Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Quatrième partie. Appréhensions et répressions des clandestinités urbaines

Momus janséniste

Clandestinité religieuse et conquête de l’opinion dans le Paris du xviiie siècle

Henri Duranton

Entradas de índice

Mots clés :

marginalité

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 À une exception près, celle d’Annette Keilhauer qui dans sa thèse Das französische Chanson im spät (...)

1Cette communication s’assigne pour objectif d’établir un lien entre deux domaines d’investigation historique, également connus et bien explorés, mais que jusqu’à présent on a peu songé à mettre en interaction : la production versifiée à finalité satirique d’une part, la littérature janséniste de l’autre1. Ce qui d’ailleurs se conçoit aisément : que peuvent avoir en commun, sinon le fait d’être également interdits et poursuivis avec persévérance par une police omniprésente, l’austère doctrine des Pascal et autres solitaires de Port-Royal, et la frivole revue des turpitudes de la cour ? La distance est si grande qu’elle paraît frapper de cécité ceux qui ont pu s’intéresser à un des volets de ce diptyque incongru.

2Commençons donc par une courte présentation séparée avant d’explorer d’éventuelles convergences.

  • 2 On ne peut que renvoyer pour preuve aux dix volumes de la grande anthologie d’Emile Raunié, Recuei (...)

3Appelée au xviiie siècle presque indifféremment vaudeville, chanson, poème, voire désignée d’une vague périphrase (« quelques vers qui... »), la littérature de l’ombre peut se targuer d’une belle ancienneté, depuis les lointains canards du xvie siècle ou les fameuses mazarinades qui ont pullulé pendant la Fronde. Souterraine parce que davantage traquée pendant le règne du Roi-Soleil, elle s’épanouit au temps des Lumières2, plus encore sous le grand jour de la Révolution. Trouvant son domaine de prédilection dans le commentaire sarcastique de l’actualité politique et dans la chronique scandaleuse, elle est une constante de la vie publique. Pas un événement ne lui échappe, pas une maîtresse royale qu’elle ne crible de ses traits. Les changements de ministre l’intéressent, les frasques de l’élite aristocratique la passionnent, elle qui prête si volontiers aux personnalités en vue une vie sexuelle mouvementée.

  • 3 On en trouvera une illustration particulièrement éclairante dans l’analyse d’un cas précis proposé (...)

4Elle est partout et nulle part, pour autant qu’il est presque impossible de la saisir sous sa forme première, un autographe d’auteur. On dispose au mieux d’un chiffon de papier passé et repassé de main en main, sur lequel s’inscrit un texte maintes fois recopié et souvent modifié3. On croit la bien connaître parce que tout le monde en parle, mais quand il s’agit d’en retrouver l’origine, on vit les mêmes affres que la police du temps qui s’épuise à vouloir remonter la chaîne des transmissions pour tenter, en vain, d’atteindre un hypothétique auteur. Le chercheur moderne, lui aussi, sera réduit à la traquer dans les mentions qui en sont faites dans les nouvelles à la main, dans les rapports de police, dans les correspondances, auprès des mémorialistes enfin.

5La ductilité de ces petits textes versifiés, l’économie de leur transmission est le plus sûr gage de leur clandestinité. En des temps de forte mémoire, ce n’est certainement pas un exploit de retenir une épigramme, voire quelques couplets, surtout quand, cas très fréquent, ils ont le support d’un air à la mode. Ils sont par nature presque insaisissables. Tout au plus pourra-t-on arrêter le porteur du moment que, faute de mieux, on s’emploiera à châtier. L’acharnement de la police royale à surveiller et punir cette forme de littérature spontanée sera à la mesure de son exaspération impuissante.

  • 4 Elle est par exemple la grande absente des vieux classiques de Funck-Brentano, Les nouvellistes (1 (...)

6Quant à l’historien d’aujourd’hui, il devra se contenter des recopies qui en ont été faites par les amateurs du temps. Certes de nombreux « chansonniers » proposent des collections systématiques fort commodes qui épinglent ces fragments de littérature fugitive comme ailleurs on le fait de papillons. Mais on ne peut guère espérer aller plus loin. Les moyens indirects utilisés avec succès par la recherche historique récente s’avèrent inopérants s’agissant d’une production écrite qui ne passe pas par l’édition, fut-elle clandestine, qui se contente d’un support minimum et qui ne paraît pas faire l’objet d’un commerce. Elle n’est pas rédigée dans des officines clandestines ; elle n’est pas non plus multipliée par des équipes de copistes comme dans le cas de nouvelles à la main, ce qui laisse à la police l’espoir de fructueuses saisies. Le poème satirique surgit brusquement, se propage comme une épidémie, sans auteur ni relais. Il se lit, se chante, se recopie. Bref il est, jeu de mots significatif, comme l’air du temps. L’évidence de sa présence, sa diabolique efficacité, fait qu’il est paradoxalement comme absent des études qui se consacrent aux formes de la clandestinité4. Il se confond avec les mauvais propos, les rumeurs, dont il est le calque. Forme élaborée pourtant, forcément individualisée à l’origine, car il a bien fallu que quelqu’un s’y mette, transforme en vers ce qui n’était que murmure informel. Or ce moment de la transmutation échappe à l’observateur.

  • 5 De l’abondante bibliographie sur la question, on détachera les travaux récents de Dale Van Kley, L (...)

