Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abolir l'esclavage

 | 
Olivier Pétré-Grenouilleau

Troisième partie. Comment concilier le juste et l’utile ?

Chapitre 13. Les économistes libéraux et l’esclavage (1815-1880) : limites et ambiguïtés d’un engagement

Philippe Steiner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme on pouvait s’y attendre, les économistes libéraux furent en faveur de l’abolition de l’esclavage à partir du moment où Napoléon Bonaparte eut rétabli cette institution, supprimée pendant la première phase de la Révolution française. Toutefois, les choses ne sont pas aussi simples et à beaucoup près. En effet, si l’esclavage est dénoncé comme une atteinte à la liberté individuelle, la liberté d’user de son mieux de ses facultés personnelles, cette violation de la propriété des uns constitue la propriété des autres, les possesseurs d’esclaves. Cette situation met les économistes libéraux aux prises avec le problème d’une modification des droits de propriété, lesquels forment la base indispensable de la société industrielle qu’ils appellent de leurs vœux. La première partie de cet article sera consacrée à expliciter ce problème et à indiquer les voies dans lesquelles les économistes cherchèrent à y apporter une réponse.

Les difficultés ne s’arrêtent pas là. Quand bien même on s’ac...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540