Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Madame de Maintenon

 | 
Christine Mongenot
, 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Madame de Maintenon, un modèle pour écrire les lettres (1750-1840) ?

Jean-Noël Pascal

Texte intégral

  • 1 Moustalon, Le Lycée de la jeunesse, ou les Études réparées, nouveau cours d’instruction à l’usage d (...)
  • 2 Le cas le plus spectaculaire est celui de l’Essai de rhétorique française à l’usage des jeunes dem (...)
  • 3 Outre l’étude majeure de Caron Philippe, Des Belles-Lettres à la Littérature (Louvain et Paris, Pe (...)

1Aux yeux de l’historien de l’enseignement et de l’édition pédagogique, la publication des Lettres de Mme de Maintenon, à partir de 1752, a la particularité de coïncider avec le développement, spectaculaire entre 1750 et 1840 – à destination non seulement des collégiens mais aussi d’un public plus large désireux de « réparer », selon la formule du pédagogue Moustalon1, des études laissées imparfaites – des manuels littéraires de toutes sortes, généralistes ou plus spécialisés : grammaires, rhétoriques, poétiques, principes de littérature ou de style, ouvrages divers de formation, comme l’on dirait aujourd’hui, initiale ou continuée. Il n’est guère de professeur qui ne s’estime fondé à proposer le sien et il arrive même assez souvent que des auteurs extérieurs à la corporation enseignante2 s’arrogent le droit d’entrer en concurrence avec les maîtres patentés. L’un des sujets qu’ils sont forcément conduits à aborder, en un temps où la littérature hésite encore à devenir un domaine purement artistique spécialisé3 et recouvre en général toutes les pratiques d’écriture, notamment celles qui sont nécessaires à la vie de société – et cela va des petits vers de compliment aux discours selon le modèle académique –, est celui de « l’art de la lettre » ou du « style épistolaire », qu’abordent évidemment – plus ou moins longuement, plus ou moins frontalement – des manuels spécialisés, mais aussi des « cours » très divers, sous les titres dont je viens de donner à l’instant une indication.

  • 4 L’abbé Batteux, en 1780, ouvre largement ses Chefs d’œuvre d’éloquence poétique aux auteurs tragiq (...)
  • 5 Voir l’étude de MontfortHoward Catherine, Les Fortunes de Madame de Sévigné auXVIIe et auXVIIIe si (...)
  • 6 Batteux, Cours de Belles-Lettres ou Principes de la Littérature, nouvelle édition, Desaint et Saill (...)
  • 7 L’Esprit de Mme de Maintenon, avec des notes, par l’auteur des Mémoires du chevalier de Kilpar, Par (...)
  • 8 Maintenoniana, ou Choix d’anecdotes intéressantes, de portraits, de pensées ingénieuses, de bons mo (...)

2La réticence des pédagogues à intégrer les nouveautés étant bien moins forte autrefois qu’aujourd’hui4 et le contenu des Lettres de Mme de Maintenon étant souvent fortement moralisateur – ce qui les rend tout à fait aptes à remplir l’objectif de formation morale inséparable de toute démarche enseignante, du moins en ces temps-là –, on s’attend donc à voir le nom de l’épouse morganatique du Roi-Soleil rejoindre rapidement celui de Mme de Sévigné5, déjà solidement installée dans la position de modèle des épistoliers aux yeux des honnêtes gens aussi bien que des maîtres. Or, ce n’est pas vraiment le cas : si l’abbé Charles Batteux (1713-1780), dès l’édition de 1753 de son Cours de Belles-Lettres, à la section Sur le style épistolaire, renvoie aux « Lettres récemment publiées de Madame de Maintenon » comme exemple de la « simplicité de style » nécessaire dans l’écriture épistolaire, insistant sur leur aisance, leur douceur, leur naïveté et leur beauté6, il n’est guère suivi que sporadiquement par les autres auteurs pédagogiques, du moins avant les années 1800. Tandis qu’on publie, à destination du public friand d’anthologies et de compilations diverses, notamment dans les domaines de l’histoire et de la morale, des ouvrages tels que L’Esprit de Mme de Maintenon7 ou même l’étonnant recueil des Maintenoniana8, il n’y a guère, parmi la soixantaine de titres que j’ai compulsés, que les Principes élémentaires des Belles-Lettres (avant 1763) de Samuel Formey (1711-1797) – largement redevables à Batteux – qui, à leur article Du style épistolaire, signalent le modèle de « style simple » fourni par Mme de Maintenon :

  • 9 Formey, Principes élémentaires de Belles-Lettres, nouvelle édition augmentée par l’auteur, avec des (...)

Le style simple paraît aisé à imiter, parce que les mots y sont propres et les tours naïfs. Il est cependant bien rare d’atteindre la perfection de ce style. Les Lettres de Madame de Maintenon vont à cet égard presque aussi loin qu’on peut aller9.

  • 10 Domairon, Principes généraux des Belles-Lettres, par Domairon M., professeur royal des Belles-Lettr (...)

3Un peu plus tard, dans la première version de ses Principes généraux des Belles-Lettres (1785), appelés à devenir sous différentes formes un manuel de base au temps des lycées napoléoniens, Louis Domairon (1745-1807), qui doit lui aussi énormément à Batteux, écrit à peu près la même chose dans sa section Observations générales sur l’art d’écrire des lettres, mais après avoir vanté « la vivacité, la délicatesse, l’enjouement, l’agréable négligence, les grâces si naturelles et si piquantes du style enchanteur » de Mme de Sévigné et donc de manière comparative : « Madame de Maintenon pourrait plutôt servir de modèle pour la noble simplicité, l’élégance et la précision du style10. »

  • 11 Op. cit., p. 248. La lettre commence ainsi : « Madame, recevez, s’il vous plaît, mes très humbles (...)

