Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Quatrième partie. Appréhensions et répressions des clandestinités urbaines

Des loisirs innocents ?

La police des mœurs lycéennes à Saint-Pétersbourg et dans les villes russes au début du xxe siècle

Benjamin Guichard

Termini per la ricerca

Mots clés :

marginalité

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 Anatole Leroy-Beaulieu, L’Empire des tsars et les Russes, Paris, Robert Laffont, 1991, [1881], p. (...)

« On se prête des livres défendus, on les copie à l’insu de ses maîtres, on se cotise pour en acheter, et peu à peu on est lié par un secret commun et compromettant. La crainte des espions ou des délateurs fait qu’on se jure silence, et, plus la police est ombrageuse, plus on se sent solidaire. Avec de telles habitudes, les amitiés des jeunes gens deviennent facilement de la complicité : ce sont des chaînes souvent difficiles à briser. Là même où il n’y a pas à proprement parler de société secrète, il y en a tous les éléments. C’est ainsi, à l’abri même des lois contre la liberté de la pensée, que se développe chez les jeunes gens l’esprit révolutionnaire sous sa forme la plus pernicieuse1. »

  • 2 Georg Simmel, Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, [1908], p. 3 (...)

1Les cercles estudiantins décrits par Anatole Leroy-Beaulieu dans sa fresque sur L’Empire des tsars et les Russes semblent obéir aux mécanismes de solidarité et de protection au sein des sociétés secrètes analysés pat Georg Simmel2. Cependant là où le sociologue allemand leur donne une existence positive mais précaire face à la puissance de l’État, Leroy-Beaulieu considère ces réseaux occultes moins comme des groupes organisés que comme le résultat inévitable et durable d’une législation répressive. Il reproche à la censure d’être contre-productive puisqu’elle implique, pat son absurdité, une transgression constante de l’interdit par les individus et conduit le pouvoir à fabriquer sa propre opposition. Les simples amis deviennent ainsi complices et les pratiques sociales qui échappent au contrôle basculent dans la conjuration. Cette perspective invite à analyser la clandestinité non pas du point de vue de ses acteurs, comme une stratégie de dissimulation ou de résistance, mais du point de vue des agents de l’État. Les pratiques sociales qui échappent au contrôle, en raison de leur caractère transgressif, de leur complexité ou de leur autonomie, sont qualifiées par l’appareil répressif de clandestines sans pour autant avoir un caractère nécessairement occulte ou secret. La police de la jeunesse des écoles permet d’analyser les ressorts de la catégorisation des comportements clandestins par les organes de contrôle de la Russie tsariste, en insistant sur les formes d’appropriation de l’espace urbain pat les différentes catégories de la population.

  • 3 Wladimir Bérélowitch, « La révolution dans les gymnases russes de la fin du xixe siècle à 1925 », (...)
  • 4 Wladimir Bérélowitch, « L’école russe en 1914 », Cahiers du monde russe et soviétique, 1978, 19/3, (...)
  • 5 Mihajl Členov, Polovaâ perepis’ Moskovskogo studenčenstva i eê obŝestvennoe značenie [Recensement (...)

2Les lycéens se distinguent à la fois par le fait qu’ils constituent une classe d’âge et appartiennent à un milieu social privilégié et urbain. La croissance très rapide du nombre d’établissements et d’élèves au cours des premières années du xxe siècle, où les lycéens des deux sexes passent entre 1904 et 1914 de 194 000 à 556 0003, permet une relative démocratisation du recrutement : les fils de nobles, de fonctionnaires ou du clergé, base traditionnelle du recrutement, ne représentent plus qu’un tiers des effectifs à la veille de la Première Guerre mondiale. Cependant cette diversification profite surtout aux habitants des villes : chez les garçons, les jeunes paysans représentent en 1914 seulement 20 % des effectifs, tandis que les enfants de marchands, d’artisans et des autres classes modestes des villes constituent 45 % du public des gymnases4. Ces lycées classiques sont conçus comme une propédeutique aux études universitaires et ne s’inscrivent pas dans la continuité de l’enseignement élémentaire. Ainsi, en 1904, à Moscou, si tous les étudiants avaient été scolarisés dans le secondaire, 70 % d’entre eux n’avaient jamais fréquenté l’école primaire et reçu tout ou partie de leur éducation élémentaire à domicile5. Les étudiants et les lycéens se confondent en termes sociologiques, mais leurs différences d’âge et de statut les distinguent socialement. Si les étudiants jouissent d’une relative autonomie par rapport à la tutelle parentale, ils sont depuis la fin du xixe siècle l’objet d’une surveillance pointilleuse en raison de leur activisme révolutionnaire.

