Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La limite

 | 
Jackie Pigeaud

Ouverture

Jackie Pigeaud

Texte intégral

1Nous promenons avec nous notre limite, la frontière pour nous la plus énigmatique peut-être, notre peau. Elle n’est pas facile à comprendre. J’essaie seulement ici de noter quelques moments de l’histoire de la peau, de son imaginaire, puisqu’aussi bien l’imaginaire est notre terrain en tous ces Entretiens. Il se peut bien que nous trouvions une dialectique commune à nos diverses approches dans cette livraison sur la limite.

2Commençons par quelques vers d’Homère.

Iliade 13, 279.
Le lâche change de couleur (chrôs) contrairement au brave.

Iliade, 17, 733.
Les Troyens changent de couleur (chrôs) devant les Ajax qui détiennent le corps de Patrocle.

3Il s’agit bien là de la surface de la peau, et même du teint. Chrôs est donc une surface, une couleur, une protection, en tout cas une limite qu’il est dangereux de traverser ; elle est co-née avec son porteur ; je veux dire qu’on ne peut la revêtir comme avec le derma. Elle est le corps, si l’on veut, mais le corps superficiel, celui qui apparaît dans sa santé, sa beauté, ou sa destruction. Ce n’est pas une métonymie. C’est le corps quand il paraît.

La nature de la peau

4Quelques textes antiques tentent de la définir. Par exemple Pseudo-Galien, Définitions, XIX K 370 : « La peau est un corps nerveux, protégeant l’enveloppe entière du corps entier, créé dans l’intérêt de la beauté en prenant en compte l’ensemble (le tout) et pour repousser les causes. »

5Par exemple Galien : « La peau n’est pas exsangue comme le nerf, ni abondamment pourvue en sang, comme la chair ». (I K 568 De temperamentis)

Les maladies de peau. Superficie ou profondeur ?

  • 1 Lepra, psora, alphus albus, alphus niger, leuce, impetigo simplex, impetigo fera, dracontialis, ac (...)

6La condition idéale de la peau, comme le suggère d’ailleurs Hippocrate, se trouve entre une excessive densité et une excessive porosité. C’est Galien qui nous le rapporte (De sanitate tuenda, VI K 53). Pseudo-Galien, (Introductio sive medicus) énumère les nombreuses maladies de la peau (XIV K 779)1. Ces maladies aident à la compréhension de sa nature.

  • 2 Sur l’histoire de l’éléphantiasis, on se reportera à Mirko D. Grmek, Les maladies à l’aube de la c (...)

7 Éléphantiasis 2 .

  • 3 Collectio medica, XLV, 28, Daremberg-Bussemaker, œuvres d’Oribase, Paris, 1876, t. IV, p. 64. Cité (...)

8Le texte de Straton, disciple d’Érasistrate, cité par Oribase3, montre que la question de la superficialité de cette maladie, ou sa profondeur, ont été discutées. Les ulcères sont profonds ; les doigts tombent.

  • 4 Praxagoras de Cos, IVe siècle avant J.-C.

Il semble donc que ce soit une maladie superficielle, parce qu’elle se manifeste dans la peau ; mais la difficulté de sa guérison (à peu près impossible), suggère l’opinion qu’elle a une origine plus profonde ; elle est même aussi profonde que le carcinome, suivant l’opinion générale ; en effet c’est surtout pour le carcinome que Praxagoras4 admet une origine profonde.

  • 5 De medicina III, 25.
  • 6 Charbon, cancer, thériôme, feu sacré, ulcère chironien, ulcères que le froid fait naître aux pieds (...)

9Celse, qui décrit fort bien l’éléphantiasis5 consacre un chapitre aux ulcères qui naissent de causes intérieures6.

La relation de la peau avec la forme du corps

  • 7 Je rappelle que le nom d’Hippocrate couvre l’ensemble du Corpus hippocratique.
  • 8 Coaque et pas antérieur à -400.

10Il existe un texte intéressant d’Hippocrate7 : Nature des os (XI, 1)8.

  • 9 Souvenons-nous du derma de l’Iliade qui retient la tête du guerrier blessé.
  • 10 « Liaison et cohésion de l’ensemble », M. P. Duminil, Éd. tr. CUF, 1998.

