Version classiqueVersion mobile

Les finances royales dans la monarchie espagnole

 | 
Anne Dubet

Première partie. Gouverner les finances royales

Chapitre IV. Les finances publiques du royaume de Naples à la fin de la période espagnole (1699-1703) : quelle logique budgétaire ?

Gaetano Sabatini

Texte intégral

  • 1 Sur ce point Pepe : 1952, et plus récemment Musi : 2003.

1L’image que nous avons du Royaume de Naples de la fin du xviie siècle, en pleine déroute économique, politique et militaire, et plongé dans une inexorable crise financière a été traditionnellement et continuellement confirmée par l’historiographie italienne du xixe et du début du xxe siècle. Entièrement attachée à contribuer à la construction d’une identité nationale et à identifier les obstacles qui, à l’Époque moderne, avaient empêché l’unification de la péninsule italienne, cette historiographie a amplifié et véhiculé une lecture essentiellement négative de l’Italie durant l’âge espagnol, et tout particulièrement du royaume de Naples au xviie siècle 1. Cette interprétation reposait sur une contradiction manifeste : le royaume de Naples, à bout de forces à tous points de vue, réussissait pourtant l’exploit d’exporter hors de ses frontières d’énormes richesses.

  • 2 Sur les deux siècles de la présence espagnole dans le royaume de Naples, De Rosa : 1987 et Galasso(...)

2La relecture qui a débuté dans les années 1950 a progressivement permis de rediscuter ces lieux communs, donnant de la période espagnole de l’Italie une image bien plus complexe et articulée 2. Durant cette phase de réinterprétation de l’histoire du royaume de Naples, l’attention portée à la reconstruction des finances publiques se concentre surtout sur la première moitié du xviie siècle. L’explication est à rechercher surtout dans le fait que l’effort maximum supporté par les finances publiques napolitaines au cours du xviie siècle pour soutenir la monarchie a été réalisé durant le programme d’Union des Armes * projeté par le Comte-Duc d’Olivares et principalement durant les quinze dernières années de la guerre de Trente ans. D’autre part, pendant la seconde moitié du siècle, la révolte napolitaine de 1647- 1648 a mis fin à l’augmentation de la pression fiscale interne. Ont suivi vingt-cinq ans de relatif désengagement du royaume de Naples dans le financement des dépenses militaires globales de la monarchie, conséquence de l’insurrection, mais aussi des épidémies qui bouleversent le territoire vers la fin des années 1650.

  • 3 Sur la guerre de Messine, Ribot García : 1982 et 2002. Sur la répression du banditisme dans le roy (...)

3De plus récentes recherches ont par ailleurs démontré qu’à partir du milieu des années 1670, plus précisément à partir de la guerre de Messine (1674-1678) et pendant la décennie suivante, l’ambitieuse répression du banditisme conduite par le vice-roi Marquis del Carpio révèle l’extraordinaire capacité du royaume à mobiliser hommes et moyens 3. Une capacité confirmée au début du siècle suivant, à l’occasion de la guerre de Succession. Mais dans ce cas et pour la première fois, l’effort de guerre accompli ne remet pas en cause foncièrement l’intégrité du système financier du royaume. L’intention affichée, une fois le conflit terminé, est de prendre les mesures nécessaires au colmatage du déficit courant et de limiter le recours à l’endettement, en un mot, concourir au redressement du budget de l’État.

4C’est là la principale innovation apportée, dans les finances publiques, par la brève période d’appartenance du royaume de Naples à la monarchie du premier Bourbon d’Espagne, Philippe V, que la guerre de Succession prive bientôt (en 1707) de ce territoire du Sud de l’Italie. En effet, il convient de souligner un changement important, la volonté démontrée du gouvernement espagnol de Naples d’administrer les dépenses militaires, même dans le contexte d’urgence créé par la guerre, dans le cadre de finances ordinaires et, plus généralement, d’instaurer une gestion plus régulière de la comptabilité publique, qui se traduit avant tout par une préparation plus méthodique des bilans de l’État.

5Expression de cette tentative de rationalisation des finances publiques, la réduction des dépenses civiles liée à l’accroissement des dépenses militaires, quand au contraire, pendant tout le xviie siècle, les deux postes de dépenses ont évolué de façon quasiment indépendante. C’est pourquoi le grand investissement réalisé à l’occasion de la visite à Naples du nouveau souverain a une signification particulière : à l’opposé de toutes les tentatives antérieures et postérieures de réduire les dépenses civiles pour pouvoir élever les militaires, le gouvernement espagnol choisit de souligner par des dépenses somptuaires la fonction la plus symbolique du pouvoir royal, celle qui est liée au contact direct entre le souverain et son peuple.

  • 4 Sur la situation politique et économico-sociale du royaume de Naples durant cette phase : Galasso  (...)
  • 5 Ils sont conservés dans les Archives de l’État de Naples et les Archives historiques nationales de (...)

6Pour mieux comprendre la complexité de la politique menée au début du xviiie siècle, qui dépasse l’urgence liée à la situation militaire, il est utile d’observer l’évolution des finances publiques napolitaines à l’époque cruciale de la fin du règne de Charles II et du début de celui de Philippe V. Outre ticulière de la dépense civile, les frais d’entretien de la cour de Naples, expression symbolique du rapport entre monarchie et territoire 4. Cinq budgets consécutifs du royaume de Naples, réalisés entre 1699 et 1703, constituent la documentation comptable nécessaire à notre analyse 5.

