Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Première partie. Variations sur l'éloge du pouvoir

Le De adventu Caroli V. Imperatoris in Italiam (ca. 1536) de Minturno : la célébration héroïque et mythique de Charles-Quint

Roland Béhar

Résumé

« Le De adventu Caroli V. Imperatoris in Italiam (ca. 1536) de Minturno : la célébration héroïque et mythique de Charles-Quint » : Bien connu pour ses œuvres de théorie poétique, Antonio Sebastiano Minturno demeure trop méconnu comme poète, tant néo-latin qu’italien. Publié dans les Poemata ad Consalvum Pyretium (1564), son De adventu Caroli v. Imperatoris in Italiam (ca. 1536) est consacré à la venue (adventus) en Italie de Charles-Quint, à l’occasion de son couronnement à Bologne (1530). Si ce long poème panégyrique demeure fidèle au virgilianisme de l’académie pontanienne, professé par un Sannazar, il s’inspire aussi de la poésie épidictique de l’Empire tardif, en particulier de celle de Claudien. Cette reprise des formes et, surtout, des thématiques antiques, n’a pu se faire qu’à l’occasion de l’événement très particulier que fut le couronnement impérial, en même temps que celui-ci manifeste son influence sur la poésie vernaculaire, notamment dans l’essor de l’ode pindarique.

Texte intégral

  • 1 Minturno A. S., De poeta, ad Hectorem Pignatellum Vibonensium Ducem, libri sex, Venise, Francesco (...)
  • 2 Minturno A. S., L’Arte Poetica […] nella quale si contengono i precetti Heroici, Tragici, Comici, (...)

1D’Antonio Sebastiano (ca. 1500-1574), plus communément appelé « Minturno » (Minturnus, en l’honneur de sa ville natale, Traietto, l’antique Minturnæ), on ne retient d’ordinaire que ses deux arts poétiques. En latin, le De poeta de 15591, qui reproduit la fiction d’un dialogue socratique placé dans le cadre idyllique de Mergellina, demeure de Sannazar et siège, jusqu’en 1530, de l’Académie pontanienne ; puis, en langue vulgaire, L’Arte poetica de 15642, qui analyse la matière poétique de manière non plus dialoguée mais systématique.

  • 3 Sur la nature de cette culture, voir Colombo D., « La cultura letteraria di Antonio Minturno », Gi (...)
  • 4 Sur cette cour et la richesse de sa vie littéraire, voir encore Thérault S., Un Cénacle humaniste (...)
  • 5 Voir Moscheo R., « Fermenti religiosi e vita scientifica a Messina nel XVI secolo », Sciences et r (...)
  • 6 Voir [Hésiode], HESIODOU TOU ASKRAIOU ERGA KAI HEMERAI una cum præfatione ac luculentissimis enarr (...)
  • 7 Sur le séjour de Minturno en Sicile, voir Marletta F., « Il Minturno in Sicilia », Messana, iii, 1 (...)
  • 8 Voir à ce propos Belloni G., « Di un “parto d’elephante” per Petrarca. Il commento del Gesualdo al (...)

2L’attachement de Minturno aux milieux napolitains, à la suite de son protecteur Ettore Pignatelli, duc de Monteleone, est essentiel pour comprendre son œuvre. Déjà doué d’une vaste culture humaniste3, acquise notamment à l’école d’Agostino Nifo, Minturno est à partir de 1526 le précepteur de Camilo, fils aîné du duc. Celui-ci se trouve alors encore à Ischia, à la cour de Vittoria Colonna4. Minturno le suit en 1528 en Sicile5. À Messine, il étudie Hésiode – dans l’édition de Mélanchthon6 – et se nourrit encore des études grecques, héritage du magistère de Lascaris7. Il enrichit ainsi ce qu’il a appris au cours de ses années dans les cercles de l’Académie pontanienne. Il ne rompt pas les liens avec Naples et échange des nouvelles avec Celano, Toscano, Tasso, Epicuro et Tansillo. Naples le retient non seulement par les cercles des fidèles de Sannazar (mort en 1530), mais aussi par le petit cénacle qui se réunit autour de Maria de Cardona, marquise de La Padule, à qui Minturno dédie nombre de ses sonnets en même temps qu’elle devient la dédicataire d’un commentaire napolitain du Canzoniere de Pétrarque, publié en 1533 mais composé en bonne partie dès les années 1523-1525 : celui d’Andrea Gesualdo, lequel mentionne l’autorité en matière littéraire de son parent Minturno8.

  • 9 Voir Minturno A. S., Rime et prose […] nuovamente mandate in luce, all’Illustrissimo Sig. don Giro (...)
  • 10 Voir Calderisi R., Antonio Sebastiano Minturno, poeta e trattatista del cinquecento dimenticato. V (...)

3Minturno n’est cependant pas seulement critique et théoricien. Il compose des vers, tant latins qu’italiens. Il publie ces derniers en 15599. Peu étudiées10, ses Rime e prose sont publiées à Venise, quelques mois après le De poeta, par Girolamo Ruscelli. Le désir d’établir le parallèle entre la théorie et la pratique poétique de Minturno y pousse Ruscelli, par admiration pour le De poeta, où Minturno a « si heureusement formé le Poète, de même que Cicéron forma son Orateur ».

  • 11 D’abord, Pérez avait publié les treize premiers chants de l’Odyssée (Salamanque, Andrea de Portona (...)
  • 12 Minturno A. S., Poemata, ad Consaluum Pyretium : summi consilij apud Catholicum Regem virum primar (...)
  • 13 Sur les rapports entre Minturno et Mai, voir Bellsolell Martínez J., « Miguel Mai y Antonio Sebast (...)

4Les pièces latines sont recueillies dans les Poemata ad Consalvum Pyretium (1564), dédiés au secrétaire de Charles-Quint, puis de Philippe ii, Gonzalo Pérez (1500-1567) – traducteur de l’Odyssée en castillan11 et dédicataire de la traduction de l’Arcadie de Sannazar (Tolède, Juan de Ayala, 1549). Minturno publie ces poèmes chez l’éditeur qui a déjà édité son Arte poetica12. Les Poemata regroupent quatre pièces : 1) De adventu Caroli v. Imperatoris in Italiam (fol. 5ro-34vo), dédié à Gonzalo Pérez ; 2) Cæsar seu de laudibus Caroli v. Imperatoris (fol. 35ro-38ro), dédié à Nicolas Perrenot de Granvelle (1486-1550), secrétaire d’État de Charles-Quint après la mort de Mercurino Gattinara, en 1530 ; 3) Mercurius (fol. 38vo-40vo), dédié à Miguel Mai († 1546), ambassadeur de Charles-Quint à Rome de 1528 à 1533, puis vice-chancelier d’Aragon13 ; 4) Pyrene (fol. 41ro-45vo), dédié à Francisco de los Cobos († 1547), secrétaire de Charles-Quint à partir de 1516.

  • 14 Publiée en 1549 – sans doute sans l’accord explicite de Minturno –, cette correspondance pose de n (...)
  • 15 Dröthandl W., Antonio Sebastiano Minturno : « De adventu Caroli v. Imperatoris in Italiam », mémoi (...)
  • 16 Pour cette tradition, on peut maintenant consulter la contribution de Vincent Zarini à ce même vol (...)