7Les productions jansénistes, autre littérature condamnée à la clandestinité, s’avèrent pour d’autres raisons tout aussi insaisissables. En dépit de condamnations réitérées, de sévères mesures répressives, d’enquêtes obstinées sur le terrain, jamais les sbires du lieutenant général de police ne sont parvenus à tarir le flot des publications favorables à la cause. Malgré quelques saisies d’exemplaires ou de presses, les fameuses Nouvelles ecclésiastiques ont réussi à paraître sans interruption de 1728 à 1801, au nez et à la barbe de la censure. Leur système de diffusion, fondé sur une séparation hermétique des divers maillons de la chaîne, sert encore de modèle pour toute clandestinité bien organisée. Il a été depuis longtemps décortiqué, grâce pour une part aux auteurs mêmes, pas mécontents de faire ce pied de nez à leurs poursuivants5.

  • 6 Exemples dans Taveneaux, op. cit., p. 240.

8Notre propos n’est pas d’en détailler les arcanes, encore moins de se perdre dans les subtilités d’une théologie complexe. Nous ne retiendrons que l’esprit qui anime cette activité souterraine. L’élite dirigeante janséniste a très tôt compris, s’inspirant de l’inégalable modèle des Provinciales de Pascal, la nécessité de se faire connaître pour mieux se justifier devant l’opinion publique et gagner de nouveaux fidèles. Et pour cela de ne pas craindre d’utiliser tous les procédés de la propagande, d’avoir recours sans sourciller à l’outrance ou à la mauvaise foi. Avec pour objectif ultime, parfaitement délibéré, d’étendre son audience au-delà de l’univers lettré. Comme d’autres avant nous l’ont déjà observé, les Nouvelles ecclésiastiques sont dans le siècle la seule publication d’importance à se faire l’écho d’une parole populaire. Il n’est si modeste fidèle qui ne puisse être le héros d’un fait divers rapporté dans le périodique. On narrera par le menu les épreuves subies à l’heure de la mort par tel zélateur de la cause à qui on a refusé les derniers sacrements parce qu’il ne voulait pas signer de rétractation solennelle. Ou on détaillera, transmis d’un lointain village, les péripéties d’une altercation entre un public de fidèles campagnards et un trop zélé prédicateur moliniste venu distiller son poison. La doctrine se veut accessible à tous et accepte tous les genres pourvu qu’ils soient efficaces, dans une grande stratégie de vulgarisation. Par exemple encore, place sera faite au besoin à l’iconographie, ce vecteur privilégié à destination du public illettré6.

  • 7 Preuve indirecte, mais qui parait probante. Les chansonniers, dans une majorité écrasante, sont co (...)

9On aura retenu de ce trop court rappel que les deux mouvements évoqués ont la clandestinité pour dénominateur commun, et même une clandestinité urbaine, disons même mieux, parisienne. Certes, la diffusion peut s’étendre au-delà de la capitale, par le biais des correspondances et des nouvelles à la main pour la première, par la lecture des Nouvelles ecclésiastiques pour la seconde, qui elles-mêmes utilisent des réseaux provinciaux pour la collecte des informations dont s’alimente le périodique. En revanche le journal est rédigé et imprimé à Paris, de même semble-t-il que l’essentiel des libelles jansénistes qui inondent le marché. Quant aux écrits satiriques, ils se diffusent dans le public populaire parisien, pour la bonne raison que leurs thèmes d’inspiration, la vie politique et la chronique scandaleuse, fleurissent sur le terreau de Versailles7.

  • 8 Ou dans les termes de la Déclaration royale du 16 avril 1757 : « Tous ceux qui seront convaincus d (...)

10Tous deux partagent le sort des publications condamnées à maintes reprises en termes identiques : « Sont prohibés tous livres qui blessent la religion, l’État et les mœurs8. » A ce titre, ils peuvent être rapprochés d’autres formes de littérature interdite, telles que la pornographie, la critique politique ou la Philosophie. D’ailleurs les auteurs des uns et des autres sont indistinctement arrêtés lors des coups de filet de la police et ensemble envoyés à la Bastille, où les mêmes condamnations les attendent.

11Mais dans le cas présent, il y a plus, qui n’a que rarement été observé, c’est l’éventuel recouvrement de ces deux genres d’écrits qu’en apparence tout oppose, tant sur le fond (querelles religieuses, théologie intemporelle/actualité politique, potins graveleux) que sur la forme (libelle voire traité/chanson, pièce rimée).

12De fait, les stratèges jansénistes n’ont pas dédaigné de détourner la poésie légère de sa fonction première. Loin de s’en tenir aux formes éprouvées de la controverse théologique, leur propagande entend par le rire continuer la lutte contre des ennemis désignés avec passion : le pape, sa bulle Unigenitus, les jésuites.

  • 9 Ainsi le manuscrit 3134 de l’Arsenal qui ne recueille que des pièces d’inspiration janséniste.

13Les témoignages en sont innombrables, avec pour acmé la période qui s’étend de 1713 (proclamation de la Bulle) à 1762 (suppression des jésuites), ce qui ne veut pas dire qu’on n’en trouverait pas des manifestations avant comme après. Pour en mesurer l’exacte ampleur, il conviendrait de procéder à un relevé minutieux des divers chansonniers qui se comptent par dizaines un peu partout dans les bibliothèques parisiennes et qui tous, à des degrés divers, accueillent ce genre de pièces. Il en est même qui sont plus spécifiquement destinés à leur collecte9. Mais la simple consultation du Chansonnier compilé au siècle dernier par Émile Raunié en fournirait déjà des preuves à foison.

14À titre d’illustration, on se limitera ici à un seul corpus, qui présente le double avantage d’être bien délimité dans le temps et de se constituer en genre littéraire spécifique. Nous voulons parler des calottes, cette forme très originale d’écrits satiriques dont la mode s’étend à peu près de 1720 à 1740, soit de la fin de la régence de Philippe d’Orléans au ministère du cardinal de Fleury. De quoi s’agit-il ?

