Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Madame de Maintenon

 | 
Christine Mongenot
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Le Maintenoniana (1773) dans la bataille encyclopédique

Huguette Krief

Texte intégral

1Dans les années 1770-1772, Voltaire poursuit son combat contre les croyances et les préjugés avec les Questions sur l’Encyclopédie (1770-72), tandis que Claude Nonotte entend protéger le christianisme des pires dangers du « philosophisme » grâce à son Dictionnaire philosophique de la religion (1772). Dans le sillage voltairien est édité en 1773 un florilège de pensées et de lettres de Mme de Maintenon, intitulé Maintenoniana. L’ouvrage qui est signé B *. D *. B * est attribué par Quérard à Bosselman de Bellemont, un obscur écrivain de Lille. De fait, l’auteur rejoint le clan des Lumières, en prenant pour cible les écrits de l’épouse morganatique. Or, il apprend à ses dépens qu’à Paris les adversaires des philosophes ne désarment pas, puisque les censeurs n’autorisent pas l’impression de son ouvrage. Le libraire Costard, chargé de l’éditer sous anonymat, le fait imprimer en province et réussit à le diffuser dans la capitale par des réseaux clandestins.

  • 1 Fréron confirme le caractère clandestin de la diffusion de l’ouvrage : « J’ignore chez quel librai (...)
  • 2 Ibid., p. 167.
  • 3 MmeDu Deffand, Lettre à Horace Walpole, dimanche 16 octobre 1774, Correspondance complète de la ma (...)
  • 4 Voltaire affirme dans Le Siècle de Louis XIV : « Les dates des lettres de Mme de Maintenon, de 167 (...)

2L’ana plaît et se répand malgré sa rareté. Élie-Catherine Fréron en fait même un compte rendu chaleureux en 17741 dans l’Année littéraire ou suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, indiquant obligeamment ce qu’il convient d’apprécier dans l’ouvrage : le Maintenoniana présente des sujets « des plus intéressants » sous une forme « amusante2 ». L’ouvrage circule dans les salons et Mme du Deffand, toujours à l’affût de quelques nouveautés, en recommande la lecture à Horace Walpole. Dans une lettre d’octobre 1774, elle note que « ce rabâchage ne (lui) déplaît pas3 ». Mais, alors que Voltaire avait émis des réserves sur l’authenticité de certaines lettres4 pour nuire à La Beaumelle qui les avait éditées, Bosselman écarte tout soupçon et soutient que cette correspondance lui semble naturelle et vraie. Il en propose en conséquence la lecture et y exerce un droit d’examen au nom de la raison. À la suite de Voltaire, c’est-à-dire en adoptant ses techniques d’éditeur polémiste, Bosselman s’interroge sur la « civilité chrétienne » de Mme de Maintenon, l’un des traits majeurs qui la singularise face à la cour, pour dénoncer in fine l’envers d’un siècle dont le patriarche de Ferney célébrait la perfection.

Sur les traces de Voltaire

3Loin de dissimuler ce qu’il doit au patriarche de Ferney, Bosselman met sa fierté à se dire son disciple. Il précise en introduisant son édition : « C’est à M. de Voltaire qu’on doit l’idée de cet ouvrage. » Un passage de l’Avertissement reproduit littéralement les lignes que Voltaire consacre à Mme de Maintenon dans le Catalogue de la plupart des écrivains, paru dans le siècle de Louis XIV pour servir à l’histoire littéraire de notre temps :

  • 5 Bosselman de Bellemont, Maintenoniana, « Avertissement », p. j.

Après avoir donné aux Lettres de Madame de Maintenon les éloges qu’elles obtiendront toujours des gens éclairés, il [Voltaire] ajoute : « Mais les connaissances qu’on peut puiser dans ce recueil, sont trop achetées par la quantité de choses inutiles qu’il renferme… Si l’on n’imprimait que l’utile, il y aurait cent fois moins de livres. » C’est donc, en quelque sorte, pour en diminuer le nombre, qu’on donne celui-ci. Il y a d’autant moins de vanité à faire cet aveu, que l’ouvrage ne nous appartient que par les notes dont a cru devoir accompagner le texte5.

  • 6 L’activité éditoriale étant devenue une arme polémique très efficace dans la tradition de Ferney, (...)

4L’auteur du Maintenoniana se donne pour tâche d’éditer les écrits de Mme de Maintenon en les annotant copieusement6. Ses commentaires ont pour but de souligner les erreurs, de dénoncer, de ruiner les préjugés, de casser les évidences et de multiplier les insinuations ironiques.

5Tout d’abord, la forme abrégée que prend le Maintenoniana résulte d’une large et minutieuse opération de tri, puis d’une nouvelle mise en ordre de l’ensemble des lettres. Cet acte éditorial s’accompagne d’une manipulation textuelle des sources, volontaire et calculée, prouvant que Bosselman ne cherche pas à servir la correspondance de Mme de Maintenon, mais qu’il s’en sert. À force de vouloir en réduire le volume, il n’hésite pas à intervenir sur le texte, en procédant à de larges coupes dans l’ensemble des lettres. Pour se faire une idée de l’ampleur des suppressions, on se souviendra que Bosselman réduit à deux volumes les neuf qu’en avait donnés La Beaumelle. Sous le prétexte de faire court, le travail de coupures modifie la portée de certaines lettres et altère l’organisation chronologique de l’ensemble. Cependant, loin d’aboutir à un pot-pourri fantaisiste, l’auteur effectue des regroupements largement thématiques, destinés à proposer une chronique du siècle de Louis XIV relativement homogène. L’Avertissement précise la stratégie adoptée :

  • 7 Bosselman, Maintenoniana, Avertissement, p. iii.

