Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Première partie. Variations sur l'éloge du pouvoir

La poésie au service du panégyrique dans la chronique de Geoffroi Malaterra

Marie-Agnès Lucas-Avenel

Résumé

« La poésie au service du panégyrique dans la chronique de Geoffroi Malaterra » : Le récit de la conquête de l’Italie méridionale et de la Sicile par Geoffroi Malaterra contient plusieurs extraits en vers, presque tous réunis au livre III de la chronique. Une description sommaire de cet ensemble montre qu’il n’y a pas de lien direct entre le choix de la forme du vers (hexamètres dactyliques, tétramètres rythmiques et asclépiades) et le contenu – très varié – de poèmes. Dans cette œuvre de commande, composée à la gloire du Grand Comte Roger de Hauteville, l’auteur, s’affranchissant parfois des limites spatio-temporelles du récit historique, trouve dans le vers un moment privilégié de louer avec art et solennité les prouesses du commanditaire ou de faire entendre ses propres sentiments, dont l’expression n’est sans doute pas exempte d’une volonté d’instruire le lecteur.

Texte intégral

  • 1 Malaterra G., De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducis frat (...)
  • 2 Lettre 1 : Si autem de incultiori poetria questio fuerit, sciendum est quoniam, etiam si esset unde (...)
  • 3 Lettre 2 : Rogo itaque vos ut […] ad debile carmen meum sustentandum pedem vestri favoris porrigati (...)
  • 4 III, proemium : Quoniam quidem arduas res clarosque triumphos duorum procerum, Guiscardi videlicet (...)

1Le De rebus gestis Rogerii de Geoffroi Malaterra, composé probablement entre 1098 et 1101, est le récit de la conquête de l’Italie méridionale et de la Sicile menée par les fils de Tancrède de Hauteville. Parmi ceux-ci s’illustrèrent en particulier Robert, surnommé Guiscard, et son cadet Roger, qui, après la mort de son aîné, acheva la conquête de l’île et en assura la rechristianisation au nom du pape. Devenu celui qu’on appelle le Grand Comte de Sicile, Roger commande au moine Malaterra un récit de ses exploits dans une langue qui, selon le chroniqueur, doit être « simple et facile à comprendre1 ». Insistant en outre, dans la lettre dédicatoire, sur la hâte du comte à disposer du récit, il se prémunit contre les détracteurs qui, dit-il, ne manqueront pas d’émettre de méchantes critiques « d’une dent ennemie », à l’encontre de ce qu’il appelle sa poetria2 ou son carmen3. Il se plaît pourtant à répéter, dans les préfaces des livres III et IV, qu’il eût aimé doter le récit d’une poetria « plus limpide »4, mais que, outre la défense du comte, il en était incapable. Certes, le récit est très majoritairement composé en prose, si bien que le chroniqueur ne considère pas, sans doute, que le terme poetria se limite nécessairement à la dimension métrique de l’écriture. Il compose néanmoins 11 passages en vers, qui – à l’exception du premier – constituent des chapitres autonomes d’une longueur qui varie entre 12 et 36 vers, et qui traitent de sujets très différents. Une fois qu’on aura décrit sommairement ce corpus, en montrant notamment la place qu’il occupe dans la chronique, les choix métriques ou rythmiques et le contenu qui s’y attache, on essaiera de comprendre ce qui a pu déterminer Malaterra à faire ainsi varier la forme et de mesurer la portée de ces variations au sein d’une œuvre historique, à forte teneur politique et panégyrique.

Description du corpus

  • 5 Cf. déjà Pabst B., Prosimetrum, Tradition und Wandel einer Literaturform zwischen Spätantike und Sp (...)
  • 6 Cette répartition très inégale pourrait conforter l’hypothèse selon laquelle Malaterra ne serait pa (...)
  • 7 On pourrait encore mentionner les prises de Bari et de Palerme, ou même aussi la détresse du comte (...)

2Les poèmes de la chronique apparaissent presque tous au livre III, au point qu’on peut parler pour ce livre de prosimètre5 : sur 42 chapitres, 9 sont entièrement versifiés. Il faut ajouter encore 3 vers, dont l’un clôt le chapitre 10 et les deux autres concluent le chapitre 17. Pour le reste, on observe la présence de 9 vers introduisant le sommaire du livre I, et un ultime poème occupe le chapitre 19 du livre IV. Il est difficile d’expliquer une telle inégalité dans la répartition des livres, et l’on est en droit de se demander pourquoi le livre III a fait l’objet d’autant de soin6. En effet le livre I, qui traite des années 1030-1060 et présente les exploits en partie légendaires du père de Roger et de ses valeureux aînés, se prêtait aisément à la pratique de l’amplification et donc à l’introduction du vers de l’épopée. De même, seule la prose est employée par Malaterra dans le livre II, pour rapporter l’apparition miraculeuse du cavalier blanc à la bataille de Cerami et la défaite des milliers de Sarrasins mis en déroute par une petite troupe de Normands ; le poète cependant ne relie jamais les passages en vers au merveilleux chrétien7.

  • 8 Cf. en particulier Klopsch P., Einführung in die mittellateinische Verslehre, Darmstadt, Wissenscha (...)
  • 9 Foucher A., « Rimes et récurrences dans les tétramètres rythmiques de Malaterra », in L’historiogra (...)

3Malaterra emploie trois types de vers : les deux premiers, l’hexamètre dactylique et l’asclépiade – qui, avec le glyconique, forme la strophe asclépiade A –, sont empruntés à la poésie classique ; le troisième est un vers rythmique, le tétramètre8. Un seul extrait (III, 25) est organisé selon le schéma de la strophe asclépiade A ; en revanche, la répartition des hexamètres et des tétramètres est assez égale. Les thèmes traités dans ces chapitres sont variés, comme l’a noté Antoine Foucher, à propos des tétramètres dont il a étudié les rimes : on y trouve la narration, des invectives et des éloges, et cette diversité de contenu témoigne de la « malléabilité de l’éthos du vers9 ». On peut en dire autant des extraits en hexamètres, comme le montre le tableau suivant, qui comporte aussi l’indication du nombre de vers de chaque passage :

Références

Tétramètres

Hexamètres

Asclépiades

I, sommaire

Introduction au sommaire, arrivée de Rollon, conquête de la Normandie (9 v.)