  • 10 Définition reprise de notre article : « Quand le rire s’enrégimente. La très joyeuse et très vérid (...)

« On appelle calotte une pièce en vers, presque toujours octosyllabiques, de dimensions assez restreintes, où un feint jugement d’un imaginaire tribunal de la Calotte intronise dans la confrérie, évidemment contre son gré, une personnalité qui s’est illustrée par une sottise mémorable ou un travers reconnu, le tout étant placé sous le signe de Momus, dieu du rire et de la moquerie, rituellement invoqué en début de poème10. »

  • 11 Elle porte sur six éditions et environ quarante chansonniers et recueils divers, tous presque excl (...)
  • 12 Dans ces recueils consacrés aux calottes peuvent se glisser des documents qui n’en sont pas formel (...)

15Le genre de la calotte, d’origine quelque peu incertaine, est né à la cour de Versailles, dans un milieu de militaires désœuvrés, qui se seraient divertis à prolonger une plaisanterie initiale. Trois d’entre eux, qui ne doivent qu’à cela d’être passés à une modeste postérité, Aymon, puis Torsac et enfin Saint-Martin auraient été successivement élus à la tête de ce régiment burlesque. Dans la suite des temps le procédé fut repris par des gens de lettres, heureux apparemment de pouvoir renouveler quelque peu les procédés de la satire. Ces littérateurs, un Gacon, un Roy, pour ne nommer que les plus actifs, en ont fixé la forme définitive. La calotte, initialement rédigée en prose, devient octosyllabique et s’assigne un déroulement quasi immuable. C’est à ce stade qu’elle a été, à l’occasion, détournée de sa fonction première par des poètes jansénistes, sur lesquels on ne sait rien, pas un nom n’ayant transpiré. Sur les quelque 500 poèmes calotins répertoriés au terme d’une vaste enquête11, entre un quart et un tiers sont le reflet de cette intense activité partisane, ce qui autorise une vision d’ensemble assez satisfaisante des procédés de la propagande janséniste. Les échantillons qui suivent ont pour ambition d’en donner une idée succincte12.

  • 13 BnF, MS Fds. Fr. 12665, p. 31-72. Pour ne pas alourdir les notes, à chaque fois nous ne ferons qu’ (...)

16Comme il était à prévoir, un certain nombre de ces écrits satiriques se placent sur un plan doctrinal, pour dire la bonne parole, et encore plus souvent pour dénoncer la mauvaise. En témoignerait un curieux document fait d’éléments hétéroclites, dont la longueur étonne dans une pratique qui se caractérise en général plutôt par sa brièveté. Le titre explicatif, lui-même déjà interminable, en est révélateur13 :

Calotte pour le Cardinal de Fleury, où l’on lui propose des Essais de dogmes en prose et de catéchisme en vers, à l’usage du Régiment de la Calotte, à l’effet qu’en qualité de surintendant de la théologie de ce Régiment, il se conforme à ces dogmes et à ce catéchisme pour l’instruction des calotins.

17Sous cette dénomination se propose une étrange marchandise, un salmigondis théologique mêlant prose et vers, adoptant les formes littéraires et rhétoriques les plus diverses ; parodies du pesant style judiciaire ou octosyllabes sautillants s’y confondent allègrement.

18Tantôt, un peu à la manière des Provinciales, on feint de donner la parole à l’adversaire moliniste, lui laissant proférer les plus scandaleuses propositions, qui sont ensuite regroupées en un « corps de doctrine » soigneusement numéroté.

19Ainsi on fera dire au très jésuite Père Cabrespine :

20Art. 3 - Pour en être quitte du commandement d’aimer Dieu, il suffit de ne le point haïr.

21Ou, généreusement attribué aux Pères Escobar et Enriquez :

22Art. 18 — Quand on serait coupable de tous crimes des damnés, il suffit de s’être confessé, avec promesse au confesseur de se corriger, pour communier aussitôt après cette confession.

23En un autre endroit, sera proposé un Catéchisme de la Calotte, adoptant la forme classique par Demande et Réponse, ce qui donnera par exemple :

Sur l’amour de Dieu
D. Est-on obligé d’aimer Dieu ?
R. De par notre Saint Père
Ce précepte honni
N’est plus qu’une chimère.
Et toute la cabale
Qui veut qu’on aime Dieu
Par la bulle papale
N’a plus ni feu ni lieu.
D. à quoi donc nous oblige le précepte de l’amour de Dieu ?
R. Il faut que dans notre âme
Il ne soit point haï ;
Mais de l’aimer, trédame,
C’en serait trop pour lui [...].

  • 14 Mémoires pour servir à l’histoire de la calotte, 1732, III, 92.

24Et il en va ainsi par dizaines de lignes, centaines de vers. Le texte a connu son heure de succès, puisqu’on le retrouve sagement recopié dans de nombreux recueils. Il n’empêche, le procédé demeure relativement exceptionnel, comme si la propagande janséniste avait fait sienne le précepte de son contemporain Voltaire, selon qui tous les genres sont bons, hors le genre ennuyeux. Bien plus souvent donc sont privilégiées des formes plus ramassées et pat là plus percutantes. Plutôt que de démontrer pesamment article après article le supposé laxisme des décrets émanés du pape, on dira en un quatrain assassin14 :

Rome, je connais bien qu’il faut te dire adieu,
Si de vivre en chrétien, l’on veut avoir la gloire.
Une bulle déjà nous défend d’aimer Dieu,
Une autre pourrait bien nous défendre d’y croire.

