Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les finances royales dans la monarchie espagnole

 | 
Anne Dubet

Troisième partie. Argent du roi et intérêts des particuliers

Chapitre XIV. Administrer les finances aux Indes : entre service royal et intérêts familiaux (xviie-xviiie siècles)

Michel Bertrand

Texte intégral

  • 1 Voir supra, chap. x.

1Le souci apporté par l’administration péninsulaire, plus d’un siècle durant, à rechercher en permanence de nouvelles modalités de fonctionnement afin d’améliorer l’efficacité les finances royales aux Indes montre toute l’attention que l’Espagne porta, dès les origines, à ce secteur, essentiel pour elle, de la bureaucratie coloniale. Pourtant, si conformément aux nouvelles normes progressivement implantées, on observe l’introduction d’une régulière et précoce rationalisation et professionnalisation du secteur administratif financier ainsi que la mise en place de structures nouvelles censées plus efficaces, observe-t-on pour autant une amélioration significative dans son fonctionnement ? À en juger par la correspondance administrative disponible tout au long du siècle et par les rapports régulièrement établis par les visiteurs * envoyés aux Indes pour inspecter ce secteur administratif, tout laisse à penser que la pratique au quotidien des officiers administrant les finances royales ne changea pas radicalement 1.

2Sur la base d’un tel constat, il semble alors nécessaire de reprendre la réflexion sur les réformes administratives aux Indes en ne se limitant pas aux simples réorganisations de structure mais en s’intéressant aussi aux hommes chargés d’assurer la gestion de ce secteur administratif. Plus compétents, mieux sélectionnés au moment de leur recrutement, soumis à des contraintes de plus en plus strictes, qu’est-ce qui les incitait à prolonger des pratiques ouvertement condamnées ? Nous postulons que c’est dans la connaissance, aussi précisément que possible, de leur insertion dans le tissu social colonial que l’on peut mettre à jour les mécanismes profonds qui venaient contrecarrer les projets élaborés en métropole. Cela suppose de mettre en regard la réalité des carrières administratives des officiers de finances, relativement terne, avec l’attrait qu’exerçaient pourtant ces mêmes charges et pour l’obtention desquelles on les voit rivaliser. De ce décalage naît l’hypothèse de bénéfices, plus symboliques que réels mais non moins importants pour autant, attachés à ces offices de finances des Indes.

Une carrière administrative sans relief

  • 2 Voir Bertrand : 1999a, chap. 5.

3Accepter de se plier aux normes – toujours plus exigeantes – imposées par la Couronne pour entrer dans la carrière administrative aux Indes renvoie à l’éventuel attrait de ces charges d’officiers aux Indes pour les éventuels candidats. On peut en effet admettre que ces derniers trouvaient, dans leur exercice, des compensations telles que la vénalité puis les exigences imposées pouvaient leur paraître acceptables. Le plus naturel serait de considérer d’abord la possibilité de l’éventuel assouvissement d’attentes de type professionnel. Or, dans ce domaine, le déroulement d’une carrière d’officier aux Indes était loin d’offrir des satisfactions significatives. Certes l’entrée dans l’office allait de pair avec l’obtention d’une rémunération qui était loin d’être négligeable. Pour les offices créés au sein des caisses royales, celle-ci oscilla entre 1 270 et 4 200 pesos annuels 2, situant leurs bénéficiaires dans la fraction supérieure des officiers de l’administration royale. La fourchette même de ces salaires laisse entrevoir la mise en place d’une sorte de hiérarchie interne entre les diverses caisses constituant l’armature de l’administration des finances aux Indes. Les premiers offices instaurés dans les centres vitaux de l’économie coloniale – port de Veracruz, principaux centres miniers tels Zacatecas et Durango, capitales administratives de Mexico et Guadalajara – bénéficièrent d’emblée des rémunérations les plus élevées. À l’inverse, les offices des caisses sises dans les centres administratifs et économiques périphériques du Nord, celles du Yucatan et même d’Acapulco se virent attribuer des salaires inférieurs d’au moins 30 % par rapport aux rémunérations les plus élevées versées dans les premières. Certes, de tels écarts furent postérieurement corrigés pour tenir compte des nouvelles réalités économiques régionales et des flux fiscaux perçus effectivement par les diverses caisses royales de la vice-royauté. Il n’empêche que les deux principales caisses de Nouvelle Espagne, celles de Mexico et de Veracruz, gardèrent leur primauté avec des rémunérations qui restèrent, jusqu’à la fin de la période coloniale, supérieures au double de ce qui pouvait être perçu à Mérida ou à Pachuca.

  • 3 Augeron : 2000, chap. 4.

