Version classiqueVersion mobile

Les finances royales dans la monarchie espagnole

 | 
Anne Dubet

Troisième partie. Argent du roi et intérêts des particuliers

Chapitre XII. L’argent du roi et les hommes d’argent (xvie-xviie siècles)

Carlos Álvarez Nogal
Traduction de Anne Dubet

Texte intégral

1La monarchie espagnole a pu vérifier à plusieurs reprises que s’il était important d’avoir de l’argent pour faire face à tous les engagements de sa politique impériale, il l’était tout autant de pouvoir compter sur les personnes capables de le recouvrer, le transférer et le dépenser efficacement. Ceci explique la présence constante d’ » hommes d’affaires » dans la structure politique, fiscale et financière de la monarchie espagnole aux xvie et xviie siècles.

  • 1 Thompson : 1981a.

2L’activité des finances royales castillanes dépend alors de la disponibilité des fonds dans les caisses royales à tout moment, mais plus encore d’un fonctionnement correct de son système financier. Sa marge d’endettement à court et à long terme, sa capacité d’émettre une dette à long terme (sous forme de juros *), le paiement de ses créanciers, l’envoi d’argent sur des places éloignées, la crédibilité financière de ses agents, la stabilité et le prestige de sa monnaie, tout cela dépend de l’habileté avec laquelle la monarchie gère des ressources toujours rares. Cet effort pour tirer le meilleur parti de sa capacité de crédit requiert une coordination efficace des domaines fiscal, financier et monétaire, pour laquelle il lui faut recourir à des experts 1. Mais la question se pose de savoir quel rapport ces derniers doivent entretenir avec l’administration royale – seront-ils fermiers ou salariés ? –, et la Couronne n’y apporte jamais de réponse définitive.

  • 2 Muto : 1986, p. 278 ; Castillo : 1973.
  • 3 García Sanz : 1991.

3On a traditionnellement dépeint des finances royales espagnoles au bord de l’abîme, même si leur agonie dure presque deux cents ans. Peut-être cette vision dramatique a-t-elle pesé dans les jugements négatifs portés sur la façon dont les Espagnols les avaient gouvernées ? Ils paraissaient naviguer à vue, sans orientation claire, multipliant les erreurs. L’illustration la plus claire en serait donnée par les banqueroutes successives de la Couronne 2. Aussi les finances royales castillanes n’auraient-elles rien à nous apprendre. Elles seraient au contraire l’exemple parfait de ce que peut faire une monarchie absolue, parfaitement inefficace sur le plan économique. La capacité de celle-ci à élever extraordinairement la pression fiscale serait une des causes du dépérissement économique du royaume et, partant, de l’épuisement de ses propres ressources fiscales 3.

  • 4 Dubet : 2000a.
  • 5 Andrés Ucendo : 1999.
  • 6 Gelabert : 2001, p. 17-41.
  • 7 Domínguez Ortiz : 1960. Álvarez Nogal : 1997a.
  • 8 Motomura : 1994. Serrano Mangas : 1996. Motomura : 1997. García Guerra : 2003. García de Paso : 20 (...)
  • 9 Ruiz Martín : 1990b. Sanz Ayán : 1999, p. 588-590.

4Le propos de ces pages n’est pas de transformer en succès les erreurs commises, sans aucun doute, par la monarchie sur le terrain économique, mais de montrer avec quelle habileté elle sait tirer le meilleur parti de son système fiscal et monétaire grâce à la présence constante d’hommes d’affaires dans sa structure financière. Les finances royales multiplient en effet les tentatives de trouver des mécanismes qui augmentent leur capacité de crédit. Parmi elles, le projet des tresoryes (erarios *) 4, la création et la consolidation des services des millions * 5, l’essai de remplacer cet impôt par une contribution sur le sel 6, les nombreux expédients fiscaux, innovants, imaginés pendant le règne de Philippe IV 7, l’introduction du billon pur et les frappes monétaires successives 8 ou les innovations constantes dans la façon de négocier avec les banquiers 9.

  • 10 Yun Casalilla : 1991, p. 25-36.

5Malgré ses limitations 10, la Couronne espagnole parvient à résoudre une partie de ses problèmes de réputation, à contrôler ses agents et recueillir l’information économique nécessaire. Elle sait créer des mécanismes efficaces de gestion de ses ressources, tirant des institutions financières internationales plus d’avantages que d’autres monarchies européennes. Elle imagine aussi des formules innovantes pour réduire les coûts de ses crédits et met en pratique des mécanismes capables de gérer les ressources tirées de systèmes fiscaux et de territoires différents. En outre, elle introduit une masse de monnaie totalement fiduciaire (du cuivre pur) dans un système dominé par le bimétallisme.

