Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mario Vargas Llosa

 | 
Claire Sourp

Deuxième partie. Violence in fabula ou le rôle de la violence dans la fiction

Deuxième partie. Violence in fabula ou le rôle de la violence dans la fiction

Texte intégral

1Écrire la violence ne consiste pas uniquement à utiliser des techniques d’écriture qui inscrivent la violence au cœur du texte. La première partie a prouvé que la forme est le plus souvent au service du discours violent mis en place par l’écrivain. Cependant, le discours ne constitue pas l’écriture romanesque à lui seul. Car, comme l’écrivait Tzvetan Todorov dans « Les catégories du récit littéraire » :

  • 1 T. Todorov, « Les catégories du récit littéraire », in Communication 8, L’analyse structurale du r (...)

Au niveau le plus général, l’œuvre littéraire a deux aspects : elle est en même temps une histoire et un discours. Elle est histoire dans ce sens qu’elle évoque une certaine réalité des événements qui se seraient passés, des personnages qui, de ce point de vue, se confondent avec ceux de la vie réelle1.

2Il convient donc de se tourner maintenant vers la fabula, la fiction, l’histoire, l’intrigue, quelle que soit la manière de nommer ce qui fait la popularité de tout roman, sans que cette séparation arbitraire ne soit pour autant définitive puisque, de la même façon que nous avons mentionné la thématique des œuvres dans l’écriture de la violence, nous nous réfèrerons à l’écriture en analysant l’intrigue puisque celle-ci n’existe que grâce aux mots.

  • 2 C. Heymann, La violence dans l’œuvre de Mario Vargas Llosa, thèse de doctorat, Paris 10 – Nanterre (...)

3Notre propos consiste donc à présent à mettre en relation la violence romanesque avec la violence sociale et interindividuelle telle qu’elle apparaît dans les romans qui « doi[vent] refléter les contradictions inhérentes [d’un] pays marqué au coin par la violence2 ». Y a-t-il des figures qui témoignent davantage que d’autres de l’omniprésence de la violence et de la force ? Comment se traduisent les relations d’autorité, de pouvoir et de force dans les romans du corpus ? Rendent-ils compte de la complexité des liens interhumains ou sociaux que nous avons dégagée en première partie ou la passent-ils sous silence au profit d’autres motifs plus romanesques ? Par ailleurs, les personnages sont-ils le seul moyen de dire la violence et de l’incarner ou passe-t-elle par d’autres vecteurs ?

4Dans cette étude de la fiction romanesque, nous nous attacherons à étudier en premier lieu les figures de l’autorité, dans ses différentes acceptions. Dans un deuxième chapitre, nous étudierons les rapports qu’entretiennent les personnages avec la violence et verrons que bien souvent, ils en sont le jouet et la victime.

Notes

1 T. Todorov, « Les catégories du récit littéraire », in Communication 8, L’analyse structurale du récit, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1981 (1re éd., 1966), p. 132.

2 C. Heymann, La violence dans l’œuvre de Mario Vargas Llosa, thèse de doctorat, Paris 10 – Nanterre, 1983, p. 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540