Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Deuxième partie. Le verbe poétique : de fer et de sang

La représentation de la guerre franco-napolitaine dans la Bucolique VI de Cantalicio (1445-ca 1515)

Hélène Casanova-Robin

Résumé

« La représentation de la guerre franco-napolitaine dans la Bucolique VI de Cantalicio (1445-ca 1515) » : L’invasion des troupes françaises de Charles viii à Naples, au printemps 1495, suscite chez les poètes contemporains de vives réactions. Gianbattista Valentini, dit le Cantalicio (1445-1515), emprunte la voix de la bucolique pour dénoncer la barbarie mise en œuvre par les envahisseurs, qu’il enrichit d’accents héroïques, grâce à la convocation d’un intertexte épique inattendu dans le genre. Outre la contamination générique ainsi produite, la Bucolique VI offre en particulier une illustration aboutie des préceptes rassemblés par Giovanni Pontano dans son dialogue l’Actius : Cantalicio révèle en effet une attention portée aussi bien à l’expressivité du vers, obtenue grâce à une élaboration rythmique et sonore minutieuse, selon les règles exposées dans la première partie de l’ouvrage pontanien (De numeris), qu’à une représentation vive et concise des faits historiques, telle que la recommande le maître de l’Académie napolitaine dans la seconde partie de son ouvrage (De lege historiae). Son poème en acquiert une densité exceptionnelle, propre à exprimer l’ambition du poète à devenir, tel Orphée ou Amphion, le chantre des valeurs humanistes héritées des Anciens et le garant d’une reconstruction morale de la société de son temps.

Texte intégral

  • 1 L’Urania et le De Hortis Hesperidum sont consultables dans l’édition de Soldati B., I.I. Pontani Ca (...)
  • 2 Pontano G., De Sermone, a cura di Mantovani A., Roma, Carocci, 2002.

1L’invasion des troupes françaises de Charles VIII à Naples, au printemps 1495, suscite chez les poètes contemporains des réactions diverses. Pontano élude le sujet, dans la plupart de ses œuvres poétiques, si l’on excepte quelques allusions, dans l’Urania (V, 222) ou dans le De Hortis Hesperidum (I, 329), par lesquelles il condamne, brièvement mais fermement, les ravages causés par ceux qu’il nomme les brigantes1. En revanche, il l’évoque dans toute sa gravité au début du De Sermone2, pour justifier, au regard du désastre qui s’est abattu sur la Campanie, de son intérêt désormais reporté sur la facetudo, notion qu’il étudie – en créant le terme – précisément comme un élément majeur d’une méditation plus large portant sur la question de l’humanitas. L’humaniste oppose ainsi à la barbarie sans limite dont il est le témoin, une réflexion sur ce qu’il considère comme la qualité suprême de l’homme civilisé qui doit être capable de mesure et de délicatesse dans les relations sociales. S’adressant ainsi à son ami Antonio Sabellico, il décrit avec une profonde inquiétude la situation qui l’environne :

Annum agimus, […], tertium ac septuagesimum et eum quidem nequaquam ociosum aut desidem, quando ocio illo frui, quod suapte natura concessum est senectuti, per Italiae turbationes non licet, discursante per Aemiliam, Hetruriam, Latium, Campaniam, Apuliam ac Brutiam Gallorum exercitu, meque ipso de rebus non modo familiaribus uerum de uita ipsa sollicito.

  • 3 Ma traduction.

Je suis dans ma soixante treizième année […], pas du tout inactif ni désœuvré, puisque il ne m’est pas permis de jouir de ce loisir que la vieillesse accorde tout naturellement, en raison de la situation troublée en Italie : les troupes françaises mettent à sac l’Émilie, l’Étrurie, le Latium, la Campanie, l’Apulie et la Calabre. Je m’inquiète non seulement pour nos affaires personnelles mais également pour ma vie3.

  • 4 Les Eclogae Piscatoriae de Sannazar sont disponibles dans les éditions modernes de Mustard W. P., P (...)
  • 5 Giambattista Valentini, dit le Cantalicio, d’après le nom de sa ville natale dans les Abruzzes, véc (...)
  • 6 Cantalicio G., Bucolica, a cura di L. Monti Sabia ; Spectacula lucretiana, a cura di G. Germano, Me (...)
  • 7 Charles VIII se retire après qu’un compromis a été signé, laissant le commandement de ses troupes a (...)

2Sannazar évoque lui aussi le conflit dans ses Églogues de Pêcheurs4, non sans exprimer une douloureuse amertume ; il épanche alors sa mélancolie en se réfugiant dans le souvenir d’un passé magnifié. Cantalicio5 procède tout à fait autrement : il développe l’antithèse entre barbarie et humanité, pour ajouter une voix véhémente à la dénonciation des violences commises par les Français. Cet humaniste au parcours erratique, attaché successivement à plusieurs foyers intellectuels et politiques du Quattrocento, séjourne dans le royaume aragonais à plusieurs reprises, au cours des années 1494-1503, avant d’être nommé évêque d’Atri. Très actif dans le domaine de la philologie, il est également connu pour sa féconde production de poésie de circonstance. Les Bucolica, recueil de neuf pièces qu’il compose dans les dernières années du XVe siècle et au début du siècle suivant, s’inscrivent dans la tradition virgilienne et pétrarquiste d’églogues inspirées par un contexte historique douloureux. L. Monti Sabia, qui a fourni une édition moderne de ces textes6, montre que l’on peut y distinguer trois groupes d’églogues, chacun d’entre eux étant centré sur un événement historique particulier : la guerre de Toscane constitue ainsi le sujet principal des trois premiers poèmes, le conflit qui oppose Naples à la France occupe les quatre suivants (IV-VII), tandis que les deux derniers sont consacrés à chanter la gloire des deux protecteurs de Cantalicio, Pier Luigi Borgia et Gonçalvo de Cordoue. Les églogues napolitaines relatent très précisément les faits qui se sont déroulés entre le 22 février 1495, jour où Charles viii pénètre dans Naples avec ses troupes et le 20 mai de la même année, lorsque le roi de France est contraint de se retirer7. La VIIe, dernière du cycle, célèbre la reconquête du royaume par Ferdinand II, revenu à Naples le 7 juillet 1495. Pour trois d’entre elles, Cantalicio adopte la forme dialoguée – la plus courante dans la bucolique – pour dépeindre les réactions populaires contrastées lors de l’arrivée des Français, mais aussi pour dénoncer les violences exercées dans les campagnes, puis, sur un mode parodique, l’expulsion du roi Charles viii du royaume lors du renversement de la situation politique. La VIe me paraît mériter un intérêt particulier, pour sa mise en œuvre littéraire, riche d’une complexité générique particulière, le poète participant manifestement à cet engouement pour l’écriture héroïque, notable durant tout le Quattrocento. La rénovation de la bucolique par sa contamination avec l’épopée va de pair avec une convocation des valeurs romaines traditionnelles (fides, pietas en particulier), fondamentales dans l’humanisme civique si débattu durant cette période et procède plus largement d’un projet humaniste fondateur dans lequel la terre napolitaine est figurée enracinée dans ses antécédents antiques prestigieux, de sorte que la déposséder des souverains qui ont favorisé cette émergence, reviendrait à bafouer tout l’héritage gréco-romain récemment revivifié.