Les os donnent au corps le maintien (stasin), la rectitude (orthoteta) et la forme (eidos) ; les tendons (neura), la flexion, la contraction et l’extension ; les chairs et la peau la liaison9 et l’arrangement du tout10 (αἱ δὲ σάρκς καὶ τò δέρµα πάντων ξύνδεσι καὶ ξύνταξιν) ; les veines répandues dans tout le corps, le souffle, le flux et le mouvement, les veines qui proviennent nombreuses d’une seule, et cette veine unique, où elle commence, où elle finit je ne sais, car un cercle étant accompli le commencement n’en est pas trouvé…

  • 11 Homo quadratus, in Festschrift für Jean Starobinski, Gesnerus, vol. 42, 1985, p. 345.

11À l’époque de Phidias ou de Polyclète, la peau que reproduit le statuaire n’a en soi, légitimement, rien à voir avec le derme du médecin. La forme du sculpteur n’a besoin d’aucune nécessité interne, la ligne n’a aucune raison venue des profondeurs11. Ce qui intéresse le statuaire, c’est la mesure et la symmetria. Pour le médecin de cette époque, le derme est une sorte de sac, la ligne de surface n’est pas ce qui l’intéresse surtout.

Le résumé d’Isidore

12Comme toujours, ce qu’on peut appeler les résumés d’Isidore sont lumineux.

  • 12 Cf. la glose de Festus (P. F. 44, 21) : cutis Graecam habet originem. Hanc enim illi dicunt κύτιι.

Étymologies, XI, 1, 78-81.
La peau est ce qui est premier dans le corps, appelée ainsi parce qu’elle recouvre le corps. et qu’elle subit en premier la coupure ; en effet en grec incisio se dit kutis12. Elle est aussi appelée peau (pellis) parce qu’elle repousse (pellat), en le couvrant, les offenses que le corps reçoit de l’extérieur ; et supporte les pluies, les vents, et les ardeurs du soleil. La peau, après qu’on l’a enlevée et assouplie, est appelée alors cuir. Mais caro (la chair) a donné son nom à corium par dérivation, parce qu’elle est recouverte par lui ; mais c’est le propre des animaux. Les pores du corps sont le nom grec ; ils sont appelés en latin spiramenta, parce que, grâce à eux, l’air vital est fourni du dehors. Arvina est la graisse qui adhère à la peau. La pulpe est de la chair sans graisse, ainsi appelée parce qu’elle palpite ; elle tressaille souvent, en effet. La plupart l’appellent aussi viscum parce qu’elle est visqueuse.

La peau et le sentiment

  • 13 Cf. De ira 2, 19, 5.

13Chez Homère la peur et l’angoisse peuvent changer la peau, comme si elle témoignait des sentiments. Elle est ce qu’il y a de plus intime en nous, comme on le voit dans la pudeur. C’est Sénèque qui analyse le mieux cela (Lettres à Lucilius, lettre 11). On ne peut s’empêcher de rougir. « Certains ne sont jamais plus à craindre qu’après avoir rougi… Chez Sylla, quand le sang avait envahi sa face, c’était l’instant des pires violences. Rien de plus impressionnable (mollius) que la physionomie de Pompée13… » Fabianus entrant au Sénat rougit. « Je le vis rougir et cette pudeur lui allait merveilleusement. Semblable mouvement s’explique non par une défaillance intellectuelle, mais par l’imprévu de la situation ».

Ces prédispositions…, il n’est pas de sagesse qui les élimine : sans quoi elle aurait commandement sur la nature, si elle éradiquait tous les défauts. Tout ce que la condition de la naissance et le tempérament (temperatura) du corps a attribué, bien que l’âme ait composé beaucoup et longtemps, restera attaché. On ne peut frapper d’interdiction aucune d’elles, pas plus que les faire venir.

14Les artistes, sur la scène, traduisent le jeu des passions ; pour la honte, yeux baissés, inclinaison du visage… quant à se faire rougir, impossible.

