Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Troisième partie. Topographies et géographies de la clandestinité urbaine

Le Refuge protestant urbain au temps de la révocation de l’Édit de Nantes

Yves Krumenacker

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

1En 1685, les dragonnades et la Révocation de l’Edit de Nantes, rendant l’exercice du culte protestant impossible, poussent des milliers de huguenots sur les routes, malgré l’interdiction de quitter le royaume. Ils seront au total plus de deux cent mille à quitter la France dans les quinze dernières années du xviie siècle, principalement de 1686 à 1688.

2Beaucoup d’entre eux, qui n’ont pas la chance d’habiter le long de la côte ou près d’une frontière, devront traverser une partie du pays, évitant les troupes du roi, les milices, les espions, pour rejoindre clandestinement un pays du Refuge. Très souvent, ils traversent des villes et s’y arrêtent quelque temps, afin de trouver un soutien, un guide, et ils doivent vivre ainsi aux yeux de la population urbaine sans se faire reconnaître comme protestants. Ils présentent ainsi un cas original de clandestinité urbaine, que nous allons étudier dans les pages qui suivent, à partir de l’exemple privilégié de Lyon, mais en notant également les parallèles avec la situation dans d’autres villes.

Villes-refuges et villes-étapes

  • 1 BnF, fonds Rulhière, ms 7046 f° 36, cité par Didier Boisson, Les Protestants de l’ancien colloque (...)
  • 2 Didier Boisson, Les Protestants..., ibidem, p. 279-291.
  • 3 Janine Driancourt-Girod, L’insolite histoire des luthériens de Paris, de Louis XIII à Napoléon, Pa (...)
  • 4 D. Boisson, ibid., p. 275-276.

3De nombreuses villes offrent un accueil au moins provisoire à des protestants désireux de gagner l’étranger ou simplement d’échapper au regard des autorités comme des voisins pour pouvoir pratiquer son culte au moins de façon privée sans être inquiété. On peut ainsi distinguer deux fonctions différentes des villes : le refuge et l’étape. Dans le premier cas, Paris est l’exemple le mieux connu. Un fait, un peu tardif, mais significatif, est fourni par ce témoignage d’un curé parisien : « il y a plusieurs communautés de marchands, et particulièrement celle des marchands de vins, qui reçoivent dans leurs caves des personnes qui, bien loin de donner des preuves de leur catholicité, font une profession ouverte de l’hérésie. Leurs enfants et leurs domestiques ne vont à aucunes instructions, les pères et mères ne se cachent point de leurs sentiments1 ». Beaucoup de ces marchands de vins viennent des bords de la Loire, de l’Orléanais et du Berry. Ils sont venus à Paris pour leurs affaires principalement, mais également pour des raisons religieuses. On constate en effet une augmentation du nombre des protestants installés à Paris au moment de la Révocation ; pas seulement les marchands de vins, mais aussi les marchands tapissiers d’Aubusson, les artisans et les servantes de Châtillon-sur-Loire, les marchands de grains et de bois de Gien, les servantes et commerçants de Sancerre2 etc. L’intérêt religieux pour ces protestants de se rendre à Paris est qu’ils se trouvent pris dans un certain anonymat, connus seulement de leur famille, installée quelquefois là depuis plusieurs décennies, et de ceux qui viennent de la même région. Mieux que dans de petites villes comme Gien ou Sancerre, où les protestants sont très minoritaires, mais connus de tous, ils peuvent, à Paris, échapper plus facilement aux regards hostiles. Ils n’y sont pas connus comme Nouveaux Convertis et sont par conséquent moins surveillés. C’est ce qui leur permet, on l’a vu à travers la dénonciation du curé, d’exercer clandestinement leur culte, et même de bénéficier des services des chapelles des ambassades étrangères : le pasteur Schneider, à la chapelle de Suède, n’hésite pas, à la fin de 1685, alors qu’il est luthérien, à baptiser des enfants de réformés, à marier des huguenots, à leur fournir des secours, cela jusqu’au rappel de l’envoyé de Suède en 16893. Un rôle sans doute encore plus important est joué par la chapelle de Hollande, bien que les documents fassent défaut pour cette période, mais nous verrons plus loin son importance dans l’accueil provisoire de réfugiés et la fréquentation de cette chapelle par les réformés parisiens est bien attestée au cours du xviiie siècle4.

  • 5 Ibid., p. 283-284.
  • 6 Correspondance de Roland Dupré, Mémoires et Documents publiés par la Société d’Histoire et d’Arché (...)

4Paris n’est pas la seule ville à offrir un refuge aux protestants au moment de la Révocation. On connaît également le cas d’Orléans où viennent de nombreux huguenots du Berry5. C’est aussi le cas de Lyon, où des réformés des environs envoient leurs enfants chez des personnes sûres afin qu’ils soient élevés dans la religion protestante et échappent au couvent qui les menaçait dans leur lieu d’origine, où la famille était trop connue6.

5Ce rôle de ville-refuge est cependant difficile à étudier, faute de sources suffisantes et parce que, très souvent, le devenir des réfugiés nous échappe. Restent-ils protestants ou finissent-ils par rejoindre la religion dominante ? Restent-ils dans la ville ou gagnent-ils le Refuge ? Autant de questions auxquelles il est souvent impossible de répondre. En revanche, la ville-étape est beaucoup mieux documentée et c’est pourquoi nous allons nous attarder sur elle.

6Il n’est pas possible de faire la liste de toutes les villes qui ont servi d’étapes aux protestants fugitifs. Des cartes des routes de l’exil ont été dressées à partir surtout des témoignages des guides, qui montrent le rôle important de certaines villes : c’est là qu’on y trouve des guides et des mulets qui permettent de passer clandestinement à l’étranger. Montpellier, ainsi, est un grand lieu de rendez-vous ; des contacts y sont pris, puis on se rend à la campagne, à la métairie de Galdy, à une lieue de la ville, pour le grand départ. Très souvent, de là, on passe par Lyon où d’autres guides permettent de passer en Suisse.

  • 7 Charles Bost, « Les routes de l’exil », BSHPF, 1898, p. 561-593 et 634-651.
  • 8 Yves Krumenacker (éd.). Journal de Jean Migault ou malheurs d’une famille protestante du Poitou vi (...)
  • 9 Yves Krumenacker, Les Protestants du Poitou au xviiie siècle (1681-1789), Paris, H. Champion, 1998 (...)
  • 10 Charles Bost, Paul Fonbrune-Berbineau, « Le guide Paul Berger Ragatz 1688-1702 », BSHPF, 1898, p. (...)
  • 11 « Récit de la captivité de Jeanne Faïsses et de son arrivée à Lausanne, le 28 avril 1687 », BSHPF,(...)
  • 12 « Mémoires d’un réfugié, instituteur dans le pays de Vaud », BSHPF, 1878, p. 451-469 ; l’histoire (...)
  • 13 « Récit manuscrit de Jean Nissolle marchand de la ville de Ganges réfugié en Suisse », BSHPF, 1862 (...)
  • 14 « Relation de l’évasion, hors de France, après la Révocation, de Marie Molinier, de Cournonterral  (...)