  • 6 Laura Engelstein, The Keys to Happiness. Sex and the Search for Modernity in Late Tsarist Russia, (...)
  • 7 John William Daly, The Watchful State. Security Police and Opposition in Russia, 1906-1917, DeKalb (...)

3À l’inverse, la jeunesse des élèves des lycées leur donne un statut de minorité qui légitime un contrôle de leur comportement réclamé par les familles, les autorités scolaires et les forces de l’ordre pour des raisons morales plus que politiques6. Le limogeage en 1913 du responsable de la police secrète à Saint-Pétersbourg, en raison du scandale provoqué par son choix de recruter des informateurs politiques parmi les lycéens, permet de souligner cette distinction7.

4Cependant, la surveillance des adolescents est difficile à mettre en œuvre dans un contexte marqué par une urbanisation accélérée, des tensions politiques accrues et une diversification de la culture urbaine qui altèrent les segmentations sociales et facilitent le développement d’une sous-culture adolescente. La marge d’autonomie dont jouissent les lycéens pour se soustraire au regard des adultes est systématiquement stigmatisée dans le discours tenu par les autorités et la presse, comme le montre l’écho spectaculaire à la fin des années 1900 d’une rumeur soupçonnant les élèves des gymnases d’une vie sexuelle secrète et intense organisée sous la forme de « Ligues de l’amour libre ».

5L’analyse de ce fantasme collectif permet d’illustrer les formes de sociabilité de la jeunesse des lycées qui lui ont donné prise. Les stratégies développées pour contrôler les mœurs des adolescents dans l’espace public urbain seront ensuite étudiées à travers la réglementation relative à l’encadrement des élèves du secondaire hors de leur domicile et du lycée. Les normes de cette « surveillance extrascolaire » permettent ainsi d’éclairer les stéréotypes sur les dangers de la ville et leurs liens avec la criminalisation des loisirs lycéens.

La dénonciation des mœurs lycéennes : les « Ligues de l’amour libre »

  • 8 Stepan Skitalec, « Ogarki. Tipy russkoj bogemy » (Les bouts de chandelles. Types de la bohème russ (...)
  • 9 Cette géographie est reconstituée à partir des revues de presse rassemblées par les autorités du D (...)
  • 10 Par exemple Vece, titre d’extrême-droite, annonce le 27 novembre 1907 l’apparirion à Saint-Pétersb (...)

6Entre le printemps 1907 et l’été 1908, la presse russe se fait l’écho d’une rumeur qui devient progressivement une affaire politique. Différents journaux de province, repris par la presse pétersbourgeoise et moscovite, s’alarment d’informations révélant que la jeunesse des lycées développe une sexualité précoce et débridée dans le cadre de sociétés clandestines. Les appellations de ces groupements varient d’une ville à l’autre, mais les deux noms les plus fréquents sont ceux de « Ligue de l’amour libre » et de « Société des bouts de chandelles » (Ogarki), cette dernière expression reprenant le titre d’une nouvelle à succès racontant les péripéties d’un groupe de jeunes marginaux8. Ces deux appellations soulignent l’élément récurrent des descriptions de ces réseaux clandestins de lycéens : entrés en contact par l’échange de livres érotiques, les membres se rassemblent dans des lieux secrets où ils s’alcoolisent à la lumière de chandelles et, lorsque celles-ci finissent par s’éteindre, ils profitent de l’obscurité pour se livrer à des orgies sexuelles. La rumeur se concentre sur différentes villes provinciales de l’Empire : Orel en Russie centrale, Perm’ dans l’Oural, Minsk, Kiev et plusieurs autres villes ukrainiennes puis Riga9. Aucune organisation n’est formellement identifiée dans les capitales mais la presse moscovite et pétersbourgeoise fait un large écho à ces rumeurs et n’hésite pas à établit des suppositions concernant une prochaine contamination des deux principales villes du pays10.

  • 11 GARF 102/116/1621, f. 47. Circulaire secrète du Département de la police du 14 juillet 1908.
  • 12 Otto Boele, « Iz dostatončogo kompetentnogo istočnika. Mif o ligah svobodnoj lûbvi v gody bezvre-m (...)
  • 13 Archives historiques d’État de Russie (Rossijskij Istoričeskij Gosudarstvennyj Arhiv, RGIA) : 776/ (...)