III, 10

maxime conclusive au récit de la vengeance de Roger (1 v.)

III, 11

récit de la prise de Trapani (30 v.)

III, 14

récit de la construction de la flotte de Guiscard (18 v.)

III, 16

Planctus après la mort d’Enisand (12 v.)

III, 17

le Borée empêche l’entrevue des Sarrasins et de Roger (2 v.)

III, 18

récit de la prise de Taormine (30 v.)

III, 19

récit de la fondation de la cathédrale de Troina et éloge de Roger, restaurateur de la chrétienté (29 v.)

III, 21

récit de la fin du siège de Jato et Cinisi (12 v.)

III, 23

louange du mariage (18 v.)

III, 25

récit du siège de Durazzo (3 strophes ou 12 v.)

III, 38

invectives contre Rome (36 v.)

IV, 29

récit de la naissance de Simon, héritier du comte (24 v.)

TOTAUX

5 extraits 128 v.

5 extraits longs et 2 extraits d’un ou 2 vers 93 v.

1 extrait 12 vers

4On constate que Malaterra consacre la majorité de ses hexamètres et de ses tétramètres au récit, et en particulier au récit de la conquête et de la victoire normandes. Pour narrer ce type d’événements, il emploie les trois types de vers de la chronique (les tétramètres en III, 11 ; les hexamètres en III, 18 et III, 21 ; les asclépiades en III, 25). Trois chapitres donnent un récit d’un genre différent, mais liés soit à l’histoire de la conquête (la construction de la flotte de Guiscard en III, 14), soit à celle de l’affirmation du pouvoir, qui se manifeste aussi sur le plan religieux et dont il s’agit d’assurer la pérennité (ainsi, le récit de la construction de la cathédrale de Troina en III, 19, et celui de la naissance de Simon en IV, 19). Ces deux derniers chapitres témoignent que le récit historique en vers est constamment modalisé et qu’on ne peut être instruit des exploits de Roger sans entendre en même temps les réflexions ou sentiments que les événements inspirent au chroniqueur. La parole du poète prend même le pas sur la relation des faits dans trois chapitres en vers, qui se détachent des autres parce qu’ils se situent en dehors de la narration proprement dite (III, 16 ; III, 23 ; III, 38) : Malaterra y varie le ton, passant notamment de l’éloge à l’invective, sans que l’on puisse déceler de relation propre entre un type de vers et le contenu. Le poète semble au contraire avoir choisi de le changer, selon un principe de variatio qui n’a d’autre but qu’esthétique.

  • 10 Ibid.

5Il faut noter, en effet, le travail du poète, en particulier dans la recherche de la composition et des rimes : tétramètres et hexamètres sont regroupés en sizains – à peu d’exceptions près. Les rimes suivies et intérieures ont aussi une forte dimension structurante dans les tétramètres10 et asclépiades, ainsi que dans les hexamètres qui sont des vers léonins. La poésie de Malaterra, naissant soudainement au livre III, apparaît, dans la chronique, comme un nouvel ornement dans une rhétorique savante mise au service du panégyrique. L’alternance entre prose et vers répond sans doute elle aussi à ce même principe de variatio, et peut-être n’y a-t-il pas lieu de chercher d’autre raison à la présence du vers. Cependant, l’étude comparée de ces chapitres incite à mener plus loin l’examen de son imbrication avec la prose, afin de voir si la solennité du vers n’est qu’un renforcement artificiel de la dimension épidictique de l’œuvre, ou si la musicalité de la rime ne procure pas aussi au poète le lieu privilégié d’une expression plus personnelle.

Une poésie composée à la gloire des Hauteville

  • 11 Lucas-Avenel M.-A., « Rome : grandeur et décadence d’après Geoffroi Malaterra », in Le mythe de Rom (...)

6Bien que chaque pièce en vers soit placée en un point imposé par l’économie narrative, plusieurs d’entre elles peuvent aussi en être extraites sans que cela nuise à la compréhension du récit, au point qu’on pourrait les considérer comme des excursus. J’ai déjà eu l’occasion de m’arrêter en particulier sur l’étude des six sizains du chapitre III, 38, lors d’un colloque consacré au mythe de Rome en Europe11. Malaterra célèbre les vertus de la Rome ancienne dans les deux premières strophes, tandis qu’il dénonce violemment, dans les quatre strophes suivantes, les vices de la Rome de son temps, corrompue par l’hérésie simoniaque. J’en avais conclu que l’intégration dans le récit des invectives à Rome n’était sans doute pas dénuée d’une portée politique et didactique. En effet, non seulement Malaterra rapporte comment Robert, venu sauver le pape Grégoire vii des griffes d’Henri iv, reprend le flambeau de la force et du courage d’antan, mais il souligne aussi plus subtilement la justitia de Roger, exercée au même moment en Sicile, avec l’équité exemplaire de la Rome ancienne, éclairée par la providence divine. L’étude des autres chapitres en vers m’amène à proposer la même analyse pour l’ensemble du corpus : bien que le chroniqueur semble parfois s’éloigner nettement de l’objet de la narration – c’est le cas, notamment, du chapitre consacré à l’éloge du mariage –, chaque extrait chante la gloire de Robert et surtout celle de Roger, et l’on y trouve formulée, sous une forme condensée, la parole auctoriale, qu’il est assurément difficile de détacher de celle du commanditaire. Or, ce panégyrique en vers présente différentes facettes, dont les liens avec le reste de l’œuvre sont aisément démontrables.

  • 12 Il s’agit des victoires de Trapani (III, 11), de Taormine (III, 18), de Jato et Cinisi (III, 21) et (...)
  • 13 L’expression est une réminiscence de I Macc. 6, 39 : et ut refulsit sol in clypeos aureos et aereos (...)