Les bilans du royaume de Naples et les réformes du Comte de Lemos

  • 6 Sur les budgets du royaume de Naples à l’Époque moderne, Nitti : 19124, p. 906 ; Galanti : 1969, v (...)

7À l’époque moderne, les bilans n’offrent pas une représentation, à une date donnée, de la situation financière, déterminée par le flux des recettes et des dépenses, mais plutôt un compte rendu de l’utilisation des ressources 6. Une extrême prudence est donc de mise, notamment dans la confrontation de ces écritures comptables avec l’état réel des entrées et sorties du budget, tout comme des précautions s’imposent au moment de comparer des bilans établis à des époques différentes, avec des objectifs distincts. Il n’en demeure pas moins que la continuité chronologique et l’homogénéité formelle des cinq états de 1699-1703 nous fournissent quelques informations crédibles au moins en ce qui concerne l’évolution des crédits alloués.

  • 7 Voir Cervellini : 1725, p. 118-120, chap. xix, Delli percettori provinciali e loro officio. Sur le (...)
  • 8 Sur l’élaboration de ces budgets, Faraglia : 1876, p. 215-219 ; Galasso : 1994b, p. 159-162 ; Mant (...)

8La compilation des actes budgétaires répond à des normes bien précises. Les règles en vigueur à l’époque à Naples disposent que pour chaque province soit établi un bilan par le trésorier provincial et que le document en question soit ensuite transmis pour révision et approbation aux magistrats de la Camera della Sommaria 7, le plus haut tribunal administratif du royaume. Cet organisme, à son tour, après avoir contrôlé les comptes des trésoreries provinciales et ajouté ceux des trésoreries générales, s’occupe de l’envoi à Madrid du budget général du royaume, Bilan du patrimoine royal et de la Caisse militaire (Bilancio del Real patrimonio e della Cassa militare), formé par les bilans annuels prévisionnels, les États généraux des recettes et des charges (Stati generali delle rendite e dei pesi), obtenus en calculant la moyenne sur les trois dernières années de chaque ligne de dépenses, et par les bilans comptables effectifs, les États au vrai des encaisses et des paiements (Bilanci dell’esatto e del pagato), compilés tous les six mois en reportant les sommes effectivement reçues et déboursées 8.

  • 9 Giustiniani : 1804, p. 300-333.
  • 10 Coniglio : 1955, p. 207 ; Galasso : 1994b, p. 157-158.

9Les États généraux des recettes et des charges comme les États au vrai des encaisses et des paiements présentent les recettes et dépenses divisées entre Caisse militaire (Cassa militare) et trésorerie générale, selon la distinction introduite en 1612 par le vice-roi Pedro Fernández de Castro, Comte de Lemos. Cette réforme s’inscrit dans le cadre d’une plus grande refonte de la comptabilité napolitaine 9. Par la pragmatique du 15 octobre 1612, le vice-roi établit en effet que les recouvrements effectivement perçus par l’État seront divisés en deux parts, l’une destinée à la trésorerie générale du royaume et la seconde à la Caisse militaire, instituée pour l’occasion. Celle-ci a pour objet principal de séparer, à l’intérieur même du budget, les recettes en vue de créer une caisse spéciale destinée à la couverture des dépenses militaires, de défense et de police mais aussi à la réalisation d’ouvrages publics et aux paiements des émoluments du vice-roi et de ses employés 10. Les ressources de cette caisse sont déclarées inaliénables et à celles-ci devraient s’ajouter progressivement des recettes engagées que le vice-roi jugera opportun de racheter.

  • 11 Pour une synthèse sur le déficit public à Naples à l’époque moderne, Sabatini : 2004b, p. 103-114. (...)

10Bien que créée avant tout pour assurer le paiement régulier des troupes et l’entretien ordinaire des ouvrages défensifs, au cours des décennies qui suivent, la Caisse militaire doit soutenir de nouvelles charges non plus seulement liées à la défense du royaume, qui menacent fortement son équilibre. En outre, les formes de financement de cette section particulière du budget supportent les conséquences de l’évolution plus générale de la gestion des finances du royaume c’est-à-dire surtout le recours à l’aliénation des impôts. Par conséquent, le rendement de la Caisse militaire se réduit constamment en raison surtout du fait que ses recettes sont utilisées pour payer les intérêts et le remboursement des emprunts contractés pour financer les contributions demandées au royaume de Naples durant la guerre de Trente ans. Tandis que les disponibilités diminuent, les charges militaires, quant à elles, demeurent constantes ou croissent et avec elles le déficit courant de la Caisse militaire et plus généralement du budget de l’État. Les pertes sont comblées par le recours toujours plus fréquent à l’emprunt, qui, dans le royaume de Naples, passe par l’aliénation des impôts. Ces pratiques, en dépit de l’inaliénabilité officiellement décrétée des recettes de la Caisse militaire, contribuent à soustraire des ressources des caisses de l’État avec pour conséquence naturelle de creuser encore plus le déficit budgétaire 11.

11Ainsi, loin de voir croître le rachat des recettes engagées, la Caisse militaire voit s’éroder sa dotation initiale par l’ajout de nouvelles charges, avant tout celle de la dette publique.

