Version classiqueVersion mobile

Abolir l'esclavage

 | 
Olivier Pétré-Grenouilleau

Première partie. L’abolitionnisme est un réformisme

Chapitre 4. L’expérience et la conviction contre la tradition : les Églises chrétiennes et la critique de l’esclavage, 1780-1888

Claude Prudhomme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mise à jour des liens qui unissent la croyance religieuse et les postures adoptées sur la question de l’esclavage n’est pas une entreprise aisée. Elle suppose en effet de pouvoir isoler, chez les individus ou parmi les groupes sociaux, le rôle spécifique de la référence religieuse dans leur engagement. Or, dans le sillage des Lumières et de la Révolution française, le mouvement qui tend à l’autonomisation des choix politiques, économiques ou sociaux se poursuit et s’intensifie au xixe siècle. La morale elle-même cesse d’être exclusivement fondée, au moins pour les élites, sur une adhésion religieuse légitimée par la référence aux écrits fondateurs du christianisme. Les critiques adressées au système esclavagiste par les philosophes se réclament, dès le xviiie siècle, de la Raison, cherchent à toucher la sensibilité, dénoncent l’inhumanité de l’esclavage mais invoquent rarement la Bible ou les pères de l’Église. Les prises de position politiques à propos de l’abolition de la trait...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search