Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Deuxième partie. Le verbe poétique : de fer et de sang

Est mihi prodigium cunctis inmanius hydris

La poétique de l’adversaire politique dans l’invective épique de Claudien « In Rufinum »1

Claudia Schindler

Résumé

« Est mihi prodigium cunctis inmanius hydris. La poétique de l’adversaire politique dans l’invective épique de Claudien In Rufinum » : La contribution traite de la représentation de Rufin, le préfet du prétoire de l’Occident romain, dans l’invective épique de Claudien In Rufinum, une œuvre vraisemblablement produite sur commande de la cour impériale de l’Occident romain peu après l’assassinat de Rufin en novembre 395 apr. J. -C. Claudien y trace l’image d’un adversaire qui se sépare considérablement des adversaires dans les épopées antérieures. On peut reconnaître le pré-texte épique non seulement à partir des commentaires auctoriaux du narrateur épique, mais aussi à partir des nombreuses imitations en contraste ; d’autre part, en tant que puissance infernale et irrationnelle, Rufin se tient en dehors de la société humaine ; dans son comportement, il s’oppose à tout le système des valeurs et des normes humaines ; et ainsi il est stylisé comme un adversaire politique, hors d’un classement dans les catégories épiques traditionnelles. Cette déshumanisation logique et cette des-héroïsation sert un but politique – c’est la thèse de cette contribution –. Pendant que le poète fait porter à Rufin la responsabilité unique des conflits entre l’empire oriental et l’empire occidental, cela aboutit pour lui à disculper toutes les autres personnes ayant participé au conflit : celles-ci sont devenues les victimes d’une puissance infernale contre laquelle elles sont impuissantes en tant qu’êtres humains. L’In Rufinum n’est pas en premier lieu un document du triomphe de l’empire Romain occidental contre Rufin, mais un appel à la responsabilité politique de l’empire Romain oriental et occidental pour la réconciliation et pour un nouveau commencement.

Texte intégral

  • 1 Je remercie très cordialement pour la traduction Marie-Renée Diot (professeur émérite de l’UPJV à A (...)
  • 2 Sur la personne et la biographie de Claudien, voir en détail Claudi Claudiani carmina, Birt Th. (re (...)
  • 3 Sur les modifications de l’épopée latine dans l’Antiquité tardive, voir en général Kirsch W., « Alt (...)
  • 4 J’emploie la notion d’épopée contemporaine comme « sur-notion » pour les épopées « panégyriques » ; (...)
  • 5 Cf. Schindler C., « Tradition – Transformation – Innovation : Claudians Panegyriken und das Epos », (...)

1À la fin du quatrième siècle, un Grec originaire d’Égypte, Claudius Claudien, établit une nouvelle forme de poésie hexamétrique dans la littérature latine.2 Ses poèmes s’adressent à des membres de la cour de l’Empire romain d’Occident et à de hautes personnalités de la vie publique, et ils ne traitent pas seulement d’événements du passé mythique ou historique, mais d’événements contemporains. La transformation de l’épopée traditionnelle3 se manifeste de manière particulièrement durable dans ce qui s’appelle « des épopées contemporaines4 ». Par leur conception générique fondamentale, les poèmes de Claudien se rattachent à l’épopée de l’empire augustéen. Comme dans l’épopée héroïque de l’antiquité « classique », on trouve dans ses épopées le récit d’une action dans laquelle apparaissent des protagonistes humains, souvent accompagnée d’une autre action qui se déroule au niveau des dieux. Le lien avec l’épopée « classique » est établi par de nombreux exemples mythologiques et le recours à des pré-textes. Comme dans l’épopée traditionnelle, on trouve dans les poèmes de Claudien des éléments formels épiques : les comparaisons, les catalogues et les ekphraseis5.

  • 6 À propos de cette situation de récitation (situation panégyrique) et de sa conséquence sur l’organi (...)
  • 7 Cf. Pollmann, art. cit., p. 102.
  • 8 La recherche sur Claudien discute pour savoir dans quelle mesure les événements contemporains de Cl (...)

2En dépit de ces liens avec l’épopée traditionnelle, les poèmes de Claudien ne sont pourtant plus des poèmes épiques à proprement parler. Ses épopées sont des ouvrages de commande tout à fait officiels que Claudien, en tant que poète de la cour de l’empire romain d’Occident, a composés pour une raison d’actualité et a donné à réciter dans le cadre d’une cérémonie6. Le public était composé de membres de la haute société qui se considéraient avant tout comme une élite intellectuelle qui transmettait les biens culturels de ce que l’on appelle l’Antiquité « classique » comme moyen d’identification et d’affirmation de soi. Cette performativité des poèmes de Claudien a largement influencé la nature de sa poésie. La longueur des poèmes, qui ne dépassent jamais de beaucoup les mille hexamètres, est adaptée à la situation de récitation. La présentation d’un événement actuel devant un public contemporain limite considérablement l’auteur dans la mise en forme de sa matière, puisque les événements ont été vécus par les auditeurs en tant qu’histoire contemporaine. Ainsi, il reste à l’auteur bien moins d’espaces propres de mise en forme lors de la transposition littéraire que ce dont dispose l’auteur d’une épopée mythologique ou historique. Mais les poèmes de Claudien ne sont pas pour autant des sources historiques fiables7. En effet, il écrit pour une occasion officielle, sur commande de la cour de l’Empire romain d’Occident, et il représente les intérêts politiques de ses commanditaires8. Ses poèmes ne visent pas une présentation impartiale des événements, mais une prise de position univoque, volontairement tendancieuse, qui va dans le sens du pouvoir. Il faut que ceux qui sont objet de sympathie et les adversaires politiques soient clairement désignés : bref, il faut marquer de manière indubitable ce qui, du point de vue officiel, est positif ou négatif. Les épopées contemporaines de Claudien sont pourtant intéressantes pour comprendre la situation historique et culturelle de la fin du quatrième siècle. Précisément à cause de leur subjectivité liée à la situation, elles offrent des aperçus uniques sur l’atmosphère politique qui régnait à la cour impériale, et elles permettent en outre de comprendre comment un poète du début de l’Antiquité tardive utilise les traditions littéraires de l’Antiquité « classique » pour communiquer à l’élite cultivée certains objectifs politiques. Les poèmes de Claudien permettent donc de saisir de manière exemplaire le lien étroit entre message politique et mise en forme littéraire.

  • 9 Sur l’arrière-plan historique de l’In Rufinum, cf. Levy H. L., Claudian’s In Rufinum: an exegetical (...)