Composition et évolution des dépenses militaires en 1699-1703

12En rassemblant dans un même document, les chiffres de la Caisse militaire et de la trésorerie générale, les bilans des années 1699-1703 nous éclairent sur la composition et la transformation des finances napolitaines dans un moment très particulier de l’histoire du royaume et, plus généralement, de la monarchie espagnole, puisqu’il s’agit de la phase de paix qui suit la guerre des Neuf ans (1688-1697) et des débuts de la guerre de Succession espagnole. Par dépenses militaires nous n’entendons pas seulement le coût de la défense armée de Naples mais aussi de toutes les ressources et contributions fournies par le royaume à l’effort de guerre de la monarchie, que ce soit sur ses frontières ou dans des territoires lointains.

  • 12 Galanti : 1969, vol. I, p. 344-351 et p. 380-383 ; Bianchini : 1971, p. 258 et p. 264-266 ; Galass (...)

13L’observation des chiffres du tableau 1 nous permet de constater, entre 1699 et 1703, une augmentation globale du montant des charges militaires de l’ordre de 75 %, ce qui paraît normal puisque les hostilités de la guerre de Succession commencent alors. Cependant, si l’on tient compte de la reprise de l’inflation qui suit l’essoufflement des effets positifs de la réforme monétaire entreprise par le Comte Santisteban au début des années 1690 12, la croissance de la dépense militaire dans le budget apparaît encore plus évidente puisque nous passons de moins de 40 % à plus de 60 % du total des débours.

Tableau 1 – Évolution de la dépense militaire globale du royaume de Naples (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains et en pourcentage des dépenses totales

Tableau 1 – Évolution de la dépense militaire globale du royaume de Naples (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains et en pourcentage des dépenses totales

Sources : voir note 5.

14L’augmentation globale du poids des contributions militaires n’est pas homogène et son évolution sur ces cinq années n’est pas régulière. Sur la base des documents comptables examinés, on peut distinguer six rubriques principales. La première et principale section concerne l’infanterie et la cavalerie, à l’intérieur de laquelle sont comprises également les charges d’entretien de toutes les troupes stationnées en-dehors du royaume à l’exception des charges relatives aux fortifications et au Stato dei Presìdi de Toscane, reprises dans le chapitre iv relatif aux tours, châteaux et garnisons. Les deuxième et troisième chapitres concernent respectivement les dépenses d’artillerie et de marine, puis viennent les Assienti *, c’est-à-dire les traités pour la livraison de fournitures, et enfin les dépenses extraordinaires.

Tableau 2 – Composition de la dépense militaire (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains

Tableau 2 – Composition de la dépense militaire (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains

Sources : voir note 5.

  • 13 Sur le Stato dei Presìdi de Toscane, Martinelli : 2004.

15On observe une nette augmentation des débours pour l’infanterie, la cavalerie, la marine, les forteresses et châteaux avec cependant une grande fluctuation dans les années intermédiaires. Les pourcentages confirment ces fluctuations et ils indiquent en outre que l’infanterie et la cavalerie absorbent seulement un tiers du budget tandis que les dépenses pour la marine et les forteresses connaissent une croissance forte et irrégulière. Dans la catégorie des tours, châteaux et garnisons, le Stato dei Presìdi bénéficie d’une forte hausse. La guerre de Succession, en effet, transforme ce petit territoire toscan en rempart important de la monarchie sur le sol italien 13. À la même époque, les coûts de l’artillerie oscillent entre 3 et 5 %.

Tableau 3 – Composition de la dépense militaire (1699-1703) en pourcentages du total

Tableau 3 – Composition de la dépense militaire (1699-1703) en pourcentages du total

Sources : voir note 5.

16Pour ce qui est des fournitures et des frais extraordinaires, il convient de rappeler que ces dépenses étaient sujettes à d’amples oscillations d’une année sur l’autre, dues, pour une part, à la durée des contrats mais aussi aux retards de livraison comme de paiement. De la même manière, la composition du chapitre des dépenses extraordinaires varie d’un bilan à l’autre au cours de ces cinq années, à tel point que certaines années sont englobées dans cette rubrique des dépenses que l’on retrouve dans d’autres chapitres les années suivantes. Ainsi, la fluctuation rencontrée – on passe de 0,07 % à 2,44 % du total – semble plus s’expliquer par des variations dans les modalités d’enregistrement comptable que par des motifs conjoncturels.

Tableau 4 – Composition des dépenses d’infanterie et de cavalerie (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains

Tableau 4 – Composition des dépenses d’infanterie et de cavalerie (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains

Sources : voir note 5.

17Les sommes consacrées à l’infanterie et à la cavalerie sont de loin la principale charge militaire durant les cinq ans étudiés. Elles sont elles mêmes divisées en cinq chapitres : infanterie italienne, infanterie espagnole, cavalerie et lanciers, pain de munition de Milan – consacré à l’entretien des troupes en Lombardie – et autres dépenses.

  • 14 AGS, Estado, b. 3325, fol. 67-68, le Comte de Santisteban au roi, Naples, 11 septembre 1693 ; fol. (...)

18Les dépenses liées à l’entretien du tercio d’infanterie espagnole en poste dans le royaume de Naples sont prépondérantes. Composé, selon les chiffres de 1693, de 30 compagnies, 3 167 hommes de troupe et 247 officiers, il est réparti essentiellement entre la ville de Naples et les limites septentrionales du royaume, en l’occurrence les forteresses de Gaeta et de Civitella del Tronto et quelques places fortes de moindre importance 14.

  • 15 Mantelli : 1986, p. 67.