Ces fragments, choisis avec toute l’attention dont on est capable, serviront à découvrir les ressorts, souvent cachés, qui font mouvoir la machine du Gouvernement ; à trouver le fil égaré de certains faits qui paraissent décousus dans l’Histoire, & qui arrêtent la marche de l’homme qui a le courage de rechercher la vérité7.

  • 8 Ceci est confirmé par Voltaire dans une lettre adressée au comte d’Argental (Postdam, 22 novembre, (...)
  • 9 Bosselman supprime le passage suivant : « Voilà, ma chère Fille, ce qui me donne tant d’envie de t (...)

6L’objectif du travail de remaniement est des plus clairs : comme La Beaumelle s’était servi des lettres de Mme de Maintenon comme de pièces justificatives pour rédiger les Mémoires pour servir à l’histoire du siècle passé8, Bosselman parie sur le contenu informatif de la correspondance. Sous ce projet ostensiblement affiché, transparaît toutefois un autre plus implicite, si l’on considère que certains extraits marquent un rapport très étroit avec l’actualité immédiate, religieuse, philosophique ou politique : c’est ainsi que les affaires judiciaires, les guerres de conquêtes ou la corruption des Grands et de l’Église sont jugées scandaleuses et combattues au nom de la tolérance et de la liberté. À quoi servirait-il à un commentateur éclairé de rapporter « les alarmes » de Mme de Maintenon sur « la droiture des religieuses », si elles ne plaidaient pour la fermeture des couvents ? Lorsque Mme de Maintenon relate une anecdote du roi sur « la pension de trois filles » qu’il continuait de payer dans un couvent, bien que l’une d’entre elles fût morte depuis cinq ans, Bosselman clôt l’extrait habilement sur une formule lapidaire de la fondatrice de Saint-Cyr : « ces bonnes filles reçoivent la pension de trois ; cependant vous savez qu’elles communient trois fois la semaine ». La chute est incisive et la tournure ironique. Les lecteurs, adeptes des Lumières, se voient proposer une sentence presque voltairienne visant à renforcer leurs propres convictions contre la religion chrétienne. Le constat laisse tout de même perplexe ! À comparer cet extrait avec la lettre originale adressée à Mme de la Viefville, abbesse des Bernardines de Gomerfontaine, en date du 22 novembre 1705, on voit que l’éditeur gomme à dessein toute adresse de la lettre. Ne s’embarrassant d’aucun scrupule, il élimine aussi le second paragraphe, dans lequel Mme de Maintenon félicitait la responsable de travailler de concert avec elle à la gestion et à la réforme de l’institution9. Indéniablement, l’omission de ce passage contribue à accentuer la hardiesse des propos de Mme de Maintenon.

  • 10 La date nous est suggérée par Béatrice Braud. Malgré certaines dérives qui entraînent le genre des (...)
  • 11 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 42.
  • 12 De 1774 à 1794, ce Journal atteint les soixante volumes.

7Reste à s’interroger sur les intentions de l’éditeur, lorsqu’il insère de multiples annotations. Pour sa part, Fréron accueille fraîchement les notes impertinentes de l’ouvrage qu’il considère comme de très mauvais goût. Si le genre des Ana10, dont les satiristes se sont emparés depuis 1720, est réputé pour ses plaisanteries vulgaires et scatologiques, la « gaîté philosophique » du Maintenoniana séduit un public éclairé et mondain qui raffole du persiflage et des anecdotes drôles. Donnant un tour plaisant à son ouvrage, l’éditeur multiplie les bons mots, les fables, les mises en scènes divertissantes. Dans le sillage des Questions sur l’Encyclopédie, les prêtres de Bosselman se singularisent par leur ignorance et leur fanatisme. L’annotateur se permet d’en rire et de railler : « Plût à Dieu qu’on eût employé que cette seule arme ! Le Français qui brave la violence & craint le ridicule, aurait renoncé facilement à une religion qu’on aurait rendue plaisante11. » Pourtant François-Xavier de Feller, directeur du Journal historique et littéraire12 et ancien prédicateur de Liège, ne s’y trompe pas et y voit l’expression d’une philosophie destructrice qui « s’est élevée contre tout ce qui tient aux intérêts et à la gloire de la religion ». Il reproche à Bosselman de trahir la pensée de Mme de Maintenon :

  • 13 Feller François-Xavier, Dictionnaire historique ou bibliographie universelle des hommes (1781), Par (...)

L’auteur de ce recueil a fait pis que Beaumelle : non seulement il répète sans discernement les additions et les altérations faites à ces lettres, mais il y joint des notes aussi inutiles que plates et mauvaises13.