4Les comptables de la cour des comptes de Mexico se trouvaient dans une situation quelque peu différente puisque dans l’institution, présidée par un régent, se côtoyaient trois grades de comptable – ordonnateur, contrôleur des restes * et contrôleur des comptes – instaurant une réelle hiérarchie interne que l’on retrouvait inévitablement au niveau des salaires. L’écart de rémunération entre la catégorie la plus basse et la plus haute était de un à trois, marquant ainsi très concrètement les différences de responsabilité entre les uns et les autres. Quant aux intendants, ils se trouvèrent être parmi les officiers les mieux payés aux Indes avec une fourchette interne cependant très large là encore marquant très clairement une forte hiérarchie des prestiges des postes : les salaires oscillaient entre les 7 000 pesos perçus par l’intendant de Mexico et les 4 000 pesos attribués aux titulaires d’intendances de second rang comme celle du Chiapas 3.

5Avec de telles rémunérations on restait certes loin des montants dix fois supérieurs perçus par un vice-roi de Mexico au xviiie siècle. Mais on était aussi très loin des modestes indemnités reçues par un alcalde mayor – quelques dizaines de pesos tout au plus – dont il était d’ailleurs prévu en vertu de la loi qu’il ne percevait aucun salaire régulier, pour ne rien dire du salaire moyen journalier de 1 peso versé aux travailleurs dans les haciendas à cette même époque. De telles rémunérations plaçaient les officiers de finances à des niveaux grosso modo équivalents à celui des officiers de justice les plus prestigieux des Indes, à savoir les auditeurs. On comprend donc que, dans une société où paradoxalement, compte tenu de l’importance de l’activité extractive de métaux précieux, les espèces monétaires étaient toujours un bien rare, le versement régulier de tels montants pouvait exercer une réelle attraction.

6Pourtant, au-delà même du simple anachronisme que la prise en considération de cette dimension financière peut avoir pour une société d’Ancien Régime, il faut y apporter d’emblée de fortes nuances. La principale concerne l’irrégularité des versements salariaux, comme s’en plaignent d’ailleurs fréquemment les officiers. Il n’est en effet pas rare que ces retards de paiement se comptabilisent en années de salaires que les veuves viennent d’ailleurs réclamer au moment du décès de leurs maris ou plus tard, à la recherche d’une grâce pour leurs enfants, auprès du monarque : elles ne manquent pas alors de chiffrer de manière très précise ces sommes non perçues au détriment de leur officier de mari. Une seconde nuance concerne le pouvoir d’achat réel de ces salaires versés trop irrégulièrement pour réellement enrichir les serviteurs des souverains espagnols aux Indes. Il n’est pas rare de les voir exprimer à ce propos leurs déceptions devant des conditions de vie qui ne présentent aucune magnificence, de retrouver leurs plaintes relatives à un coût de la vie jugé exorbitant ou aux difficultés de la vie quotidienne qu’ils connaissent. Les uns et les autres n’hésitent pas alors à demander des augmentations de leur rémunération qui leur permettraient enfin, selon eux, de vivre dans la dignité qui convient à des officiers royaux.

  • 4 Bertrand : 1999a, p. 156-157.

7Médiocrement et surtout irrégulièrement rémunéré, l’officier des Indes ne connaissait pas de déroulement de carrière véritablement stimulant ni enthousiasmant. Jusqu’à l’extrême fin du xviiie siècle, il n’exista pas véritablement de cursus honorum susceptible de marquer le franchissement d’étapes dans une ascension professionnelle régulière. Pour les officiers de finances en particulier, à aucun moment l’administration espagnole ne réussit à mettre en place un tel schéma si tant est qu’elle en ait réellement poursuivi le dessein. Le déroulement de carrière des officiers des caisses royales se définissait par leur stabilité géographique établie comme une règle presque intangible de fonctionnement professionnel. Certes, à compter du début du xviiie siècle, la monarchie tenta bien d’utiliser l’obligation de mobilité chez les officiers des caisses royales afin d’éviter tout enracinement des officiers dans la société locale. Cependant, et à l’image d’un Francisco de Tineo, officier de la caisse de Sombrerete à qui le vice-roi voulait imposer un remplacement en 1760 dans la caisse voisine de San Luis Potosí, la capacité de résistance des officiers de finance devant de tels projets se révèle très efficace. Les arguments mobilisés variaient peu d’un cas à l’autre : coût excessif de tels déplacements, gênes imposées à la famille de l’officier, problèmes personnels tels que âge ou soucis de santé, toujours aggravés en raison de la dureté du climat, précédents créés par les refus antérieurs. Le refus de mobilité, qu’elle fusse temporaire ou définitive, vers d’autres fonctions resta la règle prédominante au sein de cette administration. Aussi, fortement attaché à son poste, souvent d’ailleurs chèrement acquis, l’officier de finances connaissait-il une carrière sans réelle surprise, seulement interrompue par les suspensions d’exercice fréquemment imposées à titre de sanctions. Sur les 200 officiers des caisses royales ayant exercé en Nouvelle-Espagne entre 1660 et 1780, seuls 24 optèrent pour une mobilité se traduisant pour 17 d’entre eux en une réelle promotion. Ce faisant, face aux autres responsables administratifs régionaux – échevins élus chaque année, alcaldes mayores désignés pour des quinquennats, gouverneurs provinciaux relevables de leurs charges à tout moment – les officiers des caisses royales connaissaient une stabilité exceptionnelle. Compte tenu d’une durée de carrière moyenne de quinze ans, ils purent ainsi incarner, aux yeux de leurs administrés, la véritable continuité monarchique à l’échelle provinciale 4.

