Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Troisième partie. Topographies et géographies de la clandestinité urbaine

Migration clandestine et bidonvilles

Les immigrants portugais des années soixante

Marie-Christine Volovitch-Tavares

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 L'immigration des Portugais en France avait démarré à la faveur de la Grande Guerre et culmina à 5 (...)
  • 2 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, éd. Autrement, 19 (...)
  • 3 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « L'introuvable accord de main-d'œuvre franco-portugais, 1919-1971 » da (...)
  • 4 Édouard Mills-Affif, Filmer les immigrés, les représentations audiovisuelles de l'immigration à la (...)
  • 5 Dans le cadre des mobilisations contre les lois Pasqua, divers collectifs se constituèrent à parti (...)
  • 6 Dès la décennie 1965-1975, de nombreux articles de journaux présentèrent ces aspects de l'immigrat (...)

1Au milieu des années soixante, la société française découvrait avec une certaine stupeur les réalités de l'immigration des Portugais dont les entrées s'accéléraient depuis le début de la décennie1. On apprenait tout à la fois qu'ils avaient dû émigrer clandestinement, qu'ils étaient entrés en France en situation irrégulière et que le tiers de ceux qui vivaient dans la région parisienne avaient trouvé refuge dans des bidonvilles, tout particulièrement dans celui de Champigny-sur-Marne qui, avec 15 000 Portugais, était devenu le plus grand bidonville de France2. On était d'autant plus surpris par ces situations de clandestinité, d'illégalité et de marginalité que le recrutement de travailleurs portugais avait été encouragé par le gouvernement et les employeurs français3. À partir de ce moment-là et pendant une quinzaine d'années, les paradoxes de cette situation et la détresse de nombreux immigrés portugais firent l'objet de nombreux reportages dans les journaux, à la radio, à la télévision, et dans quelques films, alors que la situation des immigrés prenait une large place dans les débats et les luttes sociales en France. Puis, à partir des années quatre-vingt, les réalités de l'immigration portugaise passèrent peu à peu au second plan, et cet effacement permit qu'émergent des stéréotypes sur les Portugais en France4, même si plusieurs travaux de recherche (sociologiques, démographiques ou linguistiques) nuancèrent et remirent en cause ces représentations. Au milieu des années quatre-vingt-dix, on put mesurer la force de l'oubli de ce que fut l'immigration des Portugais dans les Trente Glorieuses, lorsque l'actualité remit en pleine lumière la question des immigrants sans-papiers et que l'on vit avec étonnement un « Collectif portugais5 » rappeler ces années difficiles, pendant lesquelles tant d'hommes, de femmes et d'enfants durent s'abriter dans les interstices marginaux de la vie urbaine6.

2Pendant longtemps, de nombreux Portugais qui avaient vécu en bidonville refusèrent d'en parler, retenus soit par une sorte de honte, soit par un désir de « tourner la page », qui les rendit souvent muets vis-à-vis de leur famille au Portugal comme de leurs enfants qui, la plupart du temps, se gardèrent bien de poser des questions. Ce passé, que beaucoup de Portugais et de Français avaient voulu effacer de leur mémoire, ressurgit à présent, nostalgique et interrogateur. C'est un passé tout à la fois en phase et décalé par rapport à l'actualité des clandestinités et des illégalités urbaines, celle des sans-papiers, des expulsés, des incendies de taudis et des destructions de baraques clandestines. C'est une histoire complexe qui réveille des mémoires longtemps douloureuses. Les recherches historiques qui se développent depuis une dizaine d'années sur l'histoire de l'immigration des Portugais, permettent de sortir des mythes simplificateurs qui se sont développés en France comme au Portugal et de s'interroger sur les enjeux et les paradoxes de cette immigration, comme sur les politiques migratoires des gouvernements français et portugais.

  • 7 Cristina Climaco, La presse de l'émigration politique portugaise en France, analyse du journal O S (...)

3La notion de « clandestinité » recouvre des situations très différentes dans le cas des immigrants portugais des Trente Glorieuses. La plupart étaient venus en France avec l'espoir de sortir, grâce à leur travail, des impasses où les maintenaient les blocages économiques et sociaux du Portugal. À côté d'eux un noyau d'exilés politiques portugais se réfugia en France pour poursuivre leur lutte contre la dictature salazariste et sa guerre coloniale, sous des formes plus ou moins clandestines. Toutefois l'histoire de ces opposants politiques n'en est qu'à ses prémices7 et elle ne sera envisagée ici que dans la mesure où elle a recoupé celle de la majorité des immigrants économiques.

4Si on envisage la clandestinité comme l'illégalité, la transgression des lois, on retrouve ces émigrants illégaux, traversant sans papiers deux frontières pour entrer irrégulièrement en France où nombre d'entre eux vécurent, un temps plus ou moins long, sans autorisation de séjour ni contrat de travail et où beaucoup échouèrent dans l'habitat totalement illégal des bidonvilles.

5Si on envisage la clandestinité sous l'angle de la dissimulation, on retrouve les réseaux de passeurs, les « combines », parfois les trafics, pour obtenir du travail, des papiers ou un logement. On retrouve aussi l'abri précaire des taudis surpeuplés et des baraques plus ou moins dissimulées à la marge des zones urbaines.

6Si c'est la clandestinité sous l'angle d'un repli, d'un « entre-soi » parfois protecteur, on découvre la vie en bidonvilles entre compatriotes.

  • 8 La communication présentée ici reprend en la complétant une communication présentée lors d'un sémi (...)

7Si on envisage enfin la clandestinité comme ce dont on ne parle pas, on constate un triple silence sur ces épisodes douloureux : d'une part le silence, presque tabou, jeté sur les réalités cruelles de ces années-là par la plupart des immigrés portugais, d'autre part le voile jeté au Portugal sur les responsabilités de la dictature salazariste, enfin l'oubli de la société française qui a souvent préféré rejeter les réalités dérangeantes de l'immigration portugaise pour adopter des discours convenus sur une immigration sans problèmes, proposée parfois même en « modèle8 ».

8Dans la perspective d'une réflexion sur les situations de clandestinité, on peut distinguer trois étapes dans les parcours des Portugais : en premier lieu celle de l'immigration illégale, puis celle du logement marginalisé dans les bidonvilles, et enfin celle de la résorption des bidonvilles et des formes de résistance aux solutions imposées. Pour chacune de ces trois étapes, j'essaierai de montrer comment s'imbriquèrent les situations subies et les choix volontaires. Il ne s'agira pas ici d'une périodisation chronologique, puisque durant près de quinze ans, de 1960 à 1974, les immigrants portugais de chaque nouvelle « vague » d'arrivées ont dû, pour la plupart, parcourir de nouveau chacune de ces étapes.

Des centaines de milliers d'émigrants clandestins et d'immigrés illégaux

  • 9 Miriam Halpern Pereira, A politica portuguesa de Emigração, 1850-1930, A Regra do Jogo, 1981.
  • 10 La Junta de Emigração fut supprimée en 1969, après qu'une attaque cérébrale eut éloigné Salazar du (...)
  • 11 Ce qui fut au contraire la situation des Espagnols dans les années soixante, après que le gouverne (...)

9La première cause de clandestinité pour les migrants portugais fut la politique de la dictature portugaise, qui renforça les freins que, depuis le xixe siècle, les élites portugaises mettaient à l'émigration d'une main-d'œuvre nombreuse et peu coûteuse9. La Junta de Emigração, créée en 1947, attribuait avec parcimonie des passeports d'émigrants que l'on peinait à obtenir, après des démarches longues et coûteuses10. Et il n'était pas question non plus d'accorder des passeports de touristes aux paysans pauvres et peu scolarisés qui formaient la majorité des candidats à l'émigration11.