5Ces pièces partagent de nombreuses caractéristiques : outre une même inspiration panégyrique, appuyée par un réseau de correspondances tant de matière que de style, elles manifestent l’ambition de Minturno d’approcher le cercle des proches conseillers de l’Empereur. Sans doute désirait-il assurer sa promotion. La correspondance de Minturno14 garde la trace d’échanges de lettres nourris avec les dédicataires de ces poèmes latins, qui tous exigeraient un examen détaillé. Le présent essai se propose seulement de présenter la première, la plus longue et sans doute la plus représentative de ces pièces, le De adventu…, qui offre en outre la particularité d’être la seule à avoir été dédiée a posteriori. Après les travaux de Dröthandl et de Römer15, on en esquissera quelques nouvelles propositions d’interprétation, notamment à la lumière de la tradition panégyrique de l’Antiquité tardive16.

La réconciliation entre Pape et Empereur

  • 17 Pour l’écho de ce couronnement dans les arts, voir désormais Sassu G., Il ferro e l’oro. Carlo v a (...)
  • 18 Lettere…, op. cit., fol. 106ro-vo.

6Comme l’indique le titre, l’événement est la venue de Charles-Quint en Italie, en vue de son couronnement par le pape Clément vii, après le désastre du Sac de Rome de 1527. Charles-Quint embarque le 27 ou le 28 juillet 1529 à Barcelone, longe les côtes catalanes – tel un nouvel Arion, selon Minturno – et parvient, après avoir contourné les dangereuses côtes françaises, à Gênes, le 12 août. Après avoir été dignement reçu par Andrea Doria, il traverse l’Italie, jusqu’à parvenir, le 6 décembre, à Bologne. Le couronnement ne se fait cependant que presque trois mois plus tard : le 22 février, Charles-Quint ceint la couronne de fer de l’ancien royaume lombard, le 24 février – jour de ses trente ans –, la couronne impériale17. Le début de la rédaction du De adventu… doit remonter à l’année même du couronnement impérial, 1530. Dès lors, l’ambition de célébrer cet événement par la poésie travaille Minturno, comme l’atteste une lettre datée du 1er avril 1530, adressée à Narciso Napoletano, protonotaire impérial : « ho preso a scrivere del suo [i. e. de Charles-Quint] venire in Italia e della sua coronatione. Mandone a V.S. il principio solamente18. »

  • 19 Le nom pourtant transparent de cette Néréide n’est guère commenté par Dröthandl (voir op. cit., p. (...)

7Le Pape et l’Empereur réconciliés, la Chrétienté semble retrouver son unité. Elle pourra ainsi lutter contre les Infidèles, tant aux portes de Vienne que sur les côtes méditerranéennes. De ce fait, dans le troisième livre du De adventu…, la néréide Pronoé va prophétiser la victoire sur ces Infidèles19. Non la victoire de 1529, ni celle de 1532, lorsque Vienne est libérée de la menace des troupes de Soliman, mais celle de 1535, lorsque Charles-Quint, Scipion l’Africain redivivus, s’empare de Tunis. Le fait que, dans le récit du De adventu… rapportant la glorieuse traversée de 1529, l’Histoire à venir que le poète fait entrevoir par la bouche des dieux ne s’étende que jusqu’à la mention de la campagne de Provence (1536), qui suit celle de Tunis, semble indiquer que la composition du poème fut achevée cette année-là.

Une traversée mythologique

  • 20 Cette description reprend celle de Dröthandl W., op. cit., p. 29-34.

8Comptant 1707 vers, respectivement distribués en 537, 538 et 632 hexamètres – format fréquent des panégyriques antiques, notamment de l’Éloge de Stilicon de Claudien –, le De adventu… offre une impression d’harmonie, que l’analyse des divisions internes confirme20.

9Le livre premier, après un bref exorde (i, 1-19), truffé de réminiscences de Virgile et, on le verra, de Sannazar, représente le concilium Deorum (i, 20-386) : à la vue des déchirements de l’Italie, le pater divum appelle les dieux à se réunir et leur tient un discours. La Foi accuse les guerres, la menace turque, et propose de réunir la Chrétienté sous le sceptre de Charles-Quint, mais Némésis décline toute responsabilité, imputant ces malheurs à l’impiété des humains (manque de pietas auquel Charles-Quint remédie). Le pater divum affirme alors que l’Incarnation n’a pas été vaine, que la paix donnée au moment de l’Incarnation (motif virgilien de l’imperium sine fine dedi…) reviendra (i, 299-313) :

Si mea progenies (nam vos meminisse potestis
pulchra ministeria, et quorum pars magna fuistis)
deletura nefas, et compositura Deorum
atque hominum proprio sanctissima fœdera pacis
sanguine, iam terras cælo descendit ab alto :
illius qui sacra colunt, et numen adorant,
indignum tot bella sequi, tot ferre labores,
siue errore malo Italiæ, auspiciisque sinistris ;
seu vestro hortatu ; monitis seu mentis iniquæ :
at quia regna dedi nato sine fine, neque ulla
tempora præscripsi rerum ; sedesque potentum
in Latio posui : fas est, ut maxima Roma
terrarum caput emmeat, populisque verenda
omnibus imperium teneat, dum dulcia tellus
secla propagarit, vitæque arcesset in auras.

10Jupiter enjoint à Némésis de retirer les Furies et la Discorde d’Italie, puis se tourne vers Mercure, chargé de mettre un terme aux agissements de Bellone et de rétablir l’entente entre le Pape et l’Empereur, qui doit venir en Italie. Ensuite (i, 387-498) Mercure rend visite au Pape : tel un aigle, il descend des cieux et apparaît au Pontife, lui rapporte le message de Jupiter, avant de rendre visite à Bellone et de lui ordonne de quitter l’Italie. Le Pape rend grâce aux divinités et envoie des légats pour conclure la paix. Enfin (i, 499-537) Némésis appelle à la retraite et Minturno conclut par la description de l’entrée des Enfers, où réside également la Sibylle.

11Le second livre commence par l’évocation (ii, 1-58) de l’entrée en Italie des divinités porteuses de Joie, de Paix et de Concorde, avec un catalogue des divinités (numina) descendant des cieux et la description des deux portes célestes. Le poète revient ensuite du plan divin au plan humain, en détaillant (ii, 59-177) les préparatifs de Charles-Quint pour sa traversée : d’abord les ultimes dispositions, la nomination d’Andrea Doria comme amiral des flottes impériales et la réunion du Conseil royal, dont il faut apaiser les alarmes relatives à l’absence du souverain ; puis le discours de départ de Charles-Quint aux nobles et au Conseil, où il montre que le couronnement italien lui permettra de réunir les forces nécessaires pour vaincre les Turcs, ce qui suscite le soulagement des Espagnols.

