Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Troisième partie. Topographies et géographies de la clandestinité urbaine

De la ville incertaine à la ville minérale

Inscription et disparition des commerces clandestins dans le Paris du premier xixe siècle

Manuel Charpy

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

1La fin du xviiie siècle et le xixe siècle ont consacré la pierre et ses imitations tout à la fois comme matière légitime de la ville et support de la mémoire. Notre regard sur la ville et partant nos histoires urbaines en portent la marque. Nous retenons et restituons de cette façon une épure de la ville. Comme par un effet de source, ce sont les formes solides et pérennes de la ville qui retiennent notre attention. Par ce regard, hérité de l'administration du xixe siècle, les formes urbaines les plus éphémères disparaissent.

  • 1 BnF, Joly de Fleury, 2100, f° 107 à 110, échoppes, [1784].

2Or, s'interroger sur la clandestinité dans la ville contraint à décrire les usages et les formes urbaines les plus mouvantes et les plus incertaines. Au-delà de l'occupation clandestine par intermittence, il existe en effet tout un mode de l'occupation du sol urbain qui hésite entre clandestinité, occupation sauvage et tolérance : la ville faite de toile, de carton et de bois. Elle n'est pas marginale. Les baraques, échoppes et palissades sont partout dans le paysage commercial et urbain du Paris de la première moitié du xixe siècle : à la veille de la Révolution, on estime qu'il en existe entre 3 000 et 4 000 dans Paris1.

  • 2 Le Grand dictionnaire universel du xixesiècle de Pierre Larousse en donne la définition suivante : (...)

3La notion d'architecture clandestine est d'emblée problématique2. Ce qui s'expose aux yeux de tous peut-il être clandestin, secret, caché ? La clandestinité, et notamment la clandestinité commerciale, n'est jamais définie clairement. Entre tolérance, indifférence et clandestinité partielle, elle oscille selon les périodes, les lieux et les regards. S'interroger sur les formes qui abritent les clandestinités commerciales, c'est l'occasion de comprendre comment les activités clandestines s'inscrivent dans la ville, comment elles produisent leurs propres espaces, sur les frontières de l'espace public et de l'espace privé. S'attacher à décrire les clandestinités urbaines, c'est aussi s'interroger sur les formes de la régulation sociale et urbaine et dans le même temps, c'est comprendre la nature de la ville et, la façon dont elle est pensée et représentée. Par le biais des archives des Domaines, des deux Préfectures et de l'Archevêché, il devient possible de recomposer ce paysage et ses usages, en évitant de prendre comme unique focale la répression judiciaire, souvent seule source mobilisée pour décrire les pratiques clandestines. Enfin, tenter de saisir ces constructions permet d'interroger à nouveau les formes de la ville du xixe siècle et d'articuler pratiques économiques, politiques édilitaires et production de l'espace.

Des usages clandestins de l'espace public

Commerces clandestins et constructions illégales

  • 3 Dans Les Misérables, Gavroche passe ses nuits avec de nombreux autres adolescents dans le ventre d (...)

4En logeant Gavroche dans le ventre de l'éléphant de bois et de plâtre de la place de la Bastille, Victor Hugo a popularisé l'occupation clandestine et vagabonde de la ville3. Le texte d'Hugo rappelle que ces occupations clandestines ne sont pas, loin s'en faut, limitées aux quartiers périphériques et aux arrières-cours. Les occupations clandestines, et c'est encore plus vrai en matière commerciale, apparaissent présentes partout dans l'espace public. Si les archives de chaque administration se contredisent - selon les administrations elles sont tour à tour clandestines, illégales ou tolérées –, cette occupation de l'espace public a laissé de nombreuses traces dans les archives. C'est particulièrement vrai dans les archives des Domaines. Il faut dire que ces derniers deviennent centraux sous la Révolution puisque leur échoit à la fois la gestion de la Maison du Roi et des Biens Nationaux. Plus soucieux de prélever un impôt que d'ordre public, ils donnent à voir l'occupation clandestine ordinaire de l'espace.

  • 4 Archives de Paris, DQ10/643, Place de la Concorde ou Place Louis XV.

5L'épais dossier consacré à la gestion foncière des Champs-Élysées permet ainsi de découvrir tout un monde d'occupations clandestines en plein cœur de Paris. En l'an v, un architecte de la Régie des Domaines est envoyé, suite à une lettre de délation, à l'entrée des Champs-Élysées4. Il y découvre à son grand étonnement qu'un souterrain « qui servait anciennement de magazin à la ville » est occupé clandestinement par la citoyenne Haack qui y a installé un cabaret. Aubert rapporte ainsi au Directeur des Domaines :

« nous lui avons demandé de nous représenter les titres en vertu desquels elle jouit de ce sous-terrein, elle n'en a aucuns qui puissent être valable, autres que ceux d'avoir fait faire des distributions en planches, y construire des cheminées à ses frais ».

  • 5 La vente de tout le matériel est faite aux enchères « à la charge par l'adjudicataire, de laisser (...)

6On apprend à l'occasion que la citoyenne Haack avait fait établir « des cloisons de bois et des cheminées », « 11 croisées », « 109 toises de lambourdes et chevrons », « deux petits escaliers en planches », « une mauvaise descente de 12 marches en pierre5 ». Ces matériaux conséquents montrent qu'une installation sauvage est possible, dans la ville révolutionnaire, au cœur d'une des promenades les plus élégantes et les plus protégées de la capitale.

7À quelques mètres de là, le même inspecteur découvre d'anciennes guérites militaires occupées et une échoppe installée indûment dans le fossé à l'occasion du sacre de l'Empereur. Il recommande qu'on les rase car elles « sont l'une et les autres des repères de brigandages et d'immoralité » et « qui servent le plus souvent de retraite aux débauchés et aux escrocs ».

  • 6 Arch. dép. Paris, DQ10/1339, dossier n° 99, Rue de Rivoli, Bail du 7 septembre 1814.

8Clandestines aux yeux des autorités, elles sont pourtant connues de la population dans la mesure où elles abritent des services et des produits quotidiens : décrotteurs, écrivains publics, cabinets d'aisance, vendeurs de nourriture, fripiers. Situation plus courante encore, certaines échoppes déclarées officiellement pour une activité en dissimulent d'autres moins avouables et souvent plus lucratives. Ainsi, avec une autorisation pour un bureau d'écriture rue de Rivoli, la Veuve Cumont tient « des cabinets d'aisance publics et de décrottage6 ».

9Au-delà de la simple occupation, ces commerçants se font aussi bâtisseurs pour occuper les nombreux espaces en déshérence ou en attente d'affectation. Sous les ponts, aux abords des chantiers, adhérentes aux monuments ou adventices à d'autres commerces, ces échoppes se fondent dans un paysage urbain fait d'enseignes, de bannes, de palissades de chantier mais aussi de milliers d'échoppes légales. Une construction sommaire érigée place de l'Odéon montre le caractère familier de ces constructions. Sous les arcades du Théâtre se trouvent quantité d'échoppes légales d'écrivains publics, de marchandes de jouets ou de gâteaux, de cabinets de lecture.

10Mais en 1829, le Colonel de la Ville et de la Gendarmerie royale signale l'existence « d'un grand coffre de hauteur d'homme, placé sous les arcades de l'Odéon, qui reste ouvert pendant la nuit, et qui sert de réceptacle aux

  • 7 Du cadastre, depuis son établissement jusqu'au 30 septembre 1821, examens des divers objections au (...)

11En 1807-1808, alors que les deux préfectures sont créées, le passage du cadastre de masse au cadastre parcellaire est censé pallier ces lacunes7.

12Le rôle des ingénieurs-vérificateurs et des géomètres de première classe, jusqu'alors dévolu aux architectes-voyers, est de faire le relevé des campagnes et des villes. Le constat qu'ils dressent est sévère :

  • 8 Ibidem, p. 24.

« On n'avait point assez senti la nécessité d'asseoir les plans du cadastre sur de bonnes triangulations ; de lier, de coordonner ainsi ces plans entre eux, afin de leur imprimer un caractère d'exactitude géométrique qui en facilitât l'utilisation à tous les services publics8. »

  • 9 Avec le décret du 31 juillet 1821, le cadastre cesse d'être une œuvre d'État et devient une œuvre (...)