7Cette ville est un passage quasi-obligatoire pour les protestants du Sud-Est du royaume, mais aussi, nous le verrons, d’autres régions. Ceux du Nord, en revanche, passent plutôt par Paris, d’où ils essaient de gagner la Hollande7. Ceux des provinces maritimes se retrouvent plutôt dans des ports. C’est le cas de Jean Migault qui attend à La Rochelle des nouvelles d’un bateau pouvant partir pour la Hollande8, ou de ces fugitifs arrêtés en 1685 à Nantes et à Rennes9. Ainsi le célèbre guide Paul Berger dit Ragatz conduit-il des gens de Montpellier à Genève en passant par Lyon, ou de Castres à Lyon où d’autres guides prennent le relais10. Jeanne Faïsses, une Cévenole, a sur elle des adresses d’hôtes à Lyon11 ; son mari Pierre a également des adresses lyonnaises, qui lui ont été fournies par un habitant de Genève12 ; Jean Nissolle, de Ganges, vient à Lyon avec une lettre de recommandation13. On pourrait donner bien d’autres exemples. Terminons simplement avec la famille Molinier, de Cournonterral, près de Montpellier : le mari réussit à se réfugier à Genève ; c’est ensuite sa femme et ses deux enfants qui partent pour Lyon, où ils reçoivent une lettre de sa part disant qu’il leur envoie un couple de guides qui pourront faire sortir les enfants grâce à un certificat du curé de leur paroisse attestant que ce sont les leurs14.

Qui sont les clandestins ?

  • 15 AD. 69, BP 2897-2929 (Sénéchaussée, Criminel 1685-1688) et BP 3997-3998 (Sénéchaussée - Protestant (...)
  • 16 Yves Krumenacker, Des Protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, H. Champion, (...)

8Les récits de réfugiés, pour ceux qui ont réussi à s’enfuir, et les procès-verbaux d’arrestations pour les autres, permettent de connaître mieux cette population clandestine. Notre source principale provient des registres de la sénéchaussée de Lyon15. On y trouve deux cent quatre-vingt-trois personnes dont on peut connaître le lieu d’arrestation. Parmi eux, on compte une écrasante majorité (81.2 %) de gens venant du Sud, principalement du Languedoc ; 8.7 % viennent du Nord, 3.8 % de l’Ouest. Cela reflète évidemment la situation géographique de Lyon et la forte implantation du protestantisme dans le Sud. Il est cependant surprenant de constater que les Lyonnais ne constituent que 1.9 % du total, alors que plus de six cent trente protestants lyonnais ont émigré16. Serait-ce que des étrangers à la ville seraient plus faciles à repérer ? Il est vrai qu’ils logent souvent dans des auberges, où la surveillance est grande ; mais cela n’explique pas tout, car la majorité des arrestations ont lieu aux portes de la ville, et notamment au pont de la Guillotière, qui permet de traverser le Rhône et de gagner la route de Genève. Sans doute peut-on penser qu’on cherche à ménager les Lyonnais, en raison de leur poids économique.

9Les arrestations témoignent de la grande diversité des fugitifs. Au hasard des sources, on repère un praticien du Haut-Vivarais, un cuisinier de Lourmarin, des marchands de Villeneuve-de-Berg (Vivarais), de Nîmes, d’Uzès, un chirurgien de Montauban et un de Dolomieu (Dauphiné), un ouvrier en sargette du comté de Foix, un compagnon chapelier des environs de Valence, des femmes d’Auvergne, du Poitou, d’Orange, des Cévennes, du Vivarais, etc.

  • 17 AD. 69, BP 3998, 28 mars 1687.
  • 18 « Relation de l’évasion... », art. cit.

10Ils voyagent souvent par groupes de cinq personnes en moyenne, mais quelquefois plus importants : quatorze femmes sont arrêtées rue Saint-Jean en août 1686, treize fugitifs sont découverts le 4 novembre 1686 près de Bourgoin. Il est rare de découvrir des familles entières : on vient souvent seul, ou avec un frère, une sœur, un enfant. Ainsi Jacques Theron est à Lyon en même temps que son fils Jacques ; il prétend être là pour affaires, pendant que Jacques est en apprentissage. Une de ses filles est arrivée à Lyon par le coche mais à un autre moment que lui. Ses quatre autres enfants semblent toujours être à Uzès17. On peut aussi rappeler le cas de la famille Molinier, dont le père se réfugie le premier à Genève ; puis la mère et les deux enfants se rendent à Lyon ; les enfants partent en premier avec un guide et la mère fait de même peu après18. Sans doute attire-t-on moins l’attention des autorités quand on est seul de sa famille, ou avec seulement une petite partie d’entre elle.

Des quartiers et des lieux

11Arrivés en ville, ces fugitifs doivent se loger. À Lyon, le premier obstacle est de franchir les portes de la ville. En effet, un commis est présent à chaque entrée, et les renseignements sont centralisés au bureau de la Consigne. Les portes sont également surveillées par la garde bourgeoise des pennonages et par les archers du Maître des Ports. Tout étranger à la ville doit se déclarer, indiquer la raison de sa présence et où il compte loger. Cela ne constitue qu’environ sept cents personnes par an, sans compter les courriers, venant souvent en groupe, et de préférence par la poste. La surveillance est donc en principe aisée.

  • 19 Susanne Rau, Olivier Zeller, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xvii(...)
  • 20 Ibidem ; Susanne Rau, « Das Wirtshaus. Zur Konstitution eines öffentlichen Raumes in der frühen Ne (...)

12Il est cependant possible d’entrer discrètement à pied, en se mêlant à ceux qui viennent à Lyon pour leur travail et en renvoyant les chevaux avant d’arriver en ville19. Pour les autres, une « bullette » est délivrée à la porte d’entrée et elle est indispensable pour être logé dans la ville. La surveillance des cabaretiers et hôteliers est également stricte : depuis 1583, ils doivent tenir rôle de ceux qui logent chez eux ; en 1640, l'Ordonnance et reglement general de la Police de la Ville de Lyon, & Fauxbourg d’icelle leur interdit de loger des gens inconnus ; depuis 1641, seuls ceux qui sont munis d’un billet délivré aux portes peuvent être logés avant dix heures ou après dix-huit heures. En 1644, on impose aux tenanciers d’auberges dans les faubourgs de signaler dès le lendemain matin les voyageurs qui sont arrivés la nuit20.

