Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La messe est dite

 | 
Frédéric Gugelot

Conclusion

Romans sacerdotaux et littérature d’inspiration chrétienne

Texte intégral

1Dans un catholicisme hanté par l’angoisse de la chute des vocations et la lente disparition du prêtre, la littérature d’inspiration chrétienne promeut le roman sacerdotal. Elle ne remet pas en cause le statut du clerc en particulier les ministères des sacrements et de l’assistance spirituelle au contraire de ceux de la parole et de la direction du troupeau. Faire du prêtre un héros de fiction ne va pas de soi. Son existence fictionnelle entraîne durant la presque totalité de la période une réticence, sinon une résistance au sein du catholicisme, où les reproches les plus récurrents sont l’absence de véracité du personnage, la fiction apparaissant comme incapable de rendre l’intégralité du destin d’un clerc.

2Les respirations du clerc de papier traduisent ces oscillations entre affirmation et Incarnation. Lors de la Séparation, un catholicisme de défense promeut un prêtre civilisateur, directeur des corps et des âmes au début du siècle. Dans les années 1930, une quête d’intériorité et l’inscription de la communion des saints comme enjeu littéraire conduit à faire du corps et de l’âme du prêtre l’enjeu des romans. Ce prêtre est le nouvel apôtre et martyr d’un monde à rechristianiser, un monde qui se réduit dans les années 1950 à la classe ouvrière.

3Deux veines parcourent ce siècle de littérature d’inspiration chrétienne, une veine où prime l’ordre et la morale et une veine spirituelle, éthico-esthétique. Ces veines se fondent sur une vision théologique différente, les écrivains de l’ordre et de la morale insistent sur le péché originel alors que ceux de la veine spirituelle insistent sur le rachat par l’Incarnation. Ces vagues de littérature sacerdotale sont une caisse de résonance des difficultés du statut et/ou une arme dans un débat sur la place du clerc au sein de la société et de l’Église. Des moments se distinguent. Les années 1910 sont celles d’une littérature d’affirmation, avec une figure de prêtre de combat, les années 1930-1950, celles d’une littérature de communion, avec une figure de prêtre prophétique.

4Les enjeux de la figure du prêtre dans la première veine sont surtout politicosociaux alors que la seconde accorde une place importante aux événements surnaturels, tant chez Bernanos, Cesbron ou Germain. La première combat une société en déclin, décadence duquel participe l’effondrement du religieux et de l’Église, la seconde refuse la désincarnation du monde, elle rejette un temps déchristianisé mais perçoit le christianisme comme un ferment.

5La littérature d’inspiration chrétienne se veut par nature démonstrative, apologétique. Mais les choix fictionnels visent explicitement des publics différents. La veine de l’ordre promeut une littérature d’identité, de pérennité destinée à un public déjà conquis mais qu’elle confirme dans ses choix spirituels, sociaux et politiques. La seconde aspire à élargir au-delà des fidèles pour toucher le plus grand nombre possible. La recherche de la validation littéraire est aussi un choix apologétique. Ces deux veines coexistent mais l’une domine l’autre avant de s’estomper et d’être remplacée.

