Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Troisième partie. Le poète au miroir de la cité

Antiquaria et Antiquitates : prose et poésie au service d’un même projet historique ?

Anne Raffarin-Dupuis

Resumen

« Antiquaria et Antiquitates : prose et poésie au service d’un projet historique » : Deux textes d’Andrea Fulvio écrits à quelques années d’intervalle présentent une description raisonnée de la Rome antique : le texte en vers (Antiquaria Vrbis Romae 1513) est dédié à Léon x, le texte en prose (Antiquitates Vrbis Romae 1527) à Clément v. Si les préfaces des deux textes permettent de circonscrire des projets distincts, la nature et la finalité des développements qui les constituent en font deux textes complémentaires. Entre les deux projets, les enquêtes ont progressé, les travaux de dégagement des monuments et des œuvres d’art antiques se sont poursuivis et ont révélé des indications précieuses à l’« antiquaire ». La place réservée aux œuvres d’art antiques et contemporaines et considérable dans les deux textes ; l’analyse est toutefois plus documentée et plus approfondie dans le texte le plus tardif qui est aussi le plus savant. Dans les années qui séparent les Antiquaria des Antiquitates Fulvio a eu l’occasion de servir le grand projet de Raphaël : dessiner la ville région par région pour en donner un grand plan rigoureusement ordonné. On comprend que pour soutenir un tel projet les Antiquitates soient d’une précision supérieure à celle des Antiquaria. On aurait tort néanmoins de sous-estimer l’apport du texte en vers, qui constitue bien plus qu’une ébauche : il sous-tend et nourrit le projet érudit.

Texto completo

1Au Quattrocento, l’histoire n’est pas encore une discipline à part entière au sens où l’on parlera de disciplines au XIXe siècle. On connaît des textes humanistes qui se rattachent à cette discipline, mais cela signifie-t-il que l’on se trouve face à un genre constitué ? On constate que les biais qu’emploie le récit historique traversent tant la prose que la poésie et même le théâtre. L’œuvre d’un humaniste comme Andrea Fulvio place le lecteur face à la multiplicité des voies qu’emprunte le genre historique à cette époque.

  • 1 Ne igitur tot principum et uirorum illustrium monumenta depereant, ea res sola remedio est, ut qui (...)

2Lorsque le poète Porcelio Pandoni1, dans la préface de son recueil de poèmes dédicacé à Pie ii proclamait que l’unique instrument capable de soustraire à l’oubli les exploits des princes et seigneurs de l’époque était la plume des poètes, il reprenait un motif que les siècles précédents et notamment le Quattrocento n’avaient jamais occulté.

  • 2 Préface à Clément VII, Rome, éd. Marcello Silber, 1527, folio B ii : Ego itaque tanto numini addic (...)

3Fulvio est ce que l’on pourrait appeler un polygraphe puisqu’il est l’auteur d’un traité de poésie plus spécifiquement consacré à la métrique (l’Ars metrica publiée en 1487), de poèmes historiques avec notamment un poème sur les jubilés suivi de 57 vers latins sur les stations respectées durant la période du jeûne. Fulvio écrit dans la préface aux Antiquitates2 :

Pour ma part, guidé par une si grande autorité et poussé par la recherche de la reconnaissance qui ne manquerait pas d’en découler, sans interrompre les Antiquités de Rome que j’avais entreprises [les Antiquitates] j’ai publié un petit poème en hexamètres imprimé chez un éditeur, sur l’année du siècle que l’on appelle « Jubilé ». On célébra en effet un jubilé en 1525.

  • 3 Cf. Zabughin, I, p. 52-55 et II 1. p. 179-181.

4C’est le double profil de Fulvio : historien antiquaire et poète de circonstance, poète de « cour » au service des papes, qui le place au cœur du sujet de notre colloque. Fulvio a suivi les enseignements de Pomponio Leto3 dans le cadre bien connu de l’Académie Romaine : il y a acquis un style élégant en prose comme en poésie, une connaissance approfondie des auteurs antiques et des dons pour l’enquête archéologique. Sa maison du quartier de Saint Eustache renfermait toute une collection d’inscriptions antiques recueillies par ses soins ainsi que des monnaies antiques elles aussi retrouvées en ville et dont l’étude donna lieu à la publication d’un très bel ouvrage en 1517 chez Mazzocchi : les Illustrium imagines, collection jusqu’alors inédite de plus de deux cents visages de l’Antiquité à l’époque de Charlemagne.

5Dans la préface de l’Oratio in laude Vrbis Fulvio se présente ainsi : ANDREAE FVLVII ANTIQVARII ROMANI De laudibus urbis oratio ad Quirites. Il se qualifie lui-même d’antiquarius, terme qui n’était pas encore apparu dans la langue pour qualifier les humanistes attachés à la redécouverte de tous les pans de l’Antiquité. Ce texte constitue le développement d’un poème composé vers 1525 et récité à l’occasion de l’anniversaire de la ville de Rome, tradition établie par Pomonio Leto. Dans ce discours, Fulvio développe un éloge de Rome long et passionné, sans réserve, dans lequel il souligne le caractère exceptionnel de la ville, de ses habitants et de leur destin. Aucune mention du déclin de l’Empire, au contraire, il conclut, comme Biondo dans la péroraison de Rome restaurée à la vocation de Rome à devenir capitale du monde chrétien.

  • 4 Rome, Mazzocchi, 1513.

6Les deux textes que nous avons choisi de confronter, les Antiquaria4 (1513) et les Antiquitates (1527), expriment cette double compétence et ce double objectif propres à Fulvio : contribuer à l’édification historique de la ville sans abandonner les Muses.

Analyse des préfaces

  • 5 Antiquitates, fol A ii :
    Ingeniumque capax diuinae mentis et altae
    Religione Numam superas : grauita (...)

7Le livre des Antiquaria s’ouvre sur une dédicace en prose à Léon x immédiatement suivie d’un panégyrique en vers. Ce choix de la brève dédicace en prose (20 lignes) en lieu et place d’une préface doit attirer notre attention : Fulvio déclare qu’il va décrire les Antiquités de la ville hexametro carmine quam breuissime, puis il énumère les catégories de monuments abordées, convaincu que le pontife, ami des Muses, sera charmé par son travail. Cet incipit doit nous inciter à revisiter la préface des Antiquitates, texte de neuf ans postérieur, dans laquelle Fulvio annonçait qu’il n’avait pas l’intention de « raconter des histoires » : or, précisément si l’on se demande ce que fait Fulvio dans le panégyrique en vers qui ouvre les Antiquaria, on ne peut que constater qu’il « raconte des histoires5 » :

Puissant talent d’un génie divin et élevé, tu surpasses Numa par ton sentiment religieux, tu surpasses Caton par ton sérieux, juste Aristide et nouveau César d’une clémence supérieure, généreux comme un autre Sylla. Les égalant par l’esprit avec une bonté, une loyauté et une probité supérieures, tu te montres insurpassable par ta piété…

  • 6 Ibid. Fol. A iii :
    Inde coronatus magna spectante caterua :
    Plausibus altisonis Roma geminante leone (...)

8À cet éloge du pontife, succède le récit de son élection et le choix de son nom6 :

Tu fus couronné sous les yeux d’une immense foule, alors que Rome retentissait du bruit éclatant des applaudissements : le nom de Léon que tu as choisi te va à merveille. Car le lion est magnanime, astucieux, rusé et pénétrant, il est bienveillant envers les suppliants, ennemi impitoyable des malhonnêtes.

  • 7 Ibid. Fol. A iii : Mars silet et positis belli Tritonia signis
    Exercet calamos sopitaque tempore lo (...)