Vésale

  • 14 François Dagognet, La peau découverte, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, Le Seuil, 1993.,
  • 15 Georges Canguilhem, L’homme de Vésale dans le monde de Copernic, in Études d’histoire et de philos (...)
  • 16 Op. cit., p. 14.

15Dans un livre stimulant, La peau découverte14, François Dagognet fait allusion au chapitre que Canguilhem consacre à rapprocher Copernic et Vésale15. On sait que le De revolutionibus orbium coelestium de Copernic et le De hominis fabrica de Vésale paraissent la même année de 1543. Dagognet reproche à Vésale d’avoir manqué sa « révolution copernicienne », de n’avoir pas su retourner en quelque sorte l’humain, d’avoir poursuivi l’anatomie vers la profondeur ; en un mot d’avoir négligé la peau16.

Le centre de la vitalité, écrit-il, était alors disposé à l’intérieur, puisque l’écorché n’hésitait pas à tenir dans ses mains les lambeaux d’une peau qui avait été décollée, comme s’il fallait enlever cette sorte de linceul qui déjà entourait le corps, le voilait, et que la vraie médecine devait alors mettre à nu.

16Soit ! Il est vrai que Vésale ne parle pas autrement que Galien de la nature de la peau.

  • 17 C’est la reprise des termes de Galien, I K 568. Vésale continue : « La peau présente des différenc (...)

La peau est l’enveloppe (indumentum) de toutes les parties du corps […] non seulement de toutes les parties de l’homme, mais de la substance entière que nous savons sujette à la génération et la corruption, à mi chemin de la dureté et de la mollesse. Car la peau est comme un nerf pourvu de sang, et entre nerf et chair, quelque chose de tout à fait milieu, comme si elle était constituée du mélange des deux. Mais tout nerf est exsangue et froid ; la chair est pourvue d’un sang abondant et chaude. La peau est un milieu entre les deux, ni tout à fait exsangue, comme le nerf, ni abondante en sang, comme la chair (De cute, cuticula et membrana. De Fabrica, p. 231, (1)17.

17Pourquoi, continue Dagognet, ne pas préconiser un « anti-vésalisme » (la révolution copernicienne de la biopathologie, le centre ne se situe plus là où on le voyait, mais sur les bords), et modifier ainsi les relations de subordination ?

  • 18 Le contagio de Caelius Aurélien.
  • 19 Traité d’anatomie générale, 1801.

18La question de la superficialité et de la profondeur s’est tout de même posée au médecin ancien, comme on l’a vu à propos de l’éléphantiasis. Maladie de la peau, c’est-à-dire maladie superficielle ou maladie plus profonde ? La peau pourrait aussi jouer un rôle dans la contagion18 que redoute spontanément le corps social comme le médecin. Si la thèse de Dagognet suscite la réflexion de l’historien, on ne saurait pourtant souscrire à la critique. L’histologie n’est pas encore née au temps de Vésale. Elle naît vraiment avec Bichat19. C’est Malpighi (1628-1694) qui a découvert les papilles de l’enveloppe cutanée, qui a mis en évidence la couche profonde de l’épiderme (corpus mucosum, corpus reticulare), appelé corpus muqueux de Malpighi. Découverte confirmée par l’observation microscopique. Quant à ce que la maladie peut nous apprendre, pensons encore à l’éléphantiasis, l’anatomie pathologique n’existe pas ; il faut attendre Morgagni.

La peau et le toucher

19Il n’est pas dit dans les textes que nous avons cités, que la peau fût l’organe du toucher, ni même qu’elle y eût un rôle. C’est en tout cas un problème de philosophie, comme on le voit chez les Épicuriens, et comme on peut le lire dans cette livraison des Entretiens.

Première conclusion

20Que les nuances entre derma et chrôs se fussent assez vite perdues chez les médecins, je le veux bien, encore que je ne sois pas certain que chrôs lachât jamais tout à fait la couleur. Chrôs, c’est de la surface colorée. C’est la surface du corps en tant qu’elle apparaît comme colorée. Il semblerait donc que l’anatomie, c’est-à-dire au sens strict l’ouverture, eût détourné l’homme de l’analyse systématique de la peau, et fait qu’il se fût désintéressé de la surface. Mais l’attention aiguë à la peau et sa coloration fait partie de la sémiologie clinique dans les écrits hippocratiques.

