 au château, sous la garde de la milice bourgeoise, tandis qu’elle en répartit 300 chez les bourgeois.

  • 60 Désormais, ceux qui désiraient se rendre plus loin durent obtenir une autorisation spéciale de la (...)

65Malgré les mesures prises, la présence des prisonniers trouble quelque peu la tranquillité publique. Toutefois, les incidents restent limités et sont vite réglés. Quelques habitants se plaignent parfois des manquements des Anglais au règlement municipal, tel cet anonyme qui écrit ceci au corps de ville : « Sur le pas de ma porte, je vois ces sortes de gens battre le pavé, la majeure partie portant des cannes de deffense, et regardant effrontement l’habitant, même les habitantes. » Mais la conduite des Tourangeaux n’est pas non plus exemplaire. Dans la soirée du 26 au 27 septembre, le ferblantier Bedouet et trois bateliers insultent des officiers anglais rencontrés devant l’hôtel de l’intendance, « accompagnés de quelques particuliers et de dames françaises chez lesquelles ils demeurent » : « Voici des anglois, il faut les faire boire à la santé du Roy et à celle de M. le Comte d’Etain », déclarent les artisans. Joignant le geste à la parole, le ferblantier s’empare d’une bouteille et « vint aux Anglais à qui il proposa de boire ». Comme il refuse, l’officier Nicolls est pris au collet par un marinier qui lui déchire un pan de sa chemise. L’affaire en resta là, car, comme le remarquent les édiles qui relatent l’incident, « les officiers se sont comportés avec beaucoup de modération […] se sont contentés de se soustraire aux insultes et se sont retirés chez eux ». L’intendant convoque Bedouet, le sermonne et le fait accompagner par deux cavaliers de la maréchaussée chez les officiers anglais pour leur présenter ses excuses. Ceux-ci s’en « trouvent satisfaits ».Tout aussi rares, mais plus embarrassantes, sont les quelques tentatives d’évasion, comme celle que tentent en octobre trois officiers, qui prétendent se rendre à Saumur. Mis au courant de la manœuvre, les édiles exigent, dans les jours suivants, de tous les prisonniers une nouvelle promesse sur l’honneur et restreignent leur espace de liberté à un tiers de lieue autour de la ville60. C’est donc avec soulagement que la municipalité voit partir ces hôtes inattendus, qui, en échange de la promesse de ne plus servir durant la guerre, avaient été autorisés par le roi de France à rentrer chez eux.

66Au final, les secours apportés par la Ville au gouvernement en matière militaire ont été très contraignants, tant pour les autorités que pour les habitants. Durant la période qui nous intéresse, cette charge fut aussi alourdie par l’ouverture de la nouvelle route de Paris en Espagne et par certaines réformes de l’armée décidées par les ministres.

Une modeste participation à l’administration fiscale

  • 61 ADIL, C14 à C23.

67À l’inverse, l’aide apportée par la municipalité à l’État en matière fiscale est limitée, l’essentiel étant assuré par les services de l’intendance61 : elle est pratiquement réduite à la répartition de la capitation. Cet impôt, établi en 1695 et supprimé en 1698, avait été rétabli en 1701 et régulièrement augmenté par la suite. La charge, en théorie due par tous les habitants sans exemption ni privilège, est payable par feu, sur des critères qui restent flous et variables : au prorata des cotes de taille ou d’après l’opinion qu’on a de leur fortune pour les non-taillables. En dépit des proclamations initiales, plusieurs catégories ont été largement exemptées : les gentilshommes, les officiers vétérans, les employés des fermes et des aides, ou encore les membres du clergé, qui échappaient totalement à cet impôt.

68Chaque année, la généralité de Tours verse environ 2 300 000 L. Mais le produit n’entre pas tout entier dans les caisses de l’État, puisqu’une partie est utilisée par l’intendant pour soulager les pauvres, subvenir aux dépenses de ses bureaux, assurer le recouvrement de l’impôt et couvrir les diminutions ou les remises.

  • 62 ADIL, C 26. Son successeur reprend la même politique, exception faite de 1786 : cette année-là, il (...)

69Pendant longtemps, la répartition et la levée de la capitation ont été assurées par les services de l’intendance. Du Cluzel modifia la pratique, du moins pour Tours. Peu de temps après son arrivée, en effet, l’intendant confie aux édiles le soin de répartir la somme réclamée, mais aussi d’en surveiller le recouvrement, effectué par des collecteurs rémunérés à hauteur d’un sol pour livre perçue. Désormais, la municipalité reçoit chaque année du commissaire départi notification de la part de l’impôt due par la ville, entre 60 000 L et 72 000 L dans les dernières décennies de l’Ancien Régime. Se posant en défenseurs des intérêts des contribuables, les édiles réclament par habitude une diminution du montant, usant d’un argument classique : la somme est plus lourde que l’année passée alors que la ville connaît un déclin démographique sans précédent. L’intendant, qui se prête au jeu quelques années en accordant quelques modiques diminutions, décide en 1774 de rejeter dorénavant toute demande de modération62.

  • 63 AMT, CC 19. En 1786, les édiles comptent un total de 1772 domestiques, « capités » à 3 L chacun. E (...)
  • 64 L’assiduité et le sérieux des édiles étaient récompensés par une petite rémunération perçue sous f (...)

70Désormais responsables d’une charge lourde et fastidieuse, les édiles tourangeaux vont mettre sur pied une organisation destinée à répondre au mieux à ces nouvelles exigences. Pour alléger leur travail, ils demandent le concours des communautés de métiers : celles-ci sont priées de leur envoyer la liste de leurs maîtres et ouvriers, après l’avoir fait certifier par un notaire. La Ville les fait vérifier par le receveur des tailles, tandis que, aidée des officiers de la milice bourgeoise, elle établit la liste des « bourgeois » et de leurs domestiques, ainsi que celle des privilégiés63. Malgré cela, le travail nécessite de nombreuses réunions. La charge s’alourdit encore en 1776, lors de la suppression des corporations : les édiles sont désormais tenus de répartir la capitation sur les membres des 53 anciennes communautés de métiers. Malgré le rétablissement, dès 1779, des communautés et jurandes, la municipalité conserve cette responsabilité. Ceci explique que la Ville se réunit très souvent pour travailler à la capitation : 76 fois entre mars et octobre 1778, 72 fois pour la même période de l’année suivante64.

  • 65 AMT, BB 76, BB 81 et BB 82. Le corps de ville fit remarquer à l’intendant que sa décision était en (...)

71Cet accroissement du pouvoir d’ingérence municipal dans les communautés de métiers indispose bientôt celle des marchands fabricants. Jusqu’en 1777, la corporation joue le jeu et envoie régulièrement le rôle de ses maîtres au corps de ville, tout en se réservant le soin de répartir elle-même la somme totale exigée « sur chaque maître fabricant et sur chaque métier employé par ces maîtres ». Il était de tradition que ces derniers versent la part de leurs ouvriers, dont ils se remboursaient en retenant une partie du salaire. Mais la méthode avait abouti à quelques abus : une même famille qui travaillait dans plusieurs ateliers pouvait payer plusieurs fois la capitation, dont le surplus restait entre les mains d’un des maîtres. On comprend donc mieux l’inquiétude de ces derniers lorsque, au début de l’année 1778, le corps de ville modifie le mode de prélèvement. Désireuse d’être seule à répartir les sommes sur chacun des ouvriers travaillant pour la communauté, la Ville demande aux maîtres de cesser toute répartition interne et de lui envoyer le nombre de leurs salariés. Au cours d’une réunion qui se tient le 28 février 1778, les employeurs essaient vainement d’obtenir de participer au travail municipal de répartition. Vraisemblablement vexés d’être privés d’une pratique douteuse mais lucrative (c’était aussi une question d’autonomie), les maîtres se vengent en ne communiquant plus le nombre d’ouvriers qu’ils emploient. Les édiles obtiennent de Du Cluzel, en 1780 et 1781, deux ordonnances qui exigent que les marchands fabricants fournissent « l’état fidèle du nombre de leurs ouvriers », sans dissimulation aucune. Mais, en 1785, une décision de l’intendant d’Aine vient compliquer la tâche des édiles : les maîtres de la communauté des marchands fabricants et la manufacture de soie de Papion sont non seulement déchargés purement et simplement de payer la capitation à la place de leurs ouvriers, mais ils sont par ailleurs autorisés à ne pas communiquer la liste de leurs ouvriers à la Ville. Ceci revient à transférer au corps de ville la charge d’établir ces listes : les édiles prennent acte de la décision65.

  • 66 Le travail de récolement n’est pas toujours de bonne qualité, ce qui oblige les édiles à multiplie (...)
  • 67 Le travail était considérable puisqu’il fallait transcrire le nom d’environ 6 000 bourgeois et 1 5 (...)
  • 68 En 1782, l’un de ces collecteurs, un certain Lefebvre, est rémunéré à hauteur de 4 deniers pour li (...)
  • 69 AMT, CC 19.

72Malgré les difficultés rencontrées, le corps de ville procède régulièrement et sérieusement à son travail de répartition de la capitation : il améliore son organisation pour tenter d’en alléger le poids. Après avoir reçu, en décembre, le mandement de l’intendant qui les informe de la somme due par la ville, les édiles passent quelques semaines à actualiser les données de l’année antérieure concernant les contribuables. Pour ce faire, ils ont à leur disposition des informations qu’ils ont fait récolter, généralement courant janvier, par les officiers de bourgeoisie. Pour accélérer le rythme du travail et améliorer sa qualité, le corps de ville avertit les habitants qu’ils doivent ouvrir leurs portes sans rechigner et répondre aux questions qu’on leur posera. Il conseille aux officiers de se déplacer en personne auprès des contribuables et de ne pas se contenter de déléguer leurs caporaux66. Parallèlement, il invite les contribuables qui ont déménagé dans l’année à signaler eux-mêmes avant le 1er janvier de l’année suivante à leur officier de bourgeoisie leur nouvelle adresse pour éviter les doubles impositions, sources de multiples plaintes. Les mois de février et mars sont consacrés à répartir l’impôt entre les chefs de famille, en fonction de « l’opinion qu’on a de [leur] fortune ». Le secrétaire greffier inscrit les cotes sur un rôle67 qu’il confie ensuite, pour vérification, à deux officiers municipaux. Après quoi, le rôle est recopié en trois exemplaires qui sont adressés au receveur des tailles, au receveur du grenier à sel et aux services de l’intendant. Ce dernier le rend « exécutoire » généralement en juin, puis le confie aux collecteurs68. L’été et l’automne sont consacrés à l’examen, par les édiles, des réclamations, contestations ou demandes de modération exprimées par les contribuables. Au fil des années, la municipalité prend plusieurs mesures pour alléger ce travail dévoreur de temps et faire évoluer des méthodes de collecte qui suscitaient le ressentiment des contribuables. En 1786, elle mandate deux des siens pour étudier les demandes de modération, qui se faisaient jusque-là en séance plénière : les commissaires désignés sont chargés d’étudier chaque demande et de donner un avis à l’intendant, seul habilité à trancher. L’échevinage obtient du commissaire départi la radiation pure et simple des « personnes qui se trouvent souvent dans la classe du peuple et des artisans dont les facultés varient d’un an à l’autre à raison de leur travail ou de leur etat de santé » : ces individus sont désormais couchés sur un rôle récapitulant les « états de non valeur ». Enfin, pour limiter les réactions d’hostilité de la part des contribuables, on met au point un billet les informant de la somme à verser : lors du paiement, le collecteur leur remet une quittance que les officiers municipaux recueillent, si besoin est, pour rectifier les informations concernant le contribuable69.

73Cette organisation bien rodée est bousculée durant l’hiver 1788-1789. Le travail des officiers municipaux est retardé à cause de problèmes urgents dus à la conjoncture économique, sociale et politique. Les édiles promettent à l’intendant d’achever au plus vite le rôle de répartition, mais ce n’est chose faite que le 7 juillet. Le subdélégué Genty n’a d’ailleurs pas attendu pour faire débuter la perception, dès le 25 juin. Toutefois, malgré la révolution municipale qui éclate, l’organisation mise au point sous l’Ancien Régime ne disparaît pas. Le Comité, puis la Commission municipale examinent les requêtes en décharge, ainsi que le pratiquaient les édiles l’année précédente. Seule nouveauté, ils en confient la vérification non plus à l’intendant, mais à la Commission intermédiaire de l’Assemblée provinciale.

  • 70 G. Saupin, Les villes en France, op. cit.
  • 71 B. Baumier-Legrand, « La réforme municipale de L’Averdy… », in C. Petitfrère (dir.), Construction, (...)

74Au total, il est indéniable que le corps de ville a relayé dans la cité les décisions de l’État, un État monarchique dont l’autorité, relayée par une administration peu nombreuse, restait limitée. Cela est vrai dans le domaine festif car, en participant à la célébration du culte monarchique, la municipalité contribuait à l’assise populaire du régime. Pour le reste, son rôle semblait assez effacé. Dans le domaine militaire, la tâche, pour lourde qu’elle était, relevait de simples exécutants. De même, en matière d’administration fiscale, la contribution des édiles était réduite à la répartition de la capitation, même si cette besogne consommait une bonne partie du temps et de l’énergie des officiers municipaux. Tours a été touchée, comme bien d’autres villes du royaume, par les progrès de l’administration royale à la fin du xviiie siècle70. Les édiles, encouragés par les services de Du Cluzel, ont réussi tant bien que mal à répondre aux exigences nouvelles. Ce défi fut relevé, non pas – comme le feront les municipalités de l’époque suivante – en renforçant le nombre des commis de l’hôtel de ville, mais en multipliant les séances de travail, ainsi que par une plus grande implication de chacun. Faut-il voir là l’une des raisons de l’évolution de la fonction municipale dans les années qui précèdent la Révolution71 ?

La municipalité au début de la Révolution : un rouage indispensable de l’État

  • 72 J. Godechot, Les institutions de la France pendant la Révolution et l’Empire, 1985 ; M.-V. Ozouf, (...)
  • 73 Leur position apparaît notamment lors de la séance du conseil général du 16 décembre 1790, où, en (...)

75Durant les années 1790 à 1792, c’est-à-dire à l’époque des grands bouleversements, l’institution municipale joue un rôle essentiel dans la mise en place des nouvelles structures administratives, judiciaires, religieuses et fiscales conçues par les Constituants72. Les officiers municipaux de Tours, globalement favorables à la Révolution73, assurent avec plus ou moins de bonheur une sorte d’intérim du pouvoir dans les domaines administratif, judiciaire, religieux et même festif, à une époque de vacance de l’État au niveau local. En revanche, malgré leur bonne volonté, leur efficacité est nettement moindre en matière de finances.

Des interventions municipales efficaces

  • 74 L’intendant d’Aine était parti depuis septembre 1789, mais l’intérim avait été assuré par le subdé (...)

76Après la disparition de la généralité de Tours, remplacée par quatre départements, les services de l’intendance sont supprimés et la plupart de leurs fonctions sont transférées à des administrations élues : les Départements et les Districts. Tours devint le chef-lieu d’Indre-et-Loire et de l’un des sept districts de ce département74. Elle est ainsi confirmée dans son ancien rôle de capitale administrative, même si son ressort est singulièrement réduit par rapport à l’Ancien Régime. À ce titre, la cité doit accueillir d’autres institutions créées par la Constituante et la Ville se voit confier trois tâches : organiser les élections, présider les cérémonies d’installation et faciliter la mise en marche des nouvelles structures.

Les réorganisations administrative et judiciaire

  • 75 La Ville souhaitait avant tout installer ces bureaux de vote dans des églises : on pensait que ces (...)

77L’administration du département est installée le 20 juin 1790, celle du district de Tours le 23 juillet suivant. La rapidité de cette mise en place est en partie à mettre au crédit de la Ville, qui met à profit l’expérience acquise lors des élections municipales du mois de février pour organiser efficacement les opérations électorales. Au cours des années suivantes, ces administrations supérieures sont renouvelées sans retard ni difficulté, toujours grâce à l’énergie déployée par la municipalité, qui reprend en les adaptant les dispositions désormais habituelles : elle convoque les électeurs par des affiches et des battements de caisse ; invite les tribunaux et les juridictions à suspendre leurs audiences le temps des élections ; et convoque les troupes de ligne et les gardes nationaux pour garder les portes des assemblées électorales, qu’elle fait garnir du matériel utile. Elle reprend les sections électorales instaurées pour les élections municipales75 et, pour mettre fin aux irrégularités dénoncées par le procureur de la commune, adopte diverses mesures destinées à s’assurer que les citoyens remplissent bien les conditions pour être électeur ou éligible.

  • 76 En avril 1791, le conseil général décide de ne communiquer désormais ses délibérations qu’au seul (...)

78Sous l’Ancien Régime, les relations entre officiers municipaux et représentants de l’autorité royale étaient empreintes de déférence, même si l’intendant Du Cluzel avait tenté de se rendre plus accessible. Au début de la Révolution, le ton des relations entre municipalité d’une part, District et Département d’autre part, change. La distance entre les divers échelons de la hiérarchie est bien moins grande que par le passé, lorsque les charges de gouverneur et d’intendant étaient aux mains de représentants de la haute noblesse. D’ailleurs, plusieurs personnalités tourangelles passent à l’époque d’une administration à une autre. Le nouvel an est marqué par de simples visites de courtoisie, tandis que les cadeaux de confiture sèche ou de vin disparaissent. L’accent est mis sur l’efficacité dans le travail plus que sur le protocole76. Les administrateurs des différents niveaux se rencontrent de temps en temps pour des séances de travail extraordinaires relatives aux questions politiques nationales ou à des problèmes locaux. Des conflits de compétence sont quelquefois perceptibles, notamment au sujet du maintien de l’ordre, la Ville répugnant à dégarnir les rues des soldats en garnison ou même de ses gardes nationaux pour les envoyer dans les communes voisines, comme les administrations supérieures l’exigent parfois. Mais, globalement, les relations restent satisfaisantes.