7Le Département de la police au sein du ministère de l’Intérieur, alerté par l’engouement des journaux et les rapports des autorités locales, lance des enquêtes sur ces allégations. La surveillance des individus cités et la vérification des sources des journalistes interrogés n’aboutissent à aucun résultat concret et les autorités du ministère concluent de façon formelle que toutes ces informations constituent une rumeur infondée qu’il s’agit de dissiper11. Toutefois, cette affaire reste remarquable par la rapidité avec laquelle la rumeur est diffusée dans l’ensemble de la Russie d’Europe, par l’attention que l’appareil d’État accorde à ces allégations et par le poids de cet épisode dans l’opinion publique. Otto Boele a méticuleusement analysé les raisons du succès de cette légende urbaine12. Il a identifié les différents ressorts fantasmatiques qu’elle amalgamait et qui garantissaient son écho dans la presse et l’opinion : éléments de la culture révolutionnaire nihiliste des années 1860, image des cierges issue des sectes religieuses de l’orthodoxie et emprunts aux stéréotypes de l’école comme prison, développés dans la littérature de la fin du xixe siècle. Les lycéens réagissent à ces allégations sous forme de pétitions et de lettres aux journaux et s’approprient ainsi cette légende. Témoignages de la sensibilité de l’opinion à ce sujet, vingt-et-une pièces exploitant le thème de l’amour libre parmi des lycéens ou des adolescents sont interdites par la censure théâtrale entre 1908 et 191213.

  • 14 GARF : 102/116/1621, f. 2v. Rapport du gouverneur d’Orel, 24 août 1907.

8La volonté de démystification des rumeurs véhiculées par la presse s’accompagne chez les autorités policières d’une logique de dénonciation. À Orel, par exemple, le gouverneur souligne que la morale publique est mise à l’épreuve par le spectacle des « promenades en couples de jeunes gens, bras dessus bras dessous jusqu’à une heure avancée de la nuit dans les jardins et les allées sombre14 ». Les différents acteurs s’accordent pour conclure à une nette dégradation des mœurs lycéennes en insistant sur le rôle des loisirs de la jeunesse. Le ministre de l’Instruction publique Švarc dénonce ainsi :

  • 15 Ibidem, f. 41v, rapport du 19 juin 1908.

« Si on ajoute [au développement de la littérature pornographique] le fait que dans les villes des cinémas ont surgi à chaque pas, qui séduisent le public par toute sorte de sujets scabreux et vicieux et attirent un grand nombre d’élèves des écoles, des deux sexes de surcroît, si on rappelle jusqu’à quel degré de cynisme sont allées parfois les représentations théâtrales qui misaient tout leur succès sur l’excitation des sens et si l’on y ajoute les illustrations vicieuses, voire ouvertement pornographiques, que l’on trouve sur les cartes postales vendues à un prix modique accessible aux bourses des écoliers, on comprend alors l’influence corruptrice que tous ces facteurs doivent avoir sur la jeunesse des écoles15. »

9Les autorités scolaires et policières saisissent le développement de la rumeur sur les Ligues de l’amour libre pour réformer le fonctionnement du contrôle disciplinaire dans les établissements scolaires. Les revendications lycéennes de l’année 1905-1906 avaient en effet contraint le régime à des concessions libérales sur lesquelles il souhaitait revenir.

Une police des mœurs lycéennes : la « surveillance extra-scolaire »

  • 16 « Pravila dlâ učenikov gimnazij i progimnazij vedomstva Ministerstva Narodnogo Prosveŝeniâ » (Règl (...)

10Les établissements scolaires, parce qu’ils étaient le vivier du recrutement universitaire avaient déjà servi de laboratoire aux contre-réformes réactionnaires qui avaient suivi les ouvertures libérales du début des années 1860 avec l’abolition du servage et les réformes de la justice et de la censure. En 1874, une réglementation pointilleuse en soixante-douze articles réglementait ainsi le comportement des élèves au sein de l’établissement et en dehors16. Dans la rue, les élèves sont obligés, en toutes circonstances, de porter un uniforme boutonné jusqu’au col qui fait figurer en évidence, sur le képi et les épaulettes, le numéro de l’établissement qu’ils fréquentent. Le contrôle de l’interdiction qui leur est faire de fumer, fréquenter les débits de boissons, certains types de commerce ou les salles de spectacle sans autorisation scolaire est ainsi facilité. Les lectures au sein des établissements scolaires sont rigoureusement contrôlées : les ouvrages étrangers aux programmes sont bannis et les échanges entre élèves interdits. Des précepteurs désignés parmi les enseignants sont chargés, après les heures de cours, d’inspecter les pensions et les lieux de loisirs pour veiller au respect de ces règles. Une note de conduite est attribuée à chaque élève, comptabilisée dans le certificat de fin d’études donnant accès à l’université.