9Ce tableau se clôt sur la célébration d’un nouvel âge d’or : nunc aurea conditur aetas7, un âge de paix qui contraste avec la politique belliqueuse de Jules ii pour lequel il apparaît que Fulvio n’avait pas beaucoup d’admiration, comme d’autres humanistes, qui se félicitèrent de l’élection de Léon x dans lequel ils plaçaient l’espoir de voir les belles lettres remises à l’honneur.

10Ce mode de narration est repris dans la première partie des Antiquaria intitulée Reges : le récit des débuts de l’histoire de Rome correspond au premier livre de l’histoire de Tite-Live. Cette période, qui semble l’intéresser plus que les autres périodes de l’histoire romaine, constitue la matière d’une épopée et non d’un ouvrage historique didactique. Pourtant on y apprend toute l’histoire de la fondation et les débuts de l’histoire de Rome. Si l’on compare les deux textes, on pourrait presque réduire le « livre des rois » à une paraphrase en vers de l’histoire de Tite-Live, tant les formulations sont proches. C’est la mythologie, le merveilleux qui l’emporte. Peut-être, à cet égard, Fulvio est-il plus proche des Mirabilia dans ce texte ou des lettres de Pétrarque à Cola di Rienzo puis Giovanni Colonna que dans les Antiquitates où le récit est fondé sur le récit d’auctoritates dont l’identité n’est pas dissimulée.

  • 8 Fol. A i v : Fideliter tamen quae scripsi passim antea diffusa ac paucis cognita collegi : et in h (...)

11Pourtant, comme l’a déclaré Fulvio dans sa dédicace à Léon x, son intention était8 de « rassembler ses écrits éparpillés de-ci de-là déjà publiés mais peu connus et de les faire tenir dans cet éloge pour qu’ils soient ainsi livrés à ceux qui étudient la ville avec une plus grande facilité de lecture ».

  • 9 Ibid. supra : […] pauca quaedam omittens quorum appellationes carmen hoc non recipebat.

12Son objectif étant de livrer des connaissances sur les antiquités de la ville, il était naturel que ses sources fussent celles déjà identifiées et utilisées par son prédécesseur dans ce domaine, Flavio Biondo, ainsi que par ses imitateurs, Francesco Albertini notamment, que Fulvio semble avoir bien lu et qui mentionne les découvertes de Fulvio dans l’Opusculum de mirabilibus nouae et ueteris Vrbis Romae editum a Francisco Albertino Florentino publié dans le même volume que les Antiquaria. On ne s’étonne donc pas de retrouver Ovide, Varron ou Frontin dans les Antiquaria même si la citation des sources est l’un des critères discriminants entre les deux textes. Pour comprendre le mode d’introduction des citations, l’on se reportera à la préface aux Antiquaria dans laquelle Fulvio clôt ainsi l’énumération des objets évoqués : « en laissant toutefois de côté quelques éléments dont les noms ne s’intégraient pas au poème9 ». Nous n’irons pas pour autant jusqu’à en conclure que c’est la métrique qui lui dicte son sujet mais il est bien évident que certaines citations d’auteurs antiques qui sont convoquées comme auctoritates dans le texte savant, ou encore les inscriptions antiques, ne peuvent en aucun cas se plier à la métrique, au rythme du vers, sauf quand les sources sélectionnées viennent précisément d’Ovide ou de Virgile.

  • 10 Fol. B ii : Annum ab hinc prope nonum, Beatissime Pontifex, antiquitates Vrbis poeticis adstrictas (...)

13La comparaison avec la préface des Antiquitates est nécessaire pour cerner le projet de l’auteur. Tout d’abord, le pape dédicataire de l’ouvrage a changé. Or, précisément, ce changement de dédicataire introduit un changement d’objectif, de méthode et de forme : on passe des vers à la prose, c’est le changement le plus visible mais l’objectif et donc la méthode ont aussi évolué. Comme l’écrit Fulvio dans la préface aux Antiquitates, Léon x lui-même avait conseillé à Fulvio de se consacrer à un ouvrage plus ambitieux, à une version augmentée des Antiquaria Vrbis10.

Il y a neuf ans, Bienheureux Pontife, je décrivais les antiquités de la ville resserrées dans le mètre poétique pour les dédicacer au pontife Léon x, ton oncle, avant qu’il ne m’adresse lui-même la demande de remodeler la même matière et de la refaçonner mais dans une oeuvre différente par sa structure avec moins de contraintes…

  • 11 Antiquae Vrbis Romae cum regionibus simulachrum, autore M. Fabio Calvo Ravennate, Bâle, 1558.
  • 12 Fol. B ii infra : Quae iacerent in tenebris nisi litterarum lumen accenderet priscaque loca tum pe (...)

14La préface à Clément vii constitue un document précieux parce que Fulvio y explicite le projet et les méthodes employées. C’est également dans ce texte que sont explicitées ses relations avec Raphaël : si Raphaël nourrit le projet de décrire la cité comme architecte, et c’est bien ce que prouve la publication, un an après sa mort, du livre de son fidèle élève et ami Marco Fabio Calvo11, Fulvio travaille en tant qu’humaniste philologue, fin connaisseur de la littérature antique et antiquaire à l’affût de la moindre inscription présente sur le site ou figurant déjà dans des collections privées. Il écrit dans la préface des Antiquitates12 :

J’ai observé les monuments qui demeureraient gisant dans les ténèbres si la lumière des belles lettres ne les éclairait ainsi que les hauts lieux de l’Antiquité, en les parcourant à travers les régions ; ce sont eux que Raphaël d’Urbino, que je cite pour lui rendre hommage, a dessinés peu de jours avant sa mort en me prenant pour guide, même si un seul talent ne peut suffire à porter la ville aux nues ou à exprimer son visage antique. Mais comme, possédé par l’amour de la ville de Rome, je l’ai toujours étudiée avec un zèle ardent, j’ai dévoilé par mes propres forces ses parties antiques à la fois celles qui subsistent et celles qui ont disparu, dont certaines, avant mon entreprise, demeuraient inconnues, non seulement d’un point de vue topographique mais aussi étymologique en expliquant et en justifiant tout amplement et abondamment, et je ne me suis pas efforcé de la décrire en tant qu’architecte mais comme historien car je n’ai pas le projet de raconter des fables.

Fonction des Antiquitates

  • 13 Parmi beaucoup d’autres références, on pourra lire sur le sujet : Forero-mendoza S., Le temps des (...)
  • 14 Fol. B ii r-v : Pluris est inquit plautinus miles oculatus testis unus qui se uidisse dicat quam a (...)

15C’est dans le texte en prose qu’est exprimé de la façon la plus vibrante le regret face aux disparitions, regrets parce que Rome a été privée de ses plus beaux atours, mais difficultés également qui se dressent face à l’antiquaire puisque les témoins ne peuvent plus être interrogés. La méthode qui consiste à faire parler les pierres n’a de sens en effet que si les pierres sont suffisamment nombreuses et lisibles pour être signifiantes. Le thème de la déploration face aux ruines est bien connu depuis Pétrarque13 et il s’est développé tout au long du Quattrocento14 :

Je préfère cela, dit le soldat de Plaute, un témoin oculaire qui déclare qu’il a tout vu à dix personnes qui ont entendu parler de l’affaire ! Mais qui peut démêler des édifices si imbriqués, l’étendue de la ville et des époques si diverses ? Il ne me semble pas moins difficile de décrire la ville que de décrire l’univers dans son entier. Comme tout a été aussi souvent détruit que restauré, renversé par les guerres civiles, brûlé par les flammes ou dévasté par les mains barbares, rien n’a jamais été rendu à sa forme initiale en raison d’interventions réitérées. Une fois la ville détruite, on dit que tous ses ornements ont été subtilisés par les barbares, des marbres portant des inscriptions ont disparu, pour une part d’entre eux détruits ou dégradés par la malveillance des ennemis afin d’arrêter la transmission de la mémoire à la postérité, pour une autre part, réduits en chaux. Bien peu de vestiges de la ville ont été laissés à nos regards pour apaiser notre douleur et nos vieilles blessures. Tout ce qui se trouvait jadis dans la ville et tout ce qu’il y restait d’ornements, transporté en Afrique par les Vandales ou par Théodoric à Ravenne ou soustrait par Constantin, a péri dans la mer de Sicile de sorte qu’on en oublie le déplorable incendie de Néron au cours duquel a péri tout ce qu’il y avait de beau dans la ville.

