Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La limite

 | 
Jackie Pigeaud

Les limites de l’éducation des filles : deux curieuses lettres de Pline le Jeune

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 1 Pline s’est marié deux fois plutôt que trois, quoique les deux théories aient leurs arguments et l (...)
  • 2 Le commentaire de Sherwin-White à ces deux lettres est indigent (Adrian Nicholas Sherwin-White, Th (...)

1Les lettres VIII, 10 et 11, que Pline le Jeune adresse à Calpurnius Fabatus et à Calpurnia Hispulla, respectivement grand-père et tante du côté paternel de sa seconde1 femme Calpurnia, n’ont pas étonné les critiques autant qu’elles auraient pu2. Elles sont pourtant révélatrices de l’éducation insuffisante qu’on donnait aux jeunes filles dans le domaine du fonctionnement de leur propre corps. Pline y annonce en effet, en variant la présentation des faits selon le destinataire, que sa femme a fait une fausse couche qui a failli lui être fatale, parce qu’elle ignorait son état et a donc négligé certaines précautions que doivent prendre les femmes enceintes : « abortum fecisse, dum se praegnantem esse puellariter nescit ac per hoc quaedam custodienda praegnantibus omittit, facit omittenda » (VIII, 10, 1) ; « inde abortus et ignorati uteri triste experimentum » (VIII, 11, 2).

  • 3 Étienne Wolff, Pline le Jeune ou le refus du pessimisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (...)

2Il s’agit de lettres à caractère privé, mais on sait que Pline n’a pas hésité à en insérer dans son recueil, peut-être parce qu’il voulait proposer un échantillonnage de tous les types épistolaires ; les lettres de ce genre concernent exclusivement ses relations avec sa femme3. On ne s’étonnera pas de leur relative brièveté. Il n’y a pas chez Pline de relation entre l’importance de l’événement rapporté et la longueur du propos.

  • 4 Voir Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme. La femme et la médecine dans la Rome antique, Paris (...)
  • 5 Les manuscrits en V, 16, 2 donnent quattuordecim, mais la jeune fille avait moins de treize ans. E (...)
  • 6 On ne le retrouve ensuite qu’en latin tardif.
  • 7 Par exemple Tacite, Annales XIV, 64, 1.

3Ces deux lettres sont datables d’environ 107 ou 108, et Pline avait épousé Calpurnia sans doute en 104 (il est question d’elle pour la première fois en IV, 1 et IV, 19 ; or le livre IV contient des lettres de 104-105). Lui-même était né fin 61 ou début 62 et avait donc grosso modo 45 ans. L’âge de Calpurnia ne peut s’évaluer qu’à partir des habitudes romaines. L’âge minimum du mariage pour les jeunes filles était fixé à 12 ans4. Dans la lettre V, 16 où Pline annonce la mort de la fille de Fundanus, on apprend que celle-ci n’avait pas encore quatorze ans5, mais qu’elle était déjà fiancée et le jour de son mariage fixé. Les inscriptions nous confirment l’existence de mariages précoces : dans les Carmina Latina Epigraphica 1497, Tittia Lucillia, morte à 14 ans et 5 mois, était mariée depuis presque dix-huit mois. À la date des deux lettres, Calpurnia a donc au moins 15 ans. Elle peut avoir et a sans doute davantage. Les lettres IV, 19 et VI, 4 et 7, qui donnent certains détails sur son comportement (certes uniquement par la voix de son mari), suggèrent un âge un peu plus élevé ; et on verra plus bas que c’était vraisemblablement le cas. Néanmoins son ignorance des réalités corporelles féminines interdit de la vieillir beaucoup. Quant à l’adverbe puellariter de la lettre VIII, 10, dont c’est ici la première occurrence attestée en latin6, il est difficile d’en tirer grand-chose. Une jeune fille cesse d’être puella pour devenir uxor quand elle se marie, et donc à proprement parler le terme ne convient pas. Cependant puella est souvent employé en latin pour qualifier une jeune femme7. En réalité Pline veut dire que Calpurnia s’est comportée comme une jeune fille, alors qu’elle est une femme mariée, et il souligne la chose par l’emploi d’un mot inhabituel. L’adverbe ne donne pas une indication d’âge.

