Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Deuxième partie. Figures de la clandestinité urbaine

Les déserteurs à Paris pendant la Première Guerre mondiale

Emmanuelle Cronier

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Les Armées Françaises dans la Grande Guerre, t. V, vol. 2, p. 194.
  • 2 Christoph Jahr, Gewöhnliche Soldaten. Desertion und Deserteure im deutschen und britischen Heer 19 (...)
  • 3 Code de la Justice militaire de 1857, articles 231 et 232, « Désertion à l’intérieur en temps de g (...)
  • 4 Au sujet des permissionnaires, voir notre thèse, « L’échappée belle : permissions et permissionnai (...)

1Le phénomène de la désertion pendant la Première Guerre mondiale reste mal connu, la plupart des études se contentant de reprendre les chiffres fournis par l’Armée de 15745 désertions à l’intérieur par an pendant la guerre1. Si l’on sait que la désertion a été marginale quantitativement et n’a pas influencé le cours de la guerre, les études menées par Christoph Jahr pour les armées allemandes et britanniques apportent une réponse très nuancée à la question de la ténacité combattante à travers le cas de ceux qui ont fui la guerre, et à la question du « consentement » des soldats à la guerre, qui préoccupe particulièrement l’historiographie française2. La désertion, définie comme le délit militaire d’absence illégale, connaît des degrés de gravité différents en fonction du lieu où elle se passe, à l’intérieur ou au front, en présence ou non de l’ennemi, et de sa durée : absent illégalement jusqu’à trois jours d’absence de son corps, le soldat devient déserteur au-delà et est passible du Conseil de Guerre et de 2 à 5 ans de travaux publics dans le cas d’une désertion à l’intérieur3. Les permissions mises en place à partir de 1915 ont favorisé la désertion des combattants en leur permettant de séjourner quelques jours à l’arrière deux à trois fois par an. Rendus à une existence civile qu’ils aspiraient à retrouver, séparés de leurs camarades, confrontés à la vue d’hommes de leur âge réformés ou mobilisés à l’arrière, entendant les rumeurs sur le grand nombre déserteurs présents à Paris, les combattants pouvaient être tentés de prolonger leur séjour dans la capitale. Nous nous sommes donc intéressés ici au cas des permissionnaires qui ont prolongé illégalement leur séjour dans la capitale : dans quelle mesure la clandestinité a-t-elle été un ciment de ce groupe4 ?

2Les nombreux bouleversements que connaît Paris pendant la guerre ont des conséquences sur les conditions de la clandestinité dans la capitale. Le brassage est accru dans une ville féminisée, militarisée et fréquentée par de nombreux étrangers des armées alliées, des colonies françaises ou des régions envahies, devenue la capitale des nations alliées. L’espace métropolitain est lui aussi modifié en raison de la menace de l’invasion allemande et des bombardements : l’effet frontière avec la banlieue est renforcé par la mise en défense des fortifications et le contrôle aux points de passage, la ville s’assombrit dès la fin de l’été 1914 pour éviter de servir de cible aux bombardements et perd encore de sa légendaire luminosité avec les restrictions qui commencent à la fin de l’année 1916 et sont surtout sensibles dans les quartiers périphériques. Enfin, Paris semble revenue à un état de nature qui rompt avec la domestication croissante de l’espace urbain au xixe siècle : le nombre de voitures en circulation a considérablement diminué et la plupart des déplacements ont lieu à pied ou à vélo, les rues sont envahies par les déchets et des jardins gagnent les balcons, les places et les fortifications pour pourvoir au ravitaillement de la population. Le bouleversement des repères parisiens donne donc l’image d’une ville où il est plus facile de passer inaperçu, allégeant les contraintes de la clandestinité pour les déserteurs soucieux d’échapper aux contrôles de la police.

  • 5 Ces registres sont connus sous le terme de « mains courantes », bien qu’ils n’en soient pas. Pour (...)