6Tout ceci lui permet d’élever sa capacité d’endettement à court et long terme, soutenant sa puissance sur le terrain international. Rien de tel n’aurait été possible sans le concours et la présence constante des hommes d’affaires qui travaillent pour la Couronne espagnole.

Une stratégie financière à long terme ?

  • 11 González et Parker : 1999, p. 215-232. Parker : 1998.
  • 12 Pacini : 2005, p. 2.

7Geoffrey Parker a défini la « grande stratégie » de Philippe II comme un ensemble de principes prioritaires concernant la structure géopolitique de l’empire espagnol. Cette stratégie lui aurait permis d’établir des priorités au moment de distribuer hommes et ressources sur le théâtre européen 11. Arturo Pacini admet cette hypothèse pour ce qui est de la stratégie politique que la monarchie espagnole développe avec Gênes pendant presque deux siècles 12. L’historien considère en effet que, quoique Charles Quint et Philippe II aient eu à affronter des problèmes très différents, leurs règnes ont un dénominateur commun. La politique qu’ils développent face à ces difficultés ne saurait être interprétée comme structurellement confuse, fondée sur « le courrier du matin » ou lestée par une « arithmétique des distances défavorable ». Même si la documentation produite par les finances royales donne souvent l’impression d’une certaine improvisation, et s’il est probable que celle-ci a dominé quand il fallait résoudre des besoins à court terme, il est certain aussi que la direction des finances obéit à des principes de base, dont la défense est une constante au fil du temps.

  • 13 Hernández Esteve : 1986, p. 163. En 1573 on recommandait au Conseil des finances de nommer des mar (...)
  • 14 Par exemple en 1631 les ministres du roi estiment que chaque sujet paie deux maravédis par jour d’ (...)
  • 15 Carrasco Vázquez : 1997, p. 1085.

8L’un de ces principes est la nécessité d’améliorer constamment la gestion des ressources. La Couronne est persuadée que son administration serait plus efficace si elle choisissait les personnes et les institutions adéquates pour recouvrer l’argent et effectuer les paiements 13. Le Conseil des finances est convaincu que ceux qui recouvrent les impôts commettent des abus et que seule une infime partie des impôts parvient réellement dans les caisses du roi 14. Il en va de même pour les banquiers. Nombreux sont ceux qui affirment que les finances royales payent le crédit plus cher que ce qu’elles doivent en toute justice, que les financiers trompent et qu’ils extorquent l’argent du roi dès qu’ils en ont l’occasion. Mais ici aussi, c’est difficile à prouver 15.

9Il faut donc prendre des mesures pour trouver des ressources, mais aussi lutter contre les abus et l’inefficacité. Pour cela, il est essentiel de pouvoir compter sur des experts fiables, qui apportent leur conseil dans ces domaines. Les mieux préparés sont, sans aucun doute, quelques hommes d’affaires.

Pourquoi la monarchie espagnole a-t-elle besoin d’hommes d’affaires ?

10Étant donné le volume élevé des recettes annuelles de la monarchie espagnole, pourquoi a-t-elle besoin d’emprunter tous les ans à un petit groupe de banquiers ? La raison en est que ceux-ci ne sont pas seulement des fournisseurs de crédit. Ils offrent aussi tout type de services. Leur présence dans la structure financière de la monarchie a toujours été complexe, suivant des modalités variées. Jusqu’à un certain point, ils sont indispensables, non seulement pour obtenir des avances d’argent dans l’urgence, mais aussi pour recouvrer des recettes, les dépenser, et parfois même diriger et administrer l’ensemble des finances royales.

Recouvrer et transférer les fonds

11Pour pouvoir répondre aux engagements pris chaque année en prêtant de l’argent à la Couronne espagnole, il est aussi important pour les banquiers d’être capable de recouvrer les consignations qui leur sont données en remboursement que de trouver du crédit sur les places où ils font les paiements.

12Les recettes des finances royales ne sont pas centralisées dans une caisse unique à Madrid, mais réparties sur toute la géographie espagnole entre divers bureaux chargés de les recouvrer. Pour se faire payer leurs dettes, les banquiers ont donc besoin d’un réseau d’intermédiaires dans toute l’Espagne, qui puissent se présenter dans ces bureaux et transférer l’argent à Madrid. Sans eux, les banquiers ne seraient pas en mesure de payer les crédits contractés ni de respecter les délais. Les réseaux chargés de recueillir le métal précieux avec lequel le roi d’Espagne fait ses paiements sont directement liés aux agents chargés de recouvrer les impôts. Parmi leurs membres, on trouve plusieurs hommes bien placés politiquement, capables d’offrir une information sur la situation fiscale castillane et d’obtenir un recouvrement ponctuel des fonds.