4Dans un développement qui fait une assez large place aux citations, on ne trouve aucun extrait de l’épistolière, présente seulement comme destinataire d’une courte « lettre de remerciement » à elle adressée par le maréchal de Tallard11, visiblement retenue pour sa brièveté, Domairon estimant que « le sentiment se peint souvent dans un seul mot ».

  • 12 J’ai laissé délibérément de côté les Modèles de lettres de Philipon de La Madelaine, parus en 1761 (...)

5Il faut recourir12 au Nouveau Manuel épistolaire de Dom Louis-Mayeul Chaudon (1737-1817), contemporain des Principes de Domairon, pour rencontrer quelques citations des Lettres de Mme de Maintenon. Dans les Remarques générales sur le style épistolaire, que l’auteur reconnaît avoir tirées d’un volume de Principes de style paru en 1779, à propos du « style simple qui convient aux lettres » – dans lesquelles il faut bannir avec soin « les figures de rhétorique » ou du moins en user avec discernement –, sont citées quelques lignes destinées à illustrer l’emploi judicieux des épithètes, qui permet parfois de donner « au style épistolaire une vivacité surprenante » :

  • 13 Chaudon, Nouveau Manuel épistolaire renfermant, par ordre alphabétique, des modèles de lettres sur (...)

Je n’ai rien vu de si beau, de si bon, de si aimable, de si net, de si bien arrangé, de si éloquent, de si régulier, en un mot de si merveilleux, que votre lettre13.

6Il faut bien avouer que, placé après

[…] la chose la plus rare, la plus merveilleuse, la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe, la plus singulière, la plus extraordinaire, la plus incroyable, la plus imprévue, la plus grande, la plus petite, la plus rare, la plus commune, la plus éclatante, la plus secrète jusqu’à aujourd’hui, la plus brillante, la plus digne d’envie

  • 14 Op. cit., p. 7-9. Dans une note, Chaudon invite son lecteur à constater que « le prix [des marchan (...)

7de la fameuse lettre de Mme de Sévigné annonçant à Coulanges le mariage de Mlle de Montpensier avec Lauzun, le fragment fait assez pâle figure… Quelques pages plus loin, dans la section consacrée aux « lettres d’affaires », Chaudon reproduit une Lettre de Mme de Maintenon à Madame d’Aubigné, sa belle-sœur, sur ce qu’elle doit dépenser annuellement14. Le morceau consiste essentiellement en une série de listes et d’évaluations chiffrées, ce qui d’évidence n’en fait pas une illustration très marquante du talent de l’épistolière pour la lettre… Plus intéressante est, dans la section « lettres de bonne année », la missive adressée par la marquise à son frère pour l’exhorter à adopter une conduite mieux réglée :

Votre dissipation me perce le cœur ! séparez-vous des plaisirs ; ils coûtent toujours cent fois plus que les besoins… Pardonnez ce petit sermon à mon amitié. Je ne serai heureuse qu’autant que vous le serez, et vous ne le serez qu’autant que vous serez vertueux.

  • 15 Op. cit., p. 59. Cette lettre, datée de « Paris, le 3 janvier » dans l’édition, comporte, à l’endr (...)

8Privé d’un assez long passage – en fait, l’essentiel des conseils pressants de Mme de Maintenon au marquis d’Aubigné – à l’endroit des points de suspension15, le texte résonne avec une urgence pathétique très concentrée.

  • 16 Voir Pascal J.-N., « Diderot dans le Dictionnaire anti-philosophique de Dom Chaudon », dans Les En (...)
  • 17 Voir Magnan A., « Le Nouveau Manuel épistolaire de Chaudon et la correspondance de Voltaire », Dix (...)
  • 18 Chaudon, Nouveau Manuel épistolaire […], nouvelle édition augmentée d’un grand nombre de lettres qu (...)

9Sauf omission de ma part, ces trois citations sont les seules de l’édition princeps du Nouveau Manuel, dans lequel Voltaire et Jean-Jacques Rousseau – ce qui laisse rêveur, le compilateur étant un anti-philosophe très actif16 – se taillent la part du lion17. L’édition suivante, parue rapidement après la première18, en rajoute quelques-unes, mais les inventorier occuperait ici beaucoup trop de place. On retiendra donc, essentiellement, qu’entre la mise à disposition de ses Lettres en 1752 et les années de la Révolution, Mme de Maintenon semble avoir tardé à rejoindre significativement les auteurs considérés comme des modèles par les auteurs pédagogiques et les anthologistes.

  • 19 Lettres choisies de Mmes de Sévigné et de Maintenon, avec une préface et des notes par M. de Léviza (...)
  • 20 Lettres choisies de Mmes de Sévigné, de Grignan, de Simiane et de Maintenon, précédées de réflexio (...)
  • 21 Esprit de Mmes de Sévigné et de Maintenon, ou Choix de ce qu’il y a de plus piquant dans leurs let (...)
  • 22 Lettres de Mme de Maintenon, précédées de sa vie, nouvelle édition, augmentée de plusieurs lettres (...)
  • 23 Regnault-Warin, Madame de Maintenon, Paris, Frechet, 1806, 2 vol. Voir la contribution de Francesco (...)
  • 24 MmedeGenlis, Madame de Maintenon, pour servir de suite à l’histoire de la duchesse de La Vallière, (...)
  • 25 Voir Pascal J.-N., « Manuels et délimitation du champ littéraire dans les trente premières années (...)
  • 26 Delaplace Noël, Leçons françaises de littérature et de morale, douzième édition, Paris, Le Normant (...)