3Je voudrais vous montrer maintenant la façon dont Claudien utilise les conventions de l’épopée classique pour communiquer à son public les intérêts de la cour de l’Empire romain d’Occident, et la manière dont une analyse de l’un de ses premiers poèmes contemporains, l’invective épique In Rufinum, et de la présentation de son personnage principal, Rufin, permet de percevoir le message politique de Claudien. Quelques mots suffiront pour présenter l’arrière-plan historique9. Après la mort de Théodose ier en janvier 395, le pouvoir avait été transmis à ses deux fils mineurs, Honorius et Arcadius, ou plus justement à leurs tuteurs, le chef de la milice romaine d’Occident, Flavius Stilicon, et le préfet du prétoire de l’Empire d’Orient, Rufin. Mais il y eut très vite une rupture entre Stilicon et Rufin pour des raisons qui nous échappent. En tout cas, Rufin refusa l’aide militaire que Stilicon, en tant que chef suprême des troupes d’Occident et d’Orient, lui avait offerte dans la lutte contre les Wisigoths révoltés. Ces derniers traversèrent alors la Grèce qu’ils pillèrent, s’installèrent finalement sur le territoire romain d’Occident, en Illyrie, et menacèrent l’Italie. Au point culminant du conflit avec les Goths, Rufin rappela les troupes d’Orient à Constantinople, affaiblissant ainsi la force militaire de Stilicon. En novembre 395, il fut assassiné lors d’une revue des troupes en présence de l’empereur romain d’Orient, Arcadius.

  • 10 On ne détermine pas avec certitude le moment de composition du poème. On trouve une vue d’ensemble (...)
  • 11 L’histoire de l’apparition du poème se tient dans un rapport étroit avec le temps de rédaction de l (...)
  • 12 Par ex., par Cameron, op. cit., p. 68. Les dissertations de Levy H. L., « Claudian’s In Rufinum and (...)

4Ces événements constituent l’arrière-plan du poème de Claudien In Rufinum, qui demeure jusqu’à aujourd’hui notre source la plus complète et la plus importante pour les événements qui ont suivi la mort de Théodose. Composé de deux livres et d’une longueur d’environ mille hexamètres, l’In Rufinum, dont la genèse se situe vraisemblablement dans les années 396/397 apr. J.-C.10, est un des poèmes politiques les plus longs de Claudien11. Tout comme l’In Eutropium, poème conceptuellement tout à fait semblable, l’In Rufinum est classé habituellement par les chercheurs comme une invective12. Et pourtant les éléments épiques du poème sont tout aussi clairs. Le personnage central de l’épopée est Rufin, l’adversaire politique de l’Empire romain d’Occident, le préfet du prétoire de l’Empire d’Orient, dont l’ascension et le conflit avec Stilicon sont exposés dans un récit pour l’essentiel linéaire et avec les moyens de présentation épique. L’action commence avec l’appel de Rufin à la cour impériale d’Orient, l’accompagne lors de divers épisodes militaires ou de politique intérieure et se termine avec sa mort et sa condamnation définitive par un tribunal des enfers. Elle prend la forme épique grâce aux discours des protagonistes, des catalogues et des comparaisons. Comme dans l’épopée conventionnelle, l’In Rufinum décrit le conflit entre deux adversaires – Rufin et Stilicon – qui se termine par la mort de l’adversaire.

  • 13 Sur l’invocation aux Muses comme élément typique d’un prooemium épique, cf. Schindler, RAC, s. v. « (...)
  • 14 Ov. met. 15, 622-625 : Pandite nunc, Musae, praesentia numina vatum, / (scitis enim, nec vos fallit (...)
  • 15 Même dans le cas où l’accent de cette réflexion est « mock-solemn », comme l’écrit Cameron, op. cit (...)
  • 16 Sur le système de valeurs et de morale dans les poésies de Claudien en général, voir Classen C. J., (...)

5Mais le personnage-titre, Rufin, ne correspond pas au type de l’adversaire héroïque, tel qu’il est familier dans l’épopée classique. Cette modification apparaît nettement dès le prooemium du premier livre. Comme les prooemia de l’épopée traditionnelle, le prooemium de Claudien comprend une invocation des Muses13 : dans une question indirecte qui s’inspire d’Ovide, le narrateur s’y interroge sur les causes des événements et sanctionne la crédibilité de ses affirmations en se référant à une puissance supérieure : Vos pandite vati, Pierides, quo tanta lues eruperit ortu (Ruf. 1, 23s.)14. Mais cette invocation des Muses est précédée d’une réflexion plus longue, dont le rapport avec le vrai sujet du poème n’est dévoilé que progressivement (Ruf. 1, 1-22). Le narrateur expose ses réflexions sur la question de savoir si l’ordre du monde est produit par un créateur ou s’il repose sur un pur hasard. Le résultat de ces réflexions est divisé en deux : quand il observe le cosmos bien ordonné, la course des astres et le retour permanent des saisons ainsi que l’expose le narrateur, il y reconnaît le plan d’une divinité raisonnable. Mais quand son regard se porte sur les événements du monde des humains et qu’il voit comment des criminels coupables (nocentes, 1, 13) jouent sur terre impunément et mènent le monde à l’abîme, alors il perd sa foi dans l’ordre divin et ne peut s’empêcher (non sponte sequebar, Ruf. 1, 15) de considérer le hasard comme principe de la création et de considérer comme vraies les doctrines que par ailleurs il refuse. Mais, et c’est ainsi que conclut le narrateur, comme Rufin a reçu sa juste punition, il peut corriger sa vision du monde et il reconnaît dans l’ascension de Rufin un plan supérieur. Les puissances célestes peuvent élever des hommes injustes afin de les faire tomber encore plus bas : iam non ad culmina rerum / iniustos crevisse reor ; tolluntur in altum / ut lapsu graviore ruant (Ruf. 1, 21-23). En composant ainsi son prooemion, le poète poursuit un double but : d’abord, il veut ainsi positionner Rufin comme adversaire et faire apparaître clairement l’importance du danger dont il a été responsable. Et d’autre part, il aboutit à ce résultat, non pas en faisant énumérer par le narrateur les crimes concrets de Rufin, mais en mesurant la menace exercée par ce dernier à la réaction du narrateur devant elle. Les crimes de Rufin sont si grands qu’ils font vaciller la vision du monde et le système de valeurs du narrateur. Le désordre qu’il a causé sur terre sans qu’une puissance divine intervienne remet en question même l’ordre rationnel du monde cosmique. Mais ce jugement sur Rufin montre clairement la position du narrateur. En le classant comme si dangereux qu’il en vient à douter, tant que celui-ci est resté impuni, d’une justice supérieure, et qu’il ne retrouve sa foi première qu’après la mort du coupable, il fait du narrateur un personnage de la narration. Cependant, à la différence du narrateur dans l’épopée traditionnelle, il ne contemple pas les événements d’un point de vue supérieur, mais il se trouve impliqué directement dans eux. Cette position qui se distingue de celle adoptée par le narrateur dans les épopées traditionnelles joue en revanche un rôle important pour le positionnement de Rufin. Dans la mesure où le narrateur indique qu’après la mort de Rufin, il a retrouvé la foi dans une puissance supérieure, il se présente lui-même à son auditeur comme une personnalité foncièrement pieuse, respectueuse des valeurs, intègre, au jugement de laquelle on peut se fier absolument15. En même temps, il établit un consensus sur les valeurs entre son public et lui-même, en faisant participer son auditeur à ses réflexions. Au contraire, Rufin, qui constitue un danger pour ce consensus sur les valeurs, est exclu de la communauté éthique et morale que forment le narrateur et son public16. Il ne fait donc plus partie de la société humaine, il est un personnage situé en dehors des normes humaines – position qui le sépare clairement des protagonistes des poèmes héroïques et épiques antérieurs.

