Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Troisième partie. Le poète au miroir de la cité

Les Épîtres métriques d’Albertino Mussato (1261-1329) : une autobiographie politique ?

Jean-Frédéric Chevalier

Résumé

« Les Épîtres métriques d’Albertino Mussato (1261-1329) : une autobiographie politique ? » : Dans l’ensemble de son œuvre Albertino Mussato, tel un architecte, bâtit sa vie selon un modèle idéal ou idéalisé lui permettant de passer à la postérité. Le récit, souvent plus autofictionnel qu’autobiographique, conduit le lecteur à éprouver un vertige où l’influence des modèles antiques, se substituant au réel, devient finalement plus révélatrice que la réalité de la personnalité de l’auteur. Nous voudrions, en cette communication, nous interroger sur les caractéristiques de l’écriture du « moi » du poète couronné en privilégiant la finalité politique de sa correspondance. Nous nous demanderons notamment si le dessein, au sein d’une correspondance en vers, de rapporter des événements politiques et d’évoquer les grandes figures contemporaines ne change pas le regard « autobiographique » que le poète porte sur lui-même ; ou, plus exactement, si la mise en scène de l’histoire politique dans le cadre de ce qu’il faudrait appeler un autoportrait poétique ne modifie pas le regard que l’on porte sur les événements. En définitive, l’épître politique n’est-elle pas mise au service d’une figuration poétique ?

Texte intégral

  • 1 Pour replacer les épîtres métriques d’Albertino Mussato dans le contexte de l’écriture autobiograp (...)
  • 2 Pour les recherches récentes sur les œuvres historiques d’Albertino Mussato, voir Gianola G. M., « (...)
  • 3 Chevalier J.-F., « Le statut de l’élégie autobiographique au début du Trecento : Albertino Mussato (...)
  • 4 Chevalier J.-F., « Albertino Mussato o la figura del poeta esiliato : edizione di un centone autob (...)
  • 5 L’étude la plus récente sur le double contexte politique de l’Ecerinis (celui de l’intrigue et cel (...)

1Avant Pétrarque, Albertino Mussato a élaboré l’ensemble de son œuvre dans une perspective autobiographique1. L’histoire qu’il a composée sur le règne d’Henri VII de Luxembourg (De gestis Henrici vii Cesaris, retraçant l’arrivée en Italie d’Henri VII entre 1311 et le 24 août 1313), puis sur les années qui ont suivi la mort de l’empereur (De gestis Italicorum post Henricum VII Cesarem), est, en effet, indissociable de sa propre vie d’homme engagé au service de sa Commune2. Le Songe, récit d’une vision surnaturelle, met également en scène l’homme Albertino Mussato, souffrant physiquement et moralement pour la cause de Padoue. La dimension autobiographique culmine dans une élégie sur son jour anniversaire3 et en même temps dans un centon adressé à son fils (le choix du destinataire est symbolique) des Tristes d’Ovide4. Même la tragédie historique Ecerinis, dont l’intrigue se situe pourtant au Duecento, est d’une certaine manière révélatrice de la vie de son auteur, puisque Padoue en 1315 revit les atrocités commises au siècle auparavant5. La souffrance présente, œuvre du seigneur de Vérone Can Grande della Scala, est la répétition de la souffrance imposée par l’ancien maître de Vérone, Ezzelino da Romano. L’histoire permet de comprendre le temps présent et invite spectateurs et lecteurs à lire, par effet de miroir, leur propre présent. Dans le cadre des Studi Umanistici Piceni, nous avons essayé de montrer combien la notion d’autobiographie pouvait, pour les écrits d’Albertino Mussato, être remise en cause au profit de « l’autofiction ». Le lecteur dispose de tous les éléments biographiques et, en même temps, il est difficile de percevoir qui est réellement Albertino Mussato tant l’histoire de sa propre vie par lui-même est relue à la lumière des modèles poétiques qui le guident, et notamment de la vie d’Ovide. Nous aboutissions à cette conclusion que le récit autofictionnel conduit le lecteur à éprouver un vertige où l’influence des modèles antiques, se substituant au réel, devient finalement plus révélatrice de la personnalité de l’auteur que la réalité. D’une certaine façon, Albertino Mussato, tel un architecte, bâtit sa vie selon un modèle idéal ou idéalisé lui permettant de passer à la postérité. Nous voudrions, en cette communication, nous interroger sur les caractéristiques de l’écriture du « moi » du poète couronné en privilégiant la finalité politique de sa correspondance. Nous nous demanderons notamment si le dessein, au sein d’une correspondance en vers, de rapporter des événements politiques et d’évoquer les grandes figures contemporaines ne change pas le regard « autobiographique » que le poète porte sur lui-même ; ou, plus exactement, si la mise en scène de l’histoire politique dans le cadre de ce qu’il faudrait appeler un autoportrait poétique ne modifie pas le regard que l’on porte sur les événements. En définitive, l’épître politique n’est-elle pas mise au service d’une figuration poétique ?

  • 6 Voir Dazzi M., Il Mussato preumanista, Vicenza, 1964, p. 105 et 173-174 ; Billanovich Guido, « Il (...)

2Les dix-huit épîtres métriques que contiennent les deux recueils de 1636 et 1722 mettent toutes en scène la vie d’Albertino Mussato par lui-même de telle sorte que chaque épître peut être considérée comme un fragment d’une vie à recomposer. Les épîtres formeraient ainsi un ensemble unifié, constitué en tant que récit de vie. Deux épîtres semblent particulièrement personnelles, l’épître XIII relatant le départ en exil en juin 1318 et l’épître XIV d’août 1319 sur la joie du retour6. Mais ces deux épîtres sont particulièrement brèves : 9 distiques élégiaques la première et 5 la seconde. Contrairement aux récits des Tristes où Ovide expose sa souffrance, Albertino Mussato ne s’attarde pas sur les confidences. Aucune allusion politique n’est contenue, alors que cet exil était motivé par la volonté de ceux qui étaient à la tête de Padoue de mettre en place une politique de conciliation avec Can Grande della Scala.

