Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La messe est dite

 | 
Frédéric Gugelot

Chapitre I. Les deux veines de la littérature d’inspiration catholique (1885-1925)

Texte intégral

1En 1889, dans Le Sens de la vie, Édouard Rod, jusque-là ardent défenseur du naturalisme, met en scène un héros indifférent, qui entre à Saint-Sulpice pendant la grand-messe, afin de renouveler des impressions oubliées, s’émeut, se trouble :

  • 1 Rod É., Le Sens de la vie, Paris, Perrin, 1889 p. 313.

Et, dit-il, dans un double effort pour faire jaillir de ma mémoire les formules perdues et pour secouer de ma pensée le joug de l’esprit qui nie, je me mis à murmurer – des lèvres, hélas ! des lèvres seulement –, Notre Père, qui êtes aux cieux1 !…

2Cette prière d’enfance qui revient sur les lèvres du héros rappelle la scène finale du roman de Paul Bourget, Le disciple. Identiques scènes, proximité des interrogations, un air du temps se dégage qui tient d’une forme diffuse de spiritualisme. En 1892, l’abbé Félix Klein le définit :

  • 2 Klein F., Le Mouvement néo-chrétien dans la littérature contemporaine, Paris, Librairie Didier, 189 (...)

L’état d’esprit qu’ils représentent, sinon le caractère essentiel, paraît être la prétention de découvrir l’Évangile oublié, de renouveler le sentiment religieux, de dégager des entraves du dogme les beautés de la morale chrétienne, et d’ôter le gouvernement de notre vie à la raison, qui a fait ses preuves d’impuissance, pour le confier mystiquement à la volonté et à l’amour2.

3Cette évolution est à la fois littéraire, en réaction au naturalisme, et religieuse dans un attrait renouvelé pour les questions spirituelles :

  • 3 Ibid., p. 17.

« C’est que non seulement le dégoût vous prend des grossièretés où se complaisent la plupart des réalistes français […] ils vous lassent, à la fin, de leurs procès-verbaux, de leurs pensées terre à terre, de leur constante préoccupation du sensible ; et l’on se sent d’autant plus porté vers l’esprit, qu’on a été plus longtemps obsédé de la matière ; d’autant plus soucieux de l’âme, qu’on a trop entendu parler du corps. Alors surgit et se développe le goût du psychologique3 », ajoute Klein.

  • 4 Morice C., La Littérature de tout à l’heure, Paris, Perrin, 1889, p. 273. Il faut noter qu’il fut u (...)

4Rescapés des courants littéraires naturaliste et symboliste, des écrivains en quête de renouvellement et d’absolu veulent tourner le dos au positivisme et au naturalisme déterministe. Ils multiplient les recherches, mêlant spiritualités orientales et ésotérisme. En 1889, dans La littérature de tout à l’heure, le poète et essayiste, Charles Morice, bientôt converti, affirme : « depuis qu’il n’y a plus de religion dans les temples, elle court les rues4 ». Le catholicisme renoue avec une forme d’attractivité fondée sur quelques lignes de force :

  • 5 Rod É., op. cit., p. 306.

Seule l’Église reste debout, immuable, – fixée par la volonté des hommes ou de Dieu, qu’importe !… – triomphant à la fin de tous ses ennemis, étendant sans cesse les confins de son règne, absorbant, tôt ou tard, dans son vaste sein, les plus intrépides révoltés. Elle a vaincu les schismes, les hérésies, l’incrédulité ; elle a vaincu jusqu’aux germes putrides qui la décomposaient ; les empires se sont abattus devant elle, elle a soumis les peuples qui l’injuriaient, elle brave la science dont tous les relatifs viennent se briser contre son absolu. Elle est le centre d’un tourbillon, immobile pendant que voltigent les atomes. Et il suffit d’entrer un instant dans son cercle d’action pour échapper au cyclone qui valse et brise et détruit5.

5Ce « retour » vers Dieu est bien l’œuvre d’une avant-garde :

  • 6 Bloy L., Le Mendiant ingrat, 26 février 1892, Paris, Mercure de France, 1963, p. 17-18.

Les intellectuels demandent un Dieu. Beaucoup même ne craignent pas de demander ouvertement et publiquement Notre Seigneur Jésus-Christ […] C’est à tel point qu’aujourd’hui le Catholicisme est devenu comme une espèce d’aristocratie pour la pensée6.

6Deux familles d’écrivains expriment au tournant du siècle ce renouveau littéraire catholique qui conjugue changement de l’état d’esprit, interrogations politiques et nouveautés littéraires.

L’ordre et de la morale, roman à thèse, académisme, Balzac et Cie

  • 7 Thiesse A.-M., Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la (...)
  • 8 Bourget P., L’Étape, Paris, Plon, 1902, p. 509.

7Ces écrivains offrent au public une littérature traditionaliste, souvent d’inspiration régionale, où la religion est le rempart d’une société d’ordre moral et social. Ces ouvrages insistent sur le lien organique entre l’homme et la terre, à un moment où la littérature régionaliste participe de la constitution des identités nationales7. Rejetant le rationalisme et l’individualisme moderne, ils défendent une société fondée sur la terre la famille (Bazin, Bordeaux) ou sur la promotion des valeurs bourgeoises (Bourget). Ces écrivains des années 1880-1910 mêlent adhésion au catholicisme et exaltation nationale. Ils estiment que le romancier doit écrire en fonction des conséquences sociales de son œuvre et usent du roman à thèse pour démontrer que la solution catholique est la meilleure tant pour l’individu que pour la société : « Je me suis décidé à me faire catholique, comme tous les miens l’ont été pendant des siècles et des siècles. Je veux me replonger dans la plus profonde France. Je ne peux pas vivre sans mes morts8 », affirme le héros de Paul Bourget en 1902.

Bourget, l’ordre, l’Église et la littérature

  • 9 El Gammal J., « Décadence, politique et littérature à la fin du XIXe siècle », Romantisme, no 42, 4(...)
  • 10 Lethève J., « Le thème de la décadence dans les lettres françaises à la fin du dix-neuvième siècle  (...)

8Ces écrivains cherchent dans la foi et l’Église un encadrement pour une société à leurs yeux en déliquescence9. Ils partagent une interprétation de l’histoire qui mêle condamnation des conséquences de la Révolution de 1789 et aspiration à une société organisée par la morale chrétienne. Les romans à succès de Paul Bourget s’inscrivent dans une lutte contre la décadence par l’étude de la psychologie, de la réflexion morale des personnages10. Le Disciple de Bourget apparaît comme une étape décisive du cheminement spirituel et fictionnel de son auteur tant chez lui, écriture et engagement sont indissociables. Un jeune précepteur applique scientifiquement la pensée positiviste de son maître et étudie comme en laboratoire les comportements humains. L’amour de son élève mène au drame. La dernière page symbolise le nouveau mouvement. Le maître en prière veille le corps de son disciple :

  • 11 Bourget P., Le Disciple, Paris, Nelson Éditeurs, (s. d.), p. 354-355.

Pour la première fois, sentant, sa pensée impuissante à le soutenir, cet analyste presque inhumain à force de logique s’humiliait, s’inclinait, s’abîmait devant le mystère impénétrable de la destinée. Les mots de la seule oraison qu’il se rappelât de sa lointaine enfance : « Notre Père qui êtes aux cieux… » lui revenaient au cœur. Certes, il ne les prononçait pas. Peut-être ne les prononcerait-il jamais. Mais s’il existe, ce Père Céleste, vers lequel grands et petits se tournent aux heures affreuses comme le seul secours, n’est-ce pas la plus touchante des prières que ce besoin de prier ? Et, si ce Père Céleste n’existait pas, aurions-nous cette faim et cette soif de lui dans ces heures-là ? « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais trouvé !… » À cette minute même et grâce à cette lucidité de pensée qui accompagne les savants dans toutes les crises, Adrien Sixte se rappela cette phrase admirable de Pascal dans son Mystère de Jésus, – et quand la mère se releva, elle put le voir qui pleurait11.

  • 12 Borie J., « Esquisse d’une étude littéraire et idéologique du Disciple de Paul Bourget », dans M.-A (...)
  • 13 Bourget P., op. cit., p. 3.