  • 17 Cf. le classement de ses vitia chez Classen, art. cit., 159 sq.
  • 18 Claud. Ruf. 1, 291-296 : hoc monstrum non una palus, non una tremebat / insula, sed Latia quidquid (...)
  • 19 Claud. Ruf. 1, 200-214 : semper inops quicumque cupit. contentus honesto / Fabricius parvo sperneba (...)
  • 20 Claud. Ruf. 1, 251-256 : quid tale inmanes umquam gessisse feruntur / vel Sinis Isthmiaca pinu vel (...)

6L’exclusion de Rufin de la société humaine que le narrateur effectue dans le prooemion est sans cesse renouvelée dans la suite du poème. Elle ouvre simplement une série de verdicts explicites que le narrateur prononce dans ses commentaires d’auteur dans le premier livre de l’In Rufinum à l’encontre de l’adversaire politique de Stilicon. Ce sont avant tout deux aspects qui constituent la présentation négative du caractère de Rufin et l’éloignent des adversaires décrits dans les épopées traditionnelles. Rufin n’est pas seulement situé en dehors de la communauté humaine de valeurs17, il est déshumanisé en tant que personnage ; il apparaît comme une force amorphe, comme lues (Ruf. 1, 24), comme monstrum (Ruf. 1, 2, 91) asexué, et comme prodigium (Ruf. 1, 89). Les catégories habituelles des figures monstrueuses ne sont pas opérantes dans son cas, si bien qu’il n’est pas seulement exclu de la communauté de valeurs, mais aussi de la communauté de culture. Une synkrisis détaillée l’identifie aux monstres de la légende d’Héraklès18, mais, de l’avis du narrateur, Rufin réunit dans sa personne tous les dangers qui émanent de ces monstres. Par son comportement, il ne contrevient pas seulement à l’actuel système de valeurs, mais aussi au mos maiorum et aux normes que les héros de l’ancienne Rome – les Fabricius et les Curius – ont fixées par leur comportement19. Une comparaison avec des criminels historiques doit montrer à quel point Rufin s’est éloigné des normes. Comparés à son personnage, les chevaux de Diomède, Busiris, Cinna et Spartacus lui-même apparaissent soudain comme mitis, clemens, pius et lenis20. Avec l’arrivée de Rufin, la limite de ce qui peut être considéré comme un comportement conforme aux normes se déplace, c’est ainsi du moins que le narrateur le présente, à tel point que le jugement porté sur les criminels classiques et répertoriés doit être révisé. Comparés à lui, ils se comportent conformément aux normes. Ces jugements d’auteur émis par le narrateur montrent encore une fois ce qui constitue le personnage de Rufin et ce qui le distingue sur un point essentiel des adversaires antérieurs. Tandis que les héros des épopées classiques sont tous le jouet des dieux et ne deviennent adversaires qu’à cause des constellations défavorables et des circonstances fixées par le destin, le comportement de Rufin n’est pas déterminé par des circonstances extérieures. Le narrateur insiste bien plus dès le début sur le fait qu’en ce qui concerne toutes les qualités négatives qu’il attribue à Rufin, il s’agit de particularités intrinsèques. Il ne devient pas un monstre sous l’effet de contraintes extérieures, il l’est dès le début. Par conséquent, une évolution de son caractère est d’emblée exclue.

  • 21 Prenner A., « Riecheggiamenti virgiliani e siliani in una metamorfosi dell’In Rufinum di Claudiano  (...)
  • 22 Cf. Prenner, art. cit., p. 86.
  • 23 Ce concile des enfers est devenu un modèle pour différentes imitations du Moyen Âge jusqu’au Paradi (...)
  • 24 Sur les réminiscences de Lucain dans ce passage, voir Bruère R. T., « Lucan and Claudian : The inve (...)
  • 25 Cette biographie suit remarquablement le schéma rhétorique de l’enkomion et du psogos, comme cela e (...)
  • 26 [Cette biographie suit remarquablement le schéma rhétorique de l’enkomion et du psogos, comme cela (...)

