Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bretons et Normands au Moyen Âge

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Joëlle Quaghebeur

Deuxième partie. Bretagne et Normandie de 900 à 1150

Les ermites des forêts du Maine entre Bretagne et Normandie

Bernard Beck

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il y avait alors, aux confins du Maine et de la Bretagne, de vastes solitudes, telle une seconde Égypte, où fleurissait une multitude d’ermites, hommes saints renommés pour l’excellence de leur religion, et qui vivaient dans des cellules dispersées... »

écrit, vers 1140, Geoffroy le Gros dans sa Vie de saint Bernard de Tiron1. Cette grande étendue forestière s’étend alors de façon presque continue des lisières de la Beauce au bassin de Rennes et de la campagne d’Alençon à la Touraine.

C’était encore, au début du xxe siècle, selon le professeur René Musset, une

« véritable marche forestière, presque continue au Moyen Âge et subsistant encore en grande partie : au-dessus de la plaine d’Alençon, la forêt d’Écouves, couvrant les crêtes de grès armoricain, interrompt les communications. Plus au sud, l’âpre pays que la Sarthe entaille, entre Saint-Céneri et Fresnay, reste parsemé de bois : à l’ouest, c’est la vaste forêt de Pail, aussi haute, aussi impénétrable que la forêt d’Écouves ; à l...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540