Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Conclusion

Sylvie Aprile

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Simone Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 200 (...)
  • 2 Voir Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990 et Michel de Certeau, « (...)
  • 3 Voir les communications de Benjamin Guichard sur la jeunesse de Saint-Pétersbourg et de Yann Phili (...)
  • 4 Plante ainsi nommée parce que ses tiges croissent dans la terre ou sous la mousse. Dictionnaire de (...)

1« Il n’est pas de bonne histoire sans analyse de la manière dont se combinent les usages de l’espace et du temps », c’est par cette phrase qu’Alain Corbin débutait, il y a quelque temps déjà, la préface qu’il consacrait à l’ouvrage de Simone Delattre, Les douze heures noires, livre qui a été souvent évoqué au cours des communications et des débats de notre colloque1. S’il semble difficile de s’entendre sur une définition commune et minimale, en revanche les intervenants ont tous montré le lien qu’entretiennent les temporalités et les territoires dans la clandestinité. Certes, nous avions voulu d’emblée inscrire notre propos dans une réflexion d’histoire urbaine où la ville ne serait pas seulement un cadre mais un acteur majeur où le territoire serait à la fois une construction et une perception2. Pas de lieux privilégiés pour la clandestinité : elle peut élire tout aussi bien le centre que la périphérie, la surface que la profondeur ; ses acteurs se déplacent sut des axes horizontaux ou verticaux, participant à la géographie mouvante des frontières urbaines. Ainsi, deux contributions portant l’une sur la ville américaine et l’autre sur le monde urbain russe ont-elles mis l’accent sur une vision plus verticale de la clandestinité, des bas-fonds russes, à l’underworld new-yorkais3. D’ailleurs, si la clandestine Lathraea clandestina4 devenue ici « fleur du pavé », est bien une plante qui s’enfouit, elle est dans notre perception française, une plante parasite et une fleur de l’ombre. Cette confrontation à la fois géographique et sémantique a montré la fécondité d’un déplacement dans différents espaces urbains et dans les clandestinités de l’ailleurs : manifestement, dans les mondes américain, russe ou allemand, la verticalité, l’enfouissement semblent davantage caractériser la clandestinité. Ainsi, l’un des prolongements du colloque pourrait être l’extension de ces questionnements aux espaces peu explorés de la ville coloniale, de la ville africaine et asiatique. Comment s’y traduisent, au propre comme au figuré, les lieux de l’économie informelle et des autres formes de transgression ?

  • 5 Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, rééd. Strasbourg, Circé, 1991. Georg Simmel, « Digressi (...)

2Préférant l’ombre à la lumière, la nuit au jour, la clandestinité s’insinue dans le tissu urbain mais aussi dans la fragile et sinueuse délimitation entre le privé et le public, l’ordre et le désordre. L’on a ainsi souvent évoqué dans les contributions et les débats, la figure emblématique de Georg Simmel tout à la fois explorateur de la ville et du secret5. L’étude des clivages entre l’espace public et l’espace privé dans un cadre temporel allant de l’époque moderne à nos jours, a mis en évidence la place centrale jouée par le xixe siècle dans la construction de nouveaux « seuils de tolérance » entre l’officiel et de l’officieux, le légal et l’illégal. De façon fort concrète, comme l’avait déjà montré Simone Delattre, l’éclairage public urbain perturbe le partage traditionnel du diurne et du nocturne et reconfigure à la fois les temporalités et les lieux de la clandestinité. De fait, la redéfinition de l’alternance entre la nuit et du jour s’accompagne bien d’une présence policière plus tangible qui marque aussi une rupture et dans les pratiques et dans les discours. Tandis que se déplacent les frontières - soulignées par les historiens - entre l’espace privé et l’espace public, s’insère une lente réinterprétation des cadres sociaux de la clandestinité. Elle ne s’inscrit pas seulement dans les recoins sombres mais aussi au grand jour, s’adapte aux formes de la régulation sociale, se joue dans la durée comme dans l’éphémère.