13Il faut ajouter que le cadastre, dès sa création en 1807, est un document fiscal qui n'a pas pour destination de gérer la ville même après son passage aux communes en 18219. De 1807 à 1834, à partir de Verniquet et des plans parcellaires de Bellanger et Vasserot, le plan cadastral réalisé ne retient de la ville que ce qui est en dut. La préfecture de la Seine utilise ces plans mais est forcée - notamment sous Haussmann – de les redessiner entièrement pour mener à bien des travaux.

  • 10 Bernard Lepetit, « En présence du lieu même... Pratiques savantes et identification des espaces à (...)
  • 11 Les tableaux statistiques et les lithographies de Taylor et Nodier ou encore d'Abel Hugo ne retien (...)

14Les difficultés à représenter la ville ne viennent pas uniquement des faiblesses de la triangulation. La façon de penser et de représenter – et donc de voir - la ville par le plan la rend impénétrable. Bernard Lepetit a analysé l'échec des savants français, dont Volney, dans leur entreprise de description des villes d'Alexandrie et du Caire à la fin du xviiie siècle10. Leur échec ne tient pas au caractère exotique de ces villes ; à Paris comme au Caire, les difficultés sont les mêmes. En présence de la ville, les outils de description et de recension apparaissent insuffisants et inadaptés. Les tableaux chiffrés et les plans sont inefficaces à décrire une ville dans ce qu'elle a de mouvant. En France comme en Égypte, il apparaît impossible de faire coïncider les données fluctuantes sur la population et le commerce avec un cadre bâti lui aussi mouvant. La vue paysagère qui permet d'embrasser et de rassembler des informations de toutes natures – économiques, sociales, topographiques – est quant à elle réservée aux zones rurales. Héritée des géographes militaires, cette pratique enseignée à l'École des Ponts et Chaussées se révèle en effet impossible à mettre en œuvre en ville dès l'instant où l'on cherche une quelconque exhaustivité11.

  • 12 Voir le journal publié régulièrement à partir de 1825 sous la direction de l'architecte-géomètre d (...)

15La vue en plan est ainsi préférée aux autres représentations. Si elle est incapable de rendre les niveaux – mouvements de terrains comme hauteur des édifices - elle a l'avantage de donner des éléments sûrs et stables, conditions nécessaires à la projection. Elle a pour elle le pouvoir d'éclaircir et de synthétiser12. La tabula rasa qu'appelle une réforme urbaine radicale nécessite un paysage urbain clarifié et un plan synthétique.

  • 13 Marcel Roncayalo écrit ainsi : « "L'ouvrage" - à la rigueur la "ligne" - paraît l'emporter sur d'a (...)
  • 14 Michel Vernes, « Les ombres de la beauté. Sur le dessin d'architecture néo-classique », Paris, Pic (...)
  • 15 Notamment les plans de Verniquet (1785-1791) et de Vasserot et Bellanger (1810-1836) qui associent (...)

16De ce fait, les constructions incertaines ne sont jamais retenues ; il faudrait pour cela que la cartographie d'alors s'intéresse aux flux changeants et abstraits du commerce ou des populations13. Les autorités artistiques et édilitaires de la période révolutionnaire et impériale, reprenant en cela la querelle des peintres, placent la ligne des plans au-dessus de la couleur et des ombres des vues paysagères. La ligne possède à leurs yeux à la fois la capacité de fixer pour l'éternité et de projeter14. Là où la couleur n'est qu'une sensation, le trait est abstrait, intellectuel et propose une épure, nécessairement plus lisible. Pétries de cette culture visuelle et de la technologie naissante, les administrations font peu de cas des modelés et des accidents et privilégient l'abstraction géométrique. La gravure à l'eau-forte utilisée par les administrations contribue à consacrer la ligne. Les nombreux plans disponibles imprimés par les administrations comme pat des éditeurs privés évacuent l'accidentel et le provisoire15.

  • 16 Voir Michel de Certeau, « Marches dans la ville » et « Récits d'espace » dans L'invention du quoti (...)

17En outre, le plan doit être à une échelle suffisante pour permettre une vue d'ensemble et une appréhension des réseaux. D'un côté, le cadastre parcellaire décrit la propriété bâtie en dur, de l'autre, le plan synthétise mais simplifie à outrance. Du point de vue du cadastre, les échoppes provisoires disparaissent ; du point de vue de Sirius, les échoppes enchâssées dans les recoins et sous les bâtiments sont invisibles16.

18De façon pragmatique, la préfecture de Police préfère à l'usage des plans, les informations glanées par ses hommes qui patrouillent sur le terrain. Aux monuments isolés des plans officiels et touristiques répondent mille et une enquêtes sur les marges et les abords. On exige ainsi des commissaires de quartier de connaître le bâti dans le détail, y compris le provisoire. Plus encore, on exige d'eux ce que le trait et le chiffre peinent à dire d'un lieu : la connaissance des aspects, des temps de vie, des ambiances, des chantiers en cours, des attroupements, en un mot des situations.

Feuilletages juridiques et failles politiques

  • 17 Arch. préf. de Police, DA 53, Préfecture de Police, octobre 1833.
  • 18 Idem, Préfecture du département de la Seine, 29 octobre 1833.

19L'échoppe est donc un objet urbain à la fois ordinaire et problématique pour les édiles parisiens. Au-delà des difficultés de représentation, il pose de véritables problèmes d'attribution. Objets de voirie, adhérant souvent aux monuments publics, ils relèvent à la fois de la préfecture de Police et de la Préfecture de la Seine, constamment en conflit. Car l'objet lui-même est difficile à définir. Est-il caractérisé par ses matériaux ? Par sa fragilité ? Par le fait qu'il est posé directement sur le sol sans fondation ? Le débat est permanent : s'il s'agit d'objets de petite voirie, mobiles et légers, « la connaissance [en] appartient au Préfet de Police » ; si au contraire, ils sont « établis sut des terrains appartenant à la ville, mais qui ne font point partie de la voie publique » ou s'ils sont « construits en maçonnerie légère, soit pour masquer les vides résultants du retranchement des maisons, soit pour occuper des emplacements sur les promenades publiques » ou encore s'ils « ne sont que de simples baraques en bois destinées à abriter des malheureux, et d'ordinaire, à prévenir les dépôts insalubres qui pourraient être faits dans des renfoncements », alors ils relèvent de la Préfecture de la Seine17. Rambuteau, le Préfet de la Seine, tente en 1833 d'indiquer aux Domaines et à la Préfecture de Police la conduite à suivre18 :

« la Préfecture de Police a informé plusieurs fois mon administration des autorisations qu'elle venait d'accorder pour l'établissement d'échoppes dans divers quartiers, afin que les concessionnaires puissent être soumis à un prix de location pour les emplacements qu'ils occupaient [...] il paraît que d'autres établissements se sont formés en assez grand nombre sans que mes prédécesseurs ni moi n'en ayons été instruits, soit que les envahissements aient échappé à la surveillance de la police, soit que des agents les aient autorisés ou tolérés sans nous en référer [...] Je crois, écrit-il encore, qu'il conviendrait d'abord de soumettre ces autorisations à un mode uniforme et suivi ».

20Rambuteau termine sa lettre en proposant de régler la situation :

« je vous prierez de m'adresser un état des échoppes existant actuellement sut la voie publique afin que je puisse assujettir les concessionnaires au paiement du loyer que la Ville est en droit de répéter ».

21L'ambiguïté est la même dans la position des deux préfectures : échoppes illégales et commerces clandestins sont entérinés. À défaut d'autorisation et de solution, ils peuvent être l'objet d'impôts. En toute logique, les Domaines adoptent eux aussi cette politique.

  • 19 Arch. dép. Paris, DQ10/1610, Saint-Germain l'Auxerrois, Direction Générale de l'Enregistrement et (...)

