Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Deuxième partie. Le verbe poétique : de fer et de sang

Le Coniurationis Pactianae Commentarium d’Ange Politien (1478)1

Émilie Séris

Résumé

« Le Coniurationis Pactianae Commentarium d’Ange Politien (1478) » : À la mort de Julien de Médicis, victime de la conjuration des Pazzi le 26 avril 1478, Ange Politien délaisse la poésie épique vernaculaire pour restaurer le commentaire historique en langue latine. Il adapte pour l’occasion les grands modèles historiographiques romains, réinterprétant les faits les plus récents à la lumière des exemples fameux de l’Antiquité. La première partie, le blâme des conjurés, est imitée de l’analyse de la Conjuration de Catilina par Salluste. Le portrait du cerveau de la conjuration en particulier, Jacopo de’Pazzi, est une réécriture de celui de Catilina. La narration des faits emprunte aux Catilinaires de Cicéron des procédés comme l’exaltation de la défense nationale, réaction spontanée des citoyens, et la participation éthique du narrateur à la première personne. L’éloge funèbre de Julien de Médicis puise à la source des Vies de Suétone pour confirmer et consacrer le pouvoir médicéen par la référence au modèle impérial romain. Chez le poète humaniste, la lecture des historiens antiques nourrit une nouvelle fiction au service de la propagande politique.

Texte intégral

  • 1 Pour le texte de Politien, nous disposons de l’édition critique d’A. Perosa : Della congiura dei P (...)
  • 2 Politien A., Stances/Stanze et Fable d’Orphée/Fabula di Orfeo, Bausi F. (éd.) et Séris É. (trad.), (...)

1Le 26 avril 1478, en pleine cérémonie dans le dôme de Florence, Laurent de Médicis échappe de peu à une tentative d’assassinat. Son jeune frère, Julien, tombe sous les coups de deux conjurés, Bernardo Bandini et Francesco de’Pazzi. À Florence, l’émotion est extrême : cet événement apparaît bientôt comme le premier signe de l’effritement du pouvoir des Médicis. Le poète humaniste Ange Politien, qui a assisté à toute la scène, a perdu en un instant outre un prince et un mécène, un ami et son principal sujet littéraire. Julien de Médicis était en effet le héros de l’épopée vernaculaire à laquelle il travaillait depuis trois ans, les Stanze per la giostra di Giuliano de’Medici2. Délaissant alors les Piérides, Politien se lance bientôt dans un commentaire en latin du tragique événement.

  • 3 Cf. Maier I., Ange Politien. La formation d’un poète humaniste (1469-1480), op. cit., p. 359. On a (...)
  • 4 Politien a en effet consacré à l’Institution oratoire de Quintilien ainsi qu’aux Silves de Stace s (...)
  • 5 Cf. Quint., Inst. X, 1, 31. Sur le rapport entre histoire et poésie voir aussi, pour l’Antiquité, (...)
  • 6 J’ai déjà eu l’occasion de montrer l’importance de la mémoire pour Politien et d’analyser les dive (...)

2On a beaucoup insisté sur le caractère impromptu et hardi de cette conversion de la poésie épique à la prose historique, un genre que l’auteur n’avait encore jamais pratiqué et vers lequel il ne semblait pas véritablement porté3. Pourtant, au-delà du revirement opportuniste, les éléments de continuité ne manquent pas. Tout d’abord, en changeant de plume l’humaniste conservait sa matière ; la mutation était nécessaire pour rester fidèle à ses commanditaires et continuer à chanter Julien de Médicis. De plus, Politien qui était en train de redécouvrir l’œuvre de Quintilien4, n’ignorait rien de la proximité qui existe entre la poésie et l’histoire5. Le rhéteur latin prônait dans la prose historique, comme en poésie, la liberté du lexique et des figures afin d’éviter la monotonie de la narration – un principe qui convenait à merveille au maître florentin de la uarietas. Mieux, en comparant les deux disciplines, Quintilien avait affirmé que la première visait essentiellement au plaisir, alors que la seconde avait en outre pour fonction de rappeler les faits passés tout en assurant la gloire de l’écrivain6. N’était-ce pas précisément les deux fins qu’avait visées Politien en composant les Stances et qu’il avait manquées à cause d’une fortune adverse ?

  • 7 Nous avons choisi par commodité de privilégier une source particulièrement significative dans l’ét (...)

3Le commentaire de la conjuration des Pazzi se compose de trois parties bien distinctes : un portrait infamant des Pazzi et de leurs complices, le récit des faits (la conjuration et sa répression) et l’apologie de Julien de Médicis. La narration en elle-même est donc encadrée par deux parties résolument épidictiques : le blâme des conjurés et l’éloge de la victime. D’autre part, l’humaniste varie ses sources : si le modèle affiché dès le titre est le De Catilinæ coniuratione de Salluste, le récit introduit entre autres des procédés empruntés aux Catilinaires de Cicéron, et l’éloge funèbre des thématiques chères à Suétone7.

4Je voudrais essayer de montrer comment Ange Politien interprète l’actualité politique à la lumière des hauts faits de l’Antiquité et comment l’écriture de la uarietas devient, dans le commentaire historique, un instrument de propagande au service des Médicis.