12Après ce prélude, l’action remonte aux cieux, rapportant comment les dieux favorisent le voyage de l’Empereur (ii, 178-538). Tout d’abord, la nymphe Pyrène – déesse tutélaire de l’Hispanie – demande aux dieux de favoriser la traversée et invoque la pietas de Charles-Quint. Le pater divum appelle alors à lui Junon et lui enjoint de cesser enfin de persécuter les Dardanides et les descendants d’Hercule. Par la punition de Junon et par la chute de Vulcain, il affirme sa puissance, puis il apaise les vents et les ondes. Iris rend visite à Éole – dont le royaume est décrit – et obtient, après lui avoir fait part des volontés de Jupiter, son accord. Tel un oiseau, Iris se rend ensuite auprès de Nérée, entouré des néréides. L’une d’entre elles, Glaukè, afin d’accompagner son travail de tissage, élève un chant en l’honneur de son père Nérée. Ce chant rapporte les amours de Jupiter (furta Iovis), dont le poète propose le catalogue, puis évoque le mariage avec Métis et Junon, ainsi que le destin de Thétis (387-425). Suivent plusieurs éloges : de Vénus (ii, 426-435), d’Hercule et de sa descendance dans les regna Iberica (ii, 436-457), des Troyens et de leur double descendance, italienne et germanique (ii, 458-483), enfin de Charles-Quint, en qui s’unissent ces deux lignages aux origines mythologiques (ii, 484-493). Après cette envolée panégyrique, Iris déclare à Nérée la volonté de Jupiter et retourne aux cieux, et Nérée apaise avec les néréides les flots de la Méditerranée.

13Le cadre est prêt pour que le livre troisième représente la traversée de Charles-Quint. L’appareillage de la flotte, depuis Barcelone, est suivi du catalogue des néréides et autres divinités marines qui l’accompagnent – catalogue essentiellement inspiré d’Homère et d’Hésiode –, puis d’une comparaison avec Arion, enfin d’une action de grâces de Charles-Quint. C’est alors que la néréide Pronoé apparaît en haute mer à Charles-Quint et lui annonce son avenir : le couronnement à Bologne, le séjour en Germanie, la lutte contre le Turc aux portes de Vienne et en Afrique du Nord, le séjour à Naples, la guerre en France (campagne de Provence de 1536)… La flotte impériale remonte la côte catalane jusqu’au pied des Pyrénées, qui devient le lieu de l’insertion, dans le récit, d’un aition dont les poésies mixtes, petites épopées, sont coutumières depuis l’Antiquité : ici, c’est l’histoire d’Hercule et de Pyrène, qui donne son nom aux Pyrénées. Pyrène se réjouit de voir la flotte à ses pieds. Celle-ci part alors pour Gênes, en évitant le péril français.

  • 21 Voir Dufraigne P., ADVENTVS AVGVSTI, ADVENTVS CHRISTI. Recherche sur l’exploitation idéologique et (...)

14La seconde partie du troisième livre (iii, 327-632) se déroule enfin dans une Italie allégorique, représentée par la prosopopée du Tibre et des autres divinités fluviales italiennes. Tous exultent de joie après l’heureuse arrivée (adventus) de Charles-Quint en Italie. Les Naïades tissent une chlamyde pour le Tibre. La description de celle-ci annonce le couronnement de Bologne et l’âge d’or qui s’ensuivra avec le fils de Charles-Quint, Philippe. Le Tibre réunit ensuite les fleuves d’Italie, dont Minturno dresse la liste : les divinités se réunissent en un banquet et écoutent le discours du Tibre contant l’arrivée de Charles-Quint en Italie et la venue de l’Âge d’or. Devant les fleuves admiratifs, la Foi apporte enfin la lumière à une Italie illuminée par la présence de l’Empereur, en une parousie triomphale – selon le canon de l’adventus antique21.

La prophétie de l’Âge d’or

  • 22 Voir Minturno A. S., De poeta…, op. cit., p. 562.

15Dans leur analyse du De adventu…, Dröthandl et Römer soulignent surtout l’imitation de Virgile. Cette imitation, dont Minturno fait dans son De Poeta de 1559 une obligation pour tout poète prétendant composer dans le registre héroïque22, est évidente dans le De adventu… et se confirme à chaque pas. Ainsi dans les vers initiaux (i, 1-3) : Magnus ab occiduo Cæsar qui venerit orbe / primus in Italiam, Hetruscas regnator ad urbes, / Ad Latium decus, Hectori dumque insigne, canatur … La reprise de l’exorde de Virgile est patente, par la syntaxe de la phrase et la place des termes (penthémimère et hepthémimère, avec « qui » au centre) :

Arma uirumque cano, Troiæ qui primus ab oris
Italiam, fato profugus, Lauiniaque uenit
litora, multum ille et terris iactatus et alto
ui superum sæuæ memorem Iunonis ob iram…

  • 23 Sannazaro J., Latin Poetry, translated by Michael C. J. Putnam, Cambridge, MA, Harvard University (...)

16Si l’influence de Virgile se constate tout au long du poème de Minturno, on y retrouve aussi, dès l’exorde, une allusion au De partu Virginis de Sannazar. Non au texte même, mais aux vers préliminaires qui dédient l’œuvre au pape Clément vii : Magne parens custosque hominum, cui ius datur uni/claudere cœlestes et reserare fores23 Chez Minturno, si Charles-Quint est dit « magnus » au premier vers du De adventu…, il est dit « maximus » au dernier, quand le poète s’adresse enfin à lui (vocatif), manifestant ainsi sa venue, sa présence, sa parousia. Le mode verbal initial de Virgile, actif (cano), devient passif chez Minturno (canatur), ce qui rapproche également le texte de celui de Sannazar, qui formule son exorde par le même tour indirect (De partu Virginis, i, 1-7) :

  • 24 Ibid., p. 4.

Virginei partus magnoque æquæva parenti
progenies, superas cœli quæ missa per auras
antiquam generis labem mortalibus ægris
abluit obstructique viam patefecit Olympi,
sit mihi, cœlicolæ, primus labor, hoc mihi primum
surgat opus : vos, auditas ab origine causas,
et tanti seriem, si fas, evolvite facti24 !

  • 25 Voir Milhou A., « La chauve-souris, le nouveau David et le roi caché (trois images de l’empereur d (...)

17Primus revient sans cesse, en même temps que l’auteur se présente comme le scribe de ce que lui dictent les Muses – ou par les événements, qu’il aspire à traduire en des vers qui ne feront qu’en donner toute la dimension – : ce qui lui sera dicté sera unique, puisque inédit. Charles-Quint est le premier Empereur d’Occident, et les esprits empreints d’une profonde attente, qui prenait souvent une dimension eschatologique, pouvaient voir en lui le vespertilio occiduus des anciennes traditions ibériques et plus particulièrement aragonaises : le souverain sauveur qui, venu d’Occident, réconcilierait la chrétienté et vaincrait l’Islam25.

  • 26 À ce propos, voir les riches analyses de Guipponi-Gineste M.-F., Claudien. Poète du monde à la cou (...)
  • 27 Voir Ratkowitsch C., Descriptio picturæ. Die literarische Funktion der Beschreibung von Kunstwerke (...)