La perspiration

21Nous avons vaguement évoqué les pores, les trous de la peau. Il faudrait ici considérer cette frontière de la peau conçue comme essentiellement poreuse ; ce qui a posé aux médecins des problèmes sérieux. On ne peut maintenant imaginer l’importance de l’œuvre de Santorio Santori et tous les propos qu’elle provoqua.

22Sanctorius (de son nom latin), né en 1561 à Capo d’Istria, fut professeur à Padoue et à Venise et mourut en 1636, et publia en 1614 son De medicina statica qui eut un énorme succès. D’abord il mettait en évidence une perspiration insensible, et, comme le dit Sprengel,

  • 20 Kurt Sprengel, Histoire de la Médecine, traduite de l’allemand par A. L. Jourdan, Paris, 1815, t.  (...)

il croyait avoir trouvé que la santé est dans un rapport toujours constant avec la quantité de la transpiration insensible, mais que celle-ci peut être diminuée par la plus grande abondance des déjections alvines et des urines, et que la plupart des maladies dérivent de cette cause. C’est pourquoi il distingua soigneusement la transpiration insensible de la sueur, à l’invasion de laquelle la perspiration cutanée se trouve supprimée20.

23En fait plusieurs raisons ont impressionné les médecins, et particulièrement la mise en place d’un matériel et d’un processus d’expériences chiffrées, l’introduction d’une statistique.

  • 21 Cf. Gerhardt Rudolph, Mesure et expérimentation, in Histoire de la pensée médicale en Occident, Mi (...)

24On connaît, très célèbre, la planche où Santorio est représenté sur sa balance romaine, face aux reliefs d’une table. C’est là que Santorio passe une partie de sa vie, à peser ce qu’il absorbe et ce qui sort évidemment de son corps. Or le compte n’est pas juste. Il y a perte de poids qui ne se peut expliquer que par une perspiration insensible. « Santorio constate que le corps humain subit une perte d’eau imperceptible d’environ 1,25 kg par 24 heures. Cette perspiration suit un rythme périodique, atteignant son maximum entre 5 et 12 heures après le repas21. »

Aph. IV : Perspiratio insensibilis sola solet longe plenior, quam omnes sensibiles simul unitae.
La perspiration insensible à elle seule est ordinairement bien plus abondante que toutes les évacuations sensibles prises ensemble.

Aph. VI : Si cibus & potus unius dei fit ponderis octo librarum, transpiratio ascendere solet ad quinque libras circiter.
Si la nourriture et la boisson d’une journée est de huit livres, la transpiration insensible peut atteindre les cinq livres.

  • 22 Sanctorii Sanctorii De medicina statica aphorismi. Commentaria, notasque addidit A. C. Lorry, Pari (...)

25Comme l’écrit son grand éditeur, Anne-Charles Lorry (p. 4)22, il se place dans la suite de Nicolas de Cues, qui dans son dialogue De staticis experimentis (1550) parle abondamment du poids du corps et promet des avantages considérables aux médecins qui voudraient peser les excréments. Or Santorio est un expérimentateur et un bricoleur de génie. Il invente le thermomètre, qui mesure la chaleur fébrile ; il invente un pulsilogium, un hygromètre.

  • 23 Methodus studendi… Londres, 1726, p. 406.
  • 24 Opera…, Lyon, 1710, p. 476 et 488.
  • 25 Op. cit., p. 137.

26C’est un second Hippocrate ! s’écrie le grand Hermann Boerhaave : nullus liber in re medica ad eam perfectionem scriptus est23. Baglivi24 proclame que la circulation de Harvey et la Statique de Sanctorius sont les deux pôles de la médecine. Ce qui nous paraît évidemment, maintenant, bien naïf. Santorio croit que toutes les maladies proviennent soit d’une perspiration excessive, soit d’une perspiration trop médiocre. Ses aphorismes prennent l’allure d’oracles, comme écrit Sprengel ; mais on voudrait davantage de faits. Santorio néglige, dit Sprengel25, « la salive, la perspiration pulmonaire, et plusieurs évacuations d’un ordre secondaire. Il n’avait garde ni à l’âge, ni au climat ; il méconnaissait la grande influence de l’absorption cutanée… »