19Le second chapitre concerne l’artillerie. Il se subdivise en deux sous parties, les « hommes du train » et « poudre et salpêtre ». Le train d’artillerie regroupe tous les hommes assignés au service d’un groupe de canons ou « bouches à feu 15 ». Les dépenses comprises dans cette sous-division comprenaient la solde de tous les hommes, les uniformes, les armes légères et lourdes et les munitions nécessaires. Étaient donc exclus la poudre et le salpêtre, qui constituaient une rubrique indépendante.

  • 16 Sur la marine napolitaine à l’époque espagnole, Sirago : 1999 ; Fenicia : 2003, p. 99-123.
  • 17 Morandi : 1935, p. 26.

20Les dépenses de marine se décomposent en trois parties : galères, autres émoluments et locations de vaisseaux auprès de particuliers 16. Pour ce qui est de la première rubrique, on y trouve tout ce qui concerne l’entretien et la construction des galères, la solde des officiers embarqués et des « bonavoglia », c’est-à-dire cette catégorie de rameurs embarqués contre salaire (deux ducats par mois), les autres étant des forçats ou des esclaves 17. Dans la catégorie « autres émoluments », on trouve la solde des officiers et des ouvriers de l’arsenal royal et toutes les dépenses attenantes à celui-ci, ainsi que la paye des officiers et marins de la frégate d’Otranto, des felouques de Calabre et des Abruzzes, etc. Enfin, les « Locations de vaisseaux » comprennent les sommes versées à des particuliers propriétaires d’embarcations qui exercent des activités complémentaires et variées pour le compte de la marine royale.

  • 18 Pour une bibliographie sur la question : Fenicia : 2003, p. 56-76.

21Le dernier chapitre du budget militaire qui connaît à son tour des subdivisions est celui des tours, châteaux et garnisons 18. Une rubrique concerne les dépenses pour les châteaux de Naples et du royaume, une autre les réparations des tours et châteaux, une troisième les « torrieri » (guetteurs) et les « sopracavallari » (estafettes) – chargés respectivement de surveiller le territoire et de maintenir le lien, par l’intermédiaire d’estafettes à cheval, entre les tours de guets et le commandement militaire. Enfin, la quatrième rubrique est celle des garnisons du Stato dei Presìdi de Toscane. Il est intéressant de noter que les frais liés à ce dernier chapitre et aux réparations des bâtiments militaires connaissent une forte augmentation durant notre période. Elle s’explique évidemment par la nécessité, pendant la guerre de Succession d’Espagne, de remettre en état les structures défensives du royaume, avec une attention particulière pour les garnisons de Toscane, rempart primordial pour la défense de la monarchie sur le sol italien.

Un exemple significatif de dépenses civiles : l’entretien de la maison royale

22La cour de Naples, durant les deux siècles d’alliance avec la monarchie des Habsbourg d’Espagne, ne retrouve jamais les fastes atteints au temps des Angevins ou d’Alphonse et Ferdinand d’Aragon, mais elle n’en demeure pas moins un des symboles les plus éclatants du prestige du monarque et de son pouvoir de médiation entre les diverses couches de la société.

  • 19 Mantelli : 1981 ; Calabria : 1991 ; Galasso : 1959 et 1994b.

23Toutefois, au cours des xvie et xviie siècles, la part des ressources du royaume consacrée au maintien de la cour ne cesse de diminuer, de 15 % du total des recettes, au milieu du xvie siècle, à moins de 10 % un siècle plus tard 19. Plus précisément, pour les années dont nous connaissons le budget, entre 1699 et 1701, les dépenses de la cour tournent autour de 9 %, pour descendre même à 5 % en 1703. En 1702, au contraire, à l’occasion de la visite à Naples, d’avril à juin, du nouveau souverain Bourbon, Philippe V, les charges de la cour augmentent d’un tiers, atteignant un peu moins de 12 % du budget.

Tableau 5 : Dépenses pour le vice-roi et la maison royale (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains et pourcentages sur les dépenses totales du royaume

Tableau 5 : Dépenses pour le vice-roi et la maison royale (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains et pourcentages sur les dépenses totales du royaume

Sources : voir note 5.

  • 20 Coniglio : 1955, p. 207 ; Galasso : 1994b, p. 157-158.

24En observant la composition des dépenses, on peut remarquer que les coûts d’entretien de la cour sont eux-mêmes divisés en deux groupes. Le premier concerne le financement du train de vie du vice-roi, le second celui de la maison royale. Avec la réforme de la comptabilité napolitaine entreprise par le vice-roi Comte de Lemos en 1612, l’un comme l’autre ont été rattachés à la Caisse militaire 20.

Tableau 6 : Dépense attachée à la personne du vice-roi (1699-1703) Valeurs en ducats napolitains

Tableau 6 : Dépense attachée à la personne du vice-roi (1699-1703) Valeurs en ducats napolitains

Sources : voir note 5.

25Note* En 1702, le changement de vice-roi et les bouleversements qui en résultent dans les divers bureaux du royaume, expliquent très probablement le glissement à l’année suivante des paiements prévus pour 1702. C’est très clairement le cas pour ce qui est de la Cassette secrète (« gastos secretos »), des émoluments du Secrétaire à la guerre et des autres charges officielles comme des serviteurs. La légère baisse du traitement imparti au vice-roi s’explique quant à elle par l’arrivée tardive de ce dernier dans le royaume, à la mi-février.

  • 21 Mantelli : 1986, p. 107-117 et p. 249-258.
  • 22 Mantelli : 1986, p. 117-118.
  • 23 Galasso : 1959, p. 95.
  • 24 Mantelli : 1986, p. 105-106.
  • 25 Bianchini : 1971, p. 289.