  • 15 Haskel F. & Penny N., Taste and the antique, The lure of Classical Sculpture 1500-1900, Yale Unive (...)

16On peut comprendre que pour éviter la polémique, Fulvio ne mentionne pas les destructions opérées par les papes et les statues offertes à Cosme 1er parties à Florence, notamment le groupe d’Hercule et Antée15.

  • 16 Lettre à Léon X, Raphaël et Baldassar Castiglione. Édition établie par F.P. di Teodoro, avant-prop (...)

17Cette expression d’une perte irréparable justifie sans doute le soutien au projet de Raphaël ; Dans sa lettre à Léon x (1520), Raphaël16 écrit :

Ainsi, ayant étudié avec assez d’attention ces antiquités et déployé beaucoup de soin et de minutie à les rechercher et à les mesurer, après avoir lu les bons auteurs et confronté ces réalisations à leurs écrits, je pense avoir acquis quelques notions de l’architecture antique. Ce qui, d’un côté me procure un immense plaisir par la connaissance d’une chose aussi excellente et, de l’autre, me cause une immense douleur quand je vois le cadavre-ou presque-de cette noble patrie, qui fut la reine du monde, ainsi lacéré.

  • 17 « Andrea Fulvio antiquario Romano (C.1470-1527) », Annali della scuola Normale superiore di Pisa. (...)
  • 18 Rendiconti dell R. Accademia dei lincei, Classe di scienze morali, storiche e fililogiche, serie 5 (...)
  • 19 Lanciani p. 795-796 : « Raffaele non dipinse mai regioni personificate, nè prospettive archeologic (...)
  • 20 « Raphaël archéologue et historien d’art », Gazette des Beaux Arts, oct. nov. 1880, p. 21.

18Après la publication des Illustrium imagines vers 1517, débuta la collaboration entre Fulvio et Raphaël. Lors de leurs promenades dans Rome, la fonction de Fulvio était de signaler à Raphaël les monuments antiques qui présentaient un intérêt archéologique particulier afin que Raphaël en fasse les croquis. R. Weiss, dans son article « Andrea Fulvio antiquario Romano17 » ne pense pas que la collaboration entre l’artiste et l’antiquaire soit allée au-delà ; il juge notamment imprudent d’avancer que les Antiquitates aient servi de base et de point d’appui au projet de Raphaël d’établir un catalogue raisonné des antiquités romaines. C’est Lanciani qui le premier avait avancé cette idée dans un article publié en 1894 « La pianta di Roma antica e I disegni archeologici di Raffaelo Sanzio18. » On peut simplement observer que le texte de Fulvio offre un état des lieux détaillé et actualisé des monuments antiques dont il est difficile d’imaginer que Raphaël ne se soit pas servi. Lanciani commente l’expression penicillo finxerat : « Raphaël n’a jamais peint des régions distinctes ni des perspectives archéologiques région par région, mais il avait bien en tête un plan, comme l’on en faisait à son époque, qui devait tant représenter la cité entière que les quatorze régions qui la composaient19. » D’après Lanciani, Fulvio aurait pris en charge la compositon du texte (les Antiquitates publiées en 1527) tandis que Calvo se chargeait des plans. Pour étayer son argumentation, Lanciani maintient que la première publication de ce texte, située en 1532 par E. Müntz20, remonte bien à 1527.

19Dans les Antiquitates, contrairement à ce que l’on observe dans les Antiquaria, le recours à la numismatique n’est pas exceptionnel :

  • 21 Fol. XLIIIv :
    Iani templum Cuius templi forma uisitur hodie in nomismatibus Neronis ubi titulus
    PACE (...)

20* Une monnaie de Néron pour le temple de Janus21 :

La silhouette de ce temple apparaît aujourd’hui sur les pièces frappées par Néron, où figure la mention :
Une fois la paix obtenue sur terre et sur mer, le peuple Romain a fermé le temple de Janus.

  • 22 Fol. XCIII v : Nec desunt qui asserant non ab Agrippa sed Augusto antea conditum templum, porticum (...)

21* Au sujet du Panthéon22 :

Il y a en qui affirment que ce temple avait été fondé non pas par Agrippa, mais auparavant, par Auguste, et qu’en revanche, Agrippa avait ajouté le portique par la suite. Mais Pline affirme au livre XXXVI de l’Histoire Naturelle que c’est Agrippa qui a fait construire ce temple lorsqu’il explique qu’il a été consacré par Agrippa à Jupiter Vltor (Vengeur). De même, il avance que Diogenes d’Athènes et Carsacides l’ont décoré. Et bien plus, non seulement sur les monnaies de l’époque d’Agrippa, apparaît, bien représentée, la forme du portique et du temple, mais sur l’inscription en lettres majuscules sur le fronton :
M. Agrippa, fils de Lucius, consul pour la troisième fois, l’a fait construire.

  • 23 Fol. XLVIII v : Et in superioribus uisuntur a fronte et a tergo quatuor in locis : hinc uotis X. h (...)

22* Arc de Constantin monnaie de l’époque de Constantin23 :

Et dans la partie supérieure, au recto et au verso, on voit à quatre endroits : d’une part dix ex-votos, d’autre part, vingt ex-votos.
Ces ex-votos étaient dédicacés dans des situations de danger extrême comme cela apparaît sur les pièces de monnaie frappées à l’époque de cet empereur.

  • 24 Antiquitates, fol. A iii r : Verum ita ruinis omnia oppleta et operta ut difficillime internoscant (...)

23L’intérêt porté aux fouilles récentes est perceptible à plusieurs reprises : la préface aux Antiquitates24 montre l’humaniste attentif aux témoins du passé que dissimulent les nouvelles constructions. Chaque nouveau chantier attire son attention non seulement en raison des fragments ou des fondations que va livrer le sol romain mais également parce qu’il est à l’affût des textes que portent les pierres.

  • 25 Antiquitates fol. L v :
    Nam ueteres romani duces ac triumphantes non arcus sed triumphalia insignia (...)

24Il fut ainsi le premier à révéler certaines inscriptions, notamment celle qui figure sur les trophées de Marius et que les antiquaires de l’époque peinent à déchiffrer. Elle est aujourd’hui reproduite dans le CIL I, p. 290-291 reprise dans CIL VI, 1, 1315 et dans XI, 1831. Francesco Albertini indique que Fulvio a transmis à Pomponio Leto les inscriptions qu’il avait redécouvertes et conservées dans sa maison près de Saint Eustache25.

  • 26 Antiquaria fol. D iiii v.
    Nunc ubi carminibus recitandis more uetusto
    Ornata aulaeis proscaenia pict (...)

