Version classiqueVersion mobile

Tours entre Lumières et Révolution

 | 
Béatrice Baumier

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 M. Vovelle, préface à la thèse de Ch. Derobert-Ratel, institutions et vie municipale à Aix-en-Prov (...)
  • 2 En 1921, M. Weber [Die Stadt] s’interrogeait déjà sur le rôle des villes médiévales dans le proces (...)
  • 3 T. Paquot, M. Lussault, S. Body, La ville et l’urbain. L’état des savoirs, 2000.
  • 4 Toutes les grandes villes de France, et mêmes d’autres de moindre importance, ont désormais leur h (...)
  • 5 Pour le détail des titres, nous renvoyons le lecteur à la bibliographie de cet ouvrage. Déjà en 19 (...)

1La présente étude se situe dans la tradition d’une histoire urbaine aux racines déjà profondes. Apparue à la fin du xixe siècle, époque où elle s’est détachée de la tradition érudite de l’histoire locale, l’histoire urbaine se développe entre les deux guerres, lorsque la France devient majoritairement citadine1 et que naît l’histoire économique et sociale2. Elle connaît un réel essor dans les années 1960, dans le droit fil de la tradition des Annales. De cet engouement sont issues, outre de savantes études universitaires, parfois pluridisciplinaires3, destinées aux spécialistes, une multitude de monographies visant le grand public4 ; tant les unes que les autres ont largement renouvelé les problématiques de ce domaine5.

2Une interrogation préalable s’impose à l’esprit de qui entend se pencher sur l’histoire d’une cité : privilégiera-t-on les aspects matériels – le site, la morphologie, l’architecture, la voirie ? les multiples fonctions urbaines ? ou les groupes sociaux et les rapports qu’ils entretiennent, les comportements démographiques, les modèles de sociabilité, les déviances, les constructions mentales dont la ville est le support ? En d’autres termes, s’agit-il d’étudier la ville comme cadre ou comme objet ? En fait, en étudiant le corps de ville de Tours à une époque charnière, nous avons eu l’ambition de mêler les deux points de vue : une municipalité constitue une société particulière, susceptible en elle-même d’une passionnante exploration, mais elle est aussi un agent privilégié du fonctionnement d’une cité et un acteur essentiel de son évolution.

  • 6 S. Petitet, in D. Alland, S. Rials, Dictionnaire de la culture juridique, 2003, p. 1517.
  • 7 M. Vovelle, préface à la thèse de Ch. Derobert-Ratel, institutions et vie municipale à Aix-en-Prov (...)
  • 8 Ph. Guignet, Le pouvoir dans la ville, 1990 ; G. Saupin, Nantes au xviie siècle, 1996.

3L’institution municipale, structure pérenne du Moyen Âge à nos jours, nous a semblé être un bon fil conducteur pour l’historien du fait urbain, tant il est vrai que l’histoire des villes ne peut « se comprendre que rapportée au pouvoir, ou plutôt aux pouvoirs qui s’y affrontent, les dominent ou les dirigent6 ». Ainsi que l’écrit Michel Vovelle, la municipalité apparaît comme le « lieu où se croisent les fils de l’histoire totale d’une cité7 ». À l’époque moderne, c’est-à-dire aux xvie, xviie et xviiie siècles, elle était la clé de voûte d’une forme particulière de civilisation urbaine, définie par des modalités propres de gouvernement, d’organisation économique ou sociale, de participation communautaire à la sphère du religieux. En un mot, l’échevinage était le garant des équilibres sociaux spécifiques d’une cité et l’ » incarnation concrète de l’ensemble de la communauté d’habitants8 ».

  • 9 Citons, entre autres, F. Cosandey, L’absolutisme en France : histoire et historiographie, 2002 ; J (...)

4Le renouveau récent des études consacrées aux institutions monarchiques9

  • 10 A. Giry, Les établissements de Rouen, étude sur l’histoire des institutions municipales, 1883-1885 (...)

5– les cadres du pouvoir royal et ses relais locaux – a ranimé l’intérêt pour l’histoire des corps de ville. En effet, si l’entreprise est ancienne10, elle s’est enrichie dans les dernières années de nouvelles orientations de recherche. Après s’être focalisée sur les aspects institutionnels et juridiques, l’histoire municipale a vu se multiplier les enquêtes sur les acteurs du pouvoir local.