  • 5 Bertrand : 1999a, graphiques p. 164-168.
  • 6 Elles concernent d’abord l’obtention de 14 habits d’Ordres militaires, auxquels s’ajoutent des dis (...)

8À la différence des officiers des caisses royales et compte tenu de la hiérarchie entre les trois catégories qui s’y côtoyaient, les comptables de la cour des comptes pouvaient avoir l’illusion de possibles promotions au sein de leur institution. Cependant le manque de cohérence dans le recrutement de ce tribunal se traduisit par des engorgements récurrents des catégories supérieures, au détriment des officiers subalternes 5. Aussi, les 4/5es des officiers de ce tribunal n’exercèrent-ils que dans un seul des trois grades, illustrant le blocage de l’institution qui rendait illusoire toute promotion. Sauf exception, les comptables de Mexico quittaient la cour des comptes dans la catégorie qui les avait accueillis, quinze à vingt ans plus tôt. Tant qu’elle fut pratiquée, c’est-à-dire jusque vers 1715, la principale responsable de la situation fut la vénalité des charges. Ultérieurement, la priorité quasi absolue accordée à l’ancienneté pour l’octroi des quelques promotions distribuées finit par enrayer un mécanisme chaotique et ne laissant que 23 comptables en obtenir une sur la soixantaine de recrutés jusqu’à la fin du xviiie siècle. Sur l’ensemble de la période, vénalité des charges, structure administrative en « col de bouteille » et absence de création de postes supplémentaires finirent par empêcher les promotions internes. Cette absence de réelle perspective professionnelle explique le malaise profond qu’affichent ces officiers lorsqu’ils s’expriment sur leurs activités professionnelles. Ils leur préféraient, plus souvent qu’à leur tour, leurs affaires personnelles, cause principale d’un absentéisme massif. La carrière de cette fraction d’officiers de finances de Nouvelle Espagne apparaît alors sous un jour somme toute assez peu enviable, riche en virtualités rarement concrétisées tant les blocages internes restèrent puissants. Seule l’obtention, de distinctions honorifiques toujours appréciées dans une société d’Ancien Régime, vint adoucir l’amertume d’une trentaine de comptables 6.

9La situation des intendants semble avoir été plus brillante : bien mieux rémunérés, ils ne souffrirent pas des effets pervers induits par la vénalité sur le déroulement de leurs carrières. Cependant, malgré des revenus confortables, nombre d’intendants évoquent le montant des charges liées au statut de serviteur royal qui pèsent sur eux et qu’ils évaluent au quart ou au cinquième des sommes perçues. Ce faisant, il n’était pas rare de voir un intendant quitter sa charge avec un endettement élevé et poursuivi par ses créanciers… Quant au déroulement de leur carrière, ils ne se trouvaient pas mieux lotis que leurs collègues des autres corps d’officiers de finances : entrés âgés dans la carrière, celle-ci ne pouvait les mener qu’exceptionnellement vers de plus hautes charges. Certes une mobilité ascendante se dessine entre les diverses circonscriptions inégalement prestigieuses d’une même vice-royauté. Mais des carrières inévitablement courtes ne laissaient que peu de place à des perspectives de promotion brillantes.

10À la lumière des déroulements de carrière de ces officiers administrant les finances royales aux Indes c’est bien hors des satisfactions étroitement professionnelles qu’il faut rechercher l’attrait de leurs charges qui, vendues ou pas, ne manquèrent jamais de candidats au recrutement. Malgré l’insistance mise sur les compétences et la professionnalisation comme critères primordiaux dans le recrutement des officiers du roi au cours du xviiie siècle, c’est sans doute bien plus dans les manifestations sociales, dans leurs traductions en termes de signes et de symboles, dans la constitution d’un véritable « capital social » qu’il faut rechercher l’intérêt soutenu dont bénéficiaient ces offices lointains.