  • 21 C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 642.
  • 22 AD. 69, BP 3998, 14 août 1687.

13La très grande majorité des voyageurs entre à Lyon par le Nord, à la porte de Vaise, ou par l’Est, au pont sur le Rhône de la Guillotière. Mais il est probable que bien des protestants entrent discrètement par des portes n’ayant plus qu’une importance très locale : de nombreux guides passent par la porte de la Croix-Rousse21, certains fugitifs sont arrêtés à la porte de Saint-Just22.

  • 23 Voir annexes.
  • 24 S. Rau, O. Zeller, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon... », art. cit. p. 129.
  • 25 Y. Krumenacker, op. cit., p. 141-142.
  • 26 C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 591.
  • 27 D. Boisson, op. cit., p. 301.

14Il faut ensuite trouver un lieu où se loger. Concernant Lyon, nos sources permettent de repérer trente-trois endroits différents à Lyon ou dans les faubourgs de la Guillotière, à l’Est, ou de la Croix-Rousse, au Nord23. Cela ne représente évidemment pas la totalité des lieux d’hébergement, mais seulement ceux où des fugitifs ont été arrêtés ou ceux qui figurent dans les quelques mémoires écrits par des protestants. La situation de nombre d’entre eux n’est pas originale, elle correspond à la pratique de la majorité des entrants dans la ville : au sud de la place des Terreaux ou entre l’Hôtel-Dieu et le Port du Temple ; certains logent aussi sur la rive droite de la Saône, comme c’est quelquefois le cas lorsqu’on entre à Lyon par la porte de Vaise24. Cette géographie est également conforme à celle des habitations des protestants de Lyon25, ce qui amène à penser que, dans certains cas, on cherche à se loger chez des coreligionnaires. Un certain Nadal, de Lasalle, a d’ailleurs sur lui une liste de personnes pouvant le secourir : il s’agit de négociants allemands ou suisses, qui logent pour la plupart au sud des Terreaux : Antoine et Pierre Crommelin, Jean Albert (ou Albrecht ?), Locher, Scherer, Gorge, Rietmann26. Il faut noter toutefois l’importance des logis hors de Lyon, à la Croix-Rousse et surtout à la Guillotière, ce qui évite d’entrer dans la ville et peut donc permettre d’espérer échapper aux contrôles. C’est aussi ce qui explique que le sieur Léveillé, un des principaux animateurs de la communauté protestante de la Charité-sur-Loire, héberge des réfugiés chez lui, dans un faubourg, et les fait passer vers le Nivernais en évitant d’entrer dans la ville27.

  • 28 Orentin Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, Paris, Fischbacher, 1894, t. 2, p. 437-4 (...)
  • 29 « Abrégé de l’histoire de l’origine, de la sortie de France, et de la vie d’Alexandre Savois. Écri (...)
  • 30 D. Boisson, op. cit., p. 303.

15Une grande partie de ces endroits sont des auberges, des hôtelleries, des cabarets, la délimitation entre les trois n’étant pas très claire, ni dans la législation, ni dans les textes de l’époque. Ce sont des lieux d’accueil où l’on peut manger et généralement dormir. À Lyon, c’est le logis du Tonneau d’Or, au centre-ville, rue Grenette, qui semble le plus fréquenté. On retrouve aussi plusieurs fois la Corbeille d’Or, rue Ecorcheboeuf, le sieur Beaucour, ou la Croix Verte, à la Guillotière. D’autres logis sont indiqués quelquefois seulement par le nom du propriétaire sans qu’on puisse savoir s’il s’agit d’une auberge ou d’un hébergement chez un particulier. Le même phénomène existe dans d’autres villes : à Paris, des fugitifs se retrouvent à l’auberge de la Ville de Blois, à l’auberge du Dauphin (une des rares auberges à être tenue par un Nouveau Converti), à l’hôtel d’Ecosse, à l’Écu d’Orléans, chez Divry, etc. Il y aurait plus de cinquante auberges accueillant des réfugiés dans l’attente de les faire passer à l’étranger28. Alexandre Savois trouve refuge dans une auberge de Bressols, en Haut-Languedoc, puis à Marseille29. Une fugitive du Berry, la veuve Jouffroy, doit passer par le logis de Perreau, à Chalon30. On ne connaît généralement pas la religion de ces hôtes. Si Jeanne Desmarets, épouse Perrachon, est une Nouvelle Convertie, d’une famille de riches marchands bien connue à Lyon, il semble que la très grande majorité des hôtes soient catholiques.

  • 31 S. Rau, O. Zeller, « Police des voyageurs, art. cit.
  • 32 Susanne Rau, Gerd Schwerhoff, « Öffentliche Raüme in der Frühen Neuzeit. Uberlegungen zu Leitbegri (...)
  • 33 Daniel Roche, « Le cabaret parisien et les manières de vivre du peuple », dans Maurice Garden, Yve (...)
  • 34 S. Rau, « Das Wirtshaus... », art. cit., p. 221-226.

16Quelle peut être alors leur motivation ? Pour le comprendre, il faut s’interroger sur le statut et la fonction des auberges à l’époque moderne, ce qui nous permettra de mieux saisir pourquoi ce sont des lieux de clandestinité. En premier lieu, il s’agit d’espaces laïques, qui accueillaient indifféremment, avant la Révocation, les catholiques et les protestants ; cela explique l’étonnement du musicien Locatelli qui, de passage à Lyon en 1665, constate qu’il n’y a pas de tableau de dévotion dans son auberge, afin de ne pas donner prise aux insultes des hérétiques qui pourraient s’y trouver31. On s’y retrouve entre voisins, entre habitués, mais sans que cela exclue les étrangers de passage ; c’est un lieu de rencontre entre l’intérieur et l’extérieur, où s’échangent des informations locales ou interrégionales, et où la présence d’inconnus ne surprend pas. Les nouveaux arrivants dans une ville s’y retrouvent. C’est également un espace multi-fonctionnel, où l’on peut se restaurer, discuter, faire des affaires32 ; un lieu idéal donc pour entrer en contact avec un guide. L’auberge, le cabaret, a en effet un rôle frontière entre le légal et l’illégal. C’est là que se rencontrent les truands, que s’opère, au moins en partie, la prostitution, que se débitent des livres et des brochures interdits33. Cette population marginale est sans doute plus forte dans les faubourgs ; à Lyon, à la Croix-Rousse ou à la Guillotière. Mais le cabaret peut aussi apparaître comme un lieu de refuge pour des fugitifs, comme un lieu d’asile, dont le tenancier règle l’ordre : un lieu public, mais qui peut aussi être fermé, protégé34.