6La traduction littéraire de ces différences se marque dans la figure de prêtre promue et le recours à des genres différents, perceptible dans les choix d’écriture. Le roman à thèse est le choix de la branche patriotique. Ces romans veulent démontrer que la solution catholique est la meilleure tant pour la société que pour l’individu. Bourget et Brunetière estiment que la responsabilité des écrivains limite ses droits. Le romancier doit écrire en fonction des conséquences sociales de son œuvre. L’autonomie de l’écrivain subsiste mais ils en modifient le sens, en cessant d’en faire une fin en soi, d’où le rejet de l’art pour l’art, au profit d’une écriture de service. François Coppée puis, à la charnière des XIXe et XXe siècles, René Bazin, Paul Bourget, Émile Baumann et Henry Bordeaux, plus tard Michel de Saint-Pierre ou Jean Montaurier ont offert au public catholique une littérature traditionaliste, souvent d’inspiration régionale, rempart de la religion et d’une société d’ordre moral et social. Ces écrivains mêlent patriotisme et foi religieuse. L’adhésion au catholicisme ne se sépare pas d’une exaltation nationale et d’une lutte contre la décadence. La veine de l’ordre double ses romans à thèse d’essais, destinés à confirmer et amplifier la démonstration romanesque tandis que la veine spirituelle se veut plus introspective. Les filiations littéraires sont d’ailleurs différentes, la veine de l’ordre se revendique de Balzac tandis que l’autre s’inscrit dans l’héritage de Dostoïevski. La veine esthético-éthique préfère une littérature plus intime, plus personnelle où les forces du bien et du mal s’affrontent à l’intérieur du héros. Les doutes, les débats de conscience, les fautes, les crimes sont exposés, au risque d’être accusé de se complaire à la description du mal et du péché, toujours perçu comme plus attractif que le bien et la vertu, pour mieux montrer l’action de la grâce.

7La tension créatrice de l’écrivain catholique s’articule entre stylistique et thématique. Puisque cette littérature se veut un outil apologétique et/ou un témoignage. Elle participe d’une littérature bourgeonnante dans un rapport incessant avec les textes religieux, et plus largement la tradition. La veine spirituelle s’inscrit dans la lignée de l’Évangile, hors ou dans l’Église, alors que la veine de l’ordre revendique d’être d’Église.

8Les deux veines partagent néanmoins des thèmes communs, même si approche et traitement diffèrent profondément : la vocation, le rôle du prêtre et la sainteté. Mais le siècle s’interroge sur ces trois facettes du clerc, celles qui font d’un métier un destin au moment où les raisons sociales de devenir clerc disparaissent avec la Séparation. Les écrivains catholiques de la veine prophétique ont proposé un projet ambitieux pour ressourcer le clergé, rien moins que le martyr. Un demisiècle plus tard, les prêtres de papier ont disparu. La possibilité dramatique du christianisme existe toujours mais le prêtre n’en participe plus.

9Au XVIIe siècle, la parution des journaux spirituels, des récits de conversion, des témoignages de foi prouvent que la multiplication de ses récits d’expérience dévoile les progrès de l’autonomie croyante. Ces progrès favorisent l’émergence de l’écrivain catholique, qui est presque exclusivement un laïc, apte à la fois à être dans l’Église et aux marges qui lui permettent de s’exprimer, tant qu’il ne s’agit pas de dogme. L’écrivain catholique se situe dans un monde encore catholique porteur d’une alternative plausible au monde sécularisé mais où la reconnaissance littéraire n’est plus uniquement validée par l’Église. La figure de l’écrivain catholique oscille sans cesse entre ces deux pôles, l’esthétique et la foi, qui ne sont pas antinomiques. Elle participe largement du processus global de sécularisation. Mais cette figure s’inscrit dans un vide, celui de la perte par l’Église du monopole de la reconnaissance littéraire.

10Le catholicisme oscille entre deux mouvements, un favorable à l’ouverture sur le monde mais qui subit de plein fouet l’échec pastoral qui l’accompagne, il conduit très vite à un renfermement sur une logique intransigeante, elle-même très vite confrontée aux interrogations libérales et sociales que la société lui impose. Ce va-et-vient n’est pas l’expression d’un échec. C’est aussi une tension créatrice qui a permis la pérennité du catholicisme, faisant cohabiter un discours d’invariabilité, en particulier sur le dogme, couplé avec un fort sentiment d’unité avec les changements acceptables. Tant que les écrivains s’inscrivaient dans cette tension, ils étaient soutenus et même fêtés par leur camp, seule instance de validation reconnue par l’institution.