  • 7 Osius F., Pignorius L., Villanus N., Albertini Mussati Historia Augusta Henri VII Caesaris et alia (...)
  • 8 Graevius J. G., Burmannus P., Thesaurus antiquitatum et historiarum Italiae, VI, 2, Leyde, 1722.

3L’organisation des lettres au sein même du recueil des œuvres complètes d’Albertino Mussato pose elle aussi problème. Pourquoi les manuscrits de Séville (Biblioteca Capitular Colombina 7-5-5) et d’Holkham Hall (Bibliothèque de Lord Leicester 425) d’un côté et l’édition princeps de 16367 de l’autre (suivie par l’édition de Leyde de 17228) présentent-ils un agencement différent des épîtres ? Dans les deux éditions de 1636 et 1722, la dernière lettre (la dix-huitième) fait écho à la première : il s’agit de deux arts poétiques adressés, le premier, aux maîtres de la Faculté des Arts de Padoue, le second au moine dominicain fra Giovannino de Mantoue en réponse aux accusations proférées par celui-ci à l’encontre de la poésie profane. Il semble évident que les éditeurs ont bâti une disposition des épîtres autour des ambitions poétiques d’Albertino Mussato : le couronnement dans l’épître I, le débat sur la poésie dans l’épître XVIII. Les épîtres politiques, incluses entre ces deux bornes, seraient soit perçues comme secondaires, soit comprises par rapport aux ambitions esthétiques d’Albertino Mussato lui-même. Nous avons émis l’hypothèse qu’un tel ordre pouvait provenir d’un manuscrit aujourd’hui perdu. Il paraît cependant plus probable que l’organisation des lettres a été dessinée par les éditeurs du XVIIe siècle, qui ont privilégié l’aspect à leurs yeux le plus novateur de l’œuvre d’Albertino Mussato.

  • 9 Voir notamment Weiss R., « Il codice mussatiano di Holkham Hall », Archivio Veneto, s. V, no XLIV- (...)

4Les manuscrits de Séville et d’Holkham Hall présentent, quant à eux, l’ordre suivant : lettres I (1315), II (1315), XVII (1313), III (1312), V (1310), IV (1316), XVIII (1316), VIII (1301), IX (1301), VI (entre 1314 et 1318), l’élégie autobiographique (1317), le Songe (1319), X (1325), XI ( ?), XII (1319), XIII (1318), XIV (1319), Priapeia, VII (1315), Cunneia, XV (1316), enfin XVI (1326)9. Même si la borne ultime est constituée de la lettre la plus tardive, l’organisation des épîtres ne permet pas a priori de décrire la chronologie d’une vie. Et pourtant nous pourrions suggérer que les lettres II, XVII, III et V, qui sont éminemment politiques, forment un ensemble délimité dans les deux manuscrits : querelles intestines à Padoue, dénonciation des ambitions de Can Grande della Scala, éloge d’Henri VII de Luxembourg. Remarquons que ces quatre épîtres sont disposées de façon à partir de la date du couronnement (1315) pour remonter dans le temps : 1313, 1312 et enfin 1310. C’est sur les raisons du choix de faire figurer ces quatre épîtres politiques les unes à la suite des autres dans les deux seuls manuscrits connus que nous nous interrogerons maintenant. Ce choix est-il révélateur de la recherche d’une intention politique (ou poétique) d’Albertino Mussato ? Si la disposition des épîtres ne reproduit pas une chronologie, elle peut cependant révéler l’itinéraire ou le cheminement d’une vie.

  • 10 Pour situer l’œuvre d’Albertino Mussato dans le contexte des arts poétiques médiévaux, nous renvoy (...)

5La finalité politique, omniprésente dans cette correspondance, est, tout d’abord, mise en valeur par le choix de composer des épîtres métriques adressées à des destinataires précis, des personnes ou des entités collectives. Les épîtres métriques, qu’elles relatent la vie politique (avec ses polémiques) ou la vie culturelle (avec ses débats), relèvent ainsi – et très naturellement – d’une dimension hautement rhétorique : rhétorique démonstrative avec l’éloge de l’empereur germanique mais aussi les blâmes adressés à l’encontre des Padouans, incapables de comprendre leur intérêt ; rhétorique judiciaire dans la défense de soi, dans le dessein continuel d’autojustification contre les accusations portées ; enfin rhétorique délibérative dans la volonté de dissuader les contemporains de rester si aveugles et, en même temps, dans la formulation d’une interrogation sur soi-même (le titre présent dans les manuscrits est révélateur : « doit-il ou ne doit-il pas célébrer son jour anniversaire10 ? ») Le récit de sa vie par Albertino Mussato lui-même s’intègre de façon évidente dans une orchestration culturelle et littéraire.

  • 11 Voir Dazzi M., op. cit., p. 51 et 102 ; Billanovich Guido, op. cit., p. 68.
  • 12 Voir Pastore Stocchi M., « Dante, Mussato e la tragedia », dans Dante e la cultura veneta, Atti de (...)
  • 13 Commentum super tragoedia Ecerinide, in Albertino Mussato, Ecerinide, éd. L. Padrin, Bologna, 1900 (...)

6L’intitulé de l’épître XVII adressée en 1313 au juge Paolo da Teolo est, lui aussi, significatif : Ad Paulum iudicem de Titulo rogantem ut rescriberet Benevenuto de Campexanis de Vicencia aduersus opus metricum factum per eum in laudem domini Canis Grandis et in uituperium Paduanorum, cum capta fuit Vicencia11. La littérature – épîtres métriques, histoire, épopée et tragédie – sert l’entreprise idéologique de propagande. Dans un contexte assez proche, n’avait-on pas proposé à Dante de composer une œuvre poétique en latin contre les Padouans pour obtenir le couronnement poétique12 ? La personnalité du poète se fond dans une entreprise collective in laudem ou in uituperium, selon les critères esthétiques issus des premiers commentaires consacrés à la Poétique d’Aristote, « cum omnis oratio poetica aut laudatio aut uituperatio sit iuxta comentatorem poetriae Aristotilis13 ». Comme la finalité de la rhétorique démonstrative déforme nécessairement la réalité, l’épître métrique n’échappe pas à la déformation historique, parfois caricaturale.