25Dernier indice révélant une attention de tous les instants à la subsistance du passé, la mention d’événements récents qui signalent, dans la Rome contemporaine, la présence de l’Antiquité : dans les Antiquaria, un développement consacré au Capitole, évoque avec précision les représentations des comédies classiques qui s’y déroulaient et notamment du Poenulus de Plaute qui fut représenté en 1513 lorsque Julien de Médicis obtint la citoyenneté romaine26. L’enjeu est bien de signaler toute survivance, toute émergence du passé enfoui pour comprendre et diffuser un savoir sur l’Antiquité.

La présentation des œuvres et des sites antiques dans les deux textes

26L’histoire de la redécouverte des œuvres d’art est présentée comme une composante de la grande Histoire : aucune frontière ne sépare l’histoire de l’histoire de l’art.

  • 27 Antiquaria livre I, Mons Caelius, Fol F 3v-4v.
    Aede sub hac extat de tot nunc una tabella
    Aerea adhu (...)

27On doit se demander si le traitement des éléments relatifs à ce que l’on peut appeler l’histoire de l’art est identique dans les deux textes ? Tant dans les Antiquaria que dans les Antiquitates, Fulvio réserve une place de choix aux œuvres contemporaines considérées comme corollaire de la splendeur passée. Pour les monuments, le Capitole, le nouveau Saint Pierre sont signalés, quant aux chef-d’œuvre de la première Renaissance, il cite la Navicella de Giotto et les portes de bronze de Filarete pour Saint Pierre, les tombeaux de bronze des papes (au Latran par exemple, la tombe du pape Martin v et les fresques de Gentile da Fabriano et Pisanello), la Lex de imperio Vespasiano réemployée à des fins de propagande politique par Cola di Rienzo27, la statue de bronze de Léon x au Capitole, les loges de Raphaël… les fresques de Santo Stefano Rotondo.

28On peut se demander si les œuvres sont présentées selon les mêmes modalités dans les deux textes ou si le texte savant des Antiquitates donne plus d’informations historiques fondées sur des sources objectives incontestables ?

  • 28 Antiquitates, fol. XXXVI v : Extant hodie subterraneae cisternae quas capaces et septem salas uoca (...)

29Pour répondre à cette question, on s’attachera naturellement à la grande redécouverte que mentionnent les Antiquitates28 dans la région des thermes de Titus et de la Domus Aurea, la redécouverte du Laocoon :

Il subsiste aujourd’hui des citernes souterraines profondes que l’on appelle aussi les sept salles réunies en une admirable structure et dans lesquelles on conservait l’eau. À proximité on a très récemment redécouvert dans un trou profond le Laocoon de Virgile avec ses deux fils réalisé dans un bloc de marbre… Cette statue se trouve aujourd’hui au Vatican.

  • 29 Antiquitates, cf. infra, note 32.
  • 30 A. Nesselrath “Laocoonte vive”, in Laocoonte alle origini dei Musei Vaticani, Quinto Centenario de (...)

30Le Laocoon fut redécouvert en 1506 dans une vigne sur la colline de l’Oppius au lieu-dit le Capoce, situé entre St Pierre aux Liens et le Colisée. Michel Ange et Giulano da Sangallo eurent un rôle décisif dans les événements puisque le pape Jules ii aurait alors recommandé à l’architecte d’aller voir sur place cet objet qui enflammait la ville. Comme Michel Ange résidait alors à Rome invité par Sangallo, ils se rendirent ensemble sur les lieux. On ignore lequel des deux a reconnu le groupe décrit par Pline. Cette découverte a lieu au moment où Jules ii concevait l’aménagement du jardin des statues au Belvédère : c’est cette année-là qu’il commença à prendre forme avec le David de Michel Ange et le Laocoon. Le Cortile devait contenir aussi : l’Apollon du Belvédère, les divinités fluviales Arno alias Tigri (mentionnés par Fulvio29), le Tibre, le Nil30.

  • 31 Antiquaria, fol. I ii v :
    Stat Cleopatra super cubito subnixa grauato
    Serpentis spira quo condidit i (...)

31Si le texte en prose ne souligne pas les qualités artistiques de la statue, les Antiquaria31 situent le groupe de Laocoon et ses fils au milieu d’autres statues présentées comme des chefs-d’œuvre de l’art antique dans la cour du Belvédère. L’expression du visage du héros, les membres déjà prisonniers du serpent, sont rapidement évoqués.

32Pas d’écart notoire donc dans la description, quelques précisions de nature diverse dans les deux textes tout au plus.

  • 32 Antiquaria, fol. E ii r-v
    Alta ubi nunc extant et clara palatia lautis
    Magnificisque uiris Conseruat (...)

33Les collections du palais des Conservateurs au Capitole, évoquées dans les deux textes, offrent à leur tour un point de comparaison intéressant. Fulvio écrit dans les Antiquaria32 :

[…] dans le vestibule et là où se distingue un portique élevé, se dresse une énorme tête d’airain à laquelle la statue de bronze du colosse a servi de support et sa main d’airain brandissant une lance domine le tout devant l’entrée et sur le seuil de la porte la statue de bronze de la louve le cou penché offrant ses mamelles aux jumeaux nés de Mars.
L’entrée s’ouvre sous la protection d’Hercule Gardien, bronze placé sur la droite, qui s’élève sur un haut socle de marbre et dont la massue effraie tous les chiens en raison de son odeur.
On distingue aussi de nombreux fragments du colosse en marbre sous le toit, sa tête et ses pieds et sur les escaliers de gauche, deux sphynges de marbre noir sont toujours allongées.
Là où le haut de l’escalier mène à l’entrée, s’ouvre une impressionnante cour ; dans l’entrée l’on voit resplendir des fresques représentant les exploits des premiers citoyens, deux statues de bronze antique de jeunes gens du même âge l’un vêtu d’une toge, debout, comme en position de suppliant, l’autre statue en bronze représentant un éphèbe assis se penchant, nu, le regard attentif et la poitrine en avant considérant la blessure de son pied…

  • 33 Antiquaria, fol. XXI r : Simulachra infantium conditorum urbis sub uberibus lupae posuerunt ut sup (...)
  • 34 F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 223.

34Dans les Antiquitates33, les détails concernant le groupe de la Louve et des jumeaux sont plus nombreux, mais l’ordre de présentation des œuvres ne diffère pas : la statue colossale de Commode qui est nommé alors qu’il ne l’est pas dans les Antiquitates (c’est Biondo qui avait le premier cité le texte mentionnant le remplacement de la tête de Néron sur le Colosse qui a donné son nom au Colisée) les Sphynges, les deux statues des fleuves, le Nil et le Tigre que ne mentionnent pas les Antiquaria, une mention de la corne d’abondance. Toutefois, la redécouverte récente sur le site de l’Ara Maxima de la statue d’Hercule34 (« une statue en bronze doré d’Hercule représenté nu encore tout jeune homme, tenant dans sa main droite la massue tandis que dans la gauche, il tient les pommes des Hespérides, l’une de ses premières découvertes »). La suite de l’énumération ne comporte pas de différence notable : les pieds et la tête de la statue de marbre colossale, différentes statues de marbre mais celle de Léon x est distinguée et les deux statues de jeunes garçons l’un vêtu en tenue d’esclave, l’autre nu, le corps penché, s’arrachant une épine du pied, « admirable réalisation d’antique facture ». Enfin, sur les murs, une fresque récente représentant les exploits des rois de Rome et les triomphes des héros de l’histoire Romaine.

  • 35 F. Haskell, Taste and the antique. The Lure of Classical Sculpture (1500-1900), Yale University Pr (...)