Le blâme des conjurés

  • 8 Cf. M. Föcking, art. cit., p. 200.

5La première partie du commentaire est une exposition dans laquelle sont présentés l’un après l’autre les principaux membres du complot. La présentation partisane des conjurés par Politien reprend à Salluste des procédés encomiastiques8 propres à l’invective ainsi que des arguments précis de son analyse de la conjuration de Catilina.

La déraison

  • 9 Cf. Maier I., op. cit., p. 362, n. 23.

6Jacopo de’ Pazzi, le cerveau de la conjuration, est peint sur le modèle du portrait de Catilina par Salluste9. Cet homme, qui a ruiné sa famille par ses débauches nocturnes et sa passion pour le jeu, présente physiquement les mêmes signes de trouble mental que Catilina dans le De Catilinæ coniuratione :

  • 10 Politien A., Della congiura dei Pazzi (Coniurationis Commentarium), op. cit., p. 7.

Ipse pallidus atque exsanguis caput iactare semper et, quod leuitatis maximum foret argumentum, numquam ore, numquam oculis, numquam manibus consistere10.

  • 11 Je donne mes traductions.

Lui-même, pâle et livide secouait toujours la tête et, ce qui était la plus grande preuve d’inconstance, jamais son visage, jamais ses yeux, jamais ses mains ne restaient immobiles.11

  • 12 Cf. Salluste, De Catilinæ coniuratione, XV, 5 : Igitur colos ei exsanguis, fœdi oculi, citus modo, (...)

7Ange Politien a repris de Salluste l’adjectif exsanguis pour caractériser le teint du criminel, mais aussi son regard inquiétant et la fébrilité qui habite tout son corps. Chez l’historien antique, auquel le lecteur de Politien se trouve renvoyé, cette agitation était clairement associée aux remords que Catilina gardait de ses crimes monstrueux (liaison sacrilège avec la vestale Fabia et meurtre de son propre fils pour faciliter son mariage avec Aurélia Orestilla12). Dans les deux cas, à l’origine du péril encouru par l’État se trouve la déficience mentale d’un individu, la déraison (leuitas ou uecordia).

Les vices

8L’humaniste pousse plus loin la comparaison entre Jacopo de’Pazzi et Catilina en identifiant leur principaux vices. Il blâme chez l’ennemi des Médicis l’existence de deux passions contraires et simultanées, la cupidité et le plaisir de dilapider la fortune familiale :

  • 13 Politien A., op. cit., p. 7-8. Comme le rappelle M. Martelli, Politien a substitué dans la seconde (...)

Duo in homine ingentia uitia eaque, quod mirum esset, maxime inter se contraria eminebant : multa auaritia, multa perdendi patrimonii uoluptas13.

Il y avait en cet homme deux vices immenses et, ce qui est étonnant, qui s’opposaient entre eux au plus haut point : une grande cupidité, en même temps qu’un plaisir à dissiper son patrimoine.

  • 14 Sall., Cat., V, 8 : Incitabant præterea corrupti ciuitatis mores, quos pessuma ac diuorsa inter se (...)

9Le procédé est tiré du passage où, excédant l’analyse du caractère psychologique de Catilina, Salluste critique la décadence des mœurs romaines depuis la tyrannie de Sylla. Chez l’historien antique c’est la cité tout entière qui était en proie à ces deux vices contraires et également funestes, la luxure et la cupidité14. Politien concentre au contraire le blâme sur la personne de Jacopo de’Pazzi, refusant de généraliser le trait en l’étendant à l’ensemble de la société florentine et, a fortiori, d’expliquer ces vices par une raison politique ou économique, qui pourrait mettre en cause le gouvernement des Médicis.

Le désir révolutionnaire

10Outre la folie et le vice, qui rapprochent entre eux les conjurés, Politien donne comme troisième mobile du complot le désir de révolution. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’expression res nouæ est employée dans le portrait de Jacopo Bracciolini, le fils du grand Pogge, l’humaniste de talent protégé par les Médicis et membre de l’académie de Careggi. Chez le jeune Bracciolini, la volonté de changer de régime est ainsi nécessairement associée à la perfidie et à l’ingratitude.

  • 15 Politien A., op. cit., p. 17.

Hic et ob angustiam rei familiaris aesque alienum, quod grande conflauerat, et ob ingenitam quandam uanitatem, rerum nouarum cupidus erat15.

Celui-ci à la fois à cause de l’indigence de sa famille et des dettes qu’il avait accumulées et à cause d’une certaine vanité de tempérament, désirait une révolution.

  • 16 L’expression cupidum rerum nouarum se trouve aussi chez César (Bell. Gall., 1, 18, 13). Comme le m (...)

11Là encore, Politien reprend les mots de Salluste. L’image de l’inflation des dettes vient une fois de plus du portrait de Catilina (Sall., Cat., XIV, 2 : alienum aes grande conflauerat). En revanche, l’expression cupida rerum nouarum était chez Salluste attribuée à la plèbe versatile, précisément au moment où elle renonçait à la révolution pour soutenir Cicéron16 (Sall., Cat., XLVIII, 1). Politien, lui, réserve le projet révolutionnaire aux fomentateurs isolés du complot et il en fait la conséquence directe des deux causes précédemment identifiées, le besoin insatiable d’argent et une faiblesse d’esprit qui est un défaut de nature.