4Le point central des deux lettres est l’avortement de Calpurnia, qui s’est produit, selon Pline, parce qu’elle ne s’était pas aperçue qu’elle était enceinte. Ces lettres posent plusieurs problèmes. Avant de les aborder, il faut rappeler que Pline a publié lui-même sa correspondance, et qu’elle devait servir notamment à donner de son auteur une image favorable. Si ces deux lettres peuvent nous sembler ne pas le montrer à son avantage, lui ne pensait certainement pas ainsi ; on reviendra sur ce point en conclusion.

  • 8 Les Anciens plaçaient l’âge de la puberté à 14 ans pour les filles (on sait que l’âge de la pubert (...)
  • 9 Et ailleurs. Dans Germinal, Chaval possède (à moitié de force) Catherine alors qu’elle n’est pas « (...)

5D’abord, on s’est étonné que Calpurnia ne soit enceinte que trois ans après son mariage. Mais le taux de conception en période de fécondation est seulement de 15 à 20 %, et ce taux diminue avec l’âge des partenaires ; or Pline avait 45 ans. On a supposé aussi, pour expliquer la chose, que Pline avait épousé Calpurnia quand elle était encore impubère8, et que la consommation du mariage n’aurait eu lieu que plus tard, une fois celle-ci pubère. Certes le mariage de filles impubères est bien attesté à Rome9. Mais ces hypothèses ne paraissent pas nécessaires. Pline peut très bien avoir épousé Calpurnia quand elle avait 14 ou 15 ans. La fausse couche aurait eu lieu alors quand elle en avait 17 ou 18.

  • 10 Des saignements peuvent se produire pendant la grossesse au moment où les règles auraient dû avoir (...)
  • 11 Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme, p. 150-158.
  • 12 On sait que, à l’intérieur de chaque livre, les lettres ne sont pas placées systématiquement dans (...)
  • 13 Chez Pétrone, Trimalcion et Fortunata ont chacun leur chambre, Satyricon 77, 4 (les mots employés (...)
  • 14 Dans l’Antiquité (voir Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme, p. 141) mais aussi plus tard (Did (...)

6L’essentiel, c’est que Calpurnia ignorait un des symptômes les plus clairs de la grossesse, l’arrêt des règles10. La chose implique que sa tante, qui l’avait élevée dans la vertu et la pudeur (IV, 19, 6), ne l’avait pas entretenue de ces questions. Et son mari Pline n’avait pas jugé bon non plus de le faire. Pline vivait pourtant avec sa femme dans une certaine intimité (cf. VI, 4 et 7 ; VII, 5). Plus largement, les hommes de l’Antiquité prenaient des épouses très jeunes pour les former à leur gré ; à supposer que Pline ait partagé un tel point de vue (cf. I, 16, 6), ce sujet du moins n’entrait pas à ses yeux dans la formation ; le tabou qui entoure depuis toujours le problème des règles peut être un élément d’explication. Enfin, les médecins insistaient sur les précautions à prendre pendant la grossesse11, et Pline ne dédaignait pas les médecins (cf. X, 5 et 11). Pourquoi, tout en se présentant comme un mari aimant, a-t-il négligé de veiller sur sa femme, dont la santé était fragile (cf. VI, 4, 1-2 ; VIII, 19, 1, où il n’est pas sûr que l’infirmitas uxoris soit consécutive à la fausse couche12), et cela alors que lui-même désirait des enfants (VIII, 10 ; X, 2) ? Ignorait-il qu’elle était enceinte, et ne l’a-t-il compris qu’au moment de la fausse couche ? Assurément le mode de vie d’un grand personnage comme Pline supposait que le mari et la femme eussent des appartements séparés, et la lettre VII, 5 ne laisse aucun doute sur ce point : Calpurnia a sa propre diaeta13. Mais comment se fait-il qu’aucune servante ne se soit aperçue de la grossesse de sa maîtresse ? S’il est inexact, contrairement à une idée autrefois répandue14, que la femme sache qu’elle a conçu aussitôt après un rapport, du moins les débuts d’une grossesse s’accompagnent-ils souvent de malaises. Calpurnia n’en a-t-elle ressenti aucun, ou, si elle en a ressenti, n’en a-t-elle parlé à personne ? En outre elle ne semblait pas au début de sa grossesse, mais à un stade plus avancé, puisque Pline, écrivant à Fabatus, déplore que celui-ci ait été privé d’une postérité qui paraissait assurée (VIII, 10, 2 : senectutem tuam quasi paratis posteris destitutam) ; à moins que, essayant sans succès depuis quelque temps d’avoir un enfant, il ne considère que dans les trois moments de la génération (conception, grossesse, accouchement), le premier soit le plus difficile.