27Pourtant, l’Aphorisme VII affirme : « la quantité de la perspiration varie selon la variété de la nature, de la région, du temps, de l’âge, des maladies, des aliments, et d’autres choses non naturelles ». On trouve aussi une section sur les airs et les lieux, sur les aliments. La section VII est réservée aux affections de l’âme. La colère, la tristesse, la crainte, la joie, procurent des perspirations diverses. L’Aph. XXXIX prétend qu’« un excès d’affect de l’âme est plus nuisible qu’un excès de mouvement du corps ».

  • 26 Sanctorii Sanctorii De statica medicina… Paris, Pissot, 1725.
  • 27 Prosperi Alpini, De medicina methodica, editio secunda, Lugduni Batavorum, Officina Boutesteiniana (...)

28En 1725, Pierre Noguez, médecin parisien venu de son Béarn natal, publie une belle édition commentée de Santorio26. Certes, dit-il, Hippocrate et Galien connaissaient la perspiration. Galien comme le rappelle Prosper Alpin27, distingue, en son De salubri diaeta, dans la spiratio, l’une qui se fait par la bouche et le nez, en tout cas par les conduits manifestes du corps, de l’autre qui se fait par les conduits de la peau, que les Grecs appellent poros, quand l’air est inspiré et expiré à travers tout le corps, par les conduits non perceptibles. Mais c’est Sanctorius qui a connu et déterminé par le poids et la dimension la matière perspirabilem… Noguez regrette le désintérêt de la médecine pour quelque chose de si utile.

  • 28 Le papyrus a été découvert à la fin du XIXe siècle.

29En fait l’ancêtre qui avait mis en évidence une perspiration insensible, c’est le médecin Érasistrate, cité par l’Anonymus Londinensis, texte que, bien évidemment, Santorio ne pouvait pas connaître28.

L’expérience d’Érasistrate

  • 29 A.L., xxxiii. Je cite la traduction de W. H. S. Jones: The Medical Writings of Anonymus Londinensis(...)

30Elle est rapportée par l’Anonyme de Londres29.

Erasistratus attempts to establish the point thus. If one were to take a creature, such as a bird or something of the sort, and were to place it in a pot for some time without giving it any food, and then were to weigh it with the excrement that visibly has been passed, he will find that there has been a great loss of weight, plainly because, perceptible only to the reason, a copious emanation has taken place.
Those who have drunk spices, and those who have eaten garlic, give evacuations through sweats that are like what they have taken, a fact implying that an emanation has taken place…

31Si Santorio ne pouvait connaître ce texte, néanmoins il est intéressant de noter cette expérience, et de se souvenir qu’Érasistrate est un des médecins antiques qu’on peut qualifier de mécaniste, si l’on veut bien accepter cet anachronisme de la définition. Cette question est un enjeu des conflits entre « mécanistes » et « vitalistes ».

L’invention de la dermatologie

  • 30 Il ne faut pas négliger évidemment l’ouvrage de Lorry, De morbis cutaneis.

32On peut considérer que l’inventeur en fut le médecin Jean-Louis Alibert (1768-1837)30. Il voulait que cela fût plaisant pour ses auditeurs. Ainsi l’impression de son grand ouvrage publié de 1832 à 1834, intitulé « Clinique de l’Hôpital Saint Louis », était agrémentée de 63 planches gravées au burin, coloriées et retouchées au pinceau. L’ouvrage étant trop cher pour les étudiants, il publia un résumé : La monographie des dermatoses. L’arbre des dermatoses figure le derme, dont les branches principales représentent ses diverses maladies, les rameaux indiquant les genres, les ramuscules les espèces et variétés. Ce fut la première classification des maladies de peau. J’ajouterai que Alibert se destinait à l’enseignement des belles-lettres ; qu’il concourut (1797) à fonder la Société médicale d’émulation, et qu’il a publié, entre autres écrits, une Physiologie des passions, ou nouvelle doctrine des sentiments moraux (Paris, 1825), qui connut un grand succès.