  • 6 Cf. le colloque qui s’est tenu à l’université Paris XIII, et qui vient d’être publié : Danielle Fr (...)
  • 7 Alain Corbin, « Le Paris de Maxime Du Camp », dans Sociétés & représentations, 2004, n° 17, p. 69- (...)

3Tout cela nous conduit à inscrire cette recherche collective dans un ensemble d’études émergentes, que l’on peut rassembler sous le vocable commun d’histoire de la ville sensible, riche de la réflexion sur toutes les formes et modalités d’appropriation du monde urbain6. La ville n’est pas une nature morte, mais un corps biologique7 qui se nourrit économiquement, socialement et politiquement de réseaux et tissus formels et informels. C’est ainsi qu’il faut prendre en compte la taille et les fonctions de la ville. La petite ville où se joue plus qu’ailleurs l’inter-connaissance génère des pratiques distinctes de celles des capitales et des grandes villes qui sont apparues comme les mondes privilégiés du refuge tant des déserteurs de la Première Guerre mondiale que des minorités religieuses, protestantes ou juives. Parmi les villes et les quartiers, c’est dans ceux qui sont voués plus spécialement à l’échange et au commerce, les ports et les marchés, que se tissent parallèlement aux réseaux officiels, et sans grande surprise, les multiples ramifications de l’officieux, de la contrefaçon et de la contrebande. Mais que survienne un temps de crise, et voici les habitants brutalement confrontés à la clandestinité, comme le montre la situation de Châteauroux durant le second conflit mondial.

  • 8 Il n’a pas été possible de joindre à cette publication la richesse des débats et aussi des réflexi (...)

4Les contributeurs ont également accepté notre parti-pris initial qui était de ne pas faire une histoire de la répression ou du moins de ne pas privilégier les archives policières et judiciaires pour analyser la clandestinité urbaine. Il a d’ailleurs été rappelé de façon suggestive notamment dans la discussion introduite par Vincent Milliot, qu’il fallait faire une place particulière - surtout pour l’époque moderne – aux pratiques étatiques de la clandestinité. Loin de se limiter à la seule police politique ou à l’espionnage, elles s’inscrivent dans un large éventail de formes du contrôle social8. Au xixe siècle, Manuel Charpy montre que selon les sources parisiennes utilisées, archives des Domaines, de la préfecture, de l’archevêché..., les mêmes constructions et activités sont, tour à tour, considérées comme illégales ou tolérées. Ceci tient à l’intérêt différent que portent la Police ou les agents de fisc à l’architecture clandestine. La ville haussmannienne les reléguera hors d’un espace public fait de monuments de pierre et de circulations bien établies.

  • 9 Voir supra la communication de Paula Cossart.

5Certes, comme de nombreux participants l’ont souligné, la clandestinité réussie est celle qui ne laisse aucune trace dans les archives et qui n’a pas été condamnée. Comment alors l’appréhender si ce n’est au détour des hasards de la conservation de l’intime ou du secret collectif jalousement gardé9 ? En réalité, ce qui s’est dégagé c’est qu’il n’est pas certain que la clandestinité soit ce qui ne se voit pas, ce qui est caché. L’« invisibilité » est aussi affaire de perception et a ses propres échelles. La clandestinité a une dimension genrée, les femmes « invisibles » aux yeux de la loi sont les actrices anonymes de nombreux trafics et pratiques illicites. Éternelles mineures aux yeux de la justice, ce statut les préserve des poursuites bien davantage que les hommes. L’âge est aussi un paramètre : la complaisance avec laquelle les autorités de Saint-Pétersbourg traquent la figure du jeune conjuré chez les lycéens correspond-elle vraiment à des pratiques déviantes ?

6Nous savons tous que la clandestinité n’est pas toujours condamnée et que la porosité des frontières est forte entre ceux qui la pratiquent et ceux qui la protègent et la tolèrent. Les déserteurs parisiens, les contrebandiers bénéficient de solidarités souvent furtives qui nous donnent à voir des médiateurs multiples, des complicités tacites et rendent caduque une distinction nette entre le licite et l’illicite.