18Dans le troisième chant, les naïades du Tibre lui tissent une chlamyde, qui reprend certains termes de la fameuse description du bouclier d’Énée, que Virgile qualifiait de clipei non enarrabile textum (Énéide, viii, 625). La tradition est longue du vêtement ou de l’arme d’apparat, presque toujours textus, sur lequel la narration épique vient se projeter et comme se concentrer. Après Homère et Virgile, on le trouve chez certains auteurs tardifs, tels Claudien, évidemment26, mais aussi Sidoine Apollinaire (Panégyrique pour Majorien, 21-30 et Panégyrique pour Anthémius, 395-396), puis dans la tradition médiévale, et jusque dans le Roland furieux de l’Arioste27. Chez Minturno, l’objet décrit est donc une chlamyde tissée par les Naïades (iii, 349-353) :

Addideratque novum decus admirabile textum.
Illic egregias laudes atque optima fata
Cæsaris et mira crescentem iam indole prolem
fecerat ; illic imperii decora alta Latini
docta parens et vera deum qui templa tuentur.

  • 28 Passage considéré depuis Eduard Norden comme petit panégyrique d’Auguste ; voir Norden E., « Ein P (...)

19Il en vient à décrire César dans des vers rappelant ceux dans lesquels Virgile avait célébré Auguste28. Dans une reprise d’Énéide, vi, 789-805 et de la IVe Bucolique, Minturno conclut sur l’annonce de l’Âge d’or (iii, 585-596) :

Tum iuvenem late regem tibi dives Iberus
mittet, qui magna teneat ditione Latinum
imperium Latioque procul bellum omne repellat.
Ipse tuæ invitus quæ vulnera fecerit urbi,
unus Achillea sanabit cuspide præsens.
Hunc facile Hadriacas tuleris divertere ad undas,
et magni subolem Rheni læto agmine Rhenum
excipere et rite exornare insignibus aureis.
Aurea tum primum fatali sæcula rege,
aurea progenies nascetur et aureus ordo.
Atque iterum Italia aspiciet Saturnia regna.
Omnia pacato mitescent orbe.

De Virgile à Claudien

  • 29 Voir Kallendorf C., In Praise of Aeneas : Virgil and Epideictic Rhetoric in the Early Italian Rena (...)
  • 30 Voir Dröthandl W., op. cit., p. 75-76.

20Le poème héroïque d’inspiration virgilienne, notamment au XVe siècle, sert la glorification du souverain29. Malgré le rôle essentiel de Virgile, il convient aussi de considérer d’autres modèles ayant inspiré son œuvre à Minturno et le lent cheminement mythologique vers l’évocation finale de la parousia de l’Empereur. Ainsi, Dröthandl mentionne deux détails que Minturno pourrait avoir trouvés dans Claudien : la description de la chlamyde de l’Éridan, suivie de l’assemblée des divinités fluviales, dans le Panégyrique pour le VIe consulat d’Honorius, ainsi que la même assemblée, dans le Panégyrique d’Olybrius et Probinus30. Ce parallèle demande à être étendu, par-delà tel ou tel détail de l’imitation de tournures épiques – que Dröthandl documente abondamment –, à l’ensemble du texte.

  • 31 Cette filiation du De partu Virginis a été tout particulièrement soulignée par Nazzaro A. V. (« Il(...)
  • 32 Point illustré par Tateo F., Tradizione e realtà nell’Umanesimo italiano, Bari, Dedalo Libri, 1967

21Comme le De partu Virginis, le De adventu… se place dans la tradition des poèmes épiques de l’Antiquité tardive, païens ou chrétiens. L’emploi des allégories (la Foi, notamment), déjà présent dans le De partu Virginis, remonte à la Psychomachie de Prudence31. Si la tripartition du De adventu… ne reprend pas la structure de l’Énéide, elle peut rappeler celle du De partu Virginis de Sannazar, publié en 1526, œuvre clef pour toute une génération d’émules de Sannazar. Par-delà ce dernier, elle se rattache aussi à l’œuvre de Claudien – dont Sannazar lui-même s’inspirait, notamment du Rapt de Proserpine32. L’Éloge de Stilicon joue également, à cet égard, un rôle essentiel.

  • 33 Voir Chevalier J.-F., « Épopée ou tragédie ? L’exemple des lectures tragiques des poèmes épiques d (...)

22Claudien, comme la plupart des poètes épiques latins, imite Virgile, et sa poésie accompagne celle du cygne de Mantoue tout au long du Moyen Âge. Le XVe siècle s’inspire parfois de ses poèmes, même au théâtre – ainsi dans la Progne de Gregorio Correr33. Vers 1500, la « tragédie » s’inspire même des panégyriques de Claudien, ainsi le De rebus Italicis deque triumpho Ludovici regis Francorum Tragœdia de Giovanni Armonio Marso, texte imbibé de réminiscences du Panégyrique pour le IIIe consulat de l’empereur Honorius.

  • 34 Voir Prenner A., « Il Claudiano del Parrasio tra il 1482 e il 1500 », AION : sezione filologicolet (...)

23Claudien est particulièrement lu à Naples. Figure essentielle de l’humanisme napolitain pendant la jeunesse de Minturno, Aulo Giano Parrasio (1470-1522) a ainsi une connaissance remarquable de Claudien et s’en sert pour son édition milanaise du Rapt de Proserpine (1500/150134). À ses yeux, Claudien a livré des exemples achevés de poème épique, car il

  • 35 Claudien, De Raptu Proserpinæ, Paris, Poncet le Preux, Antoine Bonnemère, 1511, fol. aa viiivo : « (...)

aborda la majesté du genre héroïque, et chanta avec tant de gloire le Rapt de Proserpine, que c’est dans cette œuvre seulement qu’il endossa l’habit de poète, tandis qu’il est considéré dans toutes les autres comme un versificateur. […] En effet, un poème qui tire son argument de la réalité historique, surtout récente, et ne comporte pas ces parties que Servius commenta pour Virgile – et que, en nous aidant d’autres auteurs, nous reprendrons pour Stace –, s’appelle epopoea en grec, et versification en latin (si la rudesse du terme ne choque personne), et non poème, car il est sûr que c’est le mythe qui constitue comme l’âme du poème, comme Aristote le pense35

24Nul doute que cette réflexion sur la nature de l’épopée, à partir de l’œuvre de Claudien, se poursuivît au-delà du décès de Parrasio (1522), sa bibliothèque revenant à un proche de Sannazar, Girolamo Seripando. Minturno n’a pu l’ignorer. Comme Claudien dans le prologue de la Guerre contre les Goths (De Bello Getico, 1-2 : Post resides annos longo velut excita somni / romanis fruitur nostra Thalia choris), Minturno se détourne de la mythologie pour contempler dans ses vers l’histoire, objet traditionnel de l’épopée. Son œuvre prétend conférer à l’actualité la même dignité littéraire qu’à la matière historique.

Épopée et panégyrique

25L’imitation de Claudien explique mieux le lien entre épopée et panégyrique à la Renaissance. Le titre même du De adventu Caroli V. Imperatoris in Italiam indique ce que le poème aspire à être : un poème panégyrique qui, après l’itinerarium rehaussé des ornements de la mythologie, chante l’arrivée (adventus) et la présence (parousia) de l’Empereur, suivant un modèle rhétorique établi depuis l’Antiquité.