Paulo maiora canamus ? La bucolique héroïque

  • 8 À titre d’exemple, on peut citer les églogues alto-médiévales d’Alcuin ou de Modoin qui contiennent (...)

3Si Virgile avait lui-même tenu à exprimer dans ses églogues la déchirure d’une nation, par la représentation de bergers privés brutalement de leurs terres et réduits, pour certains d’entre eux, à s’exiler loin de leur patrie, il avait toutefois privilégié la peinture d’un monde pastoral harmonieux, antithétique précisément de cette violence belliqueuse dont les protagonistes cherchent à tout prix à se préserver. Ses successeurs, au Moyen Âge et au début de la Renaissance, tout en retenant l’humilité du genre, ont choisi bien souvent d’amplifier la dimension allégorique, introduisant des références précises à l’histoire contemporaine, qu’elle soit tumultueuse ou bien au contraire digne de louanges8. Cantalicio s’inscrit ouvertement dans cette tradition, indiquant dans le titre, par le terme allegoricos, le mode de lecture du poème. En effet, la pièce tend vers deux pôles : exprimer le bouleversement causé par l’invasion étrangère et chanter la gloire de la dynastie aragonaise. Cette double postulation entraîne un certain nombre d’écarts au regard du code bucolique annoncé, le poète multipliant, contre toute attente, les références épiques et notamment les emprunts à l’Énéide.

4Dès les premiers vers, le lecteur est plongé in medias res, dans une situation douloureuse introduite par la description d’un locus horridus. L’antithèse implicite avec le locus bucolicus traditionnellement présent à l’ouverture des pièces virgiliennes, renforce encore l’hostilité du cadre destiné à signifier la discordance :

Horrebant patriae uentis glacialibus Alpes
et coelum densabat hyems, uia quaeque rigebat
inuia facta gelu, passim nix alta iacebat,
(v. 1-3)

Les Alpes de nos pères se hérissaient sous les vents glacés
et l’hiver assombrissait le ciel, tous les chemins étaient durcis,
rendus impraticables par le gel, partout une neige épaisse s’était répandue.

5L’apparition des bergers est retardée jusqu’au vers 14, le poète substituant à la simplicité d’une peinture pastorale traditionnelle, une ample première phrase narrative pour camper les figures allégoriques des nations en plein combat. L’humilité requise par la détermination générique signifiée par la caractérisation initiale (aegloga) se trouve ainsi effacée, la déviation stylistique constituant un premier moyen d’expression du chaos, dotée d’une forte fonction symbolique à l’orée du poème. Tous les éléments évoqués, de fait, sont exactement antithétiques de ceux propres à l’univers bucolique : le poète excède largement le mode virgilien qui exprimait la fin de la quiétude agreste, dans la Bucolique IX, par exemple, par la simple mention des cimes des hêtres brisés (fracta cacumina, v. 9). Il choisit ici de recourir à une contamination générique plurielle, retenant à la fois les traits du locus horridus gallien tel qu’il apparaît dans la Bucolique X de Virgile et des personnifications du paysage ou des nations qui relèvent du mode épique. Dans les premiers vers, se trouve donc brossée, en un style élevé, une scène de bataille qui oppose la « Gaule cruelle » et les souverains de Parthénopé contraints de fuir sous la menace, errant sur les flots, tels Énée s’échappant de Troie pour s’élancer sur la mer :

Sparserat et nostras se Gallia saeua per oras,
Parthenopesque mei deserto stemmate reges
per Siculas ierant fatis urgentibus undas,
(v. 4-6)

Et la Gaule féroce se répandait sur nos rivages,
tandis que, leur couronne abandonnée, mes chers rois de Parthénopé,
s’en allaient sur les ondes siciliennes pressés par le destin.

6Si l’introduction d’une telle coloration confirme le choix de pénétrer dans l’écriture historique et de magnifier l’événement relaté, l’orientation élégiaque, également présente, appuie la dimension pathétique de l’évocation et permet au poète de recentrer la narration sur une perception individuelle, celle d’un locuteur unique, accroissant ainsi, la vigueur émotionnelle de l’énoncé. En effet, le second effet de surprise provient de la mise en scène de Cantalicio lui-même, nullement paré des atours héroïques, mais nommé indirectement à la fin de l’ample première phrase, au vers 10, par la métonymie de sa modeste masure (Cantalyci fidissima tecta popelli).

  • 9 Virgile, Énéide, II, 707-711 puis 720 et suiv.
  • 10 Ce passage rappelle Virgile, Buc. I, 7-8, ou Tibulle, I, 10, 19-28.

