Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lyre et la pourpre

 | 
Nathalie Catellani-Dufrêne
, 
Perrin Michel

Première partie. Variations sur l'éloge du pouvoir

Ermold le Noir (ixe s.) et l’Ad Pippinum Regem

Christiane Veyrard-Cosme

Résumé

« Ermold le Noir (IXe s.) et l’Ad Pippinum Regem » : Ermold le Noir, poète carolingien (790-838), contemporain de Pépin Ier d’Aquitaine, fils de Louis le Pieux et roi d’Aquitaine de 817 à 838, fut exilé pour avoir, dit-on, incité Pépin à se dresser contre la volonté de son père. Le poète, connu pour son De Gestis Ludovici Caesaris, adressa, depuis son exil, deux épîtres en vers à Pépin qu’on a coutume de regrouper sous le titre d’Ad Pippinum Regem et de considérer comme Miroirs princiers. Nous proposons une approche thématique de ces œuvres en tâchant de montrer que ce corpus d’écrits, loin de servir la memoria des Pippinides, entend réhabiliter la mémoire d’un individu et servir de plaidoyer pro domo. Le destinateur est ainsi premier, le destinataire n’étant qu’un prétexte à la composition de l’œuvre.

Texte intégral

  • 1 Sur Ermold, cf. Dictionnaire des auteurs grecs et latins de l’Antiquité et du Moyen Âge, éd. Buchwa (...)

1Ermoldus Nigellus, Ermold le Noir, est un poète carolingien, né vers 790, et mort aux alentours de l’année 838. Il est l’exact contemporain de Pépin Ier d’Aquitaine, le Pippinus rex du titre de cet article, puisque le fils de Louis le Pieux, roi d’Aquitaine de 817 à 838, naquit en 797 et mourut la même année que le poète. D’autres événements unissent les deux personnages : après le retour en grâce de Pépin auprès de son père, au terme d’une discorde née dans les années 829-834, Ermold, lui, corrélativement, connut un temps de disgrâce pour avoir, dit-on, incité Pépin à se dresser contre la volonté de Louis qui entendait réserver une place importante au demi-frère de Pépin. Ermold, auteur du De Gestis Ludovici Caesaris, son poème le plus connu, encore appelé Faits et Gestes de Louis le Pieux, se vit contraint à l’exil dans une ville, Strasbourg, dont la population lui parut, d’après ses propres dires, fort barbare, par ses mœurs et son parler étrange qui contrastaient avec la vie dans les terres d’Aquitaine au doux climat1.

  • 2 Cf. Brugnoli G., « La prima elegia a Pipino di Ermoldo Nigello », Cultura neolatina, vol. 15, 1955, (...)
  • 3 Cf. Ermold Le Noir, Poème sur Louis le Pieux et Épîtres au roi Pépin, éd. et trad. Faral E., Paris, (...)

2C’est précisément d’exil qu’il adressa deux épîtres à Pépin qu’on a coutume de regrouper sous le titre plus générique d’Ad Pippinum Regem. Or, si le De Gestis Ludovici a fait l’objet d’une quinzaine d’articles, l’Ad Pippinum regem, que seuls deux manuscrits nous transmettent, dont en fait un seul in extenso, n’a, à ma connaissance, inspiré qu’un seul et unique article, publié en 1955 par Brugnoli, qui portait, qui plus est, sur la seule première épître2. Nous citerons le texte dans l’édition d’Edmond Faral, dernier éditeur, en 1932, du poème en l’honneur de Louis et de ces épîtres. Notre approche ne pourra donc guère citer d’analyses antérieures sur ces deux épîtres qui, pour la première, comporte 200 vers et porte le titre de Carmen Nigelli Ermoldi exulis in honorem gloriosissimi Pippini regis et qui, pour la seconde, longue de 222 vers, s’intitule simplement Ad eundem Pippinum3.

3Nous aimerions ici, après avoir rapidement évoqué leur contenu de manière analytique, proposer une approche thématique de ces œuvres en nous interrogeant sur leur statut générique et leur appartenance éventuelle au genre du Miroir des Princes, afin de dégager leur fonction essentielle.

Un texte au service de la cohésion d’un groupe ?

4Les épîtres offrent un contenu dont il convient de donner un apercu qui nous semble indispensable pour situer les passages que nous aurons l’occasion de commenter :

Épître I
vv. 1-6 : Apostrophe à Thalie, messagère du poète, chargée de gagner l’Aquitaine pour apporter son poème au roi.
vv. 7-17 : Eloge de la Charente et du palais d’Andiacum (Angeac), l’une des quatre résidences royales de Pépin en Aquitaine.
vv. 17-39 : description de la cour et focalisation progressive sur le roi et la reine.
vv. 40-70 : salutations du poète exilé aux courtisans et au roi
vv. 71-200 : échanges dialogués (avec didascalies) entre le roi, Thalie messagère du poète, le Rhin et les Vosges-avec débat contradictoire du Rhin et des Vosges sur le thème de la prospérité et de la fécondité. Conclusion du roi avec appel adressé à l’exilé à espérer un sort plus favorable (vv. 197-200).