3La capitale est néanmoins plus surveillée qu’avant guerre par la police et l’Armée, en quête d’espions ennemis, de pacifistes militants, d’insoumis ou de déserteurs. Le quadrillage de la capitale est assuré par les agents de la Préfecture de police, dont le nombre a peu diminué avec la mobilisation, passant de 8 000 à 7 000, ainsi que par les militaires de la Place de Paris située aux Invalides. Les combattants en permission font l’objet d’une surveillance spéciale et doivent se soumettre à de nombreux contrôles d’identité lors desquels ils doivent présenter leur livret militaire et leur titre de permission. Ce sont ces contrôles qui nous permettent d’avoir une trace des déserteurs dans les registres analytiques des procès-verbaux des commissariats parisiens, qui recensent les affaires susceptibles de faire l’objet de poursuites5. Le phénomène est minoré dans cette source, puisque la capture des déserteurs relève aussi des autorités militaires, qui n’ont pas laissé d’archives, et que l’on ignore tout de ceux qui sont rentrés au front sans se faire prendre. Néanmoins, la désertion est la première cause d’arrestation de combattants dans la capitale : les registres de la police sont une source sans équivalent pour l’étudier puisque l’on dispose de l’état-civil des suspects, de renseignements militaires, et d’un résumé qui s’attache à faire apparaître leurs motivations, les complicités dont ils ont pu bénéficier, les endroits où ils ont logé, leurs moyens de subsistance et comment ils ont échappé aux recherches. Leurs déclarations sont enregistrées et l’attitude de la foule à leur égard peut être consignée à l’occasion d’arrestations dans l’espace public. Le dépouillement des registres de Paris et du département de la Seine a permis la constitution d’une base de données de 6 000 combattants en retard pour rentrer de permission. Cet échantillon permet d’analyser plusieurs aspects de l’expérience de la désertion à Paris pendant la guerre : les espaces, les réseaux et les solidarités ainsi que le discours des déserteurs, de leurs proches et de la foule parisienne. D’autre part, la source permet d’évaluer l’évolution du phénomène au cours de la guerre, ainsi que l’efficacité de la police.

  • 6 Cartes réalisées avec les logiciels ArcGIS pour les fonds et Mapinfo pour la cartographie.

4Quoique les motivations des déserteurs soient très diverses et complexes à établir, la plupart d’entre eux, une fois en retard, cherchent à échapper aux recherches. C’est paradoxalement à travers le cas de ceux qui ont été arrêtés que l’on peut se faire une idée des quartiers parisiens où ils sont les plus présents6.

5Paris et le département de la Seine :

Moyenne : 1,33 - Médiane : 0,9 - Q1-Q3 : 0,4- 1,9.

6Paris :

Moyenne : 1,33 - Médiane : 0,9 - Q1-Q3 : 0,4- 1,9.

  • 7 APPP, commissariat Combat, CB76.53, affaire 369, 13 mars 1917.

7L’interprétation de ces cartes est complexe car elle devrait prendre en compte, en toute rigueur, la taille du quartier, le nombre de ses habitants et des agents de police, et intégrer une dimension chronologique. Si l’on se contente de raisonner sur les écarts à la moyenne théorique, il apparaît que les retardataires se retrouvent principalement dans le Paris populaire du nord et de l’est, des Halles à la gare de Lyon ainsi que dans les quartiers périphériques et populaires du 13e arrondissement, de Plaisance et de Vaugirard. Malgré l’absence d’une partie des registres de Montmartre, du 19e et du 20e arrondissement, cette tendance est significative d’une concentration des retardataires dans les quartiers les plus pauvres de la capitale. Rive gauche, leur présence semble plus particulièrement liée au travail. Les abattoirs de Vaugirard, les usines de guerre comme Panhard, les docks des quais d’Austerlitz, ont pu attirer des hommes en quête de travail. Cela expliquerait aussi leur présence des Halles au faubourg Saint-Antoine par exemple. Leur répartition recoupe aussi partiellement la géographie de la délinquance et de la marginalité parisienne, par exemple dans les quartiers périphériques du nord de la capitale, ou dans les quartiers des gares : ils sont surreprésentés près de la gare du Nord ou de la gare de l’Est, qui concentrent les soldats pendant la guerre et polarisent la vie sociale. En revanche, ils semblent sous-représentés dans les quartiers liés au divertissement, notamment les Boulevards, même si les lacunes des registres de ces commissariats empêchent de trancher définitivement. Cette tendance semble indiquer que les déserteurs évitent les quartiers centraux animés par le passage où la police est plus active pour des raisons politiques. Enfin, le faible nombre de déserteurs arrêtés en banlieue, qui concentre pourtant nombre d’usines de guerre, pourrait être le signe qu’il est plus facile d’échapper aux recherches dans ces quartiers au maillage policier plus lâche, comme semblent le penser les déserteurs qui s’y réfugient7.