35En revanche, c’est dans ce passage que Fulvio introduit une nouvelle hypothèse sur l’identification du fameux Marforio, identifié comme Filii Martis déformé en Marfoli par Cavallini, comme Jupiter Panarius par Biondo, tandis que Fulvio pense que l’appellation populaire Marforio n’est qu’une corruption de Nar fluuius, Nar étant le nom romain de la rivière Néra affluent du Tibre35. Plus tard, Marliani en fera une statue du Rhin puis on l’identifia au Danube.

  • 36 Antiquaria, fol. P iii r-v :
    Hac in parte ingens excogitat Amphitheatrum
    Dictator Caesar: quod opus (...)

36Si l’on s’attache maintenant aux descriptions de monuments emblématiques du prestige antique comme le Mausolée d’Auguste ou le Panthéon. On constate que la description du Mausolée d’Auguste dans les Antiquaria36 présente un locus amoenus, autre texte beaucoup plus précis dans la description du monument et des statues qui l’ornent. Le texte en vers se situe davantage dans le registre de l’énumération de reliques ou d’éléments architecturaux admirables que dans l’analyse et l’étude :

Dans cet immense espace du champ de Mars, César dictateur conçoit l’amphithéâtre : cet ouvrage, peu après, c’est Auguste qui le poursuivit, en incluant dans le même espace son Monument (molem), en donnant la forme d’un Mausolée à la muraille qui se dresse entre la voie flaminienne et les rives du Tibre. Adossée au fleuve, c’est une masse que l’on voit de toutes parts, de forme arrondie, au sommet de laquelle s’offrait jadis la statue de César Auguste. Aujourd’hui on appelle couramment Augusta l’espace renfermant ses cendres contenues dans une urne dorée entourée des sépultures et des urnes de ses proches. Derrière son Mausolée se trouvait un bois aux ombres denses car ce prince généreux qui aimait la ville et le peuple ouvrit à l’usage du public pour la promenade les forêts alentour aux diverses espèces d’arbres. Au milieu, l’enceinte, toute de marbre blanc avait été entourée de palissades avec des piliers métalliques entre chacune. Un bois faisait écran avec d’épaisses feuilles de peupliers. De là vient peut-être qu’une porte ancienne porte un nom récent avec l’église située tout près : la porte Flumentane, à moins que l’on préfère le nom de Peuple qui viendrait de là.

  • 37 Antiquitates, fol. XCIr : Commemoratione dignum est quod Mausoleum appellatur excelsis fundatum mo (...)

37Dans les Antiquitates37, la description peut paraître techniquement plus documentée, historiquement plus explicite avec l’explication du nom de la porte du Peuple et de l’église Sainte Marie du Peuple, mais la différence essentielle réside dans la transmission de l’inscription gravée par un affranchi d’Auguste.

  • 38 Antiquaria, fol. P iiii r :
    Haud procul ad Zephyros celebris patet inde
    Surgit ubi ultoris Iouis ad (...)
  • 39 Antiquitates, fol XCIIII v : Ipsum uero Pantheon haud dubie cetera urbis templa magnitudine lapidu (...)

38Si, pour conclure ce tour d’horizon, l’on compare aussi les deux descriptions du Panthéon on voit que le rapport entre les deux textes n’est pas simple : on ne peut pas conclure que le texte en vers38 constituerait l’espace privilégié de développement du locus amoenus et de l’ekphrasis tandis que le texte en prose constituerait une étude scientifique sérieuse fondée sur des sources telles que Vitruve… Dans les Antiquitates39 au sujet du Panthéon, après une longue présentation historique, Fulvio entreprend une description à caractère esthétique plus développée qui constitue une dimension nouvelle dans les textes du Quattrocento consacrés à la redécouverte matérielle. Excepté dans des traités que l’on pourrait qualifier de « techniques » comme le De Re Aedificatoria d’Alberti, l’on ne trouve jamais de précisions aussi minutieuses sur les ornements d’un temple. Les Antiquaires ont pris conscience que l’Antiquité est enfouie dans un passé dont les traces resurgissent parfois accidentellement, parfois de façon très évidente. La notion de ruine en tant qu’indice est intuitivement perçue par les hommes du Quattrocento mais en tant que telle, elle doit avoir une utilité : celle de permettre la reconstruction, ils ne se situent pas encore dans le registre de l’admiration. On assiste tout au plus à une énumération teintée d’admiration pour la grandeur des hommes et des monuments de l’Antiquité païenne et chrétienne sans discrimination, sans hiérarchie. Une fois que les humanistes ont émergé de l’inextricable confusion dans laquelle se présentent les ruines, ils peuvent apprécier au sens d’évaluer et de goûter les qualités esthétiques de la ruine devenue monument à part entière : dans chacun des deux textes, Fulvio introduit un nouveau registre, mais outre la différence formelle qui les sépare, il y a également un écart de neuf années à prendre en considération à une époque où les découvertes et les progrès se succèdent à un rythme presque quotidien. Il serait donc aussi inexact de considérer qu’à l’époque où c’est à la poésie que l’on confie les sujets graves et les célébrations historiques, l’ouvrage qui relève du genre historique est celui de 1513 (Antiquaria), que de considérer que la prose permettant des développements et des citations plus amples et plus précis, le texte qui relève vraiment de l’Antiquaria est celui de 1527 (Antiquitates).

39Il faut plutôt envisager une contamination réciproque d’un texte par l’autre. Au terme de ce rapide parcours, il s’avère que ce qui a du sens pour cerner les projets respectifs de l’auteur dans chacun des deux textes, ce n’est pas tant la confrontation entre des descriptions en présence mais l’absence de monuments, d’inscriptions et de monnaies dans les Antiquaria. Le choix de ne pas être exhaustif, de ne pas utiliser toutes sources disponibles, qu’elles soient écrites ou matérielles, de ne pas s’astreindre à l’analyse des structures urbanistiques en tant que la structure donne un sens, n’était possible que dans le texte en vers dans la mesure où la poésie même est un espace de liberté contrainte et encadrée en l’occurrence, par le dédicataire et par le genre encomiastique, dans la mesure aussi où le texte en vers est premier et lance en quelque sorte l’humaniste sur la piste de l’Antiquaria.

40Les descriptions en vers du Panthéon ou du Mausolée d’Auguste n’ont pas qu’une fonction archéologique : elles ne ressortissent pas uniquement au processus de restauration. Elles offrent en revanche un prélude à ce que l’on appelle la poétique des ruines. La grandeur romaine célébrée en vers ouvre la voie aux poèmes du XVIe siècle sur les ruines de Rome aussi bien en latin qu’en français.

41Si l’œuvre historique en prose, véritablement inspirée de la méthode inaugurée par Biondo et des résultats qu’elle lui a permis d’obtenir, dépasse les conclusions du pionnier de l’Antiquaria, l’œuvre la plus originale et la plus personnelle à la fois n’est-elle pas le texte en vers de Fulvio ? Quelle plus belle preuve de son attachement à la ville que la composition d’une longue description versifiée de la cité, résultant de ses recherches d’antiquaire ? Entreprise inédite s’il en est, puisqu’il ne s’agit pas de chanter l’histoire de Rome mais de reconstruire une vision de l’Antiquité qui ne passe pas par l’épopée dans le mètre de l’épopée !

42Il nous reste à conclure que le texte savant en prose (Antiquitates) s’enrichit du texte en vers et que sans le travail préalable qui a abouti à la rédaction du poème, les Antiquitates qui reposent sur une base érudite écrite en vers aurait davantage tardé à apporter des éclairages radicalement nouveaux et à faire des incursions du côté de ce que l’on pourrait appeler, en risquant un anachronisme, « les champs de fouille ». Avec les œuvres de Fulvio, on est déjà dans le registre de l’histoire des arts, au carrefour de la poésie, de l’histoire de la sculpture, de l’architecture et du dessin. Aucun registre de l’histoire des arts n’est en effet exclu. Ce que nous révèle enfin cette étude, c’est que le projet d’établissement d’un savoir encyclopédique sur l’Antiquité peut se voir soutenu par des textes de toute nature et n’exclut a priori aucune forme.