7Certes, le « grand style » ne disparaît pas pour autant, réintroduit de façon éclatante grâce à une comparaison érudite (Phrygius dux) qui est longuement développée sur près de quatre vers, pour assimiler cette fois, au plus grand étonnement d’un lecteur familier de la bucolique, le pâtre au héros troyen. L’épopée virgilienne constitue donc à nouveau la toile de fond prépondérante du poème. Si le procédé prolonge la mixité du style, renforçant la distorsion entre le personnage du berger, requis par le genre, endossé ici par le poète-locuteur et son assimilation au héros fondateur de Rome, la double utilisation du modèle antique ne laisse pas de surprendre. Du Troyen, Cantalicio reproduit cette fois la fameuse image émouvante – ô combien fameuse – de l’homme en exil, parcourant les monts en portant son père sur son dos et son fils par la main9, qu’il juxtapose à la peinture du berger gravissant la montagne, entraînant ses enfants, sans oublier « sa flûte suspendue sur son cou fatigué » (a lasso pendebat fistula collo v. 25). Une semblable hybridité stylistique réapparaît dans la composition de la prière (v. 35-49) qui remplit une fonction dramatique similaire à celle dont est investi Énée dans l’épopée virgilienne – se rendre propices les dieux – tout en reprenant les termes d’un rituel votif pastoral10. L’unité de cette première partie du poème tient encore au contraste appuyé entre les figures des barbares et le peuple indigène, mais surtout à l’intertexte épique, largement prééminent, que le poète fait apparaître sur deux plans différents : dans la vision d’ensemble, collective, de tout un peuple chassé de ses terres, puis dans le regard personnalisé d’un berger qui se trouve en quelque sorte en symbiose avec ses souverains et se trouve investi soudain d’une grandeur héroïque insolite.

L’influence de Pontano sur l’écriture poétique de l’histoire

  • 11 L’Actius est rédigé entre 1495 et 1499. Le dialogue est disponible dans l’édition de Previtera C. ((...)

8Fréquentant le cercle napolitain, Cantalicio n’a pu manquer de se familiariser avec les travaux de Pontano qui présidait alors l’Académie et soumettait à ses membres ses propres productions. Or, c’est au cours des années 1495-1499 que l’humaniste fameux rédige l’Actius, dialogue consacré, dans la première partie, à l’étude de l’expressivité musicale du langage poétique (De numeris poeticis11), puis, dans la seconde, à la caractérisation d’une prose historique admirable (De lege historiae). La nouveauté d’un certain nombre de ces analyses a manifestement séduit Cantalicio, comme en témoignent divers traits de son écriture. Le discours du pastor ici exposé révèle en effet une observation scrupuleuse des critères pontaniens, aussi bien dans la mise en œuvre du langage poétique que dans la peinture des événements historiques.

  • 12 G. Trapezuntii Rhetoricum libri quinque, Lugduni, 1547, le livre V concerne tout particulièrement l (...)
  • 13 Actius, éd. Previtera C., p. 219, 14-16.
  • 14 Ibid., p. 199, 9-10.
  • 15 Omnium autem iudicio laudatur potissimum in historia breuitas cum ea sit maxime idonea ad docendum, (...)
  • 16 Est igitur celeritas breuis et accurata siue complexio siue collectio conglutinatioque complurium s (...)

9Dans l’Actius, Pontano, prolongeant de manière tout à fait originale les réflexions de George de Trébizonde12 exposées dans ses Rhetoricum libri, analyse tout d’abord les modes d’écriture propres à la poésie, – rythme, disposition et sonorités en particulier – qui permettent d’ériger celle-ci en langage d’excellence, grâce à la puissance d’expressivité dont elle est dotée. Cette supériorité tient majoritairement à la vertu mimétique du vers poétique, qualité qui possède un correspondant dans l’écriture historique, si l’écrivain use d’enargeia : la narratio doit rendre visibles aux yeux du lecteur les événements rapportés (lectorem doceret et delectaret remque ante oculos quasi uidendam exponeret13). Pontano, s’écartant sur ce point des leçons du maître grec, qualifie l’écriture historique de poetica soluta, soulignant ainsi le travail stylistique qui doit y être mis en œuvre, grâce à un usage subtil du lexique, des figures et des cadences rythmiques (uerbis omnino poeticis, […] figuris ac numeris14). Il préconise d’autre part la breuitas15, propre à « instruire, charmer et émouvoir », qui peut être encore affinée grâce à l’usage ponctuel de la celeritas16 qui constitue un ornement supplémentaire de la narration historique.

10L’historien doit donc faire apparaître le décor, les faits guerriers et les sentiments des personnages dans un ensemble qui soit le plus concis et le plus vivant possible. Or, Cantalicio tend manifestement vers cet idéal lorsqu’il s’efforce de concentrer habilement tous les éléments en quelques vers, modulant l’expression entre le choix pertinent de détails concrets (uia quoque rigebat ; tecta popelli) insérés dans l’évocation du paysage, ou de métonymes éloquents pour signifier la situation de dépossession (deserto stemmate ; nouum diadema) et, plus largement, en les réunissant au sein de tableaux distincts, qui permettent d’offrir successivement, mais toujours dans un cadre limité, soit une vision panoramique du combat, soit un plan rapproché du personnage principal. Chaque peinture procède par une alliance étroite d’éléments topographiques (nix alta iacebat, per oras, per dura cacumina) ou auditifs (uocabant, « sonabat », canebat, strepitum) et la mention des sentiments des protagonistes (pudore, furores, iras, corde gemente), de façon à élaborer cette écriture artistique concise préconisée par Pontano pour la fresque historique.

  • 17 Ibid., p. 172.