8La répartition des déserteurs arrêtés par la police semble donc indiquer l’existence de facteurs économiques : les retardataires en quête de revenus sont davantage présents dans les quartiers qui leur offrent des perspectives d’embauche. Même s’il n’est pas possible de réaliser un profil socio-économique des déserteurs, le fait que de nombreux permissionnaires travaillent pendant leur congé, et que certains retardataires déclarent aux agents être restés à Paris pour gagner de l’argent, semble indiquer que cela a joué pour certains.

9La capitale offre de nombreuses ressources aux déserteurs qui souhaitent passer inaperçus. Le délai moyen d’absence des déserteurs arrêtés par la police, 13 jours, semble indiquer qu’il était possible d’échapper assez longtemps aux recherches. Les missions de la police ont été considérablement accrues entre 1914 et 1918, puisqu’à ses tâches du temps de paix s’ajoute la surveillance des espions, des permissionnaires, des déserteurs, des étrangers. Elle doit aussi faire respecter les nouveaux règlements sur les horaires d’ouverture des commerces ou la dissimulation des lumières privées, et dresser les constats après les bombardements ennemis. Les 7000 agents de police présents dans la capitale pendant la guerre ne pouvaient donc suffire à surveiller tous les hommes en âge d’être mobilisés, puisque les permissionnaires du front sont à eux seuls de 5 000 à 40 000 à y séjourner simultanément, leur nombre s’accroissant à partir de la fin de l’année 1916. Dans ce contexte, les contrôles se limitent le plus souvent aux militaires en tenue, et il semble facile à un déserteur vêtu d’effets civils de passer inaperçu.

  • 8 APPP, voir notamment commissariat Saint-Gervais, CB14.58, affaire 1093, 16 décembre 1917 ; commiss (...)
  • 9 APPP, notamment commissariat Halles, CB2.33, affaire 325, 17 février 1917 ; commissariat Europe, C (...)
  • 10 APPP, notamment commissariat Saint-Germain l’Auxerrois, CB1.44, affaire 276, 2 mai 1917 ; commissa (...)

10Ceci explique le grand nombre de tenues militaires ramassées dans l’espace public, dépouilles qui sont parfois la seule trace des déserteurs qui se sont faits civils. Confrontés à la nécessité de trouver un hébergement discret lorsqu’ils ont rompu les liens avec leur famille, les déserteurs peuvent compter sur les hôtels, où les tenanciers sont d’autant moins poussés à vérifier l’identité des occupants que la clientèle de passage est nombreuse, constituée en particulier des militaires en compagnie de prostituées. Dans ces hôtels, les déménagements fréquents n’attirent pas les soupçons, et les déserteurs peuvent facilement utiliser des noms d’emprunt. Même les tenanciers zélés peuvent se faire abuser, étant donné le grand nombre de papiers militaires volés ou falsifiés qui circulent dans la capitale, quand d’autres mettent un point d’honneur à ne pas demander leurs papiers aux combattants8, Ceux qui louent dans la longue durée prennent davantage de risques, car l’inquisition des concierges ou des voisins peut être fatale9. Les déserteurs trouvent aussi naturellement refuge dans les espaces traditionnels de la délinquance parisienne de la zone ou des quartiers périphériques. On les retrouve dans les terrains vagues du Père-Lachaise, dans les carrières de Saint-Denis, dans les jardins publics ou sur les quais de la Seine, mais aussi dans les couloirs d’immeubles ou les gares, qui sont pourtant censées être sous le contrôle de l’armée10.

  • 11 APPP, notamment commissariat Halles, CB 2.32, affaire 444, 9 mars 1916 ; commissariat Fauboutg du (...)
  • 12 SHAT, 16N2405, EMA services spéciaux, bulletin résumant la situation morale du 9 au 15 et du 12 au (...)
  • 13 APPP, commissariat Combat, CB76.53, affaire 1374, 3 octobre 1917.
  • 14 APPP, commissariat Saint-Lambert, CB57.40, affaire 627, 14 mai 1918.
  • 15 APPP, commissariat Chaillot, CB64.30, affaire 178, 19 mars 1917.
  • 16 APPP, commissariat Gentilly, CB96.27, affaire 925, 4 octobte 1918.
  • 17 APPP, commissariat Saint-Avoie, CB12.33, affaire 540, 5 décembre 1917 ; commissariat Saint-Gervais (...)

