Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Résumés des articles

Texte intégral

Variations sur l’éloge du pouvoir

1Vincent Zarini, « Épique et épidictique dans la poésie latine de l’Antiquité tardive » : Après avoir délimité le corpus de textes à considérer et avoir énoncé quelques précautions méthodologiques, cet essai commence par définir l’épopée et le panégyrique dans la latinité tardive, et par discerner ce qui les unit ; puis il en étudie les évolutions, en rappelant que l’éloge se généralise à cette période, et en examinant les facteurs politiques et culturels de cette généralisation. Sont enfin posés quelques problèmes : l’originalité de Claudien comme initiateur de ce mélange des genres et, à supposer que leur fonction soit identique, la différence de statut entre panégyrique épique et épopée panégyrique, manifeste dans la Johannide de Corippe.

2Nicolas Ploton-Nicollet, « La topique de la “nourrice divine” : un motif récurrent dans la poésie d’éloge depuis Stace (Ier s.) jusqu’à Sidoine Apollinaire (Ve s.) » : Nous désignons ici sous le nom de « topique de la nourrice divine » un motif récurrent dans la poésie d’éloge latine, qui consiste à présenter la personne que l’on veut louer comme le pupille d’une divinité du panthéon gréco-romain. Stace usa assez abondamment du procédé dans les Silves. Après lui, trois poètes marqués par l’esthétique silvaine, Claudien, Mérobaude et Sidoine Apollinaire l’utilisèrent aussi. La présente étude s’attachera d’abord à caractériser le motif et à étudier les contextes dans lesquels il apparaît. Deux passages d’un relief singulier retiendront ensuite l’attention : Mérobaude, en faisant de la déesse Rome la nourrice du jeune Gaudentius, fils du généralissime Aétius, revendique à la fois l’héritage stacien et celui de Claudien, en une subtile combinaison d’influences ; Claudien, pour sa part, en présentant Rufin, cible de sa uituperatio, comme le pupille de la Furie Mégère, illustre particulièrement le détournement et la perversion des topiques de l’éloge par la rhétorique du blâme. Nous envisagerons enfin la désaffection des poètes pour ce motif à partir du VIe siècle, en tâchant de proposer quelques hypothèses sur les causes de cette disparition.

3Michel J.-L. Perrin, « Pourquoi les poèmes figurés à la cour carolingienne ? Poésie, histoire, politique jusqu’à Alcuin et Joseph Scot » : Les poèmes figurés connaissent un renouveau à l’époque carolingienne, après une longue pratique pendant l’Antiquité Tardive ; après des débuts remarqués à la cour de Constantin, Optatianus Porfyrius souhaite revenir en grâce auprès de l’empereur et lui offre à cette fin un recueil de ces poésies recherchées, dont les sujets sont à la fois littéraires, politiques et chrétiens, le genre se christianise complètement avec Venance Fortunat. Mais Bède le Vénérable, qui connaissait Porfyrius, jette une sorte d’interdit sur ce genre littéraire en raison de son paganisme. Boniface, Paul Diacre et Angilbert le reprennent en traitant de sujet exclusivement religieux. À la fin du VIIIe siècle, Alcuin avec l’aide de son élève Joseph Scottus offre à Charles un recueil de six poèmes figurés qui comportent des sujets religieux certes, mais aussi des aspects politiques : un appel à Charles, à sa chance, à sa protection, un portrait du souverain chrétien idéal (fondé sur la Bible et la théologie carolingienne), des protestations d’allégeance personnelle. Ce changement d’attitude peut s’expliquer par les similitudes entre la situation des poètes carolingiens vis-à-vis de Charles sur le point d’être sacré empereur et celle de Porfyrius.