  • 77 Valleteau de Chabrefy, Gaultier, Louis Jahan, Cottereau et François Roussereau sont élus juges, Th (...)
  • 78 Il s’agit des hommes de loi Douet fils aîné, Bruley dit de Paris, Véron fils, Aubry, Japhet fils e (...)

79La réorganisation judiciaire débute à l’été 1790. Elle commence par la loi des 16-24 août, qui crée les tribunaux de district et les bureaux de paix et de conciliation : cette dernière institution constitue l’un des échelons de la procédure d’arbitrage, inspirée de l’Angleterre et voulue par les Constituants pour prévenir les procès civils. Le rôle de la municipalité est là aussi très important puisqu’il lui revient de mettre en place ces deux nouvelles instances et de choisir les membres du bureau de paix. L’installation solennelle des magistrats du district, désignés par l’assemblée électorale – les électeurs au second degré – de cette circonscription, a lieu le 7 décembre 179077, en présence des administrateurs du département et de ceux du district. Après une grand-messe et un Te Deum chanté à Saint-Gatien, les magistrats se rendent au « palais nouveau » pour prêter serment. Trois jours plus tard, le conseil général désigne, parmi les citoyens éligibles, les six membres du bureau de conciliation, qui n’ont pas toujours de compétence juridique réelle. Il en remplacera les membres au fil des démissions78.

  • 79 La loi oblige le tribunal à tirer au sort chaque premier du mois, en présence de deux officiers mu (...)
  • 80 Jean-Baptiste Faré décède quelques mois plus tard, le 14 février 1793. Il était né à Montbazon ver (...)

80L’organisation de la nouvelle justice criminelle est plus tardive. La loi qui crée un tribunal criminel dans chaque département est votée le 7 février 1791, mais elle n’est promulguée que le 16 septembre suivant. Ce tribunal se compose d’un président et d’un accusateur public (élus par l’assemblée électorale du département), de juges (pris à tour de rôle dans les tribunaux de district), d’un commissaire du roi, d’un greffier et d’un jury de douze membres79. Le 2 janvier 1792, le tribunal criminel de Tours est installé en grande pompe par le conseil général : le président en est Jean-Baptiste Faré80, l’accusateur public Pierre Jacques Douet, le commissaire du roi Veau Delaunay et le greffier Bodin. La cérémonie, qui reprend de nombreux rituels des réjouissances d’Ancien Régime, débute par un cortège : les officiels, encadrés par la Garde nationale ayant à sa tête « la musique citoyenne », empruntent le vieux parcours qui conduit, depuis l’hôtel de ville, à la cathédrale par la Grande Rue. La cérémonie se poursuit par une messe du Saint-Esprit célébrée par l’évêque et s’achève, après une nouvelle déambulation, au « palais nouveau », où les magistrats prêtent serment. Le tout a lieu en présence des administrateurs du directoire du département, de celui du district, des membres du tribunal de commerce, des officiers de la Garde nationale, des troupes de ligne, de la gendarmerie et « d’un nombre très considérable de citoyens ».

  • 81 En novembre 1790, Tours est divisée en deux cantons. Cette décision allait à l’encontre de la volo (...)

81Pour les délits qui ressortissent à ce que nous appellerions aujourd’hui la justice correctionnelle et qu’on désignait alors sous le terme de « police », la loi des 19-22 juillet 1791 crée deux cours de justice. Le « tribunal de police municipal », constitué de trois officiers municipaux, doit connaître des infractions aux arrêtés de la municipalité. Pour les délits plus graves – atteintes aux mœurs, trouble apporté à l’exercice des cultes, insultes, violences, outrages aux agents de l’autorité, mendicité, etc. –, on institue le « tribunal de police correctionnelle ». Ce dernier, qui siège au chef-lieu de chaque canton, se compose de trois personnes : un juge de paix assisté de deux assesseurs ou deux juges de paix assistés d’un assesseur, tous élus par les citoyens actifs. Les électeurs de Tours sont réunis le 17 janvier 1791 pour désigner, pour chacun des deux cantons de la ville, un juge de paix et deux prud’hommes-assesseurs81. Après onze jours d’opérations longues et compliquées, les deux juges prêtent serment le 28 janvier : Jean-Pierre Demezil pour le canton de Saint-Martin, et Bruère père pour Saint-Gatien. Le premier est assisté de Bergey et de François Huault de Bellisle, le second de Pierre Charles Urbain Couezeau et de Jean-Baptiste Fey. Ces suppléants sont remplacés quelques mois plus tard, le 25 novembre 1791, parce qu’ils viennent d’être désignés à d’autres fonctions : Bergey a été élu au Département, Huault de Bellisle, Couezeau et Fey à la municipalité. Leurs remplaçants, Toussaint Radault, Clemenson le jeune et Bouchet-Gidouin, prêtent serment le 7 décembre.

  • 82 H. Faye, « La juridiction consulaire à Tours »,1904 ; P. Cozette, » La juridiction consulaire de T (...)

82Terminons cette liste par le tribunal de commerce. Cette institution, créée dans toutes les villes de commerce et les grands ports, doit se composer de juges élus par une assemblée de négociants, de banquiers, de manufacturiers et de marchands choisis parmi les professionnels du commerce âgés de plus de 30 ans et établis depuis 5 ans. Le tribunal de Tours, héritier de l’ancienne juridiction consulaire82, est installé le 22 mars 1791 : il se compose de François Michel Jahan de Loché, François Étienne Duprat, Guyot, François Pannetier-Hubert et de Lange, ce dernier assurant la fonction de greffier. Pour ce tribunal, la municipalité n’organise pas le scrutin et se contente d’enregistrer le résultat des élections.

  • 83 Sans surprise, le tribunal de commerce s’installe dans l’ancien bureau des marchands, rue du Collè (...)

83Plus prosaïquement, les édiles sont tenus de fournir un local convenable à chacune de ces nouvelles administrations. La besogne s’avère difficile. Dans un premier temps, la municipalité pense commode de les rassembler dans le « Palais Neuf », avantageusement placé à côté du nouvel hôtel de ville. Mais le District, qui est installé au second étage, se plaint vite de manquer de place. Ses bureaux sont alors dispersés un peu partout dans la cité, notamment au-dessus de la grande salle du tribunal du district. Très vite, on en vient à utiliser les locaux des juridictions ou administrations d’Ancien Régime qui viennent d’être supprimées : le Département s’installe dans les bâtiments de l’ancienne intendance, avant de déménager, quelques mois plus tard, dans l’ancien couvent des ursulines ; les juges de paix s’établissent à l’hôtel de la Massetière, tandis que le tribunal de police correctionnelle trouve à se loger dans le cloître Saint-Gatien, dans les locaux de l’ancienne justice archiépiscopale. En janvier 1791, le bureau de conciliation est installé dans la chambre du conseil de l’ancien palais. Le tribunal du district est transféré rue de la Loi et le tribunal criminel dans une salle située au-dessus, jusque-là occupée par un des bureaux du District83.

  • 84 La monnaie, la justice dite « des bains » (relative au fief du chapitre métropolitain et prévôté d (...)
  • 85 L’année précédente, le 1er mai 1790, on avait relevé la quantité de sel contenue dans les greniers (...)
  • 86 L’inventaire des archives du bureau des finances, entamé le 3 septembre 1791, est repris le 5 nove (...)

84L’Assemblée nationale, qui, tout en bouleversant les structures administratives du pays, tient à donner une certaine allure à la passation entre l’ancien et le nouveau régimes, ordonne aux municipalités de clore officiellement les juridictions royales ou seigneuriales de la monarchie absolue. Celle de Tours s’en acquitte avec solennité le 6 décembre 1790. La compagnie, précédée de ses clercs et sergents, se déplace au « palais ancien », où elle procède à la fermeture des chambres du conseil du bailliage et de celui de la juridiction de l’élection, sur les portes desquelles on appose des scellés. De là, elle se rend dans les locaux du bureau des finances et du grenier à sel, où a lieu pareille apposition de scellés, les clefs étant remises au greffier municipal. Ensuite, la municipalité procède à la clôture de treize autres juridictions d’Ancien Régime84. Les édiles, comprenant très vite l’intérêt des archives de ces juridictions, envisagent de les rassembler en un même lieu et de les inventorier. Cependant, la tâche reste inachevée car la Ville n’a ni le temps ni l’espace nécessaires à la concrétisation de son projet. Quelques officiers municipaux sont pourtant désignés pour procéder à cette besogne, en compagnie des anciens greffiers : en mai 1791, Bourguin est chargé de l’inventaire de l’entrepôt du tabac85 ; le 3 septembre suivant, Louis Lenoir et Athanase Lamyrault entament celui du bureau des finances86. Très vite cependant, le classement s’arrête et le secrétaire municipal se contente de récupérer des papiers dont il ne sait plus que faire : « L’hôtel commun a son grenier plein d’archives des anciennes juridictions supprimées. » L’intérêt de conserver les papiers publics n’est pas compris de tous : le 4 août 1792, les édiles apprennent que des commis de bureau ont vendu pour plus de 4 000 livres poids de papiers provenant du Département, essentiellement des imprimés relatifs aux lois sur l’organisation de la Garde nationale, la formation des bataillons, les suppléments d’instructions sur les contributions, les formulaires de soumission pour des biens nationaux, mais aussi divers avis provenant de l’ancienne intendance. Le corps de ville s’insurge contre cette vente, qu’il estime contraire au « bonheur public », et appelle le Département à la vigilance.

85Ainsi, en fermant officiellement les anciennes administrations, en participant parfois à la nomination des nouveaux administrateurs ou des juges, en les installant toujours, la municipalité du nouveau régime assure la continuité en matière de pouvoir. C’est une manière, comme le faisait l’ancien corps de ville, de garantir la cohésion urbaine. Le lustre qu’elle donne aux cérémonies d’installation est un moyen d’affirmer la légitimité des nouveaux administrateurs. Pour ce faire, elle suit un rituel assez proche de celui usité avant 1789. Au son des cloches de quelques églises, elle réunit devant l’hôtel de ville les nouveaux grands corps de la cité et, accompagnée des fervents soutiens de la Révolution – les Amis de la Constitution et les officiers de la Garde nationale –, les conduit en cortège à travers les rues (souvent les mêmes qu’avant 1789) jusqu’à l’église des carmes, où l’on entend une messe. Tout le monde se retrouve ensuite à la maison commune où l’on échange des promesses, des vœux de réussite, au cours de discours « analogues aux circonstances », avant que le maire ne reçoive des nouveaux titulaires le serment exigé d’eux. La pratique du discours est une des nouveautés de la période : sous l’Ancien Régime, les nouveaux édiles prenaient acte de leur nomination sans autre commentaire. La Révolution est plus bavarde : tout événement est mis à profit pour rappeler aux citoyens les principes nouveaux.

Les biens nationaux : une efficacité municipale intéressée

  • 87 G. Lemarchand, « Monnaie et assignats », in M. Vovelle, L’état de la France pendant la Révolution, (...)

86Pour apurer l’énorme dette publique, l’Assemblée nationale met le 2 novembre 1789 les biens de l’Église de France à la disposition de la nation, à charge pour le pays de subvenir aux frais du culte et des autres services publics assurés par le clergé. Après plusieurs semaines de discussion, les députés s’accordent sur l’utilisation de cette manne : les 19 et 21 décembre, ils mettent en vente une partie de ces biens nationaux pour 400 millions de livres, payables auprès d’une « Caisse de l’extraordinaire » chargée d’émettre des billets, les assignats, sortes d’obligations portant un intérêt de 5 % et gagées sur ces biens87. L’argent ainsi versé par les acquéreurs de biens d’Église devait servir à rembourser les avances que la Caisse d’escompte avait faites – et faisait encore – à l’État. L’opération aurait pu réussir, mais c’était sans compter sur l’ampleur du déficit et la vente trop lente des biens nationaux.

87Pour remédier à ces retards, la Constituante décrète le 17 mars que l’aliénation des 400 millions de biens nationaux se fera au profit des Villes qui le demanderont. La municipalité de Tours est très intéressée par cette affaire, car, lors de la revente des biens, les Villes sont autorisées à garder pour elles 1/16 des bénéfices.

  • 88 L’ouvrage précieux de R. Caisso, La vente des biens nationaux de première origine dans le district (...)

88Dès lors, les ventes connaissent un vrai succès, à Tours comme ailleurs. Les édiles, qui prennent une part active à ces opérations, à titre collectif mais aussi à titre individuel88, ont l’avantage d’être bien informés grâce au député de la noblesse de Touraine, Menou, par ailleurs membre du Comité d’aliénation. Entre décembre 1790 et avril 1791, la municipalité adresse à ce comité plusieurs « soumissions » composées de biens du département, montant à un total de plus de 11 millions et dont elle estime le bénéfice entre 500 000 L et 600 000 L. Ces calculs se révéleront exacts, mais la Ville ne touchera les premières sommes que 18 mois plus tard, en juillet 1792.

  • 89 Le conseil général retire de la liste des biens à vendre les bâtiments des Ursulines, de l’Union c (...)

89Pour cette opération financière intéressante, la Ville dut s’impliquer largement dans des tâches administratives qui s’avérèrent compliquées et dévoreuses de temps, puisqu’il fallait établir la liste des biens aliénables, mais aussi les faire estimer conjointement par les officiers municipaux de la commune concernée et par des commissaires des districts89. Malgré leur bonne volonté et l’énergie déployée par leur secrétaire greffier, secondé par son commis Segris, les édiles tourangeaux constatent vite leur incapacité à remplir les formalités nécessaires. Ils avaient pensé être en mesure de faire parvenir au comité parisien les procès-verbaux d’aliénation avant le 1er janvier 1791, mais ce document est tellement médiocre que le District le refuse et exige qu’il soit refait. En décembre 1790, ils convainquent le conseil général de créer un « bureau d’aliénation » spécifique.

  • 90 Avrouin, qui accepte de recevoir 600 L par an, prête serment le 13 décembre 1790. Il démissionne e (...)
  • 91 Chinon eut du mal à fournir les estimations attendues, à cause d’inondations qui empêchaient la ci (...)

90Ce dernier est composé d’un commis en chef désigné par la Ville, Charles Gilles Avrouin-Foulon90, ancien notaire et procureur fiscal de Beaumont-lès-Tours, et de quatre auxiliaires choisis par ce dernier. Ce bureau, qu’on installe au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, reprend les opérations entamées, réceptionne et contrôle soigneusement les estimations des experts. Malgré tout, le travail ne peut être achevé avant l’été 179191 : les 26 juillet et 6 août, Avrouin présente la liste des biens nationaux compris dans l’étendue du district de Tours, puis, quelques semaines plus tard, les relevés des biens aliénables dans les six autres districts du département.

91Les premières adjudications commencent dès le 7 décembre 1790, c’est-à-dire avant la fin du travail d’estimation. Celui-ci, organisé sous la responsabilité des administrateurs du district, a lieu en présence de tout ou partie des représentants des communes où les biens à vendre sont situés. Cette tâche est si répétitive et si fréquente que les édiles acceptent la proposition de Veau Delaunay de créer un bureau spécifique. Celui-ci se compose de plusieurs officiers municipaux, mandatés tout spécialement et chargés de suivre ces opérations sans toujours en référer à l’ensemble de leurs collègues.

  • 92 L’église des carmes fut acquise le 2 juillet 1791 par Simon du Petit-Bois, qui l’acheta au nom de (...)

92L’appétit des édiles apparaît clairement alors, tout comme leur réticence à voir les biens urbains échapper aux habitants de la cité. La Ville est très désireuse d’acquérir des biens nationaux pour fournir à la population des bâtiments à usage public : la cité ne dispose alors ni de halles ni de lieu de réunion digne de ce nom. Mais, à cause de ses difficultés financières, le Département ne l’autorise à acquérir que deux églises, Saint-Clément et les carmes, la première étant destinée à servir de halles publiques92.

  • 93 De même, elle fera mettre en sécurité les portes de l’église Saint-Venant pour éviter qu’elles ne (...)
  • 94 Elle sera démolie, pour des raisons de sécurité, en 1797.

93Pendant toute la période, de la confiscation à la vente des biens nationaux, la Ville fait protéger les bâtiments et les autres lieux qui doivent être vendus. Par exemple, elle installe un gardien chez les capucins et un autre chez les cordeliers pour éviter les dégradations. Afin de mettre un terme aux vols de plomb qui se commettent à la cathédrale, elle y envoie patrouiller la Garde nationale et la maréchaussée93. La basilique Saint-Martin est l’objet de multiples attentions. En octobre 1791, les édiles interdisent à la population de circuler dans la nef ouverte aux deux bouts : la voie était commode puisqu’elle assurait le passage entre la rue de la Scellerie et la place d’Aumont. Le mois suivant, ils demandent aux marchands et aux meuniers qui viennent au marché de ne plus déposer leur charrette le long des murs de l’église. Mais, très vite, les édiles cessent leurs recommandations et finissent, de guerre lasse, par laisser la basilique se dégrader94. Parce que certains citoyens sont choqués par les bouleversements opérés dans le sol des cimetières vendus, la municipalité demande aux acquéreurs d’enclore leurs terrains et de procéder aux travaux loin des regards du public. Durant l’hiver 1792, la municipalité accède au souhait de l’évêque Suzor et de son vicaire général Pottier, qui veulent déposer au cimetière de la rue des Acacias les os déterrés à l’occasion de la démolition de l’église de Saint-Pierre-le-Puellier. L’entassement dans la rue de ces dépouilles, que les chiens errants fouillaient et avec lesquelles les enfants jouaient, avait effectivement de quoi choquer les consciences des citoyens.