Les attraits du service : honneurs et profits

  • 7 Ladd : 1984.

11Parmi les premiers attraits des postes d’officier aux Indes, le moindre ne se situe sans doute pas dans l’obtention des honneurs qui y étaient attachés. Dans une société où la richesse occupait une très grande place, la jouissance de titres honorifiques introduisait une distinction fort appréciée et recherchée par les élites 7. Or le service du roi était bien l’un des moyens les plus sûrs pour décrocher ces dignités, tout particulièrement celle attachée à l’un des trois ordres militaires distribués par la Couronne. D’ailleurs, à partir de 1771, compte tenu des origines sociales modestes de nombre de fonctionnaires royaux, Charles III créa un ordre civil portant son nom pour récompenser ses serviteurs empêchés de prétendre aux traditionnels ordres militaires. Nombre des intendants réussirent ainsi à obtenir pour eux-mêmes l’une ou l’autre de ces distinctions et, si les officiers de finances stricto sensu furent bien moins nombreux dans ce cas, plusieurs les reçurent à titre posthume pour leurs enfants, en raison des services rendus par leur père. La reconnaissance familiale qui allait de pair avec ces distinctions – son obtention supposait la réalisation d’enquêtes de voisinage ainsi que la reconstitution de la généalogie du bénéficiaire en remontant à quatre générations afin d’attester de la « pureté du sang » et de la « noblesse » du lignage distingué – venait alors renforcer très significativement la considération attachée à l’exercice d’une charge royale.

  • 8 Cette question des préséances occupait même une place importante, voire démesurée, dans le fonctio (...)

12Dans ce domaine, les conditions mêmes de nomination de ces officiers munis d’un titre dûment signé du monarque y contribuaient déjà fortement dans des espaces où ce dernier était, par définition, un personnage totalement invisible. Bien plus, le droit qui leur était réservé de s’adresser directement à lui, sans passer par l’intermédiaire du vice-roi, matérialisait cette proximité et concourait au renforcement de leur prestige. Ce dernier s’incarnait enfin dans les règles de préséance qui présidaient à toute procession des corps constitués lors des grandes fêtes publiques, tant civiques que religieuses. L’ordre, immuable, prévoyait que derrière le vice-roi venaient les auditeurs, les comptables de la cour des comptes, enfin les officiers de finances de la ville de Mexico. Tous précédaient ainsi les représentants des autres administrations, régionales comme municipales, matérialisant ainsi une hiérarchie lisible par tous 8.

Exercice du pouvoir et intégration aux élites

  • 9 Bertrand : 1999a, tout particulièrement le chapitre 1.
  • 10 Residencias. Des inspections ordinaires imposées aux officiers dont le mandat prenait fin, tenus d (...)
  • 11 Levi : 1985.

13Un autre des attraits de l’obtention d’un office se situait dans l’exercice du pouvoir lui-même, avec les avantages, faveurs ou profits qui y étaient associés, compte tenu de la conception très patrimoniale des charges. Ces derniers pouvaient se mesurer très concrètement, notamment pour les officiers de finances, en termes d’avantages matériels, tout particulièrement financiers. Ils faisaient même partie de la « rémunération » que tout officier espérait obtenir de sa charge puisqu’eux-mêmes, dans leur jargon administratif, les baptisaient très crûment « profits licites et illicites 9 ». Ces profits tirés par des officiers de finances exerçant aux Indes sont un des leitmotiv des dénonciations dont tous font très régulièrement l’objet depuis le xvie siècle et dont les poursuites devant le Conseil des Indes gardent nombre de traces. Il est vrai que le principe de jugements de résidences 10 – pour ceux qui y étaient soumis, comme les intendants – et des visites * de nature juridique variée pour les autres officiers de finances a favorisé la production d’une masse documentaire exceptionnelle, tant en volume qu’en intérêt, disponible aux archives générales des Indes et encore largement inexploitée. Mais ils pouvaient avoir aussi une teneur plus subtile et non moins importante pour cela. Dans des sociétés d’Ancien Régime où la place des relations sociales de protection ou d’entraide jouait un rôle essentiel 11, l’exercice d’une parcelle de pouvoir royal prenait des contenus très concrets. Cela se traduisait rapidement en termes de distribution d’avantages, de prébendes et autres faveurs à ses proches et amis.

  • 12 Les officiers de finances péninsulaires épousent pour 60 % d’entre eux une créole. Bertrand : 1999 (...)
  • 13 Zúñiga : 2001.
  • 14 Tutino : 1976 et 1983.