Notas

1 Ne igitur tot principum et uirorum illustrium monumenta depereant, ea res sola remedio est, ut qui ingenio ualent quique elocutione perpolita et quauis dicendi exercitatione praediti sunt, hi nouorum gesta preescribant quos immortalitati commendari benemeritos putant, unde et sibi et illis nominis aeternitatem uendicare possint. De foelicitate temporum diui Pii II pontificis maximi, inedit, in BAV, Reg. Lat. 1991, c. 2v, cit. in C. Bianca, I Poeti, note 53, p. 190. Cf. Amedeo de Vincentiis, Battaglie di memoria. Gruppi, intelletuali, testi e la discontinuità del potere papale alla meta del Quattrocento. Con l’edizione del regno di Leodrisio Crivelli, Roma nel Rinascimento, 2002.

2 Préface à Clément VII, Rome, éd. Marcello Silber, 1527, folio B ii : Ego itaque tanto numini addictus tantaeque gratiae ineundae studio excitatus incoeptas antea urbis antiquitates non intermittens, Saecularis anni (quem iubilaeum uocant) nuperrime aeditum hexametro carmine libellum typisque impressum exibui. Instabat enim tunc Iubilaei annus M. D. XXV.

3 Cf. Zabughin, I, p. 52-55 et II 1. p. 179-181.

4 Rome, Mazzocchi, 1513.

5 Antiquitates, fol A ii :
Ingeniumque capax diuinae mentis et altae
Religione Numam superas : grauitate Catonem :
Iustus Aristides et clementissimus alter
Caesar munificus ueluti Cornelius alter
Sylla : pares animos superis bonitate fideque
Ac probitate geris : nulli pietate secundus,
Quid grauis eloquii et Musarum munera narrem ?

6 Ibid. Fol. A iii :
Inde coronatus magna spectante caterua :
Plausibus altisonis Roma geminante leonem
Quod delegisti nomen tibi conuenit aptum.
Nam Leo magnanimus : sollers astutus et acer
Supplicibus clemens : prauisque acerrimus hostis

7 Ibid. Fol. A iii : Mars silet et positis belli Tritonia signis
Exercet calamos sopitaque tempore longo
Excitat ingenia ad certamina docta sororum
Grata repromittens Augusti tempora et illas
Maecenatis opes et praemia uatibus ampla
Principe iam rerum frenos moderante Leone.
Vnde triumphales titulis insignibus arcus
Tot tibi praeclari musarum munere surgunt
Atque poetarum resonantia carmina passim.
Subdita regna tibi cum regibus omnia mundi
Diue Leo ut forti bruta inferiora leoni.

8 Fol. A i v : Fideliter tamen quae scripsi passim antea diffusa ac paucis cognita collegi : et in hoc uelut Enchyridion redacta urbanarum rerum studiosis lectitanda commodius exhibentur.

9 Ibid. supra : […] pauca quaedam omittens quorum appellationes carmen hoc non recipebat.

10 Fol. B ii : Annum ab hinc prope nonum, Beatissime Pontifex, antiquitates Vrbis poeticis adstrictas numeris scribebam Leoni X Pont. Max. patrueli tuo dicandas, iniuncta mihi denuo illo ipso iubente eiusdem massae cudendae recoquendaeque uerum diuersae structurae opera liberiore sane campo, quodam quasi auctorio adsumptum opus recognoui.

11 Antiquae Vrbis Romae cum regionibus simulachrum, autore M. Fabio Calvo Ravennate, Bâle, 1558.

12 Fol. B ii infra : Quae iacerent in tenebris nisi litterarum lumen accenderet priscaque loca tum per regiones explorans obseruaui quas Raphael Vrbinas (quem honoris causa nomino) paucis ante diebus quam e uita decederet (me indicante) penicillo finxerat. Tametsi nullum ingenium ad attollendam urbem satis est nec eius facies qualis ante fuerit exprimendam. Sed cum urbis Romae ob affectatum amorem ardenti semper animo studiosus fui, antiqua eius loca et quae nunc extant et quae iam esse desierunt. Quorum nonnulla ante hac incognita meo Marte aperui, non modo geographice sed ethymologice cum rerum causis et argumentis abunde copioseque non ut architectus sed historico more describere curaui nam fabulas dicere non est consilium.

13 Parmi beaucoup d’autres références, on pourra lire sur le sujet : Forero-mendoza S., Le temps des ruines, le goût des ruines et les formes de la conscience historique à la Renaissance, Paris, Champ Vallon, 2002.

14 Fol. B ii r-v : Pluris est inquit plautinus miles oculatus testis unus qui se uidisse dicat quam auriti decem. Nullum enim opus sine fide et castitate recte fieri potest. Verum quis tam confusa loca et urbis magnitudinem et temporum uarietates comprehendere potest ? Vt profecto mihi non minus difficultatis habere uideatur urbis quam orbis descriptio. Cum saepius diruta saepius instaurata sint omnia uel ciuilibus bellis euersa uel incendio absumpta uel barbarica manu afflicta, numquam postea in pristinam formam ob laboris nimietatem instaurata sunt. Direpta deinde urbe omnia quae ad ornatum eius posita erant ab hostibus sublata dicuntur, marmora uero cum titulis, ne memoria ad posteros perueniret, partim direpta aut hostium malignitate comminuta, partim in calcem decocta abiere. Paucis admodum ante oculos ciuitatis ad dolorem et uetera refricanda uulnera relictis. Quidque antea et quicquid ornamentorum reliqui erat, aut a Vandalis in Africam deportatum aut a Theodorico Rauennam aut a Constantio ereptum in mari siculo periit ut omittatur flebile Neronis incendium quo periit quicquid nobile in urbe fuit.

15 Haskel F. & Penny N., Taste and the antique, The lure of Classical Sculpture 1500-1900, Yale University Press, New Haven & London, 1981, p. 14.

16 Lettre à Léon X, Raphaël et Baldassar Castiglione. Édition établie par F.P. di Teodoro, avant-propos de F. Choay, traduit de l’italien par F. Choay et M. Paoli, les éditions de l’imprimeur, Besançon, 2005, p. 31.

17 « Andrea Fulvio antiquario Romano (C.1470-1527) », Annali della scuola Normale superiore di Pisa. Classe di lettere, storia e filosofia XXVIII, ser. II, 1959, p. 1-44.

18 Rendiconti dell R. Accademia dei lincei, Classe di scienze morali, storiche e fililogiche, serie 5, III (1894) p. 795.

19 Lanciani p. 795-796 : « Raffaele non dipinse mai regioni personificate, nè prospettive archeologiche del suolo urbano, regione per regione : ma si occupò bensi di una pianta, alla maniera dei suoi tempi, che doveva rappresentare tanto la città intera, quanto le singole quattordici regioni che la compongono. Questa pianta fu concertata e messa insieme nelle sue linee generali tra Raffaello, il suo consigliere topografico Andrea Fulvio ed il suo segretario filologico Messer Marco Fabio Calvo da Ravenna. Raffaello morì quando s’era appena finita di studiare la prima regione. I due superstiti decisero di continuare l’opera isperata dal genio divino del loro amico e mecenate, il Fulvio occupandosi del testo, il Fabio Calvo della pianta. La data prescelta per la publicazione dell’uno e l’altro lavoro fu il 1527. »

20 « Raphaël archéologue et historien d’art », Gazette des Beaux Arts, oct. nov. 1880, p. 21.