25Pour un maximum d’efficacité, la dispute théologique s’incarne dans une actualité, se simplifie en un objet, ici la Bulle Unigenitus et l’injonction d’y adhérer sans discussion. La calotte privilégie le commentaire d’événements récents, rapporte des faits, des noms dont elle entend imposer une vision déformée pour les besoins de la cause.

  • 15 Paris, BHVP, MS 664, P265r-268r.

26Il n’est pas d’épisode marquant dans la séculaire lutte du jansénisme contre les pouvoirs en place, et surtout contre l’ennemi jésuite, qui n’ait trouvé sa traduction versifiée. Par exemple ce que les Nouvelles ecclésiastiques ont baptisé le « brigandage d’Embrun ». A l’instigation de Fleury, Tencin, futur cardinal, présida en sa ville à un concile destiné à briser la résistance de Soanen, évêque de Senez, figure respectée de l’épiscopat janséniste. Au terme d’une réunion d’ecclésiastiques tout dévoués à la cause constitutionnaire, l’obstiné prélat fut exilé pour le reste de sa vie dans l’abbaye de la Chaise-Dieu au cœur de l’Auvergne. En riposte, toute une campagne de presse fut orchestrée pour dénoncer ce scandale qui voyait un vénérable prêtre condamné par un intrigant aux mœurs plus que suspectes. On chanta d’une part les vertus de l’exilé et plus encore on se déchaîna contre son adversaire. Solennellement lui fut décerné un Brevet de primat de la Louisiane — allusion transparente à ses « agiotages » à l’occasion du Système de Law — que l’on trouve recopié partout. Ailleurs, il est intronisé Surintendant de la théologie de la calotte, ce qui était supposé lui permettre de le prendre de haut avec son adversaire15 :

De ma surintendance,
Je t’écris, Soannot,
Pour t’imposer silence.
Aussi, ne dis plus mot.
Tencin par sa science
A fait voir tes abus.
Ça donc, obéissance
Et ne raisonne plus.

  • 16 BM Lille, MS 65, p. 156-157.

27Prétention burlesque qu’un autre texte aussitôt dément (Calotte sur M. Tencin, évêque d’Embrun) qui ainsi débute16 :

Après avoir tancé Soanen,
Te voilà donc tancé, Tencin.
Dans Embrun, ta ville, la victoire
Te couronne, quoique sans gloire.
Tu voulus teindre ton chapeau
Du sang de cet illustre agneau.
Ce fut toujours là ta marotte ;
Mais tu n’auras que la calotte
Du Régiment dont te voilà
Aide-major de Loyola.

  • 17 Paris, BnF, Nouv. Acq. Fr. 4773, f°35r-36r.

28Il aura encore droit à une « Tencinade » qui dénonce une fois de plus « Le grand agioteur mitré/Qui vend la France en habile homme/Tantôt à Law, tantôt à Rome. » Une vision lui ayant fait voir Soanen en paradis, le spectacle lui est insoutenable. « A cet aspect Tencin s’irrite/Et dans l’Enfer se précipite17. »

29Peu d’années plus tard, le militantisme janséniste sauta faire sienne la cause des étranges manifestations dont le cimetière de Saint-Médard fut témoin. La postérité n’en a gardé que le fameux distique « De par le Roi défense à Dieu/De faire miracle en ce lieu. » Mais c’est faire bon marché des nombreux textes qui ont salué l’événement et appris au bon peuple le sens qu’il convenait de donner à l’événement. Malgré, nous dit-on, la vaine opposition de l’archevêque de Paris, malgré donc,

  • 18 Mandement de Momus au sujet des miracles de l’abbé Pâris, Mémoires pour servir à l’histoire de la (...)

[...] le mandement
De Guillaume de Vintimille
Par qui du Ciel les saints octrois
Sur ce tombeau si vénérable
Sont vainement traités de fables,
Nous apprenons de tous endroits
Que par un pouvoir ineffable
Les boiteux redeviennent droits ;
Qu’on y voit se mouvoir, s’étendre
Le paralytique aux abois ;
Que le sourd répond à la voix
Du muet qui se fait entendre.
De tant de merveilles témoin
Le peuple qui dans son besoin
Sous la tombe est prêt à descendre
De cet illustre et saint proscrit
Ose bien croire que la cendre
Se mêle au sang de Jésus-Christ18.

  • 19 Rien que pour les avocats, et pour s’en tenir aux plus marquants, on renverra à : Brevet adressé à (...)

30Si l’on voulait allonger la liste, il faudrait également faire un sort aux très nombreuses pièces qui évoquent à leur manière les péripéties tournant autour du rôle du parlement et des avocats, majoritairement acquis à la cause janséniste, et qui l’exprimèrent à grand renfort de déclarations et consultations avec pour conséquence une répression qui alla jusqu’à l’exil du parlement et à une longue grève des avocats19.

31En bonne orthodoxie polémique, rien ne vaut l’attaque ad hominem. D’épisode en épisode de cette lutte sans fin, reviennent un peu toujours les mêmes noms, en particulier ceux des prélats qui s’illustraient par leur zèle pour la Constitution.

32Ainsi de ce quatuor cloué au pilori :

  • 20 BnF, MS Fds. Fr. 15014, f°73v. Respectivement La Parisière, évêque de Nîmes; Tencin, archevêque d’E (...)