  • 35 D. Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry..., op. cit., p. 303.
  • 36 A.D. 69, BP 2913, 15 novembre 1686.
  • 37 « Abrégé de l’histoire de l’origine... », art. cit., p. 46.
  • 38 J’ai analysé ce récit en ce sens dans « “Un de mes amis, catholique romain...”, catholiques et pro (...)
  • 39 « Abrégé de l’histoire de l’origine... », art. cit., p. 59-60.

17Aller dans une auberge, c’est donc se rendre dans un lieu où l’on est vu de tous, où l’on est recherché par les autorités. Pour découvrir la veuve Jouffroy à Chalon, les hommes du prévôt visitent tous les cabarets et auberges de la ville35. À Lyon, les commissaires chargés d’appréhender les fugitifs surveillent les auberges en permanence. Le fourrier Terrier, par exemple, en fait le tour, à l’automne 1686, pour découvrir des protestants36. Mais il s’agit aussi de lieux où, paradoxalement, on a peu de chance d’être repéré ou dénoncé. L’histoire d’Alexandre Savois est édifiante : à Bressols, il demande Monsieur Lalauze (probablement un guide) ; l’aubergiste lui « dit qu’on avoit apris que luy et son camarade étoient hugenots et que comme on venoit pour les saisir ils avoient eu le bonheur d’échapper ». Savois s’installe malgré tout dans la salle, qui est pleine ; mais « Dieu retint pour lors les yeux et l’esprit de ces gens-là, papistes et bigots, car il ne parut pas qu’ils soubsonnassent du tout ce que j’étois37 ». Certains, comme l’aubergiste, ont dû probablement deviner la raison de sa présence et ont préféré se taire, par compassion, par solidarité ou par hostilité envers les autorités38. Mais on peut aussi voir dans ce récit la fonction protectrice du logis, où le tenancier règle l’ordre et l’indifférence apparente des habitués envers un étranger, lui permettant ainsi de passer inaperçu. Quelques mois plus tard, il est à Marseille. Il est repéré dans une auberge, car il ne fait pas de signe de croix avant le repas : dans cette « civilisation du face-à-face », le moindre geste, ou non-geste, peut être significatif. Mais l’auberge est aussi un lieu agité, où les disputes sont fréquentes. Savois et ses compagnons font donc éclater une bagarre, ce qui est assez banal pour ne pas attirer l’attention et qui affole néanmoins le catholique qui n’ose pas les dénoncer. Une femme cependant les avertit qu’elle a vu qu’ils étaient protestants et ajoute : « j’en pourrais faire arrêter plus de 100, que j’ay reconnus aux mêmes marques, mais bien loin de les vouloir rendre malheureux, je les cacherois plutôt, si je le pou-vois39 ». On retrouve ici cette solidarité populaire qui a pu se développer dans ces lieux de rencontre par excellence que sont les auberges.

  • 40 AD. 69, BP 3997, février 1686.

18Ceci nous met sur la piste des motivations des hôtes, sans doute très diverses. L’entraide confessionnelle a été rare, car peu d’entre eux sont des protestants ou des nouveaux convertis. L’appât du gain a sans doute été le mobile le plus puissant. On peut penser que le prix de la pension est souvent élevé, d’autant que le risque est grand : la déclaration du roi du 18 mai 1682 prévoit mille écus d’amende à qui cache un protestant. La famille du ministre Gondrand se plaint d’ailleurs des sœurs Bazin, qui font payer trop cher leur logis40. Il est cependant troublant de voir que les récits des réfugiés évoquent très souvent l’argent demandé par les guides, mais assez rarement celui que réclament les hôtes. On peut alors se demander si la solidarité populaire, celle des « petits » contre les « gros », celle qui ne s’oppose pas toujours à la fuite d’un voleur, d’un brigand (pensons à la popularité d’un Mandrin ou d’un Cartouche), combinée à un anticléricalisme souvent vivace, n’amène pas bien souvent les auberges à être un lieu de refuge neutre très fréquenté. Un protestant, après tout, n’est pas pire qu’un truand, une prostituée, un débiteur de livres interdits...

  • 41 AD. 69, BP 2913, 20 novembre 1686.
  • 42 Idem, 26 novembre 1686.
  • 43 AD. 69, BP 3997, février 1686.
  • 44 AD. 69, BP 2913, 15 novembre 1686.

19De tels logis offrent une discrétion paradoxale, mais ne sont pas parfaitement sûrs. C’est pourquoi de nombreux fugitifs changent plusieurs fois de lieux d’hébergement. Les interrogatoires de ceux qui ont été arrêtés à Lyon le montrent bien. François Champatre a logé au Tonneau d’Or puis dans différentes maisons bourgeoises, avant de se rendre à la Guillotière41. Heloïse Magnan est allée chez le sieur Perrotin puis chez le sieur Beaucour42. Avant d’aller chez la demoiselle Perrachon, Judith Gondrand, sa sœur et sa mère se sont rendues chez les sœurs Bazin, autre logis assez fréquenté à Lyon43. On pourrait donner d’autres exemples. On peut aussi loger en un endroit et chercher à rencontrer des compagnons ou un guide en un autre lieu. Ainsi, Pierre Issanchon habite rue Ecorcheboeuf, à l’enseigne de la Corbeille d’Or, et se rend au Tonneau d’Or pour voir un ami44.

20D’autres lieux servent d’hébergement temporaire pour des fugitifs. Des particuliers offrent un asile aux protestants (sans qu’ils le soient forcément eux-mêmes). À Lyon, on se souvient de Nadal, qui a sur lui une liste de marchands allemands et suisses pouvant lui rendre service. On peut aussi citer le cas du sieur Perrotin, marchand rue de la Gerbe (est-il protestant ? Son nom ne figure pas sur les registres de l’église de Lyon), de Nourry rue Saint-Jean, du cordonnier Parmissiere, au Port du Temple, dénoncé pour avoir entreposé de la viande en période de carême, et certainement de nombreux autres.

  • 45 O. Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, op. cit., p. 429-434.

21Le phénomène est particulièrement important à Paris. On connaît plusieurs particuliers accueillant des réfugiés : Gervaise, Aufrère, Madame Amonnet, Madame Cape, rue du Cherche-Midi, le perruquier Boyer, rue Saint-Honoré, etc. Mais Paris présente plusieurs caractéristiques. La première est la présence d’ambassades étrangères. La Suède, le Danemark, l’Angleterre, le Brandebourg et surtout la Hollande donnent asile à de nombreux réfugiés, en les faisant passer pour des membres de leur personnel. Ainsi protégés, ces protestants peuvent quitter le pays dans une relative sécurité : munis de passeports étrangers, ils quittent ostensiblement la capitale par des voitures publiques à destination de Noyon, Saint-Quentin, Reims, Lille ou Bruxelles. Mais ce stratagème finit par être connu de la police, et la France proteste auprès des puissances étrangères. Il faut alors organiser des départs clandestins. À l’ambassade de Hollande, le secrétaire, Molle, distribue des documents indiquant comment se rendre aux Provinces-Unies et comment éviter les obstacles. Lui-même, en avril 1686, remet deux enfants à un guide dans une auberge. De nombreux guides sont d’ailleurs en relations avec l’ambassade de Hollande. De son côté, l’envoyé du Brandebourg, Spanheim, accueille de nombreux réfugiés dans son hôtel45.