9L’ouvrage veut illustrer la responsabilité des formateurs de la jeunesse, professeurs, mais aussi écrivains. Le Disciple est publié en 1889 en pleine crise boulangiste, il est « écrit à l’intention de la bourgeoisie dont l’auteur fait l’éloge dans sa préface, offre à ses lecteurs comme modèle un officier français noble, catholique et royaliste, et comme contre-modèle un philosophe athée qui revient à la religion à la dernière page du livre. Ces deux personnages ne relèvent pas d’une esthétique réaliste, ce sont des fantasmes mobilisés pour des raisons de propagande12 ». Ces écrivains de droite conscients que le changement de régime est impossible, les Français y sont hostiles, mènent une lutte culturelle, morale et religieuse. En plein débat sur la possibilité d’une morale laïque à l’école publique, Bourget prend position sur l’impossible fondement de cette morale hors de Dieu. Dans la préface datée du 5 juin 1889, il explicite l’objet de son roman : « Nous sentions peser sur nous le grand devoir du relèvement de la Patrie », après la défaite de 1870 et la défense de l’idée que « les triomphes et les défaites du dehors traduisent les qualités et les insuffisances du dedans13 ».

10À partir de ce roman (et de sa célèbre préface), Paul Bourget devient plus moralisateur que moraliste. Il propose des personnages dont les actes sont analysés au regard d’une morale à fondements chrétiens tant Bourget est convaincu d’une concordance entre les lois sociales et les lois de l’Église. Ainsi dans Un divorce (1904), un humble prêtre se dresse contre la loi civile autorisant le divorce et impose à la pénitente l’exigence sacramentelle de l’Église quant au mariage.

  • 14 Notes de Paul Bourget du 30 mars 1901. Bourget P. et M., Journaux croisés (Italie, 1901), universi (...)
  • 15 Bourget est cité dans très courte liste dressée par Marcel Prévost en 1909 des écrivains qui viven (...)

11La forme choisie est le roman à thèse : « Mon œuvre : affirmer sur la vie des vérités qui doivent être formulées en lois. Elles ne doivent pas être, ces lois, modelées d’après les mœurs. Ce sont les mœurs qui doivent être modelées d’après elles14. » Bourget assigne donc à la littérature, rien de moins qu’un dévoilement des lois sociales et une correction des mœurs. Il est élu membre de l’Académie française en 189415. Dans la préface à la publication de ses œuvres de critique, il théorise son évolution où la littérature se fait propagande :

  • 16 Bourget P., « Préface », Œuvres complètes, Paris, Plon, 1899, p. X-XII.

Ma longue enquête sur les maladies morales de la France actuelle […] m’a contraint de reconnaître à mon tour la vérité proclamée par des maîtres d’une autorité bien supérieure à la mienne : Balzac, Le Play et Taine, à savoir que pour les individus comme pour la société, le christianisme est à l’heure présente la condition unique et nécessaire de santé ou de guérison. L’auteur de la Comédie humaine disait : « J’écris à la lueur de deux vérités éternelles : la religion et la monarchie, deux nécessités que les événements contemporains proclament, et vers lesquelles tout écrivain de bon sens doit essayer de ramener notre pays16. »

  • 17 Barbeyd’Aurevilly J., Le Pays, 25 mai 1854.

12Il passe désormais d’une description « clinique » des maux de la société à la proposition « thérapeutique » de remèdes et se rattache à une famille littéraire conservatrice. L’attrait renouvelé pour Balzac est une filiation identitaire. Barbey en avait déjà conscience : « Le catholicisme n’a besoin de personne mais le catholicisme, nous osons le dire, réclamera un jour Balzac comme un des écrivains les plus dévoués et les plus fidèles, car, en toute thèse, il conclut comme le catholicisme conclurait17. »

  • 18 Bourget P., L’Étape, Paris, Plon, 1902, p. 506.

13En 1902, paraît L’Étape, qu’il conçoit comme le roman d’une génération. C’est le premier de ses ouvrages d’après sa conversion du 26 juillet 1901. La démonstration oppose deux familles et illustrent le « vaste drame de guerre civile dont la malheureuse France est le théâtre depuis un siècle18 », l’échec de la voie positiviste et le nécessaire retour au catholicisme. À la famille promue par les facilités de la démocratie, qui chute dans l’immoralité et la déchéance morale [un fils criminel poursuivi pour faux en écriture et une fille perdue car enceinte hors mariage], le héros oppose celle ancrée dans la tradition où règne la vertu :

  • 19 Ibid., p. 396-397.

Oui ou non, est-ce que le Christianisme a maintenu, dix-huit siècles durant, les sociétés dans un état de vitalité profonde ? Est-ce un fait que, toutes les fois qu’il a diminué, en Italie à la Renaissance, il y a cent ans en France, le lien moral s’est relâché, et que l’homme s’est dégradé ? Pour prendre la France […] est-ce un fait que les grandes périodes de son histoire, le treizième et le dix-septième siècle, ont été celles où, sous un saint Louis, sous un Louis XIII, elle était le plus profondément, le plus absolument catholique ? Est-ce un fait, au contraire que, depuis 89, nous nous débattons dans l’impuissance à rien fonder qui dure avec les idées antiphysiques de la Révolution ? Non, le Christianisme n’a pas le même principe que cette Révolution. Il en a un contraire, et que l’expérience nous autorise à conclure que de ces deux principes, celui dont l’application s’est toujours accompagnée de santé est vrai, c’est-à-dire conforme à la nature des choses et l’autre, non19.

14Il ajoute :

  • 20 Ibid., p. 508-509.

J’ai été un partisan de 89 et de la Révolution, que je ne le suis plus […] toutes les idées dans lesquelles j’ai été élevées, et que j’ai acceptées comme indiscutables, m’apparaissent aujourd’hui comme radicalement fausses. J’ai cru qu’il y avait une antinomie irréductible entre la Science et la Religion ; je vois entre elles un accord absolu. […] Nous avons une expérience instituée par la nature, c’est la tradition, sous toutes ces formes : nous avons une patrie […] ; une famille […] ; une religion… […] je me suis décidé à me faire catholique comme tous les miens l’ont été pendant des siècles et des siècles. Je veux me replonger dans la plus profonde France. Je ne veux pas vivre sans mes morts… J’ai retrouvé leur foi et je ne la laisserai plus périr20

  • 21 Bourget P., « Coup d’œil sur l’histoire de France, préface aux Lettres sur l’histoire de France par (...)
  • 22 Yehoshua M., « Paul Bourget, écrivain engagé », Vingtième siècle, no 45, janvier-mars 1995, p. 19.

15Le thème barrésien de l’enracinement dans la tradition et dans les morts hante ce roman très didactique. Chez Bourget, les deux sont inséparables : « La France est née, elle a vécu catholique et monarchique. Sa croissance et sa prospérité ont été en raison directe de son attachement à son Église et à son Roi21. » En résumé, « l’idée monarchiste n’aura donc été pour Bourget qu’un rouage dans un dispositif idéologique qui entendait “restaurer l’autorité dans le contexte d’anarchie et de confusion de l’époque”, et rétablir “l’ordre sacré”, catholique, latin et français22 ». Les valeurs défendues appartiennent à l’imaginaire national de la décadence : haine du présent, nostalgie du sacré et d’un âge d’or, éloge de l’immobilité, anti-individualisme et apologie de l’élite.

  • 23 Citation de Paul Bourget dans H. Bordeaux, Reconstructeurs et mainteneurs, Paris, Plon, 1954, p. 3 (...)

16Il revient à Henry Bordeaux de tirer les leçons de Bourget. Ces prises de position sont justifiées par un but idéologique : « La lutte religieuse est une lutte pour la civilisation. À un processus continu de désagrégation et de destructions sociales, nous voyons une fois de plus l’Église opposer une action médiatrice. C’est vraiment la lutte de la santé contre la maladie, de la vie contre la mort23. »

Bordeaux, famille, patrie et académie

  • 24 Bethléem L., op. cit., p. 358.
  • 25 Henry Bordeaux. Exposition du centenaire, Institut de France Académie française, 1970, p. 32.
  • 26 Bordeaux H., La Robe de laine, Paris, Le Livre de Poche, 1974, p. 189.
  • 27 Truc G., op. cit., p. 116.
  • 28 Bordeaux H., « Préface » à Emmanuel Denarié, Le curé des Avranches, Paris, Plon, 1921, p. ix-xi.
  • 29 Bordeaux H., Le Barrage, Paris, Presses Pocket, 1967, p. 74-75.