  • 95 La tradition de la « retraite », sonnée tous les soirs à Saint-Saturnin, remontait au xve siècle. (...)
  • 96 AMT, 1D24.

94Pendant que l’on ferme les édifices religieux, les édiles s’évertuent à récupérer, entreposer et inventorier les objets précieux qu’on y trouve. En janvier et février 1791, les effets, les linges et vases sacrés, les orgues, stalles et horloges sont rassemblés dans un dépôt, tandis que la municipalité réunit à l’hôtel de ville les objets précieux (tableaux, argenterie) retirés de Saint-Martin, des cordeliers ou des minimes. Toutefois, elle envoie à l’hôtel des monnaies les objets de cuivre, d’argent et toute la vaisselle précieuse. Elle fait descendre les cloches des églises et des maisons religieuses supprimées, pour les faire fondre ou les échanger avec les cloches en mauvais état des paroisses des alentours : en septembre 1791, quatre cloches de Saint-Julien sont envoyées à Blois, quatre autres à Montlouis, La Vallière, Monts et Joué-lès-Tours respectivement. En janvier 1792, l’hôtel-Dieu reçoit, pour remplacer sa cloche cassée, une de celles de Saint-Venant. Seules les cloches de Saint-Saturnin, Saint-Gatien et Saint-Martin sont conservées : la première parce qu’elle sonne la retraite tous les soirs à 21 heures95, les deux autres parce qu’elles appartiennent à des églises devenues paroissiales. Encore les édiles doivent-ils résister à la demande de citoyens qui veulent les fondre pour procurer l’argent nécessaire aux ateliers de charité. Certains biens qui n’ont pas été dispersés et présentent un intérêt pour la Ville sont conservés tant bien que mal : le « trône épiscopal » de Saint-Gatien ; les linges et vases sacrés entreposés aux minimes, qu’on utilisait jadis lors de la procession destinée à honorer la mémoire de saint François de Paule ; la bibliothèque des cordeliers, qui est transportée en juin 1791 dans un local non précisé96.

  • 97 Un souci semblable avait poussé Ch. A. Rougeot à récupérer, en compagnie de son gendre Raverot, le (...)

95À Tours, la Révolution ne fut pas synonyme de saccages répétés ni de destructions irréversibles, au contraire. Soucieux d’assurer au mieux la transition politique et administrative, les édiles tourangeaux prirent des mesures pour à la fois tranquilliser leurs concitoyens et assurer la pérennité de la mémoire collective97.

La réorganisation ecclésiastique

96Les réformes politiques, économiques et sociales entreprises dès août 1789 par l’Assemblée rejaillissent immanquablement sur l’Église de France et son organisation. La fin des privilèges du clergé et la mise à disposition de la nation de ses biens entraînent l’abolition des vœux monastiques, la suppression des couvents, la transformation du clergé séculier en un corps de fonctionnaires salariés et la possibilité pour l’État de fixer le nombre, l’étendue et le tracé des circonscriptions religieuses. La constitution civile du clergé, votée le 12 juillet 1790, modifie radicalement le paysage religieux du royaume.

97La mise en œuvre à Tours de la politique religieuse de la Constituante est principalement le fait du District. Mais ce dernier se fait aider du corps de ville, notamment pour la fermeture des couvents, l’installation du nouveau clergé et le remaniement du maillage paroissial. Les édiles répondent au mieux aux exigences des autorités supérieures, tout en s’efforçant de limiter les désagréments engendrés par ces changements, afin de préserver la tranquillité publique.

  • 98 Le 13 mars 1790, les députés de la Touraine assurent les édiles que le mémoire rédigé en faveur du (...)

98L’Assemblée décrète le 28 octobre 1789 la suppression de tous les vœux solennels. Elle abolit, le 13 février 1790, les congrégations qui exigeaient sous l’Ancien Régime de tels vœux. Les religieux sont autorisés à sortir des cloîtres, à condition d’en faire la déclaration devant la municipalité. Au cours des mois précédant le vote de ces lois, plusieurs communautés religieuses, inquiètes pour leur avenir, étaient venues demander la protection du corps de ville. Celui-ci l’avait accordée volontiers – plusieurs des officiers avaient des parents dans ces communautés –, notamment aux minimes, au chapitre de Saint-Martin98, à Marmoutier et aux capucins. Toutefois, malgré leurs promesses, les édiles doivent satisfaire à la loi et fermer les maisons régulières. Le 22 avril 1791, conformément au décret des 26 mars-14 avril ordonnant l’inventaire des biens des religieux, ils se rendent dans chacune des communautés pour s’y faire

« représenter tous les registres et comptes de régie, […] les arrêter et […] former dans chacune communauté un résultat des revenus et des époques de leur échéance, dresser […] un état et description sommaire de l’argenterie, argent monnoyé, des effets de la sacristie, bibliothèque, livres, manuscrits, médailles et du mobillier le plus précieux de chacune ».

99Le 6 novembre suivant, ils posent les scellés sur le mobilier et les vases sacrés des chapitres, églises et communautés. À partir du 24 décembre, ils confectionnent un rôle des religieux afin que le District puisse statuer sur le traitement de chacun. La lenteur de ces opérations mettait les ecclésiastiques dans une position matérielle si difficile que la municipalité, compatissante, leur fit plusieurs avances sur ses fonds propres.

  • 99 Le ressort de cet archevêché comprenait les évêchés de Tours, Angers, Le Mans et tous ceux de la B (...)
  • 100 Le conseil de fabrique, ou la fabrique, est l’ensemble des clercs et des laïcs administrant les fo (...)
  • 101 Cf. chap. viii. En cette année 1791, on rattache à Notre-Dame-La-Riche toute l’étendue de la munic (...)
  • 102 Pour fournir quelques fonds à ces paroisses, le District proposa de louer, comme cela se faisait s (...)

100La constitution civile du clergé bouleverse toute l’organisation de l’Église. Ainsi, elle fait coïncider diocèses épiscopaux et départements. Tours conserve un siège épiscopal mais perd la direction de son immense archevêché d’Ancien Régime99. Le nombre des paroisses est également diminué, ce qui entraîne la fermeture des fabriques100 de celles qui sont supprimées. Conformément aux vœux des députés, la Ville réduit le nombre de ses paroisses à quatre en 1791 : Notre-Dame-La-Riche, Saint-Martin, Saint-Gatien et Saint-Symphorien. Toutefois, c’était là poursuivre un mouvement commencé bien avant, à la fin de l’Ancien Régime101. Pour satisfaire au décret ordonnant l’extinction des fabriques surnuméraires, les officiers municipaux demandent, dès le 31 juillet 1790, à tous les fabriciers de rendre leurs comptes et d’établir l’inventaire de leurs biens, titres et papiers. L’opération traîne en longueur, au grand dam du District et de la Ville, qui relancent les fabriciers à plusieurs reprises : ceux de Notre-Dame-La-Riche se présentent en décembre 1790, ceux de Saint-Pierre-des-Corps en janvier 1792, ceux de Saint-Saturnin, de Sainte-Croix et de Saint-Hilaire en avril. On ne sait pas si les autres ont finalement obéi aux ordres. Les difficultés techniques ne sont pas les seules responsables de ce retard. Boulard, l’ancien curé de La Riche, manifeste son désaccord avec les décisions nationales en retenant les registres de la fabrique, et les autorités doivent le menacer à plusieurs reprises pour qu’il accepte de les rendre. À l’inverse, les quatre paroisses de la ville sont rapidement dotées d’une fabrique. Mais, faute d’argent, ces fabriques ont du mal à fonctionner et leurs représentants viennent régulièrement au conseil général – par ailleurs tenu de superviser leurs comptes – quémander un peu d’argent pour tels ou tels travaux. Mais la Ville, toujours à court d’argent, ne peut les satisfaire102.

  • 103 La Société des Amis de la Constitution avait invité les ecclésiastiques patriotes à remplacer ceux (...)
  • 104 Le couvent de La Riche est fermé le 3 février, ceux des ursulines et des carmélites le 6, des capu (...)

101La constitution civile du clergé modifie aussi le statut de ses desservants. En exigeant des ecclésiastiques, comme de tout fonctionnaire public, la prestation d’un serment, elle divise le clergé et l’ensemble du pays ; elle accroît les tensions dans la cité, ce qui rend encore plus délicate la position des édiles, tenus de recevoir ces déclarations. Les officiers municipaux annoncent aux ecclésiastiques qu’ils se rendront dans leurs églises et couvents pour recevoir le serment exigé : l’officier municipal doit en lire le texte, auquel le prêtre est simplement tenu de répondre « je le jure » en levant la main, « sans rien ajouter ». Deux séances principales ont lieu les dimanches 16 et 23 janvier 1791, suivies d’une longue suite de serments individuels reçus au coup par coup103. Le 18 janvier, le corps de ville prévient les communautés religieuses que, si elles souhaitent continuer à vivre en collectivité, elles seront tenues de nommer un supérieur et un économe avant huit jours, dans une assemblée présidée par un édile. Les maisons féminines, qui satisfont déjà à ces critères, sont maintenues quelque temps sous surveillance municipale, mais elles seront fermées en février 1792104.

102La constitution civile bouleverse aussi le mode de nomination des évêques et des curés : les premiers sont désormais élus par l’assemblée électorale du département, les seconds par celle du district. Le nouvel évêque doit être choisi parmi les ecclésiastiques ayant exercé quinze ans dans le diocèse ; les curés sont élus parmi les vicaires ayant au moins cinq ans d’exercice. Quant aux vicaires, ils doivent être choisis par les curés parmi les prêtres ordonnés ou admis dans le diocèse par l’évêque. L’Assemblée avait décidé que les élections se tiendraient dans l’église principale des chefs-lieux de département et de district. Il revint donc aux autorités municipales de Tours d’organiser ces opérations : elles eurent lieu à Saint-Gatien, du 13 au 14 mars 1791 pour le nouvel évêque, et du 3 au 5 avril 1791 pour les curés.

  • 105 AMT, 1D24, 16 mars 1791 et 1D5, 22 mars 1791.
  • 106 Le supérieur du séminaire, Cossart, s’étant abstenu de paraître à la cérémonie et d’y envoyer les (...)

103Durant ces journées, les édiles ont comme souci principal d’assurer la tranquillité publique, notamment lors de l’installation du nouvel évêque. Celle-ci se fait en grande pompe, afin de montrer à tous la déférence qu’il convient de porter au nouveau chef du diocèse, quoi qu’on pense de son mode de désignation. Le nom de l’évêque est très vite connu, le 14 mars au soir : il s’agit de Pierre Suzor, curé d’Écueillé dans le district de Loches. Pendant que la municipalité annonce la nouvelle aux habitants par des sonneries de cloches et qu’elle entame les préparatifs de la cérémonie d’investiture, un officier de la Garde nationale du nom d’Almain se charge d’informer l’élu. Le lendemain, le nouvel évêque reçoit le messager avec beaucoup « d’émotion et de modestie », puis se met en marche. Le trajet est plus long que prévu car, sur le chemin, le nouveau prélat est retardé par les gardes nationaux de Loches et de Cormery, venus le féliciter : il arrive finalement à Tours au milieu de la nuit, où, malgré l’heure tardive – 1h30 du matin –, il est accueilli par « les acclamations d’un peuple immense ». Celui-ci l’escorte jusqu’au domicile de son parent, le notaire Charles Boisquet, qui avait accepté de l’héberger temporairement, en attendant qu’on mette le palais épiscopal à sa disposition105. Après quelques heures de repos, Suzor se rend dans la matinée au son des cloches à la cathédrale, où il est reçu par une députation de l’assemblée électorale. Là, il écoute plusieurs discours, notamment celui du maire, puis participe à un Te Deum. Il est ensuite reconduit chez lui par les membres du collège électoral, les différents corps administratifs et un détachement de la Garde nationale106. Le conseil général de la commune de Tours le reçoit le 22 mars. À cette séance, Suzor réaffirme ses sentiments du « plus pur civisme et [son] désir de concourir de concert avec luy au maintien de la constitution, des loi [sic] et des bonnes mœurs ».

104Son installation officielle n’a toutefois lieu que le 17 avril. Elle est l’occasion d’une cérémonie de grande ampleur. La municipalité se rend en cortège à la cathédrale. Elle est accompagnée des Amis de la Constitution, des municipalités de Sainte-Radegonde et de la Varenne de Notre-Dame-La-Riche extra-muros, et escortée par la Garde nationale, musique en tête. Après les discours prononcés par le procureur de la commune et par le nouvel évêque, l’assistance assiste au serment de Suzor, puis à la messe qu’il célèbre lui-même. Une nouvelle visite de courtoisie au domicile provisoire de l’évêque est effectuée le lendemain par les officiers municipaux. Suzor leur fait part de son « plus vif désir de coopérer avec [le corps municipal] au maintien de la constitution, de la religion et des bonnes mœurs ». La bonne entente ainsi inaugurée ne faillit pas par la suite.

105Le 3 avril 1791, l’assemblée électorale du district élit les curés qui doivent remplacer ceux de leurs confrères qui ont refusé de prêter serment. Les opérations, tenues à Saint-Gatien, s’achèvent le 5 au soir. Le lendemain, le conseil municipal fait assembler en grande pompe les autorités de la cité pour assister au serment des élus. De semblables opérations électorales auront lieu ultérieurement, le 11 décembre 1791 et les 8 et 15 juillet 1792, pour remplacer les desservants défaillants.

  • 107 Grignon décède le 9 juin 1792 : il sera remplacé par Ysabeau dès le 15 juillet.

106Parce qu’ils jugent que son « installation intéressoit la tranquilité publique », c’est toutefois dès le 1er mai 1791, et sans attendre le décret de l’Assemblée nationale fixant officiellement le nombre de paroisses, que les officiers municipaux installent Dubault, le curé du quartier populeux de Notre-Dame-La-Riche. La cérémonie se déroule en présence d’un peuple très nombreux, qui « a manifesté par des aplaudissements réitérés sa satisfaction et sa joie », et d’un certain nombre de prêtres assermentés. Le nouveau desservant de Saint-Martin, l’ancien échevin Grignon, et ses vicaires sont installés le 15 mai107. Par la suite, les édiles aident les nouveaux curés et vicaires à se procurer les objets nécessaires à leur culte. Ils interviennent auprès du District pour qu’on ne vende pas tous les objets précieux dont les nouvelles paroisses pourraient avoir besoin. Leurs arguments, d’ordre économique (fabriquer ces pièces coûterait cher), dissimulent sans doute une volonté d’apaiser les esprits des citoyens bouleversés par la dispersion, voire la disparition, de ces objets cultuels. Les vicaires de Saint-Martin sont bientôt autorisés à prélever dans les réserves les pièces utiles aux offices.

La transition fiscale : une intervention municipale moins convaincante

107Les trois premières années de la Révolution constituent une période de transition difficile : les institutions nouvelles sont lentes à se mettre en place, alors que celles d’Ancien Régime survivent encore, cahin-caha. C’est le cas notamment dans les domaines fiscal et monétaire. L’impression dominante est celle d’un vide entre la destruction de l’ancien édifice et la mise en place du nouveau par les lois de l’hiver 1790-1791. Mais l’impression est trompeuse car, en l’absence d’institutions spécifiques, les municipalités ont joué un rôle très important dans ce domaine. Toutefois, si l’on s’en tient à l’exemple de Tours, les édiles, insuffisamment compétents et submergés de besognes diverses, n’ont pu être aussi efficaces qu’en matière de réorganisation administrative, judiciaire ou religieuse.

La lente transition fiscale

  • 108 Deux emprunts sont accordés par l’Assemblée au gouvernement : le premier, consenti le 9 août 1789 (...)

108À la fin de l’Ancien Régime, le régime fiscal est au centre de nombreux débats politiques et techniques. Le système des impositions est fort décrié du fait de son incohérence et surtout de l’absence de consentement des citoyens. Les députés, qui réfléchissent à sa réorganisation au début de la Révolution, sont d’accord sur les principes qui doivent sous-tendre la fiscalité réformée. Mais ils n’abordent ces questions qu’à l’extrême fin de l’année 1789 et ne créent le nouveau système fiscal qu’en 1791. À cela deux raisons : l’Assemblée nationale attendait beaucoup des contributions « patriotiques » lancées au cours de l’été 1789 ainsi que de la vente des biens nationaux ; par ailleurs, elle n’était pas mécontente de savoir que les velléités de reconquête par le roi de son pouvoir perdu seraient paralysées par la pénurie financière. Elle prit toutefois plusieurs mesures provisoires en 1789 et 1790, lançant notamment des emprunts108, pour permettre à l’État de survivre.

109Durant cette période, les autorités municipales de Tours, provisoires ou légitimes, soutiennent la politique de l’Assemblée en essayant de maintenir l’ancien système fiscal jusqu’à son remplacement et en appliquant tant bien que mal les mesures transitoires.