10Les choses vont rapidement changer à partir de 1800, avec l’apparition de choix de lettres faisant une large place à l’épistolière redécouverte par La Beaumelle, sans cependant qu’elle ait droit à une anthologie individuelle. Dans le premier en date (1800), un volume dû à l’abbé Jean-Pont-Victor Lecoutz de Lévizac19 (mort en 1813), émigré à Londres, elle partage l’affiche avec Mme de Sévigné. Dans celui qui est agrémenté des notes historiques de Philippe-Antoine Grouvelle20 (1757-1806), paru en 1810, on trouve, en plus d’une sélection de lettres de la marquise de Sévigné, des textes de sa fille et de sa petite-fille, auprès de ceux de Mme de Maintenon. Enfin, dans l’Esprit de Mesdames de Sévigné et de Maintenon21 (1819), bien évidemment, les deux marquises cohabitent. À la même époque, tandis que l’éditeur Léopold Collin, qui a entrepris de donner des éditions des épistolières des deux siècles précédents fait évidemment place à l’épouse morganatique de Louis XIV22 et que l’historien Jean-Joseph Regnault-Warin (1771-1844) lui consacre un gros livre23 – un roman historique assez étrange, à placer en regard de celui de Stéphanie-Félicité de Genlis (1746-1830), exactement contemporain24 – apparaissent les premiers véritables manuels anthologiques de littérature française, éléments essentiels dans la stratégie de rénovation de l’enseignement mise en œuvre par le Consulat et l’Empire comme dans la formation de la notion de classicisme25. Il n’est guère étonnant que ces ouvrages, organisés selon une répartition rhétorique et thématique, comportent des chapitres consacrés à « l’art de la lettre » et, au sein de ces derniers, des textes des épistolières du Grand Siècle. Le Noël et Delaplace, appelé à une extraordinaire carrière éditoriale entre 1804 et 1862 (au moins), insère ainsi, dans son volume consacré à la prose, deux lettres de Mme de Maintenon, l’« épître dédicatoire » destinée à placer sous la protection de Mme de Montespan les essais de traduction du jeune duc du Maine26, en 1678, et une missive sévère et moralisatrice adressée par l’épistolière à sa nièce, dont le dernier paragraphe est très caractéristique :

  • 27 Op. cit., t. I, p. 423. Voir les Lettres de Mme de Maintenon, s.l, s.n., 1758, t. II, no 27 des «  (...)

Je vous parle comme à une grande fille, parce que vous en avez l’esprit. Je consentirais de bon cœur que vous en eussiez moins, pourvu que vous perdissiez cette présomption ridicule devant les hommes, et criminelle devant Dieu. Que je vous retrouve, à mon retour, modeste, douce, timide, docile, je vous en aimerai davantage. Vous savez quelle peine j’ai à vous gronder, et quel plaisir j’ai à vous en faire27.

  • 28 Cours de littérature française extrait des meilleurs auteurs, par M. de Lévizac, Paris, Léopold Co (...)
  • 29 Op. cit., t. II, p. 478-479. Voir les Lettres de Mme de Maintenon, s.l, s.n., 1758, t. I, no 14, p (...)
  • 30 Op. cit., t. II, p. 479-480. Voir les Lettres choisies de Mesdames de Sévigné et de Maintenon, tro (...)
  • 31 Charles Berriat Saint-Prix, Nouvelles Leçons françaises de littérature et de morale ou Recueil de (...)
  • 32 Nouvelles Études françaises de Littérature et de morale, Recueil en prose et en vers de morceaux c (...)
  • 33 Op. cit., t. I, p. 15 : « On n’est malheureux que par sa faute. Ce sera toujours mon texte et ma r (...)

11Le Lévizac, qu’on ne sera pas étonné de retrouver ici et dont le libraire-éditeur est tout justement Léopold Collin, retient trois des lettres de Mme de Maintenon : à Ninon de Lenclos28 (8 mars 1668), à Madame Fouquet29 (sur la mort de son fils) et au roi lui-même30 (sur la mort de la reine). Le Berriat Saint-Prix, apparu assez tardivement pour concurrencer l’omniprésent Noël et Delaplace, propose quant à lui une lettre de la marquise à Mme de Veilhant qui contraste avec le corpus habituellement mobilisé par les pédagogues, puisqu’il s’agit d’une très vivante narration de voyage, qui date de l’époque du siège de Namur, en 169231. Enfin, pour nous en tenir à un échantillon restreint mais significatif, le Quibel, qui a l’originalité de s’ouvrir sur la section consacrée au genre épistolaire, reproduit deux lettres : celle de Mme de Maintenon à sa nièce32 que citaient déjà Noël et Delaplace et une autre à son frère33, qui ressemble beaucoup à celle qu’on trouvait dans le Nouveau Manuel de Chaudon.

  • 34 Leçons élémentaires sur la rhétorique, la littérature et la versification française, précédées d’u (...)