7Avec Rufin, le narrateur dessine dans ses commentaires d’auteur un personnage dont les traits ne sont pas formés par des circonstances extérieures contraires, mais constituent du début à la fin de l’épopée le noyau de sa personnalité et l’excluent de la société humaine. Le fait que le Rufin de Claudien prenne une position fondamentalement différente de celle des adversaires « classiques » apparaît surtout dans la mise en forme de l’action narrative. Le cadre de référence général du récit de Claudien est constitué par l’épisode de Turnus dans la deuxième partie de l’Énéide de Virgile. Le premier grand bloc d’action du premier livre, dans lequel sont relatées les circonstances qui ont déclenché l’apparition de Rufin et son régime de terreur (Ruf. 1, 26-175), renvoie le plus nettement à ce pré-texte et guide la compréhension du personnage de Rufin. Le modèle direct de cette scène est la rencontre entre Allecto et Turnus au début du septième livre de l’Énéide. Ce lien est souligné par le poète grâce à des coïncidences structurelles entre les deux scènes. Comme Allecto dans l’Énéide, Mégère surgit des enfers dans le poème de Claudien, elle prend forme humaine et va à la rencontre de Rufin pour l’inciter à la discorde (Ruf. 1, 134-13921). Comme Turnus dans l’Énéide, le Rufin de Claudien ne devient actif que sous l’influence de la Furie. Mais c’est précisément ce lien évident avec le pré-texte de Virgile qui fait apparaître les singularités de la présentation de Claudien. Au contraire de Turnus qui, au début, ne se laisse pas entraîner par Allecto déguisée en prêtresse de Junon et balaie ses paroles comme des propos de vieille femme hystérique, qui ferait mieux de s’occuper de son temple et de laisser le métier de la guerre aux hommes (bella uiri pacemque gerent quis bella gerenda, Verg. Aen. 7, 444) et que seul le contact physique avec la torche d’Allecto jette dans la peur et finalement dans le furor guerrier (sic effata facem iuueni coniecit (sc. Allecto) et atro / lumine fumantis fixit sub pectore taedas. / olli somnum ingens rumpit pauor… perfundit toto proruptus corpore sudor. / arma amens fremit, arma toro tectisque requirit ; / saeuit amor ferri et scelerata insania belli, / ira super (Verg. Aen. 7, 456-462), Rufin réagit immédiatement à la demande de Mégère et cède sans aucun esprit critique à sa stratégie de séduction : sequimur, quocumque vocabis, seu tu vir seu numen (Ruf. 1, 170 s.), dit-il. Et tandis qu’Allecto essaie de gagner Turnus avec l’argument – en soi justifié – que le pouvoir sur le Latium risque de revenir à des envahisseurs si lui-même n’intervient pas (rex tibi coniugium et quaesitas sanguine dotes / abnegat, externusque in regnum quaeritur heres : Verg. Aen. 7, 423 s.), la Mégère de Claudien ne reproche à Rufin que de rester inactif alors qu’il pourrait conquérir le pouvoir sur le monde entier : toto dominabere mundo / si parere velis (Ruf. 1, 143 s.). Elle le pousse donc à une usurpation illégale et excite son désir en faisant briller comme de l’or les colonnes de sa demeure. En outre, Mégère n’appelle pas Rufin à une guerre ouvertement déclarée comme Allecto le fait avec Turnus, mais elle lui promet de le soutenir grâce à ses sinistres sortilèges qu’elle assimile aux sortilèges de Circé, de Médée et d’Hécate : … noui quo Thessala cantu / eripiat lunare iubar, quid signa sagacis / Aegypti ualeant, qua gens Chaldaea uocatis / imperet arte deis, nec me latuere fluentes / arboribus suci funestarumque potestas / herbarum, quidquid letali gramine pollens / Caucasus et Scythicae uernant in crimina rupes, / quas legit Medea ferox et callida Circe (Ruf. 1, 146-153). D’emblée Rufin est donc introduit en tant que personnage non héroïque, personnage qui dans l’ensemble agira de façon plutôt féminine et misera sur des stratégies féminines pour se positionner. Il n’est pas surprenant que l’ensemble de la situation dans laquelle se situe la rencontre de Mégère et de Rufin se distingue fondamentalement de la situation dans l’Énéide. Dans l’Énéide, l’envoi d’Allecto est une initiative de Junon qui veut empêcher la fondation d’une nouvelle Troie, Allecto n’est que l’instrument de Junon pour accomplir ce plan. Pour provoquer la guerre dans le Latium, Allecto inocule le poison du furor non seulement à Turnus, mais aussi à d’autres individus comme Amata, la femme de Latinus, et à la population campagnarde du Latium. Ce n’est donc pas chez les humains qu’il faut, d’après la présentation de Virgile, chercher la responsabilité du déclenchement de la guerre, mais du côté de la puissance infernale Allecto qui, conformément à cela, se présente en ces termes à Turnus : bella manu letumque gero (Verg. Aen. 7, 455). Il en va tout autrement dans le poème de Claudien. Ni Junon, ni les autres dieux du monde d’en haut n’y ont part à l’appel de Rufin22. Dans l’action des dieux de l’In Rufinum, les ambiguïtés sont d’emblée exclues. L’envoi de Rufin est décidé par un concile des enfers23 au cours duquel Allecto commence par déplorer l’état de paix où se trouve le monde sous Théodose pour ensuite appeler à la révolte le monde des enfers contre le monde d’en haut. À la suite de quoi Mégère prend la parole. S’il s’agit d’apporter à l’humanité la mort et la ruine, elle connaît l’instrument adéquat : le monstre Rufin, pire que toutes les Hydres, plus agité qu’une tigresse qui a mis bas, plus violent que le vent du sud, plus imprévisible que les vagues de l’Euripe, selon ses propres expressions, confirmant ainsi totalement les jugements du narrateur : est mihi prodigium cunctis inmanius hydris / tigride mobilius feta, violentius Austris / acribus Euripi refluis incertius undis (Ruf. 1, 89-9124). Par la suite, Mégère présente son élève dont elle retrace la biographie (négative), la carrière et les qualités essentielles25 : elle a elle-même allaité Rufin, des serpents ont donné forme à son corps en le léchant, elle lui a appris elle-même la tromperie, le mensonge et toutes les formes de dissimulation. Rufin réunit ainsi dans sa personne les qualités criminelles de toutes les créatures des enfers : solus habet scelerum quidquid possedimus omnes (Ruf. 1, 111). Après cette confrontation, les différences entre le Turnus de Virgile et le Rufin de Claudien sont évidentes : tandis que la faiblesse de Turnus consiste à se laisser pousser à la guerre par Allecto et se laisser contaminer par le furor, le Rufin de Claudien présente dès sa naissance toutes les qualités négatives. Il est intéressant de noter que ce sont les qualités que Junon attribue à la Furie Allecto. Comme cette dernière, Rufin est versé dans les artes nocendi (Ruf. 1, 97), comme elle, il est doctus et unanimos odiis turbare sodales (Ruf. 1, 10526). La personne de référence pour le Rufin de Claudien n’est donc pas tant Turnus, même si à première vue le poète établit ce parallèle en imitant cette scène. Le caractère de Rufin et sa mission correspondent beaucoup plus au caractère et à la mission de la Furie Allecto. L’influence de Rufin doit faire sombrer le monde dans le chaos et détruire la paix que Théodose a établie. Si l’on se réfère à la toile de fond que dessine Virgile, l’impression que le narrateur a voulu transmettre à ses auditeurs dans ses commentaires d’auteur se confirme : Rufin n’est pas un être humain, c’est une créature de l’enfer. Dès la première séquence d’action de l’In Rufinum, il est clair pour l’auditeur qu’il s’agit d’un adversaire d’une espèce jusque-là inconnue, d’un adversaire qui ne peut être mesuré à l’aune de l’épopée traditionnelle, d’un personnage qui est plus à ranger au niveau divin des puissances de l’enfer qu’au niveau humain des adversaires politiques et qui est capable de susciter une discorde contre laquelle les êtres humains sont impuissants.

  • 27 Ruf. 1, 183-187.
  • 28 Ruf. 1, 301-307.

8Le poète caractérise Rufin comme démon des enfers dans le premier bloc d’action du poème et maintient ce procédé dans la suite. Rufin est un adversaire qui n’appartient pas à l’humanité, et cela devient de plus en plus net dans la suite du récit. Deux des comparaisons qui désignent Rufin selon les conventions épiques l’assimilent à des forces amorphes et n’ont pas de modèles directs dans l’épopée du début de l’empire augustéen. Le désir de Rufin est la mer qui reçoit tous les fleuves27, son apparition ressemble à une grave maladie qui se répand peu à peu28. Une troisième comparaison le décrit non comme un lion, mais comme une lionne blessée (leaena), une bête féroce (belua) et une vipère (serpens) : quae sic Gaetuli iaculo percussa leaena / aut Hyrcana premens raptorem belua partus / aut serpens calcata furit ? (Ruf. 1, 226-228) : ces images aussi le rapprochent des puissances féminines des enfers que sont Allecto et Mégère.