Des migrants poussés à la clandestinité

  • 12 En 1967 l'émigration clandestine, qui jusque là était déjà un délit, devient légalement un crime. (...)
  • 13 Victor Pereira, « Encadrer et surveiller, l'état portugais et les Portugais en France de 1958 à 19 (...)

10Tout au long des années soixante, la dictature salazariste, aux prises avec de nombreuses contradictions, mena une politique migratoire ambiguë et parfois contradictoire. D'un côté elle maintint les obstacles à l'émigration légale, mais de l'autre elle accepta en décembre 1963 de signer un accord de main-d'œuvre que la France demandait depuis longtemps. Néanmoins, non seulement le Portugal freina au maximum l'application de l'accord, en maintenant jusqu'à la mort du vieux dictateur, en 1970, les obstacles à l'émigration légale, mais encore, en 1967, on renforça l'arsenal des sanctions légales contre l'émigration clandestine12. Enfin, la prolongation de la guerre coloniale portugaise (de 1961 à 1974) bloqua l'émigration légale des jeunes gens dont on alla jusqu'à contrôler très étroitement les départs dès l'âge de 16 ans. Mais parallèlement, les contradictions internes du régime l'amenèrent à fermer les yeux sur la croissance de l'émigration clandestine. Celle-ci avait ses avantages puisqu'elle contribuait à la fois à faire baisser la pression démographique et sociale dans les campagnes, et qu'elle apportait au Portugal l'énorme apport financier des transferts d'économies des migrants dans les banques portugaises. Au total, le régime salazariste laissa se développer l'émigration clandestine, tout en maintenant des sanctions, arbitraires et irrégulières, pour garder le contrôle sur les émigrants et leurs familles restées au Portugal13. La situation se modifia en partie en 1971, après la mort du vieux dictateur, lorsque son successeur libéralisa totalement l'émigration économique et signa un nouvel accord avec la France, tout en maintenant les contrôles sur les départs des jeunes mobilisables. Cette libéralisation de l'émigration n'eut qu'un impact relatif, car la grande vague des départs était déjà achevée. D'ailleurs le régime était près de sa fin. C'est ainsi que des centaines de milliers de Portugais, poussés à l'exode par une situation économique en mutation chaotique et par les impasses politiques d'une dictature à l'interminable agonie, choisirent, de plus en plus nombreux, de partir clandestinement, grâce à toutes sortes de complicités, onéreuses ou désintéressées.

Partir « a salto », avec « un passeport de lapin »14

  • 14 L'expression « a salto » (en sautant... par-dessus les frontières) désigne depuis le milieu des an (...)
  • 15 Émigration clandestine vers le Brésil depuis le xixe siècle, cf. Miriam Halpern Pereira, op. cit.
  • 16 Sur l'émigration « a salto », le réalisateur José Vieira, arrivé jeune en France avec ses parents, (...)

11L'émigration clandestine, « a salto », dura presque jusqu'à la fin de la dictature portugaise, en 1974. Cette émigration se fit de mille façons. Ce fut parfois un voyage en solitaire ou à deux, d'autres fois le voyage se fit avec des membres de la famille, des voisins ou des amis. Mais la très grande majorité des départs clandestins se firent dans des groupes de plusieurs dizaines d'émigrants, encadrés par des passeurs portugais, espagnols et français qu'il fallait rétribuer (les prix assez élevés au début des années soixante baissèrent progressivement, tout en restant importants pour nombre de candidats au départ). Ces réseaux assez lâches prirent souvent la suite de réseaux plus anciens. C'était le cas dans le nord du Portugal, qui connaissait depuis longtemps l'émigration clandestine des Portugais à la frontière galicienne15. Ce fut aussi le cas à la frontière nord-est, entre le Portugal et la Castille, où l'émigration clandestine prit le relais d'activités de contrebande. Ce fut enfin, dans les Pyrénées, la suite d'anciens réseaux qui avaient déjà servi aux contrebandiers mais aussi, dans les années trente et quarante, à de nombreux exilés clandestins, désirant traverser d'un côté ou de l'autre. Durant ces longs parcours clandestins, les hommes (parfois des femmes), furent entassés « comme des animaux » dans des camions, parfois dans des voitures démunies pour l'occasion de leurs sièges arrière, mal nourris et peu protégés du froid ou de la chaleur, durant des centaines de kilomètres à travers l'Espagne mais aussi la France, cachés pendant leurs haltes dans des hangars, des granges ou des bergeries16. Ils furent nombreux à devoir faire une partie plus ou moins longue du chemin à pied, parfois la nuit, souvent par des chemins écartés pour ne pas être repérés. Ils furent surtout nombreux à faire à pied la traversée des Pyrénées, et ce par tous les temps. Certains arrivaient si épuisés à Hendaye que l'on y ouvrit, à la fin des années soixante, un poste d'accueil sous la responsabilité du Comité Lyautey. Bon nombre de ces réseaux aboutissaient dans les bidonvilles de la région parisienne.

  • 17 C. de Chalonge était proche du Parti Communiste français. Son film, lors de sa sortie en 1967, fut (...)
  • 18 Ainsi le héros, simple artisan de village, est capable dès son arrivée à Paris de comprendre et pa (...)
  • 19 Le film est plus juste sur les réalités françaises, comme ces jeunes français qui n'ont retenu que (...)
  • 20 Au milieu des années quatre-vingt-dix, lors d'une rétrospective de ses films à la cinémathèque nat (...)

12Sorti en 1967, le film O Salto, réalisé par C. de Chalonge, se proposa de raconter une de ces épopées avec la plongée finale dans les baraques du bidonville de Champigny17. On a pu reprocher au film certains épisodes, parfois trop romancés, parfois peu vraisemblables18. Mais l'intérêt principal du film, surtout à l'époque où il est sorti, tient dans ses passages réalistes, avec la traversée risquée de deux frontières, les heures d'entassement en camion et le dépouillement des clandestins par de petits escrocs. Il est essentiel de remarquer que ce film destiné au grand public provoqua une sorte de choc19. On découvrait des réalités difficiles à imaginer en pleine période de paix et de prospérité, des histoires qui rappelaient à certains des épisodes vieux d'un quart de siècle, avec d'autres réfugiés20 (même s'il n'était pas question de pousser loin le parallèle). On s'étonnait de retrouver des immigrants européens dans de telles situations, ce qui indiquait à quel point les réalités portugaises étaient ignorées en France.

Les gouvernements français s'accommodèrent des immigrés portugais illégaux

  • 21 Marie-Christine Volovitch-Tavares, « L'immigration portugaise et l'impossible accord de main-d'œuv (...)

13Côté français, les responsables politiques étaient favorables dès les années vingt au recrutement massif de travailleurs portugais. Depuis les années cinquante, ils avaient entamé des négociations pour la signature d'un accord de main-d'œuvre avec le Portugal, comme on l'avait fait avec l'Italie et comme on le faisait aussi parallèlement avec l'Espagne21.

14De ce fait, et jusqu'aux premières années de la décennie soixante, la politique française à l'égard des entrées illégales de Portugais hésita entre régularisations et refoulements, dans l'attente d'un accord avec le Portugal, puis dans l'espoir de son application.

  • 22 La police française maintint toutefois sa surveillance sur ceux des jeunes émigrants, souvent des (...)

15Cependant, devant la mauvaise volonté des autorités portugaises, on décida de régulariser de plus en plus rapidement les Portugais. Au tournant des années soixante et soixante-dix, on alla jusqu'à leur accorder, dès la frontière, un récépissé leur permettant d'être légalement en France, le temps d'obtenir leur carte de séjour et de travail22.