7Pline ne donne aucun détail sur les circonstances de cette fausse couche, qui était sans doute un avortement génétique spontané. Le caractère allusif des deux lettres laisse ainsi de nombreux points dans l’ombre. La chose peut s’expliquer de manière favorable (Pline fait preuve de discrétion et de pudeur) ou défavorable (c’est un signe de désinvolture, de détachement). En tout cas le comportement de Pline en devient peu clair. Nous ne saurons jamais s’il connaissait ou non la grossesse de sa femme. Mais dans un cas comme dans l’autre, il porte une part de responsabilité dans la fausse couche. En effet s’il ignorait que Calpurnia était enceinte, il aurait du moins dû lui expliquer, directement ou par l’intermédiaire de quelqu’un, qu’elle pouvait le devenir ; car quand on épouse une femme-enfant, il faut lui enseigner les réalités de la vie comme à un enfant. Et s’il savait qu’elle était enceinte, il aurait dû faire en sorte qu’elle veille davantage sur sa santé. Dans les deux hypothèses, le principe adopté par Pline est de laisser sa femme dans l’ignorance d’elle-même. En même temps, et c’est assez paradoxal, le vocabulaire qu’il emploie suggère qu’elle a commis une faute (VIII, 10, 1 : puellariter, errorem ; VIII, 11, 2 : nulla sua culpa, aetatis aliqua ; VIII, 11, 3 : uenia). Or la faute supposée n’est qu’un grand manque d’information. Le corollaire de la séparation des sexes dans de nombreuses sociétés est l’existence d’une entraide et d’un échange d’informations entre femmes (avec les mères, sœurs, nourrices, servantes, amies, voisines, etc.). Calpurnia, qui certes était orpheline, ne semble pas en avoir bénéficié. Pline, en disant à la tante de sa femme que les femmes sont plus prêtes à excuser ce type de déconvenues (VIII, 11, 2 : excusa patri tuo casum, cui paratior apud feminas uenia), a l’air de considérer que la fausse couche est un problème de femmes. Mais alors il fallait charger des femmes d’éduquer sa femme. Son absence d’implication est étrange. La seule hypothèse qui l’excuserait à nos yeux de modernes, serait qu’il ait supposé à tort que sa femme savait qu’elle était enceinte. Cependant un pareil déficit de communication entre les époux est inimaginable, car Pline, qui souhaitait des enfants, se serait réjoui de cette grossesse auprès de sa femme.

8Une telle situation est-elle banale ou exceptionnelle ? Il est très difficile de répondre, car les documents nous manquent, et la littérature impériale mentionne plus de femmes débauchées que d’innocentes (ainsi la Quartilla du Satyricon 25, 4, qui ne se souvient pas d’avoir jamais été vierge). On pense généralement que les classes populaires sont confrontées plus tôt aux réalités sexuelles, qui peuvent restées ignorées de jeunes filles de milieux privilégiés. Calpurnia aurait été la victime d’une éducation trop stricte et puritaine. Les éducations sévères ont leurs effets pervers.