6À l’époque moderne, les structures municipales, progressivement devenues l’attribut majeur de l’identité urbaine, sont fort variables d’une cité à l’autre, car créées au fil des siècles, sans souci d’uniformité : la vie municipale est ainsi plus active dans le Sud que dans le Nord. Dans le Midi, le roi intervient difficilement, se heurtant à des statuts très anciens et à des oligarchies municipales soucieuses de préserver leurs prérogatives. Ailleurs, en revanche, les petits bourgs n’ont bien souvent qu’un syndic chargé de veiller aux intérêts communs, et seuls quelques cités et bourgs d’importance sont dotés d’un vrai corps de ville. La généralité de Tours ne compte que 18 communautés avec un corps municipal ; la Bretagne, 42.

  • 11 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, 1982, p. 198-202.
  • 12 G. Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début du xixe(...)
  • 13 Cette affirmation était largement répandue chez les historiens du passé, par exemple Ch. Petit-Dut (...)
  • 14 G. Saupin, Nantes au xviie siècle, 1996. Une approche renouvelée du pouvoir royal, reposant sur l’ (...)

7Selon l’historiographie traditionnelle, le pouvoir des échevinages a été progressivement réduit par la monarchie dite absolue, notamment par Louis XIV, qui, en pérennisant et en stabilisant les intendants, lui aurait donné un coup fatal. Ces commissaires départis, en ordonnant les impôts et les dépenses locales, en examinant les demandes d’octrois communaux et en surveillant l’emploi des fonds, en autorisant les aliénations de biens patrimoniaux pour liquider les dettes, auraient fait passer les municipalités sous leur contrôle. Le droit de police, ainsi que l’exercice d’une certaine autonomie en matière de défense – des attributions traditionnelles des villes qui ont été bien souvent à l’origine des échevinages11 –, ont également été supprimés au cours du xviie siècle, en particulier par l’édit de 1699, lequel a attribué à un lieutenant de police, officier indépendant du corps de ville, non seulement le maintien de l’ordre mais aussi les questions de voirie, de salubrité et d’approvisionnement. Cet amoindrissement des pouvoirs municipaux se serait poursuivi au xviiie siècle. Malgré une opposition parfois féroce, notamment de la part des cours financières ou judiciaires à qui l’intendant ôtait des prérogatives importantes, la monarchie aurait continué à asseoir son autorité, non plus en manifestant « l’agressivité conquérante du règne de Louis XIV12 », mais en multipliant les perfectionnements bureaucratiques, en unifiant patiemment les législations dont elle confia l’application à des corps intermédiaires. Ce point de vue, largement partagé dans le passé13, a été en partie remis en cause par divers travaux, mais l’histoire municipale reste « un front pionnier » dont Guy Saupin note dans son ouvrage majeur sur Nantes qu’il « appelle d’autres chercheurs14 ».

  • 15 J. Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, 1984.
  • 16 B. Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520), 1975, rééd. 1983 ; M. Lussault, Tours : images de l (...)
  • 17 F. Caillou, Une administration royale d’Ancien Régime : le bureau des finances de Tours, 2005.
  • 18 Ch. Maillard, Le chapitre de la collégiale Saint-Martin de Tours au xviiie siècle (1709-1790), thè (...)

8Répondant en quelque sorte à cet appel, notre travail a eu pour première ambition de contribuer à une meilleure connaissance des institutions municipales des villes ligériennes à l’époque moderne, après les thèses magistrales de Jacques Maillard sur Angers15 et de Guy Saupin sur Nantes ; car, si l’institution municipale tourangelle est bien connue pour la période médiévale et pour le « temps présent », grâce aux thèses de Bernard Chevalier et de Michel Lussault16, elle n’a donné lieu à aucune étude spécifique pour le siècle des Lumières. Il s’agit pourtant alors d’une ville de plus de 20000 habitants et tenant un rôle administratif important dans le royaume, vestige d’une époque où elle était ville royale : elle est alors la capitale d’une généralité regroupant le Maine, l’Anjou et la Touraine, le siège d’un gouvernement, d’un archevêché ayant dix évêchés suffragants, et est dotée, à défaut de cours souveraines, de juridictions relativement prestigieuses comme le bureau des finances17 et le bailliage et siège présidial. Deux chapitres importants y résident par ailleurs, celui de Saint-Gatien et celui, fort prestigieux, de Saint-Martin18.