  • 17 Patrick L. Alston, Education and the State in Tsarist Russia, Stanford U.P., 1969, p. 161 et 264.
  • 18 Wladimir Bérélowitch, « La révolution dans les gymnases. », article cité, p. 12-14.
  • 19 Ibidem, p. 7.
  • 20 Circulaire du 26 novembre 1905. Žurnal ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, février 1906, I, p. 86.
  • 21 Circulaire du 27 janvier 1906. Ibidem, avril 1906, I, p. 28.
  • 22 Circulaire du 27 janvier 1906. Ibid., avril 1906, I, p. 28.
  • 23 Circulaire du 26 novembre 1905. Ibid., février 1906, I, p. 88.

11Cette législation qui donne à l’école des fonctions de surveillance est très impopulaire et fait l’objet d’une contestation ouverte au cours de l’année 1905 par le personnel enseignant17, les élèves et leurs parents18. Le régime sévère de la discipline scolaire favorise ainsi la diffusion chez les lycéens de « cercles » informels de camarades organisés autour de la lecture de livres non autorisés, imités des pratiques d’étudiants dont Anatole Leroy-Beaulieu nous a donné la description. Les élèves de Voronej proclament ainsi en février 1905 : « Organisez-vous en cercles, lisez, instruisez-vous malgré l’école, en dehors d’elle19. » Pour apaiser le climat des lycées, mettre fin aux grèves et aux occupations de locaux, le nouveau ministre I. I. Tolstoï abolit ce système de contrôle extrascolaire en supprimant le port obligatoire de l’uniforme en dehors du lycée20 et la note de conduite21, organise la participation des parents à la vie des établissements22 et donne aux autorités de chaque école le soin de rédiger leur propre règlement intérieur pour remplacer les normes de discipline édictées par le ministère23.

12Le phénomène des « Ligues de l’amour libre » s’inscrit donc dans un contexte où le régime disciplinaire des établissements scolaires a été fortement bouleversé. Parallèlement, la suppression de la censure préventive au début de l’année 1906 a favorisé l’essor d’une presse à grand tirage et le développement des entreprises de spectacle dans les grandes villes. Le cliché d’une jeunesse érotomane, que véhicule la rumeur des « Ligues de l’amour libre », légitime aux yeux de l’administration la restauration d’un régime disciplinaire sévère dans les établissements pour pallier les insuffisances de la censure et du contrôle parental. Le ministre de l’Instruction publique prend ainsi parti en juin 1908 pour la restauration d’une surveillance des lycéens dans l’espace urbain :

  • 24 GARF : 102/116/1621, 41-43. Rapport du ministre Švarc, 19 juin 1908.

« Les élèves, qui rencontraient peu d’autorité et d’influence positive au sein de la famille [...], ont fait leur éducation dans la rue, devant les vitrines des magasins, dans les cinémas, dans les soirées dansantes douteuses et nous avons désormais le résultat devant nous. Il faut ajouter que les parents d’élèves, aveuglés par la politique, se sont prononcés dans les assemblées de parents contre « la surveillance policière » des élèves en dehors de l’école et ont demandé à la prendre en charge eux-mêmes24 »

  • 25 Ibid., f. 47 pour la circulaire du 14 juillet 1908, f. 147-244 pour les réponses.

13Le département de la police, avec le soutien du ministère de l’Instruction publique, invite au cours de l’été 1908 les autorités provinciales à étudier avec les services académiques la mise au point de nouvelles formes de surveillance extrascolaire des lycéens25. Les réponses adressées à l’administration centrale permettent de dresser un tableau des mesures de surveillance des lycéens introduite par les autorités locales dans les différentes villes de l’Empire.

Des usages sexuels et clandestins de l’espace urbain

  • 26 Circulaire du 26 juillet 1907. Žurnal ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, octobre 1907, I, p. 58.

14La nouvelle réglementation innove par l’attention scrupuleuse qu’elle porte aux procédures de contrôle des loisirs lycéens dans l’espace urbain et la mobilisation de la police dans ces tâches de surveillance. Au port de l’uniforme en dehors du lycée, restauré dès la rentrée 190726, s’ajoute désormais l’obligation d’être muni d’une carte de lycéen dont n’importe quel agent de police peut demander le contrôle. Dans les différentes régions de l’Empire, la réglementation reprend les dispositions du code de 1874 qui interdisait la fréquentation des débits de boisson et contrôlait la fréquentation des théâtres, même si le mode de contrôle du répertoire varie d’une ville à l’autre. La topographie des lieux interdits fait surgir de nouveaux espaces de transgression qui reflètent la diversification des loisirs et du spectacle dans les villes russes : cabarets et cafés concerts, parcs de divertissements et scènes ouvertes dans les jardins publics. Localement, des lieux plus inattendus sont cités : fumeries et salles de thés dans les régions méridionales, milk-bars dans les régions occidentales, confiseries à Saint-Pétersbourg, gares de chemins de fer, clubs sportifs et hôtels. En Asie centrale, il est même formellement interdit aux lycéens de s’asseoir sur les bancs publics. À première vue, la réglementation isole des lieux qui favorisent le brassage social.