Tencin, Languet, La Parisière
De Momus suivent la bannière.
Dieu veut qu’ils portent tous trois
Au lieu de crosses des marottes,
Des papillons au lieu de croix,
Au lieu de mitres des calottes.
Tencin, la Fare, Vintimille,
Comme diable on vous étrille,
Vintimille, Tencin, La Fare
On vous bourre sans crier gare20.

  • 21 Paris, BHVP, MS 665, f°2. Elle est extrêmement présente dans les recueils et, fait significatif, ja (...)
  • 22 BnF, MS Fds. Fr. 12785, f°14r-17v.

33Comme attendu, on trouve élevés au rang de têtes de turc tous les hauts responsables de la répression anti-janséniste, au premier chef le tout-puissant ministre, le cardinal de Fleury, guère ménagé. On songe en particulier à de sanglants Remerciements du général de la Calotte à S.E. Mgr le cardinal de Fleury, son protecteur, dans lesquels, en pas moins de 392 vers, est déroulée la liste commentée de tous les persécuteurs de la juste cause21. Même le cardinal de Noailles, dont la pusillanimité et les perpétuels revirements avaient déçu les fidèles qui croyaient pouvoir compter sur son appui, ou le trop louvoyant chancelier d’Aguesseau, tous deux ont droit aussi aux flèches des sectateurs de Momus. Pour le lieutenant de police, le terrible Hérault, c’est une véritable curée. Le dieu de la raillerie le réclame comme un des siens22 :

Je veux que Police se gère
Par notre très féal Hérault,
Non pas Héros, foudre de guerre,
Mais, Hérault, nom sonnant moins haut,
Diminutif de pauvre Hère,
Constipé, dur, atrabilaire,
Cerveau creux, niche de chimère,
Hypocondre, surtout lunaire,
Et partant, tel qu’il nous le faut.

  • 23 Il est encore ridiculisé dans les 200 vers de La culotte de M. Hérault. Histoire nouvelle (Mémoires (...)

34Plus loin, on le dira Aliboron, ou Messer le Jocrisse, ou encore Galopin du papisme23.

35Il est enfin une figure collective, omniprésente, sur qui se focalise toute la verve, toute la haine aussi de cette littérature clandestine : le jésuite, noire silhouette à l’arrière-plan qui tire les ficelles, seul vrai maître du jeu. Il faudrait une communication entière pour donner une juste idée de ce thème obsessionnel dans la production janséniste du temps. Faute de mieux, on s’en tiendra à un seul exemple. Le bruit avait couru dans le Paris des années trente que les jésuites avaient poussé l’outrecuidance jusqu’à faire peindre un portrait du Christ portant l’habit jésuite. Rumeur très certainement inexacte, sans doute née de la même main qui rédigea ces vers vengeurs :

Ils ont volé mon nom, rejeté mon esprit,
Persécuté les miens par leur jalouse rage,
Renversé mon Église, et pour comble d’outrage,
Ils m’ont couvert de leur habit.
Si Jésus-Christ ressuscité,
Sous cet habit eût pu paraître,
Thomas, avec raison, eût méconnu son maître,
Et nous célébrerions son incrédulité.
Voyez jusqu’où va la malice
De ces Pères industrieux :
Ils ont habillé Dieu comme eux,
Afin que chacun le haïsse.

36Ces témoignages d’une littérature qui se caractérise simultanément par son abondance et la régularité de sa production ont tous les traits d’une polémique déchaînée. La conviction sans faille tient lieu de bonne foi. Elle a au moins le mérite de la franchise, annonçant franchement la couleur. Or pour finir, on voudrait évoquer un dernier avatar de cette propagande, la plus subtile sans cloute, en ce qu’elle sait volontiers se dissimuler sous une forme anodine, acceptable par les autorités, et par là même peut-être plus efficace que la violence qui, atteint un certain degré d’outrance, ne peut toucher que les déjà convaincus.

37Elle consiste à ridiculiser l’adversaire, non pas pour ses convictions anti-jansénistes, mais pour des travers qui pourraient tout aussi bien atteindre une personnalité en dehors du champ des disputes religieuses. En cela, elle se conforme davantage à l’esprit de la calotte des origines, dont le rire n’est pas réellement méchant. Mais au regard quelque peu attentif, se découvre aisément l’évidence que les victimes ainsi désignées à la moquerie collective se trouvent comme par hasard des personnalités favorables à la Bulle.

  • 24 BM Lille, MS 62, p. 178-184.
  • 25 Lyon, BM, MS 51, f°127r-128r.

38Ainsi du cardinal de Bissy, à qui est décerné un brevet d’archiviste pour avoir été le malheureux auteur d’écrits jugés médiocres24. Ou encore de l’archevêque d’Arles dont le zèle est suspecté d’arrière-pensées peu édifiantes25, lui qui

À mis au jour un mandement
Plein d’esprit et de jugement
Où de la Bulle épousant la querelle
Pour plaire à la docte séquelle
Des disciples de Loyola.
Malgré tout ce qu’on en dira,
Il s’est imaginé sans répugnance aucune
Qu’il augmenterait sa fortune
Et que ce bel écrit dont il fait grand état
Le ferait parvenir jusqu’au cardinalat.

  • 26 Lyon, BM, MS 51, f° 129r-130r.

39Ou de l’évêque de Nîmes qui avait connu la mésaventure de rester court dans une allocution au roi. Il fut sans miséricorde breveté « orateur du régiment », « Car dès qu’il commence à parler,/Quelque beau zèle qui l’inspire,/Le mot sur ses lèvres expire26. » Plus loin, il lui est aussi reproché d’avoir été débiteur indélicat et d’avoir même une fois sauté par la fenêtre pour échapper à la meute de ses créanciers. Aussi le ton d’abord badin de la calotte se durcit peu à peu, pour finir abruptement par un : « Qui dit tel prélat, dit escroc. »

  • 27 Brevet de Maître des Cérémonies au Curé de Saint-Sulpice, après la Procession de la Fête-Dieu (BM (...)