12Installée donc assez significativement dans les manuels anthologiques, Mme de Maintenon figure naturellement aussi dans différents ouvrages pédagogiques. On se limitera à quelques exemples, les relevés étant désormais bien plus abondants qu’à la fin du siècle précédent. Les Leçons élémentaires sur la rhétorique de l’abbé Henri-Joseph-Edme Burat (1812), à l’article Des lettres tant philosophiques que familières, après avoir rappelé que les Lettres de Mme de Sévigné « sont des modèles parfaits du style épistolaire », indiquent que « celles du comte de Bussy Rabutin et de Mme de Maintenon sont placées au second rang34 ». Dans ses Préceptes sur le style (1826), l’excellent Levasseur, au chapitre Du style épistolaire, joint aussi les deux marquises du Grand Siècle, dans un commentaire où éclate sa préférence pour la mère de Mme de Grignan :

  • 35 Préceptes sur le style et sur la composition en prose, par [François-Laurent, dit] Levasseur Franc (...)

Il est resté de ce siècle immortel des lettres de deux femmes qui vivront autant que notre langue : tout le monde a lu les lettres de Mme de Maintenon, et l’on ne peut se lasser de lire celles de Mme de Sévigné. Mais quelle différence entre ces deux femmes célèbres ! Les lettres de la première sont pleines d’esprit et de raison ; le style en est élégant et naturel, mais le ton en est sérieux et uniforme ; quelle grâce au contraire, quelle variété, quelle vivacité dans celles de Mme de Sévigné35 !

  • 36 Rhétorique française extraite des meilleurs écrivains anciens et modernes, suivie des règles de la (...)
  • 37 Traité classique de littérature, contenant les humanités et la rhétorique, par Grandperret C. L., (...)

13Quant à Charles Héguin de Guerle (mort en 1847), dans le volume de Rhétorique (vers 1835) de ses Principes généraux de Belles-Lettres – qui comportent aussi une Poétique et une Prosodie –, au paragraphe De la lettre et du style épistolaire, il ne manque par d’inclure Mme de Maintenon dans la liste des « auteurs qui offrent les plus parfaits modèles36 », tandis que Claude-Louis Grandperret (1791-1854), qui donne des indications sur les différents types de lettres dans son Traité classique de littérature (1816), lui fait place dans les lectures conseillées « pour se former un style épistolaire qui réunisse l’agrément et les convenances37 ».

  • 38 Cours de littérature ancienne, moderne et étrangère, à l’usage des jeunes personnes des deux sexes(...)

14Paradoxalement, s’agissant d’un auteur pédagogique féminin, le Cours de littérature (1815) d’Anne-Marie de Beaufort d’Hautpoul (1763-1837) est l’un des rares à ne pas citer, du moins dans son bref développement sur le genre épistolaire au temps de Louis XIV, le nom de Mme de Maintenon, qui n’apparaît que dans la section conclusive, intitulée Bibliographie des demoiselles et des jeunes dames, où est conseillée la lecture des Lettres de la marquise, dans l’édition en six volumes de 180638. En revanche, dans le Manuel complet du style épistolaire (1829) que Mme d’Hautpoul signe avec Félix Biscarrat – qui fut, on s’en souvient, le professeur d’un certain Victor Hugo –, on rencontre trois occurrences de Mme de Maintenon, objet d’abord d’une notice à la section Épistolaires français de la longue introduction (Du style épistolaire) de l’ouvrage. On citera seulement l’appréciation d’ensemble sur ses Lettres, qui recourt – la procédure est en train de devenir topique – à la comparaison avec Mme de Sévigné :

  • 39 Dans le Siècle de Louis XIV, chapitre XXVII.
  • 40 Nouveau Manuel complet du style épistolaire ou Choix de lettres puisées dans nos meilleurs auteurs (...)

Les lettres de Mme de Maintenon sont les meilleurs mémoires de cette femme célèbre : « Elles présentent », dit Voltaire39, « un caractère de naturel et de vérité qu’il est presque impossible de contrefaire ». Il ne faut pas y chercher le genre d’agrément qui distingue les lettres de Mme de Sévigné : cette dernière paraît causer plutôt qu’elle n’écrit ; elle aime à raconter et multiplie les récits. Mme de Maintenon fait peu de narrations ; elle se contente d’indiquer une anecdote que connaît son correspondant ; mais brève, claire et précise, elle se fait remarquer par des réflexions justes et profondes, que souvent l’auteur des Maximes n’aurait pas désavouées40.

15Les textes cités, quant à eux, sont, à la rubrique des Lettres de reproches, la lettre de Mme de Maintenon à son frère, que nous avons rencontrée dans le manuel de Quibel, et à celle des Lettres de condoléances, la lettre au roi, que reproduisait le Cours de littérature de Lévizac. Le Manuel épistolaire (1804) très antérieur de Louis Philipon de La Madelaine (1734-1818), remodelage d’un ouvrage paru dès 1761 sous le titre de Modèles de lettres sur différents sujets qui bénéficia d’une carrière éditoriale de plus d’un siècle, contient quant à lui une notice sur l’épistolière et d’assez nombreuses citations des Lettres. Voici l’appréciation générale :

  • 41 Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, ou instructions générales et particulières sur les di (...)

Ses lettres forment huit volumes : on peut les lire avec avantage, sans que l’on doive toujours en imiter la diction. Elles sont écrites d’un style pur ; mais sa manière est sévère. Si quelquefois elle sourit, c’est avec dignité. Son commerce épistolaire est moins celui d’une femme aimable qui joue avec sa pensée, que celui d’un homme en place qui pèse et calcule tout ce qu’il dit41.

  • 42 Voir p. 65-66, 110 (section « lettres de bonne année »), 156-157, 157 (lettres de condoléances), 1 (...)

16Ce manque évident de sympathie envers l’épouse morganatique de Louis XIV n’empêche pas Philipon de la citer à dix reprises, mais toujours sous forme brève et le plus souvent fragmentaire42, de sorte que la fonction de modèle attribuée à la citation se restreint le plus souvent à la suggestion d’une tournure ou à l’indication d’une formule.