16Les gouvernements français ouvrirent de plus en plus largement l'entrée du territoire aux travailleurs portugais, mais la méconnaissance de la société française par les immigrants portugais resta longtemps très forte, ce qui permit assez longtemps les pratiques d'« intermédiaires » qui se faisaient payer leurs « services » non seulement pour l'obtention des papiers administratifs indispensables, mais aussi pour un travail ou un hébergement.

  • 23 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Les immigrés portugais à Champigny-sur-Marne, le choc des cultures », (...)
  • 24 CAC-Fontainebleau, 820312, art. 16, Préfecture de la Seine, L'immigration portugaise dans la régio (...)
  • 25 Alfredo Da Cruz, Présence portugaise. L'immigration portugaise vue à travers un journal de l'Églis (...)

17Il fallut attendre le milieu des années soixante, alors que près de 50 000 Portugais entraient annuellement en France, la plupart illégalement, pour que les autorités françaises prennent quelques mesures rendant les démarches administratives plus accessibles aux Portugais. Les administrations françaises ont longtemps manqué d'interprètes et ne savaient pas grand-chose de ces nouveaux immigrants23. Ces derniers, de leur côté, ignoraient tout de la langue et de l'administration du pays où ils arrivaient. C'est pourquoi, dans la région parisienne où arrivait la moitié des Portugais, la préfecture de la Seine entreprit en 1964 une enquête sur ces nouveaux immigrants24. En 1965, on ouvrit deux antennes de la préfecture de police qui leur étaient spécialement réservées, l'une à Paris rue de Crimée et l'autre à l'entrée du bidonville de Champigny (à laquelle on adjoignit une antenne pour les affaires sociales). On ouvrit également des antennes à Hendaye. Mais ces mesures restèrent inférieures aux besoins, ce qui explique que de nombreux Portugais durent compter sur leurs compatriotes, au risque de devoir s'en remettre à des intermédiaires plus ou moins honnêtes, intermédiaires dont l'activité se développa en particulier au bidonville de Champigny. Il fallut en outre quelque temps aux émigrants de chaque nouvelle « vague » pour régulariser leur séjour et être en règle pour leur travail. Des habitudes s'ancrèrent ainsi, chez beaucoup de Portugais, de compter d'abord sur leurs seules capacités et sur leurs liens avec des compatriotes, même si du côté de la société française des solidarités associatives (ASTI), syndicales (CGT, CFDT) et politiques (PCF, PSU et groupes d'extrême gauche) se développèrent à leur égard à partir du milieu des années soixante25.

Les bidonvilles, une vie à la marge dans un habitat illégal

  • 26 Avec la première vague encore modeste des années 1960-1963, les Portugais en France passent de 30  (...)
  • 27 João Ramos, responsable CGT secteur construction, siège central de la CGT, mai 1997.

18La situation qui se mit en place dès la fin des années cinquante perdura, pour chaque nouvelle vague d'immigrants, jusqu'au début des années soixante-dix. La vague des années 1962-1964 déborda rapidement le modeste noyau de Portugais présents dans les années cinquante et elle fut à son tour dépassée par les arrivées massives des années 1965-1967, lesquelles à leur tour furent en partie noyées par les entrées exceptionnelles de 1969 et 197026. Les travailleurs portugais (hommes et femmes) trouvèrent assez facilement du travail (avec contrat ou au noir), mais la question du logement resta dramatique. Pour ces immigrants, la crise du logement, encore plus aiguë dans la région parisienne où ils s'installèrent massivement, fut aggravée par la modestie de leurs ressources et le désir farouche d'en préserver l'essentiel pour un retour rapide au Portugal. Enfin, ajoutons le fort handicap de leur ignorance de la langue et de la société françaises et les insuffisances criantes de politique d'accueil de l'État. Quant au patronat, il se préoccupa très peu du logement de ces travailleurs, alors que certaines entreprises allaient jusqu'à les recruter à l'orée du bidonville de Champigny. Les rares foyers du bâtiment et de l'industrie restèrent médiocres, et on alla jusqu'à loger des travailleurs portugais dans des baraques de chantier ou même des hangars à peine habitables, installés dans des lieux isolés de la région parisienne27.

  • 28 Au nord-est du Portugal, frontalière de la Vieille Castille et qui fut une des grandes régions d'é (...)

19Prenons un simple exemple, parmi d'autres, pour illustrer cette situation. En 1959, Natividade avait immigré avec ses parents (elle avait alors sept ans). Dès le début des années soixante, ces derniers commencèrent à accueillir dans leur petit deux pièces de Gentilly de nouveaux immigrants, d'abord des membres de leur famille plus ou moins proche, puis des voisins arrivés de leur village du Tras-Os-Montes28. Ils les hébergeaient quelques jours, le temps de leur trouver du travail et un abri, en comptant sur les liens interpersonnels entre Portugais.

  • 29 Natividade M., entrevue à Lisbonne, juillet 1996.

20Dès qu'elle eut une dizaine d'années, Natividade les aida à remplir les papiers nécessaires pour se mettre en règle avec l'administration française, allant jusqu'à les accompagner le jeudi (alors jour sans école) jusqu'aux guichets de la préfecture. Mais bientôt ces émigrants arrivèrent de plus en plus en plus nombreux et surtout au lieu d'être encore des voisins ou des gens de leur village, où chacun était connu, ils venaient de villages plus éloignés. Natividade et ses parents hébergèrent alors parfois jusqu'à quatre à cinq personnes qui s'entassaient dans leur logis étriqué dont il fallait le soir couvrir le sol de matelas de fortune. L'accueil ne pouvait plus fonctionner, et le père décida d'amener au bidonville de Champigny ceux qui continueraient à frapper à sa porte29.

  • 30 « Années de boue », l'expression a été choisie, pour qualifier cette période, dans l'exposition ré (...)
  • 31 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Du temps des baraques au temps de la mémoire retrouvée » dans « Portu (...)

21Ces « années de boue30 » furent étroitement liées au caractère massivement clandestin de l'émigration des Portugais, puisque de nombreux réseaux du « salto » aboutissaient dans des bidonvilles31. Certains passeurs étaient en contact avec des logeurs ou avec des « intermédiaires » présents dans des bidonvilles, qui faisaient payer leurs services pour fournir des papiers ou un engagement sur un chantier. Une partie de ces voyages clandestins, en camion ou dans des voitures bondées, aboutissait directement à Champigny, parfois dans d'autres bidonvilles. Quand le rôle des passeurs s'arrêtait à la frontière française, les Portugais prenaient le train à Hendaye, avec des billets que leur avaient fournis les passeurs (avec le prix du passage) ou qu'ils achetaient à des guichetiers qui s'étaient habitués à ces nouveaux voyageurs. Il arrivait aussi que des taxis amènent plusieurs passagers jusqu'à leur destination (l'adresse, parfois mal écrite, d'un membre de la famille, d'un ancien voisin ou d'un compatriote auquel ils étaient recommandés). C'était une course intéressante puisque les émigrants clandestins portugais ignoraient les distances à parcourir et les tarifs habituels. Ceux qui arrivaient gare d'Austerlitz, sans personne pour les accueillir, étaient happés par d'autres taxis qui les déposaient, lorsqu'ils n'avaient pas d'adresse, à l'orée d'un des bidonvilles « portugais », tout particulièrement à Champigny. Ce bidonville assez particulier connut une croissance exceptionnelle. Alors qu'il était encore embryonnaire à la fin des années cinquante, on y recensa jusqu'à 15 000 habitants en 1965. Cet essor très particulier s'explique par le fait qu'il assuma le triple rôle de lieu d'habitation, de pôle de recrutement et de « plaque tournante » pour l'immigration portugaise, non seulement vers toute la région parisienne mais aussi vers toute la France et vers d'autres pays d'Europe. Ainsi l'histoire de ce bidonville est-elle étroitement liée à la décennie de l'essor exceptionnel de l'immigration illégale des Portugais en France.