26Pour ce qui est du premier chapitre, la rubrique la plus marquante concerne le traitement du vice-roi de Naples. Fixé à 10 000 ducats au début de l’ère espagnole, il n’a cessé de croître au cours du xvie siècle par l’ajout de compensations perçues à titre divers, en plus des recettes variables auxquelles le vice-roi avait droit pour la concession des grâces, les licences d’exportation et la vente d’offices 21. Cette pratique change lorsqu’en 1610, Philippe III interdit au vice-roi de tirer et percevoir des bénéfices de la vente d’offices comme de la concession de licences d’exportation 22. Il lui octroie en compensation une augmentation de son traitement, porté à 29 700 ducats 23. Quoiqu’il en soit, le vice-roi de Naples continue au cours du xviie siècle à percevoir, de façon plus ou moins régulière, des traitements annexes. En 1661, par exemple, le Comte de Castrillo reçoit au moins 21 000 ducats en sus de son « salaire 24 ». À la fin de ce siècle, au vu des bilans qui font l’objet de notre analyse, le salaire du vice-roi connaît une nouvelle augmentation pour s’établir à 37 125 ducats par an, somme qui demeure stable jusqu’à la sortie du royaume de Naples de l’orbite espagnole en 1707 25.

  • 26 Mantelli : 1986, p. 88.

27En réalité, en comparaison de la somme de 29 700 fixée en 1610, l’augmentation n’a été que de 200 ducats à peine : elle est donc minime. Cependant, au fil du siècle, les 7 215 ducats d’indemnités (ayudas de costa), gratification extraordinaire dont jouissent tous les vice-rois, ont fini par être complètement intégrés au salaire annuel. En effet, tout comme les officiers et ministres au service de la monarchie, le vice-roi peut recevoir, en plus de son traitement habituel et fixe, des indemnités (ayudas de costa), des primes variables attribuées par le roi soit comme gratification pour services rendus soit comme remboursement de dépenses extraordinaires avancées dans l’exercice de ses fonctions 26.

  • 27 Sur Medinaceli : Coniglio : 1967, p. 336-347 ; Galasso : 1982, vol. II, p. 493-581.
  • 28 Confuorto : 1930, vol. II, p. 236.
  • 29 Sur Villena : Coniglio : 1967, p. 347-353 ; Galasso : 1982, vol. II, p. 633-725.

28L’observation des budgets du royaume nous révèle immédiatement un trait particulier. Pour les années 1699, 1700 et 1701, c’est-à-dire durant le gouvernement du Duc de Medinaceli, figure que les chroniques napolitaines nous présentent comme avide et amateur de luxe, celui-ci demande et obtient de Madrid des primes égales en moyenne à 50 % de son traitement normal 27. Le Duc de Medinaceli, qui plus est, dès son arrivée à Naples, est accusé d’avoir cédé, contre paiement, aux pressions des marchands génois présents dans le royaume, qui obtiennent de lui l’autorisation d’exporter du blé malgré la disette qui sévit alors 28. Au contraire, pour les années 1702- 1703, son successeur comme vice-roi, le Marquis de Villena, a laissé l’image d’un homme au caractère doux, enclin aux études et dédaignant le luxe. Et de fait, pour ces années, on ne trouve aucune trace dans le budget d’indemnités (ayudas de costa) 29.

  • 30 Bianchini : 1971, p. 289.
  • 31 SNSP, ms. XXVII A 17, Stato del regno di Napoli etc., Naples, fin du xviie siècle, p. 111.

29Une autre rubrique du budget reflète bien les changements au sommet du pouvoir en 1702. Il s’agit des dépenses secrètes, cette somme allouée au vice-roi et pour l’utilisation de laquelle, en principe, aucune justification n’est demandée, même si Madrid recommande dans ses instructions qu’elle soit utilisée pour soutenir les activités d’espionnage, les missions secrètes, le financement, à l’occasion des conclaves, des cardinaux appartenant au « parti espagnol », etc. En 1612, l’allocation annuelle destinée à la Cassette secrète du monarque est établie à 50 000 ducats. Il suffit d’un simple ordre écrit du vice-roi à présenter à la Caisse militaire pour y puiser la somme désirée. Cependant après les excès du vice-roi Duc d’Osuna qui a réussi à dépenser 380 000 ducats de fonds secrets, le montant en est réduit, stabilisé à 24 000 ducats par an. Tout dépassement doit être expressément autorisé par le souverain espagnol 30. Au cours du xviie siècle, divers vice-rois, surtout durant les phases d’instabilité politique ont largement recours aux fonds secrets, obtenant l’autorisation de Madrid de dépasser les limites fixées. Plus récemment sous les gouvernements du Marquis de los Vélez et du Marquis del Carpio, lors de la guerre de Messine et des campagnes de répression du banditisme dans le royaume, environ 90 000 ducats par an sortent des fonds secrets 31.

30Cette limite n’est pas jugée non plus insurmontable par le Duc de Medinaceli qui dépense en moyenne trois fois le montant prévu. Ici aussi, l’arrivée du plus rigoureux Marquis de Villena change le cours des événements. On retourne alors au seuil fixé des 24 000 ducats par an de dépenses secrètes, bien que la guerre de Succession espagnole soit propice aux activités d’espionnage.

  • 32 Mantelli : 1981, p. 129-143.