  • 36 Voir Sabinus G., Elegia de adventu Caroli v. Cæsaris, scripta Augustæ ad Eobanum Hessum, Augsbourg (...)
  • 37 Ce projet est en ce sens bien éloigné de celui de la Thalichristia (Alcalá de Henares, Brocar, 152 (...)

26Les occurrences du terme adventus se multiplient à la Renaissance. Ainsi, très proche de Minturno dans le temps : Georg Sabinus (1508-1560), gendre de Mélanchthon, consacre l’Elegia de Adventu Caroli v. Cæsaris à la célébration du même Charles-Quint36. L’adventus, qu’il soit séculier (adventus Augusti) ou religieux (adventus Christi), est l’expression singulière d’un événement jugé unique et à tous égards exceptionnel, ce qui le rend digne de devenir matière poétique. La singularité du héros appelle celle du poème. Le caractère exceptionnel de l’événement – le couronnement impérial de 1530 – était de nature à encourager les poètes à composer des œuvres à leur tour exceptionnelles. Le projet de Minturno, parmi les disciples de Sannazar, prenait une dimension particulière. En effet, si l’on peut voir dans le De partu Virginis de Sannazar, modèle absolu de poésie all’antica dans les cercles napolitains, un De adventu chrétien37, le panégyrique de Minturno peut en devenir le prolongement, chantant l’adventus non du Christ mais de César. Le parallélisme de la construction tripartite, avec la présence du fleuve prophétique au troisième livre – le Jourdain chez Sannazar, le Tibre chez Minturno –, renforce cette hypothèse.

  • 38 Claudia Schindler écrit ainsi, dans les conclusions d’un chapitre dédié à l’œuvre panégyrique de C (...)

27Sa matière – l’événement récent – distingue le panégyrique en vers du poème héroïque, même s’il en reprend le ton, le style, les épithètes. Son usage de l’actualité l’éloigne du mythe qui, comme le rappelle Parrasio, serait l’âme même de la poésie. Le rôle et la fonction des dieux de l’Olympe tend à se modifier : l’histoire humaine ne dépend plus entièrement d’eux, c’est elle qui détermine leurs actions. L’Olympe devient le témoin de l’histoire humaine – laquelle, à son tour, est une histoire du Salut38.

  • 39 Voir Guipponi-Gineste M.-F., « Le Retour du Prince à Rome : Voyage initiatique entre parcours réel (...)
  • 40 Voir Prosperi A., « Giorgio Siculo : la doctrine du medius adventus et les attentes millénaristes (...)

28La synthèse que propose Minturno est simple. Reprenant la structure des panégyriques de Claudien, notamment celle du Panégyrique pour le vie consulat d’Honorius – où le thème de l’adventus est essentiel39 –, il inscrit la matière dont il traite dans l’Histoire universelle. Si l’Incarnation est l’adventus par excellence, Minturno présente l’arrivée triomphale de Charles-Quint en Italie, signe de la réconciliation générale, de la Concorde régnant sur l’Europe, comme le second adventus, nouvel avènement intermédiaire entre l’Incarnation et le Jugement dernier, en quelque sorte post-figuration de la première venue du Christ et préfiguration de la seconde. Cette conception serait similaire à celle d’un medius adventus, que développent divers auteurs une vingtaine d’années plus tard40. L’influence de penseurs tel Girolamo Seripando, que Minturno a connu, est importante sur ce point.

  • 41 Le statut du mythe est une question amplement débattue à la Renaissance, mais que l’Antiquité se p (...)

29Le De adventu… de Minturno apparaît ainsi, dans le sillage du De partu Virginis de Sannazar, comme une nouvelle épopée, et ce de trois manières : par l’imitation de Claudien pour mieux imiter Virgile ; par la transfiguration mythologique et esthétique de l’histoire chrétienne41 – ; enfin par la constitution d’un moment historique, celui du sacre de 1530, en événement transcendant auquel même les dieux se soumettent.

Du panégyrique néo-latin au panégyrique vernaculaire

  • 42 Voir Guipponi-Gineste M.-F., « Les métamorphoses de l’hymne dans les Panégyriques de Claudien : de (...)
  • 43 « […] le mando con essa la canzone da confortare i Principi Christiani alla impresa contro à Turch (...)

30Avant de conclure cette analyse esquissée d’une poésie qui, sans être proprement épique, n’en adopte pas moins un ton héroïque – parfait exemple d’une « hybridation de l’épique » –, il convient de souligner que ce renouvellement des formes antiques trouve son pendant dans la production vernaculaire de Minturno et d’autres contemporains. Répétant la convergence observable dès l’œuvre de Claudien entre épopée panégyrique et hymne42, sa volonté panégyrique inspire aussi à Minturno l’ambition de recréer des odes pindariques, forme proche de celle des hymnes anciens. Le 8 décembre 1534, il adresse une première lettre à Miguel Mai, en y joignant une « chanson propre à animer les Princes Chrétiens dans l’entreprise contre les Turcs ». Il espère recevoir de la part du vice-chancelier d’Aragon une réponse, et qu’il n’en ira pas comme d’une composition latine sur le même thème vainement envoyée à quelques membres de la cour impériale43.

  • 44 Voir Minturno A. S., Arte Poetica…, op. cit., p. 182-184.
  • 45 Voir Benedicti Lampridii nec non Io. Bap. Amalthei carmina, Venise, Gabriel Giolito de Ferrariis, (...)
  • 46 Voir Williamson E., « Form and Content in the Development of the Italian Renaissance Ode », PMLA, (...)
  • 47 De ce fait, la « chanson héroïque » connaîtra par la suite une large fortune. Pour l’Italie, voir (...)

31Dans son Arte poetica thoscana de 1564, Minturno revient sur la manière de recréer, en langue vernaculaire, l’ode à la manière du « Prince des Lyriques », Pindare44. Et de décrire deux « chansons héroïques » qu’il a composées en 1535, à l’occasion de la prise de La Golette par Charles-Quint (« Qual Semideo, anzi qual nuovo Iddio… ») et de son entrée triomphale, de son adventus napolitain (« Alma et antica madre… »), en 1535. Minturno n’est certes pas le premier à recréer l’ode pindarique : après la tentative néo-latine de Benedetto Lampridio45, Trissin et Alamanni s’y essaient en italien46. Dans ses Opere toscane de 1532 (Lyon, Sébastien Gryphe), ce dernier dédie à François ier huit odes, qu’il dénomme Inni. Quand Minturno, à son tour, après avoir déjà composé une chanson pour la venue de Charles-Quint en Italie en 1530 (« Rapido fiume, che d’eterna fonte… »), adresse deux « chansons héroïques » à Charles-Quint en l’honneur de sa victoire de 1535, il s’approprie cette forme vernaculaire comme digne pendant du panégyrique en vers inventé par Claudien47.