11Mais Cantalicio s’efforce tout autant d’user des procédés rythmiques et sonores pour produire un poème qui corresponde aux préceptes pontaniens étayés majoritairement par des citations de l’Énéide de Virgile. Au premier vers de l’églogue, la césure trihémimère détache le verbe horrebant, permettant que soit d’emblée exposée la violence du locus horridus dont la peinture se trouve ainsi brutalement amorcée. La position d’un quinquasyllabe dans la seconde partie de ce même vers confère à l’hexamètre, selon Pontano, une « noblesse extrême » (nobilissimus dactylicus17), surtout quand le terme est entouré de mots plus brefs. Le procédé est répété à plusieurs reprises, aux v. 6, 16, 19, 24, 26, 27, tout au long de l’évocation de la bataille. En outre, Cantalicio exploite, au v. 2, l’un des schémas rythmiques retenus par Pontano pour exprimer la dignitas (Actius, p. 178), deux spondées suivis de trois dactyles :

Et coelum densabat hyems, uia quaeque rigebat

12Assez rare pour être remarqué, dans le poème, ce schéma réapparaît pour évoquer la majesté d’Apollon berger au vers 42 (Pastori, qui magna meis tua munera septis) puis au vers 46 (inter pastores olim pecorisque Pheraei), enfin au dernier vers (v. 140), lorsque la fidélité inébranlable du berger à son roi est une dernière fois exprimée. Une autre occurrence de cette succession de spondées, à l’initiale du vers 33 (Sed quum sentiret strepitum pius ille sequentum), permet de souligner le point culminant de la fresque héroïque, lorsque le berger, tout près d’être rattrapé par les ennemis, interrompt sa course pour prononcer une prière aux dieux. L’intensité dramatique cède alors la place à l’expression de la piété, en une transition ainsi appuyée par le rythme.

  • 18 Ibid., p. 167.

13L’expressivité du vers se trouve encore rehaussée par le choix de mots courts, comportant seulement une ou deux syllabes, permettant de rendre prééminents les verbes de trois syllabes qui expriment le phénomène négatif (densabat, rigebat), situés à la troisième et à la cinquième place, en accord avec ce que recommande Pontano (Magnam uero generositatem prae se fert numerus quotiens primas, medias et ultimas uersus partes terna possederint trisyllaba18). Un égal souci de se conformer aux exigences pontaniennes réapparaît au v. 7, où l’abondance des spondées suggère le mouvement continu du peuple qui s’éloigne de son roi, au mépris de toute fidélité, selon l’analyse exposée dans l’Actius, p. 181 : spondei namque continuati numeros stabiliunt.

  • 19 Ibid., p. 181-182.
  • 20 Ibid. p. 182-183. Certes, Pontano note que chez Virgile l’allitération se fait assez rare et ne con (...)
  • 21 Ibid., p. 183.

14Le poète recourt en outre aux allitérations, procédé cher à Pontano dont il a lui-même forgé le mot, allitteratio19 et qu’il a investi d’une capacité à exprimer la dignitas et la magnitudo20 : les sifflantes, au vers 4 confèrent à l’invasion dévastatrice l’ampleur souhaitée (sparserat et nostras se Gallia saeua per oras) ou, au v. 33, elles amplifient le crépitement sourd des pas des poursuivants (sed cum sentiret strepitum pius ille sequentum). De même, au vers 12, les labiales sourdes et sonores martèlent l’expression de l’opposition courageuse de la seule famille Cantalicio face aux « traits barbares » (promptus barbaricis opponere pectora telis). En outre, le choc causé par la succession d’un même son, tel qu’on le rencontre chez Virgile (ruit oceano nox), constitue un autre procédé « qui ne manque pas de grâce » (non insuauiter21) : dans cette églogue de Cantalicio, on ne le rencontre pas très fréquemment, sinon, sous une forme affaiblie, au vers 9 (nouum magna), au sein d’une disposition éloquente des termes pour traduire la violence de la situation et la foule en désordre :

Gallica [sceptra] uoce nouum magna diadema uocabant

15Pontano relève en effet également combien la compositio uerborum peut être expressive. Cantalicio y prête une attention particulière, comme l’illustre par exemple, au vers 9, la redondance uoce… uocabant qui encadre le vers et exprime avec force le vacarme produit par les cris des protagonistes.

16S’il ne parvient pas à la compétence de Virgile tant louée par le maître de l’Académie napolitaine, Cantalicio s’efforce donc toutefois de mettre en pratique bon nombre de ces préceptes : parmi ceux-ci, il retient en outre le soin porté aux rimes intérieures ou aux échos sonores entre le premier et le dernier mot du vers que l’on rencontre aux vers 4, 5 et 6, précisément au moment où la description requiert la mise en œuvre de l’enargeia : au v. 4 sparserat… oras, au v. 5 parthenopes… reges ainsi qu’au v. 6 Per Siculas… undas. Ailleurs, ce sont des rappels plus lointains mais qui contribuent, par l’effet d’harmonie ainsi créé, à traduire l’exaltation du fidèle partisan des Aragonais : v. 11 Solus… sonabat, la voix du berger venant s’opposer, par son courage (forti uoce), à celle bruyante du clan des Gaulois (magna uoce).

17Pontano a théorisé cette stylistique du vers, grâce à une lecture auditive affinée de l’Énéide de Virgile. Cantalicio, désireux d’élever le style bucolique dans ce poème dédié à la gloire des Aragonais, trouve dans l’Actius les préceptes d’une écriture idoine. Il peut alors revendiquer le noble statut du chantre investi d’une mission sacrée à l’égard des souverains espagnols qui ont contribué à faire de Naples un foyer humaniste majeur.

La voix du poète au service d’une fondation humaniste

  • 22 Pontano, Eclogae (édition moderne de Monti Sabia L., Napoli, Liguori, 1973, ainsi que celle de Casa (...)

18Certes, la légitimité des rois aragonais a fait l’objet de contestations tout au long de leur règne, si bien que le discours de Cantalicio ne peut trouver de justification que s’il prend appui sur des antécédents mythiques et littéraires reconnus. Le recours au modèle virgilien, combinant à la fois celui des Bucoliques qui fournit un langage approprié pour dénoncer l’invasion étrangère et la rupture d’un ordre social qui reposait sur une harmonie éthique, et celui de l’Énéide, assimilant l’arrivée d’un roi étranger à cette terre mais doté d’une mission fondatrice, constitue un argument d’autorité. Le poète réussit une subtile alliance des deux œuvres du maître le moins incontestable qui soit en matière poétique, qui lui permet de développer également la thématique de l’Âge d’or, période qu’il inscrit ici dans un passé récent, soudainement interrompue, mais dont le retour est ardemment attendu. Sur ce point, Cantalicio unit sa voix à celle des poètes napolitains autochtones et notamment à celle de Sannazar22.