7Il n’est certes pas surprenant de trouver en premier lieu, dans ce récit d’une conquête, des chants de victoire12, qui donnent à Malaterra l’occasion de vanter les vertus militaires et l’héroïsme des personnages. Le propos n’est pas à proprement parler différent de celui du récit prosaïque, mais, en III, 11, il est élevé et embelli par le choix d’un vocabulaire poétique et épique – par exemple dans la dénomination des éléments (aequor, zephiro) –, par la présence des rimes et du rythme, qui s’accorde volontiers avec l’évocation des instruments dont on entend les accords durant la traversée vers Trapani (v. 5 et 8), ou par la référence mythique à la flotte d’Alexandre le Grand (v. 6), avec laquelle celle de Roger est comparée. Malaterra personnifie les éléments naturels, qui agissent en harmonie avec Roger : la mer (aequor) n’oppose aucun obstacle, la brise (aura) sourit avec la fortune du comte, et le soleil (sol) fait resplendir ses armes13.

Malaterra III, 11, v. 4-16

Naves vela dant per aequor, suffragante zephyro.
Aera sonant bucinando, pontus plaudit jubilo.
Classis
magni Alexandri non fuit hac pulchrior.

Les navires cinglent à pleine voile sur la mer, poussés par le zéphyr. L’airain des trompettes retentit, la mer applaudit avec joie. La flotte d’Alexandre le Grand n’avait pas plus belle allure.

Aura ridet cum fortuna ; pubes gaudet bellica ;
Citharizant adhoc docti ; resonant et tympana.
Trablas itur oppugnatum ; nil tumescunt aequora.
Sed transcendit equitatu comes fronte bellica
Montium scopulosorum ima sive ardua,
Bellicosae juventutis multa fultus copia.

La brise sourit avec la fortune ; les jeunes guerriers exultent ; en outre les citharistes jouent de leur instrument, les tambourins aussi résonnent. On part à l’assaut de Trapani ; la vague ne s’enfle pas. Mais avec sa cavalerie, le comte à l’allure guerrière, franchit les monts rocheux – vallées et sommets –, soutenu par une troupe nombreuse de jeunes braves.

Clipeos auro fulgentes et splendentes galeas
Sol cum tangit, intuentum aciem reverberat.
Montes omnes resplendescunt super clara sidera.
Equi fremunt, dant hinnitus, echo montes resonant.

Quand il se réverbère sur les boucliers flamboyants d’or et les casques étincelants, le soleil aveugle les regards. Tous les monts flamboient plus que les astres brillants. Les chevaux frissonnent, ils hennissent ; répercutés par l’écho, leurs hennissements font retentir les monts.

  • 14 Cf. encore II, 40 ; II, 45 : […] ipse nihilominus impugnationi cum fratre intentus, inquietare pers (...)

8Dans les vers suivants, on apprend que Roger obtient la victoire et conclut un accord avec les habitants. Or, reprenant le style prosaïque, le chroniqueur fait un second récit de la prise de la ville : Trapani, en effet, ne capitule qu’à la suite de l’exploit de Jourdain, fils de Roger, accompli grâce à l’observation minutieuse des caractéristiques géographiques du lieu et des habitudes de ses habitants. Le chroniqueur est donc contraint de revenir en arrière pour exposer les détails qu’il n’avait pas voulu ou n’avait pas pu exprimer en vers. L’œuvre n’offre pas d’autre exemple d’une telle concurrence narrative du vers et de la prose. Ailleurs en effet, le chapitre en vers expose un épisode de la reddition d’une ville, inséré dans le récit en prose, qui donne ensuite de plus amples détails. Il s’agit, pour les chapitres 18 et 21, de l’étape finale, qui signe la victoire du comte. En III, 18, Malaterra chante l’opiniâtreté de Roger, que rien ne fatigue. Cette image du comte, déployant une énergie remarquable, occupé à tout surveiller et à ne rien laisser qui n’eût été tenté, est récurrente dans le récit. On en trouve un exemple en IV, 1714. Le vocabulaire et la syntaxe paratactique sont cette fois tout à fait comparables à ceux des passages en prose, mais la succession habituelle des infinitifs dans ce contexte laisse place à des présents à désinence active ou passive, qui permettent de ménager la rime du vers léonin en se prêtant au cadre étroit de l’hexamètre :

III, 18, v. 1-9

IV, 17

At comes, intentus fuerat quibus ante retentus,
Obsidet et pugnat ; castrum pro posse repugnat.
Certamen durat ; comes huc persistere curat.
Quamvis cura ligat, tamen hunc res nulla fatigat.
Instat et hortatur, hostes virtute minatur.
Dat, dare promittit ; nil non temptando remittit.

Porro comes interdum ad deditionem hostes mulcendo blandiri, frequentius interminando deterrere, suos instare, hortari, omnia circumire, nil intentatum relinquere, quae facienda erant prior adesse, ad certamen suos praecedere, in recedendo subsequi, omnia prudenti ordinatione providere studebat, exemplo sui ad quae facienda erant omnes vigilantiores reddens.

Ad quod adhortatur socios, prior esse probatur.
Cum sit certamen, id fratribus esse levamen,
Ante suos fertur, cum posteriore refertur.

  • 15 Cf. les batailles de Cerami, Mizelmir, Bari, Palerme, et les chapitres en prose qui rapportent les (...)

9L’emploi du vers épique, facile à mémoriser, et la composition de la strophe, que l’on peut aisément extraire d’un ensemble, n’étaient donc pas nécessairement le lieu d’un propos original : au contraire, Malaterra semble s’être servi du vers pour rendre emblématique cette qualité de Roger maintes fois vantée par ailleurs. De même, dans les douze vers du chapitre 21, qui forment la conclusion du récit de la prise de Jato et Cinisi, commencé au chapitre précédent, ou encore dans les strophes du chapitre 25, qui rapportent le début du siège de Durazzo, Malaterra juxtapose des lieux communs : à Jato la même ardeur au combat anime les deux groupes de belligérants ; à Durazzo, les Normands inspirent la terreur aux habitants. Il ne s’agit donc pas de donner un détail qui permette d’individualiser ces entreprises, comme dans certains récits en prose15, mais de chanter pour ellesmêmes la force normande et la supériorité à la guerre des conquérants.

  • 16 Je n’ai actuellement pas trouvé d’autres textes dans la poésie antique ou médiévale qui aient pu se (...)