  • 29 Cf. Verg. Aen. 1, 81-87. La recherche a indiqué diverses fois les implications politiques de la tem (...)

9La présentation de la guerre tient compte du caractère non humain de Rufin. Il n’y a pas de confrontation « épique » entre Stilicon et Rufin, de même que dans l’ensemble du poème il n’y a pas de descriptions épiques de batailles, pas de duels ni d’aristies. La guerre apparaît seulement dans les catalogues des différentes peuplades que Rufin excite au combat sans qu’il apparaisse en tant que personne. Il ne prend pas lui-même part au combat, se contente de le provoquer (accendit proelia : Ruf. 1, 300 ; laxavitque viam bellis : Ruf. 2, 24) et se situe alors plus près des forces des enfers que des adversaires dans l’épopée traditionnelle. Chaque difficulté à laquelle Rufin est confronté ne conduit qu’à une nouvelle révolte et à l’utilisation de tous les moyens qui sont à sa disposition. Lorsqu’au début du deuxième livre ses adversaires semblent l’emporter, Rufin réagit en menaçant d’anéantir le monde, même si cela doit lui coûter la vie et déclenche une nouvelle guerre. De manière toute virgilienne, le poète le compare au cours de cette action à Éole qui libère les différents vents : Haec fatus, ventis veluti si frena resolvat / Aeolus, abrupto gentes sic obice fudit / laxavitque viam bellis… (Ruf. 2, 22-24). Cette image confirme une fois de plus le rôle de Rufin comme puissance surhumaine et le rapproche encore une fois d’une puissance destructrice virgilienne, celle de la déesse Junon, sur l’ordre de laquelle Éole lâche les vents au commencement de l’Énéide29. En même temps, elle montre que les peuplades qui partent en guerre pour Rufin ne sont que des exécutants sans volonté qui ne remettent pas en question ses actions, et qui, pas plus que les vents d’Éole, ne peuvent pas être tenus pour responsables de la destruction qu’ils provoquent.

  • 30 Cf. par ex. Verg. Aen. 6, 295-330.
  • 31 C’est par exemple le cas du Troyen Polydorus qui trouve la mort en Thrace, le crime commis sur lui (...)
  • 32 Cf. Claud. Ruf. 2, 450-527. La profanation d’un cadavre dévoré par les oiseaux (Ruf. 2, 451 : nudus (...)
  • 33 Claud. Ruf. 2, 516-519 : cunctorum si facta simul iungantur in unum, / praecedes numero : / cui tan (...)

10Selon ces schémas, la mort de Rufin est tout aussi logique ; elle ne correspond pas aux normes épiques, même si le poète, avec les paroles Hac Stilicho, quem iactas pellere, dextra / te ferit (Ruf. 2, 400-404) – « Stilicon te frappe par cette droite, lui que tu te vantes d’avoir chassé » – cite les paroles d’Énée à Turnus dans la scène de la mort de ce dernier : Pallas te hoc vulnere, Pallas, / immolat (Verg. Aen. 12, 948s). Mais, à la différence de l’Énéide, ces vers ne sont pas précédés d’un duel épique. Stilicon n’est pas mêlé à la mort de Rufin, il n’est même pas présent quand Rufin meurt. Son comportement en soi non-héroïque est monnayé positivement par le narrateur. Dans un acte de cruel consensus omnium, Rufin est exécuté par les soldats de l’empire d’Orient, dont aucun n’est expressément nommé, et qui agissent ensemble (Ruf. 2, 400-427) ; son cadavre déchiqueté est dispersé dans toutes les directions et n’est enterré que sommairement par la nature de sorte que son âme puisse parvenir aux enfers (Ruf. 2, 440-453). Le poète se sépare sur ce point aussi des conventions épiques : l’ensevelissement – même si c’est la nature elle-même qui l’effectue – garantit dans l’épopée conventionnelle le passage de l’homme dans le monde souterrain, passage qui le protège d’une errance sans joie dans les Cocyti stagna et dans le palus Stygia30. Les ensevelissements par nécessité sont toujours ressentis comme « omineux » et sont fréquemment associés au crime31. Au contraire de l’invective épique de Claudien, l’ensevelissement de nécessité mesure l’indignation du monde d’en haut qui reporte la charge sur Rufin et qui simplement ne le « supporte » plus, mais seulement après que les oiseaux ont commencé à le dévorer32. Avec l’arrivée de l’âme de Rufin aux enfers, le cercle se referme. Il revient réellement à l’endroit d’où il est né ; mais là non plus il n’est maintenant pas désiré. Quand Rufin arrive devant le tribunal des morts, Rhadamante doit reconnaître qu’aucune punition n’est proportionnée à son cas33. Ce n’est que lorsqu’il est banni au plus profond des enfers que l’ordre cosmique est rétabli, l’ordre que dans le prooemion le narrateur a vu menacé par Rufin. Selon le vœu de Rhadamante, il doit y rester dum rotat astra polus, feriunt dum litora venti (2, 527). Ici aussi, le poète souligne une fois de plus l’image de Rufin comme une force infernale déchaînée qui ne peut pas trouver place parmi les criminels humains. Il apparaît une fois encore que les catégories épiques courantes ne s’appliquent pas à lui. En poétologie aussi, Rufin est donc en dehors de la norme.

  • 34 À mon avis, cet aspect est beaucoup moins important que la disculpation de Théodose, que souligne C (...)
  • 35 Et cela peut-être d’autant plus que les tensions entre l’Orient et l’Occident s’exacerbaient, Stili (...)