15Des restrictions supplémentaires apportées à la circulation dans l’espace urbain permettent d’affiner l’analyse. Des mesures de couvre-feu sont ainsi souvent introduites : interdiction de fréquenter les pâtisseries et restaurants après 18 heures ou 20 heures, prohibition des promenades nocturnes, dans l’ensemble de la ville ou dans certaines artères, comme le quai du Palais à Saint-Pétersbourg, rendez-vous prisé des noctambules à la saison des nuits blanches.

16De même, les villes qui autorisent la fréquentation des cinémas en prohibent strictement l’accès en soirée. À une échelle plus fine, certaines réglementations établissent des subdivisions spatiales des lieux publics : les jardins publics sont autorisés, sauf aux abords des scènes ouvertes et aux heures de spectacle, la fréquentation des gares est autorisée à l’occasion d’un voyage à l’exception du buffet. À Saint-Pétersbourg, les lycéens peuvent s’aventurer dans un restaurant mais en aucun cas dans les alcôves et cabinets particuliers que proposent certaines arrière-salles. Les théâtres de répertoire classique donnent lieu à une législation particulièrement riche et détaillée qui s’explique par le statut ambigu de ce loisir, à la fois distraction pédagogique et zone de danger. Les bars des théâtres sont ainsi des zones proscrites ainsi que les coulisses, tandis que jeunes garçons et jeunes filles sont systématiquement séparés, les premières étant confinées aux loges et les jeunes gens à l’orchestre. Par ailleurs, les chaises des premières rangées leur sont systématiquement interdites, sans doute par crainte d’offrir une vue trop précise de l’anatomie des artistes.

  • 27 Natalia Lebina., Mikhaïl Škarovskij, Prostituciâ v Peterburge : 40e gg. XIXogo v. - 40e gg. XXogo (...)
  • 28 Kerope Petrovitch Patkanov, « Imâ im legion. » V topkom bolote : iz žizni zagarodnogo restorana(...)
  • 29 Â.M. Čerkez, Svobodnye raby (Esclaves en liberté), pièce censurée le 20 février 1908. RGIA : 776/2 (...)
  • 30 Tajna stoličnoj portnihoj (Le secret d’une couturière de la capitale), pièce censurée le 28 novemb (...)
  • 31 Vladimir.I. Farmakovskij, « Uspehi ŝkol’noj gigieny i sanitarii » [Les succès de l’hygiène et de l (...)

17Cet exemple des théâtres souligne le poids des considérations morales sexuelles dans cet encadrement des lycéens – il s’agit d’éviter que les sorties parascolaires permettent une mixité entre les sexes refusée avec force par les autorités académiques, une occasion de consommer de l’alcool en se fondant dans la foule des spectateurs ou la vision détaillées de corps dénudés. La même obsession se trouve dans les mesures de couvre-feu : les promenades nocturnes sont associées au flirt tandis que les séances du soir des cinémas sont souvent réservées au « répertoire parisien », nom donné aux films érotiques et légers. Parallèlement, les pâtisseries, salles de thé et autres commerces en apparence innocents sont à cette époque des lieux privilégiés, fantasmés ou réels, du proxénétisme, identifiés par les travaux sur la prostitution dans les villes russes appuyés sur les archives de la police27. Les manuscrits théâtraux confisqués par la censure théâtrale développent également ce cliché d’une prostitution clandestine réfugiée dans les arrières salles de restaurant28, les alcôves des cafés-concerts29 ou les boutiques de modistes30. On trouve des échos de cette volonté d’encadrement absolue du rapport des lycéens à la sexualité jusque dans les analyses des architectes scolaires. Par souci d’hygiène, ces derniers prônent la généralisation de toilettes individuelles dans les gymnases de garçons mais insistent sur la nécessité d’apposer sur la porte de chaque cabine un œilleton à une hauteur accessible aux seuls adultes « pour permettre la surveillance31 ».

  • 32 Joan Neuberger, Hooliganism : Crime, Culture and Power in Saint-Petersburg (1900-1914), Berkeley, (...)
  • 33 GARF : 102/116/1621, f. 14. Rapport du 28 avril 1908.