Marginalité et illégalité dans les bidonvilles

22Les Portugais qui se retrouvèrent en bidonville furent souvent des migrants clandestins entrés illégalement en France, mais d'autres, venus légalement, furent amenés à se réfugier dans l'habitat illégal des baraques à cause de la crise du logement et de leur ignorance de la société française.

  • 32 Dans les années soixante les Portugais furent avec les Algériens les immigrés les plus nombreux en (...)
  • 33 Préfecture de la Seine, L'immigration portugaise dans la région parisienne, enquête citée.

23Jusque dans les années 1964-1965, la croissance accélérée de l'immigration portugaise resta ignorée de très larges secteurs de la société française et très mal connue de nombreuses administrations. Depuis les années cinquante jusqu'au milieu des années soixante, on avait surtout été sensible aux arrivées d'Italiens, d'Espagnols et d'Algériens. On prit alors conscience, tout à la fois, de l'importance de cette immigration et de la présence massive de Portugais dans les bidonvilles de la région parisienne. C'est en effet uniquement dans cette région, où s'installèrent la moitié des migrants portugais, que plusieurs milliers d'entre eux vécurent en bidonville, à la différence d'autres immigrés que l'on retrouva aussi en bidonville autour de Lyon et de Marseille32. Dès 1964, une enquête de la préfecture de la Seine établit que le tiers des 44 000 Portugais présents dans la région de la capitale vivaient dans des bidonvilles33. Les années suivantes, les entrées de Portugais s'amplifièrent, débordant rapidement les modestes capacités d'insertion des Portugais déjà présents, et annulant les premières mesures de résorption des bidonvilles. Ainsi, en 1968, 10 % des 150 000 Portugais de la région parisienne vivaient dans des bidonvilles. Ils furent rejoints par une partie des Portugais qui arrivèrent dans les années 1969 et 1970, années d'entrées record.

  • 34 Antonio Saraiva, Les Portugais dans les bidonvilles du nord-est de la banlieue parisienne (1961-19 (...)
  • 35 Comme le montre le film de Robert Bozzi, Les gens des baraques, Dvd JBA éditions, 1995.

24Des années soixante aux années soixante-dix, on recensa des Portugais dans tous les types de bidonvilles de la région parisienne, sur des terrains publics ou privés comme dans des banlieues proches ou lointaines34. Des Portugais se retrouvèrent parfois aux côtés d'autres immigrés comme à Nanterre avec des Algériens ou avec des Espagnols comme à St Denis dans le bidonville des Francs-Moisins35.

25Mais ils formèrent souvent des bidonvilles spécifiquement portugais, parfois de taille modeste comme ceux de Villejuif, Fontenay-sous-Bois, Carrières-sur-seine ou Massy, parfois très peuplés comme ceux de Villeneuve-le-Roi et plus encore celui de Champigny-sur-Marne qui était alors, et de très loin, le plus peuplé des bidonvilles de France. Ce dernier perdit sa fonction de « plaque tournante » au début des années soixante-dix, lorsqu'on accéléra les mesures de résorption.

26Dans tous les aspects du fonctionnement des bidonvilles, on retrouve l'illégalité et la marginalité. Les baraques avaient été édifiées sans autorisation sur des terrains non constructibles, qu'ils aient été publics ou privés, qu'ils soient dans le domaine d'une entreprise publique ou qu'ils aient été « gelés » pour l'aménagement de la région parisienne. Or, certains de ces terrains furent vendus ou loués par des Français, leurs propriétaires privés, à des Portugais, qui y édifièrent des baraques pour eux-mêmes mais aussi éventuellement pour des compatriotes dont ils recevaient parfois un loyer. Certaines de ces pratiques allèrent au-delà d'arrangements entre quelques personnes et devinrent des trafics plus ou moins importants, entraînant des interventions de police et des mesures d'expulsion. L'extension des bidonvilles, totalement illégale, donna lieu, à partir de 1966, à des tensions sourdes et nombreuses entre les immigrés et les services chargés de la résorption des bidonvilles. On assista aussi à la surpopulation de certaines baraques après les destructions d'autres abris.

  • 36 Anibal De Almeida, « Un bidonville est-il un domicile ? », Hommes et Migrations, n° 114, 3e et 4e (...)
  • 37 Cf. W. Monteiro, Les immigrés portugais parlent, ouvrage cité.

27Certaines situations soulignèrent les paradoxes de cette vie marginalisée et à la limite de la légalité. Ce fut le cas du courrier puisque de nombreux immigrés « achetèrent une adresse » auprès de compatriotes ou de Français36. Quant au fonctionnement des commerces, le plus souvent des sortes de gargottes-épiceries, il resta aussi à la marge de la légalité, toléré par les services préfectoraux qui connaissaient leur existence et surveillaient ces zones marginalisées. Il y eut toutefois peu d'interventions policières dans les bidonvilles « portugais », en dehors des actions de résorption, dans la mesure où on estima que les troubles à l'ordre public et les trafics ne prenaient pas trop d'envergure. Des bruits circulèrent toutefois parmi les Portugais au sujet de vols et d'agressions. On parla même de morts suspectes37. Dans un tel contexte, il ne fut pas facile de faire des recensements et le nombre de Portugais vivant en bidonville resta toujours approximatif.

  • 38 Une étude pionnière sur les immigrés portugais fut celle de Maria Beatriz Rocha Trindade, Immigrés (...)
  • 39 Une journaliste portugaise, Fernanda Bizarro vient de réaliser pour la télévision portugaise (RPT (...)

28Le passage par des bidonvilles pesa fortement, directement ou indirectement, sur l'ensemble des immigrés portugais en France. Tous ceux de la région parisienne ne vécurent pas en bidonville38, mais beaucoup d'entre eux y passèrent quelques heures, quelques jours, quelques semaines, voire plusieurs années (jusqu'à quatre à six ans). La population des bidonvilles étant instable et s'étant renouvelée continuellement au cours des quinze années de leur extension, il n'est pas possible de la chiffrer très précisément ; on peut cependant l'évaluer à plusieurs dizaines de milliers. Mais, au-delà des chiffres, ce qui reste fondamental, c'est que la très grande majorité de ces migrants fut touchée par ce phénomène, qu'ils aient été migrants illégaux ou légaux, et quelles qu'aient été leurs histoires individuelles, puisqu'au-delà des milliers de ceux qui passèrent peu de temps dans les bidonvilles ou qui y vécurent plus longtemps, des milliers d'autres Portugais vinrent y rencontrer des compatriotes, avoir des nouvelles, chercher du travail. Ajoutons que, au Portugal, cette image de la vie en bidonville fut très souvent liée à ceux qui émigrèrent en France. Longtemps dépréciative, elle a pris plus récemment une coloration positive, à travers la valorisation du courage de ceux qui y vécurent et surent en sortir39.

Sortir de la clandestinité et de la marginalité ?

La fin de l'émigration clandestine et les régularisations en France et au Portugal.

  • 40 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Le 25 avril et les immigrés portugais en France, ruptures et continui (...)

29Vis-à-vis du Portugal, il fallut attendre la chute de la dictature le 25 avril 1974, pour que toutes les situations d'émigration clandestine soient régularisées. Jusque-là, le régime portugais, sous diverses pressions (dont celle d'une partie du clergé vers la fin de la décennie) et pour ne pas rompre les liens avec ses émigrants, avait pratiqué un certain nombre de régularisations a posteriori et édicté des amnisties partielles. Elles avaient surtout profité aux émigrants venus des milieux ruraux qui n'avaient pas manifesté d'opposition au régime et dont la situation militaire était en règle. À partir de 1971, et après la mort du vieux dictateur, l'émigration fut libérée. Mais pour beaucoup de jeunes qui s'étaient soustraits à la conscription, comme pour les exilés politiques, il fallut attendre les lendemains du 25 avril 1974 et la fin de la guerre coloniale pour une amnistie totale40.