  • 43 Hypothèse émise parce que l’auteur cite largement, comme s’il venait juste de les lire, au chapitr (...)
  • 44 Orthographe modernisée. Mise en forme un peu plus aérée que dans l’original autographe.

17J’en étais là, tout près de conclure que Mme de Maintenon, malgré ce renforcement évident de sa présence dans les ouvrages postérieurs à 1800, était en quelque sorte une mal aimée des pédagogues, qu’ils soient généralistes ou spécialisés, qu’ils disposent de l’espace pour la mentionner seulement ou pour la citer plus au long : difficile de contester qu’elle ne puisse pas rivaliser avec Mme de Sévigné ou avec Voltaire, même alors que celui-ci vient tout juste de disparaître ; difficile aussi de lui conférer un véritable statut de modèle, tant elle demeure minoritaire dans les corpus considérés. J’en étais là, dis-je, quand en m’efforçant de ranger le monceau de livres, le plus souvent inutiles, que j’avais déplacés et feuilletés pour ce maigre résultat, j’ai retrouvé le manuscrit d’un Cours de littérature inédit, en ma possession depuis plus de vingt ans et rédigé vraisemblablement peu après 182643 … Ce Cours de près de 200 pages in-12 (qui devait comporter un second cahier de même dimensions), soigneusement rédigé et mis au net probablement par un professeur pour une publication envisagée – il y a même une table des matières déjà préparée –, comporte un chapitre Des lettres et du style épistolaire extrêmement développé (39 pages d’une écriture très serrée), doublé d’un Appendice consacré à l’épître en vers (12 pages). Mme de Maintenon n’y occupe guère qu’une trentaine de lignes (folios 73 et 74), mais il m’a semblé plutôt intéressant de les reproduire in extenso44 : on y observera la procédure que suit ce collègue d’autrefois – une brève notice (qui doit beaucoup à Philipon de La Madelaine), un texte de longueur modérée qui sert, dans un troisième temps, à établir les règles qu’on a pu observer dans l’exemple –, qui pour ce qui le concerne et sur un point évidemment très particulier, donne aux Lettres de Mme de Maintenon un véritable rôle de modèle :

  • 45 Il s’agit de la neuvième notice sur les épistoliers, la première ayant été consacrée à Boileau, la (...)

[945] Mme de Maintenon, née à Niort en 1635, morte en 1719. Le recueil de ses Lettres fait 8 vol. in-12. Son style est pur et sévère, le fond de ses pensées sérieux, et semble calculé d’avance. On dirait qu’elle croyait écrire pour la postérité. Voici de cette femme célèbre une lettre de demande qui nous fournira les règles relatives à ce genre.

  • 46 Dans l’imprimé : Votre conseil. Il réglera…

À M. le Cardinal de Noailles
C’est toujours dans les mauvaises affaires qu’on a recours à vous, monseigneur, et en voici une qui m’embarrasse. Vous savez l’amitié que j’ai pour le duc de Richelieu. Il a exigé de moi plusieurs sollicitations contre Mme d Acigné. Je meurs de peur qu’il n’ait tort : j’aiderais donc à soutenir une injustice ? On me dit de tous côtés que c’en est une d’empêcher qu’elle ne soit tutrice de ses petits [rajouté dans l’interligne] - enfants. Donnez-moi votre avis. Je ne voudrais pas manquer à ce que [omis dans le manuscrit] je dois à mon ancien ami ; je voudrais encore moins manquer à ce que je dois à ma conscience. Votre conseil réglera46 ma conduite, sans vous compromettre, dût Mme d’Acigné m’accuser d’être injuste, ou M. de Richelieu m’accuser d’être ingrate…

  • 47 Lettres de Mme de Maintenon, s.l., s.n., 1758, t. IV, no 171 des « lettres à M. le cardinal de Noa (...)

Règles. La familiarité est bannie des lettres de ce genre, et même la gaîté. Il faut de l’adresse, afin de rendre favorable à nos prières la personne qui peut les exaucer. Il faut parler à son cœur, intéresser son amour-propre, faire valoir nos rapports avec elle, insister sur l’importance que vous attachez à la grâce demandée, peindre surtout la reconnaissance que vous en conserverez. Il n’y a que l’amitié qui puisse permettre un ton d’assurance, ou plutôt de confiance47.

Notes

1 Moustalon, Le Lycée de la jeunesse, ou les Études réparées, nouveau cours d’instruction à l’usage des jeunes gens de l’un et de l’autre sexe, et particulièrement de ceux dont les études ont été interrompues ou négligées, Paris, Servière, 1786, 2 vol. ; l’ouvrage connut plusieurs avatars et remaniements jusqu’aux années 1820.

2 Le cas le plus spectaculaire est celui de l’Essai de rhétorique française à l’usage des jeunes demoiselles, avec des exemples tirés, pour la plupart, de nos meilleurs orateurs et poètes modernes (Paris, Le Clerc, 1746), publié alors qu’il avait à peine vingt ans par l’avocat – bientôt historien et académicien, en raison de son appartenance au parti philosophique – Gabriel-Henri Gaillard (1726-1806) et appelé à une carrière éditoriale extraordinaire, au moins jusqu’aux années 1830.

3 Outre l’étude majeure de Caron Philippe, Des Belles-Lettres à la Littérature (Louvain et Paris, Peeters, 1992, « Bibliothèque de l’Information grammaticale ») voir Pascal J.-N., « Le statut de l’histoire littéraire dans l’enseignement secondaire à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles », dans L’Histoire littéraire et son enseignement, no spécial de L’École des Lettres, 1994.