Épître II :
vv. 1-24 : Présentation, gouvernée par le topos de modestie, du poète et de sa production poétique définie par les termes nostris versiculis dictés, non par une Muse mais par une Musella.
vv. 25-37 : éloge de Pépin (prestance et vertus)
vv. 38-50 : appel à la sagesse (demandée par le Christ)
vv. 51-68 : appel à la sagesse (Ecclésiaste) et programme airétique utile pour gouverner une société humaine.
vv. 69-108 : illustration par une anecdote tirée de la Vie des Pères, récit inséré qu’on pourrait intituler « Le pieux ermite et son chat ».
vv. 109-138 : modèles de souverains proposés à l’imitation (Saül, David, Salomon)
vv. 139-200 : Histoire des Pippinides, présentée comme enseignement dispensé par le poète à son roi.
vv. 201-206 : auto-présentation du poète exilé en Suzanne biblique, injustement accusé d’intriguer contre Louis le Pieux.
vv. 207-222 : appel à la clémence royale et au soutien royal en cas d’attaque infondée.

  • 4 Cf. L’Astronome, Vie de Louis le Pieux, 61 in La succession de Charlemagne : vie de Louis le Pieux, (...)

5Le contexte historique de production des œuvres signale l’existence de rivalités entre courtisans, en particulier entre les Aquitains, d’une part, et, d’autre part, les conseillers choisis par Louis le Pieux pour son fils Pépin d’Aquitaine ; c’est du moins ce que mentionnera ensuite le rédacteur de la Vie de Louis le Pieux qu’on appelle l’Astronome, en différents chapitres qui présentent l’Aquitaine comme terre d’insolence, aux habitants « par nature turbulents », où « la classe des hommes sages avait pour ainsi dire fondue », « où les hommes étaient poussés à la révolte par cette maladie de sédition qui leur était naturelle », terre d’un « peuple qui s’abandonnait à la légèreté, à tous les vices, et renonçait à la raison et à la constance » ; l’Astronome brosse de Pépin d’Aquitaine le portrait d’un prince « désobéissant », « impatient », qui se signalait par « le désordre de ses mœurs » voire « des mœurs dépravées » et « errait de tous côtés4 ». Dans ce contexte, la célébration hyperbolique du royaume d’Aquitaine, en contrepoint de la présentation des terres où coule le Rhin, toute d’amplification, semble servir la cause d’un groupe, celui des Aquitains, avant toute autre communauté.

Descriptions géographiques en contrepoint et célébration de l’Aquitaine

  • 5 Cf. Ermold, Ep. I, v. 7, p. 202 : Est fluuius nostris fama modo notus in aruis.

6Les Épîtres en vers adressées à Pépin avancent ainsi à plusieurs reprises les notions de terroir, terre, région, contrée, souvent regroupées sous l’appellation arua nostra5, et unissent très étroitement la célébration épique de la Charente qui traverse la région natale du poète et les terres du vaste royaume d’Aquitaine, pays des eaux sur lequel règne Pépin. La veine épidictique de l’écriture poétique ermoldienne choisit à dessein un principe d’accumulation, accumulation de notes géographiques mettant sur le même plan des zones aussi éloignées que les terres de l’ouest, du sud ouest ou de l’est pour ne sélectionner dans ces contrées que des points communs, stylisant la nature paradisiaque et luxuriante de ces régions. La combinaison d’éléments à première vue sans lien aucun, qu’unit pourtant une thématique imposée, celle d’une nature généreuse, renforce le caractère hyperbolique et stéréotypé de l’éloge d’un royaume.

  • 6 Cf. ibid., v. 11-12, p. 202-203 : Aurea rura sibi flauescunt rosea prata/Fertilis arboribus, uitibu (...)
  • 7 Cf. ibid., v. 81-85, p. 208-209 : Bacchus habet colles, pubescunt montibus uuae / vallibus in medii (...)
  • 8 Cf. ibid., v. 92-93, p. 208-209 : Mercibus innumeris opifex nec pisce secunda/Fluminibus magnis sum (...)
  • 9 Cf. ibid., v. 135-136 et v. 138, p. 212-213 : Quae tibi, Rhene, dedi, Ligeri fortasse dedissem / Si (...)

7La description laudative du fluuius Curanta, la Charente, qui ouvre la première épître6, cours d’eau riche en poissons, pratorum germine laetus (bordé de gras pâturages), trouve ainsi un prolongement et un écho inattendus dans la présentation du Rhin, au terme de la même lettre7, reprise immédiatement par le monologue du fleuve : « Je suis le Rhin, créateur de richesses innombrables et plus peuplé de poissons qu’aucun des grands fleuves8. » Or Thalie l’interrompt et s’exclame : « Rhin, les paroles qui sont tiennes, je les prêterais peut-être à la Loire, s’il m’était permis de revoir ma patrie. Donnez-moi libre chemin, à travers vos terres, vers mon pays9 ! » En ces vers se manifeste l’essence même du verbe d’Ermold, créer un monde.

Finalité du langage poétique d’Ermold

  • 10 Cf. ibid., v. 1-2, p. 202 : Perge, Thalia, placet, nostro sociata labori / Magnifico regi fer mea d (...)