  • 16 Álvarez Nogal : 1999, p. 528-529.
  • 17 AHPNM, Protocolo 4525, fº. 174. Poder, 4 mars 1639. L’année suivante, Spínola est nommé juge priva (...)
  • 18 Elliott et Peña : 1981, vol. II, p. 108-109. AHPNM, Protocolo 5479, fº. 399. Quittance, 27 août 16 (...)
  • 19 Sanz Ayán : 1989, p. 336-370.

13Les banquiers effectuent souvent eux-mêmes la perception de certaines recettes, surtout quand elles sont difficiles à gérer. Ainsi, en 1629, le Génois Bartolomé Spínola s’occupe de la vente de sujets et d’offices 16, et en 1638 le roi lui confie la perception de la demi-annuité (media annata *) des juros * des natifs et des étrangers. Il doit la réclamer aux receveurs des recettes sur lesquelles sont assignés ces titres de dette à long terme 17. Un autre Génois, Octavio Centurión, facteur général des frontières et des places fortes, se charge la même époque de recouvrer les fonds de diverses personnes et institutions obligées d’entretenir les soldats qui défendent les forteresses de la péninsule ibérique 18. Parmi les banquiers portugais, on trouve aussi plusieurs exemples de fermiers d’impôts qui sont en même temps munitionnaires de la Couronne 19.

  • 20 Les prêts consentis par quelques hommes d’affaires d’Anvers atteignaient des prix que le Conseil d (...)

14Cette délégation des tâches de recouvrement aux banquiers a des avantages pour les finances royales, auxquelles elle épargne l’emploi d’officiers royaux et l’obligation de les contrôler. Mais elle permet aussi aux banquiers de contrôler les canaux de circulation de l’argent et de s’assurer du paiement de leurs consignations. C’est sans doute pourquoi il est difficile pour un banquier ne résidant pas à Madrid de négocier des crédits avec la Couronne espagnole 20. Hors de la péninsule ibérique, le risque de ne pas voir payées ses consignations – ou alors, de façon partielle et irrégulière – est beaucoup plus élevé.

15Outre le contrôle d’une partie du recouvrement des impôts, les hommes d’affaires s’occupent aussi des transferts d’argent vers les places où il faut faire les paiements, tant à l’intérieur qu’en dehors de la péninsule ibérique. L’argent est le plus souvent viré par lettre de change, qui permet de gagner du temps et d’éviter les continuels transports d’argent. Mais à la longue, la balance des paiements espagnole étant toujours négative, il devient inévitable de compenser les déficits par des transferts d’or et d’argent en espèces. Là aussi, ce sont les banquiers du roi qui assument l’opération.

Un réseau d’agents privés en Europe pour les finances royales

16Une des principales exigences des finances castillanes pendant l’Ancien Régime est d’obtenir un transfert régulier de l’argent des lieux où elles ont des excédents de recettes fiscales vers les lieux où elles en manquent. La solution la plus efficace pour faire face à la dispersion géographique de l’empire et à la diversité des monnaies qui y circulent est de recourir aux services d’un petit groupe d’hommes d’affaires, parmi lesquels les banquiers génois jouent, au xvie et au xviie siècle, un rôle de premier plan.

  • 21 Quelques exemples des réseaux des banquiers génois dans différentes places d’Europe chez Doria : 1 (...)

17Le problème n’est pas alors seulement de payer, mais de payer où il le faut et au bon moment. La monarchie espagnole n’a pas de personnel qualifié pour le faire, non seulement à l’extérieur, mais aussi dans la péninsule ibérique. En revanche, les banquiers peuvent le faire facilement grâce à la façon dont ils organisent leurs compagnies. En effet, quand le Conseil des finances négocie avec un banquier à Madrid, il traite en réalité avec tout un consortium de compagnies indépendantes les unes des autres, répandues dans toute l’Europe, mais capables à un moment donné de collaborer pour offrir à la monarchie espagnole les services financiers qu’elle réclame 21.

  • 22 Herrero : 2005.
  • 23 Ghilino : 1996 ; Marsilio : 2005.
  • 24 Juan Lucas Palavesin, un des facteurs de Philippe IV, reconnaissait qu’il lui aurait été impossibl (...)