Le récit de la conjuration

12Dans la narration des faits, le commentateur humaniste s’éloigne cependant du modèle de Salluste et introduit notamment des références évidentes aux Catilinaires de Cicéron. Les emprunts à l’orateur infléchissent le récit d’au moins deux manières : en exaltant la réaction de défense nationale des citoyens et en introduisant la participation éthique du narrateur.

La défense de salut public

13Ange Politien se plaît à montrer la résistance solidaire, à Florence, de tous les gens de biens, ravivant le souvenir du réflexe de salut public qu’avaient eu les Romains face au péril de la conjuration de Catilina. Il n’hésite pas à faire allusion au célèbre début de la première Catilinaire lorsqu’il peint les gardes qui s’instaurent spontanément pour maintenir l’ordre dans la ville de Florence et plus particulièrement autour du palais des Médicis, via Larga :

  • 17 Politien A., op. cit., p. 49-50.

Nocte atra uigiliæ per urbem dispositæ, domus Laurentiana diligenter custodita, stationes armatorum in quadruuiis, in foro, tota urbe17.

Dans la nuit noire des sentinelles furent disposées à travers la ville, le palais de Laurent gardé avec zèle, des hommes en armes postés aux carrefours, sur le forum, dans toute la ville.

  • 18 Cf. Cic., Cat., 1, 1 : Nihilne nocturnum præsidium Palati, nihil urbis uigiliæ, nihil timor populi (...)

14L’imitation humaniste condense en une phrase la verve copieuse de Cicéron, restituant avec efficacité, par quelques échos, la véhémence et la gravité du discours antique. Elle a aussi pour effet de superposer dans l’imaginaire du lecteur les deux événements, passé et présent, jusqu’à la confusion. Habilement, Politien substitue le palais des Médicis (domus Laurentiana) au Palatin, consacrant ainsi et glorifiant pour la postérité le siège du pouvoir médicéen18.

15De même, quand le poète-historien décrit le spectacle de la faveur du peuple florentin pour les Médicis, il reprend les figures chères à Cicéron :

  • 19 Politien A., op. cit., p. 37.

Omnia ibi armatorum plena erant, omnia fauentium clamoribus personabant, strepitu et uocibus tectum omne resultabat. Videre pueros, senes, iuuenes, sacros ac profanos uiros arma capere, domum Medicam quasi publicam omnium salutem defensare19.

Tout, ici, était rempli d’hommes en armes, tout résonnait des clameurs des partisans, toute la demeure retentissait de bruit et de cris. On voyait les enfants, les vieillards, les jeunes gens, les hommes religieux ou civils prendre les armes et défendre le palais Médicis comme s’il s’agissait du salut public de tous.

16L’anaphore de omnis est fréquente, en particulier, dans la quatrième catilinaire, quand Cicéron se glorifie devant le Sénat d’avoir avec lui le front uni du peuple romain :

Omnes adsunt omnium ordinum homines, omnium generum, omnium denique ætatum ; plenum est forum, plena templa circa forum, pleni omnes aditus huius templi et loci. (Cic., Cat., IV, 7, 14).

  • 20 Cic., Cat, IV, 2, 3 : populi romani nomen salutemque defendite ; mihi parcere ac de me cogitare de (...)

17Politien a repris aussi, quoiqu’en inversant leur ordre, l’image des lieux remplis de partisans et l’énumération de la foule divisée par catégories d’âge ou de statut. Les deux procédés participent d’une amplification qui fait basculer le rapport de force en faveur des Médicis. Toutefois, Politien prend idéologiquement ses distances à l’égard de l’ancien consul. Celui-ci exhortait ses concitoyens à veiller sur leur patrie sans prendre soin de son salut privé20, tandis que l’humaniste se félicite de voir les Florentins prendre à cœur le salut de Laurent comme s’il coïncidait avec celui de l’État.

Le narrateur-personnage

  • 21 Comme le note F. Tateo, l’emploi de la première personne peut aussi être un élément de rapprocheme (...)

18La contamination du commentaire de Salluste par les Catilinaires a aussi pour effet de bouleverser les modalités d’énonciation en introduisant un narrateur-personnage à la première personne21. Politien se donne dans le récit des événements le statut de témoin oculaire et d’acteur :

  • 22 Politien A., op. cit., p. 34-35.

Tum ego, qui eodem me contuleram, aliique nonnulli fores, quæ ahenæ sunt, occludimus. Ita periculum, quod a Bandino ingrueret, propulsuimus. Dum fores seruamus, trepidare intus alii, de Laurentii uulnere solliciti esse. Ibi Antonius Rodulphus, Iacobi filius, egregius adolescens, Laurentii uulnus exugere. Ipse nullam suæ salutis rationem ducere, sed rogitare continenter, ecquid Iulianus ualeat ; interdum uero et indignabundus minitari querique, quod a quibus minime æquum fuerat sua uita peteretur. Continuo iuuenum globus, qui Medicæ domui fidi essent, ad sacrarii fores cum telis constipantur. Clamant unanimes amicos sese et necessarios : exeat, exeat Laurentius, antequam aduersa factio robur capiat ! Nos trepidi intus ambigere hostes an amici forent, rogitare tamen an incolumis Iulianus. Ipsi ad ea nihil respondere22.