31Outre le salaire du vice-roi, les indemnités et les fonds secrets, il faut ajouter aux dépenses du représentant du monarque les rémunérations de ses plus proches collaborateurs, le secrétaire à la Guerre (secretario de guerra) et les autres officiers de son secrétariat particulier. Selon les gouvernements, leur nombre peut varier de quelques-uns à plusieurs dizaines. Durant l’époque qui fait l’objet de notre étude, ils absorbent en moyenne un peu moins de 18 000 ducats par an 32.

  • 33 Bianchini : 1971, p. 289.

32Tout aussi variable est le nombre des serviteurs : vers la fin du siècle, ils sont approximativement 80 répartis de la façon suivante : 24 serviteurs et laquais, 30 employés aux cuisines, aux réserves et à la cave du vice-roi et 27 cochers et palefreniers s’occupant des 60 chevaux et 12 mules qui se trouvent en permanence dans les écuries royales 33.

33En total, les dépenses directes ou annexes liées à la personne du vice roi représentent, pour les cinq années étudiées, avec pour seule exception l’année 1702, entre 66 % et 81 % des dépenses totales de la cour. En 1702, les dépenses du vice-roi sont bien inférieures à leur niveau habituel – elles n’atteignent cette année-là que 25 % des sommes allouées à ce chapitre, le reste étant pris par les frais de la maison royale. L’exception s’explique par la visite à Naples, au printemps, du roi Philippe V, événement qui a multiplié et diversifié considérablement les dépenses à la charge de la maison royale.

  • 34 Bianchini : 1971, p. 289.

34Pour ce qui est de la seconde rubrique des dépenses de la cour, les frais liés à l’entretien de la maison royale, on trouve en premier lieu les charges de la chapelle royale. Suivent ensuite les dépenses pour le personnel du palais et la garde particulière du vice-roi, chargée de sa protection comme de la sécurité du palais royal. Elle était traditionnellement composée d’une compagnie de 100 lanciers, de deux compagnies de cavalerie de 50 hommes chacune, ainsi que d’une compagnie de fantassins allemands et d’une autre espagnole, pour une dépense totale de 13 000 ducats environ. Au cours du xviie siècle cependant, les restrictions budgétaires ont imposé une diminution progressive des effectifs de la garde personnelle du vice-roi qui, au moins à partir des années 1690, ne compte plus qu’une compagnie d’environ 100 soldats allemands, raison pour laquelle ce corps continue à être appelé « garde allemande ». Les frais d’entretien atteignent environ 4 000 ducats avec pour seule exception l’année de la visite royale, en 1702, où la garde est doublée 34.

35L’argent consacré à l’entretien ordinaire du palais, travaux de restauration, réparation de cadres de fenêtres, remplacement de glaces et de vitres, etc., oscille entre 4 800 et 8 900 ducats. L’année 1702, pour les raisons plusieurs fois invoquées, voit la réalisation de nombreux travaux d’arrangement dans le palais. Le budget s’en ressent et les sommes alloués s’élèvent cette année-là à 13 500 ducats.

36Toujours pour ces mêmes raisons, les dépenses extraordinaires et les dépenses pour événements connaissent cette même année une forte augmentation. Les frais pour événements ordinaires servaient au financement des fêtes, célébrations, chevauchées du vice-roi dans la ville qui rythmaient l’année et constituaient des occasions rituelles de contact entre le représentant du souverain et, selon les cas, l’aristocratie, l’Église et le peuple napolitains. Les charges pour événements exceptionnels, en revanche, finançaient les événements extraordinaires du royaume, soit qu’ils touchent directement la vie et la famille du souverain, comme par exemple un mariage, la naissance de l’héritier au trône, etc., soit qu’ils soient jugés d’une particulière importance – par exemple la réforme monétaire du Marquis de Carpio et du Comte de Santisteban, en 1689, fut célébrée par des fêtes dans le royaume.

37Ces deux types de dépenses connaissent déjà une augmentation entre 1700 et 1701 à l’occasion des cérémonies organisées pour la mort de Charles II et pour la célébration de l’avènement au trône de Philippe V. Elles sont ensuite multipliées par trois en 1702 pour la venue du monarque, atteignant d’un coup presque l’équivalent de trois années de dépenses totales de la cour. Cette somme englobe toutes les dépenses relatives à la présence du souverain à Naples, des jeux de lumières organisés à l’occasion de l’entrée du roi dans la ville jusqu’aux pièces de monnaies qui sont lancées dans la foule qui se presse autour du cortège royal pour son dernier passage, etc. (sans oublier le plus petit détail, comme ces 18,11 ducats payés à un maître-horloger pour remettre à la même heure toutes les horloges du palais afin que Philippe V ne prenne pas prétexte d’éventuelles différences pour se lamenter du peu de précision des Napolitains…).

La maîtrise des dépenses : une erreur politique ?

38Les bilans de Naples examinés ici, pour les années 1699-1703, témoignent d’une tentative de réorganisation des finances du royaume au début du règne des Bourbons, caractérisée par une gestion plus rationnelle des dépenses militaires, au sens où elle est davantage liée aux exigences de la guerre, et par une réduction des dépenses civiles, en particulier, le souci de contenir les dépenses d’entretien de la cour du vice-roi. Une des motivations de cette politique est le désir de contenir la pression fiscale qui pèse sur la population du royaume et a suscité à l’époque des Habsbourg d’Espagne des protestations récurrentes.