11Comme notre interprétation l’a montré, Claudien met donc en scène un adversaire qui ne peut être mesuré à l’aune des critères adaptés aux adversaires des épopées héroïques et qui, par sa méchanceté intrinsèque, ébranle l’ordre du monde dans son ensemble. L’interprétation que je propose montre qu’il est possible dans chaque cas de lire les deux livres de l’In Rufinum comme une unité et de l’accepter dans une conception fermée sur elle-même de cette invective épique. Finalement la question suivante se pose : quel but Claudien poursuit-il avec cette stylisation de Rufin ? Sans aucun doute, il s’agit pour lui, selon le principe antique de l’imitatio et de l’aemulatio, d’entrer en compétition avec ses prédécesseurs épiques et de les dépasser par une présentation aussi efficace que possible. Mais, à mon avis, on ne peut parfaitement comprendre le programme de modification du texte de Virgile au début de l’œuvre et la stylisation de Rufin comme puissance du monde des enfers que si l’on prend en compte la situation politique des années 396/397 et le contexte de la genèse de l’In Rufinum. Le fait historique central qui est à la base du poème, l’assassinat de Rufin par les troupes de l’Empire d’Orient, est en soi un acte sournois et pour ainsi dire non héroïque. Lorsque dans son poème Claudien présente Rufin assassiné comme une puissance des enfers qui supplante tous les adversaires de la tradition épique, non seulement il justifie la fin non héroïque de Rufin, mais il présente les instigateurs de l’assassinat, Stilicon et Honorius, sous un jour favorable. Dans le combat contre le mal personnifié que Claudien fait de Rufin, l’assassinat en soi non héroïque et lâche apparaît comme un moyen d’emporter la décision puisqu’il n’est pas possible de venir à bout du monstrum Rufin dans un combat épique loyal ; c’est du moins ce que suggère la présentation de Claudien. De cette manière, les actions militaires de Stilicon qui ne sont pas toujours couronnées de succès se trouvent en même temps disculpées : il est impossible de gagner la guerre contre des armées menées par une puissance infernale. Un autre point est, à mon avis, essentiel pour la compréhension de l’In Rufinum. En présentant Rufin comme une créature de l’enfer, Claudien libère les protagonistes humains de leur coupable implication dans tous les conflits qui ont creusé le fossé entre l’Occident et l’Orient de l’imperium Romanum. En effet, même si en 392 Théodose avait donné le consulat à Rufin, même si Stilicon au début avait pactisé avec Rufin, et même si Arcadius avait confié temporairement le gouvernement de l’Empire romain d’Occident à son praefectus praetorio, aucun de ces protagonistes humains, c’est du moins ce que suggère la présentation de Claudien, ne peut être considéré comme responsable du conflit. Ils ne sont pas les victimes d’un séducteur humain, mais d’une puissance infernale. En même temps, la diabolisation de Rufin et la distance qui le sépare des adversaires de l’épopée classique ont donc dans ce contexte de l’Antiquité tardive une fonction importante, qui projette cette démarche vers l’avenir. En excluant Rufin de la communauté humaine de valeurs et en le déclarant unique coupable dans le sens du bouc émissaire, le poète indique maintenant, après la mort de l’adversaire commun de tous les humains, la voie d’une réconciliation entre les anciens adversaires Honorius/Stilicon et Arcadius34. Le poème In Rufinum et la poétique spécifique de l’adversaire politique que Claudien y développe ne sert donc pas tant l’exaltation de la victoire ambiguë de Stilicon. Par le mode de présentation, il crée bien davantage la base d’un nouveau départ commun, d’un rapprochement et d’une conciliation entre l’Empire romain d’Occident et l’empire d’Orient, rapprochement qui pourra peut-être une fois encore réunir les deux parties séparées de l’ancien imperium romanum35.

Notes

1 Je remercie très cordialement pour la traduction Marie-Renée Diot (professeur émérite de l’UPJV à Amiens) et Michel Perrin.

2 Sur la personne et la biographie de Claudien, voir en détail Claudi Claudiani carmina, Birt Th. (rec.), Berlin 1892, LXIX ; résumé chez Fargues P., Claudien. Études sur sa poésie et son temps, Paris 1933, p. 5-38, Burck E., « Die Epen Claudians », in E. Burck (Hrsg.), Das römische Epos, Darmstadt 1979, p. 359-378 (plus précisément p. 360-363), Kirsch W., Die lateinische Versepik des vierten Jahrhunderts, Berlin 1989 (Schriften zur Geschichte und Kultur der Antike. 28), p. 151-153, Dewar M., Claudian. Panegyricus de sexto consulatu Honorii Augusti, ed. with introduc tion, translation and literary commentary, Oxford 1996, xvii-xxii, Pollmann K., « Das lateinische Epos in der Spätantike », in Von Göttern und Menschen erzählen. Formkonstanten und Funktionswandel moderner Epik, hrsg. v. J. Rüpke, Stuttgart 2001 (PaWB. 4), 93-129 (plus précisément p. 100).

3 Sur les modifications de l’épopée latine dans l’Antiquité tardive, voir en général Kirsch W., « Altes und Neues im lateinischen Epos des 4.-6. Jahrhunderts », Klio 60, 1978, p. 389-396, Kirsch W., « Strukturwandel im lateinischen Epos des 4.-6. Jhs. », Philologus 123, 1979, p. 38-53; Hofmann H., « Die Angst vor der Innovation. Das Neue als das Alte in der lateinischen Spätantike », AAHung 37, 1996-1997, p. 259-276; Pollmann K., art. cit., p. 94-96.

4 J’emploie la notion d’épopée contemporaine comme « sur-notion » pour les épopées « panégyriques » ; la terminologie vient de la proposition d’Hofmann (1998), 134, et semblablement déjà de Schmidt P. L., Politik und Dichtung in der Panegyrik Claudians, Konstanzer 1976 (Konstanzer Universitätsreden. 55), p. 29, elles servent directement la glorification d’une haute personnalité de l’Occident de l’Empire romain (c’est le cas aussi des poèmes De bello Gildonico et De bello Getico) qui est parfois opérée dans la recherche – cf. Fo A., Studi sulla tecnica poetica di Claudiano, Catania 1982, p. 21 sq. ; Kirsch W., « Probleme der Gattungsentwicklung am Beispiel des Epos », Philologus 126, 1982, p. 265-288 ; pour la combinaison du panégyrique et de l’épopée historique, par exemple dans le De bello Getico, cf. Gnilka Chr., « Götter und Dämonen in den Gedichten Claudians », A & A 18, 1973, p. 144-160 (plus précisément p. 153), comme pour les oeuvres dites « invectives épiques », l’In Rufinum et l’In Eutropium, qui placent au centre un adversaire politique de l’ouest de l’empire romain.

5 Cf. Schindler C., « Tradition – Transformation – Innovation : Claudians Panegyriken und das Epos », in Aetas Claudianea, hrsg. v. W.-W. Ehlers, F. Felgentreu, S. M. Wheeler, München-Leipzig 2004, p. 16-37 ; Schindler C., « Herrscherlegitimation durch Gleichnisse in den Panegyrischen Epen Clau dians », in Ikonologie und Ikonographie. Interdisziplinäres Kolloquium Münster 2001, hrsg. v. W. Hübner und K. Stähler, Münster 2004, p. 125-145 (plus précisément p. 126) ; Schindler, C., Per carmina laudes. Untersuchungen zur spätantiken Verspanegyrik von Claudian bis Coripp, Berlin/New York 2009 (BzA. 253), p. 169-172 (aussi pour la suite).