4 L’abbé Batteux, en 1780, ouvre largement ses Chefs d’œuvre d’éloquence poétique aux auteurs tragiques vivants (voir Pascal J.-N., « La tragédie, cela sert notamment à enseigner la rhétorique », dans Théâtre et enseignement,XVIIe-XVIIIe siècles, éd. M.-E. Plagnol-Diéval, Créteil, Scérén-CRDP, 2003). Noël et Delaplace n’hésitent pas à insérer une pièce des Méditations poétiques de Lamartine dans leurs Leçons françaises de littérature et de morale deux ans après la parution du recueil (voir Pascal J.-N., « Pour fêter un bicentenaire : le Noël et Delaplace, premier manuel anthologique de littérature française », dans Orages, littérature et culture 1760-1830, no 4-2005).

5 Voir l’étude de MontfortHoward Catherine, Les Fortunes de Madame de Sévigné auXVIIe et auXVIIIe siècles, Tübingen, Gunter Narr et Paris, Jean-Michel Place, 1982, collection « Études littéraires françaises ».

6 Batteux, Cours de Belles-Lettres ou Principes de la Littérature, nouvelle édition, Desaint et Saillant, Durand, 1753, t. IV, 3e partie, 3e section, p. 271-273. Bien évidemment, cette formule se retrouve d’édition en édition. Voir les indications sur la destinée éditoriale des ouvrages de Batteux fournies par Sonia Branca-Rosoff dans son anthologie La Leçon de lecture, textes de l’abbé Batteux, Paris, Édition des Cendres, 1990.

7 L’Esprit de Mme de Maintenon, avec des notes, par l’auteur des Mémoires du chevalier de Kilpar, Paris, Durand neveu, 1771 (attribué à un nommé Montagnac par Barbier et le catalogue de la BnF).

8 Maintenoniana, ou Choix d’anecdotes intéressantes, de portraits, de pensées ingénieuses, de bons mots, de maximes morales, politiques, etc. tirés des Lettres de Madame de Maintenon, avec des notes historiques, critiques, etc. pour l’intelligence du texte, par M. B*** de B*** [Bosselman de Bellemont], Amsterdam, 1773 [en réalité, Paris, Costard]. Voir la contribution d’Huguette Krief au présent volume.

9 Formey, Principes élémentaires de Belles-Lettres, nouvelle édition augmentée par l’auteur, avec des Réflexions sur les spectacles, Amsterdam, Schneider, 1763, article XLV, no 626. Je ne connais pas l’édition princeps de cet ouvrage, absente apparemment du catalogue de la BnF. L’exemplaire numérisé de la Bibliothèque universitaire de Gand, disponible en ligne, est le même que celui (ex meis) que j’utilise.

10 Domairon, Principes généraux des Belles-Lettres, par Domairon M., professeur royal des Belles-Lettres à l’École militaire, de l’Académie de Béziers, Paris, Laporte, 1785, 2 vol. , t. I, p. 264. L’ouvrage, scindé en 1804 en une Rhétorique française et une Poétique française dans le cadre d’un Cours de Belles-Lettres dont ces volumes constituent respectivement la 1ère et la 2nde année, connaîtra une large diffusion, parfois remanié par d’autres mains, jusque dans les années 1830. On remarquera que Domairon était professeur à l’école militaire, institution pour laquelle Batteux entreprit lui-même son Cours d’études.

11 Op. cit., p. 248. La lettre commence ainsi : « Madame, recevez, s’il vous plaît, mes très humbles remerciements du mot que vous me fîtes l’honneur de me dire hier. » (voir les Lettres à Madame de Maintenon, nouvelle édition, s.l., s.n., 1758, t. VIII, no 31, p. 43.) Elle se trouve aussi (p. 522) dans le Nouveau Manuel épistolaire de Chaudon (voir ci-dessous).

12 J’ai laissé délibérément de côté les Modèles de lettres de Philipon de La Madelaine, parus en 1761, dont je parlerai plus loin à l’époque (1804) de la réfection qui leur donnera une grande diffusion.

13 Chaudon, Nouveau Manuel épistolaire renfermant, par ordre alphabétique, des modèles de lettres sur les différents sujets qui se présentent dans la vie, avec quelques avis sur le cérémonial qu’on doit y observer, Caen, Le Roy, 1785, p. XXIII. Le fragment est emprunté à l’attaque d’une lettre à Mme de Champigny, l’une des « Dames [chanoinesses] de Saint-Louis » (voir Lettres de Mme de Maintenon, nouvelle édition, Maestricht, Dufour et Roux, 1778, t. III, lettre 42, p. 187-188).

14 Op. cit., p. 7-9. Dans une note, Chaudon invite son lecteur à constater que « le prix [des marchandises] a doublé en cent ans ». Le texte reproduit doit être celui de l’édition de 1752, tronqué. En 1758, La Beaumelle restitue le début manquant et explique en note qu’il aurait volontiers retranché le texte s’il n’avait pas « craint qu’un libraire ne recueillît des minuties » pour produire une édition « plus complète » concurrente de celle qu’il donne (Lettres de Mme de Maintenon, s.l., s.n., 1758, t. I, lettre 55, p. 166-170).