18Même si le réseau de collaborateurs couvre les principales places d’Europe (Anvers, Lisbonne, Milan, Naples, Séville, etc.), la place de Gênes joue ici un rôle primordial 22. Les compagnies qui y résident ont accès aux foires de paiements génoises, qui fonctionnent comme des marchés de crédit à court terme. À travers ces foires, les banquiers obtiennent du crédit sur nombre de places européennes pour des délais plus flexibles. Cet argent leur permet de satisfaire à leurs engagements auprès de la Couronne espagnole et d’ » entretenir » la dette à moyen terme, pendant au moins deux ou trois ans, soit le temps mis à recueillir et payer la somme fixée dans un « parti » (asiento *), un contrat qui associe le crédit, le paiement lointain et souvent le change monétaire. La quantité due est virée d’une place à l’autre par lettres de change, jusqu’à son paiement final 23. Pendant ce temps, les intérêts courent. Aucun banquier génois de Madrid n’aurait pu contracter de partis avec la Couronne sans l’aide et la collaboration du reste des compagnies qui opéraient en Europe, car les banquiers ne prêtaient pas leur propre argent mais celui de petits investisseurs qui, par le biais des compagnies, cherchaient sur les foires la rentabilité maximale 24.

19En somme, la monarchie espagnole a accès aux réseaux internationaux de crédit grâce à sa relation avec les hommes d’affaires qui résident et travaillent à la cour. C’est pourquoi son intérêt est toujours de consolider sa relation avec ces banquiers.

Le Conseil des finances et le facteur général ou la centralisation de la politique financière et monétaire

  • 25 Álvarez Nogal : 2000.
  • 26 Esteban Estríngana : 2002a, p. 49-50. L’auteur étudie les efforts du Conseil des finances pour cen (...)
  • 27 D’autres exemples chez Álvarez Nogal : 2005.

20L’objectif des finances royales n’est pas seulement d’effectuer des paiements dans différentes places européennes, mais de le faire au moindre coût. Réduire le taux d’intérêt d’un crédit permet d’emprunter davantage, et donc de dépenser plus. Or, dépenser plus en élevant les impôts ou en en créant de nouveaux a toujours été difficile et impopulaire. L’alternative est alors de tirer le meilleur parti possible des recettes existantes. Pour cela, la Couronne doit renforcer sa position dans la négociation avec ses banquiers 25. Le choix de Madrid comme lieu dans lequel seront signés chaque année les plus gros contrats de crédit de la monarchie est lié à cette nécessité 26. Depuis le règne de Philippe II, on insiste en effet toujours sur la nécessité de négocier avec les banquiers à la cour. Cela a des conséquences immédiates sur l’organisation des compagnies de banque. La capitale de l’Espagne devient alors le point d’arrivée des agents génois au sein de leurs réseaux d’affaires, jamais leur point de départ. C’est à Madrid que culmine une carrière commerciale qui a souvent commencé dans une autre ville. Les autres places, à l’exception de Gênes, la métropole, sont des lieux d’apprentissages où l’on acquiert de l’expérience 27.

  • 28 Hernández Esteve : 1986, p. 7-24.
  • 29 Carlos Morales : 1996b, p. 219-249. Son évolution est semée d’embûches et les hommes y ont souvent (...)
  • 30 Álvarez Nogal : 1997a, p. 78-82 ; 2001, p. 293-294.

21Mais l’effort fourni par la Couronne pour centraliser sa gestion ne se réduit pas au choix d’un seul lieu de négociation. Elle tente aussi d’améliorer les techniques comptables de ses principales trésoreries 28 et elle donne un plus grand pouvoir au Conseil des finances 29. Cet organisme exerce une influence croissante sur les décisions concernant la distribution de certaines recettes qui, à l’origine, dépendaient d’autres Conseils de la monarchie, tels les métaux précieux américains 30. La nomination d’un facteur général se comprend mieux dans ce contexte. Il s’agit de trouver une alternative au recours aux hommes d’affaires, un homme qui concentre l’information et puisse prendre des décisions avec une certaine autonomie.

  • 31 Ulloa : 1977. Hernández Esteve : 1984b. Doria : 1978.

22L’initiative est née en 1556, dans le cadre d’un effort majeur de réorganisation des finances castillanes 31. Cette année-là, on essaie de créer un système de facteurs liés entre eux, installés dans chacune des principales places financières de la Couronne : Madrid, Anvers et Gênes. Sont donc nommés trois hommes d’affaires connus pour leur expérience et leur prestige auprès de leurs collègues. Ainsi, celui de Castille est Fernán López del Campo, un prestigieux commerçant burgalais établi à Anvers.

23La principale différence entre le recours à un facteur et les traditionnels partis est que le facteur perçoit un salaire pour son travail. Par conséquent, il ne fait pas de bénéfice sur le change et le transfert. En contrepartie, il n’assume pas les coûts, puisque tant la perception que la gestion des capitaux se font aux frais des finances royales ; il en va de même pour les intérêts payés pour le retard des paiements des sommes dues dans les foires.