6 À propos de cette situation de récitation (situation panégyrique) et de sa conséquence sur l’organisation de l’épopée chez Claudien, cf. Hofmann H., « Überlegungen zu einer Theorie der nichtchristlichen Epik der lateinischen Spätantike », Philologus 132 (1988), p. 101-159 (plus précisément p. 125-132) ; Schindler C., art. cit. 2004, p. 17 sq. ; Schindler C., op. cit. 2009, p. 44-58.

7 Cf. Pollmann, art. cit., p. 102.

8 La recherche sur Claudien discute pour savoir dans quelle mesure les événements contemporains de Claudien sont délibérément falsifiés pour aller dans le sens d’une propagande de l’Empire romain occidental ou s’ils sont responsables des distorsions de l’organisation poétique. Cameron adopte avec véhémence la thèse de la propagande : de panégyriste, Claudien serait devenu propagandiste. En sens inverse, Gnilka Chr., Rez. von : A. Cameron, « Claudian. Poetry and Propaganda at the Court of Honorius », Oxford 1970, Gnomon 49, 1977, p. 26-51.

9 Sur l’arrière-plan historique de l’In Rufinum, cf. Levy H. L., Claudian’s In Rufinum: an exegetical commentary, Cleveland 1971 (Philologi cal Monographs of the APA. 30 ; darin: « The invective in Rufinum of Claudius Claudianus », hrsg. mit Einleitung und textkritischem Kommentar von H. L. Levy, Genf, New York, 1935), p. 225-244; Cameron A., Claudian. Poetry and Propaganda at the Court of Honorius, Oxford 1970, p. 63-67; Demandt A., Die Spätantike. Römische Geschichte von Diocletian bis Justinian, 284-565 n. Chr, München, 1989 (Haw. 3, 6), p. 141 sq., Döpp S., Zeitgeschichte in Dichtungen Claudians, Wiesbaden, 1980 (Hermes ES. 43), p. 61-76.

10 On ne détermine pas avec certitude le moment de composition du poème. On trouve une vue d’ensemble sur les discussions chez Döpp, op. cit., p. 102-105 ; Potz E., « Claudians In Rufinum. Invektive und Laudatio », Philologus 134, 1990, p. 67 sq., rem. 5, Nesselrath H.-G., « Zu Datierung und Aufbau des 1. Buches von Claudians Invektive In Rufinum », Hermes 119, 1991, p. 217-223, rem. 1.

11 L’histoire de l’apparition du poème se tient dans un rapport étroit avec le temps de rédaction de l’In Rufinum. (cf. sur ce point les indications bibliographiques de la remarque précédente). Elle a été souvent l’objet de discussions philologiques, par exemple, Cameron op. cit., p. 76-90, soutient avec véhémence que les deux livres sont apparus successivement, et il tente d’apporter la preuve que le premier livre relève de l’invective classique, et le second au contraire de l’épopée historique. En accord avec lui, Felgentreu F., Claudians praefationes. Bedingungen, Beschreibungen und Wirkungen einer epischen Kleinform, Stuttgart/Leipzig 1999 (BzA. 130), p. 72, parle (p. 71) de « Invectiven In Rufinum » ; d’une manière très spéculative et à peine plausible, Funke H., « Zu Claudians Invektive gegen Rufin », ICS 9, 1984, p. 91-109, est d’avis que le premier livre de ce poème est apparu seulement avant la mort de Rufin. Je considère que la stricte séparation générique, en faveur de laquelle argumentent en partie Cameron et Felgentreu (« invective » contre « épopée »), ne convient pas aux poésies de Claudien, et je suppose dans mon interprétation que – malgré les arguments concernant la composition exprimés par Nesselrath, art. cit., p. 223-231 – rien ne s’oppose de manière contraignante à ce que les deux livres aient été au moins conçus comme une unité (ainsi par ex. aussi Schmidt, op. cit., p. 59 sq. ; Döpp, op. cit., p. 89-94 ; des raisons de composition – par ex., l’accroche des deux livres par les deux scènes du monde souterrain au début du premier livre et dans la conclusion du second, et l’ouverture tout à fait épique du premier livre – parlent même plutôt en faveur de cette thèse – cf. Schmidt, op. cit., p. 60 ; Döpp, op. cit., p. 93 – et doivent être inclus dans l’interprétation.

12 Par ex., par Cameron, op. cit., p. 68. Les dissertations de Levy H. L., « Claudian’s In Rufinum and the rhetorical psogos », TAPhA 72, 1946, p. 57-65 et « Themes of Enkomium and Invective in Claudian », TAPhA 89, 1958, p. 336-347, comme Potz (1998) relèvent exclusivement les éléments d’invective et de panégyrique de l’In Rufinum. Prenner A., « I „topoi“ encomiastici nel invettiva di Claudiano contro Rufino », Koinonia 25, 2001, p. 45-57, relève exclusivement les éléments encomiastiques. Pour les relations des éléments d’invective et de panégyrique en général, voir aussi Schmitz, op. cit., p. 192-227.

13 Sur l’invocation aux Muses comme élément typique d’un prooemium épique, cf. Schindler, RAC, s. v. « Musen » (sous presse).

14 Ov. met. 15, 622-625 : Pandite nunc, Musae, praesentia numina vatum, / (scitis enim, nec vos fallit spatiosa vetustas) / unde Coroniden circumflua Thybridis alti insula Romuleae sacris adiecerit urbis, Cette invocation aux Muses est pour sa part influencée par Homère, Il. 2, 484-487. De même, Verg. ecl. 8, 62-63 : vos… dicite, Pierides.

15 Même dans le cas où l’accent de cette réflexion est « mock-solemn », comme l’écrit Cameron, op. cit., p. 67.

16 Sur le système de valeurs et de morale dans les poésies de Claudien en général, voir Classen C. J., « Virtutes und vitia in Claudians Gedichten », in Humana sapit. Études d’antiquité tardive offertes à L. Cracco Ruggini, ed. par J.-M. Carrié et R. Lizzi Testa, préf. de P. Brown, Turnhout 2002, p. 157-167.

17 Cf. le classement de ses vitia chez Classen, art. cit., 159 sq.

18 Claud. Ruf. 1, 291-296 : hoc monstrum non una palus, non una tremebat / insula, sed Latia quidquid dicione subactum / vivit, et a primis Ganges horrebat Hiberis. / hoc neque Geryon triplex nec turbidus Orci / ianitor aequabit nec si concurrat in unum / vis hydrae Scyllaeque fames et flamma Chimaerae.