  • 14 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 46.

8Aux yeux des critiques conservateurs et de certains apologistes chrétiens, ce sont les annotations mises en auxiliaires du texte qui arriment de façon scandaleuse l’ouvrage au cœur des Lumières. Il est vrai que les notes renvoient généralement aux écrits de Lucrèce, d’Épicure, de Diogène Laërce et de Platon, comme au Dictionnaire historique et critique de Bayle, à l’Encyclopédie ou aux œuvres de D’Alembert, de Diderot, de La Beaumelle et de Voltaire. Par la diversité des notes et leur contenu polémique, un espace de savoir, de questionnement s’y construit et y scelle un rapport de complicité avec le lecteur. L’ensemble des notes procède d’un dessein didactique : Bosselman explique, instruit ou s’indigne. Sa voix couvre parfois même celle de Mme de Maintenon : à l’endroit où la fondatrice de Saint-Cyr défend la valeur rédemptrice de la douleur, en précisant qu’il « faut profiter des souffrances pour aller à Dieu » et que l’idéal serait de « ne pas être une heure sans souffrir », l’éditeur accroche une note passionnée où il s’emploie à prouver que la volonté de souffrir pour assurer son salut personnel est une pratique dangereuse pour la société. Son argumentation se fonde sur l’une des pensées philosophiques les plus radicales de Diderot : la pensée VII, dont il cite le premier paragraphe in extenso14, lui sert à fustiger non seulement la voluptas dolendi, mais encore la tyrannie d’une Église qui voue l’humanité à d’angoissants remords et à de terribles châtiments divins. Comment penser que la souffrance soit le lien privilégié établi entre Dieu et ses créatures ? L’annotateur dénonce avec force l’expiation salutaire et le dolorisme, car ils aboutissent à infléchir le caractère d’une nation de manière négative :

  • 15 Ibid.

On n’a point assez remarqué que le principe qui oblige l’homme à se tourmenter pour plaire à la Divinité, conduit à l’intolérance que Dieu n’a jamais ordonnée. Pourquoi, en effet, celui qui croit l’honorer en s’immolant sous ses yeux pour l’expiation de ses fautes, ne chercherait-il pas à augmenter le nombre des victimes qu’il croit coupables comme lui, pour augmenter le prix du sacrifice. C’est alors qu’on tourne contre ses frères les fouets vengeurs dont on s’est servi contre soi-même ; c’est alors que la violence naît, que le sang coule, & que le genre humain se détruit15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Marmontel, L’Amitié à l’épreuve, in Contes Moraux, Paris, Merlin, 1765, t. 3, p. 232.

9Le commentaire de Bosselman perd ici toute subordination à la lettre de Mme de Maintenon et amplifie à dessein le propos philosophique. On retiendra que l’auteur du Maintenoniana est un pourfendeur du christianisme. Il veut que l’humanité se prémunisse contre les illusions et les tentations du fanatisme. S’il adopte généralement un ton ardent et polémique dans ses annotations, il sait pourtant user de silence pour désavouer les propos de Mme de Maintenon. Menace-t-elle, dans une lettre, d’agir par lettre de cachet ? L’annotateur scandalisé se tait et en appelle à l’opinion des lecteurs : « On laisse faire au lecteur éclairé les réflexions que ce petit fragment ne peut pas manquer de faire naître16. » Pour le justifier, il emprunte à Marmontel cet adage : « quand la vérité est dangereuse, elle a le silence pour azyle17 ». Sous leur diversité, les annotations possèdent une véritable unité : elles se présentent avec leur charge de vérité et leur vertu pédagogique comme l’expression du rationalisme des Lumières.

Les « particularités » de Mme de Maintenon

  • 18 Le chapitre XI des Mémoires est intitulé « Amants de Mme Scarron ». Voir sur ce point Lenel S., «  (...)

10Mis à part l’abondance des notes, ce qui frappe d’abord, quand on parcourt les premières pages du Maintenoniana, c’est la succession d’extraits qui, suivant une habile combinaison, relatent l’élévation sociale de la femme du poète Scarron : à une première missive adressée à Ninon de Lenclos, dans laquelle elle envoie des vers de son mari, succèdent d’autres où elle demande à être présentée à Mme de Montespan, car elle est sur le point de suivre la princesse de Nemours, devenue reine du Portugal ; elle confie toutes les peines que lui coûte la garde des enfants illégitimes de la favorite et du roi ; elle annonce que la disgrâce de Mme de Montespan met au comble la faveur et le crédit qu’elle a auprès de Louis XIV. Bosselman ne souffle mot des anecdotes complaisamment rapportées sur les passions de la petite-fille d’Agrippa d’Aubigné18 dans les Mémoires de La Beaumelle, ni ne rapporte les calomnies sur son étonnante fortune. Pour Bosselman, la carrière inouïe de la veuve Scarron soulève de multiples questions sur sa « civilité chrétienne » : son ardeur religieuse est-elle authentique et sincère ? Cette femme singulière n’est-elle pas finalement la réplique de la bergère Galatée, qui aurait fui la cour pour mieux en être remarquée ? Par suite, le pari audacieux de vivre à la cour tout en consacrant sa vie à la dévotion et à l’oraison n’est-il pas la raison véritable de son élévation ?