  • 14 Nous n’insisterons pas sur l’épître III, adressée à Rolando da Piazzola et consacrée à des luttes (...)

7Mais qui est le personnage principal au sein de cette correspondance, comme de l’œuvre historique ? Henri VII de Luxembourg, semble-t-il, voire la Commune de Padoue, ou peut-être Albertino Mussato lui-même. De fait, découvrir la vie de l’empereur germanique, c’est découvrir la vie d’Albertino Mussato. Les deux destins sont indissociables, comme les deux personnalités l’étaient. Quelle est cependant la place du poète dans son œuvre, entre l’histoire qui est célébration de l’empereur et la tragédie qui est détestation des tyrans ? Nous prendrons, pour commencer, l’exemple d’une des premières épîtres composées14.

  • 15 S = Séville, XIVe s., Biblioteca Capitular Colombina 7-5-5, fol. 11r-11v ; H = Holkham Hall, Bibli (...)
  • 16 Voir Dazzi M., op. cit., p. 47-48 et 103 ; Billanovich Guido, op. cit., p. 67.

8L’épître V à Zambono d’Andrea, dont nous donnons l’édition critique à la fin de cette communication15, est composée de 85 hexamètres dactyliques. Elle relate, par l’intermédiaire de la fiction de paroles qu’il aurait entendues à Padoue, les propres inquiétudes d’Albertino Mussato à l’annonce de l’arrivée de l’empereur germanique en Italie16 :

Iambone, rumores audis Aquilonis ab oris ? (Ep. V, vers 1)
(Zambono, Tu entends les rumeurs qui viennent des contrées fouettées par l’Aquilon ?)

9La lettre date de l’automne 1310, lorsque l’empereur, autorisé par Clément v à se rendre en Italie, se met en marche dès octobre pour être couronné à Milan roi des Lombards en janvier 1311. Lettre délibérative s’il en est : les Padouans pourraient revivre les atrocités connues sous la tyrannie du précédent maître de Vérone, Ezzelino da Romano :

Hinc concussa fremit tanto gens Itala motu
Grande gibolengi scelus obtestata tyramni. (Ep. V, vers 6-7)
(De là viennent les grondements du peuple italien, bouleversé par un branle-bas si considérable, protestant que le crime du tyran gibelin est grand.)

  • 17 Voir Albertini Muxati de obsidione domini Canis Grandis de Verona ante civitatem Paduanam, éd. G. (...)
  • 18 L. Padrin a relevé, dans son édition de la pièce publiée en 1900 (op. cit., p. 175), l’influence d (...)

10L’adjectif grande suggère, à travers les crimes d’Ezzelino, ceux de Can Grande della Scala. L’expression concussa […] motu rappelle Tite-Live, Histoire romaine, III, 10 : « eo anno caelum ardere uisum, terra ingenti concussa motu est ». L’expédition d’Henri VII de Luxembourg est vécue par les Italiens comme un tremblement de terre. Quant à l’expression scelus obtestata, elle reviendra sous la plume d’Albertino Mussato au vers 75 du livre I de son épopée intitulée De obsidione Canis Grandis de Verona ante ciuitatem Paduanam17. Si nous écoutons la formulation des angoisses exprimées par le premier témoin (vers 9-48), nous nous apercevons qu’il s’agit d’une préfiguration des thèmes contenus dans l’Ecerinis, la tragédie qui sera composée vers 1314 et célébrée en 131518 :

Atque aliquis ueterum memorans infanda malorum
Gesta : […] (Ep. V, vers 8-9)
(Et quelqu’un, rappelant les actes abominables qui ont caractérisé nos malheurs d’antan…)

11Ce témoin joue le rôle d’un porte-parole, tel le chœur de l’Ecerinis deux ans plus tard. Le participe memorans rattache l’inspiration poétique au récit historique : Albertino Mussato, par la fiction des paroles d’un témoin, fait œuvre de mémoire en tirant les leçons du passé. Parmi ces leçons, la plus importante, sans doute, est celle formulée par le second témoin (vers 52-78) : la condamnation des luttes intestines, continuelles à Padoue. Ces dissensions ont abouti à une guerre civile, qui risque de se reproduire en 1313 :

O furor ! o rabies ! Odia exicialia ! Ciues
In sese uertere manus alterna petentes
Vulnera […] (Ep. V, vers 67-69)
(Fureur ! Rage ! Haines funestes ! Les concitoyens ont tourné leurs bras contre eux, cherchant mutuellement à se blesser […])

12Le souvenir de la Guerre Civile de Lucain est omniprésent. La tonalité politique de cette épître V préfigure ainsi la double transposition littéraire, historique et tragique, qui sera réalisée. Dans ce « dialogue » imaginaire pro et contra entre deux témoins de l’histoire (sans doute le premier est-il un homme âgé, marqué par le souvenir des atrocités ; et le second un homme jeune qui voit en l’empereur celui qui pourra limiter la puissance temporelle de l’Église), le regard qu’Albertino Mussato porte sur les événements est ainsi indissociable de son propre destin d’homme de lettres, aimé des Muses, à la fois historien et poète.

13L’épître V, éminemment politique, serait donc la genèse de la tragédie, d’une certaine façon la première trame, ou, pour être exact, la substance des plaintes du chœur padouan ; elle serait en même temps la genèse du De gestis Henrici VII, grâce à la réflexion politique menée à travers le portrait du souverain idéal. L’arrivée d’Henri VII de Luxembourg est l’événement politique qui a incité Albertino Mussato à composer une tragédie autant historique que politique.

  • 19 Rolandino, Vita e morte di Ezzelino da Romano (Cronaca), a cura di F. Fiorese, Milano, A. Mondador (...)
  • 20 Rolandino, op. cit., p. 570-571.