  • 109 AMT, 1D2, 25 août-14 septembre 1789. Il ne se contente pas d’agir par voie d’affiches mais dépêche (...)

110Participant activement au débat sur les moyens de trouver des ressources nouvelles pour le royaume, le Comité permanent prend, au cœur de l’été 1789, une initiative qui tourne vite court. Le 23 août, il ouvre une souscription qui prend la forme d’un emprunt portant intérêt à 4 % constitué d’une anticipation des versements des impôts de 1789 et 1790. Convaincu du succès de son projet, il informe les autorités, intendant et Constituante, nomme un receveur, le négociant Martin Delavau-Restru, ouvre un registre dûment coté et paraphé par Gardien, l’un des derniers officiers municipaux encore en place, et lance un appel au public109.

  • 110 Le Comité, affolé par cette rumeur, demande aux députés d’Indre-et-Loire si l’Assemblée a eu conna (...)
  • 111 Le Comité permanent nomme cinq commissaires pour recevoir ces dons et désigne l’orfèvre Auger pour (...)

111Cette initiative, généreuse et naïve à la fois, est cependant un échec. Tandis qu’une rumeur véhiculée par un mémoire anonyme annonce que Tours a promis de verser 2 millions de livres à l’État, le Comité n’a récolté en octobre que 12 000 L en tout et pour tout ! Plutôt que de transmettre cette somme ridiculement modeste au regard des prétendues promesses110, il préfère rendre les fonds aux donateurs en leur conseillant de les offrir au bureau de charité responsable des ateliers du même nom. Le Comité se contente dès lors de réceptionner, ainsi que le prévoyait la loi, les dons en métal précieux offerts par les habitants111.

  • 112 AMT, BB 10 et 1D22 à 1D24.

112À l’automne 1789, l’Assemblée nationale déclare l’égalité des Français devant l’impôt. Mais en attendant la mise en place d’un nouveau système fiscal, elle annonce maintenir les anciens impôts dus au titre des années 1790 et 1791, et proroge la levée des droits d’octrois et d’aides jusqu’au 1er janvier 1791. L’annonce a son importance car de nombreux Français, anticipant la disparition des taxes payées aux portes des villes, sont tentés de frauder ou de refuser de s’en acquitter. Pendant l’hiver 1789, les Tourangeaux sont de plus en plus nombreux à prendre avantage de la fragilité des autorités de police pour se dispenser de payer les droits pesant sur le sel ou la viande de boucherie : ils se heurtent à la volonté du Comité de maintenir en l’état les moyens de subsistance du royaume, qui sont en même temps ceux de la Ville. Alors que les relations entre les commis de la Régie des aides et la municipalité étaient mauvaises sous l’Ancien Régime, le Comité prend la défense de ces mêmes commis. Il rappelle la nécessité de payer les octrois et fait punir les récalcitrants par le lieutenant de police. Surtout il lutte activement contre la contrebande grandissante, aux côtés de la Régie des aides et de certaines communautés qui ont à y perdre. En effet, des habitants profitent du délabrement des murs, notamment à Sainte-Anne, Saint-Éloy et Saint-Pierre-des-Corps, pour faire circuler des animaux en contrebande : près de l’égout du Genève, des bouchers passent des bœufs et des moutons en fraude. Le Comité fait poser des grilles, exhausser les murs, établir un corps de garde et commande des patrouilles. Mais la lutte s’avère difficile car certains de ces gardes, chargés de la surveillance des portes et des murs, se rendent complices des fraudes : le 17 octobre 1789, les soldats du régiment d’Anjou sont surpris à aider des habitants à faire passer viande, vin et tabac. Les efforts portent toutefois leurs fruits et la fraude reste finalement limitée pendant l’hiver 1789. Elle reprend, plus active, au printemps et à l’été 1790112.

  • 113 Au début de l’année 1790, la nouvelle municipalité, seule autorité en place en attendant l’install (...)
  • 114 Il est maintenu comme principal receveur des différents droits (capitation, vingtième et impositio (...)
  • 115 Le 7 août 1790, Liger, qui se plaint du grand nombre de retardataires, prie les autorités municipa (...)

113Les municipalités élues au cours des années suivantes réactivent ces mêmes mesures113. Elles doivent aussi assister les receveurs désignés ou maintenus par le pouvoir central, Alexandre Louis Liger de Maison Rouge114 et Maingault, en participant à l’élaboration des différents rôles exigés des autorités supérieures. Soucieux de donner l’exemple, les édiles s’inscrivent les premiers sur les rôles fiscaux en cours d’élaboration, le maire en tête, et versent au titre d’acompte des impôts pour 1791 un quart de leur contribution habituelle115.

  • 116 J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

114Pour faire face aux besoins urgents de l’État, et en attendant l’instauration de nouvelles impositions, la Constituante instaure, le 10 octobre 1789, une « contribution patriotique » établie sur les contribuables les plus aisés, c’est-à-dire ceux qui possèdent plus de 400 L de revenu annuel : on en espérait un rapport de 159 millions. On invite par ailleurs les citoyens moins aisés à faire des dons patriotiques. Les contribuables doivent déclarer leurs revenus avant le 1er janvier 1790. Ils auront à s’acquitter d’une taxe correspondant au quart du revenu net d’une année et payable en trois termes, fixés aux 1er avril de 1790, 1791 et 1792. Malgré des modalités souples, la contribution est levée tardivement dans tout le pays et ne rapporte qu’un médiocre total de 110 millions de livres en 1793116.

115Comme partout dans le royaume, les contribuables tourangeaux se montrent peu pressés de payer leurs impôts, et les autorités municipales, chargées de veiller à la mise en œuvre de la contribution patriotique, ont du mal à s’acquitter de leur mission tant elles sont submergées de tâches. Le suivi de ce dossier est par ailleurs d’autant plus compliqué que se chevauchent les procédures d’établissement et vérification des quotes-parts et de levée des sommes dues.

  • 117 Les officiers de la Garde citoyenne, qui doivent remettre leurs listes sous huit jours, rendent le (...)
  • 118 Luce doit recueillir les sommes, les inscrire sur deux registres et poursuivre les récalcitrants, (...)

116La loi est réceptionnée le 10 décembre 1789, à une époque troublée : la cité connaît de nouvelles difficultés d’approvisionnement et le Comité doute de sa légitimité. Quelques jours avant de se dissoudre, il ordonne aux officiers de la Garde citoyenne – ainsi que le faisait la municipalité d’Ancien Régime et comme le préconisait le texte officiel – d’élaborer la liste de toutes les personnes résidant dans la ville ; il repousse aussi à début janvier l’ouverture du registre destiné à recevoir les déclarations des contribuables117. Mais c’est seulement le 1er mars suivant que la municipalité nouvellement élue installe le « bureau de souscription », ouvre le registre annoncé et ordonne à son receveur de récolter les sommes versées au titre de la contribution patriotique118. Très vite cependant, il faut se rendre à l’évidence : les déclarations sont loin de satisfaire les autorités parisiennes – ministres et Assemblée nationale –, qui font connaître leur déception.

  • 119 ADIL, L 358, Compte de Luce au corps de ville (1790-1791).

117Pour accélérer le mouvement, le conseil municipal décide de taxer d’office les contribuables en utilisant les rôles établis par les officiers de la Garde citoyenne devenue nationale, rôles qui précisaient le montant des loyers, le nom des propriétaires et des locataires et le nombre de domestiques. Le 16 juin 1790, il peut présenter le rôle de la contribution, dont le total s’élève à 510 767 L. Sur cette somme, les contribuables tourangeaux déclarant plus de 400 L de revenus annuels sont redevables de 495 052 L (soit 97 % du montant total), les 15 715 L restants provenant de « dons patriotiques119 ».

  • 120 Le travail est long puisqu’il faut lire chaque requête et la modifier, s’il y a lieu, dans la marg (...)

118Par la suite, le dossier est transmis au conseil général afin qu’il puisse répondre aux réclamations et demandes d’exemption ou de dégrèvement, corriger les listes élaborées en février-mars et dresser des « listes de compléments ». Pour accélérer le travail, celui-ci s’attache les services de la Garde nationale et nomme d’abord six, puis huit commissaires120. Malgré cette organisation, le conseil général ne peut communiquer à temps le nom de tous les contribuables : certains de ceux qui devaient payer le premier terme de 1790 ne sont connus que… le 16 juillet 1791. Le même jour, il invite les retardataires du deuxième terme à payer sous quinzaine. Mais, malgré toute l’énergie déployée par la municipalité, les citoyens ne sont guère prompts à s’acquitter. En janvier 1792, Luce engage donc un huissier pour poursuivre les retardataires.

La mise en place des nouveaux impôts

  • 121 La première devait rapporter 210 millions de livres, soit les 3/4 des contributions directes, la s (...)
  • 122 J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

119La Constituante avait eu l’ambition de substituer aux impôts anciens, lourds et injustes, des « contributions » modérées, équitablement réparties sur le territoire et entre les citoyens, et valables seulement pour un an. Cette équité, pensait-elle, devait inciter les contribuables à payer spontanément. Pour atteindre toutes les fortunes, les députés créent trois contributions : la foncière atteint le revenu de la terre, la mobilière pèse surtout sur ceux de l’industrie et sur les rentes, et la patente concerne plus particulièrement les revenus commerciaux121. L’Assemblée n’institua pas d’administration fiscale spécifique, mais confia aux municipalités le soin de percevoir ces nouveaux impôts : la tâche se révéla difficile, si ce n’est impossible122.

120La loi des 23 novembre-1er décembre 1790 crée une contribution foncière et en fixe les modalités de levée, assez compliquées. Les députés, afin d’assurer à l’État un revenu fixe, maintiennent le principe de la répartition de l’impôt : ils en arrêtent chaque année le montant global et le répartissent entre les départements. Les administrateurs doivent, à leur tour, répartir la somme exigée d’eux entre les districts, ces derniers procédant à la ventilation entre les communes. Celles-ci doivent estimer « combien de sous et de deniers pour livre doivent être perçus », en veillant à ce que la contribution ne soit pas supérieure au 1/6 du revenu net de la propriété.

  • 123 Ils doivent inscrire sur des imprimés l’adresse du bien, le nom de famille du propriétaire, son no (...)

121La marche à suivre est simple, en théorie. Les édiles établissent la liste des biens imposables : les « matrices » ainsi obtenues doivent servir à fixer le « revenu net » des contribuables pour quinze ans. Dans la pratique, le travail est long et compliqué. À Tours, pourtant, la municipalité s’organise efficacement pour le mener à bien. Le 20 janvier 1791, elle invite les propriétaires à venir à son secrétariat déclarer la nature et la taille de leurs propriétés. Le 15 février, le conseil général divise la ville en 14 sections ; le 24 février suivant, il élit 56 commissaires, à raison de quatre par section, pour dresser un état estimatif des biens, suppléer aux absences de déclaration et rectifier celles qui sont inexactes, le tout sous la conduite de 14 officiers ou notables. Ces commissaires sont choisis au sein d’une assemblée d’une centaine de citoyens actifs (propriétaires, fermiers ou locataires). S’étant présentés le 3 mars, ils fixent au 10 mars le début de leurs travaux123.

  • 124 En dépit de leur application et d’une présence continuelle à l’hôtel de ville, « du matin au soir  (...)

122Par optimisme, ou par naïveté quant à la spontanéité attendue des contribuables, officiers municipaux et commissaires pensent que la besogne sera vite achevée. La réalité est tout autre car la tâche dépasse les compétences de ces simples citoyens, surtout à Tours où l’on a entrepris de mener de front les deux opérations d’estimation et de déclaration. Pour compliquer la situation, le conseil général prie quelques jours plus tard les commissaires de conduire les travaux de la contribution mobilière. Le 1er mai 1791, 14 cahiers sont ouverts pour recevoir sous quinze jours les déclarations des contribuables, ou de leurs fermiers ou régisseurs, et ce dans « autant de section qu’ils possèdent des biens ». Sans bien réaliser que ce délai est trop court, le corps de ville convoque pour le 16 mai les commissaires afin de commencer les vérifications et de rédiger les compléments qui s’imposent. Constitués en 14 bureaux, ces auxiliaires entament effectivement leur travail… pour le suspendre au bout de deux jours. Ils annoncent qu’ils reprendront leurs travaux le 8 août, le temps pour les contribuables de faire leurs déclarations. Malgré cette décision, les commissaires ont du mal à travailler124 : leur premier rôle, présenté le 28 novembre 1791 et transmis au District le 5 décembre, se révèle incomplet. Et, malgré un rappel à l’ordre des autorités supérieures et l’ouverture de nouveaux bureaux, la Ville n’est pas en mesure de fournir un rôle convenable avant la chute du Trône.

123Les mêmes difficultés se retrouvent pour la contribution mobilière décidée par la loi des 13 janvier-18 février 1791. Elle est plus difficile à établir, car elle pèse sur des revenus dont l’évaluation ne peut se fonder que sur les déclarations des contribuables ou les signes extérieurs de leur richesse. Dans le premier cas, les déclarations sont sans valeur si on ne les vérifie pas – or les Constituants répugnent à toute forme d’inquisition ; dans le second, il faut choisir les signes en question. Au final, l’Assemblée établit cinq taxes : la première, due par tous les contribuables ayant quelques facultés, est égale à trois journées de travail ; la seconde porte sur les domestiques ; la troisième sur les chevaux et mulets ; la quatrième, la plus importante, a pour but d’atteindre les revenus de l’ » industrie » et les richesses mobilières ; la cinquième enfin est une taxe d’habitation.

124En théorie, chaque contribuable remplit tous les ans une déclaration indiquant le prix de son loyer, le nombre de ses domestiques et de ses chevaux, le nombre d’enfants à sa charge, sa profession, son « industrie », sa situation familiale et les sommes payées au titre de la contribution foncière dans les différents départements. Les municipalités les contrôlent et dressent d’office celles des citoyens négligents. Dans la pratique, le corps de ville de Tours est confronté à de nombreuses difficultés techniques. Le 14 juin 1791, tout en invitant les contribuables à faire leurs déclarations, il convoque les commissaires élus en février pour travailler à la contribution foncière et les charge d’élaborer un état des habitants, d’examiner leurs déclarations et de suppléer à celles qui sont manquantes ou incomplètes. Pour faciliter leur tâche, ces auxiliaires sont autorisés à créer autant de bureaux qu’il y a de sections. Malgré cette organisation et les injonctions du Département et du District, le travail progresse lentement : en juillet, on presse encore les retardataires de faire leur déclaration sous huitaine. Ce n’est que le 9 mars 1792 que la matrice du rôle de la contribution mobilière est achevée.

125De leur côté, les commerçants, qui viennent de bénéficier de la suppression des jurandes et maîtrises ainsi que des taxes qu’elles comportaient, sont soumis par la loi des 2-17 mars 1791 à une patente calculée en fonction du loyer de leur boutique, magasin ou atelier, à raison de 2 sous par livre jusqu’à 400 L, 2 sous 6 deniers de 400 à 800 L et 3 sous au-delà. Le rendement de cette taxe, qui devait permettre de réunir un total de 12 millions de livres, est médiocre puisqu’on n’en recueille que 4,8 millions. De fait, elle n’a été levée vraiment rigoureusement que dans les grandes villes, où les municipalités – les seules qui bénéficiaient de la mesure – ont été bien heureuses de percevoir pour leur budget les 2 sols par livre qu’elles prélevaient sur la totalité de la patente de la commune.

126À Tours, la municipalité, intéressée par cette rentrée d’argent, se met très vite au travail. Elle fait imprimer les feuillets du registre, d’après le modèle prescrit par le décret du 2 mars, et l’ouvre aux contribuables le 29 avril 1791. Elle recueille les déclarations et les vérifie soigneusement, refusant toute exemption qui paraît excessive et remboursant les trop-perçus. Malgré quelques difficultés, notamment techniques, elle affiche dès juin un avis pour rappeler les retardataires à leur devoir, avant de les informer en août qu’elle entamait des poursuites à leur encontre. De son côté, le receveur municipal, qui remplace le percepteur des contributions en attendant la nomination de celui-ci, remet tous les deux mois environ le « bordereau de recette » des 2 sols par livre perçue qui reviennent à la Ville.

  • 125 La caution devait donc être de 44 068 L. AMT, 1D25, 9 décembre 1791.
  • 126 Le contrat précisait que le receveur recevrait 3 deniers pour livre perçue au titre de la contribu (...)

127Le recouvrement des trois impôts institués en 1791 doit être confié, d’après la loi, à un seul percepteur, choisi au terme d’une adjudication au rabais. La loi du 2 octobre 1791 exige peu de compétences techniques mais une solide caution équivalente au tiers du total des contributions. Pour 1791, la contribution foncière se monte à 124 801 L, la contribution mobilière à 139 607 L et la patente à 24 000 L, soit 288 408 L pour l’ensemble125. Le 18 décembre 1791, le conseil général désigne comme percepteur le receveur, Pierre Alexandre Choisnard, qui a emporté le contrat en acceptant une rémunération de 2 575 L126. Son travail est astreignant, puisqu’il doit recouvrer les sommes dues et les reverser au receveur du District, donner une quittance aux contribuables, indiquer sur un rôle, en toutes lettres, les paiements effectués et présenter ce rôle au procureur du roi de la commune chargé de le vérifier. Se comportant en receveur consciencieux et compréhensif, Choisnard fait vérifier ses comptes régulièrement et accepte que la Ville puise quelques fonds dans ses caisses.