17Henry Bordeaux incarne cette veine pendant un long demi-siècle. Issu d’une famille bourgeoise catholique savoyarde, il est classé dans la typologie de l’abbé Bethléem, comme « romans honnêtes » car « ils respectent le bon sens, la grammaire et surtout la vertu24 … » En 1902, la parution de La peur de vivre lui apporte notoriété et aisance matérielle. Les deux axes romanesques de sa production sont la défense de la famille, noyau de la patrie française, et de l’Église, qui sacralise le tout. Un de ses grands succès est La robe de laine, paru en 1910, tiré à 597 000 exemplaires25. Un pilote millionnaire, mondain, achète sur un coup de tête un château en Savoie et épouse la fille du régisseur. Une fois de plus, ville et campagne s’affrontent, l’amour que sa femme lui porte n’empêche pas sa chute, entraîne sa mort à elle et le rachète. Le but moral de cette littérature est pleinement revendiqué : « La reconnaissance d’une erreur est si rare et si noble dans une vie humaine. Et peut-être le rayonnement de Raymonde illuminera-t-il d’autres cœurs inattentifs, orgueilleux ou frivoles26. » Le discours est profondément conservateur, Ces fictions sont des démonstrations : « À une classe en désarroi et que l’avenir effrayait, il a proposé une image plus rassurante d’elle-même, l’a raffermie dans son assise et l’a persuadée de la légitimité de ses privilèges comme de l’authenticité de ses vertus27. » Il défend sa vision de l’art en expliquant que ses romans racontent « l’éternel choc des novateurs contre les vieilles règles de discipline religieuse ou sociale que l’on croit surannées et qui révèlent à l’usage leur vérité, car elles viennent de l’expérience et sont à l’épreuve du temps28 ». Un bel exemple de cette opposition est le roman Le barrage opposant le paysan attaché à sa montagne à l’ingénieur en charge de la construction d’un barrage qui va engloutir le village29. Alors que le paysan sait que la destruction du village cause la perte de la communauté, l’ingénieur prend tardivement conscience de l’impact de cette modernité agressive.

  • 30 Bordeaux H., La Neige sur les pas, Paris, Le Livre de Poche, 1969, p. 10.
  • 31 Bordeaux H., « Sur deux romans de Balzac », Reconstructeurs, op. cit., p. 3.

18Bordeaux dédicace à Paul Bourget La neige sur les pas, paru en 1912, un de ses gros succès, plus de 718 000 exemplaires vendus en 1920 : « Après Balzac, mon cher maître et ami30. » La filiation est directe : « Le Médecin de campagne et le Curé de village contiennent l’ensemble de ses idées politiques et sociales et le fond même de sa pensée qui fut essentiellement religieuse, comme le furent plus tard celles de Bourget et de Barrès31. » Dans un article de 1904, Bordeaux livre sa définition du romancier catholique. Il donne un sens édifiant à son écriture :

  • 32 Bordeaux H., Ames modernes. Henrik Ibsen, Pierre Loti, José-Maria de Hérédia, Jules Lemaître, Anato (...)

Étudiez notre société contemporaine, et vous observerez quotidiennement le même phénomène qui, par sa répétition, prend l’importance d’une loi : toutes les fois que dans la pratique de la vie quelqu’un s’écarte de la morale catholique, il occasionnera un désordre soit dans sa propre existence, soit dans le fonctionnement social. […] Venu au catholicisme, M. Paul Bourget n’a rien changé de sa méthode de romancier. […] Mais comme il sait maintenant quelle est la conclusion fatale de son analyse, il ne se contente plus de laisser parler les faits eux-mêmes, faute de savoir les interpréter ; il les commente, il les explique, il nous montre avec éloquence leur conclusion. Sa psychologie ne se suffit plus à elle-même : elle enseigne. Dans l’ordre moral, il est des lois comme dans l’ordre physique. […] Mais elles sont de toute éternité et de toute évidence. À l’analyste de les retrouver sous les apparences des faits et de les révéler après les avoir contrôlées32.

  • 33 Bordeaux H., La Glorieuse Misère des prêtres, Paris, Flammarion, 1928, p. 122.
  • 34 Bordeaux H., Barrage spirituel. Le prêtre dans les campagnes françaises, Paris, Téqui, 1955, p. 181

19Bordeaux double ses romans d’essais : « Le rôle de l’écrivain, c’est d’être un avertisseur. Il signale le mal, il signale le danger33. » Prêtres et écrivains obéissent à une mission commune : « Je partage l’opinion de l’abbé Le Cardonnel […] qui […] a écrit ces deux vers mémorables : Cette antique union du Prêtre et du poète/Tous deux consolateurs et tous deux inspirés34. »

  • 35 Henry Bordeaux, op. cit., p. 14, lettre du 22 mai 1919.
  • 36 Bordeaux H., La Crise de la famille française, Paris, Flammarion, 1935.

20Bordeaux parvient à être élu à l’Académie française le 22 mai 1919 avec l’aide de Barrès et de Bourget. Louis Gillet résume le sens du vote des académiciens : « C’est toute une vie, une œuvre de santé et de labeur – pas la vôtre seulement, mais celle de la vieille France, honnête que vous avez dépeinte qui trouve aujourd’hui sa récompense35 … » Il n’y a pas que la Chambre des députés qui est bleu-horizon, son succès illustre la domination de la droite à l’Académie française. Une fois acquise sa notoriété, Bordeaux multiplie les prises de position. Ainsi dans La crise de la famille française, il combat le divorce, la dénatalité et les revendications féminines36. Deux de ses essais portent sur le prêtre, le premier est La Glorieuse Misère des prêtes en 1923 et le second, Le Barrage spirituel, en 1955. Le premier évoque les difficultés du clergé au sortir de la guerre. Il fait le parallèle avec la campagne de Maurice Barrès avant 1914 :

  • 37 Bordeaux H., La Glorieuse misère, op. cit., p. 33.

L’église n’est pas qu’un effet de paysage, elle est un signe de vie spirituelle. Elle est un symbole : or, elle n’est plus rien sans le maintien de cette vie spirituelle qu’elle représente, de cette vie profonde aux dessus des bassesses et des tristesses de la vie ordinaire, de la vie quotidienne. Celui qui a charge de la maintenir, c’est le prêtre37.

  • 38 Bordeaux H., Livre d’or du clergé et des congrégations : le sang des prêtres, Paris, Éditions de la (...)

21Fictions et essais s’additionnent pour illustrer son soutien à l’Église. Sa ligne d’intervention est celle d’une défense des clercs. Il préface le livre d’or des clercs morts pendant la guerre tant chez lui, patriotisme et ferveur cléricale ne se sépare pas38. Dans son combat contre la décadence nationale, le prêtre joue un rôle essentiel :

  • 39 Bordeaux H., Le Barrage, op. cit., p. 13.

Le prêtre fut là. Il fut là sur tous les champs de bataille… Il sait, lui, que l’âme est la maîtresse du monde, du temps, de l’espace, de la victoire intérieure, l’éternellement vraie, que l’âme est la souveraine maîtresse du corps. Il sait qu’un un peuple vaut ce que vaut son âme. […] Il n’y a pas de grand peuple sans la vie spirituelle39.

22 La glorieuse misère des prêtres se consacre surtout au curé de campagne. La vision du prêtre y est classique, il faut soutenir :

  • 40 Bordeaux H., La Glorieuse, op. cit., p. 152.

Nos prêtres de France dont la chaîne forme le grand barrage spirituel contre la montée des appétits et des convoitises fatalement déchaînés par le progrès matériel et par l’envahissement des villes aux dépens de la saine et paisible vie agricole, et qui, mieux encore, apportent la consolation de l’acceptation et de l’espérance aux affligés, aux malheureux, aux malades aux vieillards, à tous ceux que piétine la marche trop rapide d’une société durcie par les difficultés croissantes de l’existence40.