14Si le modèle poétique est constitué des tragédies de Sénèque dont on vient de découvrir un manuscrit important (le manuscrit Etruscus), tous les chercheurs spécialistes du premier Trecento s’accordent à reconnaître que le contexte culturel est celui du souvenir de la lecture publique et du couronnement de Rolandino pour sa chronique relatant les années de la tyrannie d’Ezzelino da Romano19. Cet ouvrage était l’œuvre de maître Rolandino, notaire, professeur de grammaire et de rhétorique du Studio padovano. Intitulé soit Cronica Rolandini data Padue (Chronique de Rolandino publiée à Padoue), soit Cronica in factis et circa facta Marchie trivixane (Chronique rapportant les événements et ceux afférents de la Marche de Trévise), il était constitué de douze livres retraçant les années durant lesquelles la tyrannie d’Ezzelino da Romano au Duecento avait sévi sur la Marche de Trévise. Jamais le Collège des Arts n’aurait eu l’idée de couronner un poète historiographe en 1315 s’il n’y avait eu ce premier couronnement symbolique en 1262 : « Perlectus est hic liber et recitatus coram infra scriptis doctoribus et magistris, presente eciam societate laudabili bazallariorum et scollarium liberalium arcium de Studio paduano20. » (On a lu intégralement ce livre sous la forme d’une recitatio devant les docteurs et maîtres désignés ci-après, en présence également de la vénérable société des bacheliers et étudiants en arts libéraux de l’Université de Padoue.).

  • 21 Voir Arnaldi G., « Il mito di Ezzelino da Rolandino al Mussato », dans La rinascita della tragedia (...)
  • 22 Rolandino, op. cit., p. 416-419.

15Ainsi, l’Ecerinis relate la vie d’Ezzelino da Romano, depuis la révélation par sa mère des circonstances de sa conception jusqu’à sa mort et à celle de son frère, Alberico, dans les dernières scènes21. En cela Albertino Mussato ne faisait que suivre la trame de la Chronique dont le livre I évoquait la naissance du tyran et le livre XII la mort de celui-ci et de son frère. On retrouve, par exemple, dans la tragédie, et déjà dans l’épître V, les accents pathétiques du chapitre 8 du livre IX de la Chronique, intitulé De Paduanis carceratis Verone22 :

Inde quis enarret miseri tot milia uulgi
Innumeris defuncta modis ? An mille decemque
Milia Verone potuit consumere carcer ? (Ep. V, vers 43-45)
(De là qui pourrait rapporter tant de milliers de morts dans d’innombrables supplices parmi le peuple infortuné ? Est-ce que la prison de Vérone a pu faire succomber mille et dix mille victimes ?)

  • 23 Ibid., p. XXVI-XXX. Voir Pittaluga S., La Scena Interdetta: Teatro e letteratura fra Medioevo e Um (...)

16On pourrait déceler dans ces vers non seulement l’influence de la Chronique de Rolandino, mais aussi celle du De suppliciis de Cicéron. Cependant, comme le souligne Flavio Fiorese, le récit historique de la Chronique, quoique hostile à Ezzelino da Romano, n’impose pas la même déformation polémique que l’intrigue de la tragédie23. Tels furent donc les trois facteurs qui ont déterminé Albertino Mussato à composer la première tragédie latine à l’imitation de celles de Sénèque : un événement politique, le souvenir d’atrocités commises à Padoue et un double modèle littéraire (historiographie et tragédie). L’épître V constitue ainsi une ébauche ou esquisse, au sein de laquelle Albertino Mussato découvre progressivement sa vocation poétique. Il est certainement encouragé à poursuivre par son ami le notaire Zambono de Andrea, destinataire de l’épître.

17Mais si on blâme le tyran, on procède aussi à l’éloge du prince vertueux. Et Albertino Mussato de citer Virgile, Énéide, VI, vers 853 pour définir les qualités du bon empereur :

Parcere subiectis et debellare superbos. (Ep. V, vers 78)
(Épargner ceux qui sont soumis et terrasser les orgueilleux)

18Une telle citation prouve une nouvelle fois qu’il faut recourir à l’exemple des anciens pour élaborer sa pensée et son écriture. Albertino Mussato, à travers le rythme de l’hexamètre, tente de retrouver le style de Virgile et l’éloquence de Tite-Live. Son originalité sera de substituer une tragédie sénéquienne et une histoire livienne au récit de la chronique de Rolandino. Les événements politiques déterminent donc l’ambition poétique : l’épître métrique V constitue un premier laboratoire poétique sur les différentes modalités d’exprimer poétiquement un enjeu politique.

  • 24 Voir Dazzi M., op. cit., p. 103-104; Billanovich Guido, op. cit., p. 68.
  • 25 Huygens R. B. C. (éd.), Accessus ad auctores, Berchem-Bruxelles, Latomus, 1954 (réédition, Leiden, (...)
  • 26 Accessus ad auctores dans Medieval Literary Theory and Criticism c. 1100-c. 1375: The Commentary T (...)

19L’épître II, quant à elle, intitulée In laudem domini Henrici imperatoris et commendationem sui operis de gestis eiusdem24, est en réalité un si long récit autobiographique par Albertino Mussato lui-même de son action auprès d’Henri VII de Luxembourg que nous pourrions modifier l’intitulé de l’épître de la façon suivante : pour l’éloge d’Albertino Mussato et la recommandation du récit de ses propres hauts faits ! Les deux expressions in laudem […] et in commendationem précisent avec exactitude le contenu de l’épître II et pourtant un autre titre pourrait se justifier : accessus ad auctorem. En effet, plus encore que l’éloge de l’empereur et la recommandation de son livre auprès des Padouans il s’agit d’une introduction à la lecture de son ouvrage historique. Nous retrouvons toutes les étapes attendues d’un tel accessus, selon les classifications données par R. B. C. Huygens25 ou par A. J. Minnis et A. B. Scott26. Le premier distique de l’épître donne le titre de l’ouvrage :

  • 27 Je tiens à remercier mon collègue Jacques Elfassi pour ses conseils amicaux et érudits sur le styl (...)

Gesta sed, imperii Romani maxime Cesar,
Nunc, Henrice, tui sunt memoranda libri. (Ep. II, vers 1-2)
(Mais tes hauts faits, ô très grand César de l’empire romain, sont maintenant, Henri, les événements mémorables d’un livre qui t’est consacré.)27

  • 28 Cf. Ovide, Métamorphoses, XIII, vers 10-11 : nec memoranda tamen uobis mea facta, Pelasgi, / esse (...)