  • 19 Cette réforme ne fut pourtant pas appliquée dans tout le royaume, notamment dans le Nord. Même dan (...)
  • 20 Citons toutefois deux travaux qui ont osé braver la coutume : D. Ligou, Montauban à la fin de l’An (...)

9Si le thème central de ce travail, l’histoire d’un corps de ville, est classique, la chronologie choisie – des années 1760 à 1792 – est plus inhabituelle et demande explication. En fait, ni le point de départ ni celui d’arrivée ne sont difficiles à justifier. Août 1792, avec la chute du Trône, tourne la page de la monarchie en France et instaure un régime qui se veut en rupture totale avec un passé dont bien des vestiges avaient subsisté au temps de la monarchie constitutionnelle. Quant à la date initiale, elle s’est imposée d’elle-même, car elle correspond à la grande réforme municipale de L’Averdy. Dans le contexte évoqué plus haut d’affermissement du pouvoir monarchique, ce ministre arrive au contrôle général des finances à une époque essentielle pour le sort de l’Ancien Régime, alors que, suite à la guerre de Sept Ans, se pose de manière aiguë la question des ressources de l’État. Décidé à mettre de l’ordre dans les finances publiques, en commençant par la réduction des dettes contractées par les villes, L’Averdy lance en 1764 une réforme ambitieuse, largement inspirée des théories économiques et des idées réformatrices du temps : en contrepartie d’une plus grande rigueur financière, le ministre propose d’associer les édiles locaux à ses décisions. C’est l’objet en 1765 d’un deuxième texte, que l’histoire a retenu comme étant la première tentative d’uniformisation des administrations municipales de France19. Au final, la vraie nouveauté de notre chronologie réside dans le fait d’enjamber la « frontière » habituelle de 1789, en considérant deux périodes historiques rarement étudiées ensemble20.

  • 21 Les principales étapes de la création du corps de ville de Tours se situent en 1356, 1385 et surto (...)
  • 22 Le terme de commune, au sens de municipalité, apparaît pour la première fois dans la loi du 14 déc (...)

10Une interrogation majeure a orienté ce travail : pourquoi et comment l’institution municipale en général, et celle de Tours en particulier, a-t-elle pu traverser les âges ? Remontant, dans la plupart des cas, au Moyen Âge – à Tours, un embryon de pouvoir urbain naît au xive siècle21, à une époque où la monarchie et quelques « bonnes villes » entament leur rapprochement –, elle a subsisté, certes en se réformant, pendant tout l’Ancien Régime et a survécu à la Révolution, alors que tant d’autres institutions sombraient définitivement. Comment rendre compte de cette solidité et du franchissement, sans trop de heurts, du cap de 1789 ? Une des raisons de ce qui paraît être une exception dans l’histoire administrative de la France ne tiendrait-elle pas au fait que l’institution avait connu une réforme profonde bien avant la Révolution, celle de L’Averdy, qui aurait en quelque sorte constitué les prémices de la politique municipale de la Constituante ? En d’autres termes, une certaine logique ne relierait-elle pas les édits de 1764-1765 et la loi du 14 décembre 1789, qui jeta les fondements d’une administration municipale moderne22, rationnelle, uniforme sur le territoire et aux missions désormais bien clarifiées ?

  • 23 L’idée est abordée par Guy Saupin in « Les corps de ville dans la France moderne : tendances histo (...)
  • 24 C. Petitfrère, Les Bleus d’Anjou (1789-1792), 1985, p. 49-76.
  • 25 G. Saupin, Nantes au xviie siècle, op. cit.