23Ce mélange de devoirs spirituels et de rôle social hante cette veine. L’adhésion au catholicisme mêle exaltation nationale et lutte contre la décadence.

Postérité et réception

24Deux prêtres, l’abbé Paul Franche, prêtre de Bourg-de-Thizy dans le Rhône en 1902 et l’abbé Théodore Delmont, professeur à l’université catholique de Lyon, en 1905, s’accordent sur le grand pouvoir de la littérature en ce temps de Séparation à promouvoir ou dénigrer le clerc :

  • 41 Delmont T., op. cit., p. 182-184. Voir aussi « Du tort que fait à l’œuvre du recrutement la littéra (...)

Faut-il s’étonner, après les excitations de la presse et du théâtre à la haine du clergé français et de l’Église catholique […] que l’opinion publique se montre de plus en plus hostile à tous ceux qui portent la soutane, le froc et la cornette, et les laisse proscrire indignement. […] C’est montrer aussi que le mouvement littéraire au XIXe siècle a singulièrement avili le prêtre, dénaturé l’esprit et le caractère du clergé régulier et du clergé séculier, surtout depuis cinquante ans, ou plutôt depuis vingt-cinq ans que fermentent et bouillonnent les passions antireligieuses […] Il faut donc dénoncer à l’indignation de tous les honnêtes gens une littérature malfaisante, qui se crée des rentes par des pièces et des romans prêtrophobes, où la luxure et la haine tiennent lieu de talent et d’esprit d’observation41.

  • 42 Ibid., p. 157.

25D’autant que cette chute symbolique se traduit dans les vocations : « Il est difficile à beaucoup de nos élèves des Collèges libres et des Petits Séminaires, d’avoir tout l’attrait nécessaire pour la soutane, si décriée, et la vocation sacerdotale, de plus en plus exposée aux assauts de nos adversaires42. » Le camp catholique, méfiant en général face à la littérature, et réticent face au prêtre personnage de roman, pense largement que l’image dégradée du clerc est un obstacle au recrutement sacerdotal.

26L’ouvrage de Paul Franche dégage les différentes illustrations littéraires de clercs, pour montrer les évolutions de perception :

  • 43 Franche P., Le Prêtre dans le roman français, Paris, Perrin, 1902, p. 3-5.

Le moyen âge rieur […] ne se fit pas faute de mêler la robe du prêtre, – le froc du moine surtout, – aux grivoiseries tantôt naïves, tantôt folâtres, toujours malignes de ses fabliaux. Les conteurs des XVe et XVIe siècles ne ménagèrent guère le clergé régulier et séculier. […] Au XVIIIe siècle, sous l’influence des philosophes démolisseurs, le rire sain du moyen âge se changea en ricanement sinistre et vicieux, et la satire devint de la moquerie43.

  • 44 Ibid., p. 1.

27L’apparition d’une figure promotionnelle « dans le roman contemporain sous la poussée de Chateaubriand » répond à l’ironie de ces représentations : « C’est avec la littérature d’imagination du XIXe siècle que le prêtre fait, pour la première fois, une solennelle apparition dans les lettres profanes44. » L’existence d’une représentation valorisée du clerc est rendue nécessaire par l’irrésistible massification de la culture :

  • 45 Ibid., p. 3-5.

Encore quelques années et le roman, multiplié par le journal, les revues […] va devenir la littérature courante, le pain quotidien dont se nourrira tout un peuple, le cerveau factice informant la pensée du public, ou la reflétant. […] Le caractère sacré du prêtre suffira-t-il à le défendre des indiscrétions de la publicité ? Restera-t-il un objet tabou, en dehors et au-dessus des contestations et des curiosités humaines45 ?

  • 46 Ibid., p. 11.

28Le passage du rire à la moquerie et la prolifération romanesque seraient les deux causes de la crise du sacerdoce, perçue comme un déficit d’image. La représentation du clerc est devenue un véritable enjeu littéraire et social. L’extension du champ de description romanesque en particulier sur les états de l’âme entraîne l’attention envers le clerc malgré la forte réticence des milieux catholiques. « Cela est logique. S’il est permis de décrire les mystères sacrés, comment tenir fermé dans un campanile isolé le prêtre qui est le ministère de ces mystères46 », reconnaît l’abbé Franche.

  • 47 Baumann É., Le Baptême de Pauline Ardel, Paris, Grasset, 1913, p. 66.
  • 48 Barrès M., Mes Cahiers, 1913, Paris, Plon, 1994, p. 664.

29Le roman à thèse apparaît comme la solution idéale pour promouvoir l’idéologie conservatrice et réactionnaire de la veine de l’ordre et de la morale. Les auteurs de la fin du xixe proches du catholicisme amplifient la finalité sociale du clerc et glorifient tout ce qui est familial, national et catholique dans ces romans à forte tendance psychologique et morale. Face au déclin de la France, ces fictions offrent l’espérance d’un redressement. Deux mondes s’opposent dans René Bazin, Le Blé qui lève (1907), ou dans Émile Baumann, Le Baptême de Pauline Ardel, où deux frères, l’un prêtre, l’autre professeur, illustrent la lutte entre la foi et l’incroyance47. Les écrivains de la voie morale insistent sur le rôle social du prêtre. Barrès l’exprime le mieux : « L’ordre public, la santé publique, sont intéressés à ce que les sentiments religieux s’épanouissent dans des cadres fermement établis sous une discipline et une hiérarchie. […] en France la religion ne peut recevoir cette discipline salutaire que de Rome48. »

  • 49 Compagnon A., Connaissez-vous Brunetière ?, Paris, Le Seuil, 1997.
  • 50 Serry H., La Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004, p. 164-296.

30Pour exister, les écrivains de l’ordre et de la morale peuvent compter sur l’appui de milieux nobles et bourgeois, de revues et de lieux telle l’Académie française et sur le soutien de l’Église et de l’abbé Bethléem. La Revue des Deux-Mondes accueille Paul Bourget, Jules Lemaître, Ferdinand Brunetière49 et le monde de l’Académie française. Après la Grande Guerre, la fondation de la revue Les Lettres puis celle, en 1921, de la Semaine des écrivains catholiques prouvent la reconnaissance de la place des laïcs et des écrivains-intellectuels catholiques au sein de l’Église50. Dix académiciens catholiques participent au Comité d’honneur dont René Bazin, Paul Bourget et Henry Bordeaux. Ils doivent guider une société en errance et soutenir les combats de la hiérarchie. La condamnation de l’Action française brise l’élan et entraîne l’arrêt des Lettres en 1931.

Conversion, intériorité et quête spirituelle

31Au sein du mouvement de renaissance catholique qui se dessine au tournant du siècle, d’autres écrivains établissent un constat identique à ceux de l’ordre et de la morale mais en déduisent une autre logique d’écriture. Le catholicisme a perdu selon eux la bataille des idées et de la culture. Il faut renouveler la production catholique en développant cette attention à l’intériorité, à la tension du péché et de la grâce.

La quête éthico-esthétique

  • 51 Huysmans J.-K., En Route, Paris, Plon, 1926, p. 29.
  • 52 Claudel, cité par R. Vallery-Radot, « Préface », Anthologie de la poésie catholique, Paris, Œuvres (...)

32Composée largement de convertis, cette veine cherche à renouveler la littérature catholique par un choix éthico-esthétique, plutôt que de répondre par une littérature de défense fondée sur le roman à thèse : « Durtal avait été ramené à la religion par l’art. Plus que son dégoût de la vie même, l’art avait été l’irrésistible aimant qui l’avait attiré vers Dieu51 », écrit Huysmans. Claudel ainsi déplore « la scission beaucoup moins entre la foi et la raison qu’entre la foi et l’imagination devenue incapable d’établir un accord entre les deux parties de l’univers visible et invisible52 ». Ces néo-chrétiens se tournent vers la foi et vers l’Église catholique en quête d’une réinspiration de la littérature :

  • 53 Huysmans J.-K., La Cathédrale, Paris, Éd. du Rocher, 1992, p. 299.