20L’attaque de l’épître est abrupte mais il est vrai que la postposition de sed n’est pas rare en poésie latine. Albertino Mussato, lecteur notamment de Virgile et d’Ovide, pouvait l’avoir rencontrée dans l’Énéide, I, vers 19, ou VI, vers 28 ou dans les Tristes, V, 1, vers 38. Ne peut-on cependant voir dans ce premier distique présentant une œuvre historique une allusion à la Rhétorique à Hérennius (I, 12 : « historia est res gesta, sed ab aetatis nostrae remota »), voire à Isidore de Séville Étymologies (I, 44, 5) ? Le récit historique peut aussi s’appuyer, en partie cependant, sur la tradition des rerum memorandarum28. Cette attaque abrupte semble prolonger une discussion, voire répondre à une objection de fausse humilité.

  • 29 La Vierge se substitue aux Muses et devient seule garante de la vérité.

21Après trois humbles distiques de prières à la Vierge29, Mussato s’adresse ensuite à l’empereur défunt pour donner la materia de son ouvrage : le récit de son expédition en Italie. L’épître II exprime donc la réponse aux interrogations formulées dans l’épître V. La uita de l’empereur est cependant présentée comme indissociable de la carrière politique - et poétique - d’Albertino Mussato :

Iure tibi teneor, rex inuictissime ; pro te
Accedit capiti nexa corona meo. (Ep. II, vers 9-10)
(Je suis à juste titre ton obligé, ô roi invincible : c’est en ton honneur que ma tête est honorée d’une couronne tressée.)

  • 30 Pour les emprunts aux sources antiques, voir Billanovich Guido, « Veterum vestigia vatum nei carmi (...)
  • 31 Pour l’analyse du double enjeu (profit et plaisir) de la lecture de l’histoire, voir Duval F., « L (...)
  • 32 Voir Billanovich Giuseppe, I primi umanisti e le tradizioni dei classici latini, Friburgo, Edizion (...)
  • 33 Billanovich Guido, « Il preumanesimo padovano », op. cit., p. 83-84.

22La référence à la couronne tressée est vraisemblablement un emprunt à Ovide, Tristes, V, 5, vers 1030. Le choix de la préposition pro signifie, d’une certaine façon, que c’est l’empereur qui méritait l’hommage du couronnement poétique et non le poète. On ne peut pas ne pas penser à, quelques années plus tard, Ennius et Scipion dans l’Africa, ou à Pétrarque et Robert d’Anjou. Albertino Mussato se substitue à Henri VII pour recevoir la couronne, preuve, dans la pensée de l’historien, de leur destin commun. Et Mussato d’énumérer les services rendus à sa commune quand il se trouvait auprès d’Henri vii de Luxembourg. L’intention de l’ouvrage consiste à dire la vérité ; l’utilitas est précisée dans l’ultime distique : la jeunesse de Padoue est invitée à tirer les leçons de l’histoire contemporaine31. L’Histoire romaine de Tite-Live, quant à elle, est le modèle littéraire revendiqué32 ; Guido Billanovich a mis en évidence les emprunts d’Albertino Mussato à la Préface de Tite-Live33 ; le style du récit, quant à lui, doit être accessible et sans élévation : il est donc en prose. Enfin, le genre historique relève, comme la poésie, de la rhétorique démonstrative. L’empereur Henri VII de Luxembourg est ainsi présenté tel l’héritier des grands empereurs germaniques :

Fecerat hoc pietas, uigor et clemencia recti
Principis, Henrici, et simplicitatis amor (Ep. II, vers 61-62)
(Un tel résultat était le fruit de la piété, de la force de corps et d’âme, et de la clémence d’un empereur juste, Henri, et de son amour de la bonne foi.)

  • 34 Voir Dazzi M., op. cit., p. 103.

23Les épîtres I et II marquent donc le sommet de la carrière d’Albertino Mussato. Manlio Dazzi précise même que l’épître II est la seconde partie du remerciement adressé à la Faculté des Arts dans l’épître I34. Et l’on comprend pourquoi ces deux épîtres sont à la même place à la fois dans les manuscrits et dans les éditions. Si l’épître I relate le couronnement poétique d’Albertino Mussato dont l’Ecerinis a bénéficié d’une lecture publique et d’un commentaire officiel (un accessus) par deux maîtres de la Faculté des Arts (Guizzardo de Bologne et Castellano de Bassano), le De gestis Henrici VII, qui contribua au couronnement de son auteur, réclamait à son tour une introduction afin de ne pas rester le « parent pauvre » dans l’ensemble de la production littéraire, alors que c’est le texte à la fois le plus volumineux et, par bien des aspects, le plus novateur. Albertino Mussato comble cette lacune en composant lui-même l’accessus de son œuvre historique, non sans avoir la tentation de substituer sa vie à celle de l’empereur dans cette épître. Comme Pétrarque aimera à le suggérer dans l’Africa, la célébration du prince passe par la célébration du poète historien. Quelques années plus tard l’élégie autobiographique et le centon tiré des Tristes d’Ovide, deux poèmes qui se présentent sous la forme d’épîtres métriques, traduisent la désillusion, le bilan assez pessimiste d’une vie engagée au service de la Commune de Padoue. Le poids d’une certaine fatalité se fait sentir. La mort prématurée d’Henri VII en 1313 préfigure la fin de l’espoir de préserver la liberté, mais aussi l’échec personnel d’Albertino Mussato, oublié de tous et condamné à un exil définitif en 1325.

  • 35 Leiris M., « De la littérature considérée comme une tauromachie », préface de L’âge d’homme, Paris (...)
  • 36 Ibid., p. 21.

