Version classiqueVersion mobile

Abolir l'esclavage

 | 
Olivier Pétré-Grenouilleau

Première partie. L’abolitionnisme est un réformisme

Chapitre 3. La réforme sans la révolution : l’abolitionnisme selon Tocqueville

Seymour Drescher

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Note portant sur l'auteur1

Durant les derniers mois de 1834, alors qu’Alexis de Tocqueville terminait les dernières révisions de De la Démocratie en Amérique, une société française pour l’abolition de l’esclavage voyait le jour à Paris. Ce qui déclencha sa création fut la mise en œuvre de l’émancipation des esclaves des colonies britanniques en août 1834. La parution du livre de Tocqueville coïncidait parfaitement avec sa vieille ambition de mêler accomplissement littéraire et activité politique. Tocqueville, ainsi que son compagnon de voyage aux États-Unis Gustave de Beaumont, entrèrent immédiatement dans cette nouvelle Société en tant que spécialistes de l’esclavage en Amérique. Comme cette nouvelle association abolitionniste s’empressait de récolter des informations sur l’évolution internationale, le nouvel ouvrage de Beaumont, Marie, ou l’esclavage aux États-Unis (1835) fit de lui un membre particulièrement précieux de cette nouvelle Société. Lors de sa première réunion publique ...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search