8La composition, adoptée par le poète, où le Rhin enchâssé entre deux descriptions des terres de l’ouest et du sud ouest carolingiens, l’une à l’ouverture de l’épître, la seconde en clausule, sert de mise en abyme à la célébration des terres de Pépin, placée dans la bouche d’une figure, Thalie, porte-parole du poète10, et manifeste la capacité de la parole poétique à créer au sens performatif un effet-monde. L’expressivité poétique a pour fonction essentielle, non de découvrir nécessairement la vérité, mais de créer un royaume aquitain paré de toutes les vertus, une terre paradisiaque, en mettant en scène par la polyphonie de voix concordantes et consonantes, celles du Roi, du Rhin, des Vosges et de Thalie, un consensus, une cohésion, une concorde, l’homonoia qui fondent la dimension épidictique de ce passage. Les exclamations, les intensifs sont également indicateurs de polyphonie, tandis que les répétitions, symétries et ressemblances relèvent d’une recherche identique de cohérence et d’unanimité que la forme choisie, la poésie, cadre contraignant et clos, propose selon plusieurs modalités, en combinant énoncé linéaire et présentation tabulaire. L’acte illocutoire qui préside à l’écriture a pour finalité de proposer à la contemplation de l’auditoire un royaume d’Aquitaine harmonieux d’où l’intrigue et le complot ou les conjurations contre Louis le Pieux sont bannis. Adressé à un souverain, Pépin, dont l’Astronome aime pourtant plus volontiers signaler les excès et les vices, en une terre aquitaine qui est pour lui synonyme de luxe et de luxure, le poème d’Ermold a tout d’une composition porteuse d’un logos entièrement performatif, strictement orienté vers un appel à contempler, au moins dans les termes et les mots qui la définissent ainsi, la paisible et apaisante beauté des terres d’Aquitaine, calmes et prospères, riches de produits que la nature donne sans compter comme aux plus belles heures de l’âge d’or. La célébration de l’Aquitaine est ainsi l’acte inaugural mais aussi la note finale d’un corpus qui est donc lui-même clos. Elle impose une vision orientée d’un royaume qu’elle entend réhabiliter auprès de l’opinion commune contemporaine.

9Les historiens médiévistes, pourtant, loin de relever ce point, ne mentionnent ces épîtres que pour les données célébrant Pépin d’Aquitaine lui-même, voyant en ces poèmes une mise en œuvre des liens qu’entretiennent poésie et politique sous l’angle particulier d’un Miroir des Princes, pour ainsi dire, avant la lettre. De fait, certains éléments fondent un éloge royal qui tendrait à imposer Pépin Ier comme modèle de dirigeant chrétien.

Pépin Ier, modèle de souverain

Rubriques de l’éloge

10La première apparition du roi est l’occasion, à la faveur d’un discret remploi d’un vers de Venance Fortunat (III, 23, 1-3), de mettre en scène l’élément constitutif du personnage, sa composante épiphanique, puisque le souverain, comparé à Phébus, est la plupart du temps désigné comme Roi soleil :

  • 11 Cf. ibid., v. 28-32, p. 204-205 : De même que Phébus illumine la terre de ses rayons / de même que (...)

Ut Phoebus radiis totum dilucidat orbem,
Utque calore suo nubila cuncta fugat,
Arboribusque, satis, nautis sua gaudia signans
Haud aliter populo rex ueniendo placet
11.

  • 12 Sur ce thème dans l’idéologie carolingienne, cf. notre article « Le thème de la lumière dans l’oeuv (...)

11Par ce type d’énoncé, présenté comme indiscutable, et comportant une vérité présupposée dans son contenu propositionnel, se met en place un effet d’évidence, propre à la célébration épidictique, qui soustrait l’argument à une possible délibération et confère au souverain une aura où les données mythologiques sur la lumière se marient, sans difficulté aucune, avec l’éloge d’un souverain chrétien souvent présenté par les textes carolingiens comme Porte-Lumière ou Lucifer / Étoile du Matin / Soleil rayonnant12.

12Or, il est un autre élément spéculaire, le catalogue de souverains que le poète propose comme paradigmes de dirigeants politiques à son royal allocutaire.

Modèles de souverains

13On observe une cohabitation harmonieuse de l’Antiquité païenne et du monde biblique dans les figures prototypiques proposées par le poète comme souverains paradigmatiques, types, au sens exégétique du terme, que leur antitype, le souverain Pépin, est appelé à imiter mais plus encore à parachever en portant à la perfection l’exemple qu’ils incarnent, à une nuance près : les modèles antiques sont cités comme étant d’emblée largement dépassés par le souverain franc :

  • 13 Cf. Ermold, Ep. II, v. 25-40, p. 218-221 : Issu de la race brillante des Césars, Pépin / roi qui tr (...)

Caesareo ueniens pulchro de germine Pippin,
Rex generate piis et geniture pios,
Pulcher es aspectu, uultu pulcherrimus extas,
Atque oculis paribus lumina digna geris.
Vertice de summo plantam ut ueniatur ad imam,
In toto macula corpore nulla manet ;
Et tibi lingua sagax, prudens uerbum, inclita uox est,
Sensus adest facilis, mensque benigna satis :
Si Veneris soboles, Priami si filius adsit,
Hector et Aeneas cedet uterque tibi.
Regibus antiquis quicquid cecinere poetae,
Tu, Pippine meus, omnia solus habes.
Omnia conueniunt regali in corpore membra ;
Conueniat casto Christum in amore coli,
Muneris est cuius, regni quod sceptra gubernas,
Qui tibi plura ualet, si placet, alme, dare
13.

