Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Troisième partie. Topographies et géographies de la clandestinité urbaine

Du Guide Rose au « Rainbow Flag » : la géographie du « Paris défendu » au xxe siècle, entre clandestinité et visibilité

Philippe Chassaigne

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question des clandestinités urbaines peut difficilement faire l'économie de ce qui relève des « plaisirs défendus ». Pourtant, ce sujet a été relativement peu traité par les historiens et, plus généralement, abordé de façon plus anecdotique que scientifique1. Dans les années 1930, le Guide rose fournissait aux intéressés un annuaire des maisons closes de la capitale ; cette visibilité encadrée, « tolérée » [au sens littéral], prit fin en avril 1946 avec le vote de la « loi Marthe Richard », qui rejeta la prostitution dans une clandestinité de droit. Celle-ci allait pourtant souvent de pair avec la visibilité de fait des « chandelles » et autres « amazones », des « salons esthétiques » et autres – bien mal nommés – « clandés », au point que, à la fin du xxe siècle, émanaient de certains segments de la société de nouvelles demandes pour une répression accrue de ces activités. Inversement, les multiples rainbow flags qui égayent depuis deux décennies les rues du Marais constituent l...

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.