Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Marguerite Duras

 | 
Najet Limam-Tnami

Deuxième Partie. Les figures de l'altérité et l'étrangeté à soi

Marguerite Duras :Impressions d’Afrique

Cécile Hanania

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un colloque intitulé : « Étrangers et étrangeté dans l’écriture de Marguerite Duras », on ne s’étonnera pas du choix d’un sujet aussi insolite, en apparence, que l’Afrique dans l’œuvre durassienne. Même marginal, le motif africain bénéficie pourtant d’une certaine place dans les textes de l’écrivaine. La critique ne s’y est guère attardée, préférant commenter l’indéniable importance d’un autre continent : l’Asie, d’autant que l’Afrique ne participe en aucun cas d’écrits autobiographiques, genre prisé depuis la fin du XXe siècle et en faveur auprès des commentateurs durassiens depuis la parution de L’Amant1. Si ce motif relève de l’étrangeté, c’est donc en premier lieu et avant tout parce que l’Afrique demeure inconnue de Marguerite Duras. Contrairement à l’Asie, elle n’y a jamais vécu. Elle n’y est même jamais allée, hormis quelques séjours en Égypte2. Duras a également entrevu des « bouts » d’Afrique, du temps de sa jeunesse, lors de ses escales en bateau entre l’Asie et l’Eur...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540