24En ce sens nous pouvons suggérer en conclusion que la disposition des épîtres constitue, à travers un cheminement autobiographique ou autofictionnel, un tableau certes historique et politique, mais avant tout le parcours d’un homme de lettres. De fait, bien des épîtres, même les plus politiques, loin de montrer l’homme dans son individualité (sa correspondance ne nous fournit que très peu de renseignements précis sur lui), sont un art poétique, un accessus, si je puis dire, à son œuvre à travers la contextualisation politique et autobiographique. La dimension politique de l’ensemble de l’œuvre d’Albertino Mussato mène ainsi à la revendication d’un double statut, de poète et d’historien. Même les deux très brèves épîtres XIII et XIV, sur son deuxième départ en exil et sur son retour, confirment cette impression : dans la seconde épître Albertino Mussato, de retour à Padoue, réclame au maître de grammaire Guizzardo le manuscrit de Virgile qu’il lui avait confié à son départ. Albertino Mussato signifie ainsi que c’est l’homme de lettres qui revient d’exil. Dans ces conditions, même si dans ces écrits à caractère autobiographique il n’y a pas d’« introspection » aboutissant à une « catharsis » « délivrant » l’auteur, pour reprendre des expressions de Michel Leiris35, le « fil » d’Ariane de cette entreprise autobiographique est constitué du lien indissoluble entre poésie et politique au début du Trecento. L’autobiographie n’est donc jamais sans risque quand l’écrivain se met à nu dans son écriture historique et poétique : cette entreprise de vérité a condamné Albertino Mussato à un exil définitif, sentence prononcée par Can Grande della Scala. Pourtant, pour reprendre une formulation de Michel Leiris : « l’activité littéraire […] ne peut avoir d’autre justification que de mettre en lumière certaines choses pour soi en même temps qu’on les rend communicables à autrui […] l’un des buts les plus hauts qui puissent être assignés à sa forme pure, j’entends : la poésie, est de restituer au moyen des mots certains états intenses, concrètement éprouvés et devenus signifiants, d’être ainsi mis en mots. »36 Les Épîtres métriques d’Albertino Mussato, un manifeste à la fois politique et poétique, nous semblent relever de cette ambition esthétique où le processus de mise à nu de soi-même, même dans ses aspects fictionnels, ne se comprend que dans un double dessein : dessein collectif de sauver la liberté communale en dénonçant toutes les formes de tyrannie, mais aussi dessein individuel de revendiquer un statut littéraire que bien des seigneurs et des religieux, à la même date, lui contestent avec violence.

EPISTOLA V

25[Eiusdem ad Iambonum notarium de Andrea super aduentu domini Henrici Imperatoris in Italiam.]

Iambone, rumores audis Aquilonis ab oris,
Expetat Italiam quod rex Germanus et omnis
Ab Rodano longum que lustrat Theutonis Istrum?
Augustum diadema petit, quod Papa secundus
5 Annuit, et magni nulla est contencio Galli.
Hinc concussa fremit tanto gens Itala motu
Grande gibolengi scelus obtestata tyramni.
Atque aliquis ueterum memorans infanda malorum
Gesta: «Graues, inquit, Friderici peruia quantas
10 Intulit Ecclesie clades, quanquam improba tandem
In semet confusa domus. Sat uisa referre est!
Vidi ego succisis ter sex ceruicibus ora
In medio transuersa foro; qui fleret, abesto,
Proh dolor! aut tepido qui conderet illa sepulcro!
15 Vidi ego uiuorum pendencia corpora patrum
Suppositis arsisse rogis natosque pauentes
Talibus officiis diro placuisse tiramno.
Vagitus infantum et femineos ululatus
Vberibus sectis et cesa uirilia quis non
20 Viderit ad uetitas in secula postera proles?
Arta uiros perimunt, cogunt ergastula matres
Preseruare suos matura ad funera fetus.
Vrbis erat facies, lituum nisi stridor et ignis
Et ferrum et gemitus et testis crimen iniqui
25 Et campana loquax spectande consona morti.
O decus imperii! Preses spectator ab alta
Iratus specula segnes Ecerinus in actus
Corripit infrendens aduersa fronte clientes:
‘O famuli uiles, que tardat inhercia nostrum
30 Propositum quod fata iuuant? Sic esse necesse est.
Hos Patauos delere uacat. Iam serpit in illis
Sedicio nostros que non magis expetat enses.
Iam consanguineum regnat scelus; impius audet
Frater delati deposcere uiscera fratris,
35 Nobilitas primo pereat; sine nomine uulgus
Occidat eterno que non reparentur in euo.’
Talibus ammoniti faciunt ut dira luporum
Ingluuies primis que non saturata rapinis
Precipites ad damna trahit si forte reclusum
40 Sors auidos ad ouile ferat nec pasta quiescit;
Sed lustrans uorat omne pecus, dum singula queque
Corpora dirripiens uno demictat aceruo.
Inde quis enarret miseri tot milia uulgi
Innumeris defuncta modis? An mille decemque
45 Milia Verone potuit consumere carcer?
Longa michi series, si iam memorasse laborem,
Quot Verona tulit, quot adusta Vicencia mortes.
Sistat inexplendis narratibus ancora nostris!
Inde alius, quem mens agitat diuersa, salubre
50 Imperium reuerenter ouans et Cesaris altum
Nomen, ut a summo pendencia Numina celo:
«Si quis, ait, ueras Friderici noscere causas
Dissidii uelit exorteque incendia litis,
Inueniet quesisse bonam cum matre quietem
55 Ecclesia, sacroque iugo se subdere regem:
Ast amor exardens toti dominarier orbi,
Sedis et impaciens mens effrenata secunde
Pontificis uertere animum, dum seua nefandas
Thesiphone igniret stimulis ingentibus iras.
60 Quis ue sub hec amens Ecerini facta superbi
Detestetur hyans atque imputet omnia regi?
Ipse quidem scelerum uindex Ecerinus, ut ausim
Dicere, non auctor, proprie sed cedis et ultor,
Sedicione frequens quam factio dira parabat.
65 Preterea seu sponte Dei, seu crimina forsan
Poscebant dignas illo sub iudice penas.
O furor! O rabies! Odia exicialia! Ciues
In sese uertere manus alterna petentes
Vulnera et emeritas ignaro iudice mortes.
70 At sermone pari nunc concedamus iniquos,
Vtrunque, ut fuerint ultra narrata feroces,
Constat ob hec omnes ipsa racione futuros
Crudeles? sane spes incidat altera menti.
Augustum et multos comunis opinio Diuos
75 Esse probat summo fulgencia sidera celo.
Adueniat mundi Domini sub nomine princeps
Sub forti ualidaque manu mitisque feroxque
‘Parcere subiectis et debellare superbos’.»
His uaga plebs trepidam complet rumoribus urbem.
80 Disparibus studiis certant iuuenesque senesque.
Tu, pater ingenii, fons et mens una moderni,
Vranie dictante tua presage futuri,
Erige consiliis animum cunctantis Aselli.
Quid cupiat fugiat ue iube de pectore certo.
85 Tu michi dux, auctor, lex, semita, cercior index.