11Devenus déserteurs, les hommes doivent aussi se préoccuper de leur subsistance dans une capitale soumise au rationnement à partit de la fin de l’année 1916. En effet, alors que les permissionnaires reçoivent des indemnités de vivres pour éviter d’être à la charge de leur famille, les déserteurs doivent se débrouiller et ceux qui restent chez eux risquent de compromettre l’équilibre des budgets familiaux, déjà difficiles à maintenir pendant la guerre. On peut penser que le milieu social d’origine des déserteurs a influencé leurs conditions de vie, même si une telle étude est impossible à mener à partir des procès-verbaux de la police. Certains rencontrent de réelles difficultés à financer leur séjour à Paris, condamnés au vol ou à la mendicité11. Néanmoins, les facilités d’embauché sont réelles dans la capitale, où l’abondance du travail journalier et la mobilité professionnelle facilitent la discrétion. En juillet 1917, les Services spéciaux de l’état-major s’inquiètent que ces hommes trouvent à l’intérieur des « facilités de travail invraisemblables », en particulier dans les chantiers et les usines de guerre12. Les patrons semblent peu se préoccuper de la situation militaire de leurs employés, quand ils ne ferment pas tout bonnement les yeux ou favorisent l’embauche des délinquants. C’est le cas à l’usine Citroën en octobre 1917, où les permissionnaires belges se transmettent une carte de travailleur, établie une fois pour toutes au nom de l’un d’eux, que « l’on remet au suivant sans la changer », visiblement en toute connaissance des contremaîtres13. D’autres se protègent en changeant constamment d’emploi, comme celui-ci qui « pour se faire embaucher disait qu’il était permissionnaire et au bout de quelques jours était obligé de quitter pour ne pas laisser voir que sa permission durait indéfiniment14 ». Certains employeurs sont ravis de trouver une main-d’œuvre spécialisée qui fait défaut pendant la guerre, à l’image de cette boulangère qui raconte ingénument qu’elle avait « appelé [ce déserteur] parce qu’elle n’avait plus d’ouvrier depuis l’arrestation de l’autre15 ». Il est cependant impossible de connaître la part des employeurs qui ont embauché des déserteurs en connaissance de cause16. Certains peuvent ainsi échapper pendant longtemps à la police, à l’image de cet homme arrêté au bout d’un an après avoir travaillé dans plusieurs usines d’où il est « parti quand il se sentait découvert17 ». Il semble donc que dans le monde du travail parisien les déserteurs ont peu d’efforts à faire pour passer inaperçus et se faire embaucher, les patrons se montrant peu soucieux de surveiller le statut militaire de leurs ouvriers.

  • 18 1 030 cas, soit 18 % des permissionnaires en retard.
  • 19 Cette pratique s’explique par le fait que la durée de la permission est décomptée à partir du jour (...)

12Si Paris est davantage soumis aux contrôles policiers et militaires que la banlieue ou les campagnes, le brassage de la population y favorise aussi le trafic des faux papiers, auquel les déserteurs participent activement. Près d’un déserteur sur cinq figurant dans les « mains courantes » se trouve ainsi en possession de faux papiers lors de son arrestation18. De nombreux types de papiers sont utilisés, issus du vol, de l’achat ou de la falsification de papiers militaires ou professionnels notamment. Tous ne donnent cependant pas la même sécurité, puisqu’un titre de permission, même falsifié, se périme, tandis qu’un congé de réforme définitif est un sésame très convoité. Les permissionnaires sont nombreux à tricher sur la date de timbrage de leur titre de congé, sortant de la gare à leur arrivée en permission pour revenir quelques jours plus tard faire timbrer leur titre, ou faisant timbrer celui-ci à la date prévue de leur retour pour ne partir que quelques jours plus tard19. Une bonne partie de ceux-là n’apparaît pas dans les statistiques, puisque le titre semble en règle au moment des contrôles. Le fraudeur limite les risques : c’est essentiellement en sortant ou entrant dans la gare qu’il peut se faire prendre, ou s’il prolonge son séjour à l’arrière au-delà d’un délai plausible correspondant aux retards ferroviaires, que l’on peut estimer à quelques jours au plus. Ces stratagèmes sont très répandus parmi les permissionnaires, même s’ils restent difficiles à quantifier. Ils sont facilités dans les gares de la capitale (gare du Nord et gare de l’Est en particulier) et de la banlieue, où l’importance du trafic et le grand nombre d’issues rendent la surveillance plus difficile que dans les petites gares de campagne.