30En ce qui concerne la France, nous avons vu que les mesures vis-à-vis des passages clandestins des Pyrénées varièrent jusqu'en 1964, entre refoulement et acceptation, dans l'attente de la signature d'un accord de main-d'œuvre. Puis, après cette signature en décembre 1963, lorsqu'il devint évident que le gouvernement portugais continuait à freiner l'émigration légale, les responsables français mirent en place des mesures de régularisation de plus en plus rapides. Mais ces mesures ne mirent pas fin rapidement aux habitudes et aux pratiques de clandestinité et de marginalité, puisqu'il fallait que les émigrants clandestins aient facilement accès à ces mesures.

  • 41 Une illustration de cette situation est donnée par une enquête effectuée auprès de 350 Portugais e (...)

31Or les situations furent très variables pour les immigrants, selon le moment où ils étaient entrés en France, les modalités de leur voyage clandestin, leur degré de dépendance à l'égard des passeurs ou de ceux qui proposaient de leur fournir travail, logement ou papiers. Cela dépendait aussi de leur confiance plus ou moins grande vis-à-vis de l'administration française et enfin de leur capacité à s'insérer dans la société française. Il faut aussi prendre en compte les situations spécifiques des femmes. La plupart étaient venues clandestinement, sans contrat de travail et hors de tout regroupement familial légal (surtout à cause des clauses imposées au demandeur en matière de logement). Le plus souvent elles étaient venues au sein de groupes d'émigrants, accompagnées par des hommes de leur famille (comme épouses, sœurs ou filles), mais quelques-unes étaient seules. Les autorités françaises furent réticentes à régulariser leur situation, au contraire de ce qui se pratiquait pour les hommes. En effet non seulement les femmes n'étaient pas considérées comme une main-d'œuvre indispensable, mais encore les emplois occupés par les Portugaises, en majorité des emplois de personnel de maison, n'étaient pas favorables à l'établissement d'un contrat de travail, démarche pourtant nécessaire à leur régularisation (ceci joua en particulier pour les femmes de ménage chez les particuliers)41.

Sortir des bidonvilles ?

  • 42 Jusque-là, les décisions prises à la fin des années cinquante et la loi Debré votée en 1964 sur la (...)
  • 43 L'administration française a proposé relativement plus facilement un relogement en HLM aux famille (...)
  • 44 Au grand scandale des responsables des résorptions qui estimaient être devant un véritable travail (...)

32C'est en 1966, avec la loi Nungesser, que les mesures de résorption commencèrent pour les bidonvilles où vivaient des Portugais, et au premier chef celui de Champigny42. Mais c'est après le choc de 1968 et l'élan donné en 1970 par J. Chaban-Delmas que les mesures de résorption s'accélèrent. Elles aboutirent, au milieu des années soixante-dix, à la résorption des grands bidonvilles de la région parisienne. Les mesures de résorption avaient d'abord concerné des hommes isolés que l'on avait transférés dans des foyers plus ou moins éloignés. Plus tard on commença à reloger les familles portugaises en cités de transit et en HLM43. Parallèlement et dès avant les résorptions, des Portugais étaient sortis des bidonvilles, plus ou moins rapidement, par leurs propres moyens. Ils eurent recours aux locations les plus diverses ou à la réfection d'un habitat ancien dégradé ou encore plus rarement à des maisons qu'ils avaient eux-mêmes construites. Mais ils avaient vite été remplacés par d'autres Portugais qui continuèrent à s'installer clandestinement dans des bidonvilles, en y risquant parfois leur vie. C'est ainsi qu'en 1972 une famille de Portugais, les parents et trois enfants, moururent asphyxiés dans l'incendie d'une baraque du bidonville de Villeneuve-le-Roi. Or ils venaient d'arriver en France et s'étaient installés clandestinement dans une baraque inhabitée devant être détruite. Ainsi, même à une époque où les résorptions étaient déjà largement engagées et le contexte migratoire plus facile, on se heurtait encore à la clandestinité d'immigrants portugais44.

  • 45 M.-Chr. Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, op. cité ; Antonio Saraiv (...)

33Pour un certain nombre de Portugais, la vie dans les bidonvilles ne fut pas seulement une vie à la marge dans laquelle ils furent projetés, souvent directement depuis leurs villages jusqu'aux bidonvilles d'un monde urbain inconnu. Cette situation, d'abord subie, fut ensuite envisagée par certains comme une ressource, transitoire, pour leur projet migratoire. C'est ce qui explique la complexité des situations de sortie des bidonvilles et diverses formes de résistance de certains Portugais à la destruction des baraques et aux relogements45. Dès les premières opérations, des hommes isolés qui avaient été recensés pour la résorption restèrent introuvables dans leurs baraques le jour de l'opération. D'autres, relogés dans des foyers de travailleurs, les quittèrent très rapidement. Ces situations se répétèrent tout au long des résorptions et impliquèrent à la fois des hommes isolés et des familles.

34Comment expliquer ces réticences aux relogements organisés par l'administration ? Pour un certain nombre de Portugais, le bidonville fut tout à la fois, et paradoxalement, un lieu de douleur mais aussi une sorte de « protection ». Une des plus fortes motivations pour les réticences et les résistances fut la faiblesse du coût de l'hébergement en baraque, comparé au coût des nouveaux logements (en foyer, cité de transit ou HLM). Or une dépense minimum pour se loger pouvait donner l'espoir d'économiser plus rapidement le pécule qui assurerait un retour rapide au pays, avec les moyens d'une vie nouvelle. Mais d'autres éléments sont à prendre en compte. Ainsi, puisque c'est à l'orée du bidonville de Champigny que des employeurs venaient directement chercher des travailleurs et les transportaient jusqu'aux lieux de travail, il était important de se trouver là où l'on embauchait, pour des hommes perdus dans l'univers urbain et préoccupés de trouver du travail avant même de se soucier d'être régularisés. Par ailleurs, les relogements non concertés dispersaient les habitants et éloignaient souvent ces hommes et ces femmes de leurs lieux de travail et des repères qu'ils avaient eu tant de mal à établir. Il faut aussi prendre en compte la liberté relative du bidonville puisqu'on pouvait accueillir ses amis ou des membres de sa famille dans des baraques sans avoir à subir des contrôles restrictifs. N'oublions pas la possibilité de se retrouver entre compatriotes et de trouver des informations pour se débrouiller en France. Au bidonville, on pouvait même retrouver des bribes de la vie que l'on avait quittée et participer parfois à des réunions festives. Tout ceci était fondamental en l'absence d'un accueil efficace de l'administration française, et puisque ces émigrants ne pouvaient pas attendre de soutien du gouvernement portugais. Ajoutons que les réticences aux relogements imposés furent accentuées par certaines brutalités de l'administration française dans les résorptions.

35De ce fait, la vie des Portugais dans les bidonvilles ne prit pas fin avec la résorption des bidonvilles. Certains migrants firent le choix délibéré de se maintenir dans l'illégalité et la clandestinité en se réfugiant dans d'autres baraques surpeuplées ou dans des micro-bidonvilles qui se multiplièrent alors dans des zones plus ou moins proches des bidonvilles résorbés, surtout à la limite de l'ancien département de la Seine, alors le seul concerné par les opérations de résorption. Une petite minorité vécut encore quelques années dans des baraques que l'on cherchait à camoufler le plus possible en abris de jardins, derrière les haies et les murs de vétustes pavillons de banlieue appartenant à des compatriotes dont ils utilisèrent jusqu'aux caves et aux greniers.