19 Claud. Ruf. 1, 200-214 : semper inops quicumque cupit. contentus honesto / Fabricius parvo spernebat munera regum / sudabatque gravi consul Serranus aratro / et casa pugnaces Curios angusta tegebat. / haec mihi paupertas opulentior, haec mihi tecta / culminibus maiora tuis. ibi quaerit inanes / luxuries nocitura cibos ; hic donat inemptas / terra dapes. rapiunt Tyrios ibi vellera sucos / et picturatae saturantur murice vestes ; / hic radiant flores et prati viva voluptas / ingenio variata suo. fulgentibus illic / surgunt strata toris ; hic mollis panditur herba / sollicitum curis non abruptura soporem. / turba salutantum latas ibi perstrepit aedes ; / hic avium cantus, labentis murmura rivi. / vivitur exiguo melius ; natura beatis / omnibus esse dedit, si quis cognoverit uti. Le passage a son modèle chez Lucain (Lucan. 10, 151-153), cf. Bruère R. T., « Lucan and Claudian : The invectives », CPh 59, 1964, p. 223-256, plus précisément p. 227.

20 Claud. Ruf. 1, 251-256 : quid tale inmanes umquam gessisse feruntur / vel Sinis Isthmiaca pinu vel rupe profunda / Sciron vel Phalaris tauro vel carcere Sulla ? / O mites Diomedis equi ! Busiridis area / clementes ! iam Cinna pius, iam Spartace lenis / Rufino collatus eris ! À mon avis Opelt I., « Schimpfwörter bei Claudian », Glotta 60, 1982, p. 131, est trop faible : « In der Form des diskriminierenden Vergleichs werden mythologische und historische Prototypen der Grausamkeit mit Rufin verglichen. »

21 Prenner A., « Riecheggiamenti virgiliani e siliani in una metamorfosi dell’In Rufinum di Claudiano », Bollettino di Studi Latini 32, 2002, p. 84, renvoie aussi à un parallèle avec Silius Italicus (Pun. 2, 553-560).

22 Cf. Prenner, art. cit., p. 86.

23 Ce concile des enfers est devenu un modèle pour différentes imitations du Moyen Âge jusqu’au Paradise Lost de Milton ; pour l’histoire détaillée du thème, cf. Moore O. H., « The infernal council », Modern Philology 16 1918, p. 169-193.

24 Sur les réminiscences de Lucain dans ce passage, voir Bruère R. T., « Lucan and Claudian : The invectives », CPh 59, 1964, p. 223-256, plus particulièrement p. 226.

25 Cette biographie suit remarquablement le schéma rhétorique de l’enkomion et du psogos, comme cela est allégué par exemple par le rhéteur Ménandre, cf. Viljamaa T., Studies in Greek encomiastic poetry of the early byzantine period, Helsinki 1968 (Societas scientiarum Fennica. Commentationes humanarum litterarum. 43). Schindler, op. cit., 17 sq. (avec une bibliographie plus large).

26 [Cette biographie suit remarquablement le schéma rhétorique de l’enkomion et du psogos, comme cela est allégué par exemple par le rhéteur Ménandre, cf. Viljamaa T., Studies in Greek encomiastic poetry of the early byzantine period, Helsinki 1968 (Societas scientiarum Fennica. Commentationes humanarum litterarum. 43). Schindler, op. cit., 17 sq. (avec une bibliographie plus large).]
Image 10000000000002AB00000103AC1DA728.jpg

27 Ruf. 1, 183-187.

28 Ruf. 1, 301-307.

29 Cf. Verg. Aen. 1, 81-87. La recherche a indiqué diverses fois les implications politiques de la tempête en mer de l’Énéide, et surtout l’apaisement de la tempête par Neptune est illustré par une comparaison politique (1, 148-154), cf. Pöschl V., Die Dichtkunst Virgils. Bild und Symbol in der Äneis, 3. Auflage Berlin/New York 1977, p. 24-27 ; par comparaison, Otis B., Vergil. A study in civilized poetry, Oxford 1963, p. 229 sq.; Lebek D., Lucans Pharsalia. Dichtungsstruktur und Zeitbezug, Göttingen 1976, Hypomnemata. 44, p. 49 et Levy, op. cit., p. 127 attirent l’attention sur les parallèles textuels de la comparaison d’Éole au pré-texte virgilien.

30 Cf. par ex. Verg. Aen. 6, 295-330.

31 C’est par exemple le cas du Troyen Polydorus qui trouve la mort en Thrace, le crime commis sur lui est révélé par une branche sanglante, et il trouve le repos seulement après un ensevelissement « conforme à la coutume » (Verg. Aen. 3, 13-68), et aussi le cas de Pompée, qui, après son meurtre en Égypte, est enseveli sommairement par le questeur Cordus (Lucain 8, 712-872), cf. Bruère, art. cit., p. 237 sq.

32 Cf. Claud. Ruf. 2, 450-527. La profanation d’un cadavre dévoré par les oiseaux (Ruf. 2, 451 : nudus pascit aves) est un thème traditionnel de l’épopée qui remonte jusqu’à Homère (Il. 1, 5) ; dans la littérature latine, voir par ex. Aen. 9, 485 sq. : canibus data praeda Latinis / alitibusque iaces.

33 Claud. Ruf. 2, 516-519 : cunctorum si facta simul iungantur in unum, / praecedes numero : / cui tanta piacula quisquam / supplicio conferre ualet ? quid denique dignum / omnibus inueniam, uincant cum singula poenas ? En tant que personnage intérieur à la narration, Rhadamante confirme l’appréciation du narrateur, qui a placé Rufin au-dessus des criminels classiques, cf. 1, 251-256. Sur ce point, voir supra.

34 À mon avis, cet aspect est beaucoup moins important que la disculpation de Théodose, que souligne Cameron, op. cit., p. 70. Selon mon interprétation, il ne peut pas davantage être question que Claudien « auf diese Weise dem Osten die Schuld an der Katastrophe zuweisen, mit deren Folgen sich Stilicho 397 herumschlagen musste », comme l’écrit Feldentreu, op. cit., p. 72 ; d’une manière plus appropriée, Nesselrath, art. cit., p. 219, dit à ce sujet que « das zweite Rufinusbuch mit seiner Darstellung ja gerade die Schuld an der Verwüstung Griechenlands von Stilicho auf Rufinus abwälzen soll ».

35 Et cela peut-être d’autant plus que les tensions entre l’Orient et l’Occident s’exacerbaient, Stilicon était déclaré hostis publicus par Eutropius, le successeur de Rufin (malheureusement pour nous, l’événement n’est pas exactement datable), et il avait aussi moins de succès à consigner dans le combat contre les Goths. Même si c’est avec une claire prétention au pouvoir de la part de Stilicon, l’unité de l’Orient et de l’Occident est clairement décrite aussi dans le panégyrique du troisième consulat d’Honorius et d’Arcadius, où, dans la scène de conclusion, Théodose confie à Stilicon le soin de ses fils Honorius et Arcadius. Pour des relations possibles entre l’In Rufinum et le III Cons. Hon., cf. Potz E., « Die Gestalt Rufins in Claudians Panegyricus auf das dritte Konsulat des Kaisers Honorius », GB 17, 1990, p. 225-233.

Auteur

Université de Hambourg.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540