24La première tentative de factorerie générale échoue en raison des difficultés de coordination des différents agents, confirmant qu’il est difficile aux finances royales de créer leur propre réseau de collaborateurs. Le système fonctionne en effet si chacun des agents satisfait les demandes de paiements, mais dans ce genre d’affaires, la réputation de « bon payeur » n’est que personnelle. En cas de difficulté, quand les finances royales manquent de fonds, il est facile de renoncer à ses obligations en refusant d’exécuter les ordres de paiements émis par d’autres agents : toute la crédibilité du système est alors mise en cause.

  • 32 Álvarez Nogal : 1999.

25En 1627, la tentative est renouvelée, en faisant appel, cette fois, à un réseau préexistant dans le système financier de la monarchie. Aussi est-ce un financier génois de renom qui est nommé facteur général, Bartolomé Spínola 32. Le banquier met à la disposition de la Couronne toutes les relations et agents avec lesquels il a travaillé jusque-là comme banquier privé. À sa mort, après dix-sept ans de services, lui succèdent d’autres Génois, comme Juan Esteban Imbrea et Andrea Piquinoti, qui reproduisent la même formule de collaboration.

  • 33 AGS, CJH, leg. 665-19-4. Consulte, 26 mars 1630. Les exemples sont nombreux. Dans la Péninsule Ibé (...)

26Une des raisons du recours aux facteurs est leur capacité à offrir à la Couronne des crédits intéressants. Le facteur général se charge de nombreuses opérations de crédit, surtout les opérations inattendues ou urgentes, sur les places où surgissent des besoins imprévus 33. Cependant, il convient d’insister sur le fait que la figure du facteur général n’est pas exclusive. Le Conseil des finances continue de négocier des crédits avec d’autres hommes d’affaires. On peut en déduire que la préférence pour la factorerie n’est pas motivée par la seule capacité de crédit des facteurs. Une autre raison de poids est que l’on compte sur le facteur pour conseiller les ministres du roi sur toutes les demandes que font les banquiers au fil des négociations. Il est essentiel de savoir si leurs exigences sont raisonnables et justifiées ou, à l’inverse, abusives et usuraires, et l’expertise du facteur est ici précieuse. D’autre part, la présence d’un facteur dans la structure financière de la monarchie ne réduit pas le pouvoir du Conseil des finances. Même si ses compétences lui permettent de gérer de façon tout à fait autonome une part importante des recettes royales, il n’a pas à se prononcer sur l’utilisation de cet argent : la décision reste aux mains du Conseil des finances.

Du traitement de l’information à la prise de décision

  • 34 Neri : 1989, p. 46-57. Parmi les membres de la commission des millions * nommés par le roi dans le (...)

27Traiter l’information économique, l’interpréter et prendre ensuite les bonnes décisions est une opération difficile, qui amène les finances royales à demander aux banquiers non seulement des crédits et des transferts de métaux précieux, mais aussi des avis et des conseils sur les meilleurs moyens d’obtenir des ressources et de les dépenser. C’est pourquoi nombre d’hommes d’affaires occupent des postes importants dans l’administration et le gouvernement de la monarchie, en particulier dans les Conseils des finances et de guerre 34. Leur conseil est recherché dans le domaine fiscal, mais plus encore dans celui de la monnaie et du crédit.

  • 35 La négociation avec Carlos Strata en 1633 en offre une illustration. Les exigences du financier so (...)
  • 36 Spínola a toujours été favorable à l’arrêt de ce type d’interventions, pour laisser le marché déte (...)

28Une des missions les plus importantes des banquiers entrés dans le Conseil des finances est sans doute leur condition de conseillers financiers. On leur demande leur avis quand on négocie des partis ou offre des consignations 35. Ainsi, Bartolomé Spínola, le facteur général, est amené à donner un avis éclairé sur le rôle que doivent jouer les banquiers portugais dans les finances de la monarchie ou sur les choix à faire, pour les envois d’argent, entre parti et factorerie. Le Génois fait aussi preuve d’une remarquable capacité à donner des conseils en matière monétaire, recommandant l’abandon du taux de change fixe entre le billon et l’argent. À son avis, l’inflation et les dommages qu’elle cause dans le commerce sont en effet dus en partie à cette norme officielle 36.

Réputation de la Couronne et crédit des banquiers

29Nombre des services demandés par la monarchie espagnole requièrent des opérations complexes sur divers marchés. Il faut en effet coordonner plusieurs agents, mais aussi récolter et transférer des informations sur les personnes et les aspects techniques de ces opérations.

