Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Abolir l'esclavage

 | 
Olivier Pétré-Grenouilleau

Deuxième partie. L’internationalisme abolitionniste à l’épreuve des intérêts nationaux

Chapitre 11. Abolitionnisme et idée nationale : divorces et compromis, France, 1789-1831

Olivier Pétré-Grenouilleau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une variable sous-estimée

L’histoire de l’abolitionnisme a fait couler beaucoup d’encre et l’on peut dire que pratiquement toutes les variables possibles ont été combinées afin de mieux l’éclairer. L’abolitionnisme a ainsi été mis en rapport avec l’évolution du capitalisme et avec la variable économique en général. Les dimensions culturelles et religieuses n’ont pas été oubliées, pas plus que les rapports à la politique, la diplomatie ou la géostratégie. Tout cela a surtout été longuement et âprement discuté à propos du cas britannique. Une variable importante a cependant, à mon sens, été en bonne partie oubliée dans l’affaire. Une variable qui, souvent, apparaît en filigrane de toutes les autres mais à laquelle on n’a pas suffisamment consacré d’attention, même dans le cas de l’abolitionnisme britannique, à l’exception peut-être de Roger Anstey1 lorsqu’il y pointait l’émergence progressive d’une tactique qualifiée par lui de « nationale populaire ». Cette variable est celle du natio...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540