22À l'occasion de la découverte de lieux clandestins, des centaines de lettres sont échangées entre les deux préfectures et les domaines. Mais, à cela s'ajoutent les lettres des commerçants du quartier le plus souvent à l'origine de la délation et des occupants des échoppes. En effet, ces derniers, dans leur majorité, ne restent pas anonymes et silencieux. À regarder de près, leurs lettres – une dizaine par exemple pour une échoppe contre Notre-Dame ou sous les arcades du Louvre – témoignent de leur rapport à la ville et au pouvoir. Une grande partie des occupants revendique, sans pouvoir les produire, des baux relevant de régimes juridiques anciens. Partout dans les archives, des pétitions de commerçants, déclarés ou non - écrivains publics, savetiers, marchands de vin chaud, de marrons, etc. - allèguent de droits donnés dans le passé, toujours par un des régimes déchus. Les administrations qui enquêtent peinant à assurer une continuité administrative sont longues à conclure. Dans le délai, les occupants ont gagné quelques mois voire plusieurs années. Et même si au départ les baux existent réellement, de sous-location en baux du début xviiie siècle ou de la métropole ecclésiastique, de successions discrètes en agrandissements, il devient impossible de savoir qui loue quoi. Pour exemple, après plus de trente lettres qui tentent de retracer l'histoire d'une échoppe d'environ 8 m2 adhérente à l'église de Saint-Germain l'Auxerrois, les Domaines abandonnent et proposent un bail emphytéotique de trois ans à l'occupant avant de le chasser19. Dans les années 1830, dans cette seule cour de Saint-Germain l'Auxerrois, quarante-neuf autres échoppes sont dans la même situation.

23Les occupants, qu'ils soient illettrés ou non, utilisent les changements politiques nationaux comme les conflits très locaux pour essayer de conserver leurs espaces ou d'en conquérir de nouveaux. C'est d'autant plus vrai dans les espaces où le brouillage juridique est le plus grand : dans l'enceinte du Louvre où pénètre encore la ville et aux alentours des églises. La nationalisation des biens du clergé puis l'application du Concordat qui rétrocède l'usage des biens à l'archevêché renforcent la confusion. Jusque dans les années 1840, personne ne sait qui est propriétaire de ces espaces et pat conséquent qui y a droit et devoir de police. En 1838 encore, les Domaines tentent d'éclaircir la situation lots d'une campagne de démolition :

  • 20 Idem, Administration de l'enregistrement et des Domaines, courrier du 6 juin 1838.

« Les échoppes et emplacements, adossés ou contiguës à l'Église Saint-Germain de l'Auxerrois, peuvent être considérés, Monsieur, sous trois points de vue différents : ou comme dépendances de l'église, et formant dans ce cas propriété communale au même titre que l'église elle-même ; ou comme susceptibles de restitution à la fabrique, dont on a toujours pensé qu'ils provenaient et qui, plusieurs fois même, a été invitée à s'en faire [...] possession ; ou comme ayant été pris sur la voie publique dont aucune partie ne peut l'acquérir par prescriptions20. »

  • 21 Voir par exemple la comptabilité de Saint-Germain l'Auxerrois pour l'année 1808 qui montre que la (...)

24Les occupants ont connaissance de ce difficile partage des pouvoirs et profitent de cela pour se maintenir ou s'installer. Fabriques et archevêché se satisfont de cette situation d'autant qu'ils louent ces espaces21.

25Si les occupants s'adressent au Préfet à l'aide d'écrivains publics en l'appelant « Monseigneur », il n'en demeure pas moins qu'ils connaissent les ordonnances et l'administration, dans ses rouages et ses conflits. Nombreux sont ceux qui déclarent qu'une « administration neuve » ne peut reconduire « les erreurs des anciennes » et qui réclament que leur commerce clandestin soit légalisé au vu des circonstances économiques et sociales.

26Dans ces centaines de lettres, un argument revient constamment : tous, et même s'ils reconnaissent le caractère clandestin de leur occupation, réclament de la clémence et de la compréhension, au nom d'une occupation de longue date. À la logique du droit, ils opposent la coutume ; au texte, des usages.

27On le comprend, on ne peut pas avec pertinence distinguer ce qui relève du commerce formel et de l'informel, ce qui relève du clandestin, de l'illégal ou du toléré. Dans ces espaces vacants de la ville, juridiquement mal définis, ce qui est clandestin pour une administration ne l'est souvent pas pour une autre : des commerçants ont des baux sur des espaces illégaux, d'autres paient patente sur des activités clandestines. Cette indistinction même définit la ville du premier xixe siècle.

Entre répression et régulation : des usages des échoppes dans la ville moderne

L'abri des nécessiteux

28Si les différentes administrations auxquelles échoie la gestion de la ville butent sut ces constructions fragiles, il n'en reste pas moins qu'elles en connaissent l'existence, comme toute la population du reste. Pourtant, de nombreuses constructions découvertes sous l'Empire sont encore debout sous la Restauration. Comment expliquer une telle pérennité alors même qu'elles vont à l'encontre de tous les projets d'embellissements et d'aménagements urbains ?

  • 22 BnF, Joly de Fleury, 2100, f° 107 à 110, échoppes, lettre du 13 septembre 1784.

29En matière économique, les choix de ceux qui doivent réprimer et traquer la clandestinité ne sont pas tranchés. Il y a en effet dans la gestion de la ville et de ses clandestinités au xixe siècle une forme évidente de régulation sociale. Alors que de nombreux commerçants sont convaincus d'occuper illégalement les lieux et qui plus est d'y pratiquer un commerce illicite, la Préfecture fait bien souvent le choix délibéré de fermer les yeux. Les occupants sont, il est vrai, le plus souvent des nécessiteux : veuves de guerre, infirmes ou déclassés à l'image des nombreux instituteurs devenus écrivains publics. Sauf cas exceptionnel où la moralité publique apparaît en danger, on tolère donc la continuation de ces activités. Déjà en 1784, alors qu'on projette de supprimer un grand nombre de ces constructions, le Président du Parlement de Paris note que leurs occupants « font pitié », que ce sont de « pauvres maîtres chargés d'enfants » qui font le commerce depuis plus de cinquante ans22. Si la Préfecture de la Seine fait, elle, peu de cas de ces considérations, le Préfet de Police, plus proche des difficultés sociales individuelles, reprend ces arguments. Gisquet déclare ainsi en 1833 :

  • 23 Arch. Préf. de Police, DA53, Courrier du Préfet de Police à Rambuteau, octobre 1833.

« l'administration doit saisit toutes les occasions de fournir des moyens d'existence à des malheureux que le besoin pourrait tendre dangereux pour la société23 ».

30En 1837, son successeur Delessert, encore en conflit avec la Préfecture de la Seine, se fait plus pédagogue :

  • 24 Idem, DA53, Brouillon de lettre du Préfet de Police au Ministre, 11 décembre 1837.

« Si les échoppes étaient louées, les indigents qui les occupent et qui y trouvent des moyens d'existence, seraient obligés de se retirer pour céder la place à des personnes qui auraient les moyens de payer une location, c'est-à-dire que les échoppes pourraient être occupées pat tout le monde excepté par ceux qui en ont le plus besoin. De là, deux inconvénients, l'un d'exciter les plaintes des propriétaires de maisons à boutiques, car la location d'une échoppe serait toujours d'un taux moins élevé que celui d'une boutique et pat conséquent préféré. L'autre, d'ôter à la Police la facilité de donner des moyens d'existence à des malheureux qui retomberaient à la charge des bureaux de charité. [...] Il faut savoir, en effet, comment se forment souvent les échoppes. Un étalagiste place d'abord une toile pour s'abriter de la pluie ou du soleil, puis une planche, enfin, insensiblement, il se construit une échoppe. Alors, quand il s'agit de rétablir les choses dans leur premier état, des difficultés se présentent, car on se trouve en face d'un malheureux à qui il faut ôter son bien, ce que mon administration n'obtiens qu'avec peine, la ville l'obtiendrait encore plus difficilement avec des moyens de surveillance et d'exécution moins puissants24. »

31Devant une pratique illégale mais ordinaire, l'administration fait le choix de la tolérance. Les occupants se présentent eux-mêmes comme des indigents. Les uns arguent des effets de la guerre, les autres, généralement des faillis, des effets des révolutions, des coups d'État et des crises économiques. Partout dans la ville, la préfecture ferme les yeux. Que faire de ces veuves de guerre qui vendent des gâteaux sous les arcades du Louvre ? De ces nécessiteuses qui ont construit un véritable village le long de Notre-Dame pour y vendre des hardes et de la ferraille ? De cet instituteur infirme qui loue illégalement une échoppe dans la cour de l'église des Saints-Pères ? Que faire encore de cet ancien grognard qui tient débit de boisson dans un fossé de la place Concorde ?