30Quand on pense aux contrats de crédit signés par la Couronne, on pense le plus souvent à l’argent, oubliant l’énorme quantité d’information sur laquelle repose chacun d’eux et la nécessité de la traiter correctement. Or, fournir de l’argent dans une ville éloignée et dans une monnaie différente suppose de connaître le fonctionnement des marchés internationaux d’argent et leurs instruments et d’avoir assez bonne réputation pour gagner la confiance des autres agents. N’oublions pas que se faire payer les consignations demande du temps, souvent des années. Aussi le crédit n’est-il possible que si les agents financiers ont confiance les uns dans les autres.

  • 37 La monarchie espagnole a pu le vérifier au xvie siècle, quand elle a eu les plus grandes difficult (...)

31Un marché anonyme, où ceux qui vendent et ceux qui achètent n’ont pas besoin de s’identifier, n’est donc pas le lieu approprié pour ce type de services financiers 37. L’information nécessaire (taux de change, coût du transfert, honnêteté de l’agent qui le fait, assurance que celui qui demande l’argent satisfera à ses engagements, etc.) est difficile à obtenir et transmettre si celui qui demande les fonds et celui qui les offre ne se connaissent pas. La réputation devient alors un ingrédient essentiel à toute transaction économique, mais plus encore aux opérations financières, dans lesquelles la plupart des engagements des parties ne sont satisfaits qu’à moyen ou long terme.

32Or, bien que dans ces contrats chacun de ceux qui interviennent sache ce qu’il doit faire, il est souvent difficile de spécifier a priori dans un contrat écrit quelles opérations devront être faites, quelle information sera nécessaire, quand, et quelle sera sa valeur. D’autre part, il n’y a pas d’alternative : on ne peut ordonner à chaque agent ce qu’il doit faire à chaque instant. L’information circule trop lentement pour cela. C’est pourquoi le plus facile est de leur donner de l’autonomie et d’évaluer leurs résultats une fois l’affaire terminée. On veille donc à encourager leur travail non par la menace du châtiment pour les contrats non remplis, mais par la promesse de gains futurs pour ceux qui feront preuve d’honnêteté dans le présent contrat.

33Cette recherche de confiance oblige les hommes d’affaires à recourir à des formes d’organisation pour leurs entreprises qui puissent encourager coopération et honnêteté et réduisent au maximum la nécessité de surveiller leurs agents. Quoique les finances royales aient tenté de faire la même chose avec leurs officiers, il leur est beaucoup plus difficile d’y parvenir, leur organisation reposant par définition sur un rapport hiérarchique. Aussi les réseaux créés par les banquiers sont-ils beaucoup plus efficaces que ceux créés par les finances royales, et leur avantage réside pour l’essentiel dans la façon dont ils traitent l’information. Un salaire ou l’engagement personnel de celui qui exerce une charge publique ne suffisent pas à réduire le risque que comportent les complexes opérations financières de la Couronne sur les marchés financiers. En incorporant les banquiers à leur propre structure financière, les finances royales ont donc accès à un réseau efficace d’entreprises et d’institutions privées de portée internationale qui n’auraient jamais accepté autrement la monarchie espagnole comme cliente. La réputation de la Couronne est en effet souvent insuffisante pour garantir le crédit qu’elle demande sur ces marchés.

34L’obtention du crédit dépend donc de la confiance que les agents économiques accordent à la capacité de la monarchie à satisfaire ses engagements. Ce n’est pas qu’un problème d’argent. Même aujourd’hui, ceux qui n’ont pas l’intention de payer sont souvent ceux qui promettent le plus. C’est pourquoi à l’époque une confiance moindre suppose une plus grande difficulté à obtenir des accords : un crédit moindre et plus cher. La Couronne espagnole cherche donc toujours à renforcer la confiance que les agents peuvent avoir en elle, même quand elle prend des décisions unilatérales dans les domaines monétaire ou fiscal, et même quand elle trahit ses engagements. Dans ces cas-là, elle tente de préserver son « renom » en recourant à une junte de théologiens ou en élaborant des discours qui expliquent les besoins extraordinaires du royaume. La réputation est aussi importante que l’argent. Aussi la Couronne ne recule-t-elle pas devant l’ostentation : ce que beaucoup qualifieraient aujourd’hui de gaspillage est dans le contexte de l’époque un des éléments essentiels de la stratégie négociatrice de la monarchie.

  • 38 Le discrédit de la Casa de la Contratación de Séville à la fin des années 1640 oblige à chercher d (...)
  • 39 Ruiz Martín : 1990b, p. 140.