  • 14 Cf. ibid., v. 117-132, p. 226-227.
  • 15 Cf. ibid., v. 139, p. 228.
  • 16 Cf. ibid., v. 143-144, p. 228 : nam genus, alme, tuum ut regni suscepit honorem / Ecclesiae satagen (...)

14Les modèles bibliques, eux, déclinent les noms de Saül, en tant que primus rex unctus, de David le psalmiste, roi et prophète du Tonnant, de Salomon le sage14. Toutefois, la transition qui infléchit le poème vers une évocation épique de la maison des Pippinides a de quoi étonner : les rois bibliques, pour vaillants qu’ils aient été, demeurent en effet, aux yeux du poète, bien en deçà des mérites de Louis le Pieux : Nulla ualent melius proprii quam gesta parentis15. Célébrant alors la famille franque, Ermold chante la gloire d’une lignée qui sut ménager et enrichir l’Église16, aspect primordial et historique dans l’histoire des Pippinides, assurés de l’appui des souverains pontifes et des évêques s’ils devenaient milites Christi.

  • 17 Cf. ibid., v. 147-150, p. 228-229.
  • 18 Cf. ibid., v. 151-154, p. 228-229.
  • 19 Cf. ibid., v. 155-159.
  • 20 Cf. ibid., v. 160, p. 228 : Romuleum Francis praestitit imperium.

15Consacrant à chaque figure majeure des Pippinides, chaque fois quatre vers, Ermold souligne les mérites successifs de Pépin de Herstal17, de Charles le Grand18 (Charles Martel), de Pépin le Bref19, de Carolus armipotens, (Charlemagne), qui « acquit aux Francs l’empire de Romulus20 ». Charlemagne a droit à un énoncé airétique plus développé, reposant sur une juxtaposition de vertus ordonnée en un catalogue attendu, comparable à celui l’on trouve dans le Codex Carolinus, ensemble de lettres adressées par les papes aux Francs et les célébrant par la même titulature :

  • 21 Cf. ibid., v. 161-166, p. 228-229 : Roi bon et sage, doux, noble, vertueux, / auguste, majestueux, (...)

Rex bonus et sapiens, mitis, praeclarus, honestus,
Augustus, placidus, bellipotensque pius,
Ecclesiae custos, sapientia munere cuius
Surrexit, longo tempore posthabita
21.

16Rompant avec la litanie des vertus, le poète use même de formules globalisantes, voire de pantonymes pour tenter d’atteindre l’exhaustivité, avant de conclure :

  • 22 Cf. ibid., v. 165-166, p. 228-229 : Ma faible Muse, je l’avoue, ne peut rapporter maintenant les ex (...)

Nostra nequit, fateor, gracilis nunc Musa referre
Inclita gesta uiri : rus, polus, aequor habent
22.

  • 23 Cf. ibid., v. 179-180, p. 230-231 : Tributor / perspexit famulum, cui sceptra daret. Le Dispensateu (...)

17Mais c’est à l’occasion de la mention de Louis le Pieux, appelé Louis César, que le poète, distinguant le troisième des fils de Charlemagne23, déploie un éloge aux vers 181-200, précisant, au terme de ce passage, le caractère solaire de Louis :

  • 24 Cf. ibid., v. 195-198, p. 230-231 : Portant sur son visage l’éclat de Phébus, / mêlant à sa parole (...)

Cuius in aspectu Phoebi radiatur imago,
Cuius ab ore fluunt dulcia mella satis ;
Nam terrena regens, meritis transcendit Olimphum,
Viuus in aetherea iam modo sede micat
24.

  • 25 Cf. ibid., v. 199-200, p. 232 : Non aliunde, peto, in genitore exempla require / quae gessit facito (...)

18La conclusion, ici, permet de mesurer la manière dont l’épidictique aboutit généralement à une parénèse, puisque cette conclusion se termine par la formule « Ne va pas, je t’en prie, chercher d’exemple ailleurs que chez ton père : fais ce qu’il a fait ; ce qu’il fait, fais-le toi-même25 », conseil qui renforce, en dernier lieu, une disposition proairétique présentée comme établie de toute éternité chez les Pippinides.

Finalité esthétique ou finalité déontique ? Du discours d’éloge au discours délibératif

De simples accents spéculaires

19Faut-il pour autant déduire de ces extraits l’appartenance générique de l’Ad Pippinum au Fürstenspiegel ? Einar Mar Jonsson, dans un article de 2006, intitulé « Les “miroirs aux princes” sont-ils un genre littéraire ? », définit comme critère d’identification d’un Miroir la simple mention dans le titre d’une œuvre d’un rapport existant entre son auteur et un personnage royal. Il précise ainsi :

  • 26 Cf. Einar Már Jónsson, « Les “miroirs aux princes” sont-ils un genre littéraire ? », Médiévales 51, (...)