11L’écrivain catholique se veut porteur d’un rapport alternatif plausible au monde sécularisé. Le monopole de la transcendance catholique disparaît au cours du siècle mais le vivre ensemble et l’éthique catholique restent toujours très présents jusque dans les années 1970. En effet, l’esthétique catholique nécessite la reconnaissance catholique de l’esthétique d’un écrivain, qui se situe entièrement du côté de la réception. L’Église valide encore, surtout sur le terrain moral, ce qui doit être conforme à la doctrine. Mais au cours du siècle, ce monopole s’effrite et la validation se déplace sur le terrain des valeurs, il suffit alors d’être conforme en valeur, on passe d’ailleurs dans le langage du catholicisme au christianisme. La grande vague des écrivains catholiques recherche alors sa reconnaissance plus du côté des lecteurs que des instances officielles de l’Église. Si la création artistique put parfois apparaître comme un substitut au silence de Dieu, si les critiques catholiques multiplient les ouvrages de récupération de la littérature contemporaine en y cherchant la moindre trace d’un sur-naturel, l’écrivain catholique est à la fois la preuve que la foi irrigue encore la culture mais aussi la marque de sa perte de puissance. Alors que la littérature et la religion appartiennent toutes deux à des réalités transcendantes, possèdent toutes deux un pouvoir prophétique et se réclament d’une mise en ordre du monde, l’Église voit son influence se réduire comme peau de chagrin et la littérature se désacraliser, à un rythme différent, mais au même moment.

12La figure de l’écrivain catholique participe aussi du processus d’extension de la présence des laïcs au sein de l’Église. Les clercs écrivains au XXe siècle sont impossibles lors de la longue phase intransigeante du siècle à l’exception de ceux qui pratiquent une littérature édifiante. Mais dans les années 1960-1970, quand la pression intransigeante diminue, des clercs romanciers surgissent pour défendre des positions classiques. La liberté acquise ne profite pas au camp qui la promeut. La prise de parole vaut pour tous, ceux qui partent et ceux qui restent. Certains apparaissent comme les défenseurs laïques d’une Église en perte de vitesse sociale. Maurice Barrès et la Grande misère des Églises de France, Henry Bordeaux et La Glorieuse Misère des prêtres et Michel de Saint-Pierre et églises en ruines, Église en péril se succèdent pour sensibiliser le grand public aux défis d’une identité catholique de la France. L’Église ne manque donc pas de défenseurs au cours du siècle. Mais les écrivains de la veine spirituelle mènent leur combat au nom des valeurs du christianisme, aspirent à une présence dans l’histoire des catholiques, à une incarnation renouvelée. Ce n’est plus l’institution qu’il faut défendre mais les valeurs qui la fondent. Quand l’Église aspire à trouver chez ses laïcs des militants pour la défendre, elle est confrontée à leur propre quête de reconnaissance littéraire dont la validation est hors d’elle. Cette recherche autorise une autonomie que les combats des années 1930 favorisent.

13La censure est une constante du rapport de l’écrivain catholique à l’Église. Convaincue de ses devoirs de protection des âmes de ses ouailles, l’institution a mis en place un contrôle de plus en plus a posteriori des parutions. Mais il se délite au cours du siècle. L’Index disparaît, les condamnations obtiennent parfois l’effet inverse, offrant une publicité à l’ouvrage que l’on veut voir disparaître. Le succès de l’écrivain catholique doit beaucoup à des réseaux, des revues. L’Académie française accueille largement, durant tout le siècle, les représentants de la veine de l’ordre et de la morale. Prix et palmarès prouvent son intégration sociale et la reconnaissance de sa légitimité. Mais le catholicisme ne parvient plus à construire une contre culture complète à opposer à l’éducation laïque malgré de solides institutions scolaires, pourvues d’anthologies idoines, de programmes propres et de manuels contrôlés.