18Les formes de transgressions désignées par cette réglementation de la surveillance extrascolaire ne sont pas spécifiques aux pratiques de loisirs des lycéens mais dessinent une topographie criminelle de la ville associée à l’alcool et à la sexualité clandestine. Ces lieux de transgressions ne sont cependant pas identifiables dans une géographie générale de la ville isolant les bas-fonds et les quartiers respectables car les commerces louches sont abrités dans les magasins et les salles de spectacle des avenues respectables. Lieu du pouvoir, de la visibilité et de la légitimité, le centre des villes abrite ainsi des pratiques transgressives, sexuelles ou criminelles associées à l’illégalité et à la dissimulation. Cette ambiguïté d’une topographie du crime qui ne respecterait plus les ségrégations sociales et géographiques de la ville est un lieu commun des discours du début du siècle où la figure du hooligan incarne physiquement la violence des mélanges de genre créés par le développement accéléré des grandes villes32. Dans un contexte de démocratisation de l’accès à l’enseignement, les lycéens prolongent cette image d’une élite menacée par l’effacement des barrières sociales. Le responsable de la police de Perm’ explique ainsi la dissolution des mœurs de la jeunesse des écoles par le fait que « la population lycéenne en majorité est constituée d’enfants de paysans, de petits-bourgeois, de marchands et de petits artisans qui vivent en promiscuité avec la population débauchée des fabriques33 ». Les autorités dénoncent ainsi des pratiques de loisirs jugées indignes de la jeunesse cultivée. La police des mœurs lycéennes cherche donc à pallier l’impuissance de la censure à séparer les divertissements « pour le peuple » des distractions de l’élite.

L’impossible contrôle des lycéens dans la ville

  • 34 Mihajl Členov, op. cit., p. 35.
  • 35 Confession sexuelle d’un anonyme russe, Paris, Allia, 1994 (édition originale : 1926), p. 114. On (...)
  • 36 Seuls 11 % des étudiants interrogés par Členov étaient internes. Op. cit., p. 41.
  • 37 Reč’ 11 septembre 1908.

19La réforme de la surveillance extrascolaire en 1908 répondait aux rumeurs propagées sur les mœurs lycéennes afin de prévenir les transgressions et les dissimulations facilitées par le paysage urbain. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure les pratiques déviantes signalées en creux par cette législation correspondaient à des réalités sociales pour les lycéens du début du siècle. Les étudiants moscovites interrogés en 1904 par le médecin Členov sur leurs pratiques sexuelles accordent une place importante aux plaisirs de la ville dans la découverte du désir et leurs premiers émois. 49,4 % désignent ainsi des pratiques mises à l’index par les règlements de la surveillance extrascolaire : simple spectacle de la rue (16,8 %), lectures pornographiques (15,5 %) et illustrations (8 %), alcool (5,4 %) ou théâtre (3 %)34. L’anonyme russe qui offre le récit de sa jeunesse tourmentée dans les Études de psychologie sexuelle de Krafft-Ebing raconte qu’il séduisait les lycéennes à la sottie des cours et sur les boulevards avant de consommer l’acte à son domicile et notait : « Nous avions une liberté de mouvement aussi complète que celle des grandes personnes35. » De fait, de nombreux lycéens logeaient en ville, chez un parent ou dans des appartements partagés par plusieurs jeunes gens. Ce type de logement était beaucoup plus économique pour les familles que l’internat qui ne concernait qu’une petite minorité d’élèves36. En dépit du caractère pointilleux de la surveillance extra-scolaire, l’espace de la ville s’avérait donc peu contrôlé. En outre, le statut social des lycéens compliquait leur encadrement pat la police : dans plusieurs villes, les parents d’élèves s’émeuvent que leurs enfants soient harcelés par des agents qui réclament à tout bout de champ de contrôler les cartes de lycéens et exigent que seuls les officiers les plus gradés y soient autorisés37.

  • 38 Vladimir Farmakovskij, art. cité, p. 208-209.
  • 39 GARF : 102/69/74, f. 108. Circulaire préfectorale du 29 novembre 1913.
  • 40 Edgar Morin, La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, 1982, [1969], p. 44.

20Les équipements publics qui concentrent l’attention de la police des mœurs lycéennes ne sont donc pas un véritable refuge pour les lycéens qui cherchent à échapper au regard de l’autorité parentale et scolaire : les adolescents du début du siècle semblent disposer, dans l’anonymat de la rue ou leurs chambres d’une autonomie importante. La législation sur le contrôle des lieux de loisirs lycéens révèle donc surtout une perception hostile de la ville. La topographie de la transgression se concentre en effet sur des espaces à la fois fermés, échappant au contrôle social et policier de la rue, mais ouvert à tous, permettant des regroupements incontrôlés. On retrouve cette inquiétude aussi bien chez le médecin scolaire Farmakovskij, ardent défenseur du contrôle extrascolaire, que chez les autorités policières. Le premier note que l’on ne peut lutter contre les conversations scabreuses des lycéens « étant donné que les attroupements dans les toilettes prennent une forme de club38 » alors que le préfet de Saint-Pétersbourg s’alarme du grand nombre de jeunes gens qui s’assemblent dans les foyers des cinémas où « l’on peut se retrouver pour des discussions à bâtons rompus » échappant à toute forme de surveillance efficace39. Ces lieux sont dangereux pour la police des lycéens car ils permettent, dans l’espace public, d’échapper au contrôle social. A l’instar des cabines d’essayage qui sont accusées de dissimuler les réseaux de la traite des Blanches dans la rumeur d’Orléans étudiée par Edgar Morin40, ce sont des espaces « mal clos », jouant de façon ambiguë sur la dissimulation et la publicité, qui attisent le fantasme de clandestinité.