32Les quelques lignes qui précèdent n’ont eu pour objectif que de tirer d’un relatif oubli l’œuvre latine d’un auteur pourtant renommé par ses œuvres théoriques. L’analyse du De adventu… a tenté d’en dégager quelques caractéristiques formelles, en y voyant non seulement une complexe imitation de Virgile – dont l’exemple a été renouvelé juste auparavant par Sannazar dans le De partu Virginis –, mais aussi et surtout une reprise du projet panégyrique de Claudien. Le De adventu… en est une illustration, mais l’œuvre vernaculaire de Minturno de la même époque nourrit la même ambition, comme chez plusieurs de ses contemporains. L’actualité de l’événement semble s’être imposée à la volonté littéraire, dont la recréation de formes littéraires ne trouve que bien plus tard une traduction théorique.

Notes

1 Minturno A. S., De poeta, ad Hectorem Pignatellum Vibonensium Ducem, libri sex, Venise, Francesco Rampazzetto, 1559, reproduction facsimilé Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1971.

2 Minturno A. S., L’Arte Poetica […] nella quale si contengono i precetti Heroici, Tragici, Comici, Satyrici, e d’ogni altra Poesia : con la dottrina de’Sonetti, Canzoni, & ogni sorte di Rime Thoscane, doue s’insegna il modo, che tenne il Petrarca nelle sue opere. E si dichiara a’ suoi luoghi tutto quel, che da Aristoteles, Horatio, & altro auttori Greci, e Latini è stato scritto per ammaestramento di Poeti […], Venise, Giovanni Andrea Valvassori, 1563.

3 Sur la nature de cette culture, voir Colombo D., « La cultura letteraria di Antonio Minturno », Giornale Storico della letteratura italiana, 181-596, 2004, p. 544-557.

4 Sur cette cour et la richesse de sa vie littéraire, voir encore Thérault S., Un Cénacle humaniste de la Renaissance autour de Vittoria Colonna, châtelaine d’Ischia, Florence-Paris, Sansoni-Marcel Didier, 1968, notamment p. 290-298, ainsi que, pour l’Académie pontanienne, les travaux de Marc Deramaix (voir plus bas).

5 Voir Moscheo R., « Fermenti religiosi e vita scientifica a Messina nel XVI secolo », Sciences et religions, de Copernic à Galilée, 1540-1610. Actes du Colloque international organisé par l’École française de Rome. Rome, 12-14 décembre 1996, Rome, École française de Rome, 1999, p. 295-356.

6 Voir [Hésiode], HESIODOU TOU ASKRAIOU ERGA KAI HEMERAI una cum præfatione ac luculentissimis enarrationibus Philippi Melanchthonis, Haguenau, Héritiers Setzer, 1532, puis Paris, Antoine Augereau, 1533.

7 Sur le séjour de Minturno en Sicile, voir Marletta F., « Il Minturno in Sicilia », Messana, iii, 1954, p. 195-218.

8 Voir à ce propos Belloni G., « Di un “parto d’elephante” per Petrarca. Il commento del Gesualdo al “Canzoniere” », Rinascimento, xx, 1980, p. 359-381, repris dans Laura tra Petrarca e Bembo. Studi sul commento umanistico-rinascimentale al « Canzoniere », Padoue, Antenore, 1992.

9 Voir Minturno A. S., Rime et prose […] nuovamente mandate in luce, all’Illustrissimo Sig. don Girolamo Pignatello, Venise, Rampazzetto, 1559.

10 Voir Calderisi R., Antonio Sebastiano Minturno, poeta e trattatista del cinquecento dimenticato. Vita e opere, Aversa, Tip. Fratelli Noviello, 1921, ainsi que Carrai S., « Sulle Rime del Minturno. Preliminari d’indagine », Il libro di poesia dal copista al tipografo, éd. Marco Santagata et Amedeo Quondam, Ferrare-Modène, Istituto di Studi Rinascimentali-Panini, 1989, p. 215-30, et Id., « In esordio del canzoniere : Minturno, Marino e un modulo oraziano », Italique, i, 1998, p. 95-101, repris dans Id., I precetti di Parnaso : metrica e generi poetici nel Rinascimento italiano, Rome, Bulzoni, 1999.

11 D’abord, Pérez avait publié les treize premiers chants de l’Odyssée (Salamanque, Andrea de Portonariis, 1550 ; Anvers, Jan Steels, 1550 ; Venise, Gabriel Giolito de Ferrariis, 1553), puis ce fut la version complète (Anvers, Jan Steels, 1556) et enfin la dernière, corrigée par l’auteur (Venise, Rampazzetto, 1562). Voir notamment Guichard L. A., « La Ulyxea de Gonzalo Pérez y las traducciones latinas de Homero », Latin and Vernacular in Renaissance Iberia, ii : Translations and Adaptations, éd. B. Taylor et A. Coroleu, Manchester, Manchester Spanish & Portuguese Studies, 2006, p. 49-72 ; Id., « Un autógrafo de la traducción de Homero de Gonzalo Pérez (Ulyxea xiv-xxiv) anotado por Juan Páez de Castro y el Cardenal Mendoza y Bovadila (Biblioteca Universitaria di Bologna, ms. 1831) », International Journal of the Classical Tradition, 15-4, 2009, p. 525-557 ; sur Pérez, voir González Palencia Á., Gonzalo Pérez, secretario de Felipe Segundo, Madrid, CSIC, 1946.

12 Minturno A. S., Poemata, ad Consaluum Pyretium : summi consilij apud Catholicum Regem virum primarium, Venise, Giovanni Andrea Valvassori, 1564.

13 Sur les rapports entre Minturno et Mai, voir Bellsolell Martínez J., « Miguel Mai y Antonio Sebastiano Minturno en la corte de Carlos v », Studia Aurea, 4, 2010 [www.studiaaurea.com/articulo.php?id=159].

14 Publiée en 1549 – sans doute sans l’accord explicite de Minturno –, cette correspondance pose de nombreux problèmes ; voir les Lettere di Messer A. Minturno, Venise, Girolamo Scoto, 1549 et, à ce propos, Greco A., « Per l’edizione dell’epistolario del Minturno », Rinascimento meridionale ed altri studi in onore di Mario Santoro, éd. M. C. Cafisse, F. d’Episcopo, V. Dolla, T. Fiorino, L. Miele, Naples, Società Editrice Napoletana, 1987, p. 195-208.

15 Dröthandl W., Antonio Sebastiano Minturno : « De adventu Caroli v. Imperatoris in Italiam », mémoire dactylographié de maîtrise de l’Université de Vienne, mai 1993 ; Römer F., « Zur Panegyrik in der Epoche Karls v. », Karl V. 1500-1558. Neue Perspektiven seiner Herrschaft in Europa und Übersee, éd. A. Kohler, B. Haider & C. Ottner, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2002, p. 67-82, dont il existe également une traduction espagnole par J. Linares Pérez : « Panegíricos en la época de Carlos v », Carlos v/Karl v. 1500-2000. Simposio International/Symposium, Comisión de historia de la Academia Austríaca de las Ciencias/Historische Kommission der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Viena, 7-11 de marzo de 2000, coord. A. Kohler, Madrid, 2001, p. 343-358.

16 Pour cette tradition, on peut maintenant consulter la contribution de Vincent Zarini à ce même volume, sur « Épique et épidictique dans la poésie latine de l’Antiquité tardive ». Nous tenons à remercier l’auteur pour les suggestions qu’ils nous a apportées pour le présent travail.