Les titres qui se réfèrent au rapport entre l’auteur et le roi sont bien moins nombreux, mais on relève : La seconde élégie pour le roi Pépin d’Aquitaine d’Ermold le noir (vers 828) et Admonitio Jonae episcopi ad Pippinum de Jonas d’Orléans (vers 831, connu aujourd’hui sous le titre De institutione regia), auxquels on pourrait peut-être ajouter les épîtres Ad proceres regni et Ad episcopos regni de Hincmar de Reims (882). Les titres du premier groupe peuvent d’ailleurs aussi être complétés par le nom du destinataire. Ainsi le titre complet de l’œuvre majeure de Hincmar est : De regis persona et regio ministerio ad Carolum regem26.

  • 27 Cf. Ep. II, v. 69-104, p. 222-225.
  • 28 Cf. ibid., v. 112, p. 226-227. Ce vers est fondé sur Isidore, Etymologies, IX, 3, 1 et 4 : Rex rega (...)

20De fait, on pourrait dire que plusieurs éléments vont dans le sens de l’inscription des épîtres d’Ermold dans le genre du Speculum : la présence de catalogues minimaux de vertus, la mention de figures archétypales de bons souverains à imiter ou de mauvais gouvernants à rejeter, la présence d’une anecdote invitant le souverain à se conduire en ermite, c’est-à-dire à rejeter tout plaisir coupable comme avait fini par le faire le pieux ermite de la Vie des Pères, tenté dans un premier temps par l’affection unique d’un animal qu’il avait apprivoisé et dont il s’occupait exclusivement au lieu de prier à heures régulières27, l’insistance sur le prestige des souverains francs qui avaient par le passé travaillé en lien étroit avec l’Église, le vers mentionnant à la suite d’Isidore l’étymologie du mot rex28.

21Pourtant, sur les 422 vers que comptent au total les deux épîtres, ces points représentent moins d’un tiers des deux poèmes. Ce sont plutôt ce que nous appellerions des accents spéculaires, des inflexions, ou, s’agissant de miroirs, des réflexions ponctuellement développées, mais ce ne sont en aucun cas des thèmes majeurs ou dominants.

L’éloge, moyen stratégique

  • 29 Cf. Ermold, Poème en l’honneur de Louis, v. 2627-2649, p. 200-201.
  • 30 Cf. Ep. II, v. 203-204, p. 232-233 : Testis adest Christus, tu, rex mitissime, nosti/Inuidiae haec (...)

22Dans ces épîtres, le poète use davantage de l’éloge du roi comme d’un moyen stratégique : il s’autorise de l’appel à l’imitation de faits et de gestes passés, que l’amplification et la tradition historique ont mués, dans la présentation communément admise des souverains francs ancêtres de Pépin, en traits prototypiques, notamment de l’appel à la clémence, à l’équité, pour mieux présenter comme inéluctables les actions royales à venir du souverain d’Aquitaine, en particulier celles qui vont illustrer la clémence et modération permettant son retour en grâce et la fin d’un exil à Strasbourg qui lui pèse grandement, de la même manière qu’il présente comme acquise la clémence du souverain à son égard au terme du poème en l’honneur de Louis29. Alors que l’épidictique ne confond d’ordinaire pas l’objet du jugement avec l’objet du discours, se cantonnant à un jugement sur la seule matière du discours, l’éloge du souverain chez Ermold est utilisé à des fins qui ancrent l’énoncé davantage dans le genre délibératif, et semble viser une finalité déontique, l’objet du discours et du jugement étant d’amener le souverain destinataire du poème à se prononcer sur la nature utile ou nuisible de la décision de Louis d’exiler le poète : « Le Christ m’en est témoin, et tu le sais, roi très clément, ce sont les aiguillons de l’envie qui ont suscité mes malheurs30 ».

23De même, chacune des épîtres se clôt sur un long passage brossant du poète un auto-portrait en exilé, injustement condamné à mener une existence terne en des contrées barbares bien éloignées de la lumineuse Aquitaine et de son souverain Phébus.

  • 31 Cf. ibid., v. 201-203, 207-208 et 215-222, p. 232-233 : Voilà, roi, ce que j’avais coutume autrefoi (...)

24Au terme de l’épître II, le poète s’exclame31 :

Haec tibi, rex, quondam uerbis scriptisque solebam
Dicere, non ea quae composuere quidam […].
Sit tua uita diu pulchra cum coniuge Ringart
Pippin amate Deo, rex uenerande satis […].
Carmina nostra tuo, princeps, tutamine posco
Ante tuos uultus sint recitata, pie ;
Quisque cupit nostros molimine rodere uersus,
Audiat a uobis : « Parce ! Nigellus abest ».
Rex bone, te propter famulum consiste Nigellum ;
Quisque cupit, artem inferat : arma gero !
Er-modolata tibi conscripsit carmina- Moldus,
Nominis ut famuli sis memor, alme, tui.

  • 32 Cf. Ep. I, v. 173-196, p. 214-217 : Voilà le pays où, pour ses fautes, votre sujet se trouve exilé  (...)