11Bosselman conduit le lecteur à s’interroger sur la conduite et les valeurs de Mme de Maintenon, à partir d’un humanisme des Lumières, mis en place avec l’achèvement de l’Encyclopédie et la parution d’essais sur l’éducation, la sociabilité et les formes du bonheur collectif. S’appuyant sur Voltaire dont il confirme les vues, il présente Mme de Maintenon comme un être de contradictions. Le point de départ de la démonstration est fixé par le Catalogue qui mentionne l'importance des anecdotes :

On voit par celles de Mme de Maintenon, qu'elle avait épousé Louis XIV ; qu'elle influait dans les affaires d'État, mais qu'elle ne les gouvernait pas ; qu'elle ne pressa point la révocation de l’édit de Nantes et ses suites, mais qu'elle ne s'y opposa point ; […] et beaucoup d'autres particularités.

  • 19 Bosselman, Maintenoniana, t. 2, p. 24, note 1.
  • 20 Ibid., t. 2 p. 48.
  • 21 Aussi écrit-elle à Mme de Villette sa cousine : « j’ai mieux aimé m’exposer à tout ce qu’un enlève (...)
  • 22 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 128.
  • 23 Ibid., t. 1, p. 128, note 1.

12Bosselman souligne que la veuve Scarron affichait un goût pour la dévotion chrétienne tout en s’occupant des enfants illégitimes du roi. L’auteur du Maintenoniana en déduit qu’un comportement si paradoxal est dégradant pour l’esprit. De note en note, même si Mme de Maintenon est présentée comme une femme forte, « extraordinaire », chez qui l’on remarque des traits étonnants – veuve sage et de loisir, aimant le travail quand d’autres préfèrent l’éclat, gardant l’équation de la dépense et du revenu – Bosselman fait le portrait d’une femme assujettie et surveillée par ses directeurs de conscience. Il révèle les terribles contraintes qu’elle s’inflige sous leur férule, les tourments permanents, les scrupules de conscience qui l’assaillent à tout propos, de ses rubans jusqu’à ses moindres distractions. Manipulée par les prêtres, l'épouse morganatique devient « l’instrument du bien », mis au service d’une Église de France inquiétée par les ferments d’hérésie et les désordres qui croissent au sein du royaume. Toutefois, la réforme dévote de Mme de Maintenon semble s’inscrire dans une autre perspective, plus personnelle : « C’est là qu’on voit, non pas le plan qu’elle s’était fait pour parvenir jusqu’au pied du trône, mais le caractère qu’elle s’était formé pour s’en rendre digne19. » Cette observation permet à Bosselman de dénoncer la force irrésistible et inquiétante de l’orgueil de Françoise d’Aubigné. Cette femme occupée de salut et de devoir parvient à se dominer et à dominer les autres par sa seule volonté ; or, cette libido dominandi est entretenue par un enthousiasme religieux dévastateur et l’idée d’une élection par Dieu : « J’ai toujours reconnu, ce me semble, que tout ce qui est arrivé est son ouvrage, ne l’ayant pas cherché, m’y étant tout au plus prêtée ; on ne pourra jamais le croire. » Le mariage avec le roi dans des conditions cachées et extraordinaires lui apparaît comme la marque d’une grâce divine particulière qui la sauve du péché : « Dieu n’a pas voulu me donner l’éclat de la grandeur, de peur que j’en eusse le vice20. » Poussée par l’idée que la Providence bénit ses entreprises et par un zèle apostolique particulièrement ardent, elle arrache des promesses de conversion à ses cousins huguenots et convertit de force les enfants de son entourage21. On ne peut en douter, Mme de Maintenon ne sort pas grandie de cet examen. « Le zèle convertisseur » qui l’anime porte aussi le pouvoir royal à tous les excès. Elle ne peut empêcher que Louvois commande de sanglantes dragonnades, malgré ses vaines promesses (« Le père La Chaise a promis qu’il n’en coûterait pas une goutte de sang, & M. de Louvois dit la même chose22. ») Dans une note, Bosselman dresse ce terrible bilan : « Des prêtres et des Dragons ; les uns le crucifix, les autres le sabre à la main, se répandirent dans les Provinces, & bientôt le sang ruissela sur les échafauds23. »

  • 24 Ibid., t. 1, p. 60.
  • 25 Ibid., t. 1, p. 76.
  • 26 Ibid., t. 1, p. 70.