10À ces chapitres narratifs, on peut associer celui qui rapporte la préparation de la flotte nécessaire à la conquête de l’empire byzantin (III, 14). Toutefois, ce paragraphe, contrairement aux précédents, est tout à fait original dans l’œuvre : il s’agit du récit d’une construction, qui met en scène des artisans travaillant sous l’impulsion de Robert Guiscard. Il n’a d’écho que celui, en vers également, qui rapporte l’édification de la cathédrale de Troina, dirigée par Roger. Jamais, dans le récit en prose, Malaterra ne s’intéresse autant au travail des hommes16. Il cite successivement les bûcherons, les charpentiers et les menuisiers, précisant la nature de l’ouvrage accompli par chacun au moyen d’un ou deux verbes. Il présente ensuite les forgerons, ceux qui manient l’étoupe et la poix ou encore ceux qui cousent les voiles. Le jeu des sonorités accompagne l’évocation de la coupe des arbres ou le souffle de la forge :

III, 14, v. 8-10

Robora caesa cadunt ; resecantur sectaque radunt
Artifices ligni. Ferrum faber applicat igni.
Anchora conflatur, clavorum forma paratur.

On coupe les arbres, on les abat, on les débite ; et les charpentiers rabotent les pièces de bois. Le forgeron plonge le fer dans le feu. On forge l’ancre, on fabrique les clous.

11Malaterra s’attache à montrer l’empressement du duc, au début et à la fin du chapitre. Robert, sujet des premiers vers (Sumptibus insudat, quo Byzantium sibi ludat. / Undique terrarum quaerit spem materiarum), s’efface ensuite derrière l’évocation du travail manuel, puis réapparaît à la fin de l’extrait sous la dénomination de heros, hapax dans la chronique, placé à la fin de l’hexamètre et sujet de studiosus imminet. Bien qu’unique en son genre, le chapitre donne donc une représentation du personnage qui n’est pas moins exemplaire que les autres. Plus loin, dans le récit consacré à la cathédrale de Troina, Malaterra évoque l’ornementation et énumère en détail les objets de culte qui en assurent la richesse. Cette fois c’est Roger qui est à l’initiative de la construction et qui dirige les travaux avec ardeur et ténacité (Ad quod perstans, studiosus aevo brevi superat). La cathédrale ou le clergé deviennent ensuite les sujets de toutes les actions, jusqu’à ce que le poète, prenant la parole pour apostropher le lecteur, rende un hommage retentissant au Grand Comte, restaurateur de la chrétienté dans l’île :

III, 19, v. 18-23

Melodizat sacer clerus hymnos sanctis laudibus.
Praesul verba sacrae legis seminat in gentibus :
Divinus cultus accrescit pluribus credentibus.
Cui debet hoc ascribi nisi tanto principi ?
Qui reduxit sacram legem unde prius corruit ;
Cujus ope fit hoc totum, et hanc legem addidit.

Le saint clergé entonne des hymnes pendant les offices sacrés. L’évêque propage chez les gentils la parole de la sainte loi : le culte de Dieu se propage, les croyants étant plus nombreux. À qui en attribuer le mérite si ce n’est à un si grand prince ? C’est lui qui a relevé la loi sainte là d’où elle était tombée ; c’est par son intervention que tout cela se produit, et il a donné cette loi par surcroît.

  • 17 II, 28-29.
  • 18 Malaterra, III, 13, et Guillaume de Pouille, Gesta Roberti Wiscardi, M. Mathieu (éd.), Palerme, Ist (...)

12La comparaison de ces deux extraits témoigne de l’image différenciée que le chroniqueur veut donner de ses deux protagonistes. Le poète dresse ici le portrait de deux bâtisseurs semblables par leur esprit d’initiative et leur empressement à mener à bien tout ce qu’ils entreprennent. Cependant, tandis que Robert n’a de cesse de bâtir pour conquérir et assouvir davantage cette soif de domination qui le caractérise plus que tous les autres Hauteville17, Roger, qui ne participe pas à l’entreprise byzantine18, prend le temps, après ses victoires en Sicile, de rendre grâce à Dieu, dit Malaterra, et de conjuguer la conquête et le rétablissement de la chrétienté dans l’île.

13Les chapitres composés en vers participent donc pleinement de la narration des exploits militaires des Hauteville, et surtout de ceux accomplis par Roger en Sicile. Toutefois, bien qu’ils soient rattachés au contexte où ils sont placés par la présence de quelque toponyme, ils n’apportent que peu d’informations au lecteur qui ne s’intéresserait qu’à l’histoire événementielle. En revanche, ils forment autant de chapitres caractéristiques du discours élogieux, mais distinct, que l’auteur porte sur ses deux principaux personnages. D’autres chapitres, cependant, montrent qu’il ne faudrait pas circonscrire à l’éloge des fils de Tancrède les propos que le chroniqueur tient dans ses vers, car Malaterra n’est pas qu’un panégyriste versificateur : il apparaît aussi comme un véritable poète, engagé certes au côté du comte, mais dont les sentiments et la sensibilité affleurent parfois avec un certain lyrisme devant les malheurs ou les bonheurs de son temps.

La poésie : lieu privilégié de l’expression de soi

14L’écriture de l’histoire, selon Malaterra, qu’elle soit en vers ou en prose, ne dispense pas le chroniqueur de prêter des sentiments aux hommes et femmes dont il narre les aventures, ni même de laisser paraître sa propre sensibilité face aux événements. Dans le récit en prose, on pourrait citer à titre d’exemple les larmes versées par Roger à la mort de son neveu Serlon ; mais plus remarquable sans doute est la prise en compte de la souffrance des populations conquises. Ainsi en II, 11, Malaterra raconte la fuite de deux adolescents de Messine – un frère et une sœur – devant leurs ennemis : le jeune homme se résout, malgré la profonde tristesse que cela lui procure, à tuer sa sœur trop faible pour supporter la course, de crainte qu’elle ne soit violée par un Normand chrétien. On trouve aussi des incises, du type quod dolor est dicere !, pour déplorer la mort d’un héros sur le champ de bataille. Le chroniqueur prend ainsi la parole, explicitement ou non, pour partager la peine de ses personnages, quels que soient leur camp et leur obédience religieuse. Or, dans les parties versifiées, la souffrance causée par la défaite prend une place tout à fait remarquable. Elle est souvent amenée brutalement comme une donnée objective, parfois avec une grande sobriété (ainsi, en III, 11, la douleur des habitants : Foederantur more suo, sed dolentes faciunt, « Ils concluent avec le comte un traité conforme à leurs usages, mais ils le font dans la douleur »), parfois sur un ton sentencieux et impersonnel, comme celle des habitants de Jato :

III, 18, v. 24-28

Foedere confecto, dolet hostis in hoste recepto ;

Le traité est conclu, l’ennemi souffre d’avoir reçu son ennemi.