21 Fol. XLIIIv :
Iani templum Cuius templi forma uisitur hodie in nomismatibus Neronis ubi titulus
PACE P. R. TERRA MARIQ. PARTA IANVM CLVSIT.

22 Fol. XCIII v : Nec desunt qui asserant non ab Agrippa sed Augusto antea conditum templum, porticum uero ab Agrippa postea superadditam. Sed Plinius libro XXXVI Naturalis Historiae ab Agrippa factum asserit cum inquit Pantheon Ioui Vltori ab Agrippa factum. Item Agrippae Pantheon decorauit Diogenes, Atheniensis et Carsacides. Quinimmo et in numismatibus Agrippae satis expressa et templi et Porticus forma apparet et in frontispitio cubitales litterae titulum ostendunt uidelicet :
M. AGRIPPA. L. F. COS. TERTIVM FECIT
Le texte de Pline (§ 38) tel qu’il est établi aujourd’hui dans nos éditions modernes diffère du texte retenu par Fulvio : Agrippae Pantheum decorauit Diogenes Atheniensis. In columnis templi eius Caryatides probantur… CUF, texte établi par J. André, 1981, p. 62. L’éditeur indique qu’une famille de manuscrits donne Carsatides (leçon retenue par Fulvio), dont le manuscrit Parisinus Latinus 6797 dont les leçons se retrouvent fréquemment dans Rome restaurée de Biondo. Peutêtre ce manuscrit circulait-il dans les milieux antiquaires à l’époque de Fulvio.

23 Fol. XLVIII v : Et in superioribus uisuntur a fronte et a tergo quatuor in locis : hinc uotis X. hinc uotis XX.
Quae uota in magnis periculis uouebantur ut apparet etiam in eius principis nomismatibus.

24 Antiquitates, fol. A iii r : Verum ita ruinis omnia oppleta et operta ut difficillime internoscantur, unde eleganter (meo quidem iudicio) definisse ille uisus est qui dixit, nos hac aetate habitare in tectis cum plerumque in fundamentis effossis nouarum aedium uiae ueteres stratae silicibus reperiantur.

25 Antiquitates fol. L v :
Nam ueteres romani duces ac triumphantes non arcus sed triumphalia insignia cum statuis et trophoeis habebant ut trophoea C. Marii in Exquiliis de triumpho Cimbrico et altera de triumpho Iugurthino in uia flaminia inter collem nunc hortulorum et Augusti mausoleum ubi marmorea tabula cum titulo C. Marii de triumpho Iugurthino me auctore empta a quidam lapicida quae nunc est in domo Pomponii Laeti in monte Quirinali.
Des informations complémentaires sur la découverte de cette inscription sont fournies par Francesco Albertini dans l’Opusculum de mirabilibus nouae et ueteris urbis Romae (éd. Valentini & Zucchetti, Codice topografico IV, p. 488) : De arcubus triumphalibus, arcus Domitiani :
Tempore [P. Laeti] inter Augustam et ecclesiam Sancti Thomae in uinea fratrum Sanctae Mariae de Populo positam, effossa fuere multa marmora cum statuis et columnis dirutis cum lapide marmoreo et semidiruta inscriptione, uidelicet : AVGVR TR… TVRBATAM. In fine lapidis est fractura cum apicibus litterarum. Quem lapidem uidi in Quirinali in aedibus Pomponii Laeti a lapicida quodam Florentino emptum auctore Andrea Fulvio Praenestino uiro doctisimo Pomponiique amicissimo
VGVR. TR. MIL. EXTRA
VGVRTHA. REGE. NVMID.
TRIVMPHANS. IN
ANTE. CVRRVM. SVVM
NSVL. APSENS. CREATVS
ONORVM. EXERCITVM
IMBROS. FVGAVIT. EX. IEIS. ET
HAVIT. REM. P. TVRBATAM

26 Antiquaria fol. D iiii v.
Nunc ubi carminibus recitandis more uetusto
Ornata aulaeis proscaenia picta superbis
Plauti ubi iocundo successu Poenulus acta est
Ingenti rerum pompa primoque Leonis
Pontificis decimi septembrisque idibus anno
Cum frater pariterque nepos ascitus in urbem
Vrbis muneribus pariter donatur uterque
Post rem diuinam sacris iam rite peractis
Regificis epulum lautum et memorabile mensis
Exhibitum coenis compar Saliaribus olim.

27 Antiquaria livre I, Mons Caelius, Fol F 3v-4v.
Aede sub hac extat de tot nunc una tabella
Aerea adhuc ubi plebiscita antiqua uidentur.

28 Antiquitates, fol. XXXVI v : Extant hodie subterraneae cisternae quas capaces et septem salas uocant mirabili strucura compactas ubi aquae seruabantur iuxta quas nuperrime inuentus est in subterranea crypta seruatus Laocoon uirgilianus cum duobus filiis ex uno marmore.

29 Antiquitates, cf. infra, note 32.

30 A. Nesselrath “Laocoonte vive”, in Laocoonte alle origini dei Musei Vaticani, Quinto Centenario dei Musei Vaticani (1505-2006), Roma, 2006, p. 70-71

31 Antiquaria, fol. I ii v :
Stat Cleopatra super cubito subnixa grauato
Serpentis spira quo condidit ipsa reuincto
Statque coronatus glauca proiectus inalga
Incumbensque lupae tergo tyberinus ubi illa
Admouet ut nutrix infantibus ubera paruis
Marte satis quos ipse deus Tiberinus ab undis
Seruauit parcens dominos uiolare futuros
Haud procul arcitenens formaque decorus Apollo
Atque phare tratus cornu qui spicula torquet.
Stat prope Laocoon innexus membra colubris
Qui nec opem sibi nec natis clamantibus ullam
Ferre potest miseris moribundo squallidus ore.
Stat quoque cum puero citherea cupidine paruo
Quae nuda aligero blandis arridet ocellis
Hesperidum seruans pomaria sacra sororum.

32 Antiquaria, fol. E ii r-v
Alta ubi nunc extant et clara palatia lautis
Magnificisque uiris Conseruatoribus urbis
Culta magistratus tantum sortita togatos
Quorum uestibulo et qua porticus ardua surgit
Stat caput aere tumens quod aenea forma colossi
Substulit atque pilam eiusdem manus aerea torquens
Eminet ante fores primoque in limine portae
Aerea forma Lupae flexa ceruice gemellis
Sedula Martigenis infantibus ubera praebens.
Limina prima patent custode sub Hercule tuta
Aeneus ad dexteram qui marmore prominet alto
Cuius claua canes olfatu territat omnes.
Stantque sub impluuio magni fragmenta colossi
Marmorei caput atque pedes gradibusque sinistris
Sphynges adhuc recubant nigro de marmore binae
Surgit ubi ascensus suprema ad limina ducens
Qua patet ingressu primo spectabilis aula
In qua picta nitent priscorum gesta quiritum,
Bina ubi cernuntur simulachra ex aere uetusto
Pubertate pari iuuenes alterque togatus
Stansque peroranti similis sublatus ad auras
Altera forma sedens se se curuantis Ephebi
Aerea nuda oculis intenta et pectore prono
Visa pedis labem et contagia quaerere sicut
Pastor acu spinam contracto crure reuellit.