Le jour où cette forme, si souple et si large, de l’art moderne, le roman aborda les scènes de la vie réelle, dévida le jeu des passions, devint une étude de psychologie, une école d’analyse, ce fut le recul de l’armée des dévôts […] Le parti catholique, qui paraissait mieux préparé que tout autre pour lutter sur ce terrain que la théologie avait longuement exploré, se replia en désordre, se bornant, pour assurer sa retraite, à faire canarder […] les œuvres qu’il n’avait ni inspirées ni conçues. […] Il eût été si facile pourtant […] de s’assurer si, dans un ouvrage, l’auteur chantait la chair, la célébrait, la louait, pour tout dire ; ou bien si, au contraire, il ne la montrait que pour la bafouer ou la haïr […] Il eût surtout fallu admettre qu’on devait exhiber les vices et les décrire pour en susciter le dégoût et en suggérer l’horreur. Car enfin, ce fut là la grande théorie du moyen âge53.

  • 54 Gugelot F., « Qui croire ? L’anticléricalisme croyant au XXe siècle », Annales de l’Est, no 1, 2007 (...)

33Le rattachement à la tradition, une fois de plus, autorise la nouveauté : l’exposition d’un monde de péchés. De plus, pour Huysmans, seuls des laïcs peuvent réaliser le renouvellement culturel du catholicisme, apte à lui rendre son attractivité. Ces convertis de début de siècle sont souvent des chrétiens de baptême ayant perdu la foi dans leur adolescence, et qui en rendent responsable le clergé. Le jusqu’au-boutisme et l’exigence qui sous-tendent leurs cheminements spirituels s’expriment dans le rejet de la distinction entre Église enseignante et Église enseignée, teinté parfois d’un anticléricalisme de l’intérieur, souvent lié à des moments de crise autour de la pureté évangélique et des débats sur la pastorale54. Huysmans justifie sa sévérité :

  • 55 Huysmans J.-K., En Route, op. cit., p. 186.

L’ignorance du clergé, son manque d’éducation, son inintelligence des milieux, son mépris de la mystique, son incompréhension de l’art, lui ont enlevé toute influence sur le patriciat des âmes. Il n’agit plus que sur les cervelles infantiles des bigotes et des mômiers ; et c’est sans doute providentiel […] car s’il devenait le maître, s’il parvenait à hisser, à vivifier la désolante tribu qu’il gère, ce serait la tombe de la bêtise cléricale s’abattant sur le pays, ce serait la fin de toute littérature, de tout art en France55.

34Pour Huysmans, le refus par les clercs de toutes nouveautés artistiques ou littéraires est la traduction de leur inculture. Cette dénonciation virulente des faiblesses du clergé se retrouve sous la plume de d’autres convertis. Bloy, qui sera le promoteur de bien des écrivains convertis, à travers son double littéraire, Marchenoir, reproche au clergé :

  • 56 Bloy L., Le Désespéré, Paris, Mercure de France, 1946, p. 38.

Émasculation systématique de l’enthousiasme religieux par médiocrité d’alimentation spirituelle ; haine sans merci, haine punique de l’imagination, de l’invention, de la fantaisie, de l’originalité, de toutes les indépendances du talent ; congénère et concomitant oubli, absolu du précepte d’évangéliser les pauvres ; enfin adhésion gastrique et abdominale à la plus répugnante boue devant la face des puissants du siècle : tels sont les pustules et les champignons empoisonnés de ce grand corps, autrefois si pur56 !…

35Cette promotion des laïcs face à un clergé jugé défaillant ouvre un champ d’action à ces écrivains qui revendiquent l’étiquette catholique. Ils peuvent devenir les porte-voix, les défenseurs d’une Église assiégée. Ce qui donne d’autant plus de force à leur littérature. Seuls ces nouveaux chrétiens pourraient être apte à trouver de nouvelles méthodes pastorales pour toucher les âmes selon Huysmans par l’invention d’une nouvelle écriture :

  • 57 Huysmans J.-K., op. cit., p. 26.

Restait alors la question de savoir si avec les ressources de l’art contemporain, l’on parviendrait à dresser l’humble et la haute figure d’une sainte ; et c’était pour le moins douteux, car le manque de simplesse réelle, le fard trop ingénieux du style, les ruses d’un dessin attentif et la frime d’une couleur madrée transformeraient probablement l’élue en une cabotine. […] Cela est si exact que voici Gustave Flaubert qui a écrit d’admirables pages sur la légende de saint Julien l’Hospitalier […] il y manque le cri de l’amour qui défaille, le don de l’exil surhumain, l’âme mystique57 !

36L’accusation portée contre Flaubert dévoile ce que ces écrivains convertis recherchent, mobiliser les nouvelles ressources de l’art contemporain pour parvenir à rendre pleinement une écriture spirituelle.

37Il n’y a pas remise en cause de l’institution, même si sous les lignes, ces laïcs aspirent à se voir reconnaître une place plus importante, au moins dans l’apostolat. L’anticléricalisme de l’intérieur joue sur la différence entre les clergés. Les séculiers n’échappent pas à la sévérité de ces nouveaux venus, alors que le clergé régulier est encensé :

  • 58 Ibid., p. 47.

Le clergé séculier ne peut être qu’un déchet, car les ordres contemplatifs et l’armée des missionnaires enlèvent, chaque année, la fleur du panier des âmes ; les mystiques, les prêtres affamés de douleurs, ivres de sacrifices, s’internent dans les cloîtres ou s’exilent chez des sauvages qu’ils catéchisent. Ainsi écrémé, le reste du clergé n’est évidemment plus que le lait allongé, que la lavasse des séminaires58.

  • 59 Ibid., p. 186.

38Le rejet du prêtre de paroisse, si défendu par la veine de l’ordre, s’accompagne d’une promotion de la figure du réguliers comme celle de l’absolu : « Pour sauver l’Église, il reste le moine que le prêtre abomine, car la vie du cloître est pour son existence à lui un constant reproche59. »

  • 60 Bloy L., op. cit., p. 264 et p. 265. « Le bedeau de la paroisse lui répondit avec majesté que M. le (...)

39Jusque-là, le curé de campagne pouvait trouver dans l’imaginaire du XIXe siècles des œuvres favorables à son existence, au moins à son utilité sociale, le moine semblait au contraire cristalliser les haines et accumuler les reproches, la paresse n’étant pas le moindre. Pour ces convertis, il symbolise cette recherche d’absolu qui les hante. Ainsi Bloy oppose les moines de la Grande Chartreuse (pauvreté, contemplation, hospitalité) et le prêtre de paroisse qui ne se rend pas à l’appel de Marchenoir au moment de l’agonie de Véronique60. Cet attrait pour le monastère se fonde aussi sur un goût renouvelé pour le Moyen Âge où Huysmans puise sa réhabilitation de l’art catholique :

  • 61 Huysmans J.-K., L’Oblat, (1903), Paris, Plon, 1929, p. 295.

Il faut être bien ignorant, du reste, pour nier […] la puissance de l’art. Il a été l’auxiliaire le plus sûr de la mystique et de la liturgie, pendant le Moyen Âge ; il a été le fils aîné de l’Église, son truchement, celui qu’Elle chargeait d’exprimer ses pensées, de les exposer dans des livres, sur des porches de cathédrales, dans des retables aux masses […]. Tout cela est loin – hélas ! Dans quel état d’abandon et d’anémie se trouve l’Église, depuis qu’elle s’est désintéressée de l’art et que l’art s’est retiré d’elle ! Elle a perdu son meilleur mode de propagande, son plus sûr moyen de défense61.

40Entre les lignes, Huysmans condamne tout l’art d’Église du XIXe siècle et propose de remplacer les clercs défaillants. La solution est la fréquentation des monastères :

  • 62 Ibid., p. 212.

Il y aurait selon moi tout avantage pour un artiste à ne pas résider dans la clôture de l’abbaye mais à sa porte. Fatalement, en effet, avec l’internement même mitigé, une sujétion s’impose et pour peu que l’Abbé […] ait des idées arrêtées en esthétique […] c’est le conflit et, au nom de l’obéissance, l’étouffement de la personnalité, la mort de l’art […] La question se résume donc pour moi ainsi : direction spirituelle, énergique, de la part du religieux […] et abstention pour tout le reste62.