13Se fondant sur une confidence faite à Mme de Saint-Géran dans une lettre par ailleurs non retrouvée (« On ne me consulte qu’après avoir pris son parti ; on veut que j’approuve & non que je dise mon avis, mon crédit n’est que de bienséance & de politique24 »), l’auteur de Maintenoniana n’attribue pas à Mme de Maintenon l’art de mener des intrigues politiques, ni l’initiative de la révocation de l’édit de Nantes, tant les intérêts du roi de France et de l’Église lui paraissent liés dans une reconquête spirituelle où l’hérésie et la rébellion sont confondues à dessein. En revanche, il s’attache à ses méthodes d’éducation et de formation morale pour en condamner le conservatisme dépassé. Mme de Maintenon ne convie-t-elle pas la jeune duchesse de Bourgogne à se soumettre en toute occasion ? La soumission est, selon elle, l’apanage du sexe féminin, car elle est à la fois l’expression d’une perfection privée et la seule garantie d’un mariage harmonieux : « En sacrifiant votre volonté, ne prétendez rien sur celle de votre époux. » La raison en est que les hommes « sont naturellement tyranniques », qu’ils veulent « les plaisirs et la liberté » et « qu’ils sont les maîtres ». La conclusion s’impose naturellement : « il n’y a qu’à les souffrir de bonne grâce25 ». À Mme de Lalande, élevée à Saint-Cyr, elle conseille le même effacement : « Vivez au fond de votre maison, fuyez le monde, attachez-vous à plaire à votre mari, & tâchez de ne plaire qu’à lui seul26. » Le ressort de toute l’éducation féminine dispensée par Mme de Maintenon est l’obéissance et l’esprit de devoir, fortifiés par une soumission à la volonté de Dieu. Bosselman condamne cette « flétrissante morale ». Afin d’arracher des générations de femmes à l’ignorance et à l’assujettissement, il se tourne vers Mme Riccoboni et ses Lettres de Milady Catesby. Il cite les propos de Juliette qui fait avec fermeté le procès des hommes :

  • 27 MmeRiccoboni, Lettres de Mylady Juliette Catesby, Paris, Didot l’aîné, 1814, p. 42.

[…] le tems & la possession, affermissent le pouvoir de l'injuste, mais ne le rendent jamais légitime. Dans cette route difficile où nous voyageons ensemble, le Ciel nous a placés sur la même ligne : je puis marcher votre égale, & je n'admets point de distinctions entre des créatures qui sentent, pensent & agissent de même27.

  • 28 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 88.
  • 29 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 83.

14Bosselman montre que Mme de Maintenon favorise seulement les progrès de la vertu et de la dévotion, que les fruits des études sont, à ses yeux, l’expression de l’orgueil et du bel esprit. Dans les directives qu’elle donne aux Dames de Saint-Cyr, elle impose que les jeunes filles élevées par leurs soins n’aient pas le loisir de s’ennuyer. Mieux, elles doivent être abruties par le travail manuel : « Il ne faut pas les laisser respirer sur le rouet ; elles n’aimeront le travail que par habitude. Punissez, ordonnez, vous êtes la maîtresse28 », écrit-elle à Mme de Brignon, supérieure de la communauté de Saint-Cyr. La formation dispensée s’inspire des principes qui régissent l’ordo mundi, clé de voûte du christianisme, grâce auxquels tout semble évident, simple et essentiel. Une fois reconnu le fondement religieux des pensées de la fondatrice de Saint-Cyr, Bosselman déduit les conséquences de son « dévotisme29 » : dans cet exercice logique, il enchaîne la croyance au fanatisme, le fanatisme à la soumission, la soumission à l’ignorance ; et l’ignorance apparaît finalement comme la cause des malheurs de la société.

Le regard sombre d’une moraliste

  • 30 Mme Du Deffand, Lettre à Horace Walpole, dimanche 16 octobre 1774, Correspondance complète de la m (...)
  • 31 Concernant les désaccords entre La Beaumelle et Voltaire sur ce point, serait à consulter Lauriol (...)

15Remarquons-le, la correspondance de Mme de Maintenon est austère et sévère. À sa manière, elle incarne le désaccord entre la foi et la mondanité. Or, c’est la qualité de cette voix inconnue qui séduit dans les salons en cette fin de siècle. Dans une lettre à Horace Walpole, Mme Du Deffand évoque certains traits de Mme de Maintenon avec sympathie : « Beaucoup d’esprit, beaucoup de jugement et de caractère », « peu ou point de sensibilité » et une nature « sujette à l’ennui30 ». Qu’on contredise les écrits de Mme de Maintenon comme Bosselman ou qu’on les approuve comme Fréron, les lettres offrent au lecteur un regard différent sur le siècle de Louis XIV, avec lequel les philosophes n’en finissent pas de se mettre en règle31.

16La foi exigeante de Françoise d’Aubigné fait d’elle une étrangère dans le grand monde et à la cour de France. Sa correspondance dévoile l’envers du règne de Louis XIV, les abus, les erreurs…

  • 32 Bosselman, Maintenoniana, t. 2, p. 56.

Je vois le monde dans toute sa laideur, tandis que mille gens qui le voient de loin, sont éblouis par son éclat. Je vois des passions de toute sorte, des haines, des bassesses, des ambitions démesurées, d’un côté, des envies, des trahisons, des jalousies épouvantables, de l’autre, & […] tout cela pour des bagatelles & de la fumée32.

  • 33 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 131.
  • 34 Saint Augustin, La Cité de Dieu, trad. Louis Ignace Moreau, Paris, Charpentier, 1843, Livre IV, cha (...)