14Les maisons d’édition jouent un rôle à l’exemple des Éditions du Seuil dans l’éclosion des années 1950. Les maisons catholiques n’apparaissent pas toujours comme les mieux placées pour promouvoir une veine chrétienne. Les éditeurs de droite (Grasset, La Table ronde…) captent sans difficulté ces courants du catholicisme de l’ordre et de la morale.

  • 1 Bobin C., La Lumière du monde, Paris, Gallimard 2001, p. 48.

15Enjeux spirituels, politiques, sociaux et littéraires ne se séparent pas. Même les choix esthétiques répondent à autre chose qu’une simple recherche d’une nouvelle forme d’écriture. « L’écriture est toujours une adresse. Pendant très longtemps, elle a été adressée à Dieu1. » Muray explicite :

  • 2 Muray P., « Dieu merci », dans J. de Guillebon (dir.), Vivre et penser comme des chrétiens, Cluny, (...)

Du tombeau vide. La religion chrétienne, qui n’a jamais vécu que de l’irreprésentabilité de ce vide, s’en est d’autant plus fortifiée qu’elle a encouragé la prolifération, autour de ce vide, d’images inspirées des épisodes évangéliques […] Sans ce trou, sans ce puits à images […] la progression du réalisme à travers l’art n’aurait jamais eu lieu, puisque c’est l’irreprésentable de la résurrection qui aura toujours été le garant, la garantie, la caution a contrario des avancées successives du représenté et du représentable2.

16La littérature d’inspiration chrétienne apparaît donc bourgeonnante. Cette tension créatrice est la force de l’écriture catholique, elle irrigue l’institution et s’offre comme ersatz à sa perte d’influence politique. Elle s’appuie sur un monde catholique, un public. La figure de l’écrivain catholique est issue de ce pari. Mais la poursuite du processus de sécularisation, les évolutions socio-économiques ébranlent tant l’institution ecclésiale, qui ne parvient pas à enrayer la chute des vocations, que le peuple des fidèles, public naturel de ces écrivains, autorisant une recherche d’une plus large diffusion. Si l’écrivain catholique disparaît, le catholique écrivant non. Une littérature d’inspiration chrétienne reste possible. Le religieux demeure donc susceptible de produire de la fiction et du récit.

17La figure de l’écrivain catholique s’articule au cours du siècle autour de deux profils :

Une littérature de l’ordre et de la morale / une littérature de recherche spirituelle
Une littérature d’affirmation / une littérature de communion
Une logique d’édification / une logique d’Incarnation
Un conducteur d’opinion / un éveilleur d’opinion
Un prêtre directeur de conscience, guide de sa paroisse / un prêtre apôtre et martyr
Le culte marial / la passion du Christ
Le roman à thèse / le roman psychologique, introspectif
L’idéologie / l’esthétique
L’Académie / l’hétérodoxie.
La réaction face à une société en voie de sécularisation / La conversion d’un monde non uniformément christianisé
Dimension culturel et politique de l’adhésion / Dimension esthétique et émotionnel de l’adhésion

18Cette littérature met en évidence les effets de déplacement et de résistance qui caractérisent l’expérience contemporaine du croire et permettent de spécifier la place assignée au christianisme par une société qui n’est plus ordonnée à la croyance religieuse, demeure toutefois marquée par son empreinte. D’autant que la conception, plus ecclésiocentrée et plus confessante, du catholicisme contemporain prouve que le clerc y tient toujours sa place. C’est dans l’imaginaire qu’il a perdu, pour l’instant, le combat. Les analyses témoignent que ce qui est en cause, ce n’est pas la fin des croyances, mais la disparition de la capacité de l’institution ecclésiale à informer le social et à peser sur lui.

Notes

1 Bobin C., La Lumière du monde, Paris, Gallimard 2001, p. 48.

2 Muray P., « Dieu merci », dans J. de Guillebon (dir.), Vivre et penser comme des chrétiens, Cluny, Éditions A Contrario, 2005, p. 17.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540