Version classiqueVersion mobile

Organisation, information et performance

 | 
François Meyssonnier
, 
Frantz Rowe

Quatrième partie. La gestion des opérations, des relations et des situations

La gestion de la sûreté dans le nucléaire

Benoît Journe et Stéphanie Tillement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Cette contribution1 interroge la manière dont la performance se décline et se gère dans les industries à hauts risques. Nous nous centrons ici sur le cas du nucléaire, domaine dans lequel le LEMNA a développé une expertise ces dernières années autour de plusieurs projets de recherche. Le point commun à ces recherches est l’attention portée à la tension entre l’efficience industrielle (produire au meilleur coût) et la sûreté (éviter les accidents). Bien que cette tension apparaisse clairement au cœur des préoccupations des industriels, elle reste pour l’heure peu étudiée par le monde académique. Une compréhension de cette tension et des mécanismes la sous-tendant ou susceptibles de l’atténuer constitue ainsi selon nous un point aveugle dans la littérature et une voie de progrès pour les industries à risques.

Les progrès dans le domaine de la sécurité des ...

Auteurs

Benoît Journe est professeur de gestion à l’IEMN-IAE et professeur associé à l’École des mines de Nantes, il a créé et dirige la chaire RESOH consacrée au management de la sûreté des industries à risques. Normalien, docteur de l’École polytechnique, prix de thèse de l’École polytechnique (1999), il est actuellement chercheur au LEMNA et chercheur associé au Centre de recherche en gestion de l’École polytechnique. Ses domaines d’expertise portent sur les facteurs organisationnels et humains de la sûreté nucléaire, de la fiabilité et de la résilience des organisations ; le management des performances de l’entreprise ; l’ingénierie des outils de gestion. Il a réalisé de nombreuses recherches avec l’industrie nucléaire (EDF, IRSN, ASN) sur le thème des facteurs organisationnels et humains de la sûreté. Il compte une cinquantaine de publications. [benoit.journe@univ-nantes.fr].
Stéphanie Tillement est maître-assistante en sociologie industrielle à l’École des mines de Nantes, rattachée au laboratoire LEMNA depuis septembre 2011. Ingénieure diplômée de l’École de génie industriel de l’INPG (Institut national polytechnique de Grenoble), et docteur en sociologie industrielle (thèse effectuée au sein du laboratoire PACTE de Grenoble), elle a mené plusieurs travaux de recherche en partenariat avec des industries à risques (RATP, EDF, AREVA, DCNS...). Ses travaux de recherche se centrent désormais sur la construction collective de la sûreté dans des contextes de travail distribués et sur la gestion de projets complexes et à risques. En particulier, elle participe activement à la chaire RESOH sur les questions de sûreté nucléaire dans un contexte de co- et sous-traitance et co-pilote le projet ANR AGORAS. [Stephanie.Tillement@mines-nantes.fr].

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search