Notes

1 Lepra, psora, alphus albus, alphus niger, leuce, impetigo simplex, impetigo fera, dracontialis, acrochordones, thymi, myrmeciae, clavi, calli… Affectent le siège les hémorroïdes, les fissures, etc.

2 Sur l’histoire de l’éléphantiasis, on se reportera à Mirko D. Grmek, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris, Payot, 1983, p. 249-260. On lira aussi avec profit l’article consacré à l’éléphantiasis des Grecs, par Dezeimeris, in Dictionnaire de médecine de Béchet, Paris, 1835, t. 11.

3 Collectio medica, XLV, 28, Daremberg-Bussemaker, œuvres d’Oribase, Paris, 1876, t. IV, p. 64. Cité par Grmek, op. cit.

4 Praxagoras de Cos, IVe siècle avant J.-C.

5 De medicina III, 25.

6 Charbon, cancer, thériôme, feu sacré, ulcère chironien, ulcères que le froid fait naître aux pieds et aux mains, écrouelles, furoncle, phyma, phygetion, abcès, fistules, ucère appelé « cérion », achrochordon, thymion, myrmécies, cors ; pustules diverses, gale, impétigo, dartes, taches.

7 Je rappelle que le nom d’Hippocrate couvre l’ensemble du Corpus hippocratique.

8 Coaque et pas antérieur à -400.

9 Souvenons-nous du derma de l’Iliade qui retient la tête du guerrier blessé.

10 « Liaison et cohésion de l’ensemble », M. P. Duminil, Éd. tr. CUF, 1998.

11 Homo quadratus, in Festschrift für Jean Starobinski, Gesnerus, vol. 42, 1985, p. 345.

12 Cf. la glose de Festus (P. F. 44, 21) : cutis Graecam habet originem. Hanc enim illi dicunt κύτιι.

13 Cf. De ira 2, 19, 5.

14 François Dagognet, La peau découverte, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, Le Seuil, 1993.,

15 Georges Canguilhem, L’homme de Vésale dans le monde de Copernic, in Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1970, p. 27.

16 Op. cit., p. 14.

17 C’est la reprise des termes de Galien, I K 568. Vésale continue : « La peau présente des différences : paumes des mains, plantes des pieds, front, lèvres, paupières, nez, anus, sexe, etc. La distribution des nerfs n’est pas égale dans toutes les régions de la peau, non plus que son épaisseur. Aucune partie de la peau n’est mobile par un mouvement volontaire, sauf le front, tout le visage, la partie antérieure du cou, et les flans. Les Grecs appellent cutis = derma. Elle se recouvre de cuticula, de petites peaux, exsangues, comme des pelures d’oignon. Dans la gale, ou si l’on frotte, ces peaux s’en vont pour laisser place à une vraie peau, pourvue de sang et de souffle vital » (232 [1]).

18 Le contagio de Caelius Aurélien.

19 Traité d’anatomie générale, 1801.

20 Kurt Sprengel, Histoire de la Médecine, traduite de l’allemand par A. L. Jourdan, Paris, 1815, t. 5, p. 136.

21 Cf. Gerhardt Rudolph, Mesure et expérimentation, in Histoire de la pensée médicale en Occident, Mirko D. Grmek (dir.), avec la collaboration de Bernardino Fantini, Paris, Le Seuil, t. 2, p. 80.

22 Sanctorii Sanctorii De medicina statica aphorismi. Commentaria, notasque addidit A. C. Lorry, Paris, 1770.

23 Methodus studendi… Londres, 1726, p. 406.

24 Opera…, Lyon, 1710, p. 476 et 488.

25 Op. cit., p. 137.

26 Sanctorii Sanctorii De statica medicina… Paris, Pissot, 1725.

27 Prosperi Alpini, De medicina methodica, editio secunda, Lugduni Batavorum, Officina Boutesteiniana, 1719, p. 656.

28 Le papyrus a été découvert à la fin du XIXe siècle.

29 A.L., xxxiii. Je cite la traduction de W. H. S. Jones: The Medical Writings of Anonymus Londinensis, Londres, Cambridge Classical Studies, 1947, p. 127.

30 Il ne faut pas négliger évidemment l’ouvrage de Lorry, De morbis cutaneis.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540