  • 41 Deux textes, politiquement opposés, qui développent cette analyse rencontrent un très large écho : (...)

21La rumeur sur les ligues de l’amour libre s’explique par un contexte politique et social hostile à la jeunesse aux lendemains de l’échec des événements de 1905. La transformation du militantisme politique d’une jeunesse à la fois privilégiée et contestataire en une course hédoniste aux plaisirs individuels méprisant les valeurs établies et l’intérêt collectif est stigmatisée aussi bien dans les milieux radicaux que dans les secteurs de l’opinion les plus hostiles à la révolution41. La rumeur sur les « Ligues de l’amour libre » favorise le fantasme d’une conjuration pour expliquer cette évolution de la jeunesse. Cette interprétation s’explique bien sûr par un contexte politique marqué par le terrorisme et l’obsession de la révolution. Mais plus largement, la complaisance des autorités à développer la figure de la transgression clandestine révèle l’écart qui sépare les logiques catégorielles du contrôle policier et la réalité d’une culture urbaine qui bouscule les hiérarchies sociales et culturelles. La complexité de la police des mœurs lycéennes élaborée en 1908 trahit ainsi les limites d’une législation paternaliste et policière d’encadrement des loisirs lycéens dans la ville.

Note

1 Anatole Leroy-Beaulieu, L’Empire des tsars et les Russes, Paris, Robert Laffont, 1991, [1881], p. 820.

2 Georg Simmel, Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, [1908], p. 379-381.

3 Wladimir Bérélowitch, « La révolution dans les gymnases russes de la fin du xixe siècle à 1925 », Cahiers du monde russe et soviétique, 1986, 37/1, p. 5.

4 Wladimir Bérélowitch, « L’école russe en 1914 », Cahiers du monde russe et soviétique, 1978, 19/3, p. 291. La part d’enfants paysans est cependant plus forte dans les écoles de jeunes filles.

5 Mihajl Členov, Polovaâ perepis’ Moskovskogo studenčenstva i eê obŝestvennoe značenie [Recensement sexuel des étudiants de Moscou et sa signification sociale], Moscou, Studenčeskaâ medicinskaâ izdatel’skaâ komissiâ, 1909, p. 40-41. L’enquête porte sur un peu plus de la moitié des 4 000 étudiants de la ville.

6 Laura Engelstein, The Keys to Happiness. Sex and the Search for Modernity in Late Tsarist Russia, Princeton, Princeton U.P., 1996, [1992], p. 215-298 ; Susan K. Morrissey, Heralds of Revolution. Russian Students and the Mythologies of Radicalism, Oxford, Oxford, U.P., 1998, p. 127-154.

7 John William Daly, The Watchful State. Security Police and Opposition in Russia, 1906-1917, DeKalb, Northern Illinois U. P., 2004, p. 140.

8 Stepan Skitalec, « Ogarki. Tipy russkoj bogemy » (Les bouts de chandelles. Types de la bohème russe), Sbornik tovarŝiestva Znanie za 1906 g., vol. X, 1906.

9 Cette géographie est reconstituée à partir des revues de presse rassemblées par les autorités du Département de la police (Archives d’État de la Fédération de Russie, Gosudarstvennyj Arhiv Rossijskoj Federacii, désormais désignées GARF), article 102/116/1621.

10 Par exemple Vece, titre d’extrême-droite, annonce le 27 novembre 1907 l’apparirion à Saint-Pétersbourg d’un groupe intitulé « Cueille l’instant présent » (Lovi moment).

11 GARF 102/116/1621, f. 47. Circulaire secrète du Département de la police du 14 juillet 1908.

12 Otto Boele, « Iz dostatončogo kompetentnogo istočnika. Mif o ligah svobodnoj lûbvi v gody bezvre-meniâ » (De source sûre... Le mythe des ligues de l’amour libre dans les années noires), Novoe literaturnoe obozrenie, 57, 2002, p. 144-162.