39Ce processus s’interrompt brutalement à l’arrivée des armées impériales en juillet 1707. La séparation de la monarchie espagnole et la soumission éphémère du royaume à la domination autrichienne se font dans l’indifférence générale, ce qui semble indiquer que la parenthèse Bourbon n’a pas su recréer le lien de fidélité à la monarchie, malgré l’investissement symbolique qu’a constitué la visite du nouveau souverain et en dépit des bénéfices que l’on peut attendre d’une gestion plus contrôlée des finances. Mais cette même rationalisation des dépenses a un coût symbolique qui n’échappe pas aux contemporains. En effet, la diminution des charges globales imputées au vice-roi et à la maison royale sur les dépenses totales du budget que l’on observe entre le début et la fin du xviie siècle s’explique essentiellement par la transformation voire même la disparition de certaines rubriques qui grevaient traditionnellement le budget.

  • 35 Mantelli : 1986, p. 70.
  • 36 Galasso : 1959, p. 94.

40C’est le cas des continui : au début du xvie siècle, plus précisément à partir de 1510, on désignait par continui la garde personnelle du vice-roi composée de 100 militaires, 50 Espagnols et 50 Napolitains. Elle grevait le budget de 17 250 ducats par an 35. Jusqu’au début du siècle suivant, la charge impartie aux continui demeure quasiment inchangée pour se fixer à 18 600 ducats par an 36. Toutefois, dans le cadre du processus de réforme générale des finances napolitaines lancé par le Comte de Lemos, il est prévu, en 1612, que le nombre des gardes soit réduit de moitié à fur et à mesure des départs en retraite ou des morts. Autour de 1650 leur nombre est effectivement réduit de moitié, mais au début du siècle suivant, les difficultés financières croissantes poussent à transformer les continui en garde d’honneur tandis que les fonctions de garde militaire sont attribuées à la « garde allemande ». Le trésor public économise ainsi une somme qui au cours du premier siècle et demi du règne espagnol avait oscillé entre 10 000 et 20 000 ducats par an.

  • 37 Hernando Sánchez : 1998.
  • 38 Bianchini : 1971, p. 289.
  • 39 AGS, SP, b. 197, Resumen de lo que contienen las consultas de la planta del Reyno de Nápoles desde (...)

41Au même moment, de façon encore plus significative, le budget enregistre l’apparition, parmi le personnel du palais, d’une nouvelle figure, le Grand Écuyer, auquel on alloue une somme de 220 ducats par an. Traditionnellement, une partie importante du budget attribué à la cour royale était absorbée par les deux élevages de chevaux des écuries royales, la Real Cavalerizza de la Magdeleine, à Naples, et la Real Razza, dans les Pouilles. Toutes deux faisaient l’orgueil de certains vice-rois amateurs de chasse à courre ou de tournois, tels Pierre de Tolède, le Duc d’Albe, le premier Duc d’Osuna 37. En 1612, les dépenses pour les élevages de chevaux des écuries royales avaient été fixées à 15 100 ducats par an 38. Tout au long du xviie siècle, cependant, les deux élevages se dégradent, que ce soit en raison du moindre intérêt que leur portent les souverains napolitains ou de l’apparition de difficultés budgétaires. En 1686, le budget alloué a déjà diminué d’environ un tiers, soit 5 000 ducats. Trois ans plus tard, il est à nouveau amputé pour se stabiliser à 500 ducats. Au début du nouveau siècle, la fermeture définitive des élevages est décrétée 39. C’est alors que naît la nouvelle figure du Grand Écuyer, qui a pour fonction de maintenir l’entraînement des chevaux de l’écurie du vice-roi auparavant délégué aux élevages de la Real Cavalerizza et de la Real Razza.

42Les coupes sombres opérées sur les postes budgétaires comme celui des continui ou des élevages de chevaux des écuries royales, mais aussi sur divers aspects peut-être plus mineurs de la cour royale ont très certainement profité aux finances napolitaines durant ces dernières années qui les lient à la monarchie espagnole. Il est cependant légitime de se demander quelles sont les conséquences de ces économies, non plus sur le plan financier, mais en termes de prestige de la cour et du personnage du vice-roi. Comme pour toute société d’Ancien Régime, le vicaire du souverain – et sur ce point le vice-roi espagnol de Naples à la fin du xviie siècle ne fait pas exception – pour être un représentant crédible de l’autorité royale, doit, aux yeux de ses sujets reprendre et partager la magnificence et le prestige du roi. La perte de quelques-uns des symboles de cette autorité et de ce prestige est l’expression éloquente de la perte d’ascendant du vice-roi et de l’autorité qu’il représente dans la société napolitaine. Ce n’est pas un hasard par conséquent si, quelques années après la rédaction des bilans que nous avons analysés, Naples quitte définitivement l’orbite de la monarchie espagnole.

Notes

1 Sur ce point Pepe : 1952, et plus récemment Musi : 2003.

2 Sur les deux siècles de la présence espagnole dans le royaume de Naples, De Rosa : 1987 et Galasso : 1994b. Pour une vision générale de la contribution des territoires italiens à la défense de la monarchie des Habsbourg d’Espagne, Fernández Álvarez : 1994, et en particulier pour Naples, Villari : 19762, p. 126-132 ; Galasso : 1994c, p. 313 et 325.

3 Sur la guerre de Messine, Ribot García : 1982 et 2002. Sur la répression du banditisme dans le royaume de Naples sous le mandat du vice-roi Marquis del Carpio, Sabatini : 1997, p. 100-126.

4 Sur la situation politique et économico-sociale du royaume de Naples durant cette phase : Galasso : 1982, vol. II, p. 515-725.