15 Op. cit., p. 59. Cette lettre, datée de « Paris, le 3 janvier » dans l’édition, comporte, à l’endroit des points de suspension, le passage suivant (Lettres de Mme de Maintenon, s.l., s.n., 1758, t. I, lettre I à M. d’Aubigné, p. 82-83) : « Soyez délicat sur le choix de vos amis ; votre fortune et votre salut dépendent également des premiers pas que vous ferez dans le monde. Je vous parle en amie. Appliquez-vous à votre devoir. Aimez Dieu. Soyez honnête homme. Prenez patience ; et rien ne vous manquera. Madame de Neuillant m’a souvent répété ces conseils ; et je m’en suis jusqu’ici bien trouvée. Adieu, mon cher frère. »

16 Voir Pascal J.-N., « Diderot dans le Dictionnaire anti-philosophique de Dom Chaudon », dans Les Ennemis de Diderot, dir. Chouillet A.-M., Paris, Klincksieck, 1993.

17 Voir Magnan A., « Le Nouveau Manuel épistolaire de Chaudon et la correspondance de Voltaire », Dix-huitième siècle, numéro spécial Lumières et Révolution, 1974. Le savant critique signale que L’Année littéraire, dans sa recension de l’ouvrage de Chaudon, suggère à l’auteur d’intituler une prochaine édition Manuel épistolaire ou Lettres de Voltaire.

18 Chaudon, Nouveau Manuel épistolaire […], nouvelle édition augmentée d’un grand nombre de lettres qui n’avaient pas encore vu le jour, Caen, Le Roy, 1787, 2 vol.

19 Lettres choisies de Mmes de Sévigné et de Maintenon, avec une préface et des notes par M. de Lévizac, Londres, Dulau and Co, 1800 ; une deuxième édition parut rapidement en France (Paris, Dufour, an XI-1803) et le volume – « adopté pour les lycées et écoles de France » – connut ensuite de nombreuses réimpressions, au moins jusque dans les années 1830.

20 Lettres choisies de Mmes de Sévigné, de Grignan, de Simiane et de Maintenon, précédées de réflexions de M. l’abbé de Vauxcelles, et accompagnées de notes historiques de M. Grouvelle, Paris, Bossange et Masson, 1810, 2 vol. ; ce choix connut lui aussi une longue carrière éditoriale. Comme Grouvelle, l’abbé Simon-Jérôme de Vauxcelles (1733-1802) était mort avant la publication de ce livre, qu’on peut donc supposer avoir été confectionné par une autre main.

21 Esprit de Mmes de Sévigné et de Maintenon, ou Choix de ce qu’il y a de plus piquant dans leurs lettres, Paris, Saintin, 1819, 2 vol. ; nouvelle édition en 1824. Je signale que les gravures en frontispice de ces deux volumes représentent respectivement Mme de Sévigné et Louis XIV et Mlle de La Vallière … et que les lettres de Mme de Maintenon représentent à peine les deux tiers du tome II.

22 Lettres de Mme de Maintenon, précédées de sa vie, nouvelle édition, augmentée de plusieurs lettres inédites, Paris, Léopold Collin, 1806, 6. vol ; Collin publie aussi, la même année, les Lettres inédites de Mme la Princesse des Ursins à M. le Maréchal de Villeroi, suivies de sa Correspondance avec Mme de Maintenon, et précédées d’une Notice biographique sur la vie de Mme des Ursins.

23 Regnault-Warin, Madame de Maintenon, Paris, Frechet, 1806, 2 vol. Voir la contribution de Francesco Schiariti au présent volume.

24 MmedeGenlis, Madame de Maintenon, pour servir de suite à l’histoire de la duchesse de La Vallière, Paris, Maradan, 1806, 2 vol. Voir la contribution de Lesley Walker au présent volume.

25 Voir Pascal J.-N., « Manuels et délimitation du champ littéraire dans les trente premières années du XIXe siècle : le cas des Leçons de littérature et de morale de Noël et Delaplace », dans Constitution du champ littéraire, limites, intersections, déplacements, dir. Chiron Pierre et Claudon Francis, « Cahiers de philosophie de l’Université de Paris 12-Val de Marne », no 5, Paris, L’Harmattan, 2008.

26 Delaplace Noël, Leçons françaises de littérature et de morale, douzième édition, Paris, Le Normant père, 1823, t. I, p. 415-416. J’ai choisi de citer cette édition déjà tardive d’un manuel apparu en 1804 pour rendre plus pertinente la comparaison avec d’autres ouvrages utilisés plus loin. Voir les Lettres de Mme de Maintenon, s.l, s.n., 1758, t. I, no 36, p. 56-59 ; la lettre est datée de 1677.

27 Op. cit., t. I, p. 423. Voir les Lettres de Mme de Maintenon, s.l, s.n., 1758, t. II, no 27 des « lettres à diverses personnes », p. 199-201. Le manuel opère quelques coupures dans le texte, daté du 11 mai 1693.

28 Cours de littérature française extrait des meilleurs auteurs, par M. de Lévizac, Paris, Léopold Collin, 1807, t. II, p. 477-478 : « Votre approbation me console de la cruauté de mes amis… » Mme de Maintenon a perdu récemment son époux, le poète et dramaturge Scarron. Voir les Lettres de Mme de Maintenon, s.l, s.n., 1758, t. I, no XXI, p. 35-36 (8 mars 1666 – 1668 dans le manuel).

29 Op. cit., t. II, p. 478-479. Voir les Lettres de Mme de Maintenon, s.l, s.n., 1758, t. I, no 14, p. 23-24 (4 septembre 1659).