40Comme ultime illustration de cette manière détournée de détruire l’adversaire, il faut faire un sort aux deux frères Languet de Gergy, l’un curé de Saint-Sulpice, l’autre évêque de Soissons puis de Sens, tous deux connus pour leur militantisme. On le leur fit payer par mille et mille brocards. Le premier était universellement connu pour son acharnement à trouver des fonds pour la restauration de son église ; à ce « maçon du régiment » on prête malignement les pires procédés : détournement de fonds, cérémonies de séduction frôlant le proxénétisme par l’appât de jeunes dévotes coquettement parées pour la fête27 etc. On le dira

Sectaire outré du molinisme,
Grand ennemi du jansénisme,
Dévot, rempli de vanité
Sous un faux air d’humilité
Que pour mieux séduire il affecte,
Flatteur, courtisan, architecte,
Inventeur de cultes nouveaux
Pour achever son édifice
Et subvenir aux grands travaux
Qu’il entreprend à Saint-Sulpice.

  • 28 Brevet d’historiographe du Régiment de la Calotte en faveur de l’évêque de Soissons, aujourd’hui a (...)

41Quant à son frère, qui fut en son temps polémiste redouté, il fut ni plus ni moins que tué par le ridicule. Il avait eu l’imprudence de consacrer un pieux ouvrage à une sainte dévote quelque peu exaltée qui répondait au nom malencontreux de Marie Alacoque. Ce fut un déferlement de sarcasmes contre le pauvre prélat. On le chansonna sans répit. Ainsi28 :

Sapons les fondements du parti janséniste,
Dit au pape Benoît l’évêque de Soissons,
Depuis près de cent ans, ce parti nous résiste,
Pour le détruire enfin, faisons-nous des raisons.
Ils ont pour eux saint Paul et les autres apôtres ;
Ils ont saint Augustin, saint Prosper et tant d’autres.
Faisons des saints pour nous, dit l’évêque Languet.
Je le veux, dit Benoît, voilà Grégoire sept.
Il est vrai, dit Languet, mais le Parti s’en moque :
Canonisons plutôt Marguerite Alacoque.

  • 29 Correspondance littéraire du Président Bouhier, Lettres de Mathieu Marais, (Saint-Etienne, 1983), (...)
  • 30 Extrait des registres du Régiment de la Calotte (BM Lille, MS 63, p. 177-180).

42On mesurera l’efficacité de cette campagne diffamatoire à en retrouver l’écho dans le public. Selon Mathieu Matais, il n’était plus question de se faire cuire des œufs à la coque, mais bien « à la Soissons ». Le même mémorialiste rapporte que le prélat passant en carrosse dans une rue fréquentée se fit laidement huer par une bande de garnements qui le poursuivirent à grands cris de Alacoque, Alacoque29 ! Pour finir, on lui fit prononcer en grande pompe l’oraison funèbre de la Fillon, une des plus célèbres mères maquerelles du temps30.

  • 31 Paris, Arsenal, MS 3359, p. 313-318.

43Deux remarques s’imposent à la fin d’un trop bref florilège, destiné davantage à donner le ton de cette écriture satirique qu’à en faire mesurer l’importance quantitative, qui fut considérable. D’abord qu’elle est presque exclusivement négative. Il ne s’agit pas pour elle d’exalter des héros, mais de détruire des adversaires. Elle se soucie assez peu par exemple de chanter les mérites du diacre Paris. D’autres écrits, libelles en prose, s’en sont à vrai dire chargés, comme s’il y avait eu une répartition des rôles. Il arrivera à l’occasion qu’on célèbre les mérites de l’abbé Pucelle, conseiller au Parlement et grande voix du jansénisme, ce qui valut l’exil à ce vieillard vénérable31. On le dira « d’une candeur à toute épreuve [...] de l’orphelin et de la veuve hardi défenseur ». Mais le cas reste relativement exceptionnel.

44Seconde observation, qui stupéfie davantage : à cette campagne de dénigrement systématique, poursuivie durant tant d’années, l’adversaire désigné ne répond pas. Le jésuite, à qui on attribue sans cesse un pouvoir maléfique illimité, se tait. À de très rares exceptions près, dont celle, pourtant spirituelle, du Père Du Cerceau qui a prouvé le cas échéant qu’il savait tout aussi bien que ses adversaires manier le vers malin. Ainsi de son poème « Chantons, chantons des avocats/La gloire sans pareille » qui courut tout Paris, faisant l’éloge ironique des avocats devenus des héros pour avoir su se transformer en théologiens. À l’occasion de l’exil du conseiller Pucelle, il mit encore les rieurs de son côté, en imaginant une supplique des filles de Paris qui auraient d’une voix plaintive crié en chœur : « Rendez-nous Pucelle, O gué, Rendez-nous Pucelle ! »

45Mais l’exemple reste, à notre connaissance, exceptionnel. La Société de Jésus, qui ne manquait pourtant pas de talents, est restée muette ; elle n’a opposé aucune résistance, ou si peu à cette déferlante, sans que l’on sache si c’était propos délibéré ou mépris pour une polémique de médiocre aloi. Si tel fut le cas, grande était son erreur d’avoir ainsi méconnu l’efficacité de cette manipulation de l’opinion publique. Contre les pouvoirs constitués, raidis dans une attitude strictement répressive, avec les jésuites pour supposés complices, la voix clandestine de l’opposition janséniste a pour finir emporté l’adhésion des Français.