41Huysmans préconise donc une position au seuil de l’Église pour l’artiste, seule apte à l’expression artistique libre tout en bénéficiant des fruits spirituels pour irriguer l’inspiration.

La difficile réception

  • 63 Mugnier A., « Préface » à J.-K. Huysmans, Pages catholiques, Plon, Paris, 1925, p. 7.
  • 64 Mugnier A., Journal, 19 oct. 1898, Paris, Mercure de France, 1985, p. 110.
  • 65 Mugnier A., « Préface » à J.-K. Huysmans, op. cit., p. 8.
  • 66 Mugnier A., J. K. Huysmans à la Trappe, Paris, Le Divan, 1927, p. 18.

42Ces convertis parviennent néanmoins à élire des clercs de direction apte à saisir leurs particularités et à soutenir leur promotion. Ainsi l’abbé Mugnier œuvre à la diffusion des livres d’Huysmans en encourageant une anthologie définie comme catholique : « La publication de ce recueil vise un double but : satisfaire le désir d’un grand nombre de catholiques et achever de dissiper certains doutes63. » Promouvoir des extraits choisis est un bon moyen d’atténuer certains excès naturalistes ou de retirer des évocations diaboliques peu propices aux succès auprès des lecteurs catholiques : « Été voir Huymans qui va me confier la mission de faire paraître des morceaux choisis de ses œuvres à mettre dans toutes les mains64. » L’autre but recherché est de prouver l’inscription de Huysmans comme écrivain catholique : « Ceux qui doutent encore de la conversion de M. Huysmans finiront peut-être par y croire, quand ils auront, sous les yeux, non plus isolément, mais rapprochées et comme fondues, les pages où cette foi s’affirme65. » Il n’hésite pas à se faire critique pour justifier les choix littéraires de son poulain : « Personne n’a mieux traduit la nausée de la chair et de ses turpitudes. À la différence des romantiques qui se plaisaient à embellir le péché et qu’il jugeait dangereux, sous ce rapport, lui il l’étalait dans toute son horreur66. » Mugnier retourne le principal reproche fait par les catholiques d’une certaine complaisance dans la description du péché. Un livre sous l’étiquette de littérature catholique est supposé respecter la morale. D’où le choc quand certains écrivains catholiques plongent au cœur de la chair et du péché pour exhumer l’œuvre de la grâce, entrainant des réactions vives envers ces nouveaux venus au catholicisme.

  • 67 Lettre de l’abbé Frémont à l’abbé Mugnier du 4 février 1898, Bulletin de la société Joris-Karl Huy (...)
  • 68 Lettre de l’abbé Mugnier à l’abbé Frémont du 24 février 1898, ibid., p. 61-62.

43Une correspondance entre l’abbé Frémont et l’abbé Mugnier éclaire les difficultés rencontrées quant à la réception de cette nouvelle littérature d’inspiration catholique. Frémont s’en prend à la campagne de promotion de son ami : « Vous êtes prêtre et vous avez le devoir, tout en sauvant les pécheurs, de ne pas du jour au lendemain, leur donner dans l’Église une influence imméritée67. » Mugnier en appelle alors aux autorités catholiques : « J’ai eu la consolation de voir le grand Paris catholique […] reconnaître le talent et la sincérité de mon néophyte. Dom Delatte, abbé de Solesmes, fait lire La Cathédrale au réfectoire du monastère. […] Hier le Figaro […] proclamait que M. Huysmans serait, à sa manière, le Chateaubriand de la fin du siècle68. » Le parallèle est immédiat. Cette posture de laïc défenseur des beautés artistiques et spirituelles de l’Église catholique est maintenant occupée par Huysmans. Mugnier ne convainc pas son ami qui multiplie les reproches et fait appel à la tradition :

  • 69 Lettre de l’abbé Frémont à l’abbé Mugnier du 18 mars 1898, ibid., p. 64-65.

Le bons sens le plus élémentaire demande que des pécheurs qui, dans les premiers siècles du christianisme, auraient subi sept ans de pénitence aux portes de nos temples, ne soient pas maintenant, et du jour au lendemain, considérés comme des régulateurs et des justiciers, encore moins comme des gonfalonniers théologiques ou littéraires. Nul de nous ne doit faire témérairement de ces hommes je ne sais quels « vases d’élection », aussi longtemps que ces hommes eux-mêmes n’auront pas brisé courageusement leurs « vases d’ignominie », et qu’ils continueront à vivre de leurs romans lamentables […] Mais croyez-vous décidément que si l’Enfant-prodigue eût connu l’imprimerie et qu’il eût publié des livres obscènes, Notre-Seigneur lui aurait accordé le pardon de ses fautes, tout en lui permettant de souiller les imaginations par ses publications antérieures ? […] Je voudrais bien savoir ce que la Messe noire de M. Huysmans, qui est une invention aussi grossière que ridicule, peut ajouter à la défense de la morale catholique69 !

  • 70 Issacharoff M., Joris-Karl Huysmans devant la critique en France (1874-1960), Paris, Klincksieck, 1 (...)
  • 71 Figaro, 31 janvier 1898, p. 5.

44Mugnier réussit pleinement son œuvre de promotion. Le romancier catholique est plus lu que le Huysmans naturaliste70. Le tirage d’En route fut de 20000 exemplaires entre 1895 et 1898. La Cathédrale est tirée depuis sa parution à 1965 à 103 000 exemplaires. Quant aux Foules de Lourdes, son dernier roman, c’est un succès. Le livre paraît en octobre 1906. Le 4 novembre, il compte déjà 17000 exemplaires vendus. Les campagnes de l’abbé ont amplifié l’attrait que la conversion de l’auteur avait soulevé envers ses œuvres. Le scandale et le parallèle établi par critiques et lecteurs entre romans et parcours spirituel en renforcent le succès. Le cycle de Durtal apparaît comme le récit fictionnalisé des étapes intellectuelles et spirituelles d’un cheminement vers la foi : « La Cathédrale qui paraît aujourd’hui peut être considérée comme la dernière étape de l’évolution religieuse de l’écrivain71. », écrit Le Figaro le 31 janvier 1898. Huysmans déploie le pari de Barbey :

  • 72 Berthier P., « Huysmans et Barbey d’Aurevilly : l’étalon catholique », dans P. Brunel et A. Guyaux (...)

Ce qui réunit Barbey et Huysmans le plus profondément, ce n’est donc pas l’usage qu’ils font de l’Église comme spectacle ou comme institution. C’est l’expérience intime de la « double postulation », de l’écartèlement baudelairien entre une vocation à la nuit et l’appel vers la lumière, la dialectique terrible de la réversibilité72.

  • 73 Bloy L., Le Désespéré, op. cit., p. 25. Dans une lettre, Dulaurier délivre ses conseils à Marchenoi (...)

45Bloy cultive une position radicale qui se révèle attractive pour nombre de jeunes gens en rupture avec leur milieu. Son roman, Le Désespéré, annonce une conception de l’écrivain catholique mobilisatrice en distinguant la voie de Marchenoir et celle de Dulaurier, double littéraire de Paul Bourget. Au second, les honneurs, l’argent, le triomphe mais aussi le dévoiement ; au premier, l’échec, la misère mais l’absolu73. Lors de sa retraite à la Grande Chartreuse, le Père Athanase explique à Marchenoir :

  • 74 Ibid., p. 110-111.

L’Église militante a besoin d’écrivains de votre sorte […] C’est un mystère de douleur qu’un homme tel que vous ait pu naître au dix-neuvième siècle. Vous auriez fait un Ligueur, un Croisé, un Martyr. Vous avez l’âme d’un de ces anciens apologistes de la Foi, qui trouvaient le moyen de catéchiser les vierges et les bourreaux jusque sous la dent des bêtes […] Vous demandez la paix au moment où vous partez en guerre Vous vous croyez appelé à protester solitairement, au nom de la Justice, contre toute la société contemporaine, avec la certitude préliminaire d’être absolument vaincu et quelles que puissent être pour vous les conséquences, – au mépris de votre sécurité et des jugements de vos semblables, dans un désintéressement complet de tout ce qui détermine, ordinairement, les actions humaines74.