5 Ils sont conservés dans les Archives de l’État de Naples et les Archives historiques nationales de Madrid : resp. ASN, Sommaria, Dipendenze, série I, busta 26 juillet (bilan de 1699) ; AHN, Estado, leg. 439 d, 440 d, 441 d, 442 d (bilans de 1700 à 1703).

6 Sur les budgets du royaume de Naples à l’Époque moderne, Nitti : 19124, p. 906 ; Galanti : 1969, vol. II, p. 302 ; Bianchini : 1971, p. 405-407 ; Schipa : 1972, vol. II, p. 106 ; Romano : 1975, p. 321-331 ; Muto : 1980, p. 65-75 ; Mantelli : 1981, p. 266-271 ; Zilli : 1990a, p. 57-60 ; Zilli : 1990b, p. 19-20 ; Ostuni : 1992, p. 13-24.

7 Voir Cervellini : 1725, p. 118-120, chap. xix, Delli percettori provinciali e loro officio. Sur les attributions des percepteurs provinciaux dans le Mezzogiorno de l’Italie : Muto : 1983 ; Sabatini : 2004a.

8 Sur l’élaboration de ces budgets, Faraglia : 1876, p. 215-219 ; Galasso : 1994b, p. 159-162 ; Mantelli : 1981, p. 215-217.

9 Giustiniani : 1804, p. 300-333.

10 Coniglio : 1955, p. 207 ; Galasso : 1994b, p. 157-158.

11 Pour une synthèse sur le déficit public à Naples à l’époque moderne, Sabatini : 2004b, p. 103-114. Sur les aspects plus spécifiques du mécanisme de formation de ce déficit public, De Rosa : 1958 ; Mantelli : 1981 ; Zilli : 1990b ; Calabria : 1991 ; Mantelli : 1993, p. 213-244 ; De Rosa : 1997, vol. I, p. 128-148 ; Mantelli : 1997 ; Zilli : 1997 ; Sabatini : 2003b, 197-231.

12 Galanti : 1969, vol. I, p. 344-351 et p. 380-383 ; Bianchini : 1971, p. 258 et p. 264-266 ; Galasso : 1982, p. 291-293 ; De Rosa : 1987, p. 215-218.

13 Sur le Stato dei Presìdi de Toscane, Martinelli : 2004.

14 AGS, Estado, b. 3325, fol. 67-68, le Comte de Santisteban au roi, Naples, 11 septembre 1693 ; fol. 116-119, le même au même, Naples, 15 octobre 1693.

15 Mantelli : 1986, p. 67.

16 Sur la marine napolitaine à l’époque espagnole, Sirago : 1999 ; Fenicia : 2003, p. 99-123.

17 Morandi : 1935, p. 26.

18 Pour une bibliographie sur la question : Fenicia : 2003, p. 56-76.

19 Mantelli : 1981 ; Calabria : 1991 ; Galasso : 1959 et 1994b.

20 Coniglio : 1955, p. 207 ; Galasso : 1994b, p. 157-158.

21 Mantelli : 1986, p. 107-117 et p. 249-258.

22 Mantelli : 1986, p. 117-118.

23 Galasso : 1959, p. 95.

24 Mantelli : 1986, p. 105-106.

25 Bianchini : 1971, p. 289.

26 Mantelli : 1986, p. 88.

27 Sur Medinaceli : Coniglio : 1967, p. 336-347 ; Galasso : 1982, vol. II, p. 493-581.

28 Confuorto : 1930, vol. II, p. 236.

29 Sur Villena : Coniglio : 1967, p. 347-353 ; Galasso : 1982, vol. II, p. 633-725.

30 Bianchini : 1971, p. 289.

31 SNSP, ms. XXVII A 17, Stato del regno di Napoli etc., Naples, fin du xviie siècle, p. 111.

32 Mantelli : 1981, p. 129-143.

33 Bianchini : 1971, p. 289.

34 Bianchini : 1971, p. 289.

35 Mantelli : 1986, p. 70.

36 Galasso : 1959, p. 94.

37 Hernando Sánchez : 1998.

38 Bianchini : 1971, p. 289.

39 AGS, SP, b. 197, Resumen de lo que contienen las consultas de la planta del Reyno de Nápoles desde el año 1681 y de lo resuelto en ellas por su Magestad, Madrid, 24 avril 1686 ; Galasso : 1959, p. 97- 101 ; Bianchini : 1971, p. 289.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Évolution de la dépense militaire globale du royaume de Naples (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains et en pourcentage des dépenses totales
Légende Sources : voir note 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5757/img-1.png
Fichier image/png, 3,2k
Titre Tableau 2 – Composition de la dépense militaire (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains
Légende Sources : voir note 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5757/img-2.png
Fichier image/png, 8,9k
Titre Tableau 3 – Composition de la dépense militaire (1699-1703) en pourcentages du total
Légende Sources : voir note 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5757/img-3.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre Tableau 4 – Composition des dépenses d’infanterie et de cavalerie (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains
Légende Sources : voir note 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5757/img-4.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre Tableau 5 : Dépenses pour le vice-roi et la maison royale (1699-1703) Valeurs absolues en ducats napolitains et pourcentages sur les dépenses totales du royaume
Légende Sources : voir note 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5757/img-5.png
Fichier image/png, 3,7k
Titre Tableau 6 : Dépense attachée à la personne du vice-roi (1699-1703) Valeurs en ducats napolitains
Légende Sources : voir note 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5757/img-6.png
Fichier image/png, 10k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search