  • 46 Ibid., p. 434.
  • 47 Journal de Jean Migault..., op. cit., p. 65 et 78-79 ; la famille d’Olbreuse est à l’abri des exac (...)

22Un rôle proche de celui des ambassades étrangères est joué par de grandes familles nobles, généralement protestantes elles aussi. Schomberg fait passer de nombreux réformés pour ses domestiques. Le même accueil se fait dans les hôtels de Soissons, d’Entraigues, chez la comtesse de Roye, la marquise de Péray, chez les Monginot, les Marolles. Plusieurs d’entre eux pourront prendre avec eux leurs protégés quand ils partiront au Refuge46. Notons cependant que ce phénomène n’est pas exclusivement parisien, ni même urbain. Ainsi les protestants du petit bourg de Mauzé, en Saintonge, peuvent-ils, après le passage des dragons, se réfugier au château de la famille d’Olbreuse ainsi que chez leurs alliés, les La Laigne ; quand, un peu plus tard, Madame d’Olbreuse se rend en Allemagne, elle prend avec elle Philémon Migault, le fils du maître d’école du lieu, en tant que domestique ; le frère aîné de Philémon, Jacques, s’enfuit en qualité de postillon de M. de Chaban47.

23Que ce soit auprès de nobles ou dans des ambassades, on a encore affaire à une clandestinité paradoxale, puisque les protestants en fuite sont vus de tous, mais ils sont protégés et, au moins dans un premier temps, ils sont munis de passeports en règle.

  • 48 L. Y. Gálvez Muňoz, Le Rôle de Lyon..., op. cit., p. 115.
  • 49 « Mémoires d’un réfugié... », art. cit., p. 458 ; « Récit de la captivité... », art. cit., p. 463.
  • 50 « Récit manuscrit... », art. cit., p. 56.
  • 51 AD. 69, BP 3998, 28 mars 1687.
  • 52 Journal de Jean Migault..., op. cit., p. 79.
  • 53 Ibidem, p. 81-84.

24Combien de temps dure le séjour en ville ? Il est difficile de répondre : les principales informations proviennent des arrestations, qui souvent abrègent le séjour. Pour Lyon, cependant, on peut établir une moyenne, qui se monte à dix jours48 ; mais ce chiffre masque de très grandes différences. Certains ne restent que quelques heures dans la ville, d’autres y demeurent au contraire plusieurs mois. Pierre Faisses arrive à Lyon le 12 juin 1686 er en repart le 17 ; sa femme, en septembre, passe également une semaine en ville49. Jean Nissolle y séjourne pendant douze jours50. Mais Jacques Theron est arrêté alors qu’il est à Lyon depuis trois semaines51. D’autres restent encore plus longtemps, quelquefois jusqu’à six mois. Il en est sans doute de même dans les autres villes. On sait, par exemple, que M. de Chaban, gentilhomme saintongeais, reste environ un mois à Paris52. On comprend, dès lors, la nécessité de changer de logis. Certains préfèrent loger à la campagne et ne se rendre en ville que de temps en temps, quand ils pensent avoir des nouvelles d’un départ possible à l’étranger. C’est le cas de Jean Migault qui loge dans diverses maisons de la famille noble de Mizeré, d’où il fait de fréquents voyages à La Rochelle, à l’affût d’un vaisseau en partance pour un pays du Refuge53.

La recherche des guides

  • 54 Emile G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, PUF, 1961, t. 2, p. 385.
  • 55 C Du Bois Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 85-86 ; C. Bost, « Les routes de l’exil », ar (...)

25La principale occupation des réfugiés, une fois un logis trouvé, est de chercher un guide capable de les emmener en pays étranger, ou, dans le cas d’un port, d’un bateau en partance pour l’Angleterre ou la Hollande. Les guides sont relativement nombreux, bien qu’ils soient passibles des galères à perpétuité, puis de la peine de mort, à partir du 12 octobre 1687 : plus de cent cinquante ont été arrêtés à Paris de 1685 à 170354. On en trouve également beaucoup à Lyon, bien que, suivant les moments, il soit plus ou moins facile d’entrer en contact avec eux. Cela se passe quelquefois dans la rue : un réfugié témoigne qu’« il s’en présentât très souvent dans la rue qui vous faisaient à l’oreille quelque secrète ouverture, lorsqu’ils voyaient des gens d’aspect étranger, errant sans dessein dans cette grande ville. » C’est ainsi que Jean Coulomb affirme avoir rencontré par hasard un guide sur le pont de la Guillotière55. Mais on devine que le procédé est risqué.

  • 56 C. Bost, P. Fonbrune-Berbineua, « Le guide... », art. cit., et C. Bost, « Les routes de l’exil », (...)
  • 57 C. Du Bois Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 89-90.
  • 58 AD. 69, BP 2915, 18 janvier 1687 ; BP 2917, 17 avril 1687.
  • 59 AD. 69, BP 2917, 17 avril 1687.
  • 60 AD. 69, BP 3997, 15 janvier 1687.
  • 61 AD. 69, BP 2920, 26 juillet 1687.
  • 62 O. Douen, La Révocation..., op. cit., p. 453.
  • 63 C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 583.