  • 25 Arch. préf. de Police, DA57, Lettre d'envoi du projet d'ordonnance sur les saillies, 16 février 18 (...)

32Dans les marges de toutes les ordonnances préfectorales, des annotations manuscrites rappellent la « nécessaire tolérance ». En pratique, en échange de cette tolérance, on réclame aux indigents 10 francs, au moins pour les établissements installés sut la voie publique25. Il faut dire qu'à part quelques pétitions de commerçants qui voient en eux une concurrence déloyale, les habitants semblent s'accommoder de ces constructions où ils trouvent au quotidien services et subsistances.

  • 26 Arch. dép. Paris, DQ10/169, dossier n° 484, Place de la Révolution, Place de la Concorde, Place Lo (...)

33En pratique, on attend donc généralement le décès des occupants pour détruire les constructions. La tolérance est la même avec des commerces plus clairement clandestins et illicites : le Sieur Gaucherot, installé « sur le terrain le plus près de la place [de la Concorde], avant limonadier, actuellement marchand de vin » et dont l'autorisation, introuvable, aurait été délivrée par le Prévôt des marchands en 1770 et qui a construit une baraque qui « endommage les balustrades des Thuilleries », n'est finalement pas inquiété par l'administration des Domaines26 ni par celle de la préfecture qui tolère cet homme, sans doute trop âgé au moment de l'enquête en l'an VII pour être expulsé.

34La tolérance due à la nécessaire régulation sociale se redouble de divergences de vue au sein de la hiérarchie policière. Les très nombreux courriers échangés dès 1808 entre le bureau du Préfet et les commissaires de quartier indiquent que ces derniers ont le plus grand mal à faire déguerpir des occupants qu'ils côtoient au quotidien. Les chasser sans détruire la baraque revient à la voir occuper par d'autres.

35Or, ce sont les Domaines qui doivent diligenter la vente des matériaux de construction. Ainsi, entre la découverte d'une échoppe illégale et sa destruction effective, plusieurs mois peuvent passer.

36Dans cet intervalle, les échoppes sont occupées, par les commerçants voisins ou des proches. Au plus près du terrain, les commissaires tolèrent, accordent des dérogations voire se font les portes-paroles des occupants. Plus encore, pour nombre de commissaires, la définition nouvelle de l'espace public comme espace dégagé et libre pour la circulation et la jouissance esthétique des monuments n'est pas encore intégrée.

37Entre les projets édilitaires et leur application, la logique sociale et économique contraint à la tolérance. Cependant, au cours du siècle, cette forme de régulation sociale ne cesse de reculer.

Chasser les ombres et lisser les perspectives

  • 27 Voir à ce sujet Vincent Denis, Une histoire de l'identité, France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallo (...)
  • 28 Voir Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Administration, statistique, aménagement du territoire : le Préf (...)
  • 29 Voir l'article « recensement » du Grand dictionnaire universel du xixesiècle de Pierre Larousse.
  • 30 Les mémoires de Canler, chef du service de sûreté sous Gisquet, sont à ce propos instructives : dè (...)

38L'Empire, dans la continuité de la Prévôté, tente de fixer les populations dans Paris. Les individus doivent être identifiés, rattachés à une adresse pour pouvoir être surveillés et trouvés27, mais aussi pour que la ville devienne un cadre fixe qui permette un déchiffrement sûr. Il ne faut pas oublier que des expériences de recensement et de portraits statistiques sont menées en France depuis 1800. Sous l'impulsion du Préfet de la Seine Chabrol de Volvic, membre de la Commission scientifique en Égypte et constructeur de routes, débute à partir de 1812 une nouvelle mise en statistique de Paris28. Ce travail est complété en 1836 par l'enquête nationale sur les portes et les fenêtres. Les succès statistiques de Quételet, notamment aux Pays-Bas, viennent enrichir les outils de recensement disponibles29. Dans cette entreprise, la position à l'égard de ces constructions incertaines va rester ambiguë jusque sous le Second Empire. La préfecture de police est partagée entre le désir de chasser ces habitants instables et celui de fixer une population qui, sans cela, serait en grande majorité livrée à l'errance. Or, la population vagabonde brouille les cartes. À observer par le menu les expulsions, il est clair que la tolérance à l'égard des commerçants sans autre adresse personnelle est plus grande. Un individu sans adresse dans le Paris du début du xixe siècle est insaisissable. En chassant un occupant d'échoppe, on le détache de son environnement social quotidien, celui-là même qui pourrait permettre de retrouver sa trace30. Jusque dans les années 1850, le choix est donc souvent fait de maintenir cette population attachée à une construction certes incertaine mais qui a le mérite d'être localisée.

  • 31 Arch. préf. de Police, DA57, Lettre du Préfet de Police, 20 mai 1812.

39Paradoxalement, la conception de la ville qui se fait jour dans cette première partie du siècle va amener elle aussi à tolérer ces constructions. Le désir édilitaire et tout particulièrement de la préfecture de la Seine va être, dans la continuité du percement de la rue de Rivoli, de mener à bien un travail d'alignement des bâtiments. La perspective – la percée – doit être la plus lisible possible afin d'être la plus spectaculaire. La rue qui se présente sous la forme d'une perspective linéaire a tous les avantages soulignent Chabrol puis Rambuteau : elle est plus propre et plus lisible, de jour comme de nuit, et peut n'être éclairée que par quelques quinquets. Le souci pour les deux préfectures est alors d'empêcher les dépôts d'ordure qui encombrent la voirie, attentent à la dignité des bâtiments publics et du paysage urbain. Il s'agit dans le même temps d'éviter les points aveugles dans la ville. Les échoppes viennent combler les « renfoncements inutiles et dangereux » écrit le Préfet de la Seine Frochot en 1812. Cela est d'autant plus vrai que la ville, frappée d'alignement, laisse quantité « d'espaces retranchés » dont personne ne sait que faire et dont la nature elle-même pose problème. La Préfecture de la Seine pense que pour qu'un « terrain retranché fasse partie de la voie publique, il faut qu'il ait été acquis pour la ville et payé aux propriétaires ». À l'inverse, la préfecture de Police regarde « comme acquis à la voie publique l'espace qui existe entre l'ancien et le nouvel alignement31 ». En occupant des espaces vacants et sans propriétaire déterminé, les échoppes rentabilisent en même temps qu'elles préservent ces espaces en attente. Les aménageurs et la Police sont en accord sur ce point : les échoppes, dans la mesure où on les pense comme provisoires, peuvent aider à la gestion de la ville.

40En 1813, un rapport rédigé par les services du bureau du Ministère de l'Intétieur note :

  • 32 Idem, DA57, 1813, Lettre du Ministère de l'Intérieur au Préfet de Police.

« Il pourra être permis d'établir des échoppes lorsqu'il se trouvera entre deux maisons un renfoncement moindre de deux mètres et d'un mètre de profondeur ; mais à la condition que ces échoppes seront de construction légère et n'excéderont dans aucun cas la hauteur du rez-de-chaussée32. »

41Cinq ans plus tard, le Comte d'Angles préconise qu'il soit

  • 33 Id., DA57, Lettre d'envoi du projet d'ordonnance sur les saillies, 16 février 1818, au Ministre de (...)