4Christiane Veyrard-Cosme, « Ermold le Noir (IXe s.) et l’Ad Pippinum Regem » : Ermold le Noir, poète carolingien (790-838), contemporain de Pépin Ier d’Aquitaine, fils de Louis le Pieux et roi d’Aquitaine de 817 à 838, fut exilé pour avoir, dit-on, incité Pépin à se dresser contre la volonté de son père. Le poète, connu pour son De Gestis Ludovici Caesaris, adressa, depuis son exil, deux épîtres en vers à Pépin qu’on a coutume de regrouper sous le titre d’Ad Pippinum Regem et de considérer comme Miroirs princiers. Nous proposons une approche thématique de ces œuvres en tâchant de montrer que ce corpus d’écrits, loin de servir la memoria des Pippinides, entend réhabiliter la mémoire d’un individu et servir de plaidoyer pro domo. Le destinateur est ainsi premier, le destinataire n’étant qu’un prétexte à la composition de l’œuvre.

5Marie-Geneviève Grossel, « Le miroir au prince de Jean de Limoges (XIIIe siècle) » : Le Songe de Pharaon (Morale somnium Pharaonis) est souvent cité dans les listes de « Miroirs au Prince » médiévaux, mais il reste très peu connu. Il présente néanmoins de l’intérêt et une certaine originalité. On ignore tout de son auteur, moine à Clairvaux, et l’ouvrage, dédié à un comte Thibaut de Champagne, (soit Thibaut IV, soit Thibaut V) est de date incertaine, quoiqu’on puisse le supposer antérieur au De morale principis institutione de Vincent de Beauvais. L’auteur utilise pour rédiger ce qu’il veut être une exposition De regia disciplina, l’exégèse de Genèse 41, sous forme de vingt lettres décryptant le songe. La glose du cistercien se cantonne à l’explication des deux fois sept vaches et des deux fois sept épis qu’il définit, les premières comme la ruine d’un gouvernement royal qui s’est perdu dans des chemins fallacieux, en oubliant son rôle véritable ; et les seconds, comme perversion des ministres qui forment le conseil royal. Entre ces deux développements rattachés à Pharaon et Joseph, se glisse un programme moral en sept règles destinées à tout souverain qui se veut juste et sage. Derrière le personnage de Joseph, directeur de conscience et conseiller moral, et derrière celui du Roi Pharaon, on peut sans doute discerner le rôle qu’espérait tenir le cistercien. Les vingt lettres du Songe de Pharaon réussissent ainsi, en utilisant des idées déjà fort exploitées, à offrir une œuvre assez particulière pour l’époque où elle fut rédigée.

6Marie-Agnès Lucas-Avenel, « La poésie au service du panégyrique dans la chronique de Geoffroi Malaterra » : Le récit de la conquête de l’Italie méridionale et de la Sicile par Geoffroi Malaterra contient plusieurs extraits en vers, presque tous réunis au livre III de la chronique. Une description sommaire de cet ensemble montre qu’il n’y a pas de lien direct entre le choix de la forme du vers (hexamètres dactyliques, tétramètres rythmiques et asclépiades) et le contenu – très varié – de poèmes. Dans cette œuvre de commande, composée à la gloire du Grand Comte Roger de Hauteville, l’auteur, s’affranchissant parfois des limites spatio-temporelles du récit historique, trouve dans le vers un moment privilégié de louer avec art et solennité les prouesses du commanditaire ou de faire entendre ses propres sentiments, dont l’expression n’est sans doute pas exempte d’une volonté d’instruire le lecteur.

7Roland Béhar, « Le De adventu Caroli V. Imperatoris in Italiam (ca. 1536) de Minturno : la célébration héroïque et mythique de Charles-Quint » : Bien connu pour ses œuvres de théorie poétique, Antonio Sebastiano Minturno demeure trop méconnu comme poète, tant néo-latin qu’italien. Publié dans les Poemata ad Consalvum Pyretium (1564), son De adventu Caroli v. Imperatoris in Italiam (ca. 1536) est consacré à la venue (adventus) en Italie de Charles-Quint, à l’occasion de son couronnement à Bologne (1530). Si ce long poème panégyrique demeure fidèle au virgilianisme de l’académie pontanienne, professé par un Sannazar, il s’inspire aussi de la poésie épidictique de l’Empire tardif, en particulier de celle de Claudien. Cette reprise des formes et, surtout, des thématiques antiques, n’a pu se faire qu’à l’occasion de l’événement très particulier que fut le couronnement impérial, en même temps que celui-ci manifeste son influence sur la poésie vernaculaire, notamment dans l’essor de l’ode pindarique.