26Il est sans doute plus fréquent que les guides aient des liens avec des hôtes, comme c’est le cas à Paris avec l’ambassade de Hollande. À Lyon, le guide Berger-Ragatz a des correspondants (Brunet, Malin, Jussieu)56. Un apothicaire, Tourton, permet à Pierre Faisses de rencontrer un guide57. Plusieurs fois des guides sont arrêtés au logis de la Croix verte, à la Guillotière, où ils semblent avoir l’habitude de rencontrer des gens voulant partir à Genève58. Une procédure permet de bien comprendre comment cela se passe : Pierre Escalier et Gabriel Counes se rendent à la Croix verte et demandent à rencontrer les frères Caviat et Chastelain, guides amenant des gens de Lyon à Genève ; méfiante, l’hôtesse leur répond qu’ils sont absents. Mais quand Escalier et Counes lui disent qu’ils sont de la « religion » et qu’ils veulent aller à Genève, elle leur dit de revenir, qu’il n’y a rien à craindre, que d’autres fugitifs sont là. En réalité, Counes et Escalier sont des dénonciateurs qui feront arrêter les guides ainsi qu’une jeune protestante d’Annonay59. La maison de Pierre Beaucourt semble un lieu de rendez-vous très fréquenté, un véritable « bureau d’adresses60 ». Dans certains cas, c’est à la campagne que le guide retrouve ceux qu’il doit convoyer, ce qui lui évite de rentrer dans la ville. De nombreuses arrestations ont lieu dans des villages ou des bourgs à l’Est de Lyon : la Valbonne, Saint-Laurent-de-Mure, Bourgoin, Buissolle, Miribel. Les rendez-vous ont lieu dans des auberges comme la Croix Blanche, la Croix d’Or, le Cheval Blanc. Un cas sans doute assez fréquent peut être illustré par l’arrestation de plusieurs hommes à Saint-Laurent de Mure ; ils étaient descendus au logis ayant pour enseigne le Cheval blanc, où ils devaient retrouver des guides, après s’être rencontrés à Lyon à l’auberge à l’enseigne du Tonneau d’or. C’est sans doute là qu’on leur avait indiqué cette possibilité de se rendre à Genève61. Aux environs de Paris également, des relais sont prévus dans les auberges de Villiers-le-Bel, du Bourget, de Dammartin, de Senlis62 etc. À Montpellier, c’est à la métairie du négociant-banquier Galdy que l’on s’assemble pour partir63.

  • 64 ΑΝ, ΤΤ 430, f° 112, d’après Tristan Boffard, La Condition juridique des protestants de Lyon de l’é (...)
  • 65 Journal de Jean Migault..., op. cit., p. 107-108, 112.
  • 66 « La fin heureuse de Jeanne Faisses réfugiée en Suisse et morte à Chavornay, le 14 juin 1688 », BS (...)
  • 67 C. Du Bois-Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 87-88.
  • 68 AD. 69, BP 2913, 4 novembre 1686.

27Au-delà des nombreux cas individuels que l’on peut trouver, il existe toute une organisation clandestine, des filières d’évasion bien au point. En effet, bien des réfugiés bénéficient de très nombreuses complicités, qui ne doivent sans doute rien au hasard. La découverte sur eux de plans, de listes d’hôtes potentiels montre que tout peut être parfaitement organisé. Les réseaux familiaux et professionnels qui existaient avant la Révocation continuent évidemment à fonctionner, cette fois au service de la fuite hors de France. De plus, de véritables professionnels organisent la préparation des voyages, la confection de faux passeports, les moyens de transport, les rendez-vous. Ils feraient ainsi sortir quarante à cinquante personnes par jour de Paris64. Cela coûte, évidemment, assez cher : tel fugitif paie 5 louis d’or pour aller des Cévennes jusqu’en Suisse, certains doivent débourser 30 livres de Lyon à Genève, d’autres 25 louis d’or, d’autres encore 50 livres pour le même trajet ; pour un voyage en bateau de La Rochelle en Angleterre, on demande à Migault 75 livres, mais à d’autres on n’en réclame que 40 ; Migault part finalement en Hollande pour 22 louis d’or65. Il s’agit donc de sommes assez importantes, qui peuvent être versées directement aux guides ou déposées chez un particulier, ce qui évite d’éveiller les soupçons quand on est arrêté avec une forte somme sur soi : c’est ce que font par exemple Jeanne et Pierre Faisses, en 168666. Cela amène de nombreuses escroqueries dont se plaignent les réfugiés. Ainsi, Pierre Faisses, après avoir confié 50 livres à un marchand-drapier, suit un guide qui l’abandonne dès la sortie de Lyon, à Caluire67. Plus grave, certains dénoncent leurs clients, comme le voiturier Lombard68. Mais la majorité est restée loyale envers les fugitifs.

  • 69 AD. 69, BP 3997, avril 1686.

28Le caractère vénal des guides a souvent été souligné. Notons cependant qu’un tiers des guides arrêtés à Lyon sont des protestants et, s’ils se font payer cher pour compenser le risque qu’ils prennent, la solidarité interconfessionnelle a pu aussi être une motivation pour certains d’entre eux. À Paris, les guides sont nombreux parmi les soldats suisses et les « opiniâtres » protestants. Il est même possible que, dans quelques cas, seule la compassion ait pu jouer. C’est au moins ce que prétend Damien de Det, arrêté en avril 1686 : originaire de Lausanne, ayant séjourné à Lyon, il aurait cédé aux demandes d’une jeune femme rencontrée dans la rue, Marie Devignolat, qui veut s’enfuir en Suisse et lui permet de sortir de Lyon en la faisant passer pour son valet ; ils se feront prendre à un contrôle de passeport, à Seyssel69.

29Toute vie clandestine a ses risques. Les auberges accueillant des fugitifs finissent par être connues, la multiplicité des affaires mettant en cause le Tonneau d’Or ou la Croix Verte, par exemple, en sont un signe. Il est remarquable de constater qu’aucune mesure n’est prise contre ces logis ; peut-être espère-t-on que les protestants continuent à les fréquenter et qu’ainsi les arrestations soient plus faciles ? D’autre part, des étrangers circulant en ville ne passent pas toujours inaperçus : la grande ville permet plus d’anonymat, mais les fugitifs viennent souvent de régions lointaines et peuvent se trahir par leur accent, même si l’importance des activités commerciales, à Lyon par exemple, rend habituelle la présence d’étrangers dans les murs. Le plus risqué est sans doute la recherche d’un guide, quand l’hôte ne peut en fournir, car il faut alors se promener dans les rues et se faire repérer par des passeurs éventuels mais sans éveiller les soupçons. Cela attire évidemment les dénonciateurs, alléchés par la récompense promise à qui ferait arrêter un fugitif : la moitié des biens confisqués. Les archers, les soldats sont loin d’être les seuls à découvrir des réfugiés. Certaines personnes doivent passer du temps à épier, dans les rues, tout comportement suspect. De nombreuses procédures débutent par la formule « Sur avis donné à nous par... », suivie du nom du délateur (ou de la délatrice, car il s’agit souvent d’une femme). Quelques-uns semblent s’être fait une spécialité de la chasse aux protestants, tel le maître cordonnier François Annequin, qui apparaît dans de nombreuses procédures et n’hésite pas à participer à des embuscades dressées pour intercepter un groupe en fuite.

30N’exagérons cependant pas les risques courus. La lecture des archives criminelles montre de nombreuses arrestations. Les dossiers concernant des affaires de fuite hors du royaume ne sont cependant pas légion. De 1685 à 1689, environ trois cents personnes ont été arrêtées à Lyon et dans les environs, principalement en 1686-1687. Dans le même temps, plus de six cents protestants lyonnais ont émigré, quatorze à quinze mille habitants du Languedoc, du Vivarais ou des Cévennes ont cherché à gagner le Refuge, beaucoup passant par Lyon. La proportion de ceux qui se sont fait prendre est donc assez faible.