33 Antiquaria, fol. XXI r : Simulachra infantium conditorum urbis sub uberibus lupae posuerunt ut supra dictum est. Vnde in Lateranum prius postea in Capitolium delata. Extat et in porticu ingens aeneum caput Commodi (ut aiunt) Imperatoris una manus et unus pes. Item duo pari forma ingentia, marmoreaque fluuiorum simulachra seminuda. Quae quantum ex rerum argumento deprehendi potest, Nili ac Tygris flumina numina sunt. Quorum alterum Sphynga aegypti peculiare animal cui cubito innititur, habet, alterum uero Tygridem Armeniae truculentam feram, nam Nilus Aegypti Tygris uero Armeniae fluuius est. Aelianus scribit Nili simulachrum exprimi figura humana. Huiusmodi enim simulachra uel habent urnas aquam fundentes, ut Nar fluuius, uel lupam cum infantibus ut Tyberis. In quorum sinistris est Cornu Copiae rerum affluentiam significans. Quamuis omnia flumina identidem exprimerentur, alia aliis insignibus uti competebat. Intra limen stati a dextris surgit simulachrum aereum inauratum ac nudum Herculis adhuc impuberis, dextra clauam sinistra uero aurea Hespridum mala tenens, quae in prima sustulit inuenta, quod signum in ruinis Arae Maximae in foro Boario mea aetate repertum est. Extant in ipso atrio caput et pedes marmorei Colossi et quaedam alia fragmenta quae erant antea iuxta templum Pacis in uia sacra…

34 F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994, p. 223.

35 F. Haskell, Taste and the antique. The Lure of Classical Sculpture (1500-1900), Yale University Press, 1981, p. 259.

36 Antiquaria, fol. P iii r-v :
Hac in parte ingens excogitat Amphitheatrum
Dictator Caesar: quod opus mox ipse peregit
Augustus spatio molem complexus eodem,
In Mausolei redigens ea moenia formam
Inter Flaminiam et tybris surgentia ripas.
Incumbens fluuio quae cernitur undique moles
Sphaerica cui forma est in cuius uertice quondam
Caesaris Augusti simulachrum ex aere patebat.
Nunc unde a uulgo moles Augusta uocatur
Eius ubi cineres quos aurea substulit urna
Quam circum stabant tumulique urnaeque suorum
Stabat ubi a tergo lucus densissimus umbris
Nam circumuectas diuersa ex arbore siluas
Munificus princeps urbisque et plebis amator
In magnum populo spaciandi publicat usum
Ambitus in medio niueo de marmore totus
Circum septus erat cancellis undique ferri
Intra cancellos. Nemus assurgebat opacis
Populeum foliis quod ibi prouenerat ultro.
Vnde uetus forsan cognomine porta recenti
Cum templo dicta est nunc Flumentanta propinquo
Ni potius populo positum cognomen ab ipso.

37 Antiquitates, fol. XCIr : Commemoratione dignum est quod Mausoleum appellatur excelsis fundatum molibus, lapide niueo et perpetuae uiriditatis arboribus coopertum in summum usque uerticem cubitorum CCL ad fluminis ripam aggeratum. In summo autem positum est simulachrum Augusti ex aere : sub aggere ipso sunt eius loculi et cognatorum et necessariorum : a tergo uero locus est mirifica continens ambulacra. In medio autem campi spatio busti extat ambitus et hic ipso niueo perfectus lapide ferreos in circuitu cancellos habens et plantatas per se ferrens populos : Mausoleum primum sepulchrum Mausoli regis ab Artemisia eius uxore extructum. Ad huius postea similitudinem Augustus sepulchrum sibi in campo Martio erexit : addidit praeterea porticus pedum mille et hortos et nemora mirae pulchritudinis.… Ipsius autem Mausolei extant hodie magnae ruinae iuxta templum nunc S. Rocchi ante hos annos ex aere collato excitatum. Molesque ipsa sphericam habet formam reticulato opere circumquaque extructa ubi multa ex profunda tellure marmora erui uidimus inter quae breue quoddam epitaphium cuiusdam liberti augusti a marmoribus uidelicet
D.M.
VLPIO MARTIALI AVGVSTI LIBERTO A MARMORIBVS. Erat enim in eo ambitu (ut supra dictum est) nemus populeum unde postea portam nunc Populi et propinquuum Sanctae Mariae de Populo templum nomen accepisse crediderim.

38 Antiquaria, fol. P iiii r :
Haud procul ad Zephyros celebris patet inde
Surgit ubi ultoris Iouis ad mirabile templum (platea)
Forma quod absoluit conuexo sphaerica tecto.
Agrippae auspitiis erectum, ut Plinius inquit.
Area lata subest spatio diffusa profundo
Qua super alta aedis moles solidata recumbit.
Vestibulum ante ingens inter nymphaea, leones
Marmaridae Gemini recubant delubra tuentes
Olim in qua Cybele cum natis omnibus una
Aede colebatur : quae Pantheon inde uocata est.
Mox impetratam Romano a principe Phoca
Christiparae matri Marsus Bonifatius aedem
Dedicat : ipsa ubi cunctorum Regina deorum
Alma dei colitur genitrix et martyres omnes
Sanguine qui fuso sortiti limen olympi.
Ante fores templi stat porticus alta columnis
Nomen ubi Agrippae stat consulis atque Seueri
A quo mox labens fuit instaurata ubi magnae
Sunt ex aere trabes tecti : stant hostia templi
Eiusdem Agrippae cura qui condidit aedem
Quae tota interior nitet incrustata tabellis
Marmoreis quas alta Paros rupesque lacaena
Quas Pophyriacis cautes mareotica uenis
Quas et ager sitiens misit de rupe Micipsae
Stant circum ingentes interque sacella, columnae
Hisque syracusio capita insignita decore.
Statque pauimentum diuerso marmore fulgens
Cuius enim spatium mensura constat eadem
Vndique per longum quantum suspectus ad altum
Culmen, ubi os ingens auras admittit Olympi,
Vnde lacus curuos testudo exasperat ampla
Vndique quadratos conuexi fornicis orbe
Qua patet impluuium media testudine templi
Cuius tecta nitens argentea crusta tegebat
Quae nunc ipsa tegit liuentis lamina plumbi.

39 Antiquitates, fol XCIIII v : Ipsum uero Pantheon haud dubie cetera urbis templa magnitudine lapidum nitore et priscis ornamentis superat. Ad quod Virgilius libro primo aeneidum alludere uidetur cum Iunonis illud Carthaginiense describit. Notandum hoc in loco omnia templa apud ueteres in sublimi condita gradibus ascendi atque unum tantum habere aditum ex quo depraehendi potest quantum ruinae creuerunt Romae. Nam Pantheon totidem gradibus prius ascendebatur quot nunc descenditur ut superioribus annis experimentum uidimus effossa ante templi aditum area quadrato lapide tyburtino strata. Extat hodie templi protyrion id est locus ante portam. Extructa porticus columnis ingentibus eiusque tectum aereis trabibus inauratis canalium modo compactis. Columnae uero quibus attollitur multis ante saeculis sordidissimis diuersorum quaestuum tabernis quibus obsidebantur occultae opera et impensa Eugenii iiii emundatae in priorem nitorem redactae mirabilis aedificii pulchritudinem ostendunt. Nostra uero memoria sublatis quibusdam casulis et eiectis inde ruderibus et immunditiis quibus omnia oppleta opertaque erant. Ipsumque Pantheum in insulam redactum undique peruuium ac prope circumquaque absolutum. Eminent hodie ante templi aditum ex priscis ornamentis duo pari forma leones ex Marmaridum lapide sub nigro suis basibus collocati cum hieroglyphicis notis inter porphyretica labra e proximis M. Agrippae et Neronis ut creditur thermis post ruinas ibi collocata.

Autor

Université Paris-Sorbonne-Paris IV.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540