« permis de masquer par des constructions légères les renfoncemens qui font moins de 8 mètres de longueur et d'un mètre de profondeur. [...] Il est toujours utile pour la sûreté et la salubrité d'en masquer les angles. L'ancien projet ne parle pas des échoppes en bois. En ne les considérant que d'après l'aspect hideux qu'elles présentent, surtout quand elles sont placées auprès de nos monumens publics, on en désire la suppression. Mais elles servent d'abri au misérable et lui aident à gagner sa vie. D'un autre côté, elles sont utiles dans les renfoncemens parce que ceux qui les occupent sont chargés d'entretenir la propreté au pourtour, et qu'ils empêchent les dépôts d'ordures. Au lieu de demander la suppression totale de ces échoppes, je propose seulement de ne les permettre que dans les angles et les renfoncemens hors de l'alignement des rues et places où elles peuvent être établies utilement33 ».

  • 34 Id., DA53, Préfecture de Police, octobre 1833.

42Sous la monarchie de Juillet, on tolère encore ces constructions à la condition de « forcer les occupants à remplir l'obligation qu'elle impose de maintenir la propreté aux alentours34 ».

43Entre 1800 et les années 1850, le choix sera toujours le même : une fois une construction découverte et identifiée, il convient de la conserver, de la légaliser en attendant, soit une construction en dur, soit un dégagement complet du monument. Salle de jeux, chalet d'aisance, cabaret deviennent des outils d'aménagement : sorte de maquette grandeur nature, ils obturent les nombreuses dents creuses de la ville et, par leurs palissades, préfigurent des perspectives continues, déjà indiquées par les trottoirs naissants. Paradoxalement, ces constructions jugées douteuses doivent empêcher les refuges clandestins dans les terrains vagues.

  • 35 Charles Vincent, « Les dernières échoppes », dans Paris-Guide, t. 2, La vie, Paris, A. Lacroix, Ve (...)

44Les échoppes, alors qu'elles sont annoncées en voie de disparition dès 1800, testent donc présentes dans le paysage parisien ; on en dénombre encore 500 en 186735.

Épure urbaine et clandestinité vagabonde

Nouvel espace public, nouvelles clandestinités

  • 36 Notons qu'à cette occasion, dès 1837, la Préfecture de la Seine distribue des prospectus qui se ve (...)
  • 37 Voir François Coquille, « La loueuse de chaises », dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, (...)
  • 38 Arch. préf. Police, DB199, circulaire relative aux « marrons rôtis » du 23 octobre 1839.

45La lente disparition des constructions mobiles au milieu du siècle signe un changement dans la nature de la ville. Avec la construction des trottoirs et l'apprentissage qu'en font les Parisiens36 s'achève dans les années 1840 un processus essentiel dans la ville du xixe siècle : la consécration de l'espace public comme un espace dédié à la libre circulation. S'arrêter, occuper l'espace public, c'est menacer l'espace commun. Ainsi, en même temps que disparaissent toutes les constructions légères qui empiètent sur l'espace public, s'évanouissent les chaises des loueuses37, les étalages des marchands des quatre saisons, les rôtisseurs des marchands de marrons38 etc., tous ces objets qui bien que mouvants menacent la circulation. Frochot, Chabrol et plus encore Rambuteau mettent tout en œuvre pour cartographier la ville et de ce fait en fixer les éléments : espaces publics et espaces privés sont délimités avec précision ; cafés, restaurants et autres commerces seront les lieux de stations – privés - autorisés en ville. Obstruer les artères de la ville – la métaphore entre alors dans la langue – revient dorénavant à remettre la ville tout entière en danger.

  • 39 Rambiteau, Mémoires du comte Rambuteau, publiés par son petit-fils, Paris, Calmann-Lévy, 1905, p. (...)
  • 40 Ils doivent avoir une adresse fixe, porter une médaille enregistrée en préfecture de Police et pou (...)

46Les constructions à mi-chemin entre l'architecture et le mobilier ne sont dès lors plus acceptées dans l'espace public. Dès la fin des années 1840, la préfecture de la Seine, aidée en l'espèce par la Préfecture de Police, ne renouvelle pas les autorisations pour tous les commerces ambulants ou en baraques. Les chaises des loueuses sont remplacées par des bancs publics, en fonte d'acier et fichés dans le sol et les baraques privées qui faisaient office de chalet d'aisance par des vespasiennes39. Les brocanteurs, les marchands de quatre saisons, les cireurs, les décrotteurs, les fripiers et les marchandes à la toilette, les distributeurs d'eau et de charbon, bref tous ces métiers que le siècle désigne sous l'appellation pittoresque des « cris de Paris » sont interdits d'immeuble, condamnés au mouvement perpétuel et de plus en plus surveillés40.

47La révolution commerciale est à l'œuvre. Ouvertes sut tue, transparentes et éclairées, les boutiques incarnent la ville moderne. Si l'espace commercial privé et l'espace public se mêlent, ce n'est désormais plus dans la rue à la manière des échoppes mais visuellement par le jeu des transparences qu'offre le verre.

48La clandestinité urbaine, et notamment commerciale, perd lentement ses points de fixation. Reléguée dans le privé, elle est, dans l'espace public, condamnée à l'errance. Être clandestin dans la ville moderne, c'est être familier des arrières cours ou relégué à la périphérie de la ville et dans tous les cas condamné à la mobilité permanente.

La ville clarifiée

  • 41 Voir, notamment, à ce sujet la synthèse de Richard Sennett, The Conscience of the eye : the design (...)

49Dans ce désir de voir la ville transparente à elle-même, les recoins, les zones d'ombres, les espaces incertains vont être élucidés. Le regard est au cœur de l'appréhension nouvelle de la ville41. Alors que la lumière du gaz puis électrique conquiert la nuit, on détruit les baraques et les échoppes.

  • 42 On peut noter que le même processus mène à inscrire dans la ville numéros et noms de rue.
  • 43 Arch. préf. Police, DA53, courrier du 23 mai 1831, Préfet de Police.
  • 44 Idem, DA53, brouillon de lettre du Préfet de Police au Ministre, 11 décembre 1837.

50Après les hésitations du début du siècle, c'est sous l'autorité conjointe et parente de l'histoire et du tourisme que la ville va être dégagée de ses constructions incertaines. Les plans de Paris dressés dans la première partie du siècle s'avèrent être des projets bien plus que des relevés. L'entreprise de Rambuteau et plus encore celle d'Haussmann va consister à faire coïncider la ville avec ces vues en plan42. Bien avant que de percer la ville, d'en redessiner le contour des rues, l'entreprise préfectorale vise à rendre la ville lisible, à débrouiller ce paysage urbain par trop changeant et instable. Le regard est au cœur de ce processus. Ainsi, les arguments qui ont raison de ces échoppes sont essentiellement esthétiques. Les jeux clandestins, la prostitution ou encore les commerces illégaux ne cessent d'inquiéter. Mais les autorités vont avant tout s'accorder sur la nécessité de donner un nouveau visage à Paris qu'on rêve capitale de la modernité. Dès lors, ces échoppes que l'on conçoit de plus en plus comme des survivances du passé déparent. Dès 1831, le préfet de Police considère ainsi « que les échoppes ou établissements quelconques, placés auprès des monuments publics [...] en obstruent l'accès » mais surtout « nuisent à leur aspect, à leur dignité43 ». En 1837 encore, le préfet de Police écrit : « Tout le monde sait combien les échoppes sont d'un aspect désagréable44. »

  • 45 Id., DB37, 16 janvier 1835, Préfecture de la Seine.

51Notre-Dame focalise ainsi les regards. En 1835, le Préfet de la Seine entreprend la « translation » du marché aux chiffons, ensemble de bric-à-brac de constructions de bois et carton goudronné « adhérantes à Notre-Dame ». Cette décision est prise sous l'autorité nouvelle de l'histoire et de l'œil des voyageurs. C'est en « considérant que le marché [permanent] de Vieux Linges et de Bric-à-brac établi le long de l'Église Notre-Dame présente un aspect hideux devant l'un des plus beaux monuments de la capitale » que son déplacement est décidé45.

  • 46 Le nouveau conducteur de l'Étranger à Paris..., F. M. Marchant, 17e édition, Revue et augmentée pa (...)