9En tout cas Pline n’a pas eu d’enfant avec Calpurnia. Peut-être ne pouvait-elle pas mener de grossesse à terme, sans qu’il y ait aucune faute de sa part, ou peut-être n’a-t-elle pas conçu une seconde fois, sans qu’on sache pourquoi. Du moins la raison n’est-elle pas une mésentente entre les époux. Calpurnia a accompagné son mari dans la province de Pont-Bithynie en 111 (cf. X, 120), ce que ne faisaient pas toujours les femmes de gouverneurs. C’est là sans doute que Pline est mort, ayant de peu dépassé la cinquantaine (Calpurnia elle n’avait pas 25 ans).

  • 15 Étienne Wolff, Pline le Jeune ou le refus du pessimisme, p. 76.

10On ajoutera trois remarques en guise de conclusion. D’abord, cette lettre est typique de la correspondance de Pline, où l’on ne trouve pas d’annonces de naissance, tandis que les faire-part de décès sont légion. La seule lettre où il soit question d’une naissance est IV, 21, qui raconte en fait le triste sort des filles d’Helvidius, toutes deux mortes en couches en mettant au monde une petite fille. Il y a à cette tendance trois raisons principales : la dénatalité ; le relatif désintérêt des Romains pour la petite enfance ; la sensibilité personnelle de Pline à la fragilité de l’existence humaine15. En frôlant la mort sans pouvoir donner la vie, Calpurnia est emblématique de l’univers plinien.

  • 16 Un seul autre exemple, les lettres VII, 7 et 8. Les lettres des livres I-IX sont, on le sait, des (...)

11Ensuite, les deux lettres VIII, 10 et VIII, 11 sont assez différentes : Pline a varié la présentation des faits en fonction des destinataires, respectivement le grand-père et la tante de sa femme. À Fabatus il commence par apprendre assez brutalement la nouvelle, puis il consacre la suite de la lettre à évoquer l’espoir d’une descendance et à excuser Calpurnia ; il anticipe la réaction de Fabatus, qui peut être la déception ou l’irritation. La lettre à Hispulla a plus de délicatesse : il la rassure sur la santé de Calpurnia avant de lui expliquer le danger qu’elle a couru. La différence entre les deux lettres s’explique évidemment par le fait qu’une lettre doit être adaptée à la personne du destinataire (c’est la théorie du prépon). Mais Pline peut avoir particulièrement voulu les différencier parce qu’il a consacré deux lettres de suite au même sujet, ce qu’il s’interdit habituellement dans son recueil par souci de variété16.

  • 17 Comme le croit par présupposé idéologique Jo-Ann Shelton, « Pliny the Younger, and the Ideal Wife  (...)

12Enfin, le ton distancé de Pline (qui agace nombre de ses lecteurs modernes) pourrait faire douter ici de sa sincérité, non s’agissant de sa sollicitude pour sa femme, mais sur le chapitre des enfants. À Rome on se marie pour avoir des enfants, et la restauration morale entreprise par Auguste interdisait encore davantage de s’écarter de ce discours civique obligé. Mais Pline, qui jouissait du ius trium liberorum depuis 98 (X, 2) et n’avait donc aucun intérêt à avoir des enfants véritables, pourrait avoir préféré échapper à une disparition complète et se prolonger par ses écrits plutôt que par d’hypothétiques descendants (cf. II, 10, 4 et III, 7, 14-15, sur l’immortalité par les œuvres). Si le désir d’enfants paraît à certains naturel, il n’en allait à l’évidence pas ainsi à Rome, en tout cas dans les classes élevées de la fin de la République et des deux premiers siècles de l’Empire : sans quoi on n’y aurait pas observé une telle diminution des naissances (le taux d’infécondité naturelle des couples stables restant évidemment le même). Pline peut-être, au-delà du propos convenu, n’a pas beaucoup souffert de la déception que provoquait cette fausse couche. Et il n’est pas certain non plus que la famille ait exercé une forte pression sur les deux conjoints pour avoir une descendance17.