25Mais la première épître, elle, s’achève sur la complainte de l’exilé et la clémence royale que Thalie prête au Roi32 :

His pro peccatis uester manet exul in aruis,
Haec urbs, hic populus, hic sacer, haec pietas.
Exilium leuius quamquam sit munere nostrum,
Edocet exilium res ratione duplex :
Una est quod solus patriis deiectus ab aruis,
Altera quod te, rex, cernere, celse, nequit.
Si sibi rura, domus, seu praedia multa darentur,
Te sine nulla putat, quicquid habere ualet.
Rex :
Parce, Thalia, precor, sunt nobis digna
Carmina, quae noster exul habere uelit ;
Nouimus exilio multos tolerasse laborem
Gentiles, fateor, Ecclesiaeque uiros ;
E quibus ut ualeas paucis cognoscere multa,
Mente teneto, precor, quae tibi dicta dabo :
Exul ob inuidiam quam multos Naso labores
Pertulit, haec tibimet nota, Thalia, manent ;
Ipse poeta Maro, patrio spoliatus honore,
Versibus en reditum, arte redemit agros ;
Qui potius colitur Christi dilectus amore,
Phatmos Iohannes truditur exilio ;
Clauiger ipse Petrus, nec non fortissimus heros
Paulus clau……
Hilarius, radians Pictauis in urbe sacerdos,
Extera pro Christo sustulit exilia.

  • 33 Cf. ibid., p. 217, n. 1.

26Si les exemples, comme le fit d’ailleurs remarquer l’éditeur Faral, ne sont pas toujours des plus heureux33 – Ovide, Pierre et Paul finirent leurs jours en exil, et, pour Pierre et Paul, en tout cas, connurent une fin dramatique –, ils n’en sont pas moins le signe d’une volonté chez le poète Ermold de se glisser au sein d’une galerie de grands personnages exilés, figures de martyrs choisies à dessein par un poète soucieux de souligner avant tout l’injustice de son sort, plus encore que la marginalisation dont il se sent victime. Le souci d’une memoria personnelle le pousse à recourir à une amplification lui permettant, par l’entrelacs du parénétique et du symbouleutique, de brouiller les distinctions illocutoires entre éléments assertifs et directifs. L’épidictique ici, qui célèbre la memoria des Pippinides et de Pépin d’Aquitaine, en réservant en fait la part belle au père de ce dernier, Louis le Pieux, dont le courroux avait valu à Ermold sa condamnation, est un moyen détourné de renverser une situation personnelle inconfortable, tout en stylisant un portrait en pied du poète en émule de grands auteurs païens et chrétiens.

  • 34 Nous adoptons ici la typologie présentée dans Searle J. R., Vanderveken D., Foundations of Illocuti (...)
  • 35 Cf. Ep. II, v. 215-218, p. 232.
  • 36 Cf. ibid., v. 113, p. 226.

27Dans l’Ad Pippinum regem, tous les actes illocutoires sont repérables34 : l’assertif qui représente un état de choses présenté comme réel, l’incomparable supériorité de l’Aquitaine et de Pépin ; le promissif, qui s’engage auprès de l’allocutaire à réaliser l’état de choses représenté (Ermold conseiller vertueux et valeureux de Pépin, injustement condamné, est digne d’œuvrer à la prospérité de l’Aquitaine) ; le directif qui tente d’obtenir de l’allocutaire, Pépin, la réalisation de l’état de choses représenté (la grâce), le déclaratif (qui réalise l’état de chose représenté) en présentant la réhabilitation comme déjà inscrite dans les grandes réalisations à venir du souverain (« Qu’avec ta protection mes poèmes soient lus devant toi. Que quiconque essaiera d’y mordre avec les dents de l’envie s’entende dire par toi “Assez35 !” »), et, enfin, l’expressif, qui exprime un état psychologique à propos de ce qui est représenté, ici imploration et déploration de l’exilé. (« Moi, humble serviteur, je ne rappelle ces choses qu’en tremblant36. »)

  • 37 Cf. sur ces points, Vanderveken D., Les actes de discours. Bruxelles, Mardaga, coll. « Philosophie (...)

28Qui plus est, la liste des nombreux verbes auxquels recourt le poète pour définir son agir, verbes plus variés que ceux qui définissent l’agir royal, correspond aux verbes relevés par Vanderveken définissant la force illocutoire expressive : approuver, complimenter, déplorer, s’excuser, se lamenter, se plaindre, récriminer, remercier, saluer37.

29L’Ad Pippinum Regem n’est donc pas, à notre avis, un corpus d’écrits relevant du genre du Miroir où la poésie serait au service d’une memoria collective, celle des Pippinides, celle du monde carolingien. Il s’agit plutôt d’un ensemble de vers qui entendent réhabiliter la mémoire d’un individu et servir de plaidoyer pro domo. Les liens entre poésie et politique sont donc bien présents mais le discours d’éloge, dont le pouvoir est en principe de soustraire les décisions éthiques à la discussion contradictoire, cède ici la place au genre délibératif, qui met en cause la nature utile ou nuisible d’une action, ici l’utilité de la condamnation à l’exil du poète, voire au genre judiciaire qui, par sa finalité épistémique, a pour objet de discours et de jugement la nature juste ou injuste des actions imputables à un être, ici le rôle rempli par Ermold aux côtés de Pépin.