Le verbe poétique : de fer et de sang

8Claudia Schindler, « Est mihi prodigium cunctis inmanius hydris. La poétique de l’adversaire politique dans l’invective épique de Claudien In Rufinum » : La contribution traite de la représentation de Rufin, le préfet du prétoire de l’Occident romain, dans l’invective épique de Claudien In Rufinum, une œuvre vraisemblablement produite sur commande de la cour impériale de l’Occident romain peu après l’assassinat de Rufin en novembre 395 apr. J. -C. Claudien y trace l’image d’un adversaire qui se sépare considérablement des adversaires dans les épopées antérieures. On peut reconnaître le pré-texte épique non seulement à partir des commentaires auctoriaux du narrateur épique, mais aussi à partir des nombreuses imitations en contraste ; d’autre part, en tant que puissance infernale et irrationnelle, Rufin se tient en dehors de la société humaine ; dans son comportement, il s’oppose à tout le système des valeurs et des normes humaines ; et ainsi il est stylisé comme un adversaire politique, hors d’un classement dans les catégories épiques traditionnelles. Cette déshumanisation logique et cette des-héroïsation sert un but politique – c’est la thèse de cette contribution –. Pendant que le poète fait porter à Rufin la responsabilité unique des conflits entre l’empire oriental et l’empire occidental, cela aboutit pour lui à disculper toutes les autres personnes ayant participé au conflit : celles-ci sont devenues les victimes d’une puissance infernale contre laquelle elles sont impuissantes en tant qu’êtres humains. L’In Rufinum n’est pas en premier lieu un document du triomphe de l’empire Romain occidental contre Rufin, mais un appel à la responsabilité politique de l’empire Romain oriental et occidental pour la réconciliation et pour un nouveau commencement.

9Michele Cutino, « Réflexion éthique et historique des poètes chrétiens en Gaule au Ve s. face aux invasions barbares » : La réflexion des poètes chrétiens sur le contexte historique et social en Gaule dans la première moitié du Ve siècle, marqué par les premières invasions barbares, est centrée sur la question du rapport entre vie chrétienne authentique et culture païenne héritée par la tradition. Cette réflexion, qui, en recourant, pour rejoindre ses destinataires, les païens cultivés, à l’instrument littéraire le plus lié à la tradition païenne, à la poésie, aboutit à une production littéraire extrêmement variée et originale, implique aussi très rapidement les questions théologiques du temps : le problème historique et social de la christianisation des profanes cultivés, en effet, finit par être utilisé, en tant qu’argument polémique, à l’intérieur du milieu monastique de la Provence, qui, en s’opposant à la doctrine augustinienne de la prédestination, conduisait, alors, un débat sur l’universalité du salut. Ainsi le rapport entre la sapientia mundi et la sapientia Christi devient un trait caractéristique de toute la culture gauloise au Ve siècle.