2611 cf. Stace, Theb. I, 17 12 cf. Liv. XXII, 51, 7; cf. Caes. B. G. V, 9, 5 13 cf. Cic. De orat. III, 133 14 Virg. Aen. III, 66-68 15 Lucain, VI, 544 18 cf. Virg. Aen. VI, 426 18 cf. Virg. Aen. IV, 667 26-27 Virg. Aen. X, 454 31-32 cf. Virg. Aen. I, 148-149 39 cf. Ovid. Her. VIII, 17 62 cf. Cic. Cat. II, 27 67 cf. Lucain, VII, 551 78 Virg. Aen. VI, 853.

27Tit. aduentu H cod. M: aduentum S || 2 expetat Hp.c. cod. M: expectat SHa.c. || 6 hinc S cod. M: hic H || 11 sat SH: stat cod. M || 12 succisis S: succidi Hp.c. cod. M succidis Ha.c. || 22 preseruare S cod. M: perseruare H || 31 hos patauos SH: nos patauos cod. M || iam S: hos H cod. M || 32 expetat cod. M: expectat SH || 34 frater cod. M: fratri SH || 37 ammoniti cod. M: amonitu SH || 43 quis H cod. M: equis S || 44 decemque om. S || 53 dissidii cod. M: disidii H desidii S || 54 matre S: marte H cod. M || 72 omnes cod. M: omnis S oms H || 82 futuri S cod. M: superbi futuri H || 83 aselli S cod. M: asseli H || 84 quid SH: quod cod. M || 85 index SHp.c. cod. M : iudex Ha.c..

Notes

1 Pour replacer les épîtres métriques d’Albertino Mussato dans le contexte de l’écriture autobiographique de l’époque, nous renvoyons à L’autobiografia nel Medioevo, Atti dei Convegni del Centro Italiano di Studi sul Basso Medioevo, no XXXIV (n.s. 11) (Todi, 12-15 ottobre 1997), Spoleto, 1998 ; notamment à l’article de Pittaluga S., « L’autobiografia nell’Umanesimo », op. cit., p. 291-306.

2 Pour les recherches récentes sur les œuvres historiques d’Albertino Mussato, voir Gianola G. M., « Albertino Mussato “personaggio” e la “Traditio civitatis Padue” : primi appunti », dans Miscellanea di studi in onore di Giovanni da Pozzo, éd. D. Rasi, Roma, Padova, Antenore, 2004, p. 3-28 ; ead., « Ezzelino e i suoi nei “componimenti misti di storia e d’invenzione” », dans Ezzelini, Signori della Marca nel cuore dell’Impero di Federico II, Milano, Skira, 2001, p. 237-241 ; Signaroli S., « L’edizione veneta di Albertino Mussato (1636) e l’erudizione europea di primo Seicento », Italia Medioevale e Umanistica, no L, 2009, p. 313-341.

3 Chevalier J.-F., « Le statut de l’élégie autobiographique au début du Trecento : Albertino Mussato et le modèle des Tristes d’Ovide », Studi Umanistici Piceni no XXVI, 2006, Atti del XXVI Congresso Internazionale di Studi Umanistici (Sassoferrato, 29 giugno-2 luglio 2005), p. 149-168. Pour la bibliographie sur l’autobiographie, nous renvoyons aux indications données en notes dans le volume précédemment mentionné. Pour la question des liens entre écriture poétique et autobiographie, voir Tilliette J.-Y. : « Autobiographie en vers ? Lyriques et élégiaques du XIIe siècle », L’autobiografia nel Medioevo […], op. cit., p. 131-154.

4 Chevalier J.-F., « Albertino Mussato o la figura del poeta esiliato : edizione di un centone autobiografico dai Tristia di Ovidio », Studi Umanistici Piceni no XXX, 2010, Atti del XXX Congresso Internazionale di Studi Umanistici (Sassoferrato, 1-4 luglio 2009), p. 111-131.

5 L’étude la plus récente sur le double contexte politique de l’Ecerinis (celui de l’intrigue et celui de la date de composition) a été réalisée par Beyer H., Das politische Drama im Italien des 14. und 15. Jahrhunderts. Humanistiche Tragödien in ihrem literarischen und funktionalen Kontext, Münster, Rhema, 2008, p. 55-104 (« Albertino Mussatos Ecerinis (1315): Der Sturz des Tyrannen »).

6 Voir Dazzi M., Il Mussato preumanista, Vicenza, 1964, p. 105 et 173-174 ; Billanovich Guido, « Il preumanesimo padovano », Storia della cultura veneta, II, Vicenza, 1976, p. 80 ; Albertino Mussato, Écérinide, Épîtres métriques sur la poésie, Songe, éd. J.-F. Chevalier, Paris, Les Belles Lettres, « Les Classiques de l’Humanisme », 2000, p. XXI de l’Introduction et p. 64-65 des Notes complémentaires.

7 Osius F., Pignorius L., Villanus N., Albertini Mussati Historia Augusta Henri VII Caesaris et alia quae extant omnia, ex Typographia Ducali Pinelliana : Venetiis, 1636.

8 Graevius J. G., Burmannus P., Thesaurus antiquitatum et historiarum Italiae, VI, 2, Leyde, 1722.

9 Voir notamment Weiss R., « Il codice mussatiano di Holkham Hall », Archivio Veneto, s. V, no XLIV-XLV, 1949, p. 41-47.

10 Pour situer l’œuvre d’Albertino Mussato dans le contexte des arts poétiques médiévaux, nous renvoyons notamment à Tilliette J.-Y., Rhétorique et poétique chez les poètes latins médiévaux : recherche sur Baudri de Bourgueil, thèse de l’Université de Paris-Sorbonne, 1981 ; idem, Des mots à la parole : une lecture de la « Poetria nova » de Geoffroy de Vinsauf, Genève, Droz, 2000.