Sed quamvis doleat, non dissimulando revelat :
Cur doleat nostis, quia laetus erat suus hostis.
Si sic fortuna diversa fit, est tamen una :
Illis fit tristis, gaudens cognoscitur istis.

Mais, bien qu’il souffre, donnant le change, il ne laisse rien paraître : vous connaissez les raisons de sa douleur, c’est la joie de son ennemi. Ainsi, si la fortune est différente, elle est cependant une : si elle se fait amère pour les uns, elle réjouit les autres.

15On peut comparer ces deux extraits à celui en prose de II, 42, qui témoigne des lamentations des habitants de Palerme :

Urbs tota concutitur : lacrimosae voces liberorum et mulierum per aera caelum usque attolluntur. Gaudio nostrorum illis tristitia parturitur,

La ville tout entière est bouleversée : les voix pleines de sanglots des enfants et des femmes s’élèvent dans les airs jusqu’au ciel. La joie des nôtres est pour eux source d’affliction.

16Dans cette phrase, les sonorités rythment aussi l’expression tour à tour concise ou plus ample, qui contraste en tout cas avec les longues phrases et l’hypotaxe habituelles de Malaterra.

  • 19 III, 16 : Militibus multus planctus fuit iste sepultus. / Namque suo merito carus fuit undique Brit (...)

17Dans un passage en vers cependant, l’expression de la souffrance causée par la guerre prend toute la place : il s’agit du Planctus (III, 16) composé en l’honneur d’Énisand, personnage secondaire qu’on ne connaît que par le texte de Malaterra. Selon le chroniqueur, il aurait protégé de son corps celui du Grand Comte tombé dans un guet-apens. Le récit en prose de cette prouesse est suivi de douze hexamètres dactyliques. Mais, comme c’est d’usage dans le Planctus, l’évocation des pleurs versés à l’enterrement n’occupe que deux vers19 et laisse place à l’exaltation de la fidélité d’Énisand, qui donne à Malaterra prétexte à une comparaison biblique : le moine bénédictin oppose le compagnon de Roger, qui connaîtra les ailes des anges, au traître Judas, promis à la géhenne (Angelicam pennam capiet hic, ille gehennam !). De cette construction rhétorique, où l’expression de la souffrance des hommes est finalement reléguée au second plan, le lecteur est facilement amené à dresser un parallèle entre le Christ, que Judas a vendu (Ille Deum vendens, laqueo se postea pendens), et le comte, qu’Énisand a sauvé (Ut dominum servet meritumque sibi coacervet), et qui accomplit en Sicile la volonté de Dieu. La même conclusion peut être tirée du rapprochement possible entre la fin du poème dédié à la fondation de la cathédrale de Troina et les 36 vers d’invectives à Rome, où s’exprime avec éclat l’indignation du poète. En effet, ces vers s’achèvent sur une prière que Malaterra adresse au pape, afin qu’il restaure la gloire de l’ancienne Rome et qu’il débarrasse la Ville de ses vices :

III, 38, v. 34-36

Moribus es depravata exhausta nobilibus,
Prauis studiis inservis, nec est pudor frontibus.
Surge, Petre, summe pastor ; finem pone talibus !

Tu es corrompue, vidée des mœurs qui faisaient ta noblesse, tu es l’esclave de passions dévoyées et la pudeur a disparu de ton front. Lève-toi, Pierre, souverain pasteur ; mets un terme à de telles ignominies !

18La renaissance de Rome que Malaterra implore de ses vœux est celle que connaît déjà, grâce à Roger, l’heureuse Troina, à laquelle le poète adresse comme un chant d’allégresse :

III, 19, v. 28-30

Urbs Traïna felix, gaude, digna laudis titulo !
In te primo reparatur divina religio !
Messana consociata pari servit clipeo.

Heureuse ville de Troina, réjouis-toi, toi, digne de ce titre d’honneur ! C’est en toi d’abord qu’on voit renaître le culte de Dieu ! Messine, qui t’est associée, sert Dieu sous un même bouclier.

19Tout en rendant compte des événements qui appartiennent à un passé qui lui est proche, Malaterra ne s’interdit donc pas d’exprimer sa propre analyse et apporte ainsi l’éclairage intéressant de l’homme d’Église qu’il était.

20En III, 23, Malaterra fait un éloge du mariage en 18 hexamètres après le récit de l’union de Mathilde, fille de Roger, avec Raimond, le comte de Provence. Dans le premier sizain, le poète rapporte comment la jeune fille quitte ses parents qui l’ont nourrie, leur préférant un étranger. Dans le deuxième sizain, Malaterra prend la parole pour préciser qu’il ne blâme pas pour autant la jeune fille, bien au contraire, car les deux jeunes gens accomplissent ainsi la loi divine :

III, 23, v. 7-9, 14-18

Nec nimis hoc culpo, quamvis hic talia sculpo ;
Nec prohibens vito quin fiat juncta marito,
Diligat et juste foedus servando venuste.

Et je ne l’en incrimine guère, bien que je trace ici ces mots ; et je me garde d’empêcher qu’elle s’unisse à un mari, ni qu’elle l’aime avec grâce, en respectant son alliance comme il se doit.

[…]

Lex ita divina praecepit, non peregrina.
Pinxit Scriptura quae sunt facienda futura :
Postponat patrem, postponat denique matrem,
Quisquis et uxori jungatur amore priori.
Jure maritali servatur linea talis.