10Giuliana Crevatin, « Le César de Pétrarque entre France et Empire » : Il s’agit de présenter une synthèse du cadre idéologique des rapports entre Pétrarque et l’empereur Charles iv de Bohème. L’échange épistolaire entre les deux personnages en constitue le document principal. Il reste en toile de fond le De gestis Cesaris, la dernière œuvre historiographique de Pétrarque, la plus grande et la plus innovatrice. Le côté anti-français de cette œuvre, qui apparaît évident même à une lecture rapide, a déjà été mis en évidence par la critique, mais sans systématisation. Le lien entre le De gestis et l’invective Contra eum qui maledixit Italiae a déjà été particulièrement étudié, alors que la question de la signification politique de la Vie de César n’a pas été abordée de façon adéquate. L’analyse des présupposés idéologiques extraits des lettres à l’Empereur peut justement y répondre et apporter une contribution importante. Les concepts principaux de la littérature de politique philo-impériale sont tous présents dans les lettres à l’Empereur ; on peut établir des comparaisons significatives avec le Defensor pacis de Marsile de Padoue, avec le De monarchia de Dante et avec le commentaire qu’en a fait Cola di Rienzo.

11Hélène Casanova-Robin, « La représentation de la guerre franco-napolitaine dans la Bucolique VI de Cantalicio (1445-ca 1515) » : L’invasion des troupes françaises de Charles viii à Naples, au printemps 1495, suscite chez les poètes contemporains de vives réactions. Gianbattista Valentini, dit le Cantalicio (1445-1515), emprunte la voix de la bucolique pour dénoncer la barbarie mise en œuvre par les envahisseurs, qu’il enrichit d’accents héroïques, grâce à la convocation d’un intertexte épique inattendu dans le genre. Outre la contamination générique ainsi produite, la Bucolique VI offre en particulier une illustration aboutie des préceptes rassemblés par Giovanni Pontano dans son dialogue l’Actius : Cantalicio révèle en effet une attention portée aussi bien à l’expressivité du vers, obtenue grâce à une élaboration rythmique et sonore minutieuse, selon les règles exposées dans la première partie de l’ouvrage pontanien (De numeris), qu’à une représentation vive et concise des faits historiques, telle que la recommande le maître de l’Académie napolitaine dans la seconde partie de son ouvrage (De lege historiae). Son poème en acquiert une densité exceptionnelle, propre à exprimer l’ambition du poète à devenir, tel Orphée ou Amphion, le chantre des valeurs humanistes héritées des Anciens et le garant d’une reconstruction morale de la société de son temps.

12Émilie Séris, « Le Coniurationis Pactianae Commentarium d’Ange Politien (1478) » : À la mort de Julien de Médicis, victime de la conjuration des Pazzi le 26 avril 1478, Ange Politien délaisse la poésie épique vernaculaire pour restaurer le commentaire historique en langue latine. Il adapte pour l’occasion les grands modèles historiographiques romains, réinterprétant les faits les plus récents à la lumière des exemples fameux de l’Antiquité. La première partie, le blâme des conjurés, est imitée de l’analyse de la Conjuration de Catilina par Salluste. Le portrait du cerveau de la conjuration en particulier, Jacopo de’Pazzi, est une réécriture de celui de Catilina. La narration des faits emprunte aux Catilinaires de Cicéron des procédés comme l’exaltation de la défense nationale, réaction spontanée des citoyens, et la participation éthique du narrateur à la première personne. L’éloge funèbre de Julien de Médicis puise à la source des Vies de Suétone pour confirmer et consacrer le pouvoir médicéen par la référence au modèle impérial romain. Chez le poète humaniste, la lecture des historiens antiques nourrit une nouvelle fiction au service de la propagande politique.

13Sylvie Laigneau-Fontaine, « Heurs et malheurs des armées de France chez trois épigrammatistes français de la décennie 1530-1540 » : La communication examine la façon dont Nicolas Bourbon, Gilbert Ducher et Étienne Dolet chantent dans leur recueil la grandeur de la France. Bien que l’épigramme représente le genre humble par excellence et qu’ils affirment tous cette caractéristique, ils n’hésitent pas à hausser leur inspiration, lorsqu’il s’agit d’évoquer les héros militaires, d’encourager les Français au combat ou d’affirmer la vocation de la France à dominer le monde. Même lorsqu’ils évoquent les défaites de l’armée de française, ces poètes se livrent à un éloge nationaliste appuyé, qui dédouane leur pays de toute responsabilité et en fait la victime injuste d’un sort qui s’acharne, à moins que la défaite en question ne soit qu’une partie du grand plan de la Vertu, qui doit amener à la destruction de la morgue de l’ennemi espagnol, et au triomphe de François Ier.