11 Voir Dazzi M., op. cit., p. 51 et 102 ; Billanovich Guido, op. cit., p. 68.

12 Voir Pastore Stocchi M., « Dante, Mussato e la tragedia », dans Dante e la cultura veneta, Atti del Convegno di Studi organizzato dalla Fondazione “Giorgio Cini”, Firenze, 1966, p. 251-262.

13 Commentum super tragoedia Ecerinide, in Albertino Mussato, Ecerinide, éd. L. Padrin, Bologna, 1900, p. 80.

14 Nous n’insisterons pas sur l’épître III, adressée à Rolando da Piazzola et consacrée à des luttes politiques intestines à Padoue. Nous privilégions, dans le cadre de cette communication, les épîtres concernant l’empereur germanique. Pour l’épître III, voir Dazzi M., op. cit., p. 45-46 et 104 ; Billanovich Guido, op. cit., p. 67.

15 S = Séville, XIVe s., Biblioteca Capitular Colombina 7-5-5, fol. 11r-11v ; H = Holkham Hall, Bibliothèque de Lord Leicester 425, fol. 74-77 (numérotation récente) ; cod. M = édition princeps de 1636. Nous omettons de signaler les variantes orthographiques habituelles et suivons l’orthographe du manuscrit le plus ancien (S).

16 Voir Dazzi M., op. cit., p. 47-48 et 103 ; Billanovich Guido, op. cit., p. 67.

17 Voir Albertini Muxati de obsidione domini Canis Grandis de Verona ante civitatem Paduanam, éd. G. M. Gianola, Padova, Antenore, 1999, p. 17.

18 L. Padrin a relevé, dans son édition de la pièce publiée en 1900 (op. cit., p. 175), l’influence de l’épître V sur la tragédie.

19 Rolandino, Vita e morte di Ezzelino da Romano (Cronaca), a cura di F. Fiorese, Milano, A. Mondadori « Fondazione Lorenzo Valla », 2004. Pour une étude de l’importance des chroniques dans le contexte de l’époque, voir notamment Arnaldi G., Studi sui cronisti della Marca Trevigiana nell’età di Ezzelino da Romano, Roma, 1963 ; Beyer H., op. cit., p. 60-82, 86-89, 95 et 104 ; Bordone R. et Garofani B., « Les chroniqueurs italiens (XIe-XVe siècle) », dans Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), Heullant-Donat I. (dir.), Paris, Cerf, 2000, p. 169-191.

20 Rolandino, op. cit., p. 570-571.

21 Voir Arnaldi G., « Il mito di Ezzelino da Rolandino al Mussato », dans La rinascita della tragedia nell’ Italia dell’ Umanesimo, Atti del IV Convegno di Studio sul teatro medioevale, Viterbo, 1979, p. 85-97 (repris dans Cultura, 1980, p. 155-164).

22 Rolandino, op. cit., p. 416-419.

23 Ibid., p. XXVI-XXX. Voir Pittaluga S., La Scena Interdetta: Teatro e letteratura fra Medioevo e Umanesimo, Napoli, Liguori Editore, 2002.

24 Voir Dazzi M., op. cit., p. 103-104; Billanovich Guido, op. cit., p. 68.

25 Huygens R. B. C. (éd.), Accessus ad auctores, Berchem-Bruxelles, Latomus, 1954 (réédition, Leiden, Brill, 1970).

26 Accessus ad auctores dans Medieval Literary Theory and Criticism c. 1100-c. 1375: The Commentary Tradition, A. J. Minnis, A. B. Scott et D. Wallace éd., revised edition, Oxford, Clarendon Press, 1991.

27 Je tiens à remercier mon collègue Jacques Elfassi pour ses conseils amicaux et érudits sur le style parfois obscur d’Albertino Mussato dans cette épître II.

28 Cf. Ovide, Métamorphoses, XIII, vers 10-11 : nec memoranda tamen uobis mea facta, Pelasgi, / esse reor ; Ovide, Métamorphoses, XIII, vers 950 : hactenus acta tibi possum memoranda tibi.

29 La Vierge se substitue aux Muses et devient seule garante de la vérité.

30 Pour les emprunts aux sources antiques, voir Billanovich Guido, « Veterum vestigia vatum nei carmi dei preumanisti padovani », Italia Medioevale e Umanistica, no I, 1958, p. 155-243.

31 Pour l’analyse du double enjeu (profit et plaisir) de la lecture de l’histoire, voir Duval F., « Les fonctions de l’histoire romaine au Moyen Âge : analyse de quelques prologues de traduction », dans Gouvernement des hommes, gouvernement des âmes, études réunies par V. Bubenicek et R. Marchal, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2007, p. 169-183.

32 Voir Billanovich Giuseppe, I primi umanisti e le tradizioni dei classici latini, Friburgo, Edizioni universitarie, 1953 (Discorsi universitari, nuova serie no 14) ; id., La tradizione del testo di Livio e le origini dell’Umanesimo, I, Tradizione e fortuna di Livio tra Medioevo e Umanesimo, Padova, Antenore, 1981. Pour les différents modes d’écriture de l’histoire par Albertino Mussato, nous renvoyons à l’édition par Giovanna Maria Gianola du De obsidione domini Canis Grandis de Verona ante ciuitatem Paduanam d’Albertino Mussato, Padova, Antenore, 1999, notamment à l’introduction du volume et aux notes très riches portant sur le prologue (p. xxvii-lxx et 3-9).

33 Billanovich Guido, « Il preumanesimo padovano », op. cit., p. 83-84.

34 Voir Dazzi M., op. cit., p. 103.

35 Leiris M., « De la littérature considérée comme une tauromachie », préface de L’âge d’homme, Paris, Gallimard, 1946 (réédition Gallimard, Folio, 2008, p. 9-22).

36 Ibid., p. 21.

Auteur

Université Paul Verlaine-Metz.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540