13 Archives historiques d’État de Russie (Rossijskij Istoričeskij Gosudarstvennyj Arhiv, RGIA) : 776/26/27 à 776/26/31.

14 GARF : 102/116/1621, f. 2v. Rapport du gouverneur d’Orel, 24 août 1907.

15 Ibidem, f. 41v, rapport du 19 juin 1908.

16 « Pravila dlâ učenikov gimnazij i progimnazij vedomstva Ministerstva Narodnogo Prosveŝeniâ » (Règles pour les élèves des gymnases et progymnases relevant du Ministère de l’Instruction publique), Žurnal ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, juin 1874, section I, p. 168-180.

17 Patrick L. Alston, Education and the State in Tsarist Russia, Stanford U.P., 1969, p. 161 et 264.

18 Wladimir Bérélowitch, « La révolution dans les gymnases. », article cité, p. 12-14.

19 Ibidem, p. 7.

20 Circulaire du 26 novembre 1905. Žurnal ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, février 1906, I, p. 86.

21 Circulaire du 27 janvier 1906. Ibidem, avril 1906, I, p. 28.

22 Circulaire du 27 janvier 1906. Ibid., avril 1906, I, p. 28.

23 Circulaire du 26 novembre 1905. Ibid., février 1906, I, p. 88.

24 GARF : 102/116/1621, 41-43. Rapport du ministre Švarc, 19 juin 1908.

25 Ibid., f. 47 pour la circulaire du 14 juillet 1908, f. 147-244 pour les réponses.

26 Circulaire du 26 juillet 1907. Žurnal ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, octobre 1907, I, p. 58.

27 Natalia Lebina., Mikhaïl Škarovskij, Prostituciâ v Peterburge : 40e gg. XIXogo v. - 40e gg. XXogo V. (La prostitution à Saint-Pétersbourg des années 1840 aux années 1940), Moscou, Progress-Akademiâ, 1994, p. 40-56.

28 Kerope Petrovitch Patkanov, « Imâ im legion. » V topkom bolote : iz žizni zagarodnogo restorana (« Son nom est légion. » Dans le marais fangeux : scènes d’un restaurant des faubourgs), pièce censurée le 8 janvier 1907, RGIA : 776/26/26, f.9.

29 Â.M. Čerkez, Svobodnye raby (Esclaves en liberté), pièce censurée le 20 février 1908. RGIA : 776/26/27, f. 48.

30 Tajna stoličnoj portnihoj (Le secret d’une couturière de la capitale), pièce censurée le 28 novembre 1906. RGIA : 776/26/25, f. 255.

31 Vladimir.I. Farmakovskij, « Uspehi ŝkol’noj gigieny i sanitarii » [Les succès de l’hygiène et de la médecine scolaires], Žurnal ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, juin 1912, III, p. 209.

32 Joan Neuberger, Hooliganism : Crime, Culture and Power in Saint-Petersburg (1900-1914), Berkeley, University of California Press, 1993, 324 p. ; Hubertus Jahn, « Der St. Petersburger Heumarkt im 19. Jahrundert. Metamorphosen eins Stadtviertels », Jahrbucher fur Geschichte Osteuropas, 1996/44, 2, p. 162-177 ; Roshannah Sylvester, « Cultural Transgressions, Bourgeois Fears : Violent Crime in Odessas Central Entertainment District », ibidem, 4, p. 503-522.

33 GARF : 102/116/1621, f. 14. Rapport du 28 avril 1908.

34 Mihajl Členov, op. cit., p. 35.

35 Confession sexuelle d’un anonyme russe, Paris, Allia, 1994 (édition originale : 1926), p. 114. On trouve un témoignage similaire chez Mihail Ageev, Roman avec cocaïne, Paris, coll. « 10-18 », 1998, p. 15-81.

36 Seuls 11 % des étudiants interrogés par Členov étaient internes. Op. cit., p. 41.

37 Reč’ 11 septembre 1908.

38 Vladimir Farmakovskij, art. cité, p. 208-209.

39 GARF : 102/69/74, f. 108. Circulaire préfectorale du 29 novembre 1913.

40 Edgar Morin, La Rumeur d’Orléans, Paris, Seuil, 1982, [1969], p. 44.

41 Deux textes, politiquement opposés, qui développent cette analyse rencontrent un très large écho : Dmitrij Žbankov, « Polovaâ prestupnost’ » [La criminalité sexuelle], Sovremennyj mir, 1909, 7, II, p. 54-91 ; Alexandre S. Izgoev, « Ob intelligentnoj molodeži : zametki ob ee byte i nastroeniâh » (De la jeunesse intellectuelle : notes sut ses mœurs et son état d’esprit), Vehi. Intelligenciâ v Rossii, Moscou, Molodaâ Gvardiâ, 1991, [1909], p. 185-208.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540