C’est ce que commande la loi divine, non une loi étrangère. L’Écriture a énoncé les devoirs des générations futures : qu’il néglige donc son père, qu’il néglige sa mère, l’homme qu’unit à son épouse un amour plus grand. Le droit conjugal garantit ainsi la descendance.

  • 20 Gen. 2, 24 : quam ob rem relinquet homo patrem suum et matrem et adherebit uxori suae et erunt duo (...)
  • 21 I, 3 : « Or, parmi les contrées de cette terre se trouve un pays qu’on nomme le Cotentin, et sur ce (...)

21Par cet excursus, qui peut être chanté pour lui-même, en dehors même de tout contexte historique, Malaterra rappelle les fondements du mariage, énoncés dans la Genèse20, garant de la famille et de la lignée. Celle de Roger a vocation à prospérer et à se multiplier, si l’on en croit le présage énoncé en I, 3 expliquant l’origine du nom de Hauteville21.

  • 22 Foucher A., « Rimes et récurrences… », art. cit.
  • 23 Ibid.

22De même, mais dans un autre registre, c’est la naissance de Simon, destiné à succéder à Roger, qui donne à Malaterra le sujet d’un ultime poème : celui-ci s’apparente à un « chant d’actions de grâces », comme l’a montré Antoine Foucher22. Il suit le récit de la mort de Jourdain, fils unique de Roger, et l’immense chagrin du comte n’a d’égal que le bonheur qui peut naître de la naissance de Simon. Ce poème est sans doute le plus remarquable du point de vue de la rime et du travail sur les sonorités, puisque, outre les rimes finales, le premier hémistiche de chaque vers présente une rime intérieure à la fin des dipodies23 : accompagné éventuellement de musique, il peut se suffire à lui-même. Cependant, maintenu au sein de la chronique, il sert plus largement ce que l’on peut considérer comme les différentes facettes du projet historiographique de Malaterra et de son commanditaire, tel qu’il apparaît clairement dans les deux dernières strophes. En effet, les trois vers qui forment la quatrième strophe témoignent des marques de dévotion accomplies par Roger dès qu’il apprend la nouvelle : adressant des prières au ciel, il offre en outre des présents aux pauvres. La cinquième et dernière strophe représente le baptême de Simon, appelé aussitôt à être l’héritier et le futur prince, auxquels les Calabrais, ajoute encore le poète, choisissent de se soumettre avec l’assentiment du comte.

IV, 19, v. 16-24

Qui congaudens atque plaudens, thura precum caelitus
Supplex litat atque ditat legatum muneribus.
Plura jubet, prout lubet, largiri pauperibus.

Exultant et triomphant, le comte offre humblement l’encens de ses prières au ciel et comble de présents le messager. Il fait distribuer aux pauvres d’importantes aumônes, autant qu’il lui plaît.

Dolor mortis, gravis, fortis jam sublati filii
Fit lenitus et oblitus spe nascentis gaudii.
Simon, fonte pictus fronte unctione chrismatis,
Heredatur : solidatur dux futurus Siculis.
Calabrenses suos enses sibi optant adici
Pater totum implet votum, dum concedit fieri.

Déjà ce lourd, profond chagrin causé par la mort du fils qui lui a été ravi s’efface et tombe dans l’oubli devant les espérances que soulève la joie du fils nouveau-né. Simon, marqué au front au moment du baptême par l’onction du chrême, est institué l’héritier : il sera le duc, bien établi, des Siciliens. Les Calabrais choisissent de placer leurs épées à son service. Son père, donnant son accord, exauce ce vœu.

  • 24 Le chroniqueur est d’ailleurs coutumier du fait : il procède de la même manière quand il rapporte q (...)

23L’évocation de ce baptême en 4 tétramètres, dans lesquels sont liés par leur place en début de vers les noms et verbes Simon / Haeredatur / Calabrenses / Pater – Calabrenses étant en outre rapproché de Siculis qui clôt le vers 21 –, est d’une très grande force picturale et pouvait servir admirablement les desseins politiques de Roger. En outre, l’art du poète apparaît dans sa capacité à ne pas réduire la scène du baptême à une sorte de pré-intronisation. En effet le dernier sizain s’ouvre sur deux vers qui font écho aux premiers vers du poème : l’immense douleur causée par la mort de Jourdain est encore présente et exprimée avec une grande solennité par les homéotéleutes, mais Dieu veille à ce que celle-ci soit adoucie par l’espoir que procure la naissance de Simon. C’est donc après le rappel des sentiments mêlés de Roger que le poète place la scène du baptême, si bien que le message politique, qui certes tient la plus grande place, n’est cependant pas dénué d’humanité ni de sensibilité. L’attachement du poète à exprimer ces sentiments ne prend sens véritablement qu’à la place où il se situe dans l’œuvre, c’est-à-dire après le récit de la mort de Jourdain et de la vengeance implacable de Roger à l’encontre des habitants de Pantalica, qui tentèrent de profiter de la disparition de Jourdain pour se rebeller. Malaterra ne passe pas sous silence les atrocités commises par le comte contre la population locale, mais il les justifie en soulignant l’indignité de la rébellion, puis change aussitôt de registre en chantant la naissance de Simon24. Il me semble que le poète n’est pas moins présent dans la juxtaposition de représentations aussi contrastées que dans ses invectives à Rome ou son éloge du mariage, et le soudain recours à la musique et à cette « limpidiori poetria » qu’il dit ne pas avoir su trouver témoigne peut-être aussi parfois d’une recherche stylistique visant à atténuer les atrocités que la guerre le contraignait à rapporter.

  • 25 Cf. Foucher A., « Historia proxima poetis », L’influence de la poésie épique sur le style des histo (...)
  • 26 Cf. Pabst B., op. cit., p. 797-819.