11Pour répondre à cette question, il nous fallait analyser le fonctionnement des mécanismes institutionnels, déterminer si l’organisation de la municipalité de Tours à la fin du règne de Louis XV était conforme au schéma le plus courant parmi les administrations urbaines de l’époque – une assemblée générale des habitants ou un conseil de notables, et un corps de ville plus restreint – et sur quelle légitimité elle était assise. Nous devions aussi comprendre comment la municipalité tourangelle s’était adaptée aux exigences de L’Averdy et à l’abrogation de ses textes par Terray en 1771. À la fin de l’Ancien Régime, la monarchie avait-elle ou non réussi à consolider son contrôle sur les politiques locales, ainsi que l’historiographie traditionnelle l’affirme ? Ne voit-on pas, au contraire, émerger une société urbaine plus autonome, conduite par une élite qui, tout en rappelant ses liens de fidélité traditionnelle au pouvoir monarchique, savait composer avec lui pour développer certains espaces de liberté23 ? L’étude de la ville pendant la période transitoire généralement dénommée « révolution municipale », à l’été 1789, s’imposait également : cette période fut-elle brutale et radicale comme à Angers24, ou plus conforme à la modération que l’on prête habituellement au tempérament tourangeau ? De quelle façon avait été appliquée localement la loi du 14 décembre 1789 ? Tours avait-elle transféré au nouveau régime la fidélité qu’elle revendiquait envers l’ancien ? Enfin, nous avions à déterminer comment l’institution municipale avait accueilli les transformations profondes, politiques, économiques, sociales et culturelles, de l’époque. On le voit, l’enjeu de ce travail dépassait le cadre local, car étudier l’histoire de la vie politique urbaine, c’est « comprendre, vue d’en bas, l’évolution de l’État moderne en France sous l’Ancien Régime25 ».

  • 26 C. petitfrère, « Les officiers dans les corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles » in M (...)

12Plutôt que de chercher les réponses à toutes ces interrogations dans l’application réglementaire des textes législatifs, il nous a semblé plus pertinent, et pour tout dire plus passionnant, de restituer l’évolution de la vie municipale dans ce qu’elle avait de plus concret : cela supposait de connaître les hommes qui exercèrent le pouvoir municipal pendant ces années. Le corps de ville de Tours, après avoir longtemps été monopolisé par les élites officières issues du bureau des finances et plus encore du présidial, avait vu pendant les deux premiers tiers du xviiie siècle l’entrée des marchands en son sein26. La réforme de L’Averdy accentua-t-elle cette évolution ? Permit-elle l’accès aux responsabilités municipales de couches sociales nouvelles, issues par exemple des professions libérales et de la boutique ? En ce domaine, la première période révolutionnaire constitua-t-elle une rupture avec les processus antérieurs ou une accélération de ceux-ci ?

13Une autre grande motivation de cette recherche dépasse le strict cadre de l’histoire municipale : le désir de savoir comment la cité ligérienne avait vécu les grandes nouveautés techniques, économiques et culturelles du siècle des Lumières. À défaut de pouvoir approcher les habitants et leur quotidien, étudier les élites municipales et la façon dont elles concevaient leur rôle permet de découvrir si la société urbaine tourangelle ignora ces transformations ou si elle les accepta, voire les accompagna. Bref, s’était-il passé quelque chose de nouveau à Tours, ou la ville avait-elle persisté dans le rôle de « belle endormie » qu’on lui prête souvent ?

  • 27 À partir de ces volumes, D. Redouin a rédigé un travail intitulé Une presse des Lumières et une pr (...)

14Au service de notre projet, les registres de délibérations du corps de ville d’Ancien Régime, du Comité mis en place dans l’été 1789, du conseil municipal et du conseil général de la commune des premières années de la Révolution, dans lesquels étaient reportées les décisions prises lors des séances, ont fourni la source principale. La masse d’informations considérable donnée par ces volumes a été complétée par celles tirées des précieux documents conservés dans des cartons, trop rarement explorés jusque-là, où sont rassemblés les courriers, les factures, les prospectus ou encore les mémoires étayant les requêtes municipales auprès du pouvoir royal. Particulièrement riches pour l’Ancien Régime, ces cartons sont étrangement lacunaires pour la période révolutionnaire. Ont également été utilisées les séries conservées aux Archives départementales. La série C, relativement pauvre pour un chef-lieu de généralité, garde quelques traces des relations tissées entre les intendants successifs et les officiers municipaux, le détail des formidables travaux entrepris par les ingénieurs du roi et recèle bien d’autres informations encore. Les liasses concernant le bureau des finances ont été mises à profit pour compléter la documentation relative aux octrois. Dans la série B, la sous-série consacrée à la lieutenance de police (2B) a été utile pour toutes les questions touchant au maintien de l’ordre et à la police de la ville, au sens général de l’époque. Des sources complémentaires dispersées dans d’autres dépôts tourangeaux ont encore été utilisées. Malgré les destructions dues à la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque municipale de Tours recèle encore de précieux témoignages sur l’époque moderne, tout comme les archives diocésaines, qui possèdent entre autres deux volumes des Affiches de Touraine publiées dans les années 178027. D’autres informations ont été récoltées aux Archives nationales, à l’Arsenal (fonds Victor Luzarche), à la bibliothèque Mazarine ou encore à l’Hôtel des monnaies de Paris.