Alors moi, qui m’étais transféré au même endroit, avec quelques autres, nous fermâmes la porte, qui est en bronze. Ainsi, nous repoussâmes le danger qui venait de Bandini. Pendant que nous gardions la porte, à l’intérieur, tous tremblaient et s’inquiétaient de la blessure de Laurent. Alors, Antonio Ridolfi, le fils de Jacopo, jeune homme excellent, étancha la blessure de Laurent. Lui, il ne prêtait aucune attention à sa vie, mais demandait sans cesse si Julien se portait bien. Parfois aussi, s’indignant, il menaçait et se plaignait que sa vie soit attaquée par ceux qui en étaient le moins dignes. Puis, un groupe de jeunes gens, qui étaient fidèles à la maison des Médicis, se pressèrent avec leurs traits contre la porte sacrée. Ils crient tous ensemble qu’ils sont des amis et des proches : « Que Laurent sorte ! Qu’il sorte avant que la faction adverse ne prenne des forces ! » Nous, tremblant à l’intérieur, balançons s’ils sont ennemis ou amis ; nous demandons cependant si Julien est sauf. Eux, à cette question, ne répondent pas.

  • 23 Cf. Cic., Cluent., 52, 144.
  • 24 Cf. Cic., Cat., IV, 20 : mihi uni conseruata re publica gratulationem decreuistis.

19L’expression periculum propulsare vient encore de Cicéron23 mais c’est surtout l’introduction du pronom ego, en deuxième position dans la phrase, et la répétition des verbes à la première personne du pluriel qui évoquent le parallèle avec les discours de l’orateur romain. La référence implicite aux Catilinaires n’est pas sans créer une certaine tension dans le récit, car si l’objet de tous les soins est Laurent le Magnifique, le sauveur de la patrie, du fait du jeu de l’énonciation, c’est Politien en personne. En effet, Laurent est présenté comme un exemple de sagesse et de courage : il ne se soucie aucunement de sa blessure, mais s’inquiète de la santé de son jeune frère et se livre à des méditations d’ordre général, sinon philosophique. En revanche, l’homme d’action, ici, c’est son serviteur qui – il est vrai avec quelques autres, mais la litote nonnulli n’est pas innocente – écarte définitivement le danger en fermant les portes de la cathédrale. Gardien des portes sacrées, le poète-soldat devient le rempart de l’État menacé. Le verbe seruare rapporté à la première personne, qui revient inlassablement dans les discours de Cicéron à propos du salut de l’État romain24, identifie pour ainsi dire mécaniquement Politien au consul jadis doté exceptionnellement des pleins pouvoirs par senatus consulte pour assurer la défense nationale.

20D’autre part, comme chez l’avocat Cicéron, l’emploi de la première personne est aussi le moyen d’exprimer des sentiments personnels et de susciter le pathos. L’historien humaniste s’autorise à peindre son émotion à la vue du cadavre de Julien de Médicis :

  • 25 Politien A., op. cit., p. 36-37.

Ego recta domum perrexi Iulianumque multis confectum uulneribus, multo cruore fodatum miserabiliter iacentem offendi. Ibi titubans et præ doloris magnitudine uix satis animi compos, a quibusdam amicis subleuatus domumque sum deductus25.

Moi, je poussai tout droit jusqu’au palais et je trouvai Julien tout couvert de blessures, tout souillé de sang, gisant pitoyablement. Là, titubant, et, sous la violence de la douleur, à peine encore maître de moi, je fus porté par des amis et conduit au palais.

21La description du corps ensanglanté est un terrible appel à la pitié (misericordia). Mais l’affect est encore amplifié par l’image du narrateur-personnage, titubant et disparaissant derrière les portes du palais, tel un acteur derrière le décor de scène d’une tragédie antique. Sa position de témoin oculaire et de familier de la victime donne à l’historien-poète un pouvoir d’émotion tout particulier sur le lecteur.

L’éloge du prince idéal

  • 26 Cf. Præfatio in Suetonium, in Angeli Politiani Opera omnia, Basileæ, ap. Episcopium, 1553, p. 499- (...)

22L’éloge funèbre de Julien de Médicis fait dériver le commentaire de Politien vers une troisième source antique, les Vies des douze Césars de Suétone. L’humaniste, qui a rédigé en 1479 une préface introduisant à la lecture de l’historien de l’empire26, s’approprie en effet certains de ses thèmes et de ses procédés d’écriture.

Les prodiges

23Les funérailles de Julien de Médicis sont rapportées dans une perspective quasi-religieuse. Politien fait en effet le récit de prodiges qui ont suivi la mort du héros florentin :

  • 27 Politien A., op. cit., p. 58-59.