128Bien vite cependant, l’Assemblée nationale se rend compte de la difficulté de la tâche demandée aux élus municipaux. Au début du mois de janvier 1792, inquiète du demi-échec de la patente, elle crée des « visiteurs de rôles » pour vérifier les listes des patentés, aider à la confection des matrices des contributions foncière et mobilière, et de manière générale, résoudre les difficultés relatives aux impôts. Un certain Lévêque, pourvu d’une commission de « visiteur principal des rôles des impositions du département » d’Indre-et-Loire par le Département, se présente en janvier 1792. Le 10 mars suivant, il remet au conseil municipal le rôle des patentes pour 1791 : le document est transmis au receveur Choisnard, qui a la mission de lever les sommes indiquées.

  • 127 Le District est ainsi désormais chargé d’examiner les réclamations, ce qui allège considérablement (...)

129Les édiles, désormais mieux soutenus par les autorités supérieures, notamment par le District127, consacrent l’année 1792 à renouveler et à compléter les rôles des trois impôts mis en place, pour l’essentiel, l’année précédente. Le rôle des patentes est constamment mis à jour : on invite régulièrement les citoyens exerçant un métier à venir s’inscrire sur un registre spécifique, qu’on émarge tous les trimestres avant de le remettre au receveur. De son côté, le conseil général décide le 17 mars de réviser le rôle de la contribution mobilière. Pour ce faire, il réunit le 16 avril les commissaires élus l’année précédente et remplace les absents ou les démissionnaires. Ces commissaires sont chargés d’établir des listes additionnelles pour les oubliés de 1791 et d’établir un rôle pour l’année 1792. Pour faciliter le travail du secrétaire, qui, lorsqu’il recueille les déclarations des citoyens, déplore que ceux-ci ignorent la section à laquelle ils appartiennent, on demande aux commissaires de parcourir les rues de leur section pour préciser leur adresse aux contribuables. Le 28 avril, les commissaires présentent un premier « rôle de supplément » que le conseil municipal envoie au District et au receveur Choisnard. Dix autres « rôles de supplément » suivent dans les mois suivants.

Les « caisses patriotiques » : une réponse municipale à la pénurie monétaire

  • 128 J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

130Les émissions répétées d’assignats, mis en circulation par l’Assemblée pour améliorer la circulation de l’argent, entraînent paradoxalement une pénurie de monnaie du fait de la thésaurisation des espèces métalliques. Les premières émissions d’assignats ne comportant que de grosses coupures, il s’ensuit également une pénurie de petite monnaie, que l’on ressent dès le début de 1790. Devant la passivité de l’Assemblée, des associations se forment, d’abord en province – les premières sont celles de Lyon et Bordeaux –, qui se chargent d’imprimer des « billets de confiance », c’est-à-dire de petites coupures contre lesquelles on peut échanger les assignats128. Tours recourt elle aussi à ce système et crée deux « caisses patriotiques », l’une au printemps 1791, sur décision du conseil général, et une seconde, en février 1792, que le Département, le District et la Ville gèrent conjointement.

  • 129 AMT, 1D5.
  • 130 Avrouin-Foulon avait tenu en décembre le bureau de vérification des déclarations des biens nationa (...)

131Le 22 avril 1791, le conseil général, pressé par quelques négociants soucieux de leurs intérêts, fait la lecture du « plan d’une caisse patriotique établie à Lyon ». Il adopte aussitôt le principe de créer un établissement semblable à Tours, moyennant quelques amendements129. Une semaine plus tard, le 29 avril, le projet de la « caisse patriotique » tourangelle est imprimé et communiqué aux divers corps administratifs pour avoir leur avis. Il est définitivement arrêté le 6 juin et son exécution fixée au 11 de ce mois. Cet établissement, placé sous la seule responsabilité de la commune, est chargé d’émettre des « mandats », sous forme de cartes blanches, de 20, 30 et 60 sols, contre lesquels les citoyens peuvent échanger leurs assignats, moins une retenue variant selon leur valeur de 0,5 à 2 % et destinée à pourvoir aux frais de fonctionnement. Le change peut aussi fonctionner dans l’autre sens, mandats de la caisse contre assignats. Le citoyen Charles Gilles Avrouin-Foulon est désigné comme caissier : rémunéré 600 L par an, il accepte d’ouvrir un bureau tous les matins, sauf les dimanches et fêtes, et de signer, en compagnie de deux « agents gratuits de la commune », les cartes délivrées. Le public se presse tant à ce bureau, d’abord installé au domicile privé du receveur puis dans l’ancien appartement du concierge situé au rez-de-chaussée de l’hôtel de ville, qu’Avrouin-Foulon doit restreindre ses horaires d’ouverture aux mercredis et samedis « pour ne pas être dérangé dans ses signatures ». Surtout, il obtient en juillet le concours de deux puis de six citoyens « actifs », qui, en échange d’une modeste rétribution de 2 sols le paquet de cent, l’aident à parapher les cartes130.

  • 131 Un mini-scandale illustre cette pénurie persistante. Le 1er décembre 1791, la Ville reçoit de la c (...)

132La mesure ne suffit pourtant pas. Tours continue à souffrir du défaut de petite monnaie et la Ville est obligée de gérer la pénurie131. La circulation de cette « monnaie fictive » ne va d’ailleurs pas de soi. Dès le lancement des premières cartes, des « rumeurs » circulent qui entraînent la suspension provisoire des transactions et le renforcement des patrouilles de nuit. Certains artisans et boutiquiers de la ville, comme les boulangers et surtout les gens de la campagne venus approvisionner les marchés, refusent d’accepter les nouveaux billets. À la fin du mois d’août 1791, le conseil général sollicite des boulangers l’engagement individuel « de consentir à recevoir en payement les cartes ou mandats de confiance » et invite tous les citoyens à dénoncer ceux « qui auront refusé de recevoir des cartes en payement », ainsi que tous ceux qui auraient tenu « des discours tendants [sic] à discréditer […], soit les cartes de confiance, soit les assignats ». Le 5 septembre, dix boulangers se présentent et s’engagent à accepter les cartes de confiance ; d’autres les imitent par la suite.

  • 132 Ces cartes blanches, fabriquées « sur un bon papier », portent en haut le titre de « Caisse patrio (...)

133Le 5 décembre 1791, le conseil général décide d’émettre de nouvelles cartes de 10, 15, 30 et 50 sols, sur le modèle des billets de confiance de Bordeaux et non plus de Lyon. Cette fois, on demande au Département de fixer le montant total et de subvenir à la dépense132. Celui-ci accepte et obtient par ailleurs le concours du District. Cependant, l’impression de ces billets de confiance est très longue à réaliser. En attendant, la Ville est autorisée à mettre en circulation, pour un montant de 40 000 L, les cartes de confiance de sa caisse patriotique qui avaient été imprimées mais n’avaient pas été signées. Le 30 janvier 1792, elle est également autorisée à émettre de nouvelles cartes, de 20 et 30 sols cette fois-ci ainsi que de 3 L, pour arrêter « l’agiotage, qui se fait au détriment de la classe du peuple la plus indigente ». Il semble, en effet, que certains individus spéculent sur la valeur des billets de confiance en les thésaurisant, avant de les remettre en abondance sur le marché.

  • 133 La Ville reçoit les petits assignats de 5 L pour » faire sortir de la circulation les cartes de co (...)

134Le 8 février enfin, le Département annonce que le matériel nécessaire à la fabrication des billets qu’il veut mettre en circulation, « les types, matrisses [sic] et caractères […, est] sur le point d’arriver ». Les trois administrations impliquées dans la gestion de la nouvelle caisse patriotique, Département, District et municipalité, désignent chacune cinq personnes pour signer les nouveaux billets de confiance. Toutefois, la caisse départementale est mise en place au moment où le besoin de petite monnaie diminue. En effet, les livraisons par l’État d’assignats de faible valeur et de monnaie de billon se font plus nombreuses dès la fin de l’année 1791, notamment sous la pression de la Ville elle-même133 ; elles se multiplient encore dans les premiers mois de 1792. Dès le mois de mars, on commence à brûler les cartes inutilisées de la première caisse patriotique, celle propre à la municipalité, tandis que les matrices sont déposées au greffe de l’hôtel de ville. Le Département pousse au retrait des billets de confiance de la caisse municipale, « attendu […] la falsification desd cartes ». De fait, on démantèle en février un réseau de production de fausses cartes mettant notamment en cause le graveur employé par la municipalité. En mai, on découvre un atelier de fabrication à Sainte-Radegonde : un des faussaires est emprisonné, tandis que son complice échappe aux forces de l’ordre en fuyant vers Paris.

  • 134 On accélère les opérations en réservant les mercredi et samedi matin aux « citoyens du dehors de T (...)
  • 135 Le 7 mai, on brûle place de la Nation plus de 150 000 L de cartes. Le 8août, 112 279 L sont réduit (...)

135La Ville décide donc de faire disparaître totalement ses propres cartes : elle brûle les billets inutilisés, brise les matrices et met en place une organisation destinée à récupérer ceux qui sont mis en circulation. Elle installe dans l’église Saint-Saturnin trois bureaux d’échange de ses billets contre de petits assignats. Ces bureaux sont ouverts chaque jour134, puis, devant la raréfaction des échanges, voient leur activité progressivement restreinte à deux jours hebdomadaires à la mi-mai, puis à un seul en juin, le samedi. Ce jour est choisi car c’est celui du marché : or, les cartes restant à échanger sont disséminées dans les campagnes. Le 26 juin 1792, comme il ne reste plus à échanger qu’une somme de 11 000 à 12 000 L, on supprime, à compter du 1er juillet, le dernier bureau, qu’on remplace par quatre bureaux d’échange permanents établis chez des particuliers. Dès le mois de mai, les cartes récupérées sont brûlées135, les comptes du caissier définitivement arrêtés et le reliquat des fonds est versé dans la nouvelle caisse départementale. Celle-ci subsiste jusqu’à l’automne. La distribution de petite monnaie rendant inutiles les billets des caisses patriotiques, la Législative interdit les émissions par des caisses particulières dès le 30 mars, mais elle ne défend la circulation des billets que le 2 novembre 1792. L’arrivée massive de petites coupures d’assignats permet le retrait progressif des billets de confiance du Département en novembre et décembre.

L’accueil des troupes : une mission passée au second plan

  • 136 Comme pour l’Ancien Régime, il est difficile, faute de documents, de faire la liste de ces régimen (...)
  • 137 Recevant la visite de M. de Chabriant, inspecteur général de la 23e division, la municipalité dit (...)

136Comme sous l’Ancien Régime, Tours voit défiler de nombreux régiments136, qu’elle doit loger et avec lesquels elle tente d’entretenir de bonnes relations, afin de préserver la tranquillité de la cité. Et, comme au cours de la période précédente, les municipalités sont bien aises de trouver des soldats pour les aider à maintenir l’ordre, en complément de la maréchaussée et de la Garde nationale. Elles leur demandent de patrouiller dans les rues, sur les places et les marchés, au théâtre, mais également d’apporter leur concours lors des calamités, tels les inondations ou les incendies. L’activité de ces soldats appelés par les autorités municipales explique en grande partie le retour au calme dans le courant de l’année 1790 : de fait, Tours ne connaît pas de troubles graves, contrairement à Angers137.

  • 138 Les départements d’Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Loir-et-Cher font désormais (...)

137L’aide précieuse apportée par les régiments explique que la Ville ait tenu à conserver de bonnes relations avec eux. Si l’Assemblée nationale n’entreprend pas de grande réforme de l’armée138, elle tient à codifier les relations entre les régiments, les villes et les gardes nationales. Ainsi, lorsqu’un régiment entre dans une cité, il doit être accueilli par un détachement du régiment qu’il remplace, devant l’hôtel de ville, en présence des édiles. Le nouveau régiment doit alors sortir « ses guidons […] en honneur à rendre à la municipalité ». En échange de quoi, celle-ci lui délivre « un certificat de bien vivre ». Le tout se déroule généralement en présence du peuple, qui prise fort un rituel à l’allure d’un spectacle.

  • 139 Entre 1790 et 1792, la Ville loue essentiellement deux maisons : l’une appartenant à un certain Pi (...)

138Pour loger ces soldats, les édiles n’ont pas d’autres solutions que celles utilisées par leurs prédécesseurs, sous l’autorité du Département cette fois : l’hébergement dans les auberges et des « casernes », c’est-à-dire des maisons particulières louées pour l’occasion. Comme précédemment, les édiles établissent à intervalles réguliers la liste des personnes qui ne peuvent être contraintes à ce logement : des pauvres, des femmes, mais aussi des citoyens qui, en échange d’une petite somme, sont déchargés du logement et orientent les soldats vers les aubergistes. Hormis le château, qui est régulièrement utilisé pour loger la troupe, la Ville loue quelques maisons spacieuses139 qu’il lui faut, en général, réparer après le passage des régiments. En avril 1792, la Ville, qui manque de lits pour un régiment, obtient du Département l’autorisation d’occuper l’ancienne abbaye de Saint-Julien.

  • 140 Le gestionnaire des grains militaires, Longraire, dispose d’un « magasin » dans l’ancien couvent d (...)
  • 141 L’acheminement du blé acheté (pour un total de 7 000 L) provoque un certain affolement de la popul (...)

139L’approvisionnement des soldats en garnison, dont la Ville n’est pas directement responsable, pose parfois quelques problèmes, tant la population est prompte à s’émouvoir des achats de grains pour l’armée, vite soupçonnée de contribuer à affamer la population civile140. Une longue affaire assombrit quelque peu les relations entre l’armée et le Comité au deuxième semestre de 1789. En pleine crise frumentaire estivale, le régiment d’Anjou avait offert au corps de ville une partie des grains conservés dans son magasin, à charge pour ce dernier de restituer cette avance lorsque la crise serait passée. La municipalité avait venduces » bleds »à la population le 21 juillet. Le 11 septembre, le commandant du régiment vient réclamer son dû. L’arrivée inopinée de bateaux, chargés de grains destinés aux troupes qui remontaient la Loire de Nantes à Blois, permet au Comité d’obtenir un délai supplémentaire de deux mois, le régiment étant autorisé à faire conduire dans ses magasins 300 sacs de froment et 100 de seigle. Toutefois, la nouvelle autorité urbaine juge prudent de faire surveiller le débarquement par la Garde citoyenne, « pour éviter les propos du peuple ». Cette précaution n’est sans doute pas inutile, comme en témoignent les « inquiétudes » qu’éprouvent, début octobre, les Tourangeaux lorsqu’ils apprennent que le régiment a fait acheter cinq à six setiers de blé au marché : ils ignoraient que le Comité lui-même avait autorisé le commandant à faire ces achats – que devait régler le bureau des subsistances – comme une petite partie du remboursement promis par la Ville. Le 4 novembre, le commandant demande « justice pour le régiment de l’accusation qu’il a appris qu’on avoit portée contre luy de faire des achats de grains » et réclame « la prompte rentrée […] des grains qu’il a avancé [sic] ». Le Comité présente des excuses embarrassées, mais demande un nouveau sursis pour le remboursement des grains. Il s’écoule encore un mois avant que le commandant ne se décide à lancer une sorte d’ultimatum. Son régiment n’ayant plus de réserves, il menace d’aviser le ministre si le blé n’est pas rendu à l’armée avant le 15 décembre. Cette fois, le Comité s’exécute : il envoie des membres du bureau des subsistances faire des achats de blé pour le régiment à Chinon, Richelieu puis à La Haye, « préférant les prendre au dehors des alentours de la ville, pour ne point dégarnir ses marchés ». Le régiment recouvre ses grains dans le courant du mois de janvier 1790141. Au cours des années suivantes, le transfert au District et au Département de l’approvisionnement des militaires calme la situation, le rôle de la municipalité étant désormais réduit à la vérification des mesures utilisées par les étapiers ou par les différents fournisseurs, et à la qualité des denrées livrées.

  • 142 Une bagarre, qui avait fait trois blessés parmi les soldats, dégénéra : la Garde nationale, envoyé (...)

140L’essentiel de l’attention des édiles étant désormais consacré au maintien de la tranquillité publique, ceux-ci cherchent à entretenir de bonnes relations avec les soldats. C’est en général le ton qu’ils donnent aux règlements élaborés et lus aux habitants et aux soldats à leur arrivée. En ce domaine, ils reprennent exactement les usages des municipalités de la période antérieure. Ils demandent que les officiers des régiments punissent les injures ou les comportements irrespectueux des soldats à l’égard des habitants. À l’inverse, ils demandent aux citadins d’adopter une attitude correcte envers les soldats. Enfin, officiers militaires et édiles s’accordent pour régler au plus vite les rixes qui peuvent éclater entre soldats et habitants, telle celle qui eut lieu le 1er juillet 1792 à Saint-Symphorien avec des grenadiers du 32e régiment et qui manqua de provoquer un « soulèvement » général du faubourg142.

  • 143 La plainte déposée par le Comité contre les auteurs des insultes fut imprimée par Dansault pour ca (...)
  • 144 Cf. chap. iii.