7Il existe une clandestinité forcée et une clandestinité volontaire qui parfois se recoupent. La clandestinité est ainsi parfois une soupape en période de pénurie alimentaire, dans le cadre d’une gestion de la proximité comme de la nécessité. Cette « économie de l’ombre » présentée pour le cas lyonnais par Anne Montenach n’est pas si éloignée de la clandestinité « de solidarité et de résistance » que l’on met en avant dans le domaine politique. Simon Ostermann nous montre comment à Châteauroux, l’afflux des réfugiés juifs contribue, en contravention directe avec la loi, à redynamiser l’habillement et le textile castelroussin en perte de vitesse. Les activités commerciales de la famille de fourreurs parisiens Goutmann installée près de la gare, permettent l’accueil des clandestins dès leur sortie de la station ferroviaire et camoufle leur ravitaillement et leur départ en zone libre.

8À l’inverse, la clandestinité la plus visible, la plus condamnée et donc la plus présente dans les archives est celle qui ne peut être justifiée pat l’excuse de l’intérêt général, puisque reposant explicitement sur la notion d’intérêt particulier.

9Enfin le colloque a-t-il pu être fidèle à son ambition d’interdisciplinarité entre spécialistes, entre périodes, entre pratiques historiographiques qui ne se côtoient guère. Ce souci trop souvent rituel, et parfois même incantatoire a été largement respecté par les participants. Il a par exemple permis la rencontre entre l’histoire religieuse et d’autres histoires, politique, sociale, urbaine... à propos des minorités religieuses.

10Les interactions entre-temps et espaces, la réflexion sur la production des sources et la construction délicate d’une définition de la clandestinité, ont bien suscité des interrogations communes.

11On peut cependant regretter – mais ce regret devrait nourrir de futures et fructueuses rencontres – la quasi-absence de chercheurs travaillant sur le très contemporain, alors que la Résistance a largement investi nos représentations des réseaux clandestins, que les sociétés secrètes mafieuses et criminelles fascinent et drainent la curiosité de nos contemporains. De ce fait, la période la plus riche en communications a été celle de la transition entre Ancien régime et époque contemporaine. Mais c’est peut-être que le terme de clandestinité a perdu de son sens et de son pouvoir d’évocation. Aujourd’hui c’est le clandestin qui est au cœur de la mobilité non plus intra-urbaine, mais entre mondes urbains et ruraux, dans les flux migratoires. Il est devenu la figure à la fois de la circulation et de la victimisation des acteurs de clandestinité.

12Espérons donc que la clandestinité qui a eu paradoxalement pignon sur rue pendant ces deux journées devienne un thème fécond à la croisée de l’histoire urbaine et de l’histoire des migrations.

Notes

1 Simone Delattre, Les douze heures noires. La nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2000.

2 Voir Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990 et Michel de Certeau, « Marches dans la ville » et « Récits d’espace » dans L’Invention du quotidien, t. 1, Arts de faire, Paris, Gallimard, 1984.

3 Voir les communications de Benjamin Guichard sur la jeunesse de Saint-Pétersbourg et de Yann Philippe sur les clandestinités new-yorkaises.

4 Plante ainsi nommée parce que ses tiges croissent dans la terre ou sous la mousse. Dictionnaire de la langue française, Littré, deuxième édition 1872-1877.

5 Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, rééd. Strasbourg, Circé, 1991. Georg Simmel, « Digressions sur l’étranger », dans Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier-Montaigne, 1984.

6 Cf. le colloque qui s’est tenu à l’université Paris XIII, et qui vient d’être publié : Danielle Fraboulet, Dominique Rivière, La ville sans bornes, la ville et ses bornes, Nolin éditeurs, 2006.

7 Alain Corbin, « Le Paris de Maxime Du Camp », dans Sociétés & représentations, 2004, n° 17, p. 69-86.

8 Il n’a pas été possible de joindre à cette publication la richesse des débats et aussi des réflexions des discutants. Ils sont ici collectivement remerciés.

9 Voir supra la communication de Paula Cossart.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540