14Brigitte Gauvin, « Les dialogues d’Ulrich von Hutten (1488-1523) : un outil au service de la critique » : Ulrich von Hutten appartient à cette catégorie d’écrivains pour lesquels la littérature est avant tout une arme. Sur un même sujet, il n’est pas rare que Hutten mène, parfois simultanément, deux genres d’attaques très différents, une à destination d’un lectorat cultivé, dans un genre noble, et une seconde à destination d’un public plus populaire, dans un genre plus facile à aborder. C’est dans cette perspective qu’entre 1517 et 1521, s’inspirant des dialogues de Lucien, Hutten composa ses propres dialogues qui, mêlant vivacité, impertinence et causticité, comptent parmi les œuvres qui illustrent le mieux son talent singulier. Nous nous intéressons ici plus particulièrement à trois dialogues, rédigés entre 1518 et 1520, dans lesquels Hutten traite du conflit qui, dans les années 1517-1520, met une partie de l’Allemagne aux prises avec la puissance pontificale : Febris (prima), Inspicientes et Bulla sive Bullicida. En les examinant successivement, on verra que la place de ce sujet dans les dialogues croît au fur et à mesure que la pression augmente autour de Luther et que Hutten, au fil des trois textes, se fait à la fois de plus en plus précis dans ses attaques et de plus en plus soucieux de la qualité littéraire de ses textes ; mais on pourra constater aussi que derrière la préoccupation religieuse apparaît peu à peu le vrai sujet qui intéresse Hutten : la liberté de l’Allemagne, et la nécessité pour elle d’affirmer sa souveraineté face à l’oppresseur romain, sujet qui l’amène parfois, comme nous le verrons, à réécrire l’histoire sous un jour différent.

Le poète au miroir de la cité

15Pascale Bourgain, « Gautier de Châtillon (XIIe s.) entre histoire antique et satire contemporaine » : L’œuvre de Gautier de Châtillon, poète protégé de l’archevêque de Reims à la fin du XIIe siècle, comprend deux volets : un ensemble de poésies lyriques, brèves, souvent très satiriques, et une épopée en dix chants sur Alexandre le Grand. La comparaison des deux corpus, reliés par des allusions à l’actualité dans l’épopée historique, et par des allusions à l’histoire dans ses pièces satiriques, montre que l’époque antique est interprétée avec le recul que donne une grille d’interprétation chrétienne, la même que celle qui lui sert à juger la société contemporaine. La fascination éprouvée pour l’aventure du conquérant n’empêche pas une condamnation implicite de sa démesure et de son aveuglement ; et les tensions politiques de l’époque contemporaine, marquée par le traumatisme de l’assassinat de Thomas Becket, sont analysées avec la même assurance intellectuelle, doublée d’une indignation qui n’est pas exempte d’une touche d’égocentrisme inconscient.

16Tovi Bibring, « Réécritures fabulistiques au Moyen Âge : adaptations latine, vernaculaire et hébraïque d’une fable d’Avianus, le De Simia et Natis » : Le XIIIe siècle nous a légué trois adaptations essentiellement différentes de la fable d’Avianus, De Simia et Natis. La version latine du prédicateur Jacques de Vitry († 1239), intègre la fable dans un exemplum sur les pécheurs condamnés à l’enfer. La version hébraïque du fabuliste Berrechia Hanakdan (mort avant 1240) développe sa narrativité et en fait une leçon d’amour parental. La version vernaculaire du Bestiaire d’amour de l’érudit Richard de Fournival († 1260 ?) y voit l’équivalent symbolique d’une situation amoureuse épineuse. Après une brève présentation de l’évolution de la fable depuis Esope, l’article compare et étudie les variations thématiques de ces versions, toutes trois composées en France, ainsi que les trois leçons morales inédites qu’elles enseignent.