  • 20 Soit 171 cas sur 1 030 déserteurs en possession de faux papiers.
  • 21 Voir notamment APPP, commissariat Saint-Merry, CB 13.60, affaire 1248, 24 novembre 1916 ; commissa (...)
  • 22 Voir notamment APPP, commissariat Champs-Elysées, CB29.50, affaire 404, 27 mai 1918 ; commissariat (...)
  • 23 APPP, 7N1989, note du ministre de la Guerre au Gouvernements militaires de Paris et Lyon et aux gé (...)
  • 24 Papiers récupérés dans le cadre d’un vol : APPP, commissariat Saint-Germain l’Auxerrois, CB1.44, a (...)

13Un certain nombre de permissionnaires commencent par falsifier leur propre titre de congé, un moyen facile et gratuit quoique temporaire d’échapper à la police et que l’on retrouve chez 17 % des possesseurs de faux papiers20. Le procédé le plus simple consiste à ajouter un chiffre de dizaines devant le jour de retour et à changer par exemple un « 9 » en « 2921 ». D’autres choisissent de gratter la date initiale pour la remplacer par une autre22. Les déserteurs qui peuvent se procurer des pièces d’identité réelles d’une plus grande longévité auprès de convalescents, d’hommes mobilisés à l’arrière ou de réformés ont davantage de chances d’échapper à la police, en particulier s’ils prennent la précaution de s’habiller en civil. En décembre 1917, le ministre de la Guerre s’inquiète ainsi du grand nombre de permissionnaires qui vendent leur titre d’absence une fois qu’ils l’ont fait viser à la Place de Paris, trompent la surveillance des commissaires militaires dépassés par l’ampleur des flux dans les gares, et déclarent ensuite la perte de leur titre lorsqu’ils ont rejoint leur unité, où les chefs de corps ont d’autres préoccupations que d’enquêter sur le problème23. Les frères et cousins d’âge proche sont mis à contribution, qu’ils prêtent leurs papiers volontairement ou qu’ils en soient dépouillés par le déserteur24.

  • 25 Voir notamment SHAT, 16N2405, EMA Services spéciaux, bulletin résumant la situation morale du 13 a (...)
  • 26 APPP, notamment commissariat Saint-Merry, CB 13.60, affaire 925, 17 septembre 1917 ; commissariat (...)
  • 27 APPP, commissariat Saint-Germain l'Auxerrois, CB1.44, 24 mai 1917.
  • 28 Sur les liens entre prostitution et trafic de faux papiers, voir notamment : commissariat Porte Sa (...)
  • 29 APPP, commissariat Saint-Georges, CB33.31, affaire 656, 22 septembre 1915.
  • 30 APPP, commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.46, affaire 549, 12 mars 1917.

14L’ampleur du trafic alimente une économie parallèle extrêmement dynamique pendant la guerre, qui mobilise les compétences des milieux de la délinquance parisienne traditionnelle, mais aussi les métiers de l’imprimerie. Les nombreuses « agences de désertion » dont l’action à Paris est dénoncée par l’état-major, si elles sont souvent assimilées au mouvement pacifiste dans une interprétation politique de la crise du printemps 1917, rassemblent en fait des réalités diverses25. Les abords de la gare du Nord et de la gare de l’Est, qui brassent beaucoup de populations civiles et militaires pendant la guerre, sont aussi des quartiers où les métiers de l’imprimerie sont installés de longue date et alimentent le trafic. L’imprimerie Lavauzelle, boulevard Saint-Germain, plusieurs fois citée dans les registres de la police, met en circulation de faux titres de permission en blanc, tandis qu’il n’est pas difficile de faire la tournée des papetiers, des imprimeurs ou des vendeurs de timbres en caoutchouc, comme la maison Mangin, dans la galerie Vivienne, pour passer commande de tout le matériel nécessaire, y compris des cachets officiels que l’on peut acheter pour moins de 5 francs pièce en mars 191826. Les réseaux de Montmartre bénéficient de la proximité des gares d’arrivée des permissionnaires, qui sont racolés lorsqu’ils descendent du train ou repartent au front. En mai 1917, on apprend qu’une bande a ainsi la spécialité de fabriquer et de vendre de faux livrets pour 100 ou 150 francs, qu’une dizaine de comparses est chargée de proposer aux soldats dans les gares27. Les prostituées, qui sont parfois aux mains de ces bandes, sont au cœur du trafic, dépouillant les permissionnaires de leurs papiers lors des passes et revendant aux déserteurs, les papiers de leurs camarades28. Certains déserteurs en quête de revenus participent eux aussi au trafic, de même que les hommes mobilisés en région parisienne29. On peut même penser que la perspective de profits suscite nombre de vocations en dehors de la sphère délinquante ou militaire, et une maraîchère de passage à Paris est ainsi surprise en train d’établir une permission à un soldat à partir des faux qu’il lui avait fournis30.