46L’écrivain prend sa place dans la lignée combattante du catholicisme, rien moins qu’à la hauteur du martyr, du croisé et du ligueur. Ce programme s’appuie sur deux constats, la désincarnation de l’art et l’appauvrissement de l’art catholique. Rien n’a échappé à cette décadence débutée lors de la Renaissance, y compris la littérature. Pour Bloy, le clergé a une large part de responsabilité :

  • 75 Ibid., p. 144.

Mais que penser d’un clergé qui tolère ou encourage cette pollution du troupeau qu’on lui a confié, qui prend pour de l’humilité l’enfantillage du crétinisme le plus abject, et que la plus timidement conjecturale hypothèse de l’existence d’un art moderne transporte d’indignation75 ?

  • 76 Ibid., p. 180.
  • 77 Ibid., p. 174.
  • 78 Ibid., p. 265.

47Le devoir de l’écrivain catholique est alors tout tracé. La défaillance du clergé autorise la transmission du prophète, l’écrivain catholique devient le possible martyr de la foi que le clergé ne sait plus être : « Qui donc parlera pour les muets, pour les opprimés et les faibles, si ceux-là se taisent, qui furent investis de la Parole76 ? » Et cela malgré les condamnations de son directeur de conscience rapportées par sa compagne Véronique : « Il m’a dit que votre voie était dangereuse au point de vue chrétien, que vous n’aviez pas mission pour juger vos frères, non plus que pour les punir, et qu’ainsi la sainte charité courait grand risque d’être blessée par vos écrits77. » Ces écrivains refusent de concevoir la recherche d’une légitimité esthético-éthique comme la trahison des valeurs du christianisme. À la fin du roman, l’ami de Marchenoir s’interroge : « le Christ-Jésus […] voulut-Il descendre à la place d’un de Ses prêtres, vers cet être exceptionnel qui avait tant désiré Sa gloire et qui L’avait cherché Lui-même, toute sa vie parmi les pauvres et les lamentables78 ? » L’expression est osée mais significative de la substitution des clercs par les écrivains. Ce positionnement permet de créer un élitisme renouvelé qui justifie tant les échecs éditoriaux que les réticences et résistances du milieu concerné.

  • 79 Lécureur M., Barbey d’Aurevilly, Paris, Fayard, 2008, p. 398.
  • 80 Gugelot F., La Conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, CNRS Éditions, 201 (...)

48Bloy va jouer le rôle d’un double passeur. Dans les premiers temps de sa vie, il est celui qui fait connaître Barbey d’Aurevilly à ses relations et amis dont Paul Bourget79. À la fin de sa vie, il fera le lien avec les convertis du tournant du siècle80. Un milieu va émerger autour de l’échec littéraire de Bloy, qui ne parvient pas à vivre de sa plume. Sa pauvreté apparaît aux yeux de ces jeunes aspirants écrivains comme la traduction de son honnêteté et de la valeur de ses œuvres, Bloy capte la définition de l’écrivain maudit au cœur de la modernité littéraire, maudit parce que catholique.

  • 81 Merz I., L’Influence de la liturgie sur les écrivains français, Paris, Cerf, 2005.
  • 82 C. H. (Charles Henrion), « Les signes d’une renaissance catholique dans la jeunesse contemporaine  (...)

49La première veine de l’ordre et de la morale veut renforcer les défenses de la citadelle catholique, la seconde esthético-éthique veut sortir des remparts pour gagner un public au-delà des seuls fidèles et ainsi restaurer la place du christianisme dans la société. La première chante les louanges d’un clergé, véritable barrage contre la décadence. Elle fait le choix du roman à thèse alors que la seconde s’oriente vers une réaction idéaliste où le surnaturel retrouve toute sa place en réponse à l’athéisme et à la tiédeur des catholiques d’habitude. La première veine est sensible au sens doctrinal de la liturgie (Baumann, Bazin, Bourget) tandis que la seconde s’attache à son aspect esthétique (Barbey, Huysmans)81. Il s’agit bien d’une quête d’absolu pour ces réchappés de l’enlisement naturaliste : « C’est pourquoi la religion n’est plus pour nous une “discipline” – comme disaient les littérateurs d’hier ; – elle est, dans sa plénitude, une vie82. »

  • 83 Péguy C., Note conjointe sur M. Descartes, (1914), Œuvres en prose complètes, t. III, Paris, Gallim (...)
  • 84 Serry H., « Déclin social et revendication identitaire : la “Renaissance littéraire catholique” de (...)

50La littérature chrétienne du début du siècle emprunte deux voies, celle d’une littérature démonstrative à finalité sociale et morale réponse au sentiment de décadence de la fin de siècle et celle d’une littérature de l’authenticité spirituelle en quête d’absolu. Les évolutions sociales dont les progrès de l’alphabétisation rendent la littérature accessible à un public plus large, en particulier catholique comme Péguy le note : « Ou si l’on veut, le Juif est lettré depuis toujours, le protestant depuis Calvin, le catholique depuis Ferry83. » À la charnière des XIXe et XXe siècles, René Bazin, Louis Bertrand, Paul Bourget, Émile Baumann et Henry Bordeaux offrent aux lecteurs une littérature traditionaliste, régionaliste, rempart de la religion et d’une société d’ordre moral et social. Les prêtres de papier y sont des combattants promus par des écrivains organiques. La mise en scène du clerc se justifie par l’enjeu du combat à mener. Cette littérature héroïque doit à la fois réconforter le catholique persécuté, offrir l’espérance d’un monde à nouveau chrétien et restaurer l’image du clerc, seule apte à faire du prêtre un destin. Elle reste une littérature à l’ombre des clochers. Sa revendication identitaire se fonde sur une crainte de déclin social84. Cette veine trouve dans l’Académie française un débouché. Le public catholique lui est acquis.

51L’autre veine est marquée par une quête d’authenticité spirituelle. Elle veut approcher la vie intérieure de chacun, en sonder les profondeurs, en dévoiler les hésitations, doutes, avancées. Elle veut surtout concilier foi et recherche esthétique novatrice. Si comme la première veine, elle rejette le monde moderne, son attrait pour l’absolu, sa recherche effrénée de la sainteté la lie à Dostoïevski et sert de terreau à la naissance d’un roman sacerdotal d’un nouveau genre, celui du destin physique et spirituel d’un prêtre, déchiré entre le péché et la grâce. Elle aspire à un élargissement du public catholique.

52Les deux veines assignent aux laïcs un rôle nouveau. Ceux de l’ordre se veulent des soutiens indéfectibles des prêtres dans la lutte contre la décadence. L’autre veine n’hésite pas à stigmatiser les faiblesses du clergé pour apparaître, au moins dans le champ culturel, comme un substitut des clercs.

Notes

1 Rod É., Le Sens de la vie, Paris, Perrin, 1889 p. 313.

2 Klein F., Le Mouvement néo-chrétien dans la littérature contemporaine, Paris, Librairie Didier, 1892, p. 8.

3 Ibid., p. 17.

4 Morice C., La Littérature de tout à l’heure, Paris, Perrin, 1889, p. 273. Il faut noter qu’il fut un des premiers à traduire Dostoïevski.

5 Rod É., op. cit., p. 306.

6 Bloy L., Le Mendiant ingrat, 26 février 1892, Paris, Mercure de France, 1963, p. 17-18.

7 Thiesse A.-M., Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la libération, Paris, PUF, 1991.

8 Bourget P., L’Étape, Paris, Plon, 1902, p. 509.

9 El Gammal J., « Décadence, politique et littérature à la fin du XIXe siècle », Romantisme, no 42, 4e trim. 1983, p. 32.

10 Lethève J., « Le thème de la décadence dans les lettres françaises à la fin du dix-neuvième siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, janvier-mars 1963, p. 51.

11 Bourget P., Le Disciple, Paris, Nelson Éditeurs, (s. d.), p. 354-355.

12 Borie J., « Esquisse d’une étude littéraire et idéologique du Disciple de Paul Bourget », dans M.-A. Fougère et D. Sangsue (réunis par), Avez-vous lu Paul Bourget ?, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2007, p. 18.