17Les méditations de Mme de Maintenon sont étrangement parentes des Maximes de La Rochefoucauld ! Lorsqu’elle expose au jour la conduite des courtisans, l’épistolière peint en sombre les excès de pouvoir des uns et l’aveuglement des autres. Les disputes et les désaccords ne sont pas faits pour la rassurer sur la conduite du royaume. Les passions tyrannisent sans relâche les êtres qui entourent le monarque. C’est ainsi que, malgré sa défaveur, Louvois emporté par ses convoitises tente d’entraîner le roi dans une guerre dévastatrice et inutile : « M. de Louvois […] veut se rendre nécessaire par quelque guerre nouvelle33. » Quelle confiance accorder à des ministres qui commettent le crime impardonnable de substituer leur amour-propre à la gestion éclairée du royaume ? La guerre de conquête, célébrée par tous comme un ensemble glorieux de grandes actions, apparaît dans les lettres de Mme de Maintenon sous l’aspect d’un pillage organisé et de meurtres d’innocents. Pour elle, la conquête c’est du vol, tel Saint Augustin qui affirmait : sans la grâce « que sont les royaumes, sinon de vastes brigandages34 » ? Elle écorne le mythe épique du siècle de Louis XIV et nous promène dans les coulisses de cette représentation grandiose. Elle dénonce la folie d’un règne incapable de soumettre sa conduite à la grâce divine et à l’imperium de la raison :

  • 35 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 30.

La paix qui s’éloigne de plus en plus, le Royaume bientôt menacé, déjà épuisé ; mille malheureux qui souffrent sous mes yeux & que je ne puis soulager ; une noblesse généreuse ruinée sans espérance, un peuple qui murmure toujours & aujourd’hui avec raison. Ce luxe qui, au milieu des délabrements de toutes les fortunes, semble défier les rigueurs de la saison et les malheurs de la guerre ; ces tables qui satisfont à peine les caprices de la gourmandise ; tous ces vices enfin que consacrent sous le nom de bel air, le goût d’un peuple qui devrait gémir au pied des autels35.

18L’inventaire des raisons et des causes ne semble d’aucune utilité, car le royaume est rongé par la corruption et les vices. N’est-il pas abandonné de Dieu ? De telles observations sont originales par la qualité et le rang de la femme qui les propose. Si Mme de Maintenon s’était préparée à défendre la vertu face à la cour, rien ne laissait supposer qu’elle pourrait en être l’accusatrice. Il est vrai qu’elle ne se reconnaît ni dans ses proches, ni dans ses contemporains :

  • 36 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 176.

À force de voir la conduite des hommes, la lâcheté des braves, la faiblesse des philosophes, les bêtises des politiques, la fausseté des dévots, je suis parvenue à ne pas plus les estimer que les femmes qui sont pourtant de jour en jour plus méprisables36.

  • 37 Ibid., t. 1, p. 145.

19Sans doute, se plie-t-elle aux usages mondains et Bosselman a beau jeu d’insister sur l’ennui profond qui la dévore : « Je succombe à la tristesse de n’entendre dire rien de raisonnable : le chapitre des pois dure toujours ; l’impatience d’en manger, & la joie d’en manger encore37. »

  • 38 Ibid., t. 1, p. 109.

20Pleinement justifiées sur le plan moral, les critiques audacieuses de Mme de Maintenon que Bosselman a retenues n’épargnent rien, ni personne. N’a-t-elle pas gardé de ses origines, le goût de l’austérité, de l’honnêteté raisonnée ? L’Église à laquelle elle aspire devrait rompre avec les pompes, le luxe et les abus de toutes sortes. Elle rappelle que le peuple n’a d’autre enseignement, d’autre connaissance que ceux qui sont délivrés en chaire. Or, le clergé corrompu faillit à sa mission éducatrice. Ses lettres sont âpres pour l’ignorance des curés et l’exploitation de la crédulité du peuple : « Les Curés n’en savent pas plus que les peuples : ils ne songent qu’à parer les Églises & à tirer de l’argent pour l’employer assez souvent en choses frivoles38. » Dans le sillage de Bossuet, elle revient à traits énergiques sur la nécessité de briser la grille des cloîtres pour aller vers les pauvres et les malades. Elle se pose en ennemie résolue des couvents et ne tarit pas sur l’utilité d’y mettre de l’ordre. Mieux que d’autres, elle connaît les religieuses, mais elle s’en sent très éloignée. Elle regarde avec répugnance leur froideur, leur ignorance, leurs puérilités dévotes. Au détour d’une lettre, elle en fait le portrait décapant :

  • 39 Ibid., t. 1, p. 153.

[…] froide, sèche, incapable de la patience qu’il faut avoir avec des filles : d’un abord pénible : point aimée en général : sans éducation, sans maxime, sans droiture, sans pitié solide ; en un mot une vraie religieuse39.

  • 40 Ibid., t. 1, p. 146.
  • 41 Ibid., t. 2, p. 60.