141Mais, aux querelles habituelles entre citoyens et soldats, viennent désormais s’ajouter des discordes à caractère plus politique. Le 13 août 1789, Dansault, officier du régiment d’Anjou, se plaint qu’un homme « vil » se soit « enveloppé des ombres de la nuit pour » installer « place Saint-Pierre, un poteau sur lequel étoit colé un écriteau infamant contre Monsieur d’Escrimes [sic] et moi. Cette insulte ne peut ni ne doit affecter un cœur comme le mien », prétend-il, ce qui ne l’empêche pas de réclamer justice, non tant pour lui-même, que pour calmer ses hommes qui se sentent offensés et dont il ne peut garantir la réaction « s’il arrivoit une emeute populaire143 ». Quelques jours plus tard, le même Dansault est bousculé par deux hommes venus lui présenter une cocarde tricolore, signe de reconnaissance des « patriotes ». Mais la méthode employée est si brutale qu’il en a été surpris et offensé. Afin de ramener la concorde, le Comité réprimande les responsables, deux officiers de la milice. Au cours du même mois, des citoyens s’inquiètent du fait que seuls les soldats du régiment d’Anjou portent la cocarde. Pour éviter « une émotion du peuple », le Comité distribue des cocardes à tous les militaires qui se trouvent à Tours et décide qu’ils prêteront serment le 20 août, place de l’hôtel de ville144.

  • 145 AMT, 1D24.

142La méfiance de la population à l’égard des militaires s’apaise par la suite, mais elle est ravivée de temps à autre à l’annonce d’événements exceptionnels. Une crise particulièrement grave éclate le 22 juin 1791, jour où parvient la nouvelle de « l’enlèvement du roi », en raison des soupçons qui pèsent sur le « patriotisme » du 32e régiment, ci-devant de Bassigny, et notamment de son commandant, monsieur de Saint-Tropez. Celui-ci est arrêté chez un manufacturier de faïence, alors que, vêtu d’un habit d’ouvrier, il s’apprête à quitter la ville. Déféré à la municipalité vers les onze heures du soir, il est interrogé puis mené « provisoirement » en prison, « tant pour sa propre sûreté que relativement aux circonstances », tandis que le maire se charge, vers les trois heures du matin, de porter les procès-verbaux de l’affaire au Département. Le lendemain, une députation du régiment de Bassigny vient déclarer au corps municipal ne plus vouloir reconnaître monsieur de Saint-Tropez et avoir choisi pour nouveau commandant monsieur de Rossenac145.

  • 146 AMT, 1D24, 13 décembre 1790, 1D25, 19 août 1791 et 1D5, 28 février 1791.

143En dépit de la difficulté d’accueillir des soldats, il n’est pas question pour les autorités de renoncer, même momentanément, à ces précieux auxiliaires. C’est ce que révèlent plusieurs courriers, envoyés par les édiles au ministère de la Guerre à la moindre rumeur de déplacement des régiments. En novembre 1789, une lettre officielle annonce le départ pour Saumur de 25 soldats du Royal Roussillon. Bersiny, un des responsables de l’administration militaire à Paris, se laisse convaincre de maintenir le régiment àTours : « J’étois loin de croire à l’importance que [représentaient ces soldats pour] les officiers municipaux et citoyens de […] Tours. » Il en est de même, au cours des années suivantes, notamment en février 1791, lorsque les autorités municipales et départementales rédigent une pétition commune, soutenue et signée par un certain nombre de citoyens, réclamant le maintien à Tours du 32e qui devait partir pour Blois146.

*

144Il est indéniable que les autorités municipales de Tours, d’Ancien Régime comme du début de la Révolution, ont participé de manière active à la mise en œuvre de la politique décidée par le gouvernement central. Mais les domaines d’intervention et les méthodes de travail ont radicalement changé entre 1765 et 1792.

145Sous l’Ancien Régime, les contributions municipales ressortissent à trois domaines : l’organisation des cérémonies officielles exprimant la soumission et la fidélité de la ville à son souverain ; l’aide apportée dans le domaine militaire ; et la participation, même modeste, à l’administration fiscale. Ces tâches s’alourdissent progressivement dans les dernières années : la collaboration municipale augmente notablement dans le domaine militaire après l’achèvement de la nouvelle route de Paris en Espagne, tandis que l’intendant Du Cluzel exige des officiers municipaux une contribution plus importante en matière fiscale.

146La Révolution vient bouleverser les habitudes. Si les édiles continuent à organiser des cérémonies officielles destinées à manifester, comme par le passé, l’attachement de la population au régime, cette tâche passe au second plan, tout comme la contribution qu’ils apportent au fonctionnement de l’armée. Le travail demandé au corps de ville au début de la Révolution est néanmoins immense et varié. L’institution municipale, la première à retrouver un fonctionnement normal, devient un maillon indispensable durant cette période charnière, au cours de laquelle les nouvelles administrations supérieures se mettent en place, tandis que celles de l’Ancien Régime s’effondrent. Sa charge de travail s’alourdit dans les domaines administratif, judiciaire et surtout fiscal, ce qui confère aux édiles des compétences plus grandes que par le passé. Mais, si l’apport de la municipalité est relativement satisfaisant dans les deux premiers domaines, il l’est beaucoup moins dans le troisième : les tâches demandées excèdent ses compétences. Le pouvoir central s’en rend compte, mais il faudra attendre le Directoire pour que soit mise en place une administration fiscale spécifique.

147Si la plupart des tâches nouvelles sont imposées par les autorités centrales, d’autres sont dues à l’initiative des édiles eux-mêmes : ainsi, la création des « caisses patriotiques » montre leur volonté de résoudre de façon pragmatique les problèmes locaux. Bien que leurs pouvoirs aient clairement été modestes, les élus tourangeaux se sont indéniablement montrés très actifs pour relayer et faire appliquer les décisions du gouvernement. Toutefois, la multitude de leurs devoirs, jointe à l’avancée rapide du processus révolutionnaire qui a dû en effrayer plus d’un, ont peu à peu émoussé leur dynamisme : beaucoup ont été tentés de se tourner de plus en plus fréquemment vers le District, le Département et l’Assemblée nationale pour se décharger de décisions ou de tâches délicates. À cause de la difficile conjoncture politique, cette première expérience de ce que nous appellerions de nos jours « décentralisation » – et dont on pourrait faire remonter les racines à L’Averdy et à sa réforme, du moins pour les domaines administratif et fiscal – ne pouvait qu’échouer.

Notes

1 B. Chevalier, Les bonnes villes, op. cit. Cette tradition, née au Moyen Âge, avait perduré par la suite, ce qui n’avait pas toujours été un avantage pour la cité : afin de financer sa politique, Louis XIV profita de cette relationprivilégiéepourpuiserabondammentdanslescaissesdelaville.C. Petitfrère, » Les embarras… », op. cit. ; F.-X. Emmanuelli, L’argent dans la ville, 2001. Cf. chap.v.

2 Venu de Montauban, où il a dû affronter la cour des aides, Gaspard César Charles de Lescalopier passe 10 ans à Tours, succédant à Savalette de Magnanville, intendant depuis 1745. François Pierre Du Cluzel, marquis de Montpipeau, baron de Cheray, seigneur de Blanville, meurt en charge, après dix-sept ans en Touraine. Il résidait volontiers dans sa généralité, à l’hôtel de l’intendance ou dans ses résidences privées de Saint-Côme et de Grandmont, et disposait aussi d’un « appartement » à Chanteloup. Si ce commissaire départi « usurpe parfois l’œuvre de ses prédécesseurs qui est moins connue » (B. Maillard, Les campagnes, op. cit.), cela est dû à la richesse du fonds de la série C des ADIL étudiée à la fin du xixe siècle par F. Dumas, La généralité de Tours au xviiie siècle, 1894.

3 Sans doute moins remarquable que celle de son prédécesseur, la personnalité de Marius Jean-Baptiste Nicolas d’Aine était surtout moins appréciée : Diderot dit de lui que c’était un « petit maître » (Œuvres complètes, Laffont Bouquins, t. v). Né à Paris d’un père anobli par l’acquisition d’une charge de secrétaire du roi, il est d’abord avocat au parlement et procureur du roi au bureau des finances de Paris (1750), conseiller au Grand Conseil, puis maître des requêtes (1757). En 1762, il épouse la fille d’un secrétaire du roi, Anne Magdeleine Geoffroy, dont la famille a également été anoblie par charge. Il débute comme intendant à Pau en 1767, succède à Turgot à Limoges en 1774, puis à Du Cluzel à Tours en novembre 1783. Il réside moins souvent à Tours et son action y est moins marquante que celle de son prédécesseur. F. Lebrun, « Les intendants de Tours et d’Orléans aux xviie et xviiie siècles », 1971.

4 À la veille de la Révolution, l’intendance emploie neuf collaborateurs (cinq secrétaires chefs de bureau et quatre commis aux expéditions), ce qui représente un faible encadrement administratif par comparaison avec le Département d’Indre-et-Loire, bien moins vaste, qui salariera neuf personnes en 1790. Le premier secrétaire de l’intendance est Denis Nicolas Genty ; les autres sont Nadaud, Guillotin, Delu et Huchet (les commis sont Joly de Rosoy, Pasquier, Denis et Jarossier). Né en 1718 à Paris, Genty était le fils d’un trésorier de France. Entré à l’intendance de Paris en 1740, il arriva à Tours en 1745, où il devint premier secrétaire de Savalette et où il épousa, en 1765, Esther Louise Conzay, la fille d’un marchand tourangeau. Il occupa le poste de premier secrétaire jusqu’en 1783, date à laquelle il reçut une commission de subdélégué général qui lui fut renouvelée en 1788. Après avoir garanti la continuité des dossiers de l’intendance durant plus de 40 ans, il assura le relais avec les nouvelles administrations en 1789 et 1790. En 1791, il s’installa à Paris, où il mourut le 5 février 1798. J.-A. Tournerie, « La fin de l’intendance de Tours », 1978.

5 Choiseul avait succédé à Charles de Bourbon-Condé, prince de Charolais, gouverneur de Touraine de 1720 à 1761.

6 Charles Henri, comte d’Estaing, marquis de Saillans, naît en 1729 en Auvergne. Il se bat en Flandre, où il acquiert le grade de colonel, puis s’embarque en 1756 pour les Indes afin de combattre les Anglais, dont il est prisonnier quelque temps. Il est décoré de l’ordre du Saint-Esprit en 1767. Il s’engage en 1777 dans la guerre d’Indépendance des États-Unis ; devenu vice-amiral en 1778, il s’empare de l’île de la Grenade le 6 juillet 1779. En récompense, Louis XVI lui promet la première place de gouverneur qui se trouvera vacante : ce sera la Touraine, où sa femme, Marie Sophie de Château-Renault, possédait des terres héritées de son grand-père, le maréchal de Château-Renault. D’Estaing a par ailleurs été gouverneur de Saint-Domingue (1763-1766). Proche de Marie-Antoinette, il témoigne à son procès en octobre 1793. Condamné pour cela par le Tribunal révolutionnaire, et aussi pour avoir commandé la Garde nationale de Versailles lors des journées d’octobre 1789, il meurt sur l’échafaud le 28 avril 1794. Franc-maçon et membre de l’ordre américain des Cincinnati, il a rédigé plusieurs ouvrages : un Aperçu hasardé sur les colonies (1790), Les Thermopyles (une tragédie parue en 1791) et Rozenie ou Les Moscovites, un ouvrage à la gloire de Catherine de Russie. M. Vergé-Franceschi, La Royale au temps de l’amiral d’Estaing, 1977, et J. Michel, La vie aventureuse et mouvementée de Charles-Henri comte d’Estaing, 1976.

7 Henri Marie Bernardin Rosset de Ceilhes de Fleury fut archevêque de Tours de décembre 1750 à décembre 1774, avant de devenir archevêque de Cambrai de 1774 à 1781. Joachim François Mamert de Conzié resta en fonction jusqu’en 1790, date à laquelle il émigra. Il fut remplacé par Pierre Suzor, élu archevêque le 14 mars 1791.

8 A. Herbet, Fêtes et divertissements à Tours à la fin du règne de Louis XV, 1988 ; C. Marceau-Marchon, Les fêtes à Tours (1760-1799), 1985.

9 « L’usage des présents est […] très ancien » et est pratiqué comme « un témoignage de la soumission et du respect qui est dû aux souverains et à ceux qui sont revêtus de leur autorité » (L. Benoît de La Grandière, op. cit.). Au cours des siècles précédents, les cadeaux étaient de diverses natures et offerts à des moments variés. En 1431, on offre du poisson et des bougies à des ambassadeurs ; en 1432, de la vaisselle d’or et des bestiaux au Dauphin à l’occasion de son mariage. En 1488, on envoie au roi des melons de Langeais afin d’obtenir son soutien lors d’une affaire de justice pendant au Conseil. En 1512, Anne de Bretagne reçoit en présents des torches, des bougies et « 200 belles poires de bon-chrétien [sic] ». L. Benoît de La Grandière, op. cit. ; ADIL, C 329 et AMT, BB 7-8.

10 Fille de Louis III, prince de Condé (1668-1710), et de mademoiselle de Nantes, fille légitimée de Louis XIV, Elisabeth-Louise de Bourbon-Condé naît à Versailles en 1703. Elle est la sœur de Louis Henri Ier, duc de Bourbon-Condé (1692-1740), et de Charles, comte de Charolais et gouverneur de la Touraine jusqu’à sa mort en 1761. Louise Adélaïde de Condé est la fille de Louis Joseph de Bourbon et de Charlotte de Rohan-Soubise.

11 Les délibérations sont formelles quant au premier – le duc ne prit jamais la peine de faire « son entrée comme gouverneur » – et ne mentionnent aucune réception pour son successeur, le comte d’Estaing. Cette information est donnée lors des réunions de travail organisées pour préparer les obsèques de Louis XV. AMT, BB 75. Le corps de ville précisait que Choiseul, n’ayant pas fait d’entrée officielle, ne pouvait paraître en ville à la cérémonie organisée en l’honneur du souverain défunt. Mais peut-être s’agissait-il là d’un moyen discret pour dispenser le gouverneur d’assister aux obsèques de celui qui avait contribué à son éviction politique ?

12 Il s’agit de la naissance de Louis Antoine de Bourbon-Condé, duc d’Enghien, fils de Louis Henri II, duc de Condé et petit-neveu de l’abbesse de Beaumont.

13 AMT, BB 75, 12 et 15 juin 1774.

14 Sur l’histoire de ce présent, cf. chap. II.

15 Ces visites permettent de savoir que l’intendant passait généralement l’hiver à Paris, revenait à Tours en mai ou juin et se rendait sur ses terres de Montpipeau au cours de l’été. De son côté, le gouverneur rentrait de la capitale généralement en avril. La visite des délégués municipaux est parfois l’occasion d’évoquer des projets chers à la ville.

16 Plusieurs de ces touristes ont laissé des témoignages de leur visite : A. Young, Voyages en France 1787, 1788 et 1789, éd. 1976 ; Journal de Madame Cradock. Voyage en France (1783-1786), éd. 1986.

17 Le comte d’Artois, qui effectue un voyage sur les côtes et dans les « provinces méridionales du royaume », s’arrête à Chanteloup le 7 juin 1777. De là, il informe l’intendant qu’il compte faire une halte rapide à Tours le lendemain. AMT, BB 76. Il s’y arrête de nouveau cinq ans plus tard, le 7 juillet 1782, à l’occasion d’un voyage en Espagne. AMT, BB 78.

18 La municipalité ne tolère aucun remplacement, interdit tout coup de feu sous peine d’emprisonnement et prie les porte-drapeaux de ne pas « faire voltiger leur drapeau » pour ne pas effaroucher les chevaux. Elle rejette par ailleurs certaines initiatives dont elle craint les débordements : plusieurs jeunes gens s’étaient ainsi proposés pour former une troupe « en uniforme », destinée à accueillir le comte d’Artois et à l’accompagner jusqu’à l’entrée de la ville. Craignant que « cette troupe [ne fasse] un embarras et de la confusion dans la marche du Prince qui veut […] être pleinement libre », le corps de ville l’interdit. AMT, BB 76.

19 Rentrant d’Espagne, le comte d’Artois est accueilli en novembre 1782 aux portes de Fer. En attendant le prince, l’archevêque avait organisé un repas auquel il avait convié le corps de ville, l’intendant et le gouverneur. Lorsqu’on annonça l’arrivée du comte, tous se levèrent de table pour aller le saluer. AMT, BB 79.

20 À cette occasion, Monsieur fut reçu chanoine de Saint-Martin. L. Benoît de La Grandière, op. cit.

21 AMT, BB 82. Tippoo Sahib (1749-1799) était devenu sultan de Mysore (aujourd’hui Karnataka, au sud de la péninsule indienne) en 1784, après en avoir chassé les Anglais. Confronté régulièrement à la puissance britannique, il dut céder une partie de ses États en 1792, puis fut tué sous les murs de Seringapatam en 1799 après avoir attendu en vain les secours promis par Bonaparte.

22 E. de Haynin, Louis de Rohan. Le cardinal « collier », 1997.

23 Idem.

24 La cérémonie peut être ordonnée des semaines après l’événement concerné. Ainsi, si les édiles apprennent le décès de Louis XV le 14 mai 1774, ce n’est qu’en juillet qu’ils reçoivent l’ordre d’organiser la cérémonie : celle-ci a finalement lieu le 27. De même, le traité de Paris, signé le 3 septembre 1783, est célébré deux mois après. L’ordre pouvait venir du roi ou de ses ministres : la prise de l’île de la Grenade fut fêtée à la demande de Choiseul.