17Jean-Frédéric Chevalier, « Les Épîtres métriques d’Albertino Mussato (1261-1329) : une autobiographie politique ? » : Dans l’ensemble de son œuvre Albertino Mussato, tel un architecte, bâtit sa vie selon un modèle idéal ou idéalisé lui permettant de passer à la postérité. Le récit, souvent plus autofictionnel qu’autobiographique, conduit le lecteur à éprouver un vertige où l’influence des modèles antiques, se substituant au réel, devient finalement plus révélatrice que la réalité de la personnalité de l’auteur. Nous voudrions, en cette communication, nous interroger sur les caractéristiques de l’écriture du « moi » du poète couronné en privilégiant la finalité politique de sa correspondance. Nous nous demanderons notamment si le dessein, au sein d’une correspondance en vers, de rapporter des événements politiques et d’évoquer les grandes figures contemporaines ne change pas le regard « autobiographique » que le poète porte sur lui-même ; ou, plus exactement, si la mise en scène de l’histoire politique dans le cadre de ce qu’il faudrait appeler un autoportrait poétique ne modifie pas le regard que l’on porte sur les événements. En définitive, l’épître politique n’est-elle pas mise au service d’une figuration poétique ?

18Alice Lamy, « De la philosophie à la poésie : l’engagement politique aux XIVe et XVe siècles » : En 1260 avec la redécouverte de la Politique d’Aristote, les maîtres de la scolastique comme Gilles de Rome ou Nicole Oresme produisent un modèle idéal de gouvernement monarchique qui exerce une forte influence sur les poètes Eustache Deschamps, Christine de Pizan et Laurent de Premierfait à la cour de Charles v et Charles vi, entre 1380 et 1410. La présente étude tente de montrer que l’engagement philosophique de ces poètes tient à une réception attentive des principes politiques les plus sages, à une époque où il leur semble crucial d’exalter l’idéal d’une réalité politique souvent problématique et difficile à embellir. L’écriture poétique se révèle donc être un art de transmettre au roi la nécessité d’actions à la fois vertueuses et efficaces.

19Virginie Leroux, « Le discours théorique de la légitimité politique de la poésie chez quelques poéticiens et pédagogues du XVIe siècle » : Virginie Leroux étudie la façon dont les traités de poétique abordent la question de l’utilité politique de la poésie en s’appuyant principalement sur deux traités, le De poetice de Bartolommeo Fonzio (1492), qui aux dires de son éditeur Charles Trinkaus, constitue le premier art poétique humaniste systématique et le De poeta de Sébastien Minturno (1559), deux œuvres qui s’ouvrent par une longue première partie, exclusivement consacrée à la question de la dignité et de l’utilité des poètes et de la poésie, mais composées dans des contextes et des écoles différents et nourries de modèles critiques différents, Minturno intégrant notamment la Poétique d’Aristote, absente du traité de Fonzio. Elle montre qu’aux arguments qui concernent le statut et les qualités du poète s’ajoutent dans les années 1540 de problèmes liées à la réception et au rôle de l’émotion, héritées non seulement du modèle rhétorique, qui fournit des outils pour penser l’utilité du movere, mais aussi des premiers commentaires de la Poétique d’Aristote, qui développent une lecture stoïco-chrétienne de la catharcis. Dans le De poeta de Minturno, la thérapeutique des passions invalide la condamnation platonicienne de la tragédie, mais se voit aussi appliquée à l’épopée, jugée supérieure à la tragédie en ce qu’elle propose des modèles d’excellence. De fait, la légitimité du poète demeure liée, chez Minturno comme chez Fonzio aux origines divines et cultuelles de la poésie et à son absorption originelle des autres savoirs, mais surtout aux enseignements d’ordre éthique qu’elle dispense.