21À suivre la pensée critique de Mme de Maintenon, on voit comment elle parvient à rassembler les événements et les hommes, sous un seul point de vue, personnel et chrétien. Si l’imposture religieuse n’est pas facile à déceler – l’ordre de la concupiscence peut ressembler à l’harmonie d’une vie réglée par la charité – elle constitue la preuve saisissante de la corruption humaine. Sans doute, il est encore question de célébrer les vertus du monarque, son époux ; mais les qualités dont Mme de Maintenon le pare se définissent toujours comme l’opposé des vices des Grands et de la cour. Quand le masque de majesté du roi de France tombe, l'épouse morganatique relève les traits de faiblesse de l’homme. Elle raconte que Louis XIV accumule les aveux et déplore ses guerres. Pour Bosselman qui recueille le témoignage de Mme de Maintenon avec un intérêt évident, la détresse royale est la preuve des excès auxquels le monarque s’est livré durant son règne. Tout le bien ou le mal qui vient à un peuple n’est-il pas de la responsabilité de son roi ? Voilà qui est clair et évite tout procès fait à la Providence : « Tant de gens que vos guerres, vos bâtiments & vos maîtresses ont réduit à la mendicité par la nécessité des impôts, il faut bien les soulager aujourd’hui40 », explique Mme de Maintenon au roi. Les reproches froids qu’elle lui adresse renvoient à une conception différente de la monarchie, plus humaine et plus austère, où le destin d’un roi est étroitement lié au bien-être du peuple : « Les revenus du roi appartiennent au Royaume ; c’est là qu’il les tire, c’est là qu’il doit les renvoyer. Ils doivent être employés aux besoins des peuples, & non au luxe d’une femme41. » On ne doute pas que pareil jugement critique sur le règne de Louis XIV permet à Bosselman de condamner la corruption de la monarchie présente.

22Dès la première parution des lettres de Mme de Maintenon par les soins de La Beaumelle, Voltaire s’y était intéressé. Elles garantissaient l’exactitude du Siècle de Louis XIV sur la vie des Grands qui ont fait l’Histoire et sur les intrigues de cour auxquelles Mme de Maintenon a été mêlée. Le philosophe confiait au comte d’Argental dans une lettre du 22 novembre, 1752 :

  • 42 Voltaire, Correspondance, in Œuvres de Voltaire, op. cit., t. 56, p. 231.

J’ai vu les Lettres de Madame de Maintenon ; c’est l’histoire de sa vie, depuis l’âge de quinze ans jusqu’à sa mort. C’est un monument bien précieux pour les gens qui aiment les petites choses dans les grands personnages. Heureusement ces lettres confirment tout ce que j’ai dit d’elle. Si elles m’avaient démenti, mon Siècle était perdu42.

23Or, les querelles de philosophes ne doivent pas masquer la gravité du débat qui s’est engagé autour du siècle de Louis XIV. Bosselman s’applique à détruire les illusions que ce mythe a pu entretenir. Les lettres de Mme de Maintenon qu’il édite sous la forme de pensées et de réflexions, en démontent le mécanisme profond : un roi conquérant, des guerres de prestige, les fastes scandaleux de l’Église chrétienne, la collusion des prêtres et d’un pouvoir absolu et la souffrance infinie des peuples.

  • 43 Auteur de tragédies saintes pour Saint-Cyr, membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Le (...)

24Bosselman l’eût-il décidé à l’avance, les contradictions de Mme de Maintenon demeurent l’expression de sa vie, d’une vie faite de négations et de restrictions. Mais s’il se donne un point de départ avec Voltaire, il lui reste à choisir son itinéraire. Or, à l’une des nombreuses étapes que sont les annotations qu’il rédige avec la passion d’un disciple des Lumières, il rend une certaine justice à Mme de Maintenon. Lorsque, pour doter la fille du poète François Duché de Vancy43, elle impose à de riches courtisans de réunir les sommes nécessaires à son établissement, il laisse passer cet aveu : « Qu’elle est respectable cette Mme de Maintenon quand elle force le vice à devenir tributaire de l’innocence indigente ! De pareils traits font adorer sa mémoire. »

Notes

1 Fréron confirme le caractère clandestin de la diffusion de l’ouvrage : « J’ignore chez quel libraire de Paris se trouve ce Maintenoniana. Je saisis cette occasion pour renouveler la prière que j’ai faite si souvent aux libraires de nos provinces et des Païs étrangers qui m’envoyent leurs livres nouveaux, de me marquer les prix de ces livres & leurs correspondants, libraires ou autres, qui les vendent dans la Capitale : deux choses qu’on est bien aise de sçavoir », Fréron Élie-Catherine, « Année 1774 », Année littéraire, ou Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Paris, Le Jay, 1791, p. 168.

2 Ibid., p. 167.

3 MmeDu Deffand, Lettre à Horace Walpole, dimanche 16 octobre 1774, Correspondance complète de la marquise du Deffand avec le président Hénault, Montesquieu, d’Alembert, Voltaire, Horace Walpole. Précédée d’une histoire de sa vie [&c.] par M. de Lescure, Paris, Plon, 1865, Lettre 532, p. 435.

4 Voltaire affirme dans Le Siècle de Louis XIV : « Les dates des lettres de Mme de Maintenon, de 1670, dans lesquelles elle parle de ces deux enfants (le duc du Maine et le comte de Vexin), dont l’un n’était pas encore né, sont évidemment fausses », chap. XXVII, « Suite des particularités et anecdotes ». Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, éd. Sylvain Menant et Jacqueline Hellegouarc’h, Paris, Librairie Générale Française, 2005, p. 1090.