14En ce sens, le réel prestige social attaché à ces offices des Indes, et dont bénéficiaient leurs titulaires, se manifestait très directement dans les stratégies de captations matrimoniales dont ces officiers pouvaient faire l’objet de la part de la société américaine, et d’abord par ses élites 12. Ces dernières, soucieuses d’une « purification du sang » toujours suspect de dégradation en raison d’un métissage inévitable mais inavouable 13, appréciaient ces alliances avec des Espagnols aux origines sociales pas nécessairement brillantes mais qui ne souffraient pas des « doutes » pesant sur les Espagnols d’Amérique. Les officiers métropolitains, notamment ceux de finances, pouvaient ainsi prétendre à des alliances matrimoniales avantageuses, plus difficilement concevables en métropole et débouchant sur une véritable promotion sociale. Les épouses des officiers de finances se partagent équitablement entre trois milieux socioprofessionnels clairement identifiés. Les unes appartiennent au monde de l’élite créole, tout particulièrement à celui des « entrepreneurs », qu’il s’agisse de grands financiers ou de riches mineurs, grands commerçants ou riches propriétaires fonciers. D’autres, tout spécialement celles épousant des officiers exerçant ou résidant à Mexico, sont issues de familles solidement installées dans l’administration centrale, à Madrid ou à Mexico. Les dernières enfin, prioritairement celles des officiers des caisses royales provinciales étaient issues de familles des élites locales ou municipales, relevant de ce que l’on peut qualifier des élites secondes afin de les distinguer des élites principales 14 et souvent présentes dans l’administration des finances régionales. En regard de cette extraction sociale des épouses, les officiers appartenaient à des milieux sensiblement plus modestes. Les trois-quarts d’entre eux provenaient en effet de l’administration de niveau local ou provincial métropolitaine ou américaine, de l’administration centrale de la péninsule ou de la colonie ou enfin de l’armée. De telles alliances matrimoniales sont sans surprise quand elles se révèlent équitables en termes sociologiques : elles contribuaient notamment au renforcement des positions des uns et des autres. Il en est de même quand elles traduisent une endogamie socioprofessionnelle affichée, tant cette pratique se révélait décisive tout à la fois à la transmission de l’office et à l’entrée dans la charge. Par contre, les dernières alliances matrimoniales, manifestement déséquilibrées, témoignent tout à la fois de l’aboutissement d’une ascension sociale réussie et du souci, pour un lignage prestigieux, de maintenir sous son contrôle un office dont les bénéfices de tous ordres n’étaient pas sans intérêt. Pour les officiers de finances qui y parvenaient, ces alliances brillantes étaient un effet collatéral de l’exercice de la charge leur permettant de s’intégrer durablement dans le monde restreint du pouvoir, des honneurs et de l’argent.

  • 15 Augeron : 2000, chap. 4.
  • 16 Burkholder et Chandler : 1984.
  • 17 Augeron : 2000, chap. 6.

15Pour les intendants, on peut suivre le même processus d’intégration aux élites locales et régionales, d’autant que leurs origines sociales généralement plus relevées ne pouvaient que leur faciliter de telles prétentions 15. En contrepartie les familles d’accueil obtenaient, tant sur place qu’en métropole, un lien direct et personnel avec la structure étatique coloniale supérieure dont leurs membres s’étaient trouvés progressivement exclus avec la disparition de la vénalité des offices 16. Ces lignages intégrèrent à leurs stratégies la nouvelle institution en vue de s’en assurer le contrôle, usant autant de leurs liens traditionnels avec l’administration coloniale que de ceux tissés avec les « nouveaux » bureaucrates, souvent d’ailleurs présents de longue date dans les colonies. Le personnel de l’intendance, à commencer par les intendants eux-mêmes, n’échappa pas au processus de créolisation connu des autres officiers, tout particulièrement des officiers de finances. On y retrouve les mêmes logiques d’intégration, les mêmes pratiques gestionnaires avec les mêmes effets en termes de détournement administratif. Dans ce domaine, l’exemple de l’intendance du Yucatan révèle la capacité de contrôle de ces familles créoles sur une institution dont la création aurait pu remettre en cause leur domination sociale. Elles réussirent ainsi à nouer des liens étroits, tant familiaux qu’économiques, avec les intendants successifs de la circonscription qui se transformèrent en véritables représentants des intérêts de l’élite de Mérida 17.

  • 18 Dalla Corte : 2000 ; Priotti : 2003.
  • 19 Bertrand : 1999a, chap. 6.
  • 20 Augeron : 2000, chap. 6.