  • 23 Virgile, Buc. I et IX en particulier.
  • 24 Naldi N., Bucolica Carmina, œuvre disponible dans l’édition moderne de Grant W. L. (Naldi Naldii Fl (...)

19Cantalicio emprunte à la bucolique la thématique de la rupture d’un ordre naturel, d’une concordance entre les hommes et le monde : Virgile dénonçait par ce biais l’irruption du barbare venu déposséder de leurs terres les paysans23, Pétrarque s’est indigné à son tour, dans son Bucolicum Carmen, contre les troubles qui affectent l’Italie contemporaine ; Naldo Naldi, à Florence, a suivi cette voix pour condamner dans sa quatrième Bucolique la révolte de l’oligarchie florentine contre les Médicis et la condamnation à l’exil de Cosme24. Mais, en choisissant d’y superposer les références épiques de l’Énéide, le poète inscrit la royauté aragonaise dans une perspective légitimiste et fondatrice. Chasser le souverain de Naples revient, ainsi dépeint, à l’identifier au héros troyen dont la mission était de fuir la ville en flammes pour fonder Rome. Passant sous silence tous les troubles civils suscités par la dynastie espagnole durant le Quattrocento – notamment la conjuration des barons à laquelle ont dû faire face les souverains successifs – le poète confère à ce pouvoir politique une vocation à élever la cité parthénopéenne au rang d’une nation qui renoue avec ses racines antiques. La mention des lieux géographiques vient corroborer ce discours : les flots siciliens sont aussi ceux affrontés par Énée, de même que l’errance des rois exilés trouve une correspondance étroite avec celle du destin mythique du fils d’Anchise et de Vénus. En outre, la représentation des Français coupables de barbarie, d’impiété et de crimes, confirme l’assimilation étroite entre Énée porteur des valeurs romaines et les Aragonais détenteurs de l’humanitas et de la pietas, donc montrés comme les justes héritiers d’un passé prestigieux que ceux-ci ont rénové pour la gloire et la prospérité de Naples.

  • 25 Ici encore, la scène nocturne revêt des accents virgiliens appuyés (la chute de Troie décrite dans (...)
  • 26 Pontano, De immanitate Liber, édition moderne par L. Monti Sabia, Napoli, Loffredo, 1970.

20Le poète se place ainsi en uates, dans une filiation virgilienne étroite, chantre du projet humaniste fondateur des Aragonais et garant de la mémoire, pour rappeler les antécédents mythiques et littéraires et les mettre en relation avec l’orientation politique et idéologique qu’il dépeint. La mise en scène de son chant encomiastique, grâce à la personnification de la nuit (Arctus sedulus) apporte un élément merveilleux, – plus caractéristique de l’épique, là encore, que du bucolique – qui confère une grande solennité à son propos25. De même, la représentation de la Campanie, sous les traits d’un personnage féminin en pleurs, gisant écrasée sous les pieds barbares (v. 88-89) ou l’énumération des multiples peuples gémissant sous les coups portés, confèrent à la dimension pathétique un caractère universel. Le locuteur procède par antithèses, en dénonçant tout d’abord les crimes commis par les Gaulois, qu’il évalue à l’aune des valeurs romaines traditionnelles : ces envahisseurs sont montrés violents (pulsum, interturbator, fractorque, tumores inuidiae, irrupit, injecit), incapables de se maîtriser (furor), coupables d’impiété envers les lieux sacrés (Capitole) comme des lieux civils (moenia) et ne respectant aucune loi. Ce portrait souligne leur immanitas (monstruosité), notion dont Pontano a développé tous les aspects dans un traité26 précisément rédigé également dans ces dernières années du XVe siècle. La peinture d’un monde livré au chaos est étayée des références précises à la situation contemporaine : les Campaniens vivent dans l’insécurité (v. 95), la paix bucolique est rompue puisque leurs troupeaux sont volés (v. 97), les femmes sont violées, les envahisseurs s’introduisant au cœur même de l’intimité conjugale (mediis complexibus v. 98), la pureté des jeunes filles souillée (stuprum nefandum, v. 99). L’énumération des forfaits, auxquels s’ajoutent la famine, exprimée par la métonymie des tonneaux de Bacchus et des greniers de Cérès vidés (v. 101-103), procède selon une gradation propre à susciter l’indignation. Le discours culmine sur le mépris des lois latines, signe suprême du chaos social qui s’ajoute à la dépravation morale :

Et, ne quid desit, leges siluere Latinae :
nusquam iustitiae, nusquam pietatis honores.
(v. 104-105)

et, pour qu’il ne manque rien, les lois latines se sont tues :
en nul lieu, le respect de la justice, en nul lieu celui de la piété.

  • 27 Sannazar s’y emploie également, mais en des termes différents : voir l’Ecloga Piscatoria IV, 16-18,(...)

21A contrario, le règne des Aragonais, présenté comme un Âge d’or situé dans un passé proche et ancré dans l’histoire vécue, enrichi d’allusions aux realia contemporaines27, apparaît reposer sur la restauration des principes politiques et moraux préconisés par les Anciens et plébiscités par les grands textes humanistes. Un tableau en diptyque, dépeignant le rétablissement de la gloire aragonaise, puis une scène bucolique d’un berger conduisant librement ses bêtes, encadre de façon signifiante celui des destructions étrangères. Les Français n’en apparaissent que plus barbares, puisqu’ils ignorent de telles références et qu’ils ont osé briser la condition d’une vie communautaire harmonieuse dans le royaume (fracta fides, v. 85). La conclusion péremptoire de cet exposé, exprimée au vers 105, synthétise par antithèse les vertus des souverains : justitia et pietas.

  • 28 Sur le rôle civilisateur d’Orphée à la Renaissance, on se reportera à Joukovsky F., Orphée et ses d (...)