  • 46 En 1971, la résistance des Portugais du « bidonville portugais » de Massy (Essonne) s'est articulé (...)

36La plupart du temps, ces refus furent silencieux, mais quelques cas eurent une certaine publicité, surtout celui, exceptionnel, du refus des habitants du « bidonville des Portugais » à Massy (Essonne). Ces habitants n'acceptèrent pas les relogements non concertés et, dans leur protestation, ils eurent l'appui d'associations (ASTI), de syndicats (CFDT, CGT), de groupes et de partis politiques de gauche et d'extrême gauche, dans le contexte des luttes de solidarité avec les immigrés du début des années soixante-dix46. Cet épisode fut une étape marquante de la sortie de la clandestinité et de la marginalité pour les immigrants portugais en France.

37Pour des milliers d'immigrants portugais, la clandestinité fut à la fois une situation subie et un choix. Le départ dans l'illégalité fut imposé par la dictature portugaise qui entravait l'émigration légale, mais il fut aussi le choix délibéré des migrants de contourner ces restrictions, en prenant des risques, pour sortir d'une situation économique et sociale sans avenir. Pour la petite minorité d'opposants politiques, choisir ces départs clandestins permettait de continuer la lutte contre la dictature et la guerre coloniale. L'aboutissement dans les bidonvilles de la région parisienne fut le résultat de situations subies, mais la vie dans les bidonvilles, a pu être, temporairement, un choix, une sorte de « sas » pour entrer dans la société française tout autant qu'une opportunité financière. Ainsi, dans la vie au bidonville, s'imbriquèrent à la fois une clandestinité subie et la volonté d'essayer de tirer parti de cette situation.

  • 47 On peut consulter à l'INA des émissions de télévision qui se firent l'écho de ces situations. Ains (...)

38L'avènement de la démocratie au Portugal et la fin de toutes les situations d'illégalité comme la résorption des bidonvilles auraient dû mettre un point final à la clandestinité des Portugais en France. Or, le retournement complet de la politique d'immigration française, à partir de 1974, toucha aussi les Portugais, mettant de nouveau certains d'entre eux en marge de la loi. En effet, l'immigration portugaise, quoique plus modeste, se poursuivit après 1974, et ce, en dépit des nouveaux obstacles qu'il fallait surmonter, cette fois-ci du fait des nouvelles mesures de restriction prises par la France. C'est pourquoi, lors des régularisations de 1981-1982, les Portugais formèrent encore un dixième des sans papiers régularisés. Et, même si en 1986, le Portugal est entré dans le Marché Commun, la libre circulation de ses travailleurs fut retardée jusqu'en 1992, ce qui explique que l'on découvrit encore des Portugais immigrés irréguliers dans la France des années quatre-vingt47. Depuis les années quatre-vingt-dix il y a toujours des travailleurs portugais dans l'illégalité, et même si cela tient à une histoire nouvelle, on ne peut que s'interroger sur la permanence des formes d'illégalité et de clandestinité parmi les travailleurs portugais.

Notes

1 L'immigration des Portugais en France avait démarré à la faveur de la Grande Guerre et culmina à 50 000 personnes en 1931. Ce nombre se réduisit de plus de la moitié avec la Crise, la guerre et un certain nombre de naturalisations. Cette immigration reprit dès 1945 et s'amplifia dans la décennie soixante : de 50 000 en 1962 les Portugais furent 300 000 en 1968 et 750 000 en 1975, devenant le groupe d'immigrés le plus nombreux. Voir Marie-Christine Volovitch-Tavares, « Portugais de France, un siècle de présence », dans Laurent Gervereau, Pierre Milza, Emile Temime, Toute la France, histoire de l'immigration en France au xxe siècle, éd. Somogy-BDIC/Musée d'histoire contemporaine, 1998, p. 144-153 ; M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Les Portugais dans la région parisienne, depuis la fin de la 2e guerre mondiale jusqu'en 1974 » dans Antoine Marès et Pierre Milza (dir.), Le Paris des étrangers depuis 1945, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 95-120.

2 Marie-Christine Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, éd. Autrement, 1995.

3 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « L'introuvable accord de main-d'œuvre franco-portugais, 1919-1971 » dans Pilar Gonzalez Bernaldo (coord.), « Les politiques publiques face aux problèmes migratoires », Exils et migrations ibériques, n° 7, 1997, Publications université Paris 7, collaboration CERMI et AEMIC, p. 121-136 ; Victor Pereira, « La politique d'émigration de l'Estado Novo entre 1958 et 1974 », dans « Dossier : Portugais de France, immigrés et citoyens d'Europe », Cahiers de l'Urmis, n° 9, février 2004, p. 15-33 et Victor Pereira « Une émigration favorisée. Les représentations et pratiques étatiques vis-à-vis de la migration portugaise en France (1945-1974) », dans Marie-Claude Blanc-Chaléard, Stéphane Dufoix, Patrick Weil (dir.), L'Étranger en questions, du Moyen Age à l'an 2000, éd. Le Manuscrit, Paris, 2005, p. 285-323.

4 Édouard Mills-Affif, Filmer les immigrés, les représentations audiovisuelles de l'immigration à la télévision française, 1960-1986, éd. INA-De Boeck, 2004, p. 122-138.

5 Dans le cadre des mobilisations contre les lois Pasqua, divers collectifs se constituèrent à partir de pétitions. Le « Collectif portugais » regroupant environ 400 signatures défila sous sa propre banderole dans diverses manifestations entre 1997 et 1999, voir M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Les années fondatrices des Portugais de France 1947-1974 » dans « Le Portugal entre émigration et immigration », Migrance n° 15, éd. Mémoire-Génériques, 3e trimestre 1999, p. 44-59.

6 Dès la décennie 1965-1975, de nombreux articles de journaux présentèrent ces aspects de l'immigration portugaise (Le Monde, Le Figaro, La Croix). De nombreux témoignages furent recueillis assez tôt sur l'émigration clandestine et la vie dans les bidonvilles. Voir Claude Laurent, « Les Portugais », dans « Les étrangers en France », Esprit, numéro spécial avril 1966 ; Waldemar Monteiro, Les émigrés portugais parlent, éd. Casterman, 1974 ; Jean Anglade, La vie quotidienne des immigrés en France de 1919 à nos jours, Hachette, 1976, (sur les Portugais, p. 175-192) et Juliette Minces, Les travailleurs étrangers en France, Seuil, 1973, dont l'ouvrage s'ouvre sur le long témoignage d'un jeune portugais sur son voyage « a salto » et ses débuts dans le travail en France (p. 13-25).

7 Cristina Climaco, La presse de l'émigration politique portugaise en France, analyse du journal O Salto (1970-1974), DEA, Paris VII, 1992 et Cr. Climaco, L'exil portugais en France et en Espagne, thèse de doctorat sous la dir. de A. Bachoud, Paris VII, 1998 ; Victor Pereira, Exilés politiques portugais en France, 1958-1974, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 2000 et L'état portugais et les Portugais en France de 1958 à 1974, DEA, IEP Paris, 2001 - il a publié divers articles sur ce thème (voir autres notes dans cet article) ; Alfredo Da Cruz, Présence portugaise. L'immigration portugaise vue à travers un journal de l'Église catholique de France, mémoire de maîtrise, Paris I-Panthéon Sorbonne, 1996 ; Marie-Christine Volovitch-Tavares, « Les immigrés portugais en France et la Révolution des œillets », dans Maria Helena Araujo Carreira (dir.), « De la révolution des œillets au 3e millénaire. Portugal et Afrique lusophone : 25 ans d'évolurion(s) », Travaux et documents, université Paris 8-Vincennes St Denis, n° 7, 2000, p. 147-163 et M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Les Portugais dans la région parisienne », article cité, p. 117-120 avec la liste de 86 publications (ayant eu des durées très variables) émanant d'exilés politiques portugais, entre 1965 à 1974 (dont plusieurs ne furent pas enregistrées légalement). En effet de nombreux groupes et journaux militants portugais en France ne firent pas de demande de légalisation ou eurent des directeurs de publications comme « couverture ». De même, la plupart des exilés politiques portugais ne demandèrent pas le statut de réfugiés pour « ne pas se faire repérer ».