5 Bosselman de Bellemont, Maintenoniana, « Avertissement », p. j.

6 L’activité éditoriale étant devenue une arme polémique très efficace dans la tradition de Ferney, Bosselman sait pertinemment qu’éditer un ouvrage, quel qu’il soit, permet d’en faire un objet d’examen et de critique.

7 Bosselman, Maintenoniana, Avertissement, p. iii.

8 Ceci est confirmé par Voltaire dans une lettre adressée au comte d’Argental (Postdam, 22 novembre, 1752) : Voltaire, Correspondance, OC, éd. Beuchot, Didot frères, 1830, lettre 1920, p. 231.

9 Bosselman supprime le passage suivant : « Voilà, ma chère Fille, ce qui me donne tant d’envie de travailler à l’examen que vous savez… J’approuve tout à fait l’ordre que vous avez établi pour éclairer votre cellière et pour être éclairée par elle ; toutes les abbesses n’ont pas accoutumé d’en user ainsi, plusieurs regardent le bien de la Maison, comme leur étant propre. Elles en disposent absolument sans en rendre compte à personne ; il n’y a dans cette conduite ni pauvreté ni obéissance et il est impossible que Dieu les bénisse. » Copie, Bibliothèque municipale de Versailles, ms p. 66, p. 441-444 ; Lettres de Mme de Maintenon : précédées de sa vie, de l’imp. J. Gratiot, Collin, 1806, vol. 3, p. 110-111.

10 La date nous est suggérée par Béatrice Braud. Malgré certaines dérives qui entraînent le genre des ana vers la vulgarité scatologique, une voie différente se serait dessinée avec Voltaire. « Il exprime son dégoût pour cet art de la médisance, tout en désirant l’utiliser pour mobiliser l’opinion publique sur des questions de fond. » Braud Béatrice, « Le Dictionnaire des ana ou les bons mots encyclopédiques », Banckaert Claude & Porret Michel (dir.), L’Encyclopédie méthodique (1782-1838) : des Lumières au positivisme, Genève, Droz, 2006, p. 739. Voir, sur la définition du genre, Wild Francine, Naissance du genre des Ana (1574-1712), Paris, H. Champion, 2001.

11 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 42.

12 De 1774 à 1794, ce Journal atteint les soixante volumes.

13 Feller François-Xavier, Dictionnaire historique ou bibliographie universelle des hommes (1781), Paris, E. Houdaille, 1836, p. 362.

14 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 46.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Marmontel, L’Amitié à l’épreuve, in Contes Moraux, Paris, Merlin, 1765, t. 3, p. 232.

18 Le chapitre XI des Mémoires est intitulé « Amants de Mme Scarron ». Voir sur ce point Lenel S., « Un ennemi de Voltaire : La Beaumelle » (suite), RHLF, 1914, p. 168.

19 Bosselman, Maintenoniana, t. 2, p. 24, note 1.

20 Ibid., t. 2 p. 48.

21 Aussi écrit-elle à Mme de Villette sa cousine : « j’ai mieux aimé m’exposer à tout ce qu’un enlèvement a d’odieux (Bosselman souligne), que de vous commettre. […] J’espère qu’il ne prendra pas si sérieusement le rapt de Mademoiselle de Murcai, & qu’il consentira qu’elle demeure avec moi », Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 112.

22 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 128.

23 Ibid., t. 1, p. 128, note 1.

24 Ibid., t. 1, p. 60.

25 Ibid., t. 1, p. 76.

26 Ibid., t. 1, p. 70.

27 MmeRiccoboni, Lettres de Mylady Juliette Catesby, Paris, Didot l’aîné, 1814, p. 42.

28 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 88.

29 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 83.

30 Mme Du Deffand, Lettre à Horace Walpole, dimanche 16 octobre 1774, Correspondance complète de la marquise du Deffand avec le président Hénault, Montesquieu, d’Alembert, Voltaire, Horace Walpole. Précédée d’une histoire de sa vie [&c.] par M. de Lescure, Paris, Plon, 1865, Lettre 511, p. 405.

31 Concernant les désaccords entre La Beaumelle et Voltaire sur ce point, serait à consulter Lauriol Claude, Études sur La Beaumelle, Paris, Champion, 2008.

32 Bosselman, Maintenoniana, t. 2, p. 56.

33 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 131.

34 Saint Augustin, La Cité de Dieu, trad. Louis Ignace Moreau, Paris, Charpentier, 1843, Livre IV, chap. 3, p. 112.

35 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 30.

36 Bosselman, Maintenoniana, t. 1, p. 176.

37 Ibid., t. 1, p. 145.

38 Ibid., t. 1, p. 109.

39 Ibid., t. 1, p. 153.

40 Ibid., t. 1, p. 146.

41 Ibid., t. 2, p. 60.

42 Voltaire, Correspondance, in Œuvres de Voltaire, op. cit., t. 56, p. 231.

43 Auteur de tragédies saintes pour Saint-Cyr, membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, François Duché de Vancy était valet de chambre du roi.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site