31Que conclure de ce dossier ? On peut en tirer deux séries de réflexions, les unes concernant l’histoire du protestantisme, les autres celle de la clandestinité. Dans le premier cas, l’étude des procédés employés par les protestants pour trouver en ville un moyen de gagner le Refuge montre l’intérêt de ne pas se cantonner à une problématique purement religieuse, qui mettrait en valeur les solidarités protestantes et opposerait les bons catholiques compatissants et les mauvais catholiques intolérants. Ces facteurs ont existé, bien entendu, mais ils ne rendent pas compte de tous les enjeux. Les protestants ne sont en effet pas que des protestants, mais aussi des gens persécutés, pourchassés, qu’on peut aider comme on aiderait toute personne ayant maille à partir avec la justice ou avec les puissants. Ce sont aussi des gens insérés dans des réseaux professionnels, amicaux, pas forcément confessionnels, mais qui peuvent rejouer pour favoriser la fuite. Ce sont enfin des gens qui sont prêts à payer, quelquefois cher, pour partir au Refuge, et dont on peut par conséquent tirer profit. Il faut également tenir compte des liens de clientèle, de protection, qui existent entre des nobles et les habitants de leurs terres. Autrement dit, toutes les problématiques de l’histoire sociale doivent être mobilisées pour comprendre les modalités de cet exode d’origine religieuse.

  • 70 Je remercie S. Rau de m’avoir fait bénéficier des premiers résultats de ses dépouillements dans ce (...)
  • 71 Pour la Suède, voir J. Driancourt-Girod, L’insolite histoire..., op. cit., ex. Ainsi priaient les (...)

32Cela est particulièrement net quand on s’intéresse aux auberges, aux cabarets, aux logis, qui sont au cœur de notre dossier. C’est là qu’on rencontre principalement l’histoire de la clandestinité. On se rend compte qu’être clandestin, en ville, ce n’est pas forcément être caché, mais c’est être dans un lieu où l’on ne risque rien. Soit parce qu’on y passe inaperçu, mêlé à la foule des autres étrangers, soit parce qu’on bénéficie de la protection de l’hôte, de même que dans les ambassades étrangères ou dans les grandes maisons nobles. Cela n’empêche pas, bien évidemment, les stratagèmes courants pour ne pas être reconnu, comme les déguisements (on trouve dans notre corpus plusieurs cas de femmes travesties en hommes) ; mais ils sont plutôt utilisés pour sortir de la ville. Tant qu’on est à l’intérieur de la cité, on peut être vu, l’important est de ne pas être identifié comme protestant à un endroit où on ne bénéficie pas de protection. Mieux vaut cependant éviter les contrôles. De ce point de vue, les faubourgs représentent un avantage certain : ce n’est pas un hasard si la Guillotière et la Croix Rousse, aux portes de Lyon, concentrent de nombreux logis fréquentés par les protestants. Mais le centre de la ville peut aussi offrir des ressources et, de ce point de vue, il ne semble pas y avoir de quartier privilégié pour les huguenots clandestins. Il n’y a sans doute pas de lieu particulier non plus : la majorité des auberges repérées ne sont pas tenues par des protestants. Si elles leur servent d’abri, pendant la conjoncture des quelques années suivant la Révocation de l’Édit de Nantes, elles ont pu ou pourront très bien servir par la suite à d’autres activités clandestines. Certaines, comme la Croix d’Or ou le Puits couvert se retrouvent à d’autres dates dans les registres du criminel de la sénéchaussée70. Quant aux ambassades étrangères71, elles serviront pendant tout le xviiie siècle aux protestants de Paris et même de bien plus loin pour des cultes clandestins et pour enregistrer des mariages et des baptêmes. On a, dans ce dernier cas, une remarquable continuité de la clandestinité dans un lieu officiel.

Annexes

Annexes

Lieux d’arrestation des fugitifs à Lyon.

Lieux d’hébergements à Lyon.

Notes

1 BnF, fonds Rulhière, ms 7046 f° 36, cité par Didier Boisson, Les Protestants de l’ancien colloque du Berry de la révocation de l’Édit de Nantes à la fin de l’Ancien régime (1679-1789), ou l’inégale résistance de minorités religieuses, Paris, H. Champion, 2000, p. 270-271.

2 Didier Boisson, Les Protestants..., ibidem, p. 279-291.

3 Janine Driancourt-Girod, L’insolite histoire des luthériens de Paris, de Louis XIII à Napoléon, Paris, Albin Michel, 1992, p. 76-79.

4 D. Boisson, ibid., p. 275-276.

5 Ibid., p. 283-284.

6 Correspondance de Roland Dupré, Mémoires et Documents publiés par la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 29, 1906, p. 49 (des familles entières laisseraient leurs enfants à Lyon, en avril 1685) ; Sylvie Cadier-Sabatier, Les Protestants de Pont-de-Veyle et lieux circonvoisins au xviie siècle, Trévoux, Éditions de Trévoux, 1975, p. 139-141, pour des exemples bressans ; « Le Protestantisme à Annonay (1700-1710) », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français (désormais BSHPF), 1881, p. 117-118, pour le Vivarais ; exemple plus tardif (1742) pour le Languedoc : Jacques Perrier, « Notes sur le "Second Désert" dans l’Uzège », BSHPF, 1994, p. 611-612.

7 Charles Bost, « Les routes de l’exil », BSHPF, 1898, p. 561-593 et 634-651.

8 Yves Krumenacker (éd.). Journal de Jean Migault ou malheurs d’une famille protestante du Poitou victime de la révocation de l'édit de Nantes (1682-1689), Paris, Éditions de Paris, 1995, p. 93 et 106.

9 Yves Krumenacker, Les Protestants du Poitou au xviiie siècle (1681-1789), Paris, H. Champion, 1998, p. 124.

10 Charles Bost, Paul Fonbrune-Berbineau, « Le guide Paul Berger Ragatz 1688-1702 », BSHPF, 1898, p. 507-519.

11 « Récit de la captivité de Jeanne Faïsses et de son arrivée à Lausanne, le 28 avril 1687 », BSHPF, 1877, p. 461-472.

12 « Mémoires d’un réfugié, instituteur dans le pays de Vaud », BSHPF, 1878, p. 451-469 ; l’histoire de ces réfugiés a été racontée de manière un peu romancée par Charles Du Bois Melly, Mémoires d’un fugitif, Genève, H. Georg, 1877.

13 « Récit manuscrit de Jean Nissolle marchand de la ville de Ganges réfugié en Suisse », BSHPF, 1862, p. 56.