8 La communication présentée ici reprend en la complétant une communication présentée lors d'un séminaire du Centre d'histoire sociale, Paris I-Panthéon Sorbonne, publiée dans Marie-Claude Blanc-Chaléard, Stéphane Dufoix, Patrick Weil (dir.), L'étranger en questions du Moyen Age à l'an 2000, éd Le Manuscrit, Paris, 2005, p. 261-283.

9 Miriam Halpern Pereira, A politica portuguesa de Emigração, 1850-1930, A Regra do Jogo, 1981.

10 La Junta de Emigração fut supprimée en 1969, après qu'une attaque cérébrale eut éloigné Salazar du pouvoir. La nouvelle politique de libéralisation de l'émigration aboutit en 1971, à la signature d'un nouvel accord avec la France. Cet accord prévoyait l'immigration régulière annuelle de 65 000 Portugais, excluant toutefois les jeunes gens mobilisables. Contrairement à l'accord de 1963, cet accord fut respecté par le nouveau gouvernement portugais. Toutefois le contingent annuel prévu par l'accord ne fut pas atteint car le Portugal avait subi une telle saignée démographique dans les années soixante qu'il ne restait plus de marge pour une forte émigration.

11 Ce qui fut au contraire la situation des Espagnols dans les années soixante, après que le gouvernement franquiste eut accepté de signer un accord avec le gouvernement français pour moderniser le pays. Cf. Maria José Fernandez Vicente, Émigrer sous Franco. Politiques publiques et stratégies individuelles dans l'émigration espagnole vers l'Argentine et vers la France (1945-1965), thèse Paris 7, GHSS, 2004.

12 En 1967 l'émigration clandestine, qui jusque là était déjà un délit, devient légalement un crime. Toutefois les sanctions appliquées restèrent plus modérées.

13 Victor Pereira, « Encadrer et surveiller, l'état portugais et les Portugais en France de 1958 à 1974 », dans Les Portugais et le Portugal en France au xxe siècle, Actes de la rencontre organisée par le groupe Epoca le 8 décembre 2001, éd. BDIC, Archives et histoire des relations internationales, Cahier de recherches n° 1, 2003, p. 32-48.

14 L'expression « a salto » (en sautant... par-dessus les frontières) désigne depuis le milieu des années soixante les départs clandestins des travailleurs portugais, de leurs familles et d'une minorité d'exilés politiques. Cette expression portugaise a été adoptée dès les années soixante pour désigner, en français, cette émigration (cf. le film de C. de Chalonge qui en 1967 intitule son film O Salto). L'expression « passeport de lapin » est utilisée souvent de façon familière, par les émigrants portugais eux-mêmes.

15 Émigration clandestine vers le Brésil depuis le xixe siècle, cf. Miriam Halpern Pereira, op. cit.

16 Sur l'émigration « a salto », le réalisateur José Vieira, arrivé jeune en France avec ses parents, a vécu enfant dans le bidonville de Massy. 11 a réalisé plusieurs films qui reviennent d'une façon magistrale sur les émigrations clandestines et les bidonvilles. Il a récemment réalisé « Gens du salto-Gente do salto », un double DVD/CD-Rom accompagné d'un livret, avec un moyen-mérrage « La photo déchirée » (52 minutes), et plusieurs très courts documentaires (émigrations clandestines, déserteurs portugais, Portugais sans-papiers), la Huit Production, 2005.

17 C. de Chalonge était proche du Parti Communiste français. Son film, lors de sa sortie en 1967, fut primé par l'Office catholique du cinéma.

18 Ainsi le héros, simple artisan de village, est capable dès son arrivée à Paris de comprendre et parler le français.

19 Le film est plus juste sur les réalités françaises, comme ces jeunes français qui n'ont retenu que le pittoresque de leurs vacances au Portugal. Le film est bien ancré dans des préoccupations des diverses tendances de la gauche de la France d'alors, avec l'écho de la dictature franquiste (les gardes civils espagnols qui tirent sur les fugitifs dans les Pyrénées) et l'attention portée à l'immigration algérienne (la cohabitation forcée à l'hôtel entre le jeune portugais et un travailleur algérien).

20 Au milieu des années quatre-vingt-dix, lors d'une rétrospective de ses films à la cinémathèque nationale, C. de Chalonge expliqua que l'idée de son film lui était venue d'un fait divers : des clandestins portugais abandonnés par leur passeur dans les Pyrénées, ce qui lui avait immédiatement rappelé des histoires de réfugiés clandestins lors de la 2e guerre mondiale.

21 Marie-Christine Volovitch-Tavares, « L'immigration portugaise et l'impossible accord de main-d'œuvre franco-portugais », art. cité. Victor Pereira, « Une migration favorisée », art. cité et Janine Ponty, L'immigration dans les textes, France, 1789-2002, Belin, 2003, p. 323-331.

22 La police française maintint toutefois sa surveillance sur ceux des jeunes émigrants, souvent des étudiants, que l'on pouvait soupçonner d'être des opposants à la dictature et des réfractaires ou des insoumis à la guerre coloniale et qui se mêlaient aux flots massifs de leurs concitoyens.

23 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Les immigrés portugais à Champigny-sur-Marne, le choc des cultures », dans J.-Ch. Vegliante, Phénomènes migratoires et mutations culturelles, Europe-Amériques, xixe-xxe siècles. Journée d'études du 5 avril 1996, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1998, p. 89-100. Pour répondre aux difficultés de contacts avec les Portugais, voir Manuel Antunes Da Cunha, « L'émission des travailleurs portugais (1966-1992). Des politiques migratoires au vécu des acteurs », avec le commentaire de Nathalie Leal, dans Les Portugais et le Portugal en France au xx siècle, publication BDIC déjà citée, p. 49-70. Parallèlement, en 1966, le SSAE recruta directement au Portugal une jeune assistante sociale afin d'entrer en relation avec les Portugaises des bidonvilles, très méfiantes vis-à-vis des services sociaux.

24 CAC-Fontainebleau, 820312, art. 16, Préfecture de la Seine, L'immigration portugaise dans la région parisienne, enquête effectuée de juillet 1964 à juin 1965. Présentation abrégée dans Hommes et Migrations, n° 105, (1965). L'ancien département de la Seine comprenait, outre Paris, une partie des actuels départements 78, 92, 93 et 94. Malgré la création des nouveaux départements, c'est seulement dans l'ancien territoire de la Seine que les grandes opérations de résorptions de bidonvilles ont d'abord été organisées.

25 Alfredo Da Cruz, Présence portugaise. L'immigration portugaise vue à travers un journal de l'Église catholique de France, mémoire cité ; M.-Chr. Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, op. cit ; « Les Portugais dans la région parisienne depuis 1945 », art. cité, p. 108 ; « Les années fondatrices des Portugais de France, 1947-1974 », art. cité, et « L'émergence des associations portugaises : de l'invisibilité à la légalité, des années soixante aux années quatre-vingt » dans « 1901-2001, migrations et vie associative, entre mobilisations et participation », Migrance, hors série, 4e trimestre 2002, p. 69-87.