25 Les services funèbres concernent le Dauphin (1766), la reine Marie Leszczynska (1768), Madame de Bourbon-Vermandois, abbesse de Beaumont (1773), Louis XV (1774), l’impératrice Marie-Thérèse (1781), l’intendant Du Cluzel (1783) et Choiseul (1785). Les enfants salués à leur naissance sont ceux de Louis XVI et de Marie-Antoinette : la princesse Marie Thérèse Charlotte (1779), le Dauphin (1781) et le duc de Normandie (1785). Les trois événements militaires sont la prise de la Grenade en 1779, la victoire de Yorktown en 1781 et le « retour à la paix » de 1783. AMT, série BB, CC 86 et ADIL, C 410, G 660.

26 La cérémonie honorant la mémoire de l’abbesse de Beaumont a été organisée par les religieuses de cette abbaye. Le service funèbre célébré pour l’ancien archevêque Rosset de Fleury a été voulu conjointement par l’aumônier de Beaumont et l’archevêque, tandis que l’hommage rendu à l’impératrice Marie-Thérèse fut décidé par le collège.

27 Les cérémonies moins prestigieuses ont lieu en l’abbaye de Beaumont, en l’église du collège ou à Saint-Hilaire.

28 Par exemple, une seule compagnie est mobilisée pour célébrer la victoire de Yorktown, contre six pour la naissance du Dauphin, mais la plupart du temps, la Ville en convoque deux. C. Marceau-Marchon, Les fêtes à Tours…, op. cit.

29 AMT, BB 74 et BB 75.

30 La pratique des feux de joie était ancienne : au Moyen Âge, ils étaient allumés carroi de Beaune. Au xvie siècle, ils furent transférés sur un espace plus large pour éviter les incidents. En 1781, le feu de joie organisé en l’honneur du Dauphin fut de nouveau allumé place d’Aumont, la place Royale étant devenue momentanément impraticable du fait de l’entassement de matériaux destinés à l’aménagement des quais. L. Benoît de La Grandière, op. cit.

31 La seule exception à cette règle est l’hommage rendu en l’honneur de la reine Marie Leszczynska : la fête est d’abord organisée à Saint-Martin le 24 août 1768 et n’est célébrée à la cathédrale que le 10 décembre suivant. Ce retard était dû à une dispute qui éclata entre le corps de ville et le chapitre cathédral à propos des dépenses de la cérémonie. AMT, BB 71.

32 Lorsque le corps de ville se rend aux cérémonies organisées par le chapitre Saint-Martin, il leur donne moins d’éclat en ne convoquant pas son escorte militaire.

33 Cf. chap. viii.

34 AMT, BB 80, 12 mai-10 juin 1785 et ADIL, G 660.

35 Les hommes ainsi recrutés représentent 46 % des soldats durant la guerre de Succession d’Espagne, 36 % pendant la guerre de Succession de Pologne, 30 % durant la guerre de Succession d’Autriche, mais 20 % lors de la guerre de Sept Ans. J. Chagniot in A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France (1715-1871), 1992 ; J. Chagniot, « Milice provinciale », in L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, 1996.

36 AMT, série BB, EE 10 et ADIL, C 48.

37 Tours doit fournir 35 hommes en 1767, 24 en 1768 et 27 en 1769. En 1775, elle en procure 24, puis 18 chaque année de 1776 à 1780. À partir de 1781, et jusqu’en 1788, elle en appelle 12 par an.

38 De 1776 à 1780, le commissaire départi confia cette tâche à l’un de ses subdélégués, Picault. Hautain, fantasque, imbu de ses prérogatives, celui-ci entra en violent conflit avec le corps de ville. AMT, BB 78.

39 Cette décision avait été prise après que l’intendant avait fait remarquer la médiocrité des dernières recrues. La boîte EE 13 (2e partie) des AMT recèle de nombreux signalements concernant ces volontaires.

40 L’ustensile était un impôt payé par les habitants : il consistait à fournir aux soldats » une place à leur feu, la cuisson de la viande, l’assaisonnement et la lumière ».Il était d’usage courant au xviie siècle :C. Petitfrère « Les milieux populaires à Tours sous le règne de Louis XIV », in Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest, 2002.

41 AMT, série BB, EE 10 et EE 11 ; ADIL, C 27 et C 66.

42 Les édiles avaient déjà une part active à jouer dans l’intendance militaire, puisqu’une ordonnance du 13 juillet 1727 leur ordonnait d’assurer les étapes lorsque le commissaire des guerres ne pouvait y procéder. Toutefois, la charge s’alourdit en 1768 : la Ville dut désormais vérifier, en cas de contestation, la pesée des voitures transportant les bagages des militaires, fournir des chevaux et des voitures s’il venait à en manquer, dresser les reçus, etc. AMT, EE 11.

43 AMT, BB 78, 7 mars 1781.

44 Voir en annexe IX la carte établie à partir de ces données conservées aux AMT, BB 9.

45 AMT, EE 13.

46 Il s’agissait des trois accoucheuses de la ville, des maîtres d’école paroissiale, des professeurs du collège ; des locataires des maisons appartenant à l’hôpital général ou à l’hôtel du gouvernement ; des commis des bureaux de la messagerie, des pompiers, du responsable de « l’exécution de la justice » ; des receveurs des tailles, vingtième, consignations, gabelle, domaines ; des commis du grenier à sel, des commissaires de police, des prud’hommes ; et enfin du « pauvre de Saint-Martin ».

47 La Ville leur confie en effet de nombreux travaux d’écriture, la confection des rôles des habitants, ceux du tirage de la milice provinciale, du logement des gens de guerre. Leur aide est par ailleurs précieuse en cas d’incendie ou de troubles. Cf. chap. vii.

48 À cette époque, l’habitant payait 3 L par jour pour un capitaine, 1 L pour un cavalier.

49 AMT, EE 11 et EE 12.

50 Il arrivait que ce mode de logement soit utilisé pour les simples soldats, mais la pratique était limitée en raison du coût occasionné par les dégradations des hommes de troupe. Le 8 mai 1775, à l’occasion du passage du régiment de Tournaisis Infanterie, plusieurs maisons de la rue Traversine furent équipées de lits.

51 AMT, EE 10, EE 11 (2e partie) et série BB.

52 Lorsqu’en 1781 Séverain quitte la ville pour Chinon, le concierge municipal le remplace dans toutes ses tâches. AMT, BB 70.

53 Le contrat prévoyait un versement de 5 à 6 sols par homme de troupe et de 7 pour les sergents. À titre de comparaison, rappelons que la Ville versait 20 sols aux aubergistes par homme logé. ADIL, C 60 et C 61.

54 On relève deux passages en mai 1770, neuf en juin, dix-huit en juillet et août, vingt en septembre et vingt-huit en octobre. La plupart du temps, ces déserteurs (une centaine à chaque fois) ne restent à Tours qu’un ou deux jours. AMT, EE 11.

55 AMT, BB 81, 22 décembre 1787. Le chapitre cathédral a des soucis identiques : en juillet 1785, son chantre écrit au major du régiment suisse « pour le prier d’empescher absolument que les soldats ne soient continuellement dans le cloitre et ne s’en servent soit pour favoriser le libertinage, soit pour s’y battre en duel ». Archives diocésaines, registre de juillet 1785.

56 Le corps de ville fut d’autant plus sensible à la bagarre qu’elle concernait le neveu du conseiller Louis Delopitau. AMT, BB 73 et ADIL, 2B 463. Voir aussi J. Chagniot in A. Corvisier (dir.), Histoire militaire…, op. cit.

57 Dans un « traité » signé devant notaire, le boutiquier reçut 1 200 L de dommages et intérêts. L’instance en justice fut aussitôt levée et la demande de changement de résidence pour le régiment abandonnée. Tous ces exemples et citations ont été relevés en AMT, BB 77, du 25 mars au 4 avril 1780.

58 AMT, BB 77, juillet-août 1779. Ces Anglais ont sans doute été faits prisonniers à la Grenade le 6 juillet 1779. C’est ce que laissent supposer les propos d’un habitant de la ville, qui, rencontrant des Anglais (cf. infra), aurait voulu « les faire boire à la santé du Roy et à celle de M. le Comte d’Etain [sic] » – le vice-amiral de la flotte française qui avait été le principal artisan de la prise de la Grenade. L’arrivée massive à Brest de prisonniers, mais aussi de marins tombés malades sur la route du retour, avait contraint les autorités à les répartir dans l’arrière-pays, ce qui explique la contribution de Tours, pourtant fort éloignée de la côte.

59 Tours avait déjà accueilli des prisonniers après la bataille de Rocroi (1643). Au xviiie siècle, elle en hébergea en 1712, 1742 et 1746. AMT, EE 10.

60 Désormais, ceux qui désiraient se rendre plus loin durent obtenir une autorisation spéciale de la Ville. Le prince de Rohan, qui intercéda pour William Collings et William Nickels afin qu’ils puissent « venir à Couzières voir leur cousin qui est mon maître jardinier », promit « de répondre de leur conduite ». AMT, BB 77, EE 11 (1re partie).

61 ADIL, C14 à C23.

62 ADIL, C 26. Son successeur reprend la même politique, exception faite de 1786 : cette année-là, il diminue le montant de 4 230 L pour limiter la hausse des prélèvements, hausse causée par le recouvrement de 7 000 L destinées à éteindre les dettes de la ville.

63 AMT, CC 19. En 1786, les édiles comptent un total de 1772 domestiques, « capités » à 3 L chacun. En fait, il revenait à leur maître de payer cette capitation. En 1780, à la demande de la municipalité, l’intendant apporte des précisions sur les individus à privilégier : c’est ainsi que l’on sait que, en 1782, 53 nobles vivent à Tours ; ils sont 62 en 1785. Le rôle de 1773 a été utilisé pour étudier la répartition des domestiques selon l’état ou la profession de leur maître par C. Petitfrère, L’œil du maître. Maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme, 1986. Voir aussi CC 21 et CC 20, « Rôle de capitation des corporations pour 1777 » : ce document fiscal, unique en son genre pour la ville de Tours dans la seconde moitié du xviiie siècle, a été utilisé par B. Maillard in B. Chevalier, Histoire de Tours, op. cit.

64 L’assiduité et le sérieux des édiles étaient récompensés par une petite rémunération perçue sous forme d’un « jeton » d’argent. Au cours de ces séances, il leur arriva de partager un repas. AMT, CC 86. Cf. chap. iv.

65 AMT, BB 76, BB 81 et BB 82. Le corps de ville fit remarquer à l’intendant que sa décision était en contradiction avec les ordonnances de 1780 et 1781. Nous ignorons le résultat de cette démarche, mais, en janvier 1789, le corps de ville, qui se plaignait du refus de trois chefs de manufacture de transmettre leurs listes, obtint de Genty qu’une signification leur soit envoyée. La décision du subdélégué tendrait à montrer l’incertitude de la position officielle.

66 Le travail de récolement n’est pas toujours de bonne qualité, ce qui oblige les édiles à multiplier les corrections. Pour limiter ces imprécisions, le maire envisage, en décembre 1780, de rendre les officiers de bourgeoisie responsables des erreurs commises. On ne sait si la mesure fut adoptée, mais la répétition, en 1788, de telles recommandations montre que la qualité du travail laissait encore à désirer quelques années après.

67 Le travail était considérable puisqu’il fallait transcrire le nom d’environ 6 000 bourgeois et 1 500 domestiques.

68 En 1782, l’un de ces collecteurs, un certain Lefebvre, est rémunéré à hauteur de 4 deniers pour livre perçue.

69 AMT, CC 19.

70 G. Saupin, Les villes en France, op. cit.

71 B. Baumier-Legrand, « La réforme municipale de L’Averdy… », in C. Petitfrère (dir.), Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains…, op. cit.

72 J. Godechot, Les institutions de la France pendant la Révolution et l’Empire, 1985 ; M.-V. Ozouf, La formation des départements : la représentation du territoire français, 1989 ; M. Pertué (dir.), L’administration territoriale de la France, 1998.

73 Leur position apparaît notamment lors de la séance du conseil général du 16 décembre 1790, où, en application du décret des 19-23 juin sur la suppression des signes relatifs à l’Ancien Régime, les édiles rédigèrent un règlement demandant aux citoyens de supprimer les livrées, les armoiries des voitures et d’enlever tout ce qui était relatif aux titres de noblesse. Ils firent également modifier l’inscription placée au-dessus de la porte de l’hôtel de ville, désormais désigné comme la « maison commune ».

74 L’intendant d’Aine était parti depuis septembre 1789, mais l’intérim avait été assuré par le subdélégué Genty, en partie secondé par la Commission intermédiaire de Touraine (ADIL, C 736-738, C 754, C 967 à C 971). C.-L. Grandmaison, La Commission intermédiaire de l’Assemblée provinciale de Touraine, 1872. P. Leveel, « Le partage de la généralité de Tours et la délimitation du département d’Indre-et-Loire », 1964. L. Boucheron, L’Administration du département d’Indre-et-Loire (1790-1792), dact. ; O. Fougère, L’administration du district de Tours (1790-1791), 1992.

75 La Ville souhaitait avant tout installer ces bureaux de vote dans des églises : on pensait que ces bâtiments, par leur caractère sacré, pouvaient garantir la bonne tenue des opérations ; surtout, ils étaient les seuls capables d’accueillir plusieurs centaines de personnes. Mais, au cours de la période, le corps de ville peina à trouver des locaux et dut déménager les bureaux à plusieurs reprises, en raison de la vente de ces bâtiments comme biens nationaux.

76 En avril 1791, le conseil général décide de ne communiquer désormais ses délibérations qu’au seul Département et de ne plus les faire parvenir au District. Quelques semaines plus tard, le conseil municipal se résout à signer ses lettres par la formule simplifiée « les officiers municipaux de Tours » et par non plus celle jugée « absurde » de « vos très humbles serviteurs ».

77 Valleteau de Chabrefy, Gaultier, Louis Jahan, Cottereau et François Roussereau sont élus juges, Thenon et Robin suppléants. Mignon devient commissaire du roi, Douet étant son substitut. Ils sont remplacés au fil des années. Le 12 octobre 1791, on reconduit Jahan, Roussereau et Gaultier et l’on nomme Moreau et Thenon juges. François Marie Japhet devient commissaire du roi et Petit greffier.

78 Il s’agit des hommes de loi Douet fils aîné, Bruley dit de Paris, Véron fils, Aubry, Japhet fils et Bouilly. Cartier est choisi comme secrétaire. On applaudit Bruley père, qui accepte sa nomination malgré « son grand âge et sa mauvaise santé ». Douet et Japhet démissionnent le 9 décembre 1791 ; ils sont remplacés le 30 décembre par Fey et le notaire Aimé Lefebvre. Bruley renonce à son poste le 5 juillet 1792 ; Texier-Olivier lui succède. J. Cognault, Le bureau de paix et de conciliation du district de Tours, 1990.

79 La loi oblige le tribunal à tirer au sort chaque premier du mois, en présence de deux officiers municipaux, les citoyens devant composer le jury.

80 Jean-Baptiste Faré décède quelques mois plus tard, le 14 février 1793. Il était né à Montbazon vers 1740.

81 En novembre 1790, Tours est divisée en deux cantons. Cette décision allait à l’encontre de la volonté du conseil général, favorable à la poursuite de l’emprise de la ville sur les territoires ruraux des alentours (une évolution déjà perceptible à la fin de l’Ancien Régime, illustrée par la nouvelle délimitation du faubourg Saint-Symphorien en 1784). Les juges sont obligatoirement choisis parmi les citoyens éligibles à l’administration du département et du district, qui ont 30 ans révolus et payent 10 L de contribution directe. Si l’obligation de résidence n’est pas requise au jour de leur élection, elle est impérative pendant leur mandat.

82 H. Faye, « La juridiction consulaire à Tours »,1904 ; P. Cozette, » La juridiction consulaire de Tours », 1966.

83 Sans surprise, le tribunal de commerce s’installe dans l’ancien bureau des marchands, rue du Collège.

84 La monnaie, la justice dite « des bains » (relative au fief du chapitre métropolitain et prévôté des bains), l’archiépiscopalité, Marmoutier, la justice du fief laïc du « Comté », le « criminel » (les archives que le lieutenant criminel au bailliage conservait à son domicile privé ?), l’abbaye de Beaumont, la lieutenance de police, l’officialité, la maréchaussée, Saint-Martin et la baronnie de Rochecorbon. Plus tard, après la loi d’Allarde (2 mars 1791), la municipalité récupère les papiers, les titres et les comptes des communautés de métiers supprimées. En mars 1791, la Ville recueille aussi les papiers de la maréchaussée ; en avril 1792, certains de ceux de l’Église. AMT, 1D23.

85 L’année précédente, le 1er mai 1790, on avait relevé la quantité de sel contenue dans les greniers à sel : 118 muids 11 setiers, soit 5708 minots d’environ 93 livres ou 5308 « quintaux de 44 livres ».

86 L’inventaire des archives du bureau des finances, entamé le 3 septembre 1791, est repris le 5 novembre 1791 à la demande du District, qui exige par ailleurs la destruction de tous les titres et papiers relatifs à l’apanage en Anjou de Louis, le comte de Provence. La conservation de ces papiers est difficile : jusqu’en 1794, les archives sont déposées dans un grenier du palais de justice où elles ont été grignotées par les rats. F. Caillou, Une administration royale, op. cit. AMT, 1D25 et 1D26.