  • 32 Voir A. Jacques Parès. Le procès Girard - La Cadière. Bibliographie anecdotique, Édition Institut h (...)

46Un éclatant signe prémonitoire leur avait pourtant été adressé dans les années 1730-1731, lors de la célébrissime et scandaleuse affaire du Père Girard et de la demoiselle Cadière, ce fait divers, pourtant en définitive bien banal, qui enfiévra toute l’Europe. Un père jésuite confesseur y était accusé d’avoir séduit sa jeune pénitente. Le procès renvoyé au parlement d’Aix fut l’occasion d’un déferlement inouï de libelles, pièces en vers, actes de procès ; les documents se comptent par centaines32. Or là encore, les accusateurs jansénistes occupèrent tout le terrain, instruisant inlassablement à charge l’affaire du jésuite, et manipulant à tel point les esprits que le P. Girard ne dut qu’à une voix de majorité de ne pas finir sur le bûcher, malgré la minceur de l’accusation.

  • 33 Dale Van Kley, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits from France 1757-1765, Yale Universi (...)

47L’avertissement ne fut pas entendu ; les jésuites persévérèrent les années suivantes dans leur attitude d’abstention. Elle devait leur être fatale en 1762. Cette compagnie si souvent décrite comme omniprésente et toute-puissante ne trouva guère de défenseurs dans la tourmente qui l’emporta, et sa disparition définitive se fit avec une facilité déconcertante. C’est que, dès avant la curée orchestrée par quelques membres du parlement de Paris acquis à la cause, l’affaire était déjà entendue dans l’opinion publique33. Il ne se trouva pas de voix pour soutenir une Société aussi unanimement qu’injustement détestée. L’action souterraine avait porté ses fruits. La clandestinité sortait vainqueur d’une lutte interminable et remportait enfin la victoire au grand jour.

Notas

1 À une exception près, celle d’Annette Keilhauer qui dans sa thèse Das französische Chanson im späten Ancien Régime (New York, Olms Velag, 1998) lui consacre quelques pages pertinentes.

2 On ne peut que renvoyer pour preuve aux dix volumes de la grande anthologie d’Emile Raunié, Recueil Clairambault-Maurepas, le chansonnier historique du xviiie siècle (Paris, A. Quantin, 1879-1884).

3 On en trouvera une illustration particulièrement éclairante dans l’analyse d’un cas précis proposé par Robert Darnton dans son article « Public Opinion and Communication Networks in Eighteenth-Century Paris », disponible sur Internet [www.indiana.edu/~ahr/darnton/].

4 Elle est par exemple la grande absente des vieux classiques de Funck-Brentano, Les nouvellistes (1905) Figaro et ses devanciers (1909). Elle ne figure pas non plus dans les analyses de Robert Darnton, fondées sur des archives d’imprimeur ; pas davantage chez Ariette Farge où on l’attendrait au vu du titre, Dire et mal dire. L’opinion publique au xviiie siècle, Seuil, Paris, 1992.

5 De l’abondante bibliographie sur la question, on détachera les travaux récents de Dale Van Kley, Les origines religieuses de la Révolution française : 1560-1791, Seuil, Paris, 2006 et Catherine Maire, De la cause de Dieu à la cause de la Nation : le jansénisme au xviiie siècle, Gallimard, Paris, 1998, qui ont fait date. Pour ce qui est de la propagande, on pourra avoir encore recours à René Tavenaux, La vie quotidienne des jansénistes aux xviie et xviiie siècles, Hachette, Paris, 1973, chap. XII. Presse clandestine et réseaux de propagande, p. 227-247 ; ou à Françoise Bontoux, « Paris janséniste au dix-huitième siècle. Les Nouvelles ecclésiastiques. », Mémoires de la Fédération des Sociétés historiques de Paris, t. VII, 1955, p. 205-220.

6 Exemples dans Taveneaux, op. cit., p. 240.

7 Preuve indirecte, mais qui parait probante. Les chansonniers, dans une majorité écrasante, sont conservés dans les bibliothèques parisiennes. La seule provinciale à posséder encore un fonds conséquent en la matière, est sans surprise celle de Versailles. Et les recueils qu’on trouve à Lyon, Bordeaux ou Lille sont à l’évidence des copies ou ont été exportées au gré d’événements familiaux.

8 Ou dans les termes de la Déclaration royale du 16 avril 1757 : « Tous ceux qui seront convaincus d’avoir composé, fait composer ou imprimer des écrits tendant à attaquer la religion, à émouvoir les esprits, à donner atteinte à l’autorité du gouvernement, à troubler l’ordre ou la tranquillité [...] ».

9 Ainsi le manuscrit 3134 de l’Arsenal qui ne recueille que des pièces d’inspiration janséniste.

10 Définition reprise de notre article : « Quand le rire s’enrégimente. La très joyeuse et très véridique histoire du Régiment de la Calotte » dans le numéro XXXIII (2001) de la revue Dix-huitième siècle (p. 399-417).

11 Elle porte sur six éditions et environ quarante chansonniers et recueils divers, tous presque exclusivement dédiés à la collecte des calottes.

12 Dans ces recueils consacrés aux calottes peuvent se glisser des documents qui n’en sont pas formellement, mais qui relèvent de la même veine. Ils ont été également utilisés pour la démonstration.

13 BnF, MS Fds. Fr. 12665, p. 31-72. Pour ne pas alourdir les notes, à chaque fois nous ne ferons qu’un seul renvoi à un recueil, plutôt que de multiplier les références, le même texte pouvant se retrouver dans des dizaines de chansonniers.