17 Pour l’écho de ce couronnement dans les arts, voir désormais Sassu G., Il ferro e l’oro. Carlo v a Bologna (1529-30), Bologne, Editrice Compositori, 2007 ; pour sa dimension intellectuelle et spirituelle, on peut consulter D’Amico J. C., Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004.

18 Lettere…, op. cit., fol. 106ro-vo.

19 Le nom pourtant transparent de cette Néréide n’est guère commenté par Dröthandl (voir op. cit., p. 150). La pronoia est la « prévoyance » ou la « providence », qui permet la prophétie. L’emploi de ce nom peut être un effet de l’étude déjà mentionnée d’Hésiode par Minturno, puisque Pronoé apparaît mentionnée dans la longue liste des filles de Nérée donnée dans la Théogonie (vv. 240-264). Minturno s’inspire, comme le montre Dröthandl, de ce catalogue pour le sien (De adventu…, iii, 15 sqq.), mais en en extrayant Pronoé pour lui accorder un rôle inédit dans la tradition épique. On pourrait cependant aussi rappeler que Julien l’Apostat mentionne Athéna-Pronoé comme le principe unificateur et gouverneur de la Nature (Sur le roi Soleil, § 15). Le monde inférieur, de la Fortune et de l’Histoire humaine, s’y distingue du supérieur, de nature divine. Pour le lien entre cette pronoia et la prudence du souverain, bien admis à la Renaissance, voir maintenant Buttay-Jutier F., Fortuna : usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, notamment p. 167-230. Minturno appelle Pronoé la « mens alta Nerei parentis », faisant d’elle l’esprit du divin dans le monde, ce qui nous suggère un rapprochement intéressant avec la conception de la Schechina par Gilles de Viterbe (1469-1532), personnage important du cercle de Sannazar et dont l’influence sur la conception du De partu Virginis est bien connue, notamment grâce aux nombreux travaux de Deramaix M. (pour n’en citer qu’un : « La genèse du De partu Virginis de J. Sannazar et trois églogues latines inédites de Gilles de Viterbe », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 102, 1990, p. 173-276). Conçue précisément pour le couronnement impérial de 1530, la Schechina de Gilles de Viterbe aspire à présenter l’Empereur comme la présence vivante du divin dans le monde ; voir Egidio da Viterbo, O.S.A. e il suo tempo. Atti del v Convegno dell’istituto storico Agostiniano Roma-Viterbo 20-23 ottobre 1982, Rome, Analecta Augustiniana, 1983.

20 Cette description reprend celle de Dröthandl W., op. cit., p. 29-34.

21 Voir Dufraigne P., ADVENTVS AVGVSTI, ADVENTVS CHRISTI. Recherche sur l’exploitation idéologique et littéraire d’un cérémonial dans l’Antiquité tardive, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1994, p. 212-221 pour Claudien ; en outre, McCormack S., « Change and Continuity in Late Antiquity : The Ceremony of Adventus », Historia. Zeitschrift für Alte Geschichte, 21-4, 1972, p. 721-752 ; pour le Moyen Âge, Kantorowicz E. H., « The “King’s Advent” and the Enigmatic Panels in the Door of Santa Sabina », Art Bulletin, 26-4, 1944, p. 207-231, et Tenfelde K., « Adventus. Zur historischen Ikonologie des Festzugs », Historische Zeitschrift, 235-1, 1982, p. 45-84.

22 Voir Minturno A. S., De poeta…, op. cit., p. 562.

23 Sannazaro J., Latin Poetry, translated by Michael C. J. Putnam, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2009, p. 2.

24 Ibid., p. 4.

25 Voir Milhou A., « La chauve-souris, le nouveau David et le roi caché (trois images de l’empereur des derniers temps dans le monde ibérique : XIIIe-XVIIe s.) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 18, 1982, p. 61-78.

26 À ce propos, voir les riches analyses de Guipponi-Gineste M.-F., Claudien. Poète du monde à la cour d’Occident, Paris, De Boccard, 2010, p. 75-118.

27 Voir Ratkowitsch C., Descriptio picturæ. Die literarische Funktion der Beschreibung von Kunstwerken in der lateinischen Großdichtung des 12. Jahrhunderts, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1991 ; pour l’Arioste, voir D’Amico J. C., « Les boucliers dans les poèmes chevaleresques : entre modèles classiques, Histoire et prophétie », M. Residori (éd.), Espaces chevaleresques et héroïques de Boiardo au Tasse, Paris, université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, 2008, p. 61-111.

28 Passage considéré depuis Eduard Norden comme petit panégyrique d’Auguste ; voir Norden E., « Ein Panegyricus auf Augustus in Vergils Aeneis », Rheinisches Museum, 54, 1899, p. 466-482, rééd. Norden E., Kleine Schriften, Berlin, Walter de Gruyter, 1966, p. 422-436.

29 Voir Kallendorf C., In Praise of Aeneas : Virgil and Epideictic Rhetoric in the Early Italian Renaissance, Hanover, NJ-Londres, University Press of New England, 1989.

30 Voir Dröthandl W., op. cit., p. 75-76.

31 Cette filiation du De partu Virginis a été tout particulièrement soulignée par Nazzaro A. V. (« Il De partu Virginis del Sannazaro come poema parafrastico », Studi rinascimentali. Rivista internazionale di letteratura italiana, vi, 2008, p. 27-55), qui en déduit (p. 54) que l’œuvre serait une belle illustration de « croisement des genres » (Kreuzung der Gattungen), ce qui supposerait une absence de hiérarchie. Sans doute pourrait-on, en faisant fond sur des ressemblances structurelles entre le De partu… et le De adventu…, affirmer la même chose du De adventu…, n’était l’explication proposée par Claudia Schindler – voir sa contribution dans ce volume – du renversement de la hiérarchie entre l’humain et le divin, propre aux panégyriques depuis Claudien, et qu’on peut également retrouver dans le De adventu… de Minturno.

32 Point illustré par Tateo F., Tradizione e realtà nell’Umanesimo italiano, Bari, Dedalo Libri, 1967.

33 Voir Chevalier J.-F., « Épopée ou tragédie ? L’exemple des lectures tragiques des poèmes épiques de Claudien au XVe siècle », éd. F. Greiner et J.-C. Ternaux, L’Épopée et ses modèles de la Renaissance aux Lumières. Actes du Colloque international du Centre de Recherche sur la Transmission des Modèles Littéraires et Esthétiques de l’Université de Reims (16-18 mai 2001), Paris, Honoré Champion, 2002, p. 101-112.

34 Voir Prenner A., « Il Claudiano del Parrasio tra il 1482 e il 1500 », AION : sezione filologicoletteraria. Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli Dipartimento di Studi del Mondo classico e del Mediterraneo Antico, 27, 2005, p. 165-171.