30L’auditoire est ainsi progressivement amené par le poète à passer de la contemplation de la beauté des terres d’Aquitaine et de la prestance royale, dimension spectaculaire inhérente à l’épidictique, à la nécessité de se prononcer sur le rôle joué par le poète dans les intrigues menées contre Louis le Pieux et sur son influence dans l’entourage de Pépin.

31Si l’épidictique aboutit à une variété de conseil, la parénèse, qui renforce une disposition à la vertu déjà bien établie, le délibératif ici vise à fournir un conseil portant sur la praxis d’un individu, Ermold, qui se campe en sujet présumé vertueux. Le destinateur est premier, le destinataire n’étant qu’un prétexte à la composition de l’œuvre.

32À qui s’interrogerait toutefois sur l’effet de ces poèmes sur le souverain, nous ne pourrons que signaler la mention en 838 dans les documents officiels d’un chancelier Hermoldus présent aux côtés du roi Pépin : il est tentant de penser que le chancelier Hermoldus et le poète Ermoldus Nigellus ne font qu’un et que le discours poétique de l’Ad Pippinum regem toucha donc, par ses aspects mouvants, épidictiques, délibératifs, judiciaires, son royal allocutaire !

Notes

1 Sur Ermold, cf. Dictionnaire des auteurs grecs et latins de l’Antiquité et du Moyen Âge, éd. Buchwald W., Hohlweg A., Prinz O., traduit et mis à jour par Berger J.-D. et Billen J., Brepols, 1991, p. 277.

2 Cf. Brugnoli G., « La prima elegia a Pipino di Ermoldo Nigello », Cultura neolatina, vol. 15, 1955, p. 133-142.

3 Cf. Ermold Le Noir, Poème sur Louis le Pieux et Épîtres au roi Pépin, éd. et trad. Faral E., Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 202-233.

4 Cf. L’Astronome, Vie de Louis le Pieux, 61 in La succession de Charlemagne : vie de Louis le Pieux, par Ermold Le Noir et l’Anonyme dit l’Astronome, trad. par Guizot M. et Fougère R., Clermont-Ferrand, Paleo, Sources de l’histoire de France, 2001.

5 Cf. Ermold, Ep. I, v. 7, p. 202 : Est fluuius nostris fama modo notus in aruis.

6 Cf. ibid., v. 11-12, p. 202-203 : Aurea rura sibi flauescunt rosea prata/Fertilis arboribus, uitibus atque satis.

7 Cf. ibid., v. 81-85, p. 208-209 : Bacchus habet colles, pubescunt montibus uuae / vallibus in mediis pinguia culta satis / Pinguia culta nimis putrique simillima fimo / qui solet agricolis horrea laeta dare. / Arua ferunt Cererem, colles dant copia uini / Wasace, das siluas, Rhenus opimat humum.
(La vigne couvre les côteaux, sur le penchant desquels mûrit le raisin ; et des terres fécondes occupent le fond des vallées, pareilles à l’engrais longuement décomposé, grâce auquel s’emplissent les greniers du cultivateur. Les champs portent les moissons. Les côteaux donnent du vin, Vosges, vous donnez des forêts, le Rhin fertilise le sol) (trad. Faral).

8 Cf. ibid., v. 92-93, p. 208-209 : Mercibus innumeris opifex nec pisce secunda/Fluminibus magnis sum quia Rhenus ego.

9 Cf. ibid., v. 135-136 et v. 138, p. 212-213 : Quae tibi, Rhene, dedi, Ligeri fortasse dedissem / Si licitum patriam posse redire foret / […] / tutum iter ad patriam per tua rura dato !

10 Cf. ibid., v. 1-2, p. 202 : Perge, Thalia, placet, nostro sociata labori / Magnifico regi fer mea dicta celer. (Thalie, compagne de mes épreuves, va, je le veux, et porte promptement mes paroles au roi magnifique.)

11 Cf. ibid., v. 28-32, p. 204-205 : De même que Phébus illumine la terre de ses rayons / de même que de sa flamme il disperse tous les nuages / annonçant la joie aux arbres, aux moissons, au vaisseau du navigateur / de même l’apparition du roi est un bonheur pour son peuple (trad. E. Faral).

12 Sur ce thème dans l’idéologie carolingienne, cf. notre article « Le thème de la lumière dans l’oeuvre d’Alcuin », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, Paris, De Boccard, 1997, p. 170-175.

13 Cf. Ermold, Ep. II, v. 25-40, p. 218-221 : Issu de la race brillante des Césars, Pépin / roi qui transmettras à tes descendants la piété de tes ancêtres / tu possèdes la beauté, ton visage émerveille / et tu portes dans tes yeux un regard admirable. / De la tête aux pieds, / en tout ton corps, nul défaut ; / ta langue est prudente, ta parole avisée, ta voix captivante ; / tu as l’esprit délié et le coeur généreux : / Enée, fils de Vénus, Hector, fils de Priam, / s’effaceraient, l’un et l’autre, devant toi. / Les vertus que les poètes ont attribuées aux rois anciens, / tu les possèdes toutes, mon cher Pépin, à toi seul. / La perfection physique pare ton corps royal : / joins-y la perfection d’adorer d’un coeur pur le Christ, / par le bienfait duquel tu tiens ton royaume / et qui peut, roi vénérable, te donner plus encore, s’Il le veut (trad. Faral).