14 « Relation de l’évasion, hors de France, après la Révocation, de Marie Molinier, de Cournonterral », BSHPF, 1913, p. 442.

15 AD. 69, BP 2897-2929 (Sénéchaussée, Criminel 1685-1688) et BP 3997-3998 (Sénéchaussée - Protestants). Ces registres ont déjà été étudiés par Lina Yolande Gálvez Muñoz, Le Rôle de Lyon dans le Refuge protestant à la fin du xviie siècle, mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, 1991.

16 Yves Krumenacker, Des Protestants au siècle des Lumières. Le modèle lyonnais, Paris, H. Champion, 2002, p. 32-33.

17 AD. 69, BP 3998, 28 mars 1687.

18 « Relation de l’évasion... », art. cit.

19 Susanne Rau, Olivier Zeller, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xviie siècle », dans Albrecht Burkardt (éd.), Commerce, voyage et expérience religieuse, Rennes, PUR, 2007, p. 113-143.

20 Ibidem ; Susanne Rau, « Das Wirtshaus. Zur Konstitution eines öffentlichen Raumes in der frühen Neuzeit », dans Offen und Verbogen. Vorstellungen und Praktiken des Öffentlichen und Privaten in Mittehlter und frühen Neuzeit, Caroline Emmelius, Fridrun Freise, Rebekka v. Mallinckrodt et alii (dir.), Wallstein Verlag, Göttingen, 2004, p. 211-227.

21 C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 642.

22 AD. 69, BP 3998, 14 août 1687.

23 Voir annexes.

24 S. Rau, O. Zeller, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon... », art. cit. p. 129.

25 Y. Krumenacker, op. cit., p. 141-142.

26 C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 591.

27 D. Boisson, op. cit., p. 301.

28 Orentin Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, Paris, Fischbacher, 1894, t. 2, p. 437-441.

29 « Abrégé de l’histoire de l’origine, de la sortie de France, et de la vie d’Alexandre Savois. Écrite par lui-même », BSHPF, 1905, p. 46, 59-60.

30 D. Boisson, op. cit., p. 303.

31 S. Rau, O. Zeller, « Police des voyageurs, art. cit.

32 Susanne Rau, Gerd Schwerhoff, « Öffentliche Raüme in der Frühen Neuzeit. Uberlegungen zu Leitbegriffen und Themen eines Forschungsfeldes », dans ibid. (dir.), Zwischen Gotteshaus und Taverne. Öffentliche Raüme in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Cologne, Böhlau Verlag, 2004, p. 27-33. Peter Clark, « The alehouse and social integration in English towns (1500-1700) », dans Maurice Garden, Yves Lequin, Habiter la ville. xve-xxe siècles, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1984, p. 225-231.

33 Daniel Roche, « Le cabaret parisien et les manières de vivre du peuple », dans Maurice Garden, Yves Lequin, op. cit., p. 233-251 ; repris dans Le Peuple de Paris, Paris, Aubier, 1981, p. 256-275.

34 S. Rau, « Das Wirtshaus... », art. cit., p. 221-226.

35 D. Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry..., op. cit., p. 303.

36 A.D. 69, BP 2913, 15 novembre 1686.

37 « Abrégé de l’histoire de l’origine... », art. cit., p. 46.

38 J’ai analysé ce récit en ce sens dans « “Un de mes amis, catholique romain...”, catholiques et protestants au temps des dragonnades », dans De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme, textes réunis par M. Magdelaine, M-C. Pitassi, R. Whelan et A. McKenna, Paris, Universitas, 1996, p. 73-74.

39 « Abrégé de l’histoire de l’origine... », art. cit., p. 59-60.

40 AD. 69, BP 3997, février 1686.

41 AD. 69, BP 2913, 20 novembre 1686.

42 Idem, 26 novembre 1686.

43 AD. 69, BP 3997, février 1686.

44 AD. 69, BP 2913, 15 novembre 1686.

45 O. Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, op. cit., p. 429-434.

46 Ibid., p. 434.

47 Journal de Jean Migault..., op. cit., p. 65 et 78-79 ; la famille d’Olbreuse est à l’abri des exactions des dragons en raison du fait qu’Eléonore d’Olbreuse est l’épouse du duc Georges-Guillaume de Zell, de la maison de Brunswick.

48 L. Y. Gálvez Muňoz, Le Rôle de Lyon..., op. cit., p. 115.

49 « Mémoires d’un réfugié... », art. cit., p. 458 ; « Récit de la captivité... », art. cit., p. 463.

50 « Récit manuscrit... », art. cit., p. 56.

51 AD. 69, BP 3998, 28 mars 1687.

52 Journal de Jean Migault..., op. cit., p. 79.

53 Ibidem, p. 81-84.

54 Emile G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, PUF, 1961, t. 2, p. 385.

55 C Du Bois Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 85-86 ; C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 641.

56 C. Bost, P. Fonbrune-Berbineua, « Le guide... », art. cit., et C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 592.

57 C. Du Bois Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 89-90.

58 AD. 69, BP 2915, 18 janvier 1687 ; BP 2917, 17 avril 1687.

59 AD. 69, BP 2917, 17 avril 1687.

60 AD. 69, BP 3997, 15 janvier 1687.

61 AD. 69, BP 2920, 26 juillet 1687.

62 O. Douen, La Révocation..., op. cit., p. 453.

63 C. Bost, « Les routes de l’exil », art. cit., p. 583.

64 ΑΝ, ΤΤ 430, f° 112, d’après Tristan Boffard, La Condition juridique des protestants de Lyon de l’édit de Nantes à sa révocation, thèse de doctorat en droit, université Lyon 3, 1997, p. 441.

65 Journal de Jean Migault..., op. cit., p. 107-108, 112.

66 « La fin heureuse de Jeanne Faisses réfugiée en Suisse et morte à Chavornay, le 14 juin 1688 », BSHPF, 1878, p. 159-160 ; C. Du Bois-Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 87.

67 C. Du Bois-Melly, Mémoires d’un fugitif, op. cit., p. 87-88.

68 AD. 69, BP 2913, 4 novembre 1686.

69 AD. 69, BP 3997, avril 1686.

70 Je remercie S. Rau de m’avoir fait bénéficier des premiers résultats de ses dépouillements dans ces registres.

71 Pour la Suède, voir J. Driancourt-Girod, L’insolite histoire..., op. cit., ex. Ainsi priaient les luthériens, Paris, Cerf, 1992 ; pour la Hollande, Francis Waddington, « Influence de l’ambassade de Hollande à Paris sur les affaires des protestants de France au xviiie siècle », BSHPF, 1855, p. 565-601.

Table des illustrations

Légende Lieux d’arrestation des fugitifs à Lyon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5650/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende Lieux d’hébergements à Lyon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5650/img-2.png
Fichier image/png, 918k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540