26 Avec la première vague encore modeste des années 1960-1963, les Portugais en France passent de 30 000 (en 1956) à 50 000 (en 1962). La vague des années 1964-1967 est encore plus forte puisqu'en 1968 les Portugais sont 300 000. Les années 1969-1970 furent les plus spectaculaires, avec 120 000 Portugais entrés chacune de ces années (80 000 travailleurs, hommes, femmes, plus leur famille). Le rythme des entrées devint ensuite plus modéré. Au bilan de cette immigration très exceptionnelle, on compta 750 000 Portugais au recensement de 1975. Ils étaient devenus l'immigration la plus nombreuse (un peu avant les Algériens) et le sont restés jusqu'au dernier recensement, sauf en 1982 où les Algériens les devancèrent de peu.

27 João Ramos, responsable CGT secteur construction, siège central de la CGT, mai 1997.

28 Au nord-est du Portugal, frontalière de la Vieille Castille et qui fut une des grandes régions d'émigration vers la France dans les années soixante.

29 Natividade M., entrevue à Lisbonne, juillet 1996.

30 « Années de boue », l'expression a été choisie, pour qualifier cette période, dans l'exposition réalisée en 1989 par José Vieira, « Le rêve portugais ». L'exposition était produite pat le CEDEP (Centre d'études et de dynamisation de l'émigration portugaise) fondé par de jeunes immigrés portugais. À ce sujet voir Marie-Claude Munoz, « Le rêve portugais. Portrait d'une exposition » dans « L'immigration portugaise en France », Hommes et Migrations, n° 1123, juin-juillet 1989, p. 22-24. On peut trouver certains éléments de cette exposition sur le site Internet du récent Musée de l'émigration portugaise à Fafe, dans le nord du Portugal.

31 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Du temps des baraques au temps de la mémoire retrouvée » dans « Portugais de France », Hommes et migrations, n° 1210, nov-déc. 1997, p. 18 à 31.

32 Dans les années soixante les Portugais furent avec les Algériens les immigrés les plus nombreux en bidonville.

33 Préfecture de la Seine, L'immigration portugaise dans la région parisienne, enquête citée.

34 Antonio Saraiva, Les Portugais dans les bidonvilles du nord-est de la banlieue parisienne (1961-1973), Mémoire de maîtrise sous la dir. de M. Zancarini-Fournel, Paris 8-Saint Denis, 1995 ; Brigitte Da Graça, Le « bidonville des Portugais » de Massy, DEA sous la dir. de P. Milza, IEP Paris, 1996 et M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Du village au bidonville : les immigrés portugais dans les bidonvilles de la région parisienne (1956-1974) » dans Jean-Paul Brunet (dir.), Immigration, vie politique et populisme en banlieue parisienne (fin xixe-xxe siècles), L'Harmattan, 1995, p. 173-196 (dont p. 196 une carte avec les Portugais en bidonville dans la Seine en 1964).

35 Comme le montre le film de Robert Bozzi, Les gens des baraques, Dvd JBA éditions, 1995.

36 Anibal De Almeida, « Un bidonville est-il un domicile ? », Hommes et Migrations, n° 114, 3e et 4e trimestre 1969, p. 4-22.

37 Cf. W. Monteiro, Les immigrés portugais parlent, ouvrage cité.

38 Une étude pionnière sur les immigrés portugais fut celle de Maria Beatriz Rocha Trindade, Immigrés portugais, observation psycho-sociologique d'un groupe de Portugais dans la région parisienne (Orsay), Instituto superior de ciências sociais e politica ultramarina, Lisboa 1973 (ce livre, est tiré d'une thèse soutenue en 1970 à la Sorbonne) ; signalons, entre autres, sur le logement hors bidonvilles, Miguel Da Mota, « Les Portugais de Guimarães et de Covilhã dans l'arrondissement de Lille depuis 1917 », dans Les Portugais et le Portugal en France au xxe siècle, BDIC, 2003, publication citée, p. 12-31. Voir aussi Maria-Engracia Leandro, Au-delà des apparences, les Portugais face à l'insertion sociale, CIEMI-L'Harmattan, 1995 et Familles portugaises, projets et destins, CIEMI-L'Harmattan, 1995, deux ouvrages tirés de sa thèse, université Paris V-René Descartes, 1992.

39 Une journaliste portugaise, Fernanda Bizarro vient de réaliser pour la télévision portugaise (RPT 1) A sangria da Patria, un documentaire sur les émigrés portugais en France (mai 2006). Ce film fait partie d'une série documentaire sur l'émigration des Portugais dans le monde, intitulée « Elos que partem » (ceux qui partent), d'après une chanson écrite par un opposant à la dictature dans les années soixante.

40 M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Le 25 avril et les immigrés portugais en France, ruptures et continuités », dans Anne Dulphy et Yves Léonard (dir.), De la dictature à la démocratie, voies ibériques, Peter Lang, 2003, p. 126-137. Il fallut attendre que l'année 1975 soit largement entamée pour que l'amnistie soit entière.

41 Une illustration de cette situation est donnée par une enquête effectuée auprès de 350 Portugais et Portugaises d'un bidonville en cours de résorption par Anibal De Almeida, « Un bidonville est-il un domicile ? », art. cité.

42 Jusque-là, les décisions prises à la fin des années cinquante et la loi Debré votée en 1964 sur la résorption de l'habitat insalubre étaient restées sans effet sur le développement des bidonvilles.

43 L'administration française a proposé relativement plus facilement un relogement en HLM aux familles portugaises (et espagnoles) qu'aux autres familles d'immigrés.

44 Au grand scandale des responsables des résorptions qui estimaient être devant un véritable travail de Sisyphe.

45 M.-Chr. Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, op. cité ; Antonio Saraiva, Les Portugais dans les bidonvilles du nord-est de la banlieue parisienne (1961-1973), mémoire cité.

46 En 1971, la résistance des Portugais du « bidonville portugais » de Massy (Essonne) s'est articulée avec la lutte de différents groupes, syndicats et partis français de solidarité avec les immigrés. La lutte s'organisa fortement pour empêcher l'expulsion d'une portugaise, Lorette Fonseca. Sur cet épisode, on veut voir le beau film réalisé à l'époque par Dominique Dante : Lorette et les autres ; voir aussi Brigitte Da Graça, Le « bidonville des Portugais » à Massy, 1964-1977, DEA cité. Pour les mobilisations de solidarité avec les migrants, voir Alfredo Da Cruz, Présence portugaise, mémoire cité ; A. Saraiva, mémoire cité ; M.-Chr. Volovitch-Tavares, « Les Portugais de France », dans David Assouline et Mehdi Lallaoui, Un siècle d'immigrations en France, Troisième période, 1945 à nos jours, Syros-Au nom de la mémoire, 1997, p. 67-91, et M.-Chr. Volovitch-Tavares, « L'Église de France et l'accueil des immigrés portugais, 1960-1975 » dans M.-C. Blanc-Chaléard (dir.), « Immigration et logiques nationales, Europe xixe-xxe siècles », Le Mouvement social, n° 188, juillet-septembre 1999, p. 89-102.

47 On peut consulter à l'INA des émissions de télévision qui se firent l'écho de ces situations. Ainsi en août 1987 deux journaux d'Antenne 2, le 4 (JT soif) et 18 (JT midi) sur des travailleurs portugais clandestins. De nouveau en 1989, le cas revient sur FR3 le 5 janvier (infos régionales), sur Antenne 2, le 28 mars (JT 20 heures) et TF1 le 21 juillet, (JT 20 heures), des portugais illégaux surtout engagés sur les chantiers des futurs Jeux olympiques de Grenoble de 1992. De nouveau en 1990, retour sur des clandestins portugais à TF1 le 7 octobre (JT 20 heures) et en 1991 lors des travaux de construction d'Eurodisney de nouveau sur TF1 le 18 avril (JT 20 heures).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540