13 Bourget P., op. cit., p. 3.

14 Notes de Paul Bourget du 30 mars 1901. Bourget P. et M., Journaux croisés (Italie, 1901), université de Turin et de Savoie, 1978, p. 41.

15 Bourget est cité dans très courte liste dressée par Marcel Prévost en 1909 des écrivains qui vivent de leur plume avec France, Loti, Bazin, Mirbeau et quelques romanciers populaires. Compagnon A., « XXe siècle », dans J. Y. Tadié (dir.), La Littérature française : dynamique et histoire, t. II, Paris, Gallimard, 2007, p. 573.

16 Bourget P., « Préface », Œuvres complètes, Paris, Plon, 1899, p. X-XII.

17 Barbeyd’Aurevilly J., Le Pays, 25 mai 1854.

18 Bourget P., L’Étape, Paris, Plon, 1902, p. 506.

19 Ibid., p. 396-397.

20 Ibid., p. 508-509.

21 Bourget P., « Coup d’œil sur l’histoire de France, préface aux Lettres sur l’histoire de France par l’abbé De Pascal », 1907, dans Pages de critique et de doctrine, t. 2, Paris, Plon, 1922, p. 15.

22 Yehoshua M., « Paul Bourget, écrivain engagé », Vingtième siècle, no 45, janvier-mars 1995, p. 19.

23 Citation de Paul Bourget dans H. Bordeaux, Reconstructeurs et mainteneurs, Paris, Plon, 1954, p. 35.

24 Bethléem L., op. cit., p. 358.

25 Henry Bordeaux. Exposition du centenaire, Institut de France Académie française, 1970, p. 32.

26 Bordeaux H., La Robe de laine, Paris, Le Livre de Poche, 1974, p. 189.

27 Truc G., op. cit., p. 116.

28 Bordeaux H., « Préface » à Emmanuel Denarié, Le curé des Avranches, Paris, Plon, 1921, p. ix-xi.

29 Bordeaux H., Le Barrage, Paris, Presses Pocket, 1967, p. 74-75.

30 Bordeaux H., La Neige sur les pas, Paris, Le Livre de Poche, 1969, p. 10.

31 Bordeaux H., « Sur deux romans de Balzac », Reconstructeurs, op. cit., p. 3.

32 Bordeaux H., Ames modernes. Henrik Ibsen, Pierre Loti, José-Maria de Hérédia, Jules Lemaître, Anatole France, Paul Bourget, Vte E. M. de Vogué, Édouard Rod, Paris, Perrin, 1912, p. 399-401.

33 Bordeaux H., La Glorieuse Misère des prêtres, Paris, Flammarion, 1928, p. 122.

34 Bordeaux H., Barrage spirituel. Le prêtre dans les campagnes françaises, Paris, Téqui, 1955, p. 181.

35 Henry Bordeaux, op. cit., p. 14, lettre du 22 mai 1919.

36 Bordeaux H., La Crise de la famille française, Paris, Flammarion, 1935.

37 Bordeaux H., La Glorieuse misère, op. cit., p. 33.

38 Bordeaux H., Livre d’or du clergé et des congrégations : le sang des prêtres, Paris, Éditions de la Documentation catholique, 1925.

39 Bordeaux H., Le Barrage, op. cit., p. 13.

40 Bordeaux H., La Glorieuse, op. cit., p. 152.

41 Delmont T., op. cit., p. 182-184. Voir aussi « Du tort que fait à l’œuvre du recrutement la littérature impie et de la nécessité de l’atténuer par des réfutations incessantes », Le Recrutement sacerdotal, juin et décembre 1901, p. 204.

42 Ibid., p. 157.

43 Franche P., Le Prêtre dans le roman français, Paris, Perrin, 1902, p. 3-5.

44 Ibid., p. 1.

45 Ibid., p. 3-5.

46 Ibid., p. 11.

47 Baumann É., Le Baptême de Pauline Ardel, Paris, Grasset, 1913, p. 66.

48 Barrès M., Mes Cahiers, 1913, Paris, Plon, 1994, p. 664.

49 Compagnon A., Connaissez-vous Brunetière ?, Paris, Le Seuil, 1997.

50 Serry H., La Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004, p. 164-296.

51 Huysmans J.-K., En Route, Paris, Plon, 1926, p. 29.

52 Claudel, cité par R. Vallery-Radot, « Préface », Anthologie de la poésie catholique, Paris, Œuvres représentatives, 1933, p. 13.

53 Huysmans J.-K., La Cathédrale, Paris, Éd. du Rocher, 1992, p. 299.

54 Gugelot F., « Qui croire ? L’anticléricalisme croyant au XXe siècle », Annales de l’Est, no 1, 2007, p. 81-89.

55 Huysmans J.-K., En Route, op. cit., p. 186.

56 Bloy L., Le Désespéré, Paris, Mercure de France, 1946, p. 38.

57 Huysmans J.-K., op. cit., p. 26.

58 Ibid., p. 47.

59 Ibid., p. 186.

60 Bloy L., op. cit., p. 264 et p. 265. « Le bedeau de la paroisse lui répondit avec majesté que M. le vicaire de service, seul présent, irait probablement voir le mourant quand il aurait fini les confessions qui l’occupaient en cet instant, mais qu’il ne fallait pas songer à le déranger. » Il ne vint jamais.

61 Huysmans J.-K., L’Oblat, (1903), Paris, Plon, 1929, p. 295.

62 Ibid., p. 212.

63 Mugnier A., « Préface » à J.-K. Huysmans, Pages catholiques, Plon, Paris, 1925, p. 7.

64 Mugnier A., Journal, 19 oct. 1898, Paris, Mercure de France, 1985, p. 110.

65 Mugnier A., « Préface » à J.-K. Huysmans, op. cit., p. 8.

66 Mugnier A., J. K. Huysmans à la Trappe, Paris, Le Divan, 1927, p. 18.

67 Lettre de l’abbé Frémont à l’abbé Mugnier du 4 février 1898, Bulletin de la société Joris-Karl Huysmans, no 9, 1933, p. 60-61.

68 Lettre de l’abbé Mugnier à l’abbé Frémont du 24 février 1898, ibid., p. 61-62.

69 Lettre de l’abbé Frémont à l’abbé Mugnier du 18 mars 1898, ibid., p. 64-65.

70 Issacharoff M., Joris-Karl Huysmans devant la critique en France (1874-1960), Paris, Klincksieck, 1970, p. 96.

71 Figaro, 31 janvier 1898, p. 5.

72 Berthier P., « Huysmans et Barbey d’Aurevilly : l’étalon catholique », dans P. Brunel et A. Guyaux (dir.), Huysmans, Paris, Herne, 1985, p. 339.

73 Bloy L., Le Désespéré, op. cit., p. 25. Dans une lettre, Dulaurier délivre ses conseils à Marchenoir : « La littérature vous est interdite. Vous avez du talent sans doute, un incontestable talent, mais c’est pour vous une non-valeur, un champ stérile. Vous ne pouvez vous plier à aucune consigne de journal, et vous êtes sans ressources pour subsister en faisant des livres. Pour vivre de sa plume, il faut une certaine largeur d’humanité, une acceptation des formes à la mode et des préjugés reçus, dont vous êtes malheureusement incapable. La vie est plate, mon cher Marchenoir, il faut s’y résigner. »

74 Ibid., p. 110-111.

75 Ibid., p. 144.

76 Ibid., p. 180.

77 Ibid., p. 174.

78 Ibid., p. 265.

79 Lécureur M., Barbey d’Aurevilly, Paris, Fayard, 2008, p. 398.

80 Gugelot F., La Conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, CNRS Éditions, 2010.

81 Merz I., L’Influence de la liturgie sur les écrivains français, Paris, Cerf, 2005.

82 C. H. (Charles Henrion), « Les signes d’une renaissance catholique dans la jeunesse contemporaine », Revue de la jeunesse, t. VI, 1912, p. 661.

83 Péguy C., Note conjointe sur M. Descartes, (1914), Œuvres en prose complètes, t. III, Paris, Gallimard, 1992, p. 1297.

84 Serry H., « Déclin social et revendication identitaire : la “Renaissance littéraire catholique” de la première moitié du XXe siècle », Sociétés contemporaines, no 44, 2001, p. 91-109.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540