Version classiqueVersion mobile

Marguerite Duras

 | 
Najet Limam-Tnami

Troisième partie. Études comparatives : d'une étrangeté à l'autre

Moderato Cantabile de Marguerite Duras et Dans le café de la jeunesse perdue de Patrick Modiano : le café, lieu de l’étrange

Emna Beltaief

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Moderato cantabile1 de Marguerite Duras, paru en 1958, et Dans le café de la jeunesse perdue de Patrick Modiano, publié en 2007, sont deux romans qui ont la particularité de se dérouler dans des cafés. Tout semble opposer ces espaces romanesques : le café anonyme de Moderato Cantabile est situé dans une ville portuaire et innommée. Géographiquement placé à l’extrémité sud de la ville, à l’autre bout du boulevard de la Mer, il est fréquenté par des ouvriers qui, après une journée de travail à l’usine, s’y rendent pour boire un verre. C’est près de ce café, dans l’appartement de Mademoiselle Giraud, que le personnage principal du roman, Anne Desbaresdes, épouse du directeur d’Import Export et des Fonderies de la Côte (MC, 23), se rend avec son fils, pour des leçons de piano. C’est dans cet appartement qu’elle entend le cri d’une femme, victime d’un crime passionnel dans le café. C’est enfin, dans ce café qu’elle finit par entrer et faire la rencontre d’un homme du nom de Chauvin, en c...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search