15Ce travail comprend trois parties. La première est consacrée à l’évolution des institutions municipales tourangelles, de 1764 à 1792. On y traite tout d’abord de la réforme de L’Averdy, de sa réception et de son application, ainsi que des hommes à qui elle permit d’accéder au pouvoir local ; puis du devenir de l’institution sous le régime de l’édit de Terray, qui abolit la réforme de son prédécesseur ; enfin, de la période transitoire de l’été 1789 et de la réorganisation de la municipalité dans le cadre de la loi du 14 décembre.

16La seconde partie traite des méthodes et des moyens du travail municipal. Un premier chapitre regroupe l’étude des lieux de travail de la municipalité, les hôtels de ville successifs, celle de l’organisation et du déroulement des séances du corps de ville restreint ou élargi, et présente les agents d’exécution. Un deuxième chapitre est consacré aux moyens financiers dont disposaient les édiles de la seconde moitié du xviiie siècle, octrois et patrimoniaux : l’essentiel était de savoir si la situation financière était aussi déplorable qu’au Grand Siècle, paralysant toute initiative d’envergure, ou si les officiers municipaux purent mener la politique d’assainissement des finances publiques espérée par L’Averdy. Un troisième chapitre évoque le rôle de relais du gouvernement central joué par les municipalités successives dans les domaines militaire, fiscal et festif.

17La dernière partie regroupe trois chapitres consacrés aux différents domaines d’intervention des édiles. Le premier traite d’une fonction traditionnelle et primordiale : le maintien de l’ordre public, une préoccupation constante de l’échevinage, que ce soit sous l’Ancien Régime ou pendant la Révolution. Une interrogation majeure sous-tend ce chapitre : les édiles ont-ils uniquement misé sur la surveillance et la répression, ou se sont-ils efforcés de mettre en œuvre les principes de la philanthropie chers aux Lumières ? Les deux derniers chapitres s’intéressent à des champs de l’action municipale sinon totalement inédits, du moins accessoires jusqu’alors, et révélateurs de préoccupations nouvelles, peut-être même d’une autre conception de la fonction édilitaire : l’urbanisme d’une part, qui a largement transformé l’apparence de la ville ; les domaines économique et culturel, d’autre part.

Notes

1 M. Vovelle, préface à la thèse de Ch. Derobert-Ratel, institutions et vie municipale à Aix-en-Provence sous la Révolution, 1981.

2 En 1921, M. Weber [Die Stadt] s’interrogeait déjà sur le rôle des villes médiévales dans le processus d’émergence du capitalisme.

3 T. Paquot, M. Lussault, S. Body, La ville et l’urbain. L’état des savoirs, 2000.

4 Toutes les grandes villes de France, et mêmes d’autres de moindre importance, ont désormais leur histoire locale, parue aux éditions Privat (dont l’Histoire de Tours, B. Chevalier (dir.), 1985), Edisud ou, plus récemment, chez Autrement et Perrin.

5 Pour le détail des titres, nous renvoyons le lecteur à la bibliographie de cet ouvrage. Déjà en 1977, Ph. Wolff recensait une bibliographie foisonnante dans son Guide international d’histoire urbaine. Le champ d’étude s’est renouvelé depuis, grâce notamment à la Société Française d’Histoire Urbaine (en partie inspirée par l’Urban Studies), qui publie la revue Histoire urbaine, mais aussi à la création de plusieurs centres de recherche, dont le cehvi à Tours.