Funus Iuliano magnifice ductum et iusta Manibus in diui Laurentii templo persoluta. Pleraque iuuentus uestem mutauit. Ipse undeuiginti uulneribus transfossus erat. Annis uixerat quinque et uiginti.
Paucis post diebus cum iuges pluuiæ essent insequutæ, repente ex omnibus agris magna uis hominum in urbem confluit. Nefas esse clamant Iacobi Pactii cadauer in sacro conditum : ideo tam diu perpluisse, quod hominem scelestum et qui ne in morte quidem religionis ullam aut Dei rationem habuerit contra ius fasque in templo condiderint ; officere id, quæ rusticorum uetus est superstitio, lactentibus adhuc frumentis. Idem et populus omnis, ut in tali re assolet, passim dictitare. Tum ad ipsum sepulcri locum conueniunt frequentes, erutum cadauer in pomerio defodiunt27.

Les funérailles de Julien furent magnifiques et l’on rendit honneur à ses Mânes en l’église de San Lorenzo. La majeure partie de la jeunesse changea de costume. Il avait été transpercé de vingt-et-un coups. Il était âgé de vingt-cinq ans.
Peu de jours après, comme des pluies continuelles s’étaient succédées, soudain, de toute la campagne, une foule d’hommes afflua dans la ville. Ils crient que c’est un sacrilège d’avoir enterré le cadavre de Jacopo Pazzi dans un lieu saint. Car il avait tant plu qu’on avait enterré à l’église, au mépris de la justice et de la piété, cet homme criminel et qui même dans la mort n’avait aucun scrupule ni aucun respect de Dieu. S’y opposait, ce qui est une vieille superstition paysanne, que les blés soient encore laiteux. Tout le peuple aussi, comme il arrive dans ce genre de situation, répétait partout la même chose. Alors, ils se rassemblent en nombre au lieu même de la sépulture, ils déterrent le cadavre et l’enfouissent hors des murs.

  • 28 Cf. Suet., Ner., 33 : postero die raptim inter maximos imbres tralaticio extulit funere.

24Le premier prodige, qui est un phénomène naturel, passe presque inaperçu : des pluies torrentielles s’abattent sur la cité après l’inhumation du corps. L’association entre le deuil et la pluie est attendue, mais l’on peut songer plus précisément aux funérailles de Britannicus, que Néron fit ensevelir sous des trombes d’eau28 (Suétone, Néron, 33). Le second phénomène, attesté par tous les témoignages contemporains, est une manifestation populaire spectaculaire en faveur de la victime et s’accompagnant d’un déchaînement de violence contre les assassins. Des habitants des campagnes entourant Florence, considérant comme un sacrilège que Jacopo de’Pazzi ait été enterré en l’église de San Lorenzo, dans la chapelle privée de sa famille, alors qu’il était l’auteur d’un tel forfait, profanèrent sa sépulture et l’enfouirent hors des murs de la cité. Les superstitions, le désordre et la colère publique déchaînés par le meurtre de Julien tendent à faire de sa mort un crime contre-nature, un acte monstrueux violant les lois humaines et divines (contra ius fasque).

  • 29 Cf. Suet., Cal., 5 : Tamen longe maiora et firmiora de eo iudicia in morte ac post mortem extiteru (...)

25Or, on lit chez Suétone que des actes de violence sur la voie publique accompagnèrent les funérailles de Germanicus. D’après l’historien romain, c’est après sa mort que l’attachement du peuple à son égard s’exprima avec le plus de ferveur, notamment par des profanations (lapidation des temples, destructions de statues des dieux Lares dans les rues, exposition de nouveaux nés)29. Habilement, le commentateur humaniste prépare l’identification du prince florentin au plus prometteur des jeunes empereurs romains.

Le portrait de Julien

  • 30 Cf. Maier I., op. cit., p. 368.

26En effet, le portrait de Julien suit le schéma descriptif des portraits d’empereur dans les Vies de Suétone30 et présente en particulier des similitudes avec le celui de Germanicus dans la Vie de Caligula :

  • 31 Politien A., op. cit., p. 63-64.

Statura fuit procera, quadrato corpore, magno et prominenti pectore, teretibus ac musculosis brachiis, ualidis articulis, compressa aluo, amplis femoribus, suris aliquanto plenioribus, uegetis oculis, acri uisu, subnigro colore, multa coma, capillo nigro et promisso atque in occiput a fronte reiecto. Equitandi iaculandique gnarus, saltu et palæstra excellens, uenatu mirum in modum delectari solitus. Magni animi et maximæ constantiæ, religionis et bonorum morum cultor, picturam maxime amplectebatur et musicam atque omne munditiarum genus. Ingenio erat pœsim non inepto : scripsit nonnulla ethrusca carmina, mire grauia et sententiarum plena ; amatoria carmina libens lectitabat. Et facundus erat et prudens, minime tamen promptus ; idem et urbanitatum mirus amator et ipse non inurbanus. Mendaces magnopere oderat et iniuriarum memores. In cultu corporis mediocris, mire uero et elegans et lautus. Obsequii erat multi, multæ humanitatis, miræ in fratrem obseruantiæ, magni roboris et uirtutis. Hæc illum atque alia carum populo, carum suis, dum vixit, reddebant31 ;

