Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Louis Guilloux politique

 | 
Jean-Baptiste Legavre

Deuxième partie. Figures de l'activité politique

La tentation autonomiste dans l’œuvre de Louis Guilloux

Arnaud Flici et Jean-Baptiste Legavre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faut revenir à l’étrange incipit du roman-somme de Louis Guilloux, Le Jeu de patience (1949). L’auteur entame sa « chronique » par une rencontre – en 1943 – entre le narrateur et Hubert. « Le cher Hubert » arbore un triskel au revers de sa veste, « l’insigne du PNB » – Parti national breton – (p. 9) et se lance dans le récit de ses songes. L’ouvrage paraît quatre années après la Seconde guerre mondiale au cours de laquelle des nationalistes bretons ont commis les pires abjections, collaboré avec les nazis, torturé et dénoncé des résistants. À la Libération, certains ont été exécutés, plusieurs ont été condamnés à de plus ou moins lourdes peines dont la mort par coutumace, un certain nombre ayant fui à l’étranger. La cause du mouvement breton en est sortie gravement compromise, quelle que soit l’analyse proposée : débouché politique logique d’un mouvement déjà très marqué politiquement, naïveté ou faute de ceux qui pensaient pouvoir profiter de la défaite de l’armée française pour...

Auteurs

Bibliothécaire en charge des collections patrimoniales des bibliothèques municipales de Saint-Brieuc, et responsable du fonds d’archives Louis Guilloux (acquisitions, conservation, valorisation). Il a notamment publié sur Louis Guilloux, « La plus grande perte qui puisse marquer un homme : la perte de l’illusion. Louis Guilloux et les images » (Lendemains. Études comparées sur la France, 148, 2012, p. 17-30), « Un portrait à dessiner : les livres dédicacés à Louis Guilloux (1915-1979) », Confrontations (avec Carole Le Natur, 25, 2012, p. 17-23), « Le fonds Louis Guilloux des Bibliothèques municipales de Saint-Brieuc » (Frédéric Madeleine et Touret Michèle (dir.), L’Atelier de Louis Guilloux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 15-24) et « Les archives de Louis Guilloux au prisme de la presse » (Legavre Jean-Baptiste et Touret Michèle (dir.), Louis Guilloux. Un écrivain dans la presse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 15-34).
Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Panthéon-Assas (Paris 2). Il dirige l’École de journalisme de l’Institut français de presse. Il a récemment co-dirigé (avec Michèle Touret) Louis Guilloux. Un écrivain dans la presse (Rennes, PUR, 2014) et dirigé L’informel pour informer. Les journalistes et leurs sources (Éditions Pepper, 2014).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540