22Le berger-poète revendique, lui, avant tout, la fides, notion sur laquelle s’ouvrait sa première apparition et qui est réitérée à la fin du poème. Pour l’exprimer, Cantalicio adopte (aux v. 106 et suiv.) la persona de Marsyas, celui dont on a « arraché la peau » (rapta pelle), en modifiant le symbolisme usuellement attaché à ce mythe : le musicien sylvestre représente ici la fidélité du chantre à son roi et sa capacité à endurer la mort la plus douloureuse, par loyauté. Les diverses figures mythiques de poète disséminées tout au long du texte complètent le contenu de la mission dont est investi le uates : si sa fonction mémorielle est première, visant à conserver le souvenir de l’histoire récente (v. 106) et à la mettre en perspective avec les précédents fameux, celle fondatrice n’en est pas pour autant négligée. Tel Orphée, il doit pouvoir rappeler par son chant les disparus (v. 125) et remplir une fonction civilisatrice28, mais aussi, nouvel Amphion, il lui faut se montrer capable d’édifier les murailles d’une ville nouvelle (v. 126-127). De telles références confirment la place prépondérante que le poète entend occuper aux côtés des souverains, garant de leur projet humaniste. La réapparition de réminiscences élégiaques, à la fin de la pièce, va de pair avec le recentrement du discours sur le « moi » écrivant : la fiction de l’épitaphe funèbre rappelle les élégies I, 21-22 de Properce, pièces précisément consacrées à déplorer la guerre civile qui a touché gravement l’Ombrie. La fides, que les élégiaques avaient convertie, ailleurs, en thème amoureux, retrouve ici sa fonction de lien social et de clé d’une concorde entre le peuple et son souverain, dont le poète est le médiateur privilégié.

Annexes

Annexe

G. Cantalicio (ca. 1445-1515), Bucolica, a cura di L. Monti Sabia, Messina, Sicania, 1996

AEGLOGA SEXTA DE FIDE CANTALYCA SERVATA REGIBUS ARAGONENSIBUS ALLEGORICOS

Pamphilus pastor introducitur fugiens Gallorum furores, per quem Cantalicius intelligitur.

Horrebant patriae ventis glacialibus Alpes
Et coelum densabat hyems, via quaeque rigebat
Invia facta gelu, passim nix alta iacebat,
Sparserat et nostras se Gallia saeva per oras,
Parthenopesque mei deserto stemmate reges
5
Per Siculas ierant fatis urgentibus undas,
A quibus haud ullo regni gens tota pudore
Descierat populique omnes in sceptra rebelles
Gallica voce novum magna diadema vocabant,
Praeter Cantalyci fidissima tecta popelli,
10
Solus Aragoneos forti qui voce sonabat,
Promptus barbaricis opponere pectora telis
Et pro rege suo mortis genus omne subire.
Pastorum quum sola fides luxuria decusque,
Pamphilus obsessa patria modo pastor abibat
15
Belgarum fugiens iras Senonumque furores
Et sibi iuratae discrimina plurima mortis,
Nocte dieque suos quod fidus arundine reges
Et quod Aragoneae gentis memoranda canebat.
Ille, velut Phrygius dux quondam montibus Idae
20
Cum patre sublato natoque haud passibus aequis
Ibat, anhelantes adverso monte nepotes
Corde gemente trahens : hanc nam cervice gerebat,
Hunc dextrae implicitum, laevae miserabilis illum
Et tamen a lasso pendebat fistula collo
25
Pastoremque suum semper comitata fidelem ;
Anteibant dominum per dura cacumina montis
Insignes gemini magna virtute molossi
Servantesque sui domini vestigia semper.
Non procul illius sic iam fugientis adhaerens
30
Turba premebat iter, cui, si via nota fuisset,
Non poterat saevae vitare pericula mortis ;
Sed quum sentiret strepitum pius ille sequentum
Vota Pali Phoeboque facit, sic corde profatus :
« Magna Pales cui sacra damus, quam thure meroque
35
Pastores colimus, viridi cui cespite in agris
De grege iure frequens pinguis cadit hostia nostro,
Da mihi barbaricas evadere, sancta, catervas
Insonti, nec enim Gallorum crimine quenquam
Laesimus, illorum nec per vineta capellas
40
Egimus, aut ovium mandras immisimus agris.
Et tu, Phoebe pater, precor, auxiliare ruenti
Pastori, qui magna meis tua munera septis
Accipis, et sacris cui nostra altaria fumant ;
Tu quoque pastorum placidum nam numen haberis :
45
Inter pastores olim pecorisque Pheraei
Pastor eras regisque tui pecus omne regebas,
Cui mea continuum meditatur fistula carmen
Semper et assiduis precibus tua limina pulsat. »
Sic ait et tandem montana per avia Gallos
50
Effugit et tutus biduo pervenit ad Umbros,
Plus ubi quae fuerat passus memoranda timebat
Quam modo quum fugeret per aperta pericula mortem,
Non secus ac pelagi saevas post nauta procellas
In non sperato qui vela madentia portu
55
Colligit et renovat casus memorando pavorem.
Attamen ut rediit fessos per spiritus arctus
Sedulus ingentes laudes regumque suorum
Fata recantabat, nec adhuc cantare per Umbros
Desinit, has fundens fido de pectore voces :
60
« Quando ego laetus oves per Daunia rura reducam
Et mea tam tutis campis armenta fovebo ?
Quando ego Parthenope pulsum te, Galle, videbo,
Interturbator nostrae fractorque quietis ?
Nanque, mihi ut referunt, alias furor ille Latinis
65
Urbibus irrupit Romanaque moenia coepit
Et Capitolinis iniecit rupibus ignem,
Sed tamen haud unquam regni successibus aequis
Turpiter hinc semper spoliis abiere relictis,
Quod fore nunc etiam spero, pater optime divum,
70
Huic nisi tam saevae mens est tibi cedere genti.
Quando ego Aragoneos cunctos ex ordine reges
In patriam Siculo mirabor ab orbe reversos,
Sedibus inque suis mertissima sceptra tenentes ?
Quando etiam tanta pastores pace fruemur,
75
Quanta fuit toto regno regnantibus illis ?
Qualibet extorres ierant regione latrones,
Nulla viatores aliquos formido tenebat ;
Fas erat et dulces sub qualibet arbore somnos
Carpere, cumque suis balantes matribus agni
80
Laetitiae tunc signa dabant, brumaque reversa
Appula sponte sua repetebant pascua vaccae ;
Bacchus ubique dabat large sua dona, Ceresque
Luxuriabat agris ; perque oppida cuncta, per urbes,
Nusquam fracta fides, nusquam violentia, nusquam
85
Coniugis amissae deflebat damna maritus.
At nunc (invidiae quia sic voluere tumores)
Sub pede barbarico lachrymat Campania tota
Pressa iacens Calabrumque solum, gemit undique tellus
Daunia, Peligni, Marsique Equique dolentes,
90
Parthenope pulsat coelum foedata querelis,
Semper Aragoneis quondam exaltata triumphis.
Non usquam pastor, non usquam tutus arator
, Villicus haud usquam, parvi vel cultor agelli ;
Ulla viatori non est tutela viarum,
95
Qualibet invadunt nunc in regione latrones,
Belgarum in praedas abeunt armenta gregesque
Deque viri rapitur mediis complexibus uxor,
Et patitur stuprum castissima virgo nefandum,
Et, quod inauditum, vetulae rapiuntur, et illae
100
Sacrarunt Vestae quae virginitatis honorem.
Sicca videt penitus vino sua dolia Bacchus
Passaque sunt Cereris granaria cuncta rapinas
Et, ne quid desit, leges siluere Latinae :
Nusquam iustitiae, nusquam pietatis honores.
105
Mi, quia cantabam regum memoranda meorum
Facta, necem misero rapta mihi pelle minantur ;
Vivo tamen, cantoque tamen de regibus illis,
Semper et illorum canet haec mea fistula laudes
Et mihi pascuntur tutis duo milia campis
110
Securi pecoris : scio nam regionibus illis
Gallus abest, nec Piceni malus ocia vexat,
At mea barbaricae modo quae cinxere phalanges
Parvula Cantalycae fidissima moenia gentis
Non pavitant aliquas animo constante cateias,
115
Victa nec horrificis poterunt dare pectora bombis,
Immo ferent meritos pulsae obsidionis honores,
Meque revocabunt post tanta pericula tutum
Cum pecore et canibus parvisque nepotibus illuc.
Non ego sed patriae repetam, mihi credite, fines
120
Certus Parthenopes sciero nisi sceptra receptae,
Expulit unde meos tam saeva rebellio reges.
O ego quam dulcis fuero tunc carmine pastor,
Si meus in solium redeat rex magnus avitum !
Vicerit Eurydices tunc fistula nostra maritum
125
Et quem cum cithara servavit Ariona delphin
Et qui mellifluo fundavit carmine Thebas.
Quod mihi si illorum reditum fortuna negarit,
Non procul a patria cupio dissolvere corpus,
Et mea si quisquam dignabitur ossa sepulchro,
130
Hoc super illud amans dignabitur addere carmen:
PASTORES INTER PECORIS NOTISSIMA FAMA PAMPHILUS HIC IACEO, PEREGRINIS RAPTUS IN ORIS SED POTUI POTIUS QUA VIS TELLURE PERIRE QUAM PIUS IN PATRIA SUB GALLICA VIVERE IURA. »
135
Talia pastores noctesque diesque canentem
Excipiunt illum magnis cum laudibus Umbri:
Haec pietas, haec vera fides, hic cordis amantis
Verus amor, non qui rebus retro cedit iniquis
Et solum in rebus qui novit amare secundis
. 140