16C’est à l’aune de ce capital social amassé grâce aux honneurs autant qu’aux avantages redistribués en vertu de l’exercice d’un pouvoir exercé, qu’il faut comprendre la place occupée par ces officiers de finances dans les réseaux de pouvoir construits par ou autour des élites coloniales. Pour les grands mineurs de la vice-royauté et surtout les grands commerçants, tout particulièrement ceux de la ville de Mexico regroupés au sein de leur Consulat, mais aussi ceux des grands centres économiques de la région, ces officiers constituaient des intermédiaires polyvalents leur ouvrant des espaces sociaux difficilement accessibles sans relais nombreux et solides. Comme péninsulaires, ces officiers contribuaient à étoffer les nécessaires réseaux commerciaux transatlantiques sur lesquels reposaient leurs activités économiques 18. Comme officiers royaux, ils leur offraient appuis, garanties ou protections utiles à la perpétuation d’une activité économique tentée par un respect très relatif de règlements particulièrement tatillons et contraignants. C’est cette intégration avec les principaux agents économiques locaux de Nouvelle Espagne qu’il a été possible de reconstituer pour les officiers de finances stricto sensu 19 autant que pour les intendants 2020. Les premiers en particulier mettent en évidence la très forte corrélation entre les activités professionnelles des membres des réseaux constitués autour de ces officiers et la spécialisation économique de la région considérée, confirmant ainsi l’assimilation réussie de ces péninsulaires aux réalités locales.

Lignages et réseaux sociaux

  • 21 Sur les critères d’analyse permettant de distinguer divers types de réseaux, voir Bertrand : 1999b
  • 22 Bertrand : 1999a, p. 263-266.

17Fortement inséré dans le tissu social américain, ayant de solides liens parmi les groupes familiaux les plus puissants de la vice-royauté et disposant des leviers de pouvoir qui allaient de pair avec leurs charges, l’ensemble de ces officiers se trouvait en position idéale pour établir des liens étroits avec les responsables politiques locaux, régionaux ou vice-royaux. Ces derniers en particulier, le plus souvent isolés, qui se succédaient à la tête de la vice-royauté voyaient s’agiter dans leur entourage de véritables clans se disputant les prébendes qu’ils pouvaient distribuer. Pour le monde des finances de Nouvelle-Espagne, nous avons pu mettre en évidence une trentaine de ces systèmes relationnels complexes ou réseaux sociaux rivalisant d’audace pour obtenir ou garder la « confiance » des détenteurs du pouvoir politique. Organisés sur la base de liens forts – associant le plus souvent liens familiaux, compérage, amitié et relations clientélaires – et de liens faibles – plus strictement instrumentaux, tels que ceux surgis dans un cadre professionnel ou nés d’une simple collaboration économique ponctuelle mais pouvant aussi s’étendre à des liens de clientélisme – ces réseaux impliquant des officiers de finances s’organisent selon une triple typologie 21. Les premiers pourraient se définir comme étant essentiellement fondés sur des liens forts via les redoublements relationnels entre les membres du réseau. Ils offrent alors l’apparence du repliement sur soi autour d’un espace géographique le plus souvent réduit. Mais ils garantissent aussi l’affirmation d’un pouvoir régional ou local, à l’image du réseau construit autour de lui, à la fin du xviie siècle, par l’officier royal de Zacatecas, Francisco Gómez Rendón 22.

  • 23 Sur le détail de l’affaire impliquant cet officier de finances, Bertrand : 1999a, chap. 1, p. 21 à (...)

18Un deuxième type de réseau identifiable parmi les officiers de finances de Nouvelle-Espagne se caractérise par leur ampleur et leur complexité, associant liens étroits et liens bien plus lâches. À la différence du modèle précédent, ils ne s’inscrivent pas dans un espace géographique donné, dépassant largement la zone d’activité ou d’influence de l’officier concerné. Enfin, ils se caractérisent aussi par leur capacité à mettre en relation des espaces sociaux relativement hétérogènes. Tel est bien le cas du réseau constitué autour de Pedro Alejo Lopez Cotilla, officier de finances de Veracruz au début du xviiie siècle. Il lui permit dans un premier temps de constituer une solide fortune assise sur un monopole de fait dans l’approvisionnement des flottes arrivant dans le port. Dans un second temps, alors que la chance avait tourné et que le temps de rendre des comptes à un visiteur * exigeant, Prudencio de Palacios, était venu, il sut faire preuve de capacités de résistance exceptionnelles en mobilisant habilement appuis et relais 23.

  • 24 Sur la composition de ce réseau, Bertrand : 1999a, chap 6, tableau 7, p. 273.
  • 25 Dans un cadre quelque peu différent ne prenant pas comme point de départ l’administration des fina (...)