35 Claudien, De Raptu Proserpinæ, Paris, Poncet le Preux, Antoine Bonnemère, 1511, fol. aa viiivo : « … ad heroicam maiestatem se contulit, Raptumque Proserpinæ tanta cum laude cecinit, ut in eo solum poetæ personam sustineat, quum versificator in cæteris habeatur. […] Carmen nam quod argumentum sumit ex historica fide præsertim nova hec habet eas partes quas in Vergilium Servius et nos ab aliis auctoribus in Papinium recitabimus, Epopoea græce, latine versificatio, nisi quem verbi duritas offendit, appellatur et non poema, quippe fabula velut anima poematis est, ut sentit Aristoteles. » Cité d’après Hallyn F., « Poésie et savoir (Quattrocento et XVIe siècle) », éd. P. Galand-Hallyn, F. Hallyn et T. Cave, Poétiques de la Renaissance, Genève, Droz, 2001, p. 190.

36 Voir Sabinus G., Elegia de adventu Caroli v. Cæsaris, scripta Augustæ ad Eobanum Hessum, Augsbourg, Alexander Weyssenhorn, 1530.

37 Ce projet est en ce sens bien éloigné de celui de la Thalichristia (Alcalá de Henares, Brocar, 1525) d’un Álvar Gómez de Ciudad Real (ca. 1488-1538), que Minturno tourne en dérision, et ce alors qu’Antonio de Nebrija l’avait grandement louée. L’ouvrage a pour titre complet : Thalichristia, in quo Jesu Christi Redemptoris triumphus redemptionisque nostræ mysteria celebrantur, Alcalá de Henares, Arnao Guillermo de Brocar, 1522. Voir la lettre de 1534 de Minturno à Gaspar Centellas, qui lui a envoyé la Thalichristia (Minturno A. S., Lettere, op. cit., 1549, fol. 29-30). À ce propos, voir Almenara Sebastiá M., « Anotaciones a la correspondencia espistolar entre Minturno e Gaspar Centelles sobre la poesía latino-cristiana en la España de la primera mitad del siglo XVI », La recepción de las artes clásicas en el siglo XVI, coord. L. Merino Jerez, E. Sánchez Salor, S. López Moreda, Cáceres, Universidad de Extremadura, 1996, p. 599-605. Sur le contraste entre le poème héroïque tel que le conçoit un Álvar Gómez et les vues de l’« école » de Sannazar, voir Béhar R., « Virgilio, san Agustín y el problema del poema heroico cristiano (1520-1530) », Criticón, 107, 2009, p. 57-92.

38 Claudia Schindler écrit ainsi, dans les conclusions d’un chapitre dédié à l’œuvre panégyrique de Claudien : « Von den Ereignissen in der Menschenwelt sind die Götter unmittelbar betroffen und zur Lösung der irdischen Konflikte auf die menschlichen Protagonisten angewiesen. […] Claudians innovativer Umgang mit dem traditionellen Götterapparat der Epik wirft ein Schlaglicht auf die in der Forschung vieldiskutierte Frage nach seiner Konfession : Es gibt bei Claudian eben keine “Fiktion einer noch intakten antiken Götterwelt” ; seine Götter sind nicht Ausdruck einer Rückbesinnung auf “pagane” Werte, sondern literarische Figuren, die zum Vehikel panegyrischer Aussagen gemacht werden. » (Schindler C., Per carmina laudes. Untersuchungen zur spätantiken Verspanegyrik von Claudian bis Coripp, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2009, p. 170-171.)

39 Voir Guipponi-Gineste M.-F., « Le Retour du Prince à Rome : Voyage initiatique entre parcours réel, symbolique et textuel dans le Panégyrique pour vie consulat d’Honorius de Claudien », Camenae, 2, 2007, revue en ligne : [http://www.paris-sorbonne.fr/fr/IMG/pdf/MF_Gineste.pdf].

40 Voir Prosperi A., « Giorgio Siculo : la doctrine du medius adventus et les attentes millénaristes en Italie au XVIe siècle », Formes du millénarisme en Europe à l’aube des temps modernes, éd. J.-R. Fanlo et A. Tournon, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 199-216.

41 Le statut du mythe est une question amplement débattue à la Renaissance, mais que l’Antiquité se posait déjà ; voir Simons R., Dracontius und der Mythos. Christliche Weltsicht und pagane Kultur in der ausgehenden Spätantike, Munich-Leipzig, K. G. Saur, 2005, et Gualandri I., « Gli dei duri a morire. Temi mitologici nella poesia latina del quinto secolo », Prospettive sul Tardoantico. Atti del Convegno di Pavia (27-28 novembre 1997), éd. G. Mazzoli e F. Gasti, Come, Biblioteca di Athenaeum, 1999, p. 49-68.

42 Voir Guipponi-Gineste M.-F., « Les métamorphoses de l’hymne dans les Panégyriques de Claudien : de l’hymne à la Victoire à l’éloge du héros (Stil. 3, 205-222) », L’hymne antique et son public, éd. Y. Lehmann, Turnhout, Brepols, 2007, p. 521-540.

43 « […] le mando con essa la canzone da confortare i Principi Christiani alla impresa contro à Turchi ; la quale gia sono tre mesi ó quattro, che a Papa mandai, non ch’io sperassi dover si potesse, ma per fare chiara testimonianza del mio pietoso affetto. Mandola à V.S. non gia ch’io creda questa esser tale che piacerle debba : ma percio che udendo io delettarle mirabilmente il Toschano stile, mi si fa tenere per fermo, che al meno à grado le sia, per l’esser composta in rima italiana. Quello anchora per la sua vertú singulare mi si promette, che non m’avverrà di questa canzone quel, che dalquanti versi Latini, i quali io mandai ad alcuni cavaliere di cotesta corte Imperiale, m’avvenne. » (Minturno A. S., Lettere, op. cit., iii, 6) Voir Bellsolell Martínez J., « Miguel Mai y Antonio Sebastiano Minturno… », art. cit.

44 Voir Minturno A. S., Arte Poetica…, op. cit., p. 182-184.

45 Voir Benedicti Lampridii nec non Io. Bap. Amalthei carmina, Venise, Gabriel Giolito de Ferrariis, 1550.

46 Voir Williamson E., « Form and Content in the Development of the Italian Renaissance Ode », PMLA, 65-4, 1950, p. 550-567, repris dans id., Bernardo Tasso, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 1951, et surtout, désormais, Girot J.-E., Pindare avant Ronsard. De l’émergence du grec à la publication des Quatre Premiers livres des Odes de Ronsard, Genève, Droz, 2002.

47 De ce fait, la « chanson héroïque » connaîtra par la suite une large fortune. Pour l’Italie, voir Morando S., « Clio in versi. Per una storia della canzone eroica nel Seicento », La letteratura e la storia (Atti del convegno ADI di Bologna-Rimini, 21-24 settembre 2005), éd. E. Menetti et C. Varotti, Bologne, Gedit, 2007, p. 627-635 ; pour l’Espagne, Béhar R., « “Los sagrados despojos de la veneranda antigüedad” : estilo poético y debate literario en torno a Fernando de Herrera », La poètica renaixentista a Europa. Una recreació del llegat clàssic, éd. J. Solervicens et A.-Ll. Moll, Barcelone, Punctum & Mimesi, 2011, p. 165-201.

Auteur

Université Charles-De-Gaulle-Lille 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540