  • 31 APPP, commissariat Halles, CB2.32, affaire 1080, 23 juin 1916.
  • 32 APPP, notamment commissariat Saint-Avoie, CB 12.33, affaire 256, 27 juin 1917 ; commissariat Saint (...)
  • 33 APPP, commissariat Belleville, CB77.27, affaire 145, 4 février 1916.
  • 34 APPP, commissariat Porte Saint-Denis, CB38.41, affaire 854, 27 juin 1917 et commissariat Saint-Ger (...)

15On est frappé par la qualité et l’abondance du matériel en circulation, qui permet sans doute de fabriquer des pièces de bonne qualité aptes à tromper la police31. Les fournisseurs peuvent être des employés d’administration ou des mobilisés qui ont accès à des titres de congé en blanc, qui circulent dans les bureaux des hôpitaux, les dépôts, les centres d’instruction, et au front32. Les milieux anarchistes ont aussi encouragé la désertion en fournissant des papiers, comme semble l’indiquer la déclaration d’un déserteur à qui on aurait conseillé de s’adresser au journal Le Libertaire33. Les prix auxquels se négocient les différents papiers sont difficiles à établir. Le caractère informel du marché, le secret qui l’entoure, le grand nombre de vendeurs issus de milieux différents et la variété de leurs liens avec les acheteurs ne permettent pas de régulation des prix en fonction par exemple de la qualité des pièces proposées. D’autre part, les déserteurs ont tout intérêt à présenter leur achat comme un don. Le prix des papiers est donc très varié : un déserteur du front fait une bonne affaire lorsqu’il achète une permission pour 1 franc en juin 1917, mais un autre ne fait qu’éveiller les soupçons de la police en présentant un gros lot de papiers qu’il à acheté pour 150 francs, intriguée en particulier à la vue d’une fausse carte de la CGT34.

  • 35 Par famille proche, on entend ; mère, père, frère, sœur, cousin, cousine.
  • 36 APPP, notamment commissariat Mail, CB7.38, affaire 291, 17 avril 1918 ; commissariat Saint-Lambert (...)
  • 37 Il faut cependant rester prudent en l’absence d’autres données, car il ne s’agit que de 13 cas sur (...)
  • 38 APPP, commissariat Combat CB76.54, affaire 153, 11 février 1918. Voir aussi, notamment, commissari (...)
  • 39 APPP, commissariat Saint-Avoie, CB 12.33, affaire 159, 3 mai 1916.
  • 40 APPP, commissariat Clignancourt, CB70.64, affaire 1289, 24 juillet 1917. Voir aussi commissariat S (...)

16Si l’ampleur du trafic des faux papiers dans la capitale est un bon indice des pratiques liées aux contraintes de la clandestinité des déserteurs, il est en revanche plus difficile de déterminer des solidarités spécifiques. La désertion semble un facteur d’isolement, puisque 61 % des suspects sont seuls au moment de leur arrestation par la police, une tendance inverse de celle des permissionnaires séjournant dans la capitale. Même si la menace de poursuites conduit les témoins à minimiser leur implication, on est frappé de constater le grand nombre de déclarations qui témoignent de la permanence des liens familiaux ou de l’activation de nouveaux réseaux sociaux autour des déserteurs. Les cas de recel de déserteur qui apparaissent dans les registