Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Troisième partie. Topographies et géographies de la clandestinité urbaine

La clandestinité des Juifs dans les villes de province sous Vichy. L'exemple de Châteauroux (1940-1944)

Simon Ostermann

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans l'analyse transversale des clandestinités urbaines, nous avons retenu le cas de la ville de Châteauroux durant la période de Vichy. Son évolution rapide sur les plans démographique et économique offrit aux Juifs traqués un accès privilégié à la clandestinité.

2Notre objectif ici est d'analyser les opportunités comme les limites du milieu urbain pour les stratégies de clandestinité. Le choix de Châteauroux, parmi toutes les villes de la région Centre, se justifie tant par sa position géographique, faisant d'elle une porte d'entrée vers la zone non occupée, que par la masse de Juifs clandestins qui y ont trouvé refuge. Quittant Paris et la zone occupée pour fuir la surveillance étatique, ils se sont mêlés aux autres réfugiés, Français et étrangers, vivant à Châteauroux. La frontière entre le visible et l'invisible se déplaça pour devenir une réalité mouvante et complexe. Précisément, la clandestinité des Juifs prenait sa source autant dans un contexte extérieur favorable, dû à une relative désorganisation des services administratifs et policiers, que dans une réflexion intérieure de défense et de secours des Juifs les plus fragiles.

3Nous nous attacherons à souligner les principaux mécanismes d'insertion dans la clandestinité et d'en comprendre les effets dans les domaines les plus variés, de la vie économique à la surveillance policière, jusqu'à l'assistance et au sauvetage des enfants.

4Notre propos s'articulera en quatre parties.

5D'abord, nous étudierons les facteurs de développement de la clandestinité. Puis, nous verrons la réaction des autorités face à l'afflux d'une population jugée indésirable. La ville de Châteauroux regroupa plusieurs services policiers, français et allemands, chargés de débusquer les Juifs clandestins. Nous nous attacherons ensuite à déterminer les différents modes de fixation dans le milieu castelroussin en pénétrant le maillage serré des organisations d'entraide. Enfin, nous examinerons le rôle de la population autochtone à travers l'exemple de la Chambre de commerce de Châteauroux. Les élites économiques favorisèrent l'activité des commerçants et artisans, venant pour la plupart de la zone Nord, constituant autant de soutien aux œuvres caritatives.

  • 1 Il convient de se reporter au glossaire des abréviations à la fin de l'article pour connaître l'in (...)

6Cette étude accorde une place prépondérante aux sources préfectorales et à celles du Commissariat général aux questions juives (CGQJ), complétées par les archives locales qui nous offrent des éléments d'analyse de premier ordre1. Les délibérations de la Chambre de commerce de Châteauroux ont été croisées avec des sources orales et des documents privés. En confrontant les écrits officiels aux témoignages de celles et ceux qui eurent à dissimuler la nature de leur activité, nous tenterons de dessiner une vue d'ensemble de la clandestinité des Juifs à Châteauroux des années 1940-1944.

Les facteurs de développement de la clandestinité

7Au cœur d'un territoire entouré de 150 kilomètres de ligne de démarcation, Châteauroux était le principal centre urbain de zone libre sur le parcours de fuite des Juifs de zone occupée. La masse et la forte diversité des réfugiés leur permettaient d'échapper au processus d'identification antijuif mis en place par les autorités.

Le refus du fichage

  • 2 Nombre total des réfugiés repliés dans l'Indre, le 29 septembre 1939. AN F23 226.
  • 3 Courrier du maire Louis Deschizeaux au préfet, le 10 octobre 1941. AN 2AG 516.
  • 4 Loi portant statut des Juifs, promulguée en remplacement de la loi du 3 octobre 1940, le 2 juin 19 (...)
  • 5 Instructions de la 2e division relatives au recensement des Juifs, le 16 juillet 1941, AMC 9H18.

8Après la déclaration de guerre, plusieurs dizaines de milliers d'Alsaciens-Lorrains, dont 15 000 Juifs français et étrangers, furent évacués vers les départements du Centre. Les évacués de Strasbourg représentaient une large majorité des personnes repliées dans l'Indre, 12 349 des 13 879 réfugiés que comptait ce département, au 29 septembre 19392. Avec l'arrivée des Alsaciens et des évacués de la région parisienne, la population castelroussine passa, à partir de l'automne 1939, de 29 000 à près de 45 000 habitants. Le chiffre total se stabilisa autour de 40 000 (soit une croissance de 27.5 % en moins de deux ans), selon les données fournies par le maire de Châteauroux au préfet3. Des foules de soldats démobilisés et de prisonniers de guerre évadés se mêlaient aux réfugiés d'Alsace-Lorraine et de la Zone interdite dont le retour était durablement compromis. La densité de cette « population flottante » était telle qu'elle gênait, voire empêchait, les recherches de logement des agents appartenant aux administrations civiles et militaires nouvellement installées. Suivant la promulgation du second statut4, la municipalité de Châteauroux recensait 349 Juifs, auxquels s'ajoutèrent 27 Juifs découverts au 31 juillet 1941. Comme le remarquait le CGQJ de Limoges, les fichiers préfectoraux, aussi précis qu'ils fussent, ne parvenaient pas à recenser l'ensemble de la population juive du territoire contrôlé par le préfet de l'Indre siégeant à Châteauroux. La préfecture avait pourtant donné des instructions aussi pressantes que nombreuses quant à la réalisation du recensement. Elle lui avait notamment demandé, le 24 juin, d'établir des listes de Juifs présumés afin de les comparer aux déclarations reçues un mois plus tard, dans le but de repérer ceux qui avaient échappé à l'opération5.

  • 6 Notamment le rapport du conseiller Nast concernant le pourvoi en cassation contre un arrêt de la C (...)
  • 7 « La non-appartenance à la race juive est établie par la preuve de l'adhésion à l'une des autres c (...)

9L'entrée dans la clandestinité était facilitée en zone Sud par des caractéristiques administratives et juridiques plus favorables qu'en zone Nord. D'abord, la pression administrative était moins grande. La présence d'une masse de réfugiés, difficile à fixer dans le temps et dans l'espace, désorganisa les services préfectoraux chargés précisément du fichage des Juifs. De même, les autorités allemandes ne s'établissant qu'à partir de novembre 1942, les préfets de la zone « libre » n'étaient pas encore contraints de livrer des listes exhaustives de Juifs issues de leurs propres fichiers. Ensuite, la situation juridique était plus favorable en zone Sud où le non-déclarant bénéficiait de la lenteur des enquêtes consécutives de l'obligation du ministère public de faire la preuve du délit. En effet, les tribunaux français jugeaient que la loi établissait un statut exceptionnel ; leur interprétation suivait donc une démarche stricte vis-à-vis du texte6. Une jurisprudence se constitua indiquant qu'il ne suffisait pas d'établir la judéité du prévenu, il fallait prouver que la personne concernée remplissait les conditions prescrites par la loi du 2 juin 1941 le soumettant au recensement. Les services dépendants du Commissariat à la question juive regrettaient ainsi de constater l'orthodoxie juridique observée par la Cour d'appel de Limoges (dont dépendait Châteauroux) qui rendait des jugements favorables aux contrevenants. Le point d'achoppement de la loi était son volet définissant la personne par son appartenance à la religion juive. Même si le texte du Second statut était beaucoup plus large que le précédent dans son interprétation, sa faiblesse résidait dans la possibilité du contrevenant de prouver sa non-judéité par son appartenance à une autre religion7.

  • 8 La preuve pouvait donc être établie par l'appartenance de deux grands parents mais, encore une foi (...)

10Les protestations véhémentes de la direction régionale de la Police des questions juives (PQJ) de Limoges témoignent de la fréquence des cas enregistrés. L'organe de renseignement antijuif notait que dans la région préfectorale, un nombre important de Juifs se déclarait orthodoxes, protestants ou catholiques pour éviter d'être fichés. Lorsqu'une procédure était ouverte pour fausse déclaration, ils affirmaient être dans l'impossibilité de faire la preuve de leur appartenance à une autre confession eu égard aux circonstances de force majeure les empêchant d'obtenir les documents demandés. Les preuves se trouvant à Paris ou à Strasbourg, en Pologne ou en Roumanie, il était difficile voire impossible de les réunir à temps8. En général, la PQJ recommandait aux instances préfectorales de ne considérer que la présomption de la judéité fondée sur l'étude patronymique en y ajoutant les prénoms des parents et grands parents. Mais la présomption n'était pas la preuve. En outre, une partie des Juifs concernés par les enquêtes raciales entrait dans la catégorie des réfugiés d'Alsace-Lorraine ou de Paris (évacués en 1939-1940). Les suspects disposaient dès lors de leviers de défense. En effet, le service des réfugiés de la préfecture protégeait souvent les droits des Juifs admis à bénéficier de l'allocation aux réfugiés. Et le Groupement des évacués et réfugiés d'Alsace-Lorraine (GERAL), établi à Châteauroux, défendait généralement les intérêts de leurs coreligionnaires juifs grâce, notamment, à l'intervention d'avocats. La forte présence de Juifs étrangers clandestins s'explique également par les centres de démobilisation utilisés par des soldats des régiments de marche des volontaires étrangers (RMVE) et de la Légion polonaise, situés dans l'Indre. Les anciens engagés volontaires bénéficiaient de dérogations leur permettant d'échapper au recensement.

  • 9 La ville de Châteauroux était le premier centre urbain sur le parcours des réfugiés, voir fig. 1.

11De nouvelles vagues de migrants juifs, plus fortes et désordonnées, accentuèrent la désorganisation des services chargés de leur surveillance. La position privilégiée de Châteauroux explique la croissance significative de sa population juive9.

Figure 1. Carte de la région préfectorale de Limoges, dans La seconde guerre mondiale.

Figure 1. Carte de la région préfectorale de Limoges, dans La seconde guerre mondiale.

Guide des sources conservées en France, 1939-1945, Direction des archives de France ; [réed.] par Brigitte BLANC, Henry Rousso, Chantal de TOURTIER-BONAZZI ; avant-propos par Alain Erlande-Brandenburg, Archives Nationales, 1994, 1217 p.

Les vagues migrantes

  • 10 Rapport mensuel du préfet de l'Indre, le 30 octobre 1941, ADH-V 185W1-54.
  • 11 Les parties de l'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher de la zone Sud étaient placées sous l'autorité (...)

12Dès octobre 1941, le préfet de l'Indre qualifiait la ligne de démarcation de frontière « infiniment perméable10 ». À partir de l'été 1942, le franchissement quotidien de centaines de réfugiés provenant de la zone Nord révéla l'insuffisance du dispositif. Le contrôle d'entrée sur le territoire de la zone Sud devenait pratiquement sans effet. En outre, la préfecture de l'Indre devait assurer la gestion d'un territoire dont la population avait doublé depuis l'installation de la ligne de démarcation11.

  • 12 Recensement des Juifs dans la XIIe Région, mars 1942, AN AJ38 244.

13Parmi les populations nécessiteuses, le nombre de personnes assistées par le service des réfugiés de la préfecture augmenta avant de refluer avec le retour d'une partie des réfugiés de la Débâcle. Cependant, le nombre de personnes secourues resta élevé durant toute la période de guerre. Au 1er janvier 1942, ils étaient près de 10 000 avant de refluer à presque 7 000 au 1er juillet suivant. Il était matériellement impossible de demander à chacun des réfugiés de faire connaître sa position vis-à-vis de la législation raciale ; les informations n'auraient d'ailleurs pu être recueillies ni classées par la préfecture. Néanmoins, un nouveau recensement fut effectué dans toute la zone non occupée. En mars 1942, chaque préfecture transmit au directeur de la PQJ le nombre de Juifs recensés dans son département. Un état indique, sans autre précision, que l'Indre et les parties de zone Sud de l'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher comptaient 1 700 Juifs dont 500 étrangers12.

  • 13 Instructions du commandant la Compagnie de l'Indre aux chefs de section, le 10 septembre 1941, SHD (...)

14À cette masse soutenue, s'ajoutèrent les migrants illégaux provenant de la zone occupée. En effet les rafles de la zone Nord des 15 et 16 juillet 1942 amenèrent un flot croissant de réfugiés. Le docteur Gaston Levy de l'OSE-Limoges se rendit en août à Châteauroux et constata, d'après ses entretiens avec les services préfectoraux, que le département abritait environ 1 000 à 1 200 nouveaux réfugiés juifs. La situation devint critique lorsque la capacité de logement fut dépassée. Installé près de la gare, le Centre d'accueil composé de baraquements servant de dortoir et de réfectoire fut rapidement submergé. Les réfugiés juifs s'entassaient désormais dans les garnis et les hôtels. Et quand ceux-ci étaient pleins, ils occupaient les bancs, les salles et couloirs de la gare ferroviaire ou encore les cages d'escaliers et les paliers d'appartements. En fait, le regroupement des Juifs étrangers dans des endroits exigus et parfaitement connus des autorités était un piège qui ne tarda pas à se refermer sur eux. Instruction était donnée, notamment aux sections de gendarmerie, de surveiller en priorité les personnes résidant « à l'hôtel ou en meublé » et dont « l'aspect extérieur » indiquerait une origine étrangère13. Ces habitants temporaires d'un type nouveau furent les premières cibles des opérations de police de la fin du mois d'août 1942.

15La surveillance d'une population dépendait des renseignements collectés sur elle. Plus le dénombrement était méthodique et la qualité des informations précise, plus la conjecture s'effaçait et le contrôle s'exerçait avec efficacité.

Services et méthodes d'identification

  • 14 Suite à la réforme profonde de la Gendarmerie nationale commençant au début de l'année 1941.

16La porosité de la ligne de démarcation favorisa le fort mouvement migratoire des populations juives de la zone Nord. Obligé de déployer d'importants effectifs sur la frontière, le préfet de l'Indre, André Jacquemart, ne disposait plus d'assez de policiers pour surveiller les « indésirables » s'accumulant dans sa capitale administrative. La Police nationale ne pouvait compter, en 1941, que sur une vingtaine d'hommes stationnés dans la ville, tandis que les effectifs de la Gendarmerie furent réduits à une brigade motorisée chargée de couvrir les 11 communes de la circonscription de Châteauroux14.

17De même, le commissariat des Renseignements généraux souffrait de lourdes carences causées par la surveillance de la ligne et par sa propre réorganisation. Pour le préfet, une solution urgente devait être apportée à la situation de ce qu'il nommait « la population étrangère flottante ». Selon lui, l'augmentation numérique de Juifs échappant au contrôle préfectoral était le principal facteur du développement du marché noir, provoquant le mécontentement des habitants. Les moyens classiques de surveillance étaient donc insuffisants et dépassés.

La Police des questions juives

  • 15 De sa création jusqu'à sa dissolution en juillet 1942, la PQJ fut rattachée successivement au cabi (...)
  • 16 Joseph Antignac (29 juillet 1895, Bordeaux ?) fut le chef de la PQJ de Limoges jusqu'en août 1942. (...)

18Souhaitant rendre plus efficace la chasse aux infractions à la législation raciale, il répondit favorablement aux sollicitations d'un nouveau service de police créé en octobre 1941. La PQJ était une organisation de renseignements dépendant du Commissariat général aux Questions juives15. Ses agents étaient spécialisés dans la surveillance des milieux juifs et la détection des sociétés « juives » camouflées. Joseph Antignac, le chef de la PQJ de la région préfectorale de Limoges16, parvint en quelques mois à tisser un réseau d'inspecteurs mobiles travaillant sur la prétendue activité néfaste des Juifs de ce secteur. Dans chaque ville importante fut installé, en permanence, un inspecteur qui devait s'acquitter d'un minimum de 20 enquêtes par mois. Un travail d'enquête approfondi l'attendait. En quête de « fichiers juifs », il devait prospecter le cabinet du préfet et son service des étrangers, les commissariats et les sections de gendarmerie, les registres de commerce et les fichiers municipaux les plus divers. Une formation exhaustive et continue lui avait été fournie en droit, pas seulement racial, mais également commercial, juridique, criminel, etc.

  • 17 Rapport du 1er octobre 1941 de la PQJ de Limoges, CDJC XLII.
  • 18 Il s'agit du Coordonnateur des contrôles techniques de la 9e Division militaire transcrivant notam (...)

19Par manque de moyen, Antignac ne put déléguer d'autres policiers ce qui l'obligea à multiplier les déplacements et à utiliser massivement des indicateurs appointés, comme le prouvent ses frais de mission. D'autant que l'inspecteur de la PQJ attaché à Châteauroux couvrait le département de l'Indre et les parties de zone Sud du Cher, de l'Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher et de la Vienne. Sa carence en effectif obligea le délégué régional de la PQJ à demander avec insistance une collaboration active des services préfectoraux et policiers aux fins de « démasquer » les Juifs clandestins pour les « traduire devant les Tribunaux17 ». Satisfait de la précision et de la masse d'informations fournies, le préfet rapprocha son cabinet de l'officine de renseignement antijuif. Il chargea le chef d'Escadron Henry, ancien commandant de la Compagnie de gendarmerie de l'Indre (jusqu'en août 1940), de tenir une liaison avec l'inspecteur de la PQJ dont le bureau fut installé provisoirement dans l'enceinte de la préfecture. L'échange des informations dépassa le simple transfert de fichiers. Le 9 mars 1942, le préfet Jacquemart avertissait personnellement Joseph Antignac que son cabinet transmettrait dorénavant au représentant local de la PQJ, les communications postales, téléphoniques et télégraphiques des Juifs interceptées par ses services18. En retour, Antignac devançait les demandes du cabinet du préfet en lui fournissant des rapports sur des personnes en relation avec des Juifs et sur tous les responsables locaux de l'UGIF.

  • 19 Journal officiel du 18 octobre 1940, p. 5324.
  • 20 « Les ressortissants étrangers de race juive pourront en tout temps se voir assigner une résidence (...)
  • 21 La loi du 27 septembre 1940 prévoyait la création de groupes d'étrangers, placés sous l'autorité d (...)

20Cette collaboration permit de définir, avec les propositions du commandement de la Compagnie de gendarmerie de l'Indre, un certain nombre de paramètres en vue de réduire le nombre de clandestins et plus largement de familles juives étrangères, présents à Châteauroux. L'autorité préfectorale s'orienta, dans un premier temps, vers une gestion répressive des flux à l'intérieur de sa zone de compétence. Il s'agissait de les déloger en les fixant à l'extérieur du cadre urbain, dans des communes isolées de la campagne berrichonne. Parmi les instruments utilisés, l'assignation à résidence fut privilégiée en raison de sa rapidité d'exécution et de son efficacité opérationnelle. Une loi centrale élargissait considérablement le champ d'intervention des préfets en ce sens. L'article 1 de la loi du 4 octobre 194019 leur permettait d'interner les Juifs étrangers, tandis que son article 3 leur donnait le pouvoir de leur assigner une résidence20. Processus de ségrégation géographique, l'assignation permit d'exclure de Châteauroux des familles juives étrangères récemment arrivées. Plusieurs zones de l'Indre furent sélectionnées. La région d'Écueillé, dans l'ouest du département, laissa rapidement la place à des localités éloignées de la ligne de démarcation et de Châteauroux dans le Sud du département (le Boischaut-Sud). Un autre procédé permettait de désengorger Châteauroux des indésirables, tout en les utilisant comme main-d'œuvre dans les secteurs économiques les plus sinistrés. Des Juifs étrangers en âge de travailler étaient rattachés à un Groupe de travailleurs étrangers (GTE) dont le centre de commandement se trouvait à Montgivray, dans la circonscription de La Châtre21.

  • 22 Rapport envoyé au cabinet du préfet régional à Limoges, le 30 mai 1942, ADH-V 993W221.

21L'absence de place et d'installation adéquate provoqua un tarissement des capacités de logement dès le printemps 1942. Le 30 mai, le préfet de l'Indre avertissait le préfet régional de Limoges de l'incapacité de son département à recevoir la moindre famille de réfugiés22. À partir de l'été, la technique des assignations fut doublée d'un nouveau mode de répression. L'action policière supplanta la décision administrative.

Les rafles et les arrestations

  • 23 Après les opérations contre les Juifs, une rafle de Tziganes fut organisée le 25 septembre 1942.
  • 24 Alain Pinel, Une police de Vichy. Les Groupes Mobiles de Réserve (1941-1944), L'Harmattan, Paris, (...)

22Après avoir lancé des opérations contre des familles de Tziganes au mois de juillet en vue de les transférer vers le camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), le préfet s'attaqua aux Juifs étrangers le mois suivant, dans le cadre des « opérations de ramassage » décidées par le gouvernement français23. Conformément aux directives reçues de l'échelon régional, le préfet de l'Indre fit intervenir les Groupes mobiles de réserve (GMR). Ces troupes de choc avaient été constituées à l'origine pour réprimer les troubles violents24. Le 26 août 1942, les policiers du GMR du Berry, casqués et armés, arrêtèrent les familles juives grâce aux adresses fournies par la préfecture. Ils ciblèrent également les garnis et les hôtels.

  • 25 Hauptverbindungsstab : État-major de liaison en chef installé à Limoges ayant compétence sur plusi (...)
  • 26 Verbindungsstab : État-major de liaison présent à Châteauroux de décembre 1942 à août 1944, ADI 77 (...)

23Outre le personnel de la police d'État, l'espace castelroussin centralisait différents contingents policiers, français et allemands. La juxtaposition de forces répressives fragilisa profondément le maintien des réfugiés juifs dans le cadre urbain. Installées après l'invasion de la zone Sud, le 11 novembre 1942, les autorités allemandes sollicitèrent des listes de recensement de Juifs. Les demandes émanaient de plusieurs canaux : « régional » avec le HVS25 de Limoges et « départemental » avec le VS de Châteauroux. La collaboration administrative permettait aux services allemands de bénéficier de la libre circulation des fichiers de recensement. Le 31 janvier 1943, le préfet de l'Indre communiqua au commandant du VS 99026 une liste complète des Juifs français et étrangers se trouvant dans son département.

24Un double contrôle fut donc mis en place et les recensements français servaient dorénavant les intérêts allemands. La pression s'opérait automatiquement sur les Juifs de Châteauroux. La ville abritant les centres de l'administration et du cantonnement de troupes, un contrôle plus accru était exercé sur une population accusée de collusion avec la Résistance. Esquissés après les rafles de l'été 1942, les départs des familles juives vers la campagne se précipitèrent après l'établissement d'une politique de terreur orchestrée par le SD et la Milice.

  • 27 Kommandeur der Sipo und des SD. : Commandement des sections de la sipo-SD à l'échelon régional.
  • 28 SS-untersturmführer.
  • 29 Affaire Lucienne V., Cour de justice du Cher, ADC 755W6.

25Depuis le mois de janvier 1943, une antenne de la sipo-SD, dépendant du KdS27 de Limoges, s'ajouta à la structure de l'administration militaire dont elle reprit les prérogatives en matière de police. Commandé par un sous-lieutenant de la SS28 occupant une large partie de son temps à chercher des « maisons juives » à piller, le SD de Châteauroux ne parvint jamais à maîtriser les hauts lieux de la clandestinité locale. Sa principale faiblesse résidait dans son déficit en personnel et sa faible pénétration dans les milieux français. Aussi, le KdS de Limoges y dépêcha plusieurs de ses agents français. L'activité de ces professionnels de la délation aboutit à de multiples arrestations dont les victimes étaient confiées au SD. Les enquêtes effectuées lors de l'épuration montrent que les Français recrutés tardivement par les SS travaillaient souvent dans des milieux interlopes connaissant les méthodes employées pour se fondre dans la clandestinité. Ancien médecin caché à Châteauroux, Maurice Marcovici, fut ainsi démasqué par une chanteuse de cabaret, arrivée de Limoges en mai 194429. Livré aux agents de la Gestapo de Châteauroux, le docteur d'origine roumaine fut exécuté sommairement le 6 juin suivant.

  • 30 Afin d'extraire les Juifs de la clandestinité, la police allemande avait mis en place un barème fi (...)
  • 31 Plan de la ville entre la gare et les rues enchevêtrées du quartier de la préfecture, fig. 2.

26Pour tenter d'infiltrer les réseaux résistants et s'attaquer aux Juifs cachés, la sipo-SD entretenait des rapports étroits avec les groupements collaborationnistes les plus divers. Elle se rapprocha également de la Milice française, dès sa création dans l'Indre, pour organiser des opérations contre les maquis du Berry et, ponctuellement, dans la ville de Châteauroux où les « éléments subversifs » juifs et résistants se confondaient dans une réalité insaisissable30. Conjuguant leurs efforts, les deux organisations ne purent maîtriser une vie souterraine profitant de la bienveillance de la population et des caractéristiques architecturales de Châteauroux. Les catégories visées se noyaient dans des ruelles enchevêtrées et des arrières-cours, des bars et des caves d'une petite ville, profonde et mystérieuse31.

Figure 2. Plan de la ville entre la gare et les rues enchevêtrées du quartier de la préfecture, carte de Chateauroux au 1/5000edatant de 1934, AMC 2Fi5.

Figure 2. Plan de la ville entre la gare et les rues enchevêtrées du quartier de la préfecture, carte de Chateauroux au 1/5000e datant de 1934, AMC 2Fi5.

27L'officine de renseignement s'adapta à partir du printemps 1943, à la tendance de plus en plus marquée des Juifs de quitter leur domicile clandestinement. Le directeur régional de la SEC alerta ses inspecteurs de l'envoi de listes succinctes de personnes à rechercher dans un temps limité. Chaque inspecteur devait se créer un fichier nominal et le mettre à jour en permanence. L'effet conjugué des mesures d'interdictions professionnelles, du perfectionnement du système d'identification et des opérations de police réduisit les possibilités d'emploi en même temps qu'il aggrava la paupérisation massive des Juifs de Châteauroux.

Les réseaux d'entraide

28La paupérisation des réfugiés juifs s'accrut sensiblement dans les années 1941-1942. Une liste municipale des Juifs inscrits au fichier de rationnement de Châteauroux, datant du 6 avril 1943, nous permet de souligner le faible nombre d'actifs. Sur les 340 Juifs recensés, 69 avaient une activité professionnelle. Seulement 20 % de la population juive recensée se trouvait pourvue d'un emploi. Pour les secourir, les œuvres durent augmenter leurs compétences et domaines d'intervention, ce qui nécessitait des fonds plus importants. Nous pouvons dégager deux types de réseaux distincts. Le premier, représenté par l'Union générale des Israélites de France (l'UGIF) jouissait d'une existence légale mise à profit pour dissimuler une activité clandestine. Le second type de réseaux fonctionnait dans l'illégalité la plus complète.

Identité légale et activité clandestine

  • 32 Journal officiel du 2 décembre 1941, p. 5181.
  • 33 Michel Lafitte, Un engrenage fatal. L'UGIF face aux réalités de la Shoah, 1941-1944, Liana Levi, P (...)

29Une délégation de l'UGIF s'installa dans la capitale administrative de l'Indre, fin 1941. Sa création répondait à des directives ministérielles issues de la politique de collaboration entre Vichy et les autorités allemandes. L'Union générale des Israélites de France, créée sous instigation allemande, le 29 novembre 194132, regroupait toutes les œuvres juives dispersées en France. Comme le remarque Michel Lafitte, l'UGIF fut une « organisation plurielle33 » dont la structure était éclatée en deux entités distinctes, entre la zone Nord et la zone Sud, qui concevaient très différemment leur mission.

  • 34 « Lettre circulaire de la communauté israélite de Strasbourg repliée à Périgueux », juin 1941, AN (...)

30À Châteauroux, la direction de l'UGIF était assurée par Odette Schwob, une ancienne assistante des CAR qui s'était illustrée à la fin des années trente dans le secours des Juifs fuyant l'Allemagne nazie. Jusqu'à la création de l'UGIF, elle dirigeait l'antenne des Œuvres d'aide sociale israélite (OASI) dépendant d'une direction installée à Périgueux (Dordogne) qui regroupait toutes les œuvres évacuées de Strasbourg34. Durant toute la période de guerre, la direction de Périgueux continua de donner des directives à Châteauroux court-circuitant les relations avec les nouvelles directions de l'UGIF. En fait, la délégation de Châteauroux continua le travail d'assistance dans le même esprit qu'elle l'avait commencé en refusant toute allégeance extérieure. La direction de Périgueux donna l'exemple en avril 1942, lorsque le délégué régional de la PQJ réclama la liste de tous les allocataires de la région. Elle fit traîner les débats jusqu'à obtenir de sa hiérarchie, basée à Marseille, le rejet de la demande.

  • 35 Ce fonds avait été prévu par l'article 22 de la loi du 22 juillet 1941. Mais nombre de dirigeants (...)

31Le principal organisme d'entraide des Juifs de Châteauroux parvint ainsi à conserver son autonomie tout en acquérant les prérogatives conférées par l'UGIF auprès des autorités ; ce qui se révéla particulièrement utile pour recueillir des informations au sein de la préfecture. Son utilité se révélait également au plan financier. Une trésorerie disposant de fonds d'origines variées était gérée directement par la déléguée de l'UGIF. Les ressources provenaient, d'une part, des cotisations de ses membres et des biens des œuvres dissoutes et, d'autre part, d'un fonds de solidarité alimenté par les biens spoliés35. Elles se tarissaient à mesure que la persécution augmentait et touchait directement les dirigeants et les cotisants. Un circuit parallèle fut alors conçu à partir de fonds provenant d'efforts financiers faits par des commerçants et des médecins.

  • 36 État numérique des personnes secourues au 30 septembre 1942. 1er Direction UGIF, YV 09/170.
  • 37 Rapport d'activité de l'OSE. année 1942, AIU, Boîte XXV-1 (bob. n° 23).

32Dans le domaine de l'assistance et du placement d'enfants, la ville de Châteauroux devint rapidement une plaque tournante régionale comprenant des ramifications jusqu'en zone occupée. Plusieurs dizaines d'enfants avaient perdu leur soutien. À titre de comparaison, la direction de l'UGIF secourait à la fin septembre 1942, 206 enfants pour un total de 333 personnes dans la région préfectorale de Limoges : 61 % des Juifs assistés étaient des enfants36. Dans toute la zone Sud, seule la région de Marseille dépassait le nombre d'enfants secourus. Lorsque l'un des responsables de l'OSE (Œuvre de secours aux enfants) pour la région de Limoges, le docteur Gaston Lévy, dispersa les enfants des homes après les rafles du mois d'août 1942, il sollicita le concours d'Odette Schwob pour assurer les placements clandestins dans l'Indre. Intermédiaire privilégiée, l'assistante sociale de l'UGIF se mit en relation avec des personnalités catholiques dont l'aide était déterminante pour fondre les petits protégés dans la campagne berrichonne. Leur identité changée et leur passé juif recouvert hâtivement d'un sédiment aryen, les enfants furent confiés à des institutions et des familles chrétiennes le plus souvent à l'extérieur de Châteauroux. En réaction à l'entrée en zone Sud des troupes allemandes, le 11 novembre 1942, une nouvelle vague d'enfants fut placée dans la campagne berrichonne. Les techniques de dissimulation se perfectionnèrent, notamment dans l'immersion des enfants au sein de leur nouveau foyer. Munis de pièces d'identité falsifiées, ils devaient apprendre par cœur leur nouvelle identité. L'opération de camouflage consistait à informer les familles d'accueil et les chefs des institutions chrétiennes de la situation, tout en cachant la vérité au milieu ambiant37.

33Dans ce difficile rapport entre une vérité camouflée et une identité supposée, le suivi médico-social fut assuré conjointement par l'UGIF et les Amitiés chrétiennes.

  • 38 Sabine Zeitoun, L'œuvre de secours aux enfants (OSE) sous l'occupation en France. Du légalisme à l (...)

34À partir de 1943, une autre structure clandestine utilisa la position centrale de Châteauroux pour organiser les placements dans l'Indre, le Cher (des deux zones) et la Vienne. Disposant également d'une couverture officielle, le réseau Garel usa des mêmes procédés tout en apportant une structure et des financements plus importants. Étroitement connectée à l'OSE, l'organisation clandestine rassemblait des assistantes sociales, juives et non juives, constituant des équipes autonomes. Le secteur de Châteauroux servait plus précisément de lieu de transit permettant le passage dans la clandestinité. Dirigé par Simone Weil38, le groupe réceptionnait les enfants et changeait leur identité afin de les placer immédiatement dans les familles d'accueil du Berry.

  • 39 Fiches d'homologation des actes entrepris dans la Résistance, 1944-1945, ADI 1280W9.

35Plus leur activité se développait et plus les risques d'arrestation étaient élevés. Simone Weil se fit appeler Warlin, tandis que sa collègue Hélène Simon devint Samin39. Nonobstant, la consigne de Georges Garel était de maintenir la couverture officielle en travaillant sous l'égide des délégations de l'UGIF. Odette Schwob fut donc de nouveau sollicitée par un réseau de sauvetage s'étendant, cette fois, sur toute la zone Sud.

36On le voit, le mode d'organisation de ce type de structures basait sa permanence sur une infrastructure légale permettant de disposer de subventions et de leviers d'intervention auprès des autorités. Son activité principale, définie par des objectifs planifiés dans le secret, n'en était pas moins totalement illégale. La couverture légale de l'UGIF était, en somme, le gage de sa survie clandestine.

L'action secrète d'une structure locale

37Le second type de réseau était constitué par les circuits développés dans l'illégalité complète et n'utilisant, à la différence des précédents, aucune couverture officielle. Le « Comité juif clandestin » naquit spontanément à Châteauroux sans l'influence d'une organisation extérieure. Fondé autour d'un noyau familial très dense, il fonctionna, principalement, comme une structure d'aide financière et alimentaire en direction des plus nécessiteux.

  • 40 Les fêtes de Tichri correspondent à une trilogie débutant par le Nouvel an juif (Rosh Hashana), su (...)

38Le Comité fut une réponse aux rafles de Juifs étrangers des mois d'août et septembre 1942. Les personnes arrêtées laissaient derrière elles une multitude d'indigents, des enfants et des personnes âgées, abandonnés à leur sort. L'organisation se constitua lors des fêtes de Tichri40 (seconde moitié de septembre 1942) marquant une volonté de protéger une entité culturelle et religieuse menacée. Pour l'occasion, l'archiprêtre de la paroisse de Saint-André prêta une salle du patronage religieux de la rue du 14 juillet. Les offices furent célébrés par le rabbin Apeloig qui allait devenir, au début de l'année 1943, le rabbin de la communauté de Châteauroux.

  • 41 Preuve de son exceptionnelle discrétion, nous ne trouvons trace de son existence dans aucune archi (...)

39Le Comité juif clandestin fut créé par les membres de la famille Goutmann, fourreurs parisiens qui installèrent leur commerce à Châteauroux en octobre 1939. Le siège de la société du 21, avenue de la Gare accueillait les clandestins dès leur descente du train. Malgré la surveillance exercée par le CGQJ et la mise sous administration provisoire de son établissement, Adolphe Goutmann continuait à se déplacer dans d'autres communes pour acheter la nourriture et les effets nécessités par son activité. Le trésorier du Comité, Jacques Kaléka, jouissait d'une mobilité importante grâce à son métier de représentant de commerce. Cet emploi favorisait indéniablement les échanges et les recherches d'appui financier41. La caisse de solidarité dépendait de cette mobilité. Des collectes étaient organisées parmi les membres, les personnalités juives du département, mais aussi parmi les amis non juifs du Comité dont la famille Cazala engagée dans la résistance politique. Ce système était complété par des quêtes effectuées par le rabbin Georges Apeloig. Aumônier régional, le rabbin couvrait de grandes distances et cultivait des liens au sein des petites communautés repliées dans la région de Limoges.

  • 42 Interview de M. Raymond Goutmann, fils du président du Comité, le 26 novembre 2002 à Châteauroux.

40Sa structure informelle et la nature de son action, tournée vers les plus démunis, s'inspiraient du modèle des sociétés mutualistes juives qui animaient le Paris-Yiddish des années trente. Jacques Kaléka appartenait à l'« Union fraternelle des Gobelins », située Place des Vosges, à Paris. Fondé par son père, cette société mutualiste organisait fêtes et réunions afin de rassembler des fonds pour les Juifs indigents. L'idée était de recréer les structures et les pratiques qui constituaient la norme des organisations juives parisiennes dans l'exil berrichon. Le noyau interne du Comité puisait sa source dans le lien familial unissant une partie de ses membres42. La structure informelle du Comité se révélait donc être un prolongement des réseaux familiaux. Ce lien permettait la survie de l'organisme : aucune comptabilité ni aucun papier ne trahissaient son activité souterraine. Rendre visite à un cousin n'était pas un acte proscrit par la législation antisémite. Culturellement, la solidarité familiale était une valeur fondamentale de la tradition juive. Dans la pratique, elle servait de relais dans le parcours migratoire des Juifs parisiens.

  • 43 Interview de M. Raymond Goutmann, fils du président du Comité, le 26 Novembre 2002 à Châteauroux.

41Situé près de la gare, au cœur du flux entrant et sortant des Juifs clandestins, le Comité favorisait leur maintien provisoire dans le cadre urbain puis leur extraction vers les grandes villes du Sud de la France. Jeune employée du commerce des Goutmann, Alice Journaud servait le Comité en faisant l'interface avec le monde légal. Elle se souvient notamment des techniques utilisées pour éviter les contacts dangereux lors de l'exfiltration de Juifs étrangers43. Lorsque le trésorier, Jacques Kaléka, disposait de sommes suffisantes, de fausses cartes d'identités étaient fournies. Après avoir acheté les billets au guichet de la gare, Alice accompagnait la personne jusqu'au train en l'orientant de manière à éviter qu'il ne parle à quiconque et que son accent ne le trahisse.

42Ces deux types d'organisation se distinguent donc par leurs modes de représentation, l'origine géographique de leurs dirigeants et les actions entreprises. Même si l'action des deux réseaux aboutissait à l'insertion dans la clandestinité des Juifs les plus fragiles, leurs membres ne se fréquentaient pas et les circuits fonctionnaient parallèlement sans se mêler. Pour la délégation de l'UGIF dirigée en majorité par des Alsaciens-Lorrains, le soutien aux Juifs nécessiteux ne pouvait se concevoir sans un rapport avec l'autorité préfectorale nécessitant, par exemple, une double comptabilité et plusieurs niveaux dans la gestion du placement des enfants. On pourrait définir cette situation comme un état de semi-clandestinité.

  • 44 Son action se pérennisa sous la forme d'un fonds de solidarité jusque dans les années 1974-1975.
  • 45 Compte rendu de la réunion des chefs régionaux de la PQJ, les 8 et 9 mai 1942. AN AJ38 245.

43À l'inverse, le Comité, disposant d'une taille et d'un champ d'intervention plus réduits, était composé uniquement de Juifs parisiens d'origine polonaise rejetant tout contact avec des organismes officiels. Créé dans l'illégalité, le Comité resta invisible des autorités. Même après la Libération, son goût pour la clandestinité contribua à préserver son rapport au secret. Bien que connu des autorités, son officialisation ne s'effectua que dans les années cinquante44. Cependant, la clandestinité du Comité dépendait de l'aide d'autochtones bienveillants, le modèle hérité de la société mutualiste juive s'adapta au milieu castelroussin en intégrant des éléments non juifs non seulement dans son système de fonctionnement mais également dans son travail de soutien aux nécessiteux. Lors d'une réunion des chefs régionaux de la PQJ de la zone Sud, en mai 1942, Joseph Antignac constatait à regret qu'« on ne peut isoler complètement [les Juifs] des Aryens45 ». Le substrat modéré des mentalités castelroussines amplifiait le rejet d'un racisme d'exclusion empêchant ainsi l'adhésion populaire à un antisémitisme d'État.

44Sous l'influence d'une conjoncture économique troublée, l'aide des Castelroussins allait prendre des formes inattendues.

Une activité économique souterraine

45Entre 1939 et 1942, l'afflux des réfugiés par vagues successives contribua à dynamiser le secteur de l'habillement et du textile castelroussin. Or, la ville de Châteauroux souffrait d'une pénurie de main-d'œuvre due à la convergence de l'évolution démographique du département et de l'absence prolongée des prisonniers de guerre. Paradoxalement, de nouveaux habitants venaient grossir les rangs de potentiels consommateurs. Conscientes que l'essor économique départemental, tant sur le plan productif que sur le plan commercial, dépendait de l'entrée d'une nouvelle catégorie de négociants et d'artisans, les élites économiques castelroussines, rassemblées au sein de la Chambre de commerce, accordèrent des autorisations d'ouverture ou d'extension de commerce à nombre de commerçants et d'artisans juifs venant de la zone occupée.

L'installation des petits commerçants et artisans juifs

46Depuis la promulgation de plusieurs décrets et lois en 1938 et 1939, les Chambres ainsi que les organisations professionnelles et corporatives étaient obligatoirement consultées par le préfet pour valider les autorisations de commerce. Les avis émis par les Chambres de commerce prenaient désormais un poids essentiel dans le choix des entrepreneurs s'installant dans les départements français.

  • 46 Voir notamment les rapports préfectoraux sur l'activité de la Chambre de commerce entre 1939 et 19 (...)
  • 47 Le reste des commerçants juifs étant composé d'Alsaciens-lorrains.
  • 48 Philippe Verheyde, Les mauvais comptes de Vichy. L'aryanisation des entreprises juives, Paris, Per (...)
  • 49 Journal officiel du 6 novembre 1941, p. 4806.

47Croisées avec les dossiers des services économiques de la préfecture de l'Indre, les archives de la Chambre de commerce de Châteauroux exposent une situation tout à fait originale, en comparaison aux autres villes de la zone Sud46. Entre l'application effective du décret du 9 septembre 1939, portant règlement des ouvertures de commerce, et la fin de l'année 1941, on observe une hausse significative des demandes concernant des commerçants et des artisans juifs. De l'examen des dossiers, il ressort que 41 % des demandes provenaient d'entrepreneurs juifs dont une moitié venait de Paris47. Comme l'a souligné Philippe Verheyde, le département de la Seine rassemblait la plus grande quantité des « entreprises juives » en France48. Leurs propriétaires ou actionnaires majoritaires fondèrent de nouvelles sociétés de l'autre côté de la ligne de démarcation entre 1940 et 1941, tandis qu'une procédure de spoliation était menée simultanément contre leurs biens dans la capitale. Le gouvernement prit plusieurs décrets, complétés par des arrêtés, qui limitèrent, à partir de l'automne 1941, les possibilités d'exercer une activité commerciale. Le 2 novembre 1941, une loi prohiba toute cession de fonds de commerce à des Juifs sans autorisation préfectorale49. Il était désormais demandé au requérant de donner sa situation raciale vis-à-vis de la loi du 2 juin 1941. L'orientation prise par le texte montre l'extrême sévérité des mesures dont l'objectif était d'évincer les Juifs des commerces qu'ils contrôlaient. Dès lors, le nombre de postulants juifs diminua rapidement au cours de l'année 1942.

  • 50 Direction dépendante du CGQJ.
  • 51 Ouvertures de commerce autorisées par la préfecture de l'Indre, 1941-1942, ADI 769 W 48.

48Cependant, la proportion d'autorisations accordées à des ouvertures de commerce demandées par des Juifs resta majoritaire. Entre le mois d'août 1941 et le mois d'août 1942, 51 demandes d'ouverture ou d'extension de commerce furent formulées par des Juifs ou des sociétés appartenant à une majorité d'entrepreneurs juifs venant de la zone occupée. Il y eut seulement 18 refus, soit 34 %. La grande majorité des refus découla de l'opposition faite par la Production industrielle de Limoges sur la pression du CGQJ, en fonction des rapports établis par l'inspecteur de la PQJ de Châteauroux. La décision ultime était prise par la direction des services économiques de la préfecture de l'Indre. Dans plusieurs cas, la préfecture suivit les recommandations de la Chambre de commerce en contradiction avec les recommandations hostiles des Comités d'organisation ou de la direction de l'Aryanisation économique (DAE) de Limoges50. À la fin de 1941, la Chambre de commerce donnait un avis favorable à la demande d'Albert Arditi, se déclarant « Juif réfugié du Havre », sollicitant une extension de son commerce de bonneterie, sise 8 rue de Perrières à Châteauroux. La DAE s'y opposa en avril 1942, objectant qu'une procédure d'aryanisation était en cours contre la bonneterie du postulant. Pourtant la préfecture suivit l'avis de la Chambre en autorisant par arrêté l'extension de commerce le 11 mai suivant51. La Chambre poussait donc la préfecture à accepter la poursuite de l'activité économique de commerçants juifs alors qu'elle devait dans le même temps assurer « l'élimination des Juifs de l'économie nationale », selon l'expression consacrée par les différents textes de la législation antisémite en matière économique.

Des intérêts économiques face à une opposition partisane

  • 52 Interview du docteur Barbot, petit-fils de Maurice Brimbal, le 5 juillet 2005 à Châteauroux.

49La politique libérale de la Chambre de commerce suscita une vive opposition en son sein. Deux groupes distincts s'affrontèrent entre 1941 et 1942 sur la question épineuse de l'installation de commerçants et artisans juifs. Les plus conservateurs se recrutaient dans l'hyper centre castelroussin rassemblant des bijoutiers, des maroquiniers et des parfumeurs. Coalisés dans un « Syndicat du commerce de luxe », ils revendiquaient un arrêt des installations de commerçants juifs et une détection de ceux qui auraient caché leur origine pour s'établir en Berry. Malgré leurs multiples manœuvres, le président et ses deux vice-présidents refusèrent de prendre en compte la situation raciale des postulants. Nombre d'autorisations étaient accordées à des patrons juifs qui dissimulaient le plus souvent leur « race », provoquant la colère du « syndicat ». Ils critiquaient notamment la vieille et solide amitié52 qui unissait le président Brimbal à Raymond Katz, ancien président du Tribunal de commerce de Châteauroux évincé pour sa judéité. Si bien que Maurice Brimbal, habitué des paris téméraires, contra ses adversaires en imposant sa vision avec autorité allant jusqu'à mettre en jeu sa présidence. En février 1942, la Chambre délivra un avis favorable pour une demande d'ouverture de commerce faite par un Juif étranger, André Klodawski, réfugié de Reims. Le président précisait que l'accord était donné « considérant [...] qu'il ne peut retourner dans son lieu d'origine en raison de son origine polonaise et israélite ». Lors d'une session houleuse du mois de mars suivant, au cours de laquelle fut abordé le cas d'une entreprise dont l'un des propriétaires était juif, le président Maurice Brimbal affirma face à la frange conservatrice en pleine ébullition qu'il n'appartenait pas à la Chambre « de décider si M. un tel est juif ou non ». Il reçut à cet égard le soutien de son vice-président, Paul Mercier, homme fort du textile berrichon. Délégué régional du Comité d'organisation du Vêtement et président du Syndicat des employeurs en confection et lingerie du Centre, il se prononçait sur chaque question du secteur. Paul Mercier comprit l'opportunité que représentait l'établissement de commerçants et d'artisans du textile s'installant pour le temps de guerre dans l'Indre.

  • 53 Direction de la Production industrielle. Circonscription de Limoges, 1942-1943, AN F12 10806.

50Pour expliquer la forte proportion d'avis favorables (66 %) que l'on observe entre 1941 et 1942, il convient de souligner la nature des sociétés concernées. Il s'agissait de commerces de petites tailles appartenant d'abord au secteur textile et ensuite au cuir. Afin de détourner la loi interdisant le commerce aux Juifs, une partie d'entre eux faisait des demandes en tant qu'artisans à façon, autorisées par la législation antisémite, pour ensuite reprendre leur activité de négoce. Dans toute la région préfectorale de Limoges, la demande dans les deux secteurs était forte mais la matière première, insuffisante53. L'arrivée de professionnels (fabricants, récupérateurs) se trouvant souvent en amont de la chaîne de production dynamisait l'activité. Sur le plan régional, la direction des Textiles et cuirs de la Production industrielle de Limoges luttait contre l'asphyxie qui menaçait son secteur. Ce qui explique la recrudescence d'installation de commerçants et artisans juifs entre 1941 et 1942, fuyant les mesures de spoliation de la zone Nord. L'une des manifestations les plus frappantes de cette tendance fut le nombre élevé de demandes tardives de mise sous administration provisoire dans toute la région de Limoges. Pour le seul mois de février 1943, le délégué régional de la PQJ réclamait la nomination immédiate d'administrateurs pour 85 affaires. Les indications fournies lors de l'inscription au registre du commerce étaient ainsi utilisées pour débusquer les commerçants juifs ayant tenté de se soustraire aux lois raciales. Mais les procédures d'aryanisation lancées au cours de l'année 1943 étaient vouées à l'échec en raison précisément de leur retard. Les administrateurs provisoires démissionnaient et les acheteurs ou liquidateurs de biens aryanisés se faisaient de plus en plus rares.

51Les exigences de développement économique imposaient donc une nouvelle situation. S'expliquant moins par un humanisme désintéressé que par un pragmatisme économique, la politique d'ouverture était amplifiée dans l'Indre par la volonté des décideurs de la Chambre de développer le tissu commercial berrichon. L'impact de cette politique fut néanmoins endigué dans le courant de l'année 1943 par le déclin économique du régime et par la traque violente des agents du SD. Exclus et pourchassés, le plus souvent sous le coup d'une procédure de spoliation, les commerçants juifs participèrent, au moyen des quêtes, au maintien de leurs coreligionnaires les plus démunis dans une clandestinité salvatrice. Le cynisme des autorités entretenait ainsi une situation équivoque, faisant des Juifs les otages d'intérêts contradictoires parfaitement représentatifs, à cet égard, de la France sous Vichy.

52Nous avons insisté sur le rapport ambigu entre un monde visible, légal et un univers caché mais jamais complètement à l'abri du regard inquisiteur de l'État. Une position géographique privilégiée et une masse de réfugiés se renouvelant au gré de la persécution permettaient de développer notre sujet pour tenter de cerner une frontière louvoyant entre légalité et clandestinité. Elle se matérialisait dans des lieux spécifiques ; les hôtels et garnis devenaient des espaces où la clandestinité disparaissait le temps d'une rafle mais réapparaissait dès qu'une nouvelle vague de réfugiés atteignait Châteauroux. En observant les organismes d'entraide, nous distinguons une dichotomie nettement marquée entre les deux types d'organismes de secours. Le Comité œuvrant dans l'irrégularité la plus complète s'opposait à l'« Union » qui utilisait des zones d'ombre plus ou moins opaques pour développer son activité dans les brèches du système d'identification. Nous avons évoqué ici un état de semi-clandestinité.

53En retour, les armes utilisées par les autorités françaises et allemandes connurent une expansion également rapide et efficace. L'outil policier fut utilisé dans toutes ses dimensions, de l'enquête individuelle et subtile à la rafle massive. Les lieux de traque étaient aussi ceux qui offraient les meilleures opportunités de dissimulation. Pourtant, ces endroits devenaient des cibles prioritaires pour les agents de l'ordre nouveau. La politique de traque et d'expulsion, appelée « désengorgement » par le préfet, aboutit à une paupérisation rapide des masses juives, étrangères notamment. Devenues dépendantes de l'aide des organisations d'entraide, ces populations se trouvaient, malgré elles, de plus en plus dispersées à l'extérieur de Châteauroux dans des zones rurales éloignées et difficiles d'accès. Pour les aider, l'UGIF, confrontée aux dangers d'une action de la police allemande, s'adapta dans la mesure de ses capacités réduites.

54Outre la résurgence de structures héritées de la tradition juive parisienne, ce furent les paradoxes politiques et économiques du régime qui permirent à la clandestinité des Juifs de se développer à Châteauroux. Le gouvernement de Vichy conféra une certaine puissance à des institutions corporatistes qui cherchaient précisément à rogner des parcelles de pouvoir. La plus spectaculaire manifestation en fut l'opposition des dirigeants de la Chambre de commerce à faire entrer la politique raciale dans le champ commercial berrichon. Les particularismes locaux imposaient, dans la mesure d'intérêts communs, leur conception au pouvoir central, permettant de contourner la législation antisémite sur le plan économique. L'implantation parmi la population locale fut favorisée par le soutien tacite d'une plus large portion des Castelroussins, pas uniquement des commerçants, mais aussi d'employés du secteur privé ou de fonctionnaires, de plus en plus opposés au régime.

55Les processus de dissimulation se définissaient précisément par une lutte contre le monde dangereux du visible. La ville de Châteauroux, sous l'ère vichyssoise, fur donc une terre de paradoxes mêlant le cadre légal à plusieurs formes et niveaux de clandestinité. Il nous resterait à définir, dans une réflexion plus générale, l'exact impact de ce phénomène dans d'autres villes de la zone Sud et plus particulièrement dans les régions du Centre de la France qui présentent des caractéristiques similaires à celles décrites dans cette communication.

Abréviations des sources

56ADC : Archives départementales du Cher.

57ADH-V : Archives départementales de la Haute-Vienne.

58ADI : Archives départementales de l'Indre.

59AIU : Alliance Israélite Universelle.

60AMC : Archives municipales de Châteauroux.

61AN : Archives nationales.

62CDJC : Centre de documentation juive contemporaine.

63SHD : Service historique de la Défense.

64YV : Yad Vashem.

Notes

1 Il convient de se reporter au glossaire des abréviations à la fin de l'article pour connaître l'intitulé des centres d'archives utilisés.

2 Nombre total des réfugiés repliés dans l'Indre, le 29 septembre 1939. AN F23 226.

3 Courrier du maire Louis Deschizeaux au préfet, le 10 octobre 1941. AN 2AG 516.

4 Loi portant statut des Juifs, promulguée en remplacement de la loi du 3 octobre 1940, le 2 juin 1941. Journal officiel du 14 juin 1941, p. 2475.

5 Instructions de la 2e division relatives au recensement des Juifs, le 16 juillet 1941, AMC 9H18.

6 Notamment le rapport du conseiller Nast concernant le pourvoi en cassation contre un arrêt de la Cour d'appel de Chambéry du 15 janvier 1942. Recueil de jurisprudence, Dalloz, 1943, p. 33.

7 « La non-appartenance à la race juive est établie par la preuve de l'adhésion à l'une des autres confessions reconnues par l'État avant la loi du 9 décembre 1905. »

8 La preuve pouvait donc être établie par l'appartenance de deux grands parents mais, encore une fois, le non-déclarant contestait leur judéité et énonçait le prétexte de l'impossibilité de trouver les preuves.

9 La ville de Châteauroux était le premier centre urbain sur le parcours des réfugiés, voir fig. 1.

10 Rapport mensuel du préfet de l'Indre, le 30 octobre 1941, ADH-V 185W1-54.

11 Les parties de l'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher de la zone Sud étaient placées sous l'autorité du préfet de l'Indre qui disposait, en outre, d'une compétence sur la zone sud du Cher, en particulier sur les étrangers et les Juifs, ADC M7140-1.

12 Recensement des Juifs dans la XIIe Région, mars 1942, AN AJ38 244.

13 Instructions du commandant la Compagnie de l'Indre aux chefs de section, le 10 septembre 1941, SHD 36E10.

14 Suite à la réforme profonde de la Gendarmerie nationale commençant au début de l'année 1941.

15 De sa création jusqu'à sa dissolution en juillet 1942, la PQJ fut rattachée successivement au cabinet du ministre de l'Intérieur puis au secrétariat général à la Police. Elle fut reformée immédiatement sous le nom de la Section d'enquête et de contrôle (SEC). Elle recevait ses directives du CGQJ qui l'utilisait en priorité pour des enquêtes sur les affaires d'aryanisation en cours et pour traquer les fausses déclarations quant aux personnes et aux biens. Les antennes de la PQJ devaient également collaborer avec les préfectures et les services de police.

16 Joseph Antignac (29 juillet 1895, Bordeaux ?) fut le chef de la PQJ de Limoges jusqu'en août 1942. Fort de son succès régional, Antignac devint, en novembre 1942, le chef de cabinet de Darquier de Pellepoix, chef du CGQJ, avant d'accéder au poste de Secréraire général du Commissariat général aux Questions juives en mai 1944. Arrêté en novembre 1944, il fut libéré en 1946 puis condamné à mort par contumace le 9 juillet 1949.

17 Rapport du 1er octobre 1941 de la PQJ de Limoges, CDJC XLII.

18 Il s'agit du Coordonnateur des contrôles techniques de la 9e Division militaire transcrivant notamment les écoutes téléphoniques, AN AJ38 258.

19 Journal officiel du 18 octobre 1940, p. 5324.

20 « Les ressortissants étrangers de race juive pourront en tout temps se voir assigner une résidence forcée par le préfet du département de leur résidence. »

21 La loi du 27 septembre 1940 prévoyait la création de groupes d'étrangers, placés sous l'autorité du ministère de la Production industrielle et du travail, pour être mis à la disposition d'employeurs. Les étrangers visés étaient ceux qui « étaient considérés en surnombre dans l'économie nationale ». Journal officiel du 1er octobre 1940, p. 5198.

22 Rapport envoyé au cabinet du préfet régional à Limoges, le 30 mai 1942, ADH-V 993W221.

23 Après les opérations contre les Juifs, une rafle de Tziganes fut organisée le 25 septembre 1942.

24 Alain Pinel, Une police de Vichy. Les Groupes Mobiles de Réserve (1941-1944), L'Harmattan, Paris, 2004, p. 176.

25 Hauptverbindungsstab : État-major de liaison en chef installé à Limoges ayant compétence sur plusieurs VS dont Châteauroux.

26 Verbindungsstab : État-major de liaison présent à Châteauroux de décembre 1942 à août 1944, ADI 773W72.

27 Kommandeur der Sipo und des SD. : Commandement des sections de la sipo-SD à l'échelon régional.

28 SS-untersturmführer.

29 Affaire Lucienne V., Cour de justice du Cher, ADC 755W6.

30 Afin d'extraire les Juifs de la clandestinité, la police allemande avait mis en place un barème fixant la valeur d'une dénonciation. À partir du printemps 1944, les mouvements collaborationnistes, la Milice ou la Gestapo offraient 5 000 francs pour un Juif.

31 Plan de la ville entre la gare et les rues enchevêtrées du quartier de la préfecture, fig. 2.

32 Journal officiel du 2 décembre 1941, p. 5181.

33 Michel Lafitte, Un engrenage fatal. L'UGIF face aux réalités de la Shoah, 1941-1944, Liana Levi, Paris, 2003, p. 21.

34 « Lettre circulaire de la communauté israélite de Strasbourg repliée à Périgueux », juin 1941, AN AJ38 113.

35 Ce fonds avait été prévu par l'article 22 de la loi du 22 juillet 1941. Mais nombre de dirigeants de l'UGIF refusèrent de l'utiliser. Le fonctionnement des délégations dépendait beaucoup plus de dons extérieurs dont l'origine était étrangère. L'American Joint Jewish Distribution Committee (AJDC), appelé communément le Joint, assura par exemple un soutien permanent à l'OSE.

36 État numérique des personnes secourues au 30 septembre 1942. 1er Direction UGIF, YV 09/170.

37 Rapport d'activité de l'OSE. année 1942, AIU, Boîte XXV-1 (bob. n° 23).

38 Sabine Zeitoun, L'œuvre de secours aux enfants (OSE) sous l'occupation en France. Du légalisme à la résistance 1940-1944, L'Harmattan, Paris, 1990, p. 151.

39 Fiches d'homologation des actes entrepris dans la Résistance, 1944-1945, ADI 1280W9.

40 Les fêtes de Tichri correspondent à une trilogie débutant par le Nouvel an juif (Rosh Hashana), suivi par le Grand Pardon (Yom Kippour) et se terminant par la fête des Cabanes (Soukoth).

41 Preuve de son exceptionnelle discrétion, nous ne trouvons trace de son existence dans aucune archive publique. Nous n'authentifions les informations attestant son activité que par le biais du croisement de plusieurs témoignages avec les archives privées de Jacques Kaléka.

42 Interview de M. Raymond Goutmann, fils du président du Comité, le 26 novembre 2002 à Châteauroux.

43 Interview de M. Raymond Goutmann, fils du président du Comité, le 26 Novembre 2002 à Châteauroux.

44 Son action se pérennisa sous la forme d'un fonds de solidarité jusque dans les années 1974-1975.

45 Compte rendu de la réunion des chefs régionaux de la PQJ, les 8 et 9 mai 1942. AN AJ38 245.

46 Voir notamment les rapports préfectoraux sur l'activité de la Chambre de commerce entre 1939 et 1943, ADI 844W26, ainsi que les archives de la Chambre de commerce de Châteauroux : Registres des délibérations de la Compagnie, CCC, 1939-1946.

47 Le reste des commerçants juifs étant composé d'Alsaciens-lorrains.

48 Philippe Verheyde, Les mauvais comptes de Vichy. L'aryanisation des entreprises juives, Paris, Perrin, 1999, p. 57.

49 Journal officiel du 6 novembre 1941, p. 4806.

50 Direction dépendante du CGQJ.

51 Ouvertures de commerce autorisées par la préfecture de l'Indre, 1941-1942, ADI 769 W 48.

52 Interview du docteur Barbot, petit-fils de Maurice Brimbal, le 5 juillet 2005 à Châteauroux.

53 Direction de la Production industrielle. Circonscription de Limoges, 1942-1943, AN F12 10806.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte de la région préfectorale de Limoges, dans La seconde guerre mondiale.
Légende Guide des sources conservées en France, 1939-1945, Direction des archives de France ; [réed.] par Brigitte BLANC, Henry Rousso, Chantal de TOURTIER-BONAZZI ; avant-propos par Alain Erlande-Brandenburg, Archives Nationales, 1994, 1217 p.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5656/img-1.png
Fichier image/png, 387k
Titre Figure 2. Plan de la ville entre la gare et les rues enchevêtrées du quartier de la préfecture, carte de Chateauroux au 1/5000e datant de 1934, AMC 2Fi5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5656/img-2.png
Fichier image/png, 444k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540