13Ces deux lettres, disions-nous plus haut, devaient dans l’esprit de Pline, au même titre que le reste du recueil, contribuer à donner de lui une image favorable. Certainement pensait-il qu’elles le montraient comme un mari attentionné. Auprès des modernes en tout cas, il n’est pas sûr qu’il ait atteint son but. Car nous avons tendance à le juger autrement.

Notes

1 Pline s’est marié deux fois plutôt que trois, quoique les deux théories aient leurs arguments et leurs partisans. La mort de sa première femme est annoncée, sans émotion particulière, dans une lettre (IX, 13, 4) qui paraît dater de 1a fin 96 ou du début 97. Pline restera toujours en bons termes avec sa belle-mère.

2 Le commentaire de Sherwin-White à ces deux lettres est indigent (Adrian Nicholas Sherwin-White, The Letters of Pliny : a historical and social commentary, Oxford, Clarendon Press, 1966, 2e éd. 1968, p. 459-460). Jacqueline M. Carlon, Pliny’s Women, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 173-175, n’apporte plus rien.

3 Étienne Wolff, Pline le Jeune ou le refus du pessimisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 36-37.

4 Voir Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme. La femme et la médecine dans la Rome antique, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 110-111.

5 Les manuscrits en V, 16, 2 donnent quattuordecim, mais la jeune fille avait moins de treize ans. En effet son urne funéraire a été retrouvée à Rome au Monte Mario et elle donne son âge à sa mort : 12 ans, 11 mois et 7 jours (CIL VI, 16631 = Dessau 1030).

6 On ne le retrouve ensuite qu’en latin tardif.

7 Par exemple Tacite, Annales XIV, 64, 1.

8 Les Anciens plaçaient l’âge de la puberté à 14 ans pour les filles (on sait que l’âge de la puberté ne cesse de diminuer), c’est-à-dire après l’âge minimum légal du mariage. Sur le problème du mariage des filles impubères, voir Marcel Durry, « Le mariage des filles impubères à Rome » et « Autocritique et mise au point », Mélanges Marcel Durry, Revue des Études latines, 47bis, 1970, p. 17-41.

9 Et ailleurs. Dans Germinal, Chaval possède (à moitié de force) Catherine alors qu’elle n’est pas « faite » ; elle a pourtant quinze ans, mais a été « retardée dans la maturité de son sexe par le milieu de mauvais air et de fatigue où elle vivait » (Émile Zola, Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. III, 1964, p. 1173 et 1244-1245).

10 Des saignements peuvent se produire pendant la grossesse au moment où les règles auraient dû avoir lieu, mais il s’agit de cas particuliers.

11 Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme, p. 150-158.

12 On sait que, à l’intérieur de chaque livre, les lettres ne sont pas placées systématiquement dans l’ordre chronologique.

13 Chez Pétrone, Trimalcion et Fortunata ont chacun leur chambre, Satyricon 77, 4 (les mots employés sont cubile et sessorium).

14 Dans l’Antiquité (voir Danielle Gourevitch, Le mal d’être femme, p. 141) mais aussi plus tard (Diderot, Jacques le Fataliste : « – Oh que si ; je suis sûre que je vais être grosse ! – Voilà comme tu me dis toutes les fois. – Et cela n’a jamais manqué quand l’oreille me démange après, et j’y sens une démangeaison comme jamais » ; Diderot, Œuvres romanesques, texte établi par H. Bénac, Paris, Garnier, 1959, p. 511).

15 Étienne Wolff, Pline le Jeune ou le refus du pessimisme, p. 76.

16 Un seul autre exemple, les lettres VII, 7 et 8. Les lettres des livres I-IX sont, on le sait, des morceaux choisis extraits par Pline lui-même de lettres véritables, puis remaniés et ordonnés.

17 Comme le croit par présupposé idéologique Jo-Ann Shelton, « Pliny the Younger, and the Ideal Wife », Classica et mediaevalia 91, 1990, p. 163-186, ici p. 172.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540