6 S. Petitet, in D. Alland, S. Rials, Dictionnaire de la culture juridique, 2003, p. 1517.

7 M. Vovelle, préface à la thèse de Ch. Derobert-Ratel, institutions et vie municipale à Aix-en-Provence…, op. cit., p. 12.

8 Ph. Guignet, Le pouvoir dans la ville, 1990 ; G. Saupin, Nantes au xviie siècle, 1996.

9 Citons, entre autres, F. Cosandey, L’absolutisme en France : histoire et historiographie, 2002 ; J. Félix, Administration, finances et politique au siècle des Lumières. Le ministère du contrôleur général L’Averdy (1763-1768), 1999 ; R. Descimon, J.-F. Schaub, B. Vincent, Les Figures de l’administrateur : institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal (16e-19e siècle), 1997 ; M. Antoine, Louis XV, 1989 ; F.-X. Emmanuelli, L’intendance, du milieu du xviie siècle à la fin du xviiie siècle. France, Espagne, Amérique : un mythe de l’absolutisme bourbonien, 1981.

10 A. Giry, Les établissements de Rouen, étude sur l’histoire des institutions municipales, 1883-1885, est une étude pionnière en la matière. G. Humbert, institutions municipales et administratives de la ville de Reims sous l’Ancien Régime, 1910.

11 B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, 1982, p. 198-202.

12 G. Fournier, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début du xixe siècle, 1994.

13 Cette affirmation était largement répandue chez les historiens du passé, par exemple Ch. Petit-Dutaillis, A. babeau et M. Marion, du fait de leur utilisation, pour une large part, de sources officielles émanant des ministères ou de l’administration royale.

14 G. Saupin, Nantes au xviie siècle, 1996. Une approche renouvelée du pouvoir royal, reposant sur l’étude des rouages internes de la monarchie, permet à cet auteur de relativiser la puissance de l’absolutisme en France au xviiie siècle.

15 J. Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, 1984.

16 B. Chevalier, Tours, ville royale (1356-1520), 1975, rééd. 1983 ; M. Lussault, Tours : images de la ville et politique urbaine, 1993. Pour le Grand Siècle, voir, dans la bibliographie, la liste des travaux de C. Petitfrère.

17 F. Caillou, Une administration royale d’Ancien Régime : le bureau des finances de Tours, 2005.

18 Ch. Maillard, Le chapitre de la collégiale Saint-Martin de Tours au xviiie siècle (1709-1790), thèse en cours d’achèvement.

19 Cette réforme ne fut pourtant pas appliquée dans tout le royaume, notamment dans le Nord. Même dans les régions qui la mirent en œuvre, le Bassin parisien par exemple, elle le fut inégalement. D’autres réformes municipales partielles furent tentées par la suite, en 1775 et 1787, mais ne touchèrent pas la ville de Tours.

20 Citons toutefois deux travaux qui ont osé braver la coutume : D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution (1787-1794), 1958, et B. Lepetit, Les villes dans la France moderne (1740-1840), 1988.

21 Les principales étapes de la création du corps de ville de Tours se situent en 1356, 1385 et surtout en 1462, année où Louis XI lui accorda ses statuts.

22 Le terme de commune, au sens de municipalité, apparaît pour la première fois dans la loi du 14 décembre et sera repris dans la Constitution de 1791.

23 L’idée est abordée par Guy Saupin in « Les corps de ville dans la France moderne : tendances historiographiques récentes », SHMC, 2000, 3-4, p. 123-135.

24 C. Petitfrère, Les Bleus d’Anjou (1789-1792), 1985, p. 49-76.

25 G. Saupin, Nantes au xviie siècle, op. cit.

26 C. petitfrère, « Les officiers dans les corps de ville de Tours aux xviie et xviiie siècles » in M. Cassan (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité. France, Angleterre, Espagne, 1998.

27 À partir de ces volumes, D. Redouin a rédigé un travail intitulé Une presse des Lumières et une presse d’information locale à Tours en 1785 et 1786 : les « Affiches de Touraine », Univ. Tours, m. m., 2001.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search