24Les parties versifiées apparaissent donc comme des moments privilégiés du discours épidictique, à caractère politico-religieux, que Malaterra tient dans l’ensemble de son œuvre. Rompant, en effet, par le choix du prosimètre, avec les modèles historiographiques anciens25, Malaterra adopte une forme de discours, dont Luitprand de Crémone ou Dudon de Saint-Quentin26 avaient déjà montré et utilisé les ressorts. Le poème, en effet, lui permet de s’affranchir quelque peu – voire parfois totalement – des limites chronologiques et géographiques que le récit historique lui impose pour chanter l’exemplarité des mérites du comte, ou de ses proches, dans un style épuré, particulièrement efficace par la densité du propos et suggestif par la musicalité du vers. Chaque pièce en vers – quelle que soit la forme choisie – témoigne à sa manière des victoires et de la piété du Gand Comte ainsi que de l’admiration mêlée de compassion du chroniqueur vis-à-vis des vicissitudes du sort. Mais c’est par son imbrication avec le récit prosaïque qu’elle prend une tout autre valeur : reproduisant parfois le contenu, elle en élève le ton ; se plaçant dans la continuité du récit, elle magnifie un épisode ; créant une rupture dans l’économie narrative, elle offre au poète le lieu d’une expression personnelle, dans laquelle le lyrisme maîtrisé n’est sans doute jamais dénué d’une volonté d’instruire le lecteur et de chanter les louanges de son commanditaire.

Notes

1 Malaterra G., De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius, auctore Gaufredo Malaterra, monacho Benedictino, éd. E. Pontieri, in Rerum Italicarum Scriptores, V, 1, fasc. 211 et 218-219, 2 vol., Bologne, N. Zanichelli, 1927-1928. Je prépare actuellement une nouvelle édition de la chronique, qui sera publiée prochainement aux Presses universitaires de Caen. Les extraits cités dans l’article présentent donc un texte parfois différent de celui de Pontieri. Il est établi selon les principes énoncés par Resta G., « Per il testo di Malterra e di altre cronache meridionali », dans Studi per il CL anno del Liceo ginnasio, éd. T. Campanella, Reggio, 1964, p. 3-60, qui avait montré la nécessité de réviser le texte de Pontieri et son apparat critique. D’Angelo E. avait déjà proposé quelques corrections pour les parties versifiées de la chronique, dans « Ritmica ed ecdotica nel testo di Goffredo Malaterra », in Poesia dell’alto medioevo europeo : manoscritti, lingua e musica dei ritmi latini, F. Stella (dir.), Florence, 2000, 383-394, reproduit, avec des compléments, dans D’Angelo E., Storiografi e cronologi latini del Mezzogiorno normanno-svevo, Naples 2003, 216-226. Quelques extraits ont aussi été revus dans [Lucas-]Avenel M.-A., « La nouvelle édition de Geoffroi Malaterra », in ArNo-S, I, 2008, Miscellanea Virginia Brown, p. 31-49. Cf. aussi Desbordes O., « Nouvelles notes critiques sur les deux premiers livres de la chronique de Geoffroi Malaterra », Kentron 21, 2005, 111-159 ; cet article a été complété par Desbordes O., dans Kentron 22, 2006, p. 199-208 ; Kentron 23, 2007, p. 55-77 ; Kentron 26, 2010, 193-210, et dans « Quelques nouvelles corrections au texte de la chronique de Malaterra », in De part et d’autre de la Normandie médiévale, Cahier des Annales de Normandie 35, 2009.

2 Lettre 1 : Si autem de incultiori poetria questio fuerit, sciendum est quoniam, etiam si esset unde limpidius aut certe pomposius eructuare potuissem, ipsa principis jussio ad hoc hortata est, ut plano sermone et facili ad intelligendum, quo ut omnibus facilius quidquid diceretur patesceret, exararem.

3 Lettre 2 : Rogo itaque vos ut […] ad debile carmen meum sustentandum pedem vestri favoris porrigatis, ut, clypeo vestrae auctoritatis munitus, incursus detrahentium et inimico dente aliorum dicta vel facta rodere conantium minus pertimescam.

4 III, proemium : Quoniam quidem arduas res clarosque triumphos duorum procerum, Guiscardi videlicet ducis Siciliaeque comitis Rogerii, nunc sejunctim, nunc vero gregatim, prout fecerunt, nos scripturos repromisimus, limpidiori poetria, si esset unde, aestuandum foret, ut res quae in se ipsis nobili memoria clarent nobilioris philosophiae penna chirografizarentur, ne limpidissimus liquor, dum ad hauriendum porrigitur, foetore incultioris vasis etiam ab ipsis sitientibus abhorreatur ; IV, proemium : Si esset unde, nova et elegantior poetria novo duci adhibenda esset, ut facundior sermo a juvene novarum rerum, ut in tali aetate assolet, appetitore novo stilo novos favores suo merito extorqueret. Sed ne, stilum mutando, hoc quasi adulatione facere dicamur, prioris poetriae ordine servato, rationis seriem exequamur.

5 Cf. déjà Pabst B., Prosimetrum, Tradition und Wandel einer Literaturform zwischen Spätantike und Spätmittelalter, Köln-Weimar-Wien, Böhlau Verlag, 1994, t. 2, p. 836-840. Il n’est pas sûr, précise par ailleurs l’auteur, que les Gesta Normannorum ducum de Dudon de Saint-Quentin aient servi de modèle à Malaterra : celui-ci a pu s’inspirer d’autres œuvres de la littérature du nord de la France ou de Lotharingie, ou encore de la Consolation de Boèce. Le récit de la conquête de la Normandie, puis la description de la principauté dans les deux premiers chapitres de l’oeuvre confirment cette hypothèse, et il apparaît que Malaterra n’avait sans doute pas lu les sources historiographiques normandes du duché (cf. à ce propos Lucas-Avenel M.-A., « La concession faite à Rollon d’après les chroniques latines des XIe-XIIe siècles », in 911-2011. Penser les mondes normands médiévaux, Colloque international de Cerisy-la-Salle (29 septembre-2 octobre 2011), D. Bates, P. Bauduin (dir.), à paraître.

6 Cette répartition très inégale pourrait conforter l’hypothèse selon laquelle Malaterra ne serait pas l’auteur des parties versifiées. Celle-ci a été énoncée, à partir de l’observation des manuscrits, et aussitôt réfutée par Pontieri E. : Tra i Normanni nell’Italia meridionale, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1964 (2e éd.) 1964, p. 290, n. 1. Je rejoins totalement les conclusions de l’historien sur ce point.