35Le rôle d’intermédiaires de certains des banquiers du roi ne se limite pas à l’obtention de crédits, mais aussi à l’élaboration des mécanismes de paiement. Le fait que certains officiers royaux ne remplissent pas les engagements pris quand les banquiers demandent le paiement de leurs consignations nuit en effet gravement à la négociation des crédits. Une des solutions employées par les finances royales pour faire face à la perte de confiance, surtout dans les années 1640 et 1650, est de s’appuyer sur les hommes d’affaires et d’autres personnes prestigieuses pour satisfaire ses obligations. Leur intervention rassure en effet davantage les banquiers que les trésoreries qui dépendent directement de l’autorité royale et elle rétablit la confiance 38. Ces collaborateurs, comme banquiers privés qu’ils sont, ont besoin d’entretenir leur propre réputation sur les marchés. À la différence de la monarchie, ils ne peuvent trahir leurs engagements sans perdre leur prestige auprès de leurs correspondants. Eux-mêmes savent qu’un banquier failli n’est d’aucune utilité pour la Couronne. C’est pourquoi à la différence d’un bureaucrate, un banquier doit soigner sa réputation autant que celle du roi. Ainsi, outre la figure du facteur général du roi, on voit d’autres hommes d’affaires gérer l’argent de la Couronne comme facteurs du roi 39, mais ils utilisent toujours leur propre nom sur les marchés. En paiement de leur travail d’intermédiaires, quelques-uns de ces hommes d’affaires se voient accorder un petit pourcentage sur les deniers maniés, mais aussi d’autres bénéfices non quantifiables en termes d’argent, qui à la longue ont des effets positifs pour leurs affaires, leur prestige, leur réputation sociale.

Conclusion : l’utilité des banquiers

36Il est possible d’identifier une stratégie bien définie de la monarchie espagnole, destinée à incorporer les hommes d’affaires à sa structure financière. On observe aussi une tendance à centraliser le fonctionnement des finances royales, qui se traduit par la concentration de la négociation du crédit à Madrid, le renforcement du pouvoir du Conseil des finances face à d’autres organismes au moment de décider de l’emploi des fonds et la nomination d’un facteur général du roi pour diriger les finances royales. Ainsi, même si les hommes d’affaires font payer cher leurs services, ils s’avèrent indispensables aux finances royales. Sans eux, impossible d’obtenir du crédit, quel que soit son montant. En effet, les hommes d’affaires ne sont pas seulement des fournisseurs de crédit : ils offrent aussi tout un éventail de services financiers.

37Pour les finances royales, leur présence est avantageuse. Grâce à eux, la monarchie peut accéder aux réseaux internationaux de crédit, capables de réaliser pour elle des transferts d’argent ou de lui offrir des prêts à long terme. Les hommes d’affaires soutiennent la réputation de la Couronne en devenant ses intermédiaires sur les marchés du crédit. Grâce à eux, les véritables prêteurs, les petits et moyens investisseurs européens, ne négocient pas avec des fonctionnaires royaux inconnus et peu fiables, mais avec des banquiers dont le prestige est reconnu sur le marché privé, qui sont capables de faire payer le roi et de remplir leurs propres obligations. En général, leur intervention directe ou indirecte a permis à la Couronne de réduire les coûts d’administration de ses recettes, de faire face à ses paiements et de réaliser des transferts d’argent.

Notes

1 Thompson : 1981a.

2 Muto : 1986, p. 278 ; Castillo : 1973.

3 García Sanz : 1991.

4 Dubet : 2000a.

5 Andrés Ucendo : 1999.

6 Gelabert : 2001, p. 17-41.

7 Domínguez Ortiz : 1960. Álvarez Nogal : 1997a.

8 Motomura : 1994. Serrano Mangas : 1996. Motomura : 1997. García Guerra : 2003. García de Paso : 2000, p. 57.

9 Ruiz Martín : 1990b. Sanz Ayán : 1999, p. 588-590.

10 Yun Casalilla : 1991, p. 25-36.

11 González et Parker : 1999, p. 215-232. Parker : 1998.

12 Pacini : 2005, p. 2.

13 Hernández Esteve : 1986, p. 163. En 1573 on recommandait au Conseil des finances de nommer des marchands et des négociants aux postes clefs de l’administration des finances. Il s’agissait de choisir des hommes qui aient donné des preuves de leur capacité et de leur expérience, mesurées à l’aune des succès obtenus dans leurs affaires particulières. Cette exigence perdure au xviie siècle (Sanz Ayán : 1989, p. 434-451). Concepción Hernández Escayola et Rafael Torres l’ont mise en évidence au xviiie (voir infra, chap. vi et la bibliographie).

14 Par exemple en 1631 les ministres du roi estiment que chaque sujet paie deux maravédis par jour d’impôt sur les quatre aliments traditionnellement imposés (huile, vin, sel, poisson). Cela fait, par an, pour les presque cinq millions et demi d’habitants de la Castille, plus de dix millions de ducats, mais le roi en perçoit tout juste quatre (Gelabert : 2001, p. 34 et 58).