Il était de grande taille, bien proportionné, la poitrine large et imposante, les bras bien faits et musclés, les articulations solides, le ventre plat, les cuisses puissantes, les mollets assez ronds, les yeux vifs, le regard perçant, le teint mat, la chevelure abondante, les cheveux bruns et longs, tombant du front sur la nuque. Expert en équitation et en lancer, excellent en saut et à la palestre, il pratiquait couramment la chasse de façon admirable pour son plaisir. D’un grand courage et d’une très grande constance, cultivant la piété et les bonnes mœurs, il était tout à fait passionné de peinture, de musique et de tous les genres de raffinements. Son esprit n’était pas inapte à la poésie : il écrivit quelques vers en toscan, admirablement profonds et pleins de pensées. Il lisait volontiers la poésie amoureuse. Il était éloquent et prudent, mais pas du tout emporté. Admirable amateur de culture et lui-même loin d’être inculte. Il haïssait fortement les menteurs et les rancuniers. Modéré dans le soin du corps, mais admirablement élégant et distingué. Il avait beaucoup de respect, beaucoup d’humanité, une admirable considération pour son frère, une grande force et une grande vaillance. Ces qualités entre autres le rendaient cher au peuple et cher aux siens, tant qu’il vécut.

  • 32 Suet., Vesp., 20 : statura fuit quadrata et 23 : homo proceræ staturæ.
  • 33 Suet., Jul., 45 : teretibus membris et nigris uegetisque oculis.
  • 34 Suet., Tib., 68 : articulis firmis et capillo pone occipitium summisiore, ut ceruicem etiam obtege (...)
  • 35 Suet., Cal., 4 : quarum uirtutum fructum uberrimum tulit, sic probatus et dilectus a suis […] sic (...)

27Le portrait physique de Julien est composé de traits appartenant aux divers empereurs romains peints par Suétone. Il a la stature imposante (procera) et carrée (quadrata) de Vespasien32, la musculature et les yeux de Jules33, la puissance et la chevelure de Tibère34. Mais ses qualités de cavalier, son courage, sa grandeur d’âme, sa piété, sa simplicité, son goût pour les arts et son éloquence l’apparentent clairement à Germanicus (Caligula, 3). Ce dernier, nous rappelle Suétone, pratiquait quotidiennement l’équitation et tua des ennemis au corps à corps. Sa piété envers les défunts et sa clémence envers les vivants étaient notoires. Son triomphe ne le rendit pas moins accessible à la population lors de ses déplacements officiels. Ses activités militaires ne l’empêchèrent pas de plaider des procès ni de composer des comédies grecques. La conclusion du portrait de Julien de Médicis par Politien est la même que celle de Suétone à propos de Germanicus : toutes ses qualités lui valurent d’être chéri du peuple aussi bien que de ses proches35.

  • 36 A. Frachetti a montré comment la mort de Germanicus avait réveillé à Rome le spectre de l’emphylos (...)

28Associé au souvenir de Britannicus et surtout de Germanicus, Julien devient sous la plume de l’historien humaniste le modèle du jeune prince talentueux, incarnant tous les espoirs de sa famille et de ses concitoyens. D’autre part, la conjuration des Pazzi prend une nouvelle orientation et une nouvelle ampleur, éclairée par des exemples fameux d’empereurs romains assassinés. D’une conjuration contre la République, on est passé insensiblement au meurtre sacrilège d’un prince. Comme Germanicus, Julien est une victime innocente sacrifiée sur l’autel des rivalités et de l’ambition et son deuil plonge Florence dans la hantise ancestrale de la guerre civile36.

29Ange Politien est partisan d’une histoire-fiction, sur le modèle de Salluste, qui s’autorise un style personnel et la libre utilisation des figures de l’éloquence. L’humaniste a sûrement trouvé chez Quintilien une caution pour étendre à la prose historique le principe poétique de la uarietas. En combinant des sources diverses et principalement le De Catilinæ coniuratione, les Catilinaires et les Vies des douze Césars, l’historien donne une signification très riche à l’événement et joue à la fois sur les valeurs de défense nationale et sur la dévotion au prince, qui sont les ressorts de la politique florentine. Il s’efforce de poser les bases d’un culte princier et peutêtre même d’une divinisation post mortem de Julien de Médicis. Il n’omet pas non plus d’œuvrer pour sa propre gloire en se présentant à la fois comme narrateur et comme acteur de l’histoire.