52De la même façon, les guides d'étrangers à Paris condamnent ces amas hideux et informes. Le touriste voit la ville autant en plan qu'en perspective : la vue utopique du plan ne fonctionne que si elle fait écho à des monuments et des circuits. Même pour le Palais-Royal, lieu de tolérance et d'échoppes payant patentes, le Conducteur Marchant de 1835 se félicite que « les ignobles galeries de bois, déshonorant depuis trente ans l'entrée du jardin [aient] été rasées46 ». Au Louvre, aux alentours de la Sainte-Chapelle ou de Saint-Germain l'Auxerrois, les échoppes apparaissent crapuleuses.

53Le paysage de la ville doit être clarifié, pour la sécurité comme pour le plaisir des voyageurs. L'œil qui scrute la ville doit, de jour comme de nuit, la lire sans encombre, sans faux-semblants. Dans une ville qui prétend rayonner dans toute l'Europe, les baraques et les commerces clandestins font figure d'ombres aux tableaux.

54Dès les années 1840, les destructions et les mises aux enchères publiques des matériaux des baraques sont massives dans les parages des monuments et des lieux fréquentés par les étrangers et le Tout-Paris. Pat un effet de contamination, même les édifices les plus élégants destinés aux divertissements vont être assimilés aux baraques et échoppes.

  • 47 Arch. préf. Police, DA54, Voirie, 3 octobre 1837, Champs-Élysées, Concessions d'emplacements diver (...)
  • 48 Idem, DQ10/643, Champs-Elysées et Le Gratis du 11 avril 1845, Moniteur des ventes mobilières et im (...)

55Ainsi, la préfecture de Police tente de supprimer les édifices de panoramas, de limonadiers, de chalets d'aisance qui parsèment les Champs-Elysées47. Ces échoppes qui quelques années auparavant étaient notamment vouées à empêcher la « prostitution entre les arbres » et dans les fossés deviennent indignes. Dès 1845, on expulse les marchands, à l'aide de militaires s'il le faut, et les baraques sont relouées par un bail emphytéotique court ou vendues aux enchères48. Seules les extensions des cafés et restaurants sont tolérées.

  • 49 Id, DB199.
  • 50 Le Moniteur Universel, 20 décembre 1850.
  • 51 Idem, 3 décembre 1859.
  • 52 La Presse, 20 décembre 1869.

56Dans le même mouvement, des baraques aussi inoffensives que celles montées à l'occasion des fêtes de fin d'année deviennent dans les années 1850 elles aussi intolérables. On redoute de les voir s'installer durablement et d'y voir vendre des « images licencieuses » et pratiquer des jeux d'argent comme le « tournevire49 ». En 1850, d'abord, elles sont interdites pour permettre le défilé « solennel » des « troupes revenant de Crimée50 ». Indignes pour l'armée impériale, elles le sont bientôt pour la ville. En 1859, « une amélioration importante, écrit Le Moniteur Universel, [est en effet] apportée cette année à l'installation des petites boutiques qui viendront prendre place, vers la fin du mois, sur les boulevards et dans les principales voies publiques de la capitale, pour les ventes du jour de l'an. Un modèle uniforme, construit en planches et peint à la détrempe, serait adopté pour ces boutiques dont l'ensemble présenterait ainsi un coup d'œil uniforme et mieux en rapport avec le luxe de nos rues, que les baraques différentes de proportion et de forme en usage jusqu'à aujourd'hui51 ». Sous le contrôle d'Alphand, la ville se trouve ainsi parsemée d'environ 600 petites baraques en bois dans le « style mauresque », à la façon des fabriques de jardin52. Mais cette uniformisation elle-même ne suffit pas à faire taire les protestations. Dans les années 1860, on déplore « les marchands, campant sur les boulevards, dans ces boutiques en bois si disgracieuses à l'œil et si nuisible à la perspective ». Le journaliste de la Presse écrit de son côté :

  • 53 Idem, 26 décembre 1863.

« Certes, nous admettons que cet industrialisme en plein-vent est plus accessible à certaines bourses, mais on pourrait, ce nous semble, harmoniser le coup d'œil de ces constructions improvisées [...]. La symétrie y gagnerait, et la vente pourrait s'en trouver mieux53. »

57Les plaintes se multiplient. Le Soir écrit ainsi en janvier 1870 :

  • 54 Le Soir, 11 janvier 1870.
  • 55 Le Pays, 25 décembre 1872.

« Quand va-t-on enlever ces atroces baraques qui exproprient de leur royaume les pauvres boulevardiers. Je croyais que la tolérance s'arrêtait le 6 janvier, et nous voilà le 1054. »
Deux ans plus tard, dans une ville en reconstruction, le journal conservateur Le Pays écrit :
« Avec tout cela, voilà les boulevards envahis encore une fois par les odieuses boutiques de bois blanc des petits marchands d'étrennes à bon marché. C'est hideux ! Les baraques uniformes qu'avait créées le baron Haussmann ont été mises au rancart : elles étaient trop propres sans doute [...]. Elles sont remplacées cette année par des baraques d'une laideur toute républicaine et dans l'édification desquelles le génie des bimbelotiers s'est donné libre carrière. Cela est misérable et piteux : quatre planches, une toile sale en guise de couverture, une lampe au pétrole éclairant le tout ; voilà la splendeur des boulevards en 1872 ! [...] La ville est horriblement déparée, les boulevards ont l'air d'un camp de bohémiens55 ! »

  • 56 Arch. préf. Police, DB 199. Voir les lettres relatives aux marchands de livres sur les quais.

58Dans ce dessein de donner une cohérence visuelle à la ville, la préfecture de la Seine est tentée de détruire les boîtes des bouquinistes, agrégées sur les parapets des quais. Elles seront finalement conservées à la condition d'être peintes en vert bouteille et ainsi assimilées au mobilier urbain56.

Une ville minérale et monumentale

59Ce qui décide la disparition de ces échoppes et de leurs commerces est donc un changement profond dans la façon de concevoir la ville. À défaut de trouver le moyen d'intégrer ces constructions, on va s'attacher à faire coïncider la ville au plan. La ville rêvée par les ingénieurs et les édiles est une ville où tout est cartographiable, c'est-à-dire à la fois solide, fixe et référencé à la manière des numéros de rue. Dans la ville nouvelle qui se fait jour, avant les grands travaux, chaque chose a une place fixe et le trait et le point en permettent le relevé.

  • 57 Voir Espace français. Vision et aménagement, xvie-xixesiècles, Paris, Archives Nationales, 1987 et (...)

60La ville minérale devient la seule référence. Le pittoresque, relégué dans les promenades plantées, les parcs et les bois, n'a plus sa place dans l'espace urbain dédié au commerce, au travail et à la circulation. Alors qu'on multiplie les kiosques dans le Bois de Boulogne ou dans le parc des Buttes-Chaumont, les échoppes jugées archaïques sont détruites dans Paris. Les Parisiens qui rêvent volontiers de cahutes de branchages à la campagne veulent une ville moderne, faite de pierre ou de simili-pierre, de fonte, de fer et de verre. La pierre, « devenue symbole de raison », est le matériau digne et moderne par excellence57. Tolérés dans l'habillage des boutiques, le bois, la toile et le papier, matériaux pauvres et douteux, n'ont plus de place dans une ville qui proclame sa modernité.

  • 58 C'est par exemple le cas devant l'église de Saint-Germain l'Auxerrois où on relève que la décence (...)
  • 59 Arch. dép. Paris, DQ10/392, 17 janvier 1817 et lettres suivantes.
  • 60 Arch. nat., F 19/7803, 13 juin 1838, Comités historiques, Comité des arts et monuments, Ministère (...)