Notes

1 L’Urania et le De Hortis Hesperidum sont consultables dans l’édition de Soldati B., I.I. Pontani Carmina, Florence, Barbèra, 1902, 2 vol.

2 Pontano G., De Sermone, a cura di Mantovani A., Roma, Carocci, 2002.

3 Ma traduction.

4 Les Eclogae Piscatoriae de Sannazar sont disponibles dans les éditions modernes de Mustard W. P., Piscatory Eclogues of Jacopo Sannazaro, Baltimore, the John Hopkins Press, 1914 et de Putnam M. C. J., Jacopo Sannazaro Latin Poetry, London, The Tatti Renaissance Library, 2009.

5 Giambattista Valentini, dit le Cantalicio, d’après le nom de sa ville natale dans les Abruzzes, vécut de 1445 environ à 1515. Il fréquenta notamment l’Académie romaine de Pomponio Leto, où il se lia avec un autre humaniste fameux, Filippo Buonacorsi de San Gimignano, plus connu sous le nom de Callimaco Esperiente, ainsi qu’avec Politien dont il fut l’ami et la cour d’Urbino. Il noua également des liens avec les Napolitains, lors de sa rencontre avec Alphonse d’Aragon, duc de Calabre, au cours de la guerre de Toscane (1479-1480), puis il assista au couronnement d’Alphonse II alors qu’il était attaché au Cardinal Giovanni Borgia, représentant pontifical auprès du roi de Naples en 1494. Il n’assista pas à l’invasion de Charles viii mais il revint dans la cité parthénopéenne, toujours dans l’entourage des Borgia, lors du règne de Ferdinand ii d’Aragon et il y séjourna presque toute l’année 1496. Il s’y rendit ensuite à plusieurs reprises. Malgré des difficultés financières récurrentes et la quête permanente d’un poste d’enseignement doté d’un certain prestige, avant d’être nommé évêque d’Atri et Penne, grâce à ses bonnes relations avec Pier Luigi Borgia et Gonçalvo de Cordoue – dit Il Gran Capitano – il produisit une œuvre d’une grande richesse et particulièrement éclectique qui révèle son intérêt pour la lexicologie et la grammaire (Canones grammatices et metrices, imprimés pour la première fois à Venise en 1493), pour la philologie (édition du Contre Ibis d’Ovide et commentaire des Satires de Juvénal), pour le théâtre latin antique (plusieurs mises en scènes de pièces de Plaute et de Térence) et un certain nombre de recueils poétiques (Epigrammata, Pheretrana, Bucolica), développant particulièrement le genre de la poésie de circonstance (Borgias, poème encomiastique dédié à Giovanni Borgia ; Spectacula Lucretiana dans lesquels il décrit les noces splendides de Lucrèce Borgia avec Alphonse d’Este ; De bis recepta Parthenope Gonsalviae libri quatuor pour Gonçalvo de Cordoue).