7 On pourrait encore mentionner les prises de Bari et de Palerme, ou même aussi la détresse du comte et de sa jeune épouse lorsqu’ils durent s’enfermer dans Troina assiégée et partager le seul manteau qui leur restait – autant d’épisodes qui permirent au chroniqueur de vanter les prouesses du héros et ses qualités de chef, en des termes dont la force évocatrice a sans doute contribué à ce que les lecteurs de la chronique apprécient la qualité du récit.

8 Cf. en particulier Klopsch P., Einführung in die mittellateinische Verslehre, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1972 ; D’Angelo E. Indagini sulla tecnica versificatoria nell’esametro del Waltharius, Centro di Studi sull’antico cristianesimo, Università di Catania (Saggi e testo, Classici, Cristiani e Medievali ; 4), Catane, 1992 ; D’Angelo E., « Modèles classiques de l’hexamètre historiographique normand », in L’historiographie médiévale normande et ses sources antiques, Actes du colloque international de Cerisy-la-Salle (8-10 octobre 2009), P. Bauduin et M.-A. Lucas-Avenel (dir.), Presses universitaires de Caen, Caen (à paraître en 2012). Ces trois mètres sont bien attestés dans l’historiographie médiévale ou dans la poésie épique : cf. encore Pabst B., op. cit., en particulier, p. 1105 ; 1107-1108 ; 1129-1132 ; et pour l’hexamètre, D’Angelo E., cité ci-dessus.

9 Foucher A., « Rimes et récurrences dans les tétramètres rythmiques de Malaterra », in L’historiographie médiévale normande et ses sources antiques, Actes du colloque international de Cerisyla-Salle (8-10 octobre 2009), P. Bauduin et M.-A. Lucas-Avenel (dir.), Presses universitaires de Caen, Caen (à paraître en 2012).

10 Ibid.

11 Lucas-Avenel M.-A., « Rome : grandeur et décadence d’après Geoffroi Malaterra », in Le mythe de Rome en Europe : Modèles et contre-modèles, Fleury P., D’Amico J. C. et Testino-Zafiropoulos A. (dir.), Colloque international, université de Caen (27-29 novembre 2008), Presses universitaires de Caen, 2012, p. 55-71.

12 Il s’agit des victoires de Trapani (III, 11), de Taormine (III, 18), de Jato et Cinisi (III, 21) et de la prise annoncée de Durazzo (III, 25).

13 L’expression est une réminiscence de I Macc. 6, 39 : et ut refulsit sol in clypeos aureos et aereos resplenduerunt montes ab eis resplenduerunt sicut lampades ignis. On la trouve aussi par exemple dans le Carmen de bello saxonico, II, 166, composé entre octobre 1075 et mars 1076 : Sol et in auratas galeas clipeosque refulsit, / Cernit et erectis acies incedere signis ; ou encore chez Robert le Moine, Histoire de la première croisade, VII, 3, Sol vero super auratas loricas et lanceas radios inferens, oculos intuentium reverberabat, et adversariis terrorem immittebat, ut divina Scriptura testatur, quia terribilis est castrorum acies ordinata (Cant. VI, 3).

14 Cf. encore II, 40 ; II, 45 : […] ipse nihilominus impugnationi cum fratre intentus, inquietare perstuduit. Utrique, pari ardore inflammati, omnia circumire, suos instruere, omnia ordinare, hostibus interminare, suis plura largiri, ampliora promittere, primus et frequentior adesse, nihil intentatum relinquere ; III, 20.

15 Cf. les batailles de Cerami, Mizelmir, Bari, Palerme, et les chapitres en prose qui rapportent les victoires remportées à Trapani et à Durazzo.

16 Je n’ai actuellement pas trouvé d’autres textes dans la poésie antique ou médiévale qui aient pu servir de modèle au chroniqueur : peut-être celui-ci a-t-il assisté lui-même aux travaux de construction de la flotte.

17 II, 28-29.

18 Malaterra, III, 13, et Guillaume de Pouille, Gesta Roberti Wiscardi, M. Mathieu (éd.), Palerme, Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici, 1961, IV, 128-132, témoignent des réticences exprimées par l’entourage du duc, qui tenta vainement de le dissuader de s’engager dans une telle conquête.

19 III, 16 : Militibus multus planctus fuit iste sepultus. / Namque suo merito carus fuit undique Brito.

20 Gen. 2, 24 : quam ob rem relinquet homo patrem suum et matrem et adherebit uxori suae et erunt duo in carne una.

21 I, 3 : « Or, parmi les contrées de cette terre se trouve un pays qu’on nomme le Cotentin, et sur ce territoire est un village, dont le nom de Hauteville est dû moins assurément à la hauteur d’une colline sur laquelle il est situé, qu’à un présage, croyons-nous, fondé sur l’observation d’un signe annonçant la réussite et les heureux succès des futurs héritiers de ce village, lesquels, avec l’aide de Dieu et par leur propre vaillance, allaient accéder par degrés au haut sommet des honneurs. Nous ne savons pas, en effet, si c’est pour avoir observé ce qui lui plaisait chez les générations précédentes ou chez leurs futurs héritiers, ou même chez les deux, que la divine providence éleva ces héritiers à de tels honneurs que, semblablement à ce qui avait été promis à Abraham, ils se multiplièrent pour devenir un grand peuple, étendirent leur domination par les armes et assujettirent de nombreux peuples : voilà l’histoire que nous relaterons d’une plume rapide au fil de notre récit. »

22 Foucher A., « Rimes et récurrences… », art. cit.

23 Ibid.

24 Le chroniqueur est d’ailleurs coutumier du fait : il procède de la même manière quand il rapporte que les Hauteville décident de crever les yeux de Gautier, ennemi de Geoffroi : comme pour éviter au lecteur de garder cette image à l’esprit, il évoque ensuite la beauté de la sœur de Gautier, dont les jambes, par leur blancheur, attiraient les poissons quand elle se baignait !

25 Cf. Foucher A., « Historia proxima poetis », L’influence de la poésie épique sur le style des historiens latins de Salluste à Ammien Marcellin, Bruxelles (collection Latomus ; 255), 2000, en particulier le chapitre IX, « Mètres et rythmes épiques en prose ».

26 Cf. Pabst B., op. cit., p. 797-819.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540