15 Carrasco Vázquez : 1997, p. 1085.

16 Álvarez Nogal : 1999, p. 528-529.

17 AHPNM, Protocolo 4525, fº. 174. Poder, 4 mars 1639. L’année suivante, Spínola est nommé juge privatif pour la perception des annuités, demi-annuités et quarts de la recette du poivre (un monopole royal). AHPNM, Protocolo 4525. fol. 736, escritura de obligación, 16 août 1639.

18 Elliott et Peña : 1981, vol. II, p. 108-109. AHPNM, Protocolo 5479, fº. 399. Quittance, 27 août 1634.

19 Sanz Ayán : 1989, p. 336-370.

20 Les prêts consentis par quelques hommes d’affaires d’Anvers atteignaient des prix que le Conseil des finances jugeait abusifs. Esteban Estríngana : 2003b, p. 202-203.

21 Quelques exemples des réseaux des banquiers génois dans différentes places d’Europe chez Doria : 1986 ; Broens : 1989, p. 45-66.

22 Herrero : 2005.

23 Ghilino : 1996 ; Marsilio : 2005.

24 Juan Lucas Palavesin, un des facteurs de Philippe IV, reconnaissait qu’il lui aurait été impossible de servir le roi « si Juan Benito Spínola, mon gendre, ne m’avait épaulé à Gênes et dans les foires, apportant son crédit, son patrimoine et celui de ses parents et amis, entretenant les dettes sur ces foires » (AHPNM, Protocolo 3704, fº. 328. Escritura, 16 mars 1642).

25 Álvarez Nogal : 2000.

26 Esteban Estríngana : 2002a, p. 49-50. L’auteur étudie les efforts du Conseil des finances pour centraliser la négociation des partis à Madrid et mettre fin aux tractations en Flandres.

27 D’autres exemples chez Álvarez Nogal : 2005.

28 Hernández Esteve : 1986, p. 7-24.

29 Carlos Morales : 1996b, p. 219-249. Son évolution est semée d’embûches et les hommes y ont souvent plus de poids que la législation ou les institutions.

30 Álvarez Nogal : 1997a, p. 78-82 ; 2001, p. 293-294.

31 Ulloa : 1977. Hernández Esteve : 1984b. Doria : 1978.

32 Álvarez Nogal : 1999.

33 AGS, CJH, leg. 665-19-4. Consulte, 26 mars 1630. Les exemples sont nombreux. Dans la Péninsule Ibérique, la Junte des Galères demande en 1630 l’envoi de 110 000 réaux à Carthagène pour la provision urgente de l’escadre de Naples. Avant que ladite Junte effectue le transfert, le Conseil des finances préfère confier l’opération à Bartolomé Spínola, qui à son avis le fera « avec sa ponctualité et les avantages habituels [pour les finances royales] ».

34 Neri : 1989, p. 46-57. Parmi les membres de la commission des millions * nommés par le roi dans les années 1630, figurent Bartolomé Spínola et Octavio Centurión (Elliott et Peña : 1981, p. 178). Ces deux banquiers sont entrés aux Conseils de finance et de guerre pour résoudre les problèmes de coordination financière décrits par Th ompson pour le xvie siècle (1981a, p. 100-101). On peut multiplier les exemples de financiers, pas seulement génois, présents dans les organes de gouvernement (AHPNM, Protocolo 9363, fº. 654). Diego Fernández Tinoco y Correa est membre du Conseil de Sa Majesté en sa grand chambre des comptes.

35 La négociation avec Carlos Strata en 1633 en offre une illustration. Les exigences du financier sont rejetées catégoriquement par Spínola au Conseil des finances (AGS, CJH, leg. 714, consulte du Conseil des finances, 20 décembre 1633).

36 Spínola a toujours été favorable à l’arrêt de ce type d’interventions, pour laisser le marché déterminer le prix réel du change (AGS, CJH, leg. 654. Consulte du 26 mai 1628).

37 La monarchie espagnole a pu le vérifier au xvie siècle, quand elle a eu les plus grandes difficultés à obtenir des crédits dans les foires de Castille (Ruiz Martín : 1970, p. 27-30 et 37-41).

38 Le discrédit de la Casa de la Contratación de Séville à la fin des années 1640 oblige à chercher des alternatives pour que les banquiers acceptent des consignations sur les métaux précieux américains (Álvarez Nogal : 1997a, p. 79). L’une d’elles est la nomination d’un marchand d’or et d’argent sévillan, Bernardo de Valdés, comme facteur chargé de faire les paiements prévus dans les partis (Álvarez Nogal : 1999).

39 Ruiz Martín : 1990b, p. 140.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search