6 Cantalicio G., Bucolica, a cura di L. Monti Sabia ; Spectacula lucretiana, a cura di G. Germano, Messina, Sicania, 1996.

7 Charles VIII se retire après qu’un compromis a été signé, laissant le commandement de ses troupes au Vice-roi Gilbert de Montpensier, époux d’une Gonzague.

8 À titre d’exemple, on peut citer les églogues alto-médiévales d’Alcuin ou de Modoin qui contiennent un panégyrique de Charlemagne ; Dante, dans ses églogues à Giovanni del Virgilio, justifie, lui, son retrait de la vie politique, tout en portant un regard acerbe sur la société de son temps ; Pétrarque dénonce, dans son Bucolicum Carmen, les conflits contemporains ou bien s’attache à louer la mémoire du roi de Naples Robert d’Anjou (églogue II). Au Quattrocento, Naldo Naldi chante à son tour la souveraineté des Médicis et les vicissitudes qu’ils rencontrent dans ses Bucolica carmina. Bien d’autres auteurs pourraient être cités encore.

9 Virgile, Énéide, II, 707-711 puis 720 et suiv.

10 Ce passage rappelle Virgile, Buc. I, 7-8, ou Tibulle, I, 10, 19-28.

11 L’Actius est rédigé entre 1495 et 1499. Le dialogue est disponible dans l’édition de Previtera C. (Pontano, G., I Dialoghi, Firenze, Sansoni, 1943). La seconde partie, consacrée à l’écriture historique, se trouve aux pages, p. 192-239. Sur la conception de l’histoire chez Pontano, on se reportera également à l’ouvrage de Monti Sabia L., Pontano e la storia, Roma, Bulzoni, 1985. Pour l’analyse des préceptes pontaniens, on se reportera aux travaux de Laurens P. (« La performance stylistique dans le chapitre De Numeris xx », Laurens P. et Balavoine C. (éd.) La statue et l’empreinte. La Poétique de Scaliger, Paris, Vrin, 1986, p. 131-150 ; « Trois lectures du vers virgilien : Coluccio Salutati, Giovanni Gioviano Pontano, Jules-César Scaliger », Revue d’Études Latines, 79, 2001, p. 215-235, article repris et augmenté dans La dernière muse latine, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 109-138 ; « Le poids d’un flocon de neige. Seligam eam partem quae tota uersatur in numeris (Pontano, Actius) », Atti della giornata di studi per il V centenario della morte di Giovanni Pontano, Garzya A. (éd.), Quaderni dell’Accademia Pontaniana, Napoli, Accademia Pontaniana 2004, p. 29-44), ainsi qu’à l’ouvrage de Ferraù G., Pontano critico, Messina, Centro di Studi umanistici, 1983 ; sur la relation avec la musique : Casanova-Robin H., « De l’Actius au Jardin des Hespérides. Des vertus imitatives du langage poétique selon Giovanni Pontano », Actes du colloque Clément Janequin, un musicien au milieu des poètes, dir. O. Halévy, I. His, J. Vignes, à paraître 2012, (publication de la Société française de musicologie).

12 G. Trapezuntii Rhetoricum libri quinque, Lugduni, 1547, le livre V concerne tout particulièrement le sujet qui nous intéresse.

13 Actius, éd. Previtera C., p. 219, 14-16.

14 Ibid., p. 199, 9-10.

15 Omnium autem iudicio laudatur potissimum in historia breuitas cum ea sit maxime idonea ad docendum, ad delectandum, ad mouendum. (Actius, éd. cit., p. 209).

16 Est igitur celeritas breuis et accurata siue complexio siue collectio conglutinatioque complurium simul rerum ac uerborum, et quasi partium, quarum unaquaeque per se prolata sensum perficit ; siue ea conglutinatio sit inconiuncta et absque copulatione aliqua, ut quas supra posui, siue copulatione constet. (Actius, éd. cit., p. 213).

17 Ibid., p. 172.

18 Ibid., p. 167.

19 Ibid., p. 181-182.

20 Ibid. p. 182-183. Certes, Pontano note que chez Virgile l’allitération se fait assez rare et ne concerne pas forcément des mots qui se suivent immédiatement (p. 183 : partim ex interuallo annominatium syllabarum), mais il remarque qu’elle ne manque pas d’harmonie pour autant (nec inconcinna est illa quae fit cum interuallo dictionis unius).

21 Ibid., p. 183.

22 Pontano, Eclogae (édition moderne de Monti Sabia L., Napoli, Liguori, 1973, ainsi que celle de Casanova-Robin H., Paris, Les Belles Lettres, 2011, avec étude introductive, texte latin et traduction française et annotations) ; Sannazar, Eclogae Piscatoriae (op. cit.).

23 Virgile, Buc. I et IX en particulier.

24 Naldi N., Bucolica Carmina, œuvre disponible dans l’édition moderne de Grant W. L. (Naldi Naldii Florentini Bucolica, Volaterrais, Hastiludium, Carmina uaria, Florentiae, in aedibus Leonis S. Olschki, 1974).

25 Ici encore, la scène nocturne revêt des accents virgiliens appuyés (la chute de Troie décrite dans la nuit, le départ d’Énée de Carthage, etc.).

26 Pontano, De immanitate Liber, édition moderne par L. Monti Sabia, Napoli, Loffredo, 1970.

27 Sannazar s’y emploie également, mais en des termes différents : voir l’Ecloga Piscatoria IV, 16-18, op. cit.

28 Sur le rôle civilisateur d’Orphée à la Renaissance, on se reportera à Joukovsky F., Orphée et ses disciples dans la poésie française et néo-latine du XVIe siècle, Genève, Droz, 1970, qui offre, dans son premier chapitre, quelques pistes de réflexion sur le Quattrocento, ainsi qu’à l’étude de Martelli M., « Il mito di Orfeo nell’età laurenziana », Interpres, 8, 1988, p. 7-40.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540