Notes

1 Pour le texte de Politien, nous disposons de l’édition critique d’A. Perosa : Della congiura dei Pazzi (Coniurationis Commentarium), Padova, 1958. Pour le commentaire, voir Maier I., Ange Politien. La formation d’un poète humaniste (1469-1480), Genève, Droz, 1966, « Politien historien », p. 358-371 ; Acton H., The Pazzi Conspiracy : The Plot against the Medici, Southampton, The Camelot Press, 1979 ; Fubini R., « Federico da Montefeltro e la congiura dei Pazzi : politica e propaganda alla luce di nuovi documenti », Cerboni Baiardi G., Ghittolini G., Floriani G., Federico Montefeltro. Lo Stato, le Arti, la Cultura, Rome, Bulzoni, 1986, I, p. 357-470 et « La congiura dei Pazzi », Toscani B. (dir.), Lorenzo de’ Medici : New Perspectives, New York, Peter Lang, 1993, p. 219-247 ; Martelli M., Angelo Poliziano. Storia e metastoria, Lecce, Conte, 1995, p. 28-31 (= « Poliziano e la politica culturale laurenziana », Viti P. (dir.), Il Poliziano latino, Atti del Semminario di Lecce (28 aprile 1994), Lecce, Congedo, 1996, p. 33-35 ; Tateo F., « Poliziano e la storiografia umanistica », Fera V. et Martelli M. (dir.), Agnolo Poliziano poeta scrittore filologo, Atti del Convegno Internazionale di Studi, Montepulaciano 3-6 novembre 1994, Florence, Le Lettere, 1998, p. 195-205 ; Godman P., From Poliziano to Machiavelli. Florentine Humanism in the High Renaissance, Princeton/New Jersey, Princeton University Press, 1998 ; Martines L., April Blod. Florence and the Plot against the Medici, Oxford, J. Cape, 2003 ; Waiblinger E., « Die Verschwörung der Pazzi. Florenz, 1478 », Sommer M. (dir), Politische Morde. Vom Altertum bis zur Gegenwart, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2005, p. 127-135 et Föcking M., « Spielraüme des Faktischen in Polizians Commentarium Coniurationis », Schneider U. et Traninger A. (dir.), Fiktionen des Faktischen, Stuttgart, F. Steiner, 2010, p. 191-210 (je remercie C. Schindler de m’avoir communiqué ce texte encore inaccessible dans les bibliothèques parisiennes lorsque j’ai rédigé le présent article). Sur l’historiographie humaniste en général, voir Muhlack U., Geschichtswissenschaft im Humanismus und in der Aufklärung : die Vorgeschichte des Historismus, Münich, C.H. Beck, 1991 ; Stefano A., Faraone G., Megna P. et Tramontana A., La storiografia umanistica, 3 vol., Messine, Sicania, 1992 ; Hankins J., Renaissance Civic Humanism. Reappraisals and Reflections, Cambridge, 2000.

2 Politien A., Stances/Stanze et Fable d’Orphée/Fabula di Orfeo, Bausi F. (éd.) et Séris É. (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2006.

3 Cf. Maier I., Ange Politien. La formation d’un poète humaniste (1469-1480), op. cit., p. 359. On a longtemps jugé avec sévérité le seul opuscule historiographique de Politien en raison de sa partialité et de son refus de rechercher les causes profondes de la conjuration dans la politique extérieure florentine – rôle de Sixte IV et rivalité avec Naples (voir par exemple Fubini R., « La congiura dei Pazzi… », art. cit., p. 219 et Martelli M., Angelo Poliziano…, op. cit., p. 29).

4 Politien a en effet consacré à l’Institution oratoire de Quintilien ainsi qu’aux Silves de Stace son premier cours, dès son entrée au studio de Florence en 1480. Cf. Oratio super Fabio Quintiliano et Statii Syluis, Garin E. (éd.), La letteratura italiana. Storia e Testi, vol. 13 : « Prosatori latini del Quattrocento », Milan-Naples, Ricciardi, 1952, p. 870-885.

5 Cf. Quint., Inst. X, 1, 31. Sur le rapport entre histoire et poésie voir aussi, pour l’Antiquité, l’ouvrage de A. Foucher, Historia proxima poetis. L’influence de la poésie épique sur le style des historiens latins de Salluste à Ammien Marcellin, Bruxelles, Latomus, 2000, pour le Moyen Âge, Knapp F.P., Historie und Fiktion in der mittelalterischen Gattungspoetik, Heidelberg, C. Winter, 1997 et pour l’humanisme, Tateo F., I miti della storiografia umanistica, Rome, Bulzoni, 1990, notamment « La poesia, l’eloquenza e l’identità culturale di Venezia », p. 193-214 et « La storiografia “poetica” di Giovanni Pontano », p. 223-247. M. Föcking cite un passage du Discours sur Suétone où Politien traite précisément de la comparaison entre poésie et histoire (« Spielraüme des Faktischen », art. cit., p. 198-199).

6 J’ai déjà eu l’occasion de montrer l’importance de la mémoire pour Politien et d’analyser les diverses fonctions mnémoniques qu’il attribuait à l’écriture dans son œuvre poétique (cf. Séris É., Les étoiles de Némésis. La rhétorique de la mémoire dans la poésie d’Ange Politien (1464-1494), Genève, Droz, 2002, notamment p. 37-154).

7 Nous avons choisi par commodité de privilégier une source particulièrement significative dans l’étude de chacune des parties du commentaire, mais il va de soi que l’analyse pourrait être étendue à bien d’autres sources et notamment à Tite-Live et à Jules César (voir l’article cité de F. Tateo) car l’écriture de Politien, conformément au principe de l’imitation variée, tisse sans cesse entre elles des sources multiples.