20Anne Raffarin-Dupuis, « Antiquaria et Antiquitates : prose et poésie au service d’un projet historique » : Deux textes d’Andrea Fulvio écrits à quelques années d’intervalle présentent une description raisonnée de la Rome antique : le texte en vers (Antiquaria Vrbis Romae 1513) est dédié à Léon x, le texte en prose (Antiquitates Vrbis Romae 1527) à Clément v. Si les préfaces des deux textes permettent de circonscrire des projets distincts, la nature et la finalité des développements qui les constituent en font deux textes complémentaires. Entre les deux projets, les enquêtes ont progressé, les travaux de dégagement des monuments et des œuvres d’art antiques se sont poursuivis et ont révélé des indications précieuses à l’« antiquaire ». La place réservée aux œuvres d’art antiques et contemporaines et considérable dans les deux textes ; l’analyse est toutefois plus documentée et plus approfondie dans le texte le plus tardif qui est aussi le plus savant. Dans les années qui séparent les Antiquaria des Antiquitates Fulvio a eu l’occasion de servir le grand projet de Raphaël : dessiner la ville région par région pour en donner un grand plan rigoureusement ordonné. On comprend que pour soutenir un tel projet les Antiquitates soient d’une précision supérieure à celle des Antiquaria. On aurait tort néanmoins de sous-estimer l’apport du texte en vers, qui constitue bien plus qu’une ébauche : il sous-tend et nourrit le projet érudit.

21Laurence Boulègue, « Aux racines des modèles humanistes. Le contemplatif de Thomas d’Aquin et le solitaire de Pétrarque » : Dans le De uita solitaria et le De otio religioso, la vie solitaire surpasse la vie et le bonheur politiques, mais Pétrarque vise aussi le modèle philosophique des universitaires de son temps dans son aspiration contemplative purement intellectuelle. Pour cela, il recourt à la fois à la critique sociale et morale des scolastiques et à la critique thomasienne de l’interprétation de l’Éthique à Nicomaque. Si le théologien qu’est Thomas subordonnait ainsi la philosophie à la théologie, il conservait néanmoins une définition intellectualiste du bonheur. Mais la conception du poète, homme accompli, au service d’un art globalisant, saura aussi évincer le théologien médiéval. Pétrarque offre ainsi à ses successeurs de la seconde moitié du Quattrocento florentin de nouveaux modèles, celui du poète, certes, mais aussi celui, plus vaste, d’un nouveau contemplatif : le poeta theologus de Landino tout comme l’homo litteratus de Ficin, figures accomplies du savoir total, voudront reléguer dans un passé révolu l’artista, le philosophe de l’Université.

22Nathalie Catellani-Dufrêne, « Politique, pouvoir et poésie chez George Buchanan (1506-1582), précepteur de rois » : L’humaniste écossais George Buchanan s’illustra dans la réflexion politique sur la royauté avec deux œuvres majeures en prose, qui connurent une belle fortune jusqu’au XVIIIe siècle, son Histoire d’Écosse (Rerum Scoticarum Historia) et son traité politique, le De iure regni apud Scotos dialogus. L’article permet de situer la poésie de circonstance (nugae) de l’humaniste par rapport à ces œuvres majeures et de montrer qu’il s’agit d’une poésie du dialogue établissant un lien de familiarité et de libre expression entre le poète et les grands de ce monde, dans une esthétique de la mediocritas et du sermo quotidianus qui supplante la poésie épique. Porteuse de toute la pensée éthique et politique de Buchanan, sa poésie de circonstance, essentiellement épidictique, remplit donc une fonction éminemment sociale, et permet à l’humaniste d’affirmer son statut de précepteur de rois et de poète politique, et préfigure la limitation du pouvoir royal et la laïcisation de la personne royale énoncées dans ses ouvrages en prose.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540