14 Cf. ibid., v. 117-132, p. 226-227.

15 Cf. ibid., v. 139, p. 228.

16 Cf. ibid., v. 143-144, p. 228 : nam genus, alme, tuum ut regni suscepit honorem / Ecclesiae satagens crescere fecit opus.

17 Cf. ibid., v. 147-150, p. 228-229.

18 Cf. ibid., v. 151-154, p. 228-229.

19 Cf. ibid., v. 155-159.

20 Cf. ibid., v. 160, p. 228 : Romuleum Francis praestitit imperium.

21 Cf. ibid., v. 161-166, p. 228-229 : Roi bon et sage, doux, noble, vertueux, / auguste, majestueux, puissant aux armes et pieux, / défenseur de l’Église, qui restaura les sciences, / depuis longtemps négligées (trad. Faral)

22 Cf. ibid., v. 165-166, p. 228-229 : Ma faible Muse, je l’avoue, ne peut rapporter maintenant les exploits de ce héros : la terre, le ciel et l’eau en sont remplis (trad. Faral).

23 Cf. ibid., v. 179-180, p. 230-231 : Tributor / perspexit famulum, cui sceptra daret. Le Dispensateur divin distingua un serviteur à qui confier l’empire (trad. Faral).

24 Cf. ibid., v. 195-198, p. 230-231 : Portant sur son visage l’éclat de Phébus, / mêlant à sa parole la douceur du miel, / roi terrestre il s’élève par ses vertus au dessus de l’Olympe, / brillant déjà quoique encore en vie, dans la demeure des cieux.

25 Cf. ibid., v. 199-200, p. 232 : Non aliunde, peto, in genitore exempla require / quae gessit facito, quae facit ipse gere.

26 Cf. Einar Már Jónsson, « Les “miroirs aux princes” sont-ils un genre littéraire ? », Médiévales 51, 2006, p. 153-166, ici p. 156.

27 Cf. Ep. II, v. 69-104, p. 222-225.

28 Cf. ibid., v. 112, p. 226-227. Ce vers est fondé sur Isidore, Etymologies, IX, 3, 1 et 4 : Rex regat ut populum : hinc quoque nomen habet.

29 Cf. Ermold, Poème en l’honneur de Louis, v. 2627-2649, p. 200-201.

30 Cf. Ep. II, v. 203-204, p. 232-233 : Testis adest Christus, tu, rex mitissime, nosti/Inuidiae haec stimulis improperata mihi.

31 Cf. ibid., v. 201-203, 207-208 et 215-222, p. 232-233 : Voilà, roi, ce que j’avais coutume autrefois de te dire et de t’écrire, et non pas ce que certains ont imaginé. […] Vis une longue vie auprès de ta belle épouse Ringart, Pépin aimé de Dieu, roi profondément venerable […]. Je sollicite, pieux roi, qu’avec ta protection mes poèmes soient lus devant toi. Que quiconque essaiera d’y mordre avec les dents de l’envie, s’entende dire par toi : « Assez ! Le Noir n’est pas là ! » Bon roi, assiste ton serviteur le Noir. Que celui qui veut déclare la guerre : je suis armé ! Ermold t’a composé ces chants pour que tu te souviennes, auguste roi, de ton serviteur (trad. Faral).

32 Cf. Ep. I, v. 173-196, p. 214-217 : Voilà le pays où, pour ses fautes, votre sujet se trouve exilé ; voilà la ville où il réside, sa population, son miséricordieux évêque. Bien que mon exil soit plus doux que je ne l’aurais mérité, deux choses m’avertissent que c’est un exil : l’une, que, tout seul, je me retrouve relégué loin de ma patrie : l’autre que je ne puis, roi glorieux, t’apercevoir. Me donnerait-on terres, palais, biens immenses, je tiendrais pour rien, privé de toi, tout ce que je pourrais posséder.
Le roi :
Arrête Thalie. Les chants que notre exilé s’est plu à composer m’intéressent. Beaucoup, gentils et chrétiens ont eu, nous le savons, et je le dis, à supporter les peines de l’exil. Pour ne t’en citer que quelques uns, rappelle toi, je te prie, ceux ci. Tu sais, Thalie, quelles épreuves un exil infligé par l’envie imposa à Ovide. Le poète Virgile lui même, chassé de l’héritage paternel, obtint par ses vers son retour et la restitution de ses terres. Celui qui fut particulièrement chéri du Christ, Jean, fut exilé à Patmos. Pierre lui même, le porte-clés et Paul, le robuste champion… Hilaire, le rayonnant évêque de Poitiers, supporta pour le nom du Christ l’exil en terre étrangère (trad. Faral).

33 Cf. ibid., p. 217, n. 1.

34 Nous adoptons ici la typologie présentée dans Searle J. R., Vanderveken D., Foundations of Illocutionary Logic. Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

35 Cf. Ep. II, v. 215-218, p. 232.

36 Cf. ibid., v. 113, p. 226.

37 Cf. sur ces points, Vanderveken D., Les actes de discours. Bruxelles, Mardaga, coll. « Philosophie et Langage », 1988.

Auteur

Université Paris-Sorbonne-Paris IV

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540