8 Cf. M. Föcking, art. cit., p. 200.

9 Cf. Maier I., op. cit., p. 362, n. 23.

10 Politien A., Della congiura dei Pazzi (Coniurationis Commentarium), op. cit., p. 7.

11 Je donne mes traductions.

12 Cf. Salluste, De Catilinæ coniuratione, XV, 5 : Igitur colos ei exsanguis, fœdi oculi, citus modo, modo tardus incessus ; prorsus in facie uoltuque uecordia inerat.

13 Politien A., op. cit., p. 7-8. Comme le rappelle M. Martelli, Politien a substitué dans la seconde rédaction du Commentarium l’expression multa perdendi patrimonii uoluptas à celle de multa ambitio qui figurait dans la première rédaction (Angelo Poliziano …, op. cit, p. 29, n. 34 ou « Angelo Poliziano e la politica… », art. cit., p. 34, n. 34). Sur l’attribution par Politien des vices des partisans de Catilina aux Pazzi, voir aussi M. Föcking, art. cit., p. 202 ou 204.

14 Sall., Cat., V, 8 : Incitabant præterea corrupti ciuitatis mores, quos pessuma ac diuorsa inter se mala, luxuria atque auaritia, uexabant.

15 Politien A., op. cit., p. 17.

16 L’expression cupidum rerum nouarum se trouve aussi chez César (Bell. Gall., 1, 18, 13). Comme le montre F. Tateo, si Politien se réfère ici également à César, c’est toujours par antiphrase (« Poliziano e la storiografia umanistica », p. 204).

17 Politien A., op. cit., p. 49-50.

18 Cf. Cic., Cat., 1, 1 : Nihilne nocturnum præsidium Palati, nihil urbis uigiliæ, nihil timor populi, nihil concursus bonorum omnium, nihil his munitissimus habendi senatus locus, nihil horum ora uoltusque mouerunt ? La confusion est sûrement encore facilitée par le fait que le camp militaire de Catilina, dirigé par Manlius, était précisément basé en Etrurie, sur l’antique sol de la Toscane.

19 Politien A., op. cit., p. 37.

20 Cic., Cat, IV, 2, 3 : populi romani nomen salutemque defendite ; mihi parcere ac de me cogitare desinite.

21 Comme le note F. Tateo, l’emploi de la première personne peut aussi être un élément de rapprochement du commentaire de Politien avec ceux de César, même si la similitude avec les écrits de César porte plus sur le projet et l’invention que sur la matière et le lexique (« Poliziano e la storiografia umanistica », p. 202-203). En réalité, l’utilisation de César est pour l’humaniste florentin délicate, car en aucun cas la conjuration des Pazzi ne doit pouvoir être interprétée comme une tentative de tyrannicide, légitime aux yeux des républicains (cf. M. Föcking, art. cit., notamment p. 200-201 et 210). Le modèle cicéronien présente au contraire l’intérêt de faire passer les Pazzi du côté des ennemis de la République.

22 Politien A., op. cit., p. 34-35.

23 Cf. Cic., Cluent., 52, 144.

24 Cf. Cic., Cat., IV, 20 : mihi uni conseruata re publica gratulationem decreuistis.

25 Politien A., op. cit., p. 36-37.

26 Cf. Præfatio in Suetonium, in Angeli Politiani Opera omnia, Basileæ, ap. Episcopium, 1553, p. 499-506. Voir aussi Una ignota ‘expositio Suetoni del Poliziano’, éd. et prés. Fera F., Messine, Centro di Studi Umanistici, 1983 et Gardenal G., Poliziano e Svetonio. Contributo alla storia della filologia umanistica, Florence, Olschki, 1975.

27 Politien A., op. cit., p. 58-59.

28 Cf. Suet., Ner., 33 : postero die raptim inter maximos imbres tralaticio extulit funere.

29 Cf. Suet., Cal., 5 : Tamen longe maiora et firmiora de eo iudicia in morte ac post mortem extiterunt. Quo defunctus est die, lapidata sunt templa, subuersæ deum aræ, Lares a quibusdam familiares in publicum abiecti, partus coniugum expositi.

30 Cf. Maier I., op. cit., p. 368.

31 Politien A., op. cit., p. 63-64.

32 Suet., Vesp., 20 : statura fuit quadrata et 23 : homo proceræ staturæ.

33 Suet., Jul., 45 : teretibus membris et nigris uegetisque oculis.

34 Suet., Tib., 68 : articulis firmis et capillo pone occipitium summisiore, ut ceruicem etiam obtegeret.

35 Suet., Cal., 4 : quarum uirtutum fructum uberrimum tulit, sic probatus et dilectus a suis […] sic uulgo favorabilis…

36 A. Frachetti a montré comment la mort de Germanicus avait réveillé à Rome le spectre de l’emphylos stasis et que Tibère, sentant le danger d’un soulèvement populaire, avait réduit volontairement la durée de son deuil, (Rome et le prince (1990), trad. V. Jolivet, Paris, Belin, 1994, « pleurer Germanicus », p. 96-102 et « La mort de Germanicus et la durée de son deuil », p. 102-121).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540