87 G. Lemarchand, « Monnaie et assignats », in M. Vovelle, L’état de la France pendant la Révolution, 1988. Le 17 avril 1790, l’intérêt porté par les assignats fut réduit à 3 % et, le 29 septembre 1790, ils devinrent un véritable papier-monnaie ayant cours forcé et ne portant plus aucun intérêt.

88 L’ouvrage précieux de R. Caisso, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours (1790-1822), paru en 1962, indique qu’un nombre relativement important d’officiers municipaux ont acquis des biens nationaux.

89 Le conseil général retire de la liste des biens à vendre les bâtiments des Ursulines, de l’Union chrétienne, de Notre-Dame-La-Riche, qu’il pense utiliser « comme maisons d’instruction et d’éducation publiques » : il en avise l’Assemblée nationale qui doit trancher.

90 Avrouin, qui accepte de recevoir 600 L par an, prête serment le 13 décembre 1790. Il démissionne en mai 1792, remplacé le 9 juillet suivant par Jean-Louis Beaulieu-Rochefort.

91 Chinon eut du mal à fournir les estimations attendues, à cause d’inondations qui empêchaient la circulation. Le Comité d’aliénation accepta de repousser la date butoir accordée à Tours à deux reprises, au 1er mars 1791 puis au 12 mars suivant.

92 L’église des carmes fut acquise le 2 juillet 1791 par Simon du Petit-Bois, qui l’acheta au nom de la Ville. Les colonnes de marbre de l’entrée furent ôtées et placées dans les rues pour « orner la ville ». Les droits de lods et ventes, ainsi que quelques parcelles du terrain des carmes furent vendus pour rembourser des hypothèques de la municipalité. Avec l’accord des autorités supérieures, les édiles achetèrent Saint-Clément le 5 septembre 1792, mais ne furent jamais en mesure de régler totalement leur achat. Sous la Restauration, l’État abandonna ses poursuites à ce sujet.

93 De même, elle fera mettre en sécurité les portes de l’église Saint-Venant pour éviter qu’elles ne soient volées.

94 Elle sera démolie, pour des raisons de sécurité, en 1797.

95 La tradition de la « retraite », sonnée tous les soirs à Saint-Saturnin, remontait au xve siècle. Elle était destinée à « avertir les habitans et les troupes qui étoient hors de la ville de rentrer lorsqu’on voudroit fermer les portes ». En 1769, la cloche fut remplacée grâce à un don de l’ancien maire Decop et de son épouse. L. Benoît de La Grandière, op. cit. et L. R. Martinière, « La cloche de la tour de l’horloge [ancienne cloche de Saint-Saturnin] d’après un manuscrit inédit de msgr Barbier de Montault », BSAT, t. xviii.

96 AMT, 1D24.

97 Un souci semblable avait poussé Ch. A. Rougeot à récupérer, en compagnie de son gendre Raverot, les œuvres d’art retirées des châteaux des environs. Il créa ainsi les prémices du musée des Beaux-Arts de Tours.

98 Le 13 mars 1790, les députés de la Touraine assurent les édiles que le mémoire rédigé en faveur du chapitre martinien est bien arrivé sur le bureau de l’Assemblée.

99 Le ressort de cet archevêché comprenait les évêchés de Tours, Angers, Le Mans et tous ceux de la Bretagne. La constitution civile du clergé supprime les archevêchés et crée dix métropoles ecclésiastiques, Tours étant rattachée à celle de Bourges. J.-M. Bienvenu, Histoire religieuse de la Touraine, 1975.

100 Le conseil de fabrique, ou la fabrique, est l’ensemble des clercs et des laïcs administrant les fonds et revenus affectés à l’entretien d’une paroisse.

101 Cf. chap. viii. En cette année 1791, on rattache à Notre-Dame-La-Riche toute l’étendue de la municipalité de la Varenne-La-Riche, la paroisse de Saint-Mathias et une partie de la municipalité de Saint-Jean-de-Beaumont. À Saint-Martin : la partie extra-muros de Saint-Venant et une partie de Saint-Étienne et de Saint-Jean-de-Beaumont. À Saint-Symphorien : Sainte-Radegonde et une partie de Saint-Cyr. Les églises paroissiales de Saint-Mathias et de Saint-Jean-de-Beaumont sont fermées à la fin du mois de mai 1791, la petite église de l’abbaye de Beaumont à la fin de juin ou au début de juillet. AMT, 1D5, 4 février 1791.

102 Pour fournir quelques fonds à ces paroisses, le District proposa de louer, comme cela se faisait sous l’Ancien Régime, les stalles et les chaises des églises paroissiales : il confia au conseil municipal le soin d’en fixer le tarif.

103 La Société des Amis de la Constitution avait invité les ecclésiastiques patriotes à remplacer ceux de leurs confrères qui viendraient à refuser le serment. Six ecclésiastiques refusèrent de prêter serment le 16 janvier tandis que les édiles notèrent quelques silences et des « grèves » le 23 janvier. Au moins 20 autres serments furent prononcés jusqu’en août 1792. AMT, 1D24. H. Dolbec, Le clergé constitutionnel et le clergé réfractaire dans le district de Tours (1790-1792), 1990.

104 Le couvent de La Riche est fermé le 3 février, ceux des ursulines et des carmélites le 6, des capucines et de la visitation le 7 et du calvaire le 9. AMT, 1D24.

105 AMT, 1D24, 16 mars 1791 et 1D5, 22 mars 1791.

106 Le supérieur du séminaire, Cossart, s’étant abstenu de paraître à la cérémonie et d’y envoyer les séminaristes, la municipalité enquêta et apprit que 22 des 30 séminaristes avaient décidé à ne pas reconnaître d’autre évêque que monseigneur de Conzié.

107 Grignon décède le 9 juin 1792 : il sera remplacé par Ysabeau dès le 15 juillet.

108 Deux emprunts sont accordés par l’Assemblée au gouvernement : le premier, consenti le 9 août 1789 et d’un montant de 30 millions de livres, échoue ; le second, autorisé le 27 août et d’un montant de 80 millions, n’était souscrit qu’à hauteur de 47 millions six mois plus tard. J. Godechot, Les institutions…, op. cit., p. 162.

109 AMT, 1D2, 25 août-14 septembre 1789. Il ne se contente pas d’agir par voie d’affiches mais dépêche plusieurs de ses membres auprès des citoyens pour les inviter à contribuer. Pour encourager les versements, il fait publier le nom des donateurs. La nouvelle se propage rapidement dans tout le royaume, car le Comité reçoit de l’ingénieur tourangeau Vallée, alors en poste à Bourg-en-Bresse, une somme de 150 L pour, écrit-il, contribuer aux efforts « de sa chère province ».

110 Le Comité, affolé par cette rumeur, demande aux députés d’Indre-et-Loire si l’Assemblée a eu connaissance de cette fausse promesse qui risquerait de porter atteinte à « l’honneur de la ville » (il reçoit en effet des lettres de félicitations des villes de Sarrelouis, Brest, Perpignan ou Poitiers). On apprend avec soulagement que la rumeur n’a pas atteint la Constituante. AMT, 1D2, 10, 13 et 14 septembre 1789.

111 Le Comité permanent nomme cinq commissaires pour recevoir ces dons et désigne l’orfèvre Auger pour les évaluer.

112 AMT, BB 10 et 1D22 à 1D24.

113 Au début de l’année 1790, la nouvelle municipalité, seule autorité en place en attendant l’installation du District ou du Département, fustige l’inaction de la Régie et celle de la juridiction de l’élection, pourtant chargée de réprimer ces abus. Au cours des mois suivants, elle continue la lutte contre la contrebande, secondée par les autorités supérieures. Ces efforts deviennent inutiles avec la suppression, le 19 février 1791, de ces droits octrois honnis : une fête publique est organisée à l’occasion.

114 Il est maintenu comme principal receveur des différents droits (capitation, vingtième et impositions ordinaires) pour 1790. Avocat, Liger était le fils d’un marchand : par son mariage avec une de ses cousines, la fille de Jean Liger et de Perrine Cuisnier, il se rattachait à une ancienne famille échevinale de Tours, les Cuisnier. Nous ignorons la provenance de l’adjonction « Maison Rouge ».

115 Le 7 août 1790, Liger, qui se plaint du grand nombre de retardataires, prie les autorités municipales de publier un avis pour les relancer. Malgré ces mesures, le receveur doit se rendre à l’évidence : les contribuables rechignent à payer leur quote-part. Il se résout donc à employer la contrainte.

116 J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

117 Les officiers de la Garde citoyenne, qui doivent remettre leurs listes sous huit jours, rendent leur travail en février et mars seulement.

118 Luce doit recueillir les sommes, les inscrire sur deux registres et poursuivre les récalcitrants, le tout sous la surveillance de deux officiers municipaux. Les contribuables sont avertis par billets imprimés, portés à leur domicile. Malgré ces mesures, il faut régulièrement les relancer. À l’Assemblée provinciale qui s’étonne du cumul de caisses par un même receveur, cumul par ailleurs interdit par le ministre, la Ville répond que Luce a été choisi pour ses compétences et les garanties financières qu’il apportait.

119 ADIL, L 358, Compte de Luce au corps de ville (1790-1791).

120 Le travail est long puisqu’il faut lire chaque requête et la modifier, s’il y a lieu, dans la marge du rôle. Pour accélérer leur tâche, les commissaires sont bientôt autorisés à ne soumettre au conseil général que les cas les plus douteux. Ce dernier travaille successivement sur le dossier avec l’Assemblée provinciale de Touraine, la juridiction de l’élection et le District.

121 La première devait rapporter 210 millions de livres, soit les 3/4 des contributions directes, la seconde 60millions et la troisième 12 millions. L’Indre-et-Loire devait verser 2 986 700 L au titre des contributions foncière et mobilière.

122 J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

123 Ils doivent inscrire sur des imprimés l’adresse du bien, le nom de famille du propriétaire, son nom de baptême, sa profession et l’adresse de résidence habituelle. Pour le nom de ces commissaires et la délimitation exacte des sections : B. Baumier, La municipalité de Tours à l’époque révolutionnaire, 1990.

124 En dépit de leur application et d’une présence continuelle à l’hôtel de ville, « du matin au soir », il est difficile, en l’absence de cadastre notamment, d’estimer le revenu net de chaque contribuable pour les quinze ans à venir. Ces difficultés techniques en découragent plus d’un. Le 13 août, deux seulement sont présents sur 56. Pour mieux les contrôler, on les place sous la surveillance d’un officier municipal. Rien n’y fait, et le 3 novembre 1791, on remplace les commissaires de la section de Saint-Martin, tous jugés « peu compétents et peu intéressés ».

125 La caution devait donc être de 44 068 L. AMT, 1D25, 9 décembre 1791.

126 Le contrat précisait que le receveur recevrait 3 deniers pour livre perçue au titre de la contribution mobilière, 6 deniers pour livre perçue pour la contribution foncière et 300 L de fixe pour la patente. Choisnard accepta en fait la tâche pour une rémunération moindre. Né à Tours en 1762, Choisnard était, par son mariage avec Anne Louise Victoire Pillet-Faucheux, le gendre d’un officier municipal en place. Il présenta sa caution le 23 décembre suivant.

127 Le District est ainsi désormais chargé d’examiner les réclamations, ce qui allège considérablement le travail des édiles.

128 J. Godechot, Les institutions…, op. cit.

129 AMT, 1D5.

130 Avrouin-Foulon avait tenu en décembre le bureau de vérification des déclarations des biens nationaux. Comme le souhaitait l’Assemblée nationale, il présente une bonne caution, s’engage à disposer d’un minimum de 1 200 L dans sa caisse et montre régulièrement ses comptes à 3 commissaires municipaux. AMT, 1D6. Pour accélérer leur travail, le corps de ville autorise les signataires à user d’une « griffe ».

131 Un mini-scandale illustre cette pénurie persistante. Le 1er décembre 1791, la Ville reçoit de la caisse de l’Extraordinaire 20 000 L comme acompte du 1/16 de la revente des biens nationaux, sous forme d’assignats de 50 et 100 L et de petites coupures de 100 sols. Or, des membres de l’ancienne municipalité usent de leur crédit pour échanger auprès du receveur municipal de gros assignats contre ceux de 5 L. Les faits sont corroborés par Luce, qui donne les noms des anciens édiles bénéficiaires de l’opération, essentiellement des artisans et des entrepreneurs de manufactures : Dutens, Viollet-Vauquer, Vauquer-Viollet, Cartier-Roze, Martin, Vauquer-Simon et Chedereau. Convoqués, les fautifs s’engagent à remettre les petits assignats dans la caisse du receveur, ce qu’ils font effectivement, tandis que la Ville, embarrassée par l’affaire, renonce à les poursuivre. AMT, 1D25.

132 Ces cartes blanches, fabriquées « sur un bon papier », portent en haut le titre de « Caisse patriotique de Tours » et au milieu le mot « confiance ». La valeur est indiquée en chiffres et en lettres mais aussi signalée par la forme des cartes : le billet de 10 sols par exemple est coupé aux deux coins supérieurs et au coin inférieur droit ; celui de 15 sols est coupé au coin supérieur gauche et au coin inférieur droit… AMT, 1D5, octobre-décembre 1791, 1D6, janvier-avril 1792, 1D26.

133 La Ville reçoit les petits assignats de 5 L pour » faire sortir de la circulation les cartes de confiance » :le 10 novembre, 20 000 L sont distribuées prioritairement aux pauvres des ateliers de charité. La municipalité avait écrit à plusieurs reprises à l’Assemblée nationale et aux autorités supérieures, mais, surtout, avait envoyé plusieurs délégués directement à Paris ou à Orléans pour acheter de la petite monnaie de billon.

134 On accélère les opérations en réservant les mercredi et samedi matin aux « citoyens du dehors de Tours », le samedi soir aux « marchands forains » et le dimanche matin aux échanges supérieurs à 100 L.

135 Le 7 mai, on brûle place de la Nation plus de 150 000 L de cartes. Le 8août, 112 279 L sont réduites en cendres, mais Luce évalue à environ 40 000 L la valeur des cartes qui manquent, dispersées dans « toute la campagne ». AMT, 1D26 et 1D27.

136 Comme pour l’Ancien Régime, il est difficile, faute de documents, de faire la liste de ces régiments. Le Royal Picardie est à Tours en août 1789, le Royal Roussillon en novembre 1790, le régiment d’Anjou pendant l’hiver 1789-1790 et de décembre 1790 au 25 janvier 1791. L’étude de ces passages de militaires est encore compliquée par le changement intervenu dans leur dénomination : à partir de 1791 en effet, les régiments sont désignés par des numéros. Tours accueille le 54e en juin 1791, le 10e en août 1791, etc.

137 Recevant la visite de M. de Chabriant, inspecteur général de la 23e division, la municipalité dit qu’elle « avoit la satisfaction depuis près de deux ans de voir reigner la paix dans cette ville […] ». AMT, 1D25, 24 juillet 1791. En revanche, Angers connut du 4 au 6 septembre 1790 la grande émeute des perrayeurs, c’est-à-dire des ouvriers des carrières d’ardoises. C. Petitfrère, Les Bleus…, op. cit., p. 116-123.

138 Les départements d’Indre-et-Loire, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Loir-et-Cher font désormais partie de la 23e division militaire, placée sous la responsabilité de Chabriant. Celui-ci séjourne à Tours du 26 juillet au 13 novembre 1791. AMT, 1D25.

139 Entre 1790 et 1792, la Ville loue essentiellement deux maisons : l’une appartenant à un certain Pillet, située sur le quai de Bretagne, et l’autre à un dénommé Frémy. En décembre 1790, la Ville reconduit le contrat que ce dernier avait signé avec d’Aine pour 2 400 L par an. Mais, en novembre 1790, le Département estime que le montant du loyer est trop élevé eu égard à l’état général du bâtiment, si délabré et si sale que les régiments voient chaque jour augmenter le nombre de leurs malades. Le propriétaire accepta de diminuer le prix de location de moitié en janvier 1791.

140 Le gestionnaire des grains militaires, Longraire, dispose d’un « magasin » dans l’ancien couvent des jacobins et s’approvisionne sur les marchés de la ville. Il a passé un contrat avec un ou plusieurs boulangers de Tours pour fabriquer les pains qu’il distribue aux soldats. En période de tension, les autorités municipales le prient de se fournir dans un rayon plus large que celui de la province afin de calmer la foule.

141 L’acheminement du blé acheté (pour un total de 7 000 L) provoque un certain affolement de la population, de la cité comme des environs.

142 Une bagarre, qui avait fait trois blessés parmi les soldats, dégénéra : la Garde nationale, envoyée sur place pour rétablir l’ordre, fut à son tour insultée, ce qui faillit provoquer un « soulèvement ». Le commandant du régiment consigna ses hommes et fit mettre aux fers les responsables de la situation. Quelques heures plus tard, alors que les patrouilles se multipliaient dans les rues, une rumeur circula selon laquelle les camarades des hommes arrêtés voulaient les libérer par force. La municipalité, assemblée en permanence à l’hôtel de ville en attendant que le calme revienne, mena son enquête pour tranquilliser les esprits. Elle finit par se séparer vers deux heures du matin, une fois la ville redevenue calme.

143 La plainte déposée par le Comité contre les auteurs des insultes fut imprimée par Dansault pour calmer ses soldats. AMT, 1D1 et EE 12, lettre de Dansault.

144 Cf. chap. iii.

145 AMT, 1D24.

146 AMT, 1D24, 13 décembre 1790, 1D25, 19 août 1791 et 1D5, 28 février 1791.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540