14 Mémoires pour servir à l’histoire de la calotte, 1732, III, 92.

15 Paris, BHVP, MS 664, P265r-268r.

16 BM Lille, MS 65, p. 156-157.

17 Paris, BnF, Nouv. Acq. Fr. 4773, f°35r-36r.

18 Mandement de Momus au sujet des miracles de l’abbé Pâris, Mémoires pour servir à l’histoire de la calotte, 1732, III, 106-110. On pourrait encore citer un Brevet de patron du Régiment de la Calotte, accordé à M. l’abbé Pâris, (BM Lyon, MS 1503, N° 18), un Brevet de la Calotte à l’occasion des miracles de M. Pâris (BnF, MS Fds. Fr. 12785, f°190) ou encore une Ordonnance de Momus qui ordonne que la porte du petit cimetière de Saint-Médard sera et demeurera fermée. De la période calotine, 27 janvier 1732 (BM Lille, MS 64, p. 302-311). Liste non limitative, et les allusions éparses à l’événement seraient bien plus nombreuses.

19 Rien que pour les avocats, et pour s’en tenir aux plus marquants, on renverra à : Brevet adressé à l’ordre des avocats (BM Lille, MS 62, p. 33-47) ; Calotte aux avocats (BM Lille, MS 65, p. 163-170) ; Brevet pour les 40 avocats (BM Lille, MS 62, p. 8-13) ; Déclaration de Momus au sujet de la rentrée des avocats (BM Lille, MS 62, p. 55-60) ; Étrennes du dénonciateur des avocats (BM Lille, MS 63, p. 98-104) ; la chanson intitulé « plus d’avocats » (BM Lille, MS 62, p. 62-64) ; ou encore l’épigramme « Corps sans tête, bruyant essaim/Corps que guide une queue insolente et falote... » (BM Lille, MS 62, p. 64). Et on se souviendra que nous nous limitons aux seuls recueils de calottes, ce qui donne une idée de l’abondance des textes non retenus.

20 BnF, MS Fds. Fr. 15014, f°73v. Respectivement La Parisière, évêque de Nîmes; Tencin, archevêque d’Embrun ; La Fare, évêque de Laon ; Vintimille du Luc, archevêque de Paris, tous constitutionnaires patentés.

21 Paris, BHVP, MS 665, f°2. Elle est extrêmement présente dans les recueils et, fait significatif, jamais attribuée, fût-ce à titre conditionnel. On imagine facilement le sort qui attendait celui qui aurait été convaincu d’en être l’auteur.

22 BnF, MS Fds. Fr. 12785, f°14r-17v.

23 Il est encore ridiculisé dans les 200 vers de La culotte de M. Hérault. Histoire nouvelle (Mémoires pour servir à l’histoire de la calotte, 1754, V, 97-103).

24 BM Lille, MS 62, p. 178-184.

25 Lyon, BM, MS 51, f°127r-128r.

26 Lyon, BM, MS 51, f° 129r-130r.

27 Brevet de Maître des Cérémonies au Curé de Saint-Sulpice, après la Procession de la Fête-Dieu (BM Lille, MS 64, p. 7-11). Voir encore Brevet de grand ordonnateur et escamoteur du Régiment de la Calotte pour le Sr Languet, curé de Saint-Sulpice (BM Lille, MS 64, p. 11-16) Brevet d’archi-fou et de mouvateur (sic) du Régiment, en faveur du Sr Languet de Gergy, curé de Saint-Sulpice, qui, dans le premier jour de la Fête-Dieu, 1736, sa procession ne faisant que de sortir, la fit rentrer aussitôt sur une simple apparence de pluie. (BM Lille, MS 64, p. 16-20) On aura noté la minceur de l’épisode donnant matière à la dernière calotte. Mais l’ennemi janséniste sait faire flèche de tout bois.

28 Brevet d’historiographe du Régiment de la Calotte en faveur de l’évêque de Soissons, aujourd’hui archevêque de Sens (BM Lille, MS 64, p. 20-30). Il eut même le privilège unique, et dont il se serait sans doute bien passé, d’être deux fois « breveté », à la fois en prose, puis en vers. Cf. Arrêt du Conseil d’État de la Calotte portant que les lettres patentes d’historiographe du Régiment, expédiées en prose en faveur du Seigneur Jean-Joseph Languet, évêque de Soissons, seront réformées et mises en vers. Du 15 août 1730. (BM Lille, MS 64, p. 42-44) Suivies de Lettres patentes rimées en exécution du précédent arrêt (BM Lille, MS 64, p. 44-57).

29 Correspondance littéraire du Président Bouhier, Lettres de Mathieu Marais, (Saint-Etienne, 1983), III, 208. « Alacoque est devenu un nom de carnaval [...]. Les couplets, les chansons, les vers sut cette Alacoque ne finissent point et on va faire un recueil. Il ne faut qu’un nom malsonnant pour rendre un homme ridicule. » Et, clairvoyant ou bien informé, il ajoute : « Vous pensez bien qu’il y avait là quelqu’un de l’école janséniste. »

30 Extrait des registres du Régiment de la Calotte (BM Lille, MS 63, p. 177-180).

31 Paris, Arsenal, MS 3359, p. 313-318.

32 Voir A. Jacques Parès. Le procès Girard - La Cadière. Bibliographie anecdotique, Édition Institut historique de Provence, Marseille, 1928.

33 Dale Van Kley, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits from France 1757-1765, Yale University Press, New Haven/Londres, 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540