61Dans cette ville qui se transforme dès les années 1830, s'invente aussi, on le sait, le monument historique. Chasser les baraques de toutes sortes et leurs occupants, c'est alors chasser l'anachronisme. Alors qu'on entreprend la réinvention de Notre-Dame ou de Saint-Germain l'Auxerrois en ayant soin de détruire toutes les traces de l'histoire, ces constructions sauvages menacent non seulement les bâtiments eux-mêmes mais aussi leur cohérence esthétique et historique. Dès la fin des années 1810, la hantise du vandalisme ordinaire fait regarder d'un œil nouveau ces bâtisses construites souvent sauvagement contre les monuments et sans respects pour eux58. On découvre dans la cour de l'église des Petits-Pères qu'un écrivain public, sans doute avec l'accord de l'archevêché, a non seulement installé une échoppe mais a démonté les pierres du parapet de l'église pour faire un soubassement à celle-ci59. De la même façon, « le tuyau de son poêle [...] dégrade la fontaine » et noircit l'ensemble du bâtiment. Les exemples sont partout de cet usage des lieux ; ils soulignent alors qu'aux yeux des Parisiens de tous les milieux, le monument historique n'existe pas. Paysage et espace du quotidien, le monument peut être à volonté modifié, adapté ou bricolé. Le vandalisme ordinaire est partout. Le tournant a lieu à la fin des années 1830 quand de nouvelles institutions vont alors se charger de chasser ces « verrues » et de protéger ces « traces nobles » du passé. Ce sont conjointement la Commission des Monuments Historiques, le Comité des arts et monuments et la Préfecture de la Seine qui vont entreprendre de dégager les monuments de leurs « échoppes adhérentes ». Ce qu'on découvre alors horrifie les défenseurs des monuments historiques : pour exemple, les échoppes à Notre-Dame sont clouées et accrochées, avec la bénédiction de la métropole, « aux chapiteaux et aux bas-reliefs du soubassement qu'elles masquent et qu'elles dégradent60 ». Après 1838, ce nettoyage est systématique. Le long de la Sainte-Chapelle, devant Notre-Dame – qu'on est obligé de faire occuper par des militaires -, au Louvre, la Préfecture chasse les échoppes vandales et anachroniques. Deux espaces naissent dans la ville-capitale : celui moderne de la circulation et du commerce, celui ancien des reliques du passé. L'échoppe est ancienne sans pour autant avoir la dignité du monument. Ceci fait écrire à Pierre Larousse que

« L'échoppe était au vieux Paris, ce que le lierre est aux vieux arbres. Elle s'accrochait à lui, se collait à ses murs, grimpait après ses palais. Le Louvre, le Palais-Royal, les quais, les rues se trouvaient rapetisses, encombrés, obstrués par des échoppes. Au Carrousel s'étaient installés les petits libraires ; sur le Pont-Neuf, les marchands d'habits ; à la porte des hôtels, dans les coins, les écrivains publics et les savetiers ; sur le parvis Notre-Dame, au flanc des églises, au-dessous des Saints et des gargouilles, s'élevaient, pourrissaient les échoppes des marchands de médailles et des allumeuses de cierges. [...] L'échoppe fleurit encore le long des murs tristes dans les rues étroites des bourgs et des villes de province ; à Strasbourg, à Reims, à Chartres, elle s'abrite sous le portail des cathédrales, dans les saillies des monuments. À Paris, l'échoppe se meurt, l'échoppe est motte. Elle est tombée, ruinée pat le temps ou écrasée sous les pierres des vieux quartiers que le baron Haussmann fait sauter comme des châteaux de cartes. Pourtant, dans ces taudis de planches, pendant des siècles, toute une population de travailleurs vécut, souffrit et mourut. »

62Sur un mode pittoresque, l'échoppe est associée au Vieux Paris, notamment pat les opposants politiques bien souvent marqués par l'esthétique romantique, même si elle est en réalité plus le fruit de la fin du xviiie siècle que de l'âge médiéval.

  • 61 Charles Vincent, « Les dernières échoppes », dans Paris-Guide, t. 2, La vie, Paris, A. Lacroix, Ve (...)

63En 1867, Charles Vincent dans Paris-Guide indique que c'est leur désuétude qui en fait tout le pittoresque. Il regrette le caractère des constructions « adossées pittoresquement au coin des places ou des monuments publics, le long des églises ou des maisons bourgeoises, ayant pour toit des planches d'où s'échappe le bout d'un tuyau de poêle, et pour plancher le pavé de la rue61 ». Dans le même temps, il reconnaît leur inconvenance dans la ville nouvelle et note que les « magasins luxueux repoussent les voisinages misé-tables », que « les squares élégants ont chassé ces abris populaires » et qu'à côté des « églises regrattées à neuf, les échoppes y font l'effet de verrues ». « Il faut bien le reconnaître, poursuit le rédacteur, ces débris du passé font tache à côté des splendeurs du présent. Dans ce Paris nouveau que l'on veut propre et luisant, tout conspire donc contre l'échoppe. »

64C'est seulement à la fin du siècle, quand l'échoppe a disparu du centre de Paris, qu'elle prend une nouvelle valeur. Signe d'un Paris perdu, pittoresque et populaire, les quelques édifices restants deviennent touristiques et les journaux dénichent les quelques rescapés pour le plaisir nostalgique des Parisiens.

Conclusion

65Pister la clandestinité économique en ville et les formes architecturales qu'elle produit souligne que la ville change de nature, bien avant que ne changent ses pierres. Les transformations profondes dont témoigne l'évacuation de la ville de ses constructions incertaines et inquiétantes, indiquent que les bouleversements qui affectent la ville dans le premier xixe siècle sont aussi profonds que ceux qui interviennent sous Haussmann et, surtout, en sont le prélude et la condition nécessaire.

66La difficulté des administrations à penser ce qui est mouvant, incertain, se solde par un travail pour conformer la ville au plan. Un nouveau modèle de ville se met en place, avant qu'on en définisse les styles, les formes et qui ne changera pas pendant les xixe et xxe siècles : une ville faite d'éléments solides et certains, fixés en un lieu, numérotés et possédant une adresse, une ville réifiée faite de la pierre raisonnable et durable dans laquelle circuler est une obligation. Les Parisiens, pendant un siècle, font l'apprentissage quotidien de ce nouvel espace public, fait de monuments et de circulations. Dans ce paysage clarifié, les seules constructions provisoires qui demeurent apparaissent suspectes avant d'être pittoresques. Dès lors, la clandestinité économique est vouée à l'errance ou au repli dans le privé.

Notes

1 BnF, Joly de Fleury, 2100, f° 107 à 110, échoppes, [1784].

2 Le Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse en donne la définition suivante : « Qui se fait en secret, en cachette. – Où il se passe quelque chose de secret : Un lieu clandestin. Une maison clandestine. - Marché clandestin, marché prohibé par la loi, comme conclu sans cause ou fondé sur une cause immorale. Possession clandestine, possession dont on dérobe la connaissance à ceux qui auraient le droit ou le pouvoir de la troubler. »

3 Dans Les Misérables, Gavroche passe ses nuits avec de nombreux autres adolescents dans le ventre de l'éléphant de la Bastille, ce modèle de bois et de plâtre construit en 1814 et qui préfigure une vaste fontaine. Jusqu'en 1832, l'éléphant reste sut la place, délabré. Hugo indique « qu'il y a vingt ans les tribunaux correctionnels eurent à juger, sous prévention de vagabondage et de bris d'un monument public, un enfant qui avait été surpris couché dans l'intérieur même de l'éléphant de la Bastille ». Des éléments de chantier, Gavroche trouve matière à se fabriquer un abri. Hugo le décrit comme « une tente d'Esquimau » faite de « planches, de plâtras et de toile ».

4 Archives de Paris, DQ10/643, Place de la Concorde ou Place Louis XV.

5 La vente de tout le matériel est faite aux enchères « à la charge par l'adjudicataire, de laisser enlever les objets ci-dessus à la citoyenne Haack, de démollir et enlever le surplus dans le mois, et combler l'emplacement de ce sous-terrein ».

6 Arch. dép. Paris, DQ10/1339, dossier n° 99, Rue de Rivoli, Bail du 7 septembre 1814.

7 Du cadastre, depuis son établissement jusqu'au 30 septembre 1821, examens des divers objections auxquelles il a donné lieu [...] D'Espaignol-Lafagette, Géomètre de première classe du Cadastre, délimitateur spécial du Département du Cher, etc., Paris, Dentu, 1821.

8 Ibidem, p. 24.

9 Avec le décret du 31 juillet 1821, le cadastre cesse d'être une œuvre d'État et devient une œuvre communale.

10 Bernard Lepetit, « En présence du lieu même... Pratiques savantes et identification des espaces à la fin du xviiie siècle », dans Carnet de croquis, Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, 1999.