19Un dernier type de réseau, toujours plus vaste et complexe, intégrait les officiers de finances tout en ne leur réservant que des positions de second plan. Constitués à l’origine par des officiers relevant d’autres secteurs de la bureaucratie coloniale, ils fonctionnaient comme de véritables clans politiques rivalisant pour s’assurer le contrôle des leviers de pouvoir. Dans cette configuration, les officiers de finances remplissaient les fonctions spécifiques de leur charge en se plaçant au service du clan auquel ils appartenaient. En contrepartie, ces derniers leur assuraient la protection que leurs responsabilités leur permettaient de distribuer. L’un de ces réseaux, piloté depuis Mexico entre 1720 et 1740 par deux auditeurs, P. Malo de Villavicencio et D. de Valcárcel, exerça une véritable tutelle sur le pouvoir administratif de la Nouvelle-Espagne. Il regroupait plusieurs membres de l’Audience, des comptables de la cour des comptes, des officiers royaux de la caisse de Mexico ainsi que certains de ceux des caisses provinciales de Zacatecas et Veracruz 24. Son pouvoir lui permit notamment de contrer efficacement les agents administratifs envoyés depuis l’Espagne pour remédier aux dysfonctionnements dont le Conseil des Indes avait eu connaissance 25.

20Ces ensembles sociaux en venaient à constituer, au sein de l’appareil d’État colonial, de véritables systèmes de pouvoir occultes qui transcendaient tous les organigrammes administratifs patiemment élaborés depuis Madrid et se jouaient des réformes imposées. Les liens unissant leurs membres mettaient en relation aussi bien le haut et le bas de la structure administrative que son centre et ses périphéries. Ce faisant, des hiérarchies administratives parallèles, fondées avant tout sur des liens interpersonnels de natures diverses, conditionnaient le fonctionnement de l’appareil d’État en lui imposant des logiques ou des critères étrangers aux nécessités ou aux objectifs établis depuis Madrid.

21Les nombreuses possibilités offertes par le simple exercice d’une charge expliquent le souci des officiers de finances d’y associer des proches choisis par eux tout en préparant ainsi sa transmission. La simultanéité de la présence de subalternes ou d’intermittents appartenant à un même lignage ou à un même réseau dans divers services de l’appareil d’État renforçait la position du groupe tout en assurant un début de formation pratique à de possibles successeurs. Afin d’attirer l’attention des services du monarque au moment où ceux-ci établissaient la fameuse terna dans laquelle le Conseil choisirait, au nom du roi, l’heureux élu, il fallait pouvoir présenter un dossier convaincant de « services rendus » à la Couronne par l’impétrant et faire la preuve de ses compétences. Toutes les fonctions exercées, le plus souvent sans rémunération, dans tel ou tel service de l’administration des finances de préférence, devenaient des atouts précieux. Maîtrisant parfaitement les règles de fonctionnement de l’institution administrative, les réseaux constitués par ou autour des officiers réussissaient alors, génération après génération, à se maintenir à l’abri de l’appareil d’État et bien souvent dans des services identiques ou proches. De telles perpétuations ne doivent pas s’analyser seulement en termes de spécialisation professionnelle – qui de toute évidence existe, notamment pour les offices au contenu le plus technique, comme ceux des finances – mais bien plutôt comme la conscience très forte des atouts que représentait l’exercice d’une charge : elle assurait tout autant l’ascension familiale, l’intégration au sein des élites et la constitution de solides patrimoines. Perdre l’office en ne contrôlant pas sa transmission une fois la vénalité disparue, c’était risquer de voir se disloquer les bases sur lesquelles reposait jusqu’alors la réussite lignagère.

Conclusion : médiocrité professionnelle et prestige social

22On comprend donc combien l’attrait de ces fonctions bureaucratiques américaines ne pouvait se limiter à une simple aspiration, très anachronique d’ailleurs, liée au souci d’un déroulement d’une quelconque « carrière » au sein de l’administration royale des Indes. Au-delà des fonctions exercées et sans doute même bien avant elles, ce sont d’abord toutes les marques symboliques attachées à l’exercice du pouvoir – traduites en termes d’honneurs, de prestige et de reconnaissance sociale – qui attiraient les candidats, prêts à payer les fortes sommes qui, près d’un siècle durant, leur furent exigées. C’est donc d’abord en termes sociaux bien plus que professionnels que doit se comprendre l’option d’une carrière destinée à administrer les finances royales aux Indes : elle assurait sans grandes difficultés une insertion dans le monde des élites coloniales, c’est-à-dire dans celui de l’argent, de l’honneur, du prestige et du pouvoir. Accepter les risques, nombreux, du détour transatlantique de la part des péninsulaires, de plus en plus nombreux, qui s’y plièrent au cours du xviiie siècle, s’inscrivait donc dans une véritable stratégie sociale de promotion.