30 Op. cit., t. II, p. 479-480. Voir les Lettres choisies de Mesdames de Sévigné et de Maintenon, troisième édition, revue et corrigée, Paris, Dufour, 1805 p. 348. Je signale que Mme de Maintenon figure aussi au t. I de cet énorme ouvrage méconnu en quatre volumes, pour son long Avis à Madame la Duchesse de Bourgogne (p. 452-457).

31 Charles Berriat Saint-Prix, Nouvelles Leçons françaises de littérature et de morale ou Recueil de morceaux choisis dans les meilleurs écrivains français des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, ouvrage classique à l’usage des collèges et des institutions, pour servir de suite aux Leçons françaises de MM. Noël et Delaplace, Paris, Brunot-Labbé et Selligue, 1828, t. I, p. 361-362. Voir les Lettres choisies de Mesdames de Sévigné et de Maintenon, troisième édition, revue et corrigée, Paris, Dufour, 1805 p. 348-349 (1er juin 1692). Mme de Veilhant est une des Dames de Saint-Cyr.

32 Nouvelles Études françaises de Littérature et de morale, Recueil en prose et en vers de morceaux choisis dans les plus célèbres auteurs des deux derniers siècles et dans la littérature contemporaine, avec des préceptes extraits des meilleurs professeurs, par A. M. Q**, Lyon, Gilberton et Brun, 1836, t. I, p. 14. Le compilateur de l’ouvrage est l’abbé Anthelme-Marie Quibel, auquel on en doit bien d’autres de cette sorte – souvent invisibles dans les catalogues des bibliothèques – à destination des collèges religieux.

33 Op. cit., t. I, p. 15 : « On n’est malheureux que par sa faute. Ce sera toujours mon texte et ma réponse à vos lamentations… » Voir les Lettres de Mme de Maintenon, précédées de sa vie par M. L. S. Auger, seconde édition, Paris, Tardieu Denesle, 1815, t. I, no 7 des « lettres au comte d’Aubigné », p. 250-252 (sans date).

34 Leçons élémentaires sur la rhétorique, la littérature et la versification française, précédées d’un petit Abrégé des participes, ouvrage adopté par M. le Grand Chancelier de la Légion d’honneur pour les Maisons royales, par M. l’abbé Burat, ancien membre de l’Université, deuxième édition, revue, corrigée et beaucoup augmentée, Paris, Eymery, 1823, article XII, p. 147.

35 Préceptes sur le style et sur la composition en prose, par [François-Laurent, dit] Levasseur Francis, ancien principal de collège, Paris, Maurice, 1826, t. II, p. 476.

36 Rhétorique française extraite des meilleurs écrivains anciens et modernes, suivie des règles de la narration, de la description et du style épistolaire, par Héguin de Guerle C., professeur au lycée Louis-le-Grand, Paris, Pigoreau, s.d., p. 272.

37 Traité classique de littérature, contenant les humanités et la rhétorique, par Grandperret C. L., de la Société royale académique des sciences de Paris, du Cercle littéraire de Lyon, ex-professeur de rhétorique, chef de l’Institution St-Clair, à Lyon, huitième édition, Lyon, Rusand, 1834, t. I, p. 122. Ce manuel bénéficia d’une belle carrière éditoriale.

38 Cours de littérature ancienne, moderne et étrangère, à l’usage des jeunes personnes des deux sexes, par Mme la Comtesse d’Hautpoul, troisième édition, revue, corrigée et augmentée, Paris, Bossange, 1830, t. II, p. 329.

39 Dans le Siècle de Louis XIV, chapitre XXVII.

40 Nouveau Manuel complet du style épistolaire ou Choix de lettres puisées dans nos meilleurs auteurs, précédé d’instructions sur l’art épistolaire et de notices biographiques, par Biscarrat M. F., professeur, et Mme la Comtesse d’Hautpoul, nouvelle édition augmentée, Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1841, p. 123. L’ouvrage connut plusieurs réimpressions entre 1829 et 1858 au moins.

41 Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, ou instructions générales et particulières sur les divers genres de correspondance, suivies d’exemples puisés dans nos meilleurs écrivains, cinquième édition, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Ferra jeune et Delaunay, 1816, p. 80-81. La première édition était parue chez Capelle et Renand, à Paris, en 1804, l’ouvrage d’origine sous son titre initial (Modèles de lettres sur différents sujets), Bruyset-Ponthus, Lyon, 1761. On relève des réimpressions jusque dans les années 1870.

42 Voir p. 65-66, 110 (section « lettres de bonne année »), 156-157, 157 (lettres de condoléances), 186 (réponses aux lettres de demande), 201 (lettres de remerciement), 245 (lettres d’affaires), 262 (lettres sérieuses et morales), 330 (lettres familières et badines) et 348 (lettres de nouvelles).

43 Hypothèse émise parce que l’auteur cite largement, comme s’il venait juste de les lire, au chapitre des fables, les traductions de Don Juan Maury (Espagne poétique, choix de poésies castillanes depuis Charles-Quint jusqu’à nos jours, mises en vers français, Paris, Mongie l’aîné, 1826, 2 vol.).

44 Orthographe modernisée. Mise en forme un peu plus aérée que dans l’original autographe.

45 Il s’agit de la neuvième notice sur les épistoliers, la première ayant été consacrée à Boileau, la huitième à Fontenelle, sans considération de la chronologie.

46 Dans l’imprimé : Votre conseil. Il réglera…

47 Lettres de Mme de Maintenon, s.l., s.n., 1758, t. IV, no 171 des « lettres à M. le cardinal de Noailles », p. 225 (à St-Cyr, 10 août). La lettre comporte un paragraphe supplémentaire sur un mandement du cardinal, que le roi a lu et corrigé.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site