11 Les tableaux statistiques et les lithographies de Taylor et Nodier ou encore d'Abel Hugo ne retiennent que les paysages pittoresques et champêtres. Cette approche de l'espace renaît en ville à la fin du siècle par l'entremise de la photogrammétrie.

12 Voir le journal publié régulièrement à partir de 1825 sous la direction de l'architecte-géomètre du Gouvernement Hippolyte Tilliard, Plans divers des embellissements de Paris, et des moyens qu'il conviendrait d'employer pour y améliorer la salubrité, de même que pour y faciliter le commerce de son intérieur.

13 Marcel Roncayalo écrit ainsi : « "L'ouvrage" - à la rigueur la "ligne" - paraît l'emporter sur d'autres perspectives. La mesure des flux, s'ils n'appartiennent pas aux réalités physiques, aux "éléments", est moins considérée que celle des supports. La rationalité technique impose des limites strictes dans le découpage du réel et la "séctorisation" des aspects du territoire. » Marcel Roncayolo dans L'Espace Français, sous la direction d'André Burguière et Jacques Revel, Paris, Seuil, 2000, p. 394. Sur la naissance de la cartographie statistique, voir le travail de Gilles Palsky, Des chiffres et des cartes : naissance et développement de la cartographie quantitative française au xixe siècle, Paris, CTHS, 1996.

14 Michel Vernes, « Les ombres de la beauté. Sur le dessin d'architecture néo-classique », Paris, Picard éditions, (à venir) et Louis Marin, « La ville dans sa carte et son portrait, propositions de recherche » dans De la représentation, Paris, Hautes études/Gallimard/Seuil, 1994, p. 205-208.

15 Notamment les plans de Verniquet (1785-1791) et de Vasserot et Bellanger (1810-1836) qui associent toujours les graveurs à leur entreprise.

16 Voir Michel de Certeau, « Marches dans la ville » et « Récits d'espace » dans L'invention du quotidien, t. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1994, [1980].

17 Arch. préf. de Police, DA 53, Préfecture de Police, octobre 1833.

18 Idem, Préfecture du département de la Seine, 29 octobre 1833.

19 Arch. dép. Paris, DQ10/1610, Saint-Germain l'Auxerrois, Direction Générale de l'Enregistrement et des Domaines, 1837.

20 Idem, Administration de l'enregistrement et des Domaines, courrier du 6 juin 1838.

21 Voir par exemple la comptabilité de Saint-Germain l'Auxerrois pour l'année 1808 qui montre que la location des échoppes est le premier poste de recettes juste devant la location des places sur les bancs. Archives de l'Archevêché de Paris, 2E/Comptabilité, Saint-Germain l'Auxerrois.

22 BnF, Joly de Fleury, 2100, f° 107 à 110, échoppes, lettre du 13 septembre 1784.

23 Arch. Préf. de Police, DA53, Courrier du Préfet de Police à Rambuteau, octobre 1833.

24 Idem, DA53, Brouillon de lettre du Préfet de Police au Ministre, 11 décembre 1837.

25 Arch. préf. de Police, DA57, Lettre d'envoi du projet d'ordonnance sur les saillies, 16 février 1818, au Ministre de l'Intérieur. Cette ordonnance ne s'applique pas au Palais-Royal, aux piliers des halles et autres galeries couvertes spécifiques.

26 Arch. dép. Paris, DQ10/169, dossier n° 484, Place de la Révolution, Place de la Concorde, Place Louis XV.

27 Voir à ce sujet Vincent Denis, Une histoire de l'identité, France, 1715-1815, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

28 Voir Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Administration, statistique, aménagement du territoire : le Préfet Chabrol de Volvic (1773-1843) », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, n° 44, 1-janvier-mars 1997, p. 19-39.

29 Voir l'article « recensement » du Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse.

30 Les mémoires de Canler, chef du service de sûreté sous Gisquet, sont à ce propos instructives : dès qu'il s'agit de trouver un individu, les marchands de vin ou le voisinage au sens large est beaucoup plus efficace qu'une adresse imprécise. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté, Paris, Mercure de France, 1968, [1862].

31 Arch. préf. de Police, DA57, Lettre du Préfet de Police, 20 mai 1812.

32 Idem, DA57, 1813, Lettre du Ministère de l'Intérieur au Préfet de Police.

33 Id., DA57, Lettre d'envoi du projet d'ordonnance sur les saillies, 16 février 1818, au Ministre de l'Intérieur.

34 Id., DA53, Préfecture de Police, octobre 1833.

35 Charles Vincent, « Les dernières échoppes », dans Paris-Guide, t. 2, La vie, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1867, p. 972.

36 Notons qu'à cette occasion, dès 1837, la Préfecture de la Seine distribue des prospectus qui se veulent des modes d'emploi des trottoirs et l'obligation est faite d'emprunter les trottoirs pour les piétons et le côté droit de la chaussée pour les voitures.

37 Voir François Coquille, « La loueuse de chaises », dans Les Français peints par eux-mêmes, Paris, Curmer, 1840, [Omnibus-La Découverte, 2003, p. 585-594].

38 Arch. préf. Police, DB199, circulaire relative aux « marrons rôtis » du 23 octobre 1839.

39 Rambiteau, Mémoires du comte Rambuteau, publiés par son petit-fils, Paris, Calmann-Lévy, 1905, p. 376 sqq.

40 Ils doivent avoir une adresse fixe, porter une médaille enregistrée en préfecture de Police et pour certains tenir un livre d'achat.

41 Voir, notamment, à ce sujet la synthèse de Richard Sennett, The Conscience of the eye : the design and social life of Cities, New York, W. W. Norton, 1992.

42 On peut noter que le même processus mène à inscrire dans la ville numéros et noms de rue.

43 Arch. préf. Police, DA53, courrier du 23 mai 1831, Préfet de Police.

44 Idem, DA53, brouillon de lettre du Préfet de Police au Ministre, 11 décembre 1837.

45 Id., DB37, 16 janvier 1835, Préfecture de la Seine.

46 Le nouveau conducteur de l'Étranger à Paris..., F. M. Marchant, 17e édition, Revue et augmentée par E. Hocquart, 24 pl., Paris, 1835, p. 158.

47 Arch. préf. Police, DA54, Voirie, 3 octobre 1837, Champs-Élysées, Concessions d'emplacements divers, octobre 1837. Demande pour l'établissement d'une échoppe. Voir aussi DA56.

48 Idem, DQ10/643, Champs-Elysées et Le Gratis du 11 avril 1845, Moniteur des ventes mobilières et immobilières. Bulletin de location dans Paris et les départemens. Tableau des adjudications de travaux publics.

49 Id, DB199.

50 Le Moniteur Universel, 20 décembre 1850.

51 Idem, 3 décembre 1859.

52 La Presse, 20 décembre 1869.

53 Idem, 26 décembre 1863.

54 Le Soir, 11 janvier 1870.

55 Le Pays, 25 décembre 1872.

56 Arch. préf. Police, DB 199. Voir les lettres relatives aux marchands de livres sur les quais.

57 Voir Espace français. Vision et aménagement, xvie-xixe siècles, Paris, Archives Nationales, 1987 et notamment Jean-Pierre Bardet, « Villes et civilisations traditionnelles », p. 163.

58 C'est par exemple le cas devant l'église de Saint-Germain l'Auxerrois où on relève que la décence d'un lieu de culte est « compromise par l'adhérence des échoppes ». Arch. dép. Paris, DQ10, 1610, Saint-Germain l'Auxerrois, 1826, Préfecture du Département de la Seine.

59 Arch. dép. Paris, DQ10/392, 17 janvier 1817 et lettres suivantes.

60 Arch. nat., F 19/7803, 13 juin 1838, Comités historiques, Comité des arts et monuments, Ministère de l'Instruction publique. En complément, on peut lire les envois de la Commission des Monuments Historiques réunis par Françoise Bercé dans Les premiers travaux de la Commission des travaux historiques : 1837-1848 : procès-verbaux et relevés d'architectes, Paris, Picard, 1979.

61 Charles Vincent, « Les dernières échoppes », dans Paris-Guide, t. 2, La vie, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1867, p. 972.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540