23En ce sens, les réformes introduites aux Indes tout au long du xviiie siècle eurent comme premier effet non pas tant le renouvellement recherché des pratiques de pouvoir, trop enracinées pour être extirpées si aisément, mais plus indirectement celui du personnel administratif. Parmi les péninsulaires restés majoritaires dans ces charges d’officiers prédominèrent dorénavant des hommes neufs, c’est-à-dire de moins en moins liés aux vieilles aristocraties enkystées dans l’appareil d’État. Certes, cette situation n’avait jamais été prédominante chez les officiers de finances – le plus souvent d’extraction modeste – ou chez les intendants – pour lesquels l’armée avait déjà servi de tremplin social. Mais cela devint la règle quasi générale au fur et à mesure que les réformes prenaient corps et se concrétisaient. L’impact des réformes administratives fut donc loin d’être négligeable aux Indes. Certes, il ne répondit pas exactement aux objectifs officiels que s’était fixés la Couronne, à savoir un réel renforcement du contrôle sur l’empire, tant les officiers nommés ne purent s’extraire de la pression que faisaient peser sur eux les élites créoles. Par contre, en modifiant les exigences professionnelles attendues de ces officiers et leurs conditions de recrutement, elle ouvrit la porte de l’administration à des hommes provenant de nouveaux horizons sociaux bien moins huppés que leurs prédécesseurs. En un certain sens, les officiers de finances constituent le prototype de ces ministres qui émergent au cours du dernier siècle de la colonie : forts de leurs compétences et de leurs savoir-faire, ils utilisèrent systématiquement leur charge comme un levier au service de leur ascension sociale. Ultérieurement, avec les intendances, c’est bien ce modèle-là qui tendit à se généraliser chez les officiers venus aux Indes pour administrer les finances royales.

Notes

1 Voir supra, chap. x.

2 Voir Bertrand : 1999a, chap. 5.

3 Augeron : 2000, chap. 4.

4 Bertrand : 1999a, p. 156-157.

5 Bertrand : 1999a, graphiques p. 164-168.

6 Elles concernent d’abord l’obtention de 14 habits d’Ordres militaires, auxquels s’ajoutent des distinctions de nature purement administrative, toutes distribuées à des membres de la cour des comptes.

7 Ladd : 1984.

8 Cette question des préséances occupait même une place importante, voire démesurée, dans le fonctionnement des institutions concernées, comme le révèle leur correspondance administrative regroupée dans la série Audiencia de México aux archives générales des Indes.

9 Bertrand : 1999a, tout particulièrement le chapitre 1.

10 Residencias. Des inspections ordinaires imposées aux officiers dont le mandat prenait fin, tenus de « résider » sur le lieu d’exercice de leur charge jusqu’à la fin du jugement. Sur leurs origines et leurs modalités : Peytavin : 2003 ; en Amérique : Bertrand : 1999a.

11 Levi : 1985.

12 Les officiers de finances péninsulaires épousent pour 60 % d’entre eux une créole. Bertrand : 1999a, p. 192, note 18.

13 Zúñiga : 2001.

14 Tutino : 1976 et 1983.

15 Augeron : 2000, chap. 4.

16 Burkholder et Chandler : 1984.

17 Augeron : 2000, chap. 6.

18 Dalla Corte : 2000 ; Priotti : 2003.

19 Bertrand : 1999a, chap. 6.

20 Augeron : 2000, chap. 6.

21 Sur les critères d’analyse permettant de distinguer divers types de réseaux, voir Bertrand : 1999b.

22 Bertrand : 1999a, p. 263-266.

23 Sur le détail de l’affaire impliquant cet officier de finances, Bertrand : 1999a, chap. 1, p. 21 à 34. Sur la composition du réseau de cet officier hors du commun : p. 266 à 271.

24 Sur la composition de ce réseau, Bertrand : 1999a, chap 6, tableau 7, p. 273.

25 Dans un cadre quelque peu différent ne prenant pas comme point de départ l’administration des finances, nous nous sommes attachées à reconstruire ce même type de réseau complexe en lutte pour le pouvoir à Guatemala à l’extrême fin du xviiie siècle. Deux de ces réseaux partageaient l’Audience en deux clans rivaux. Ils s’étendaient au Consulat des marchands, récemment créé, ainsi qu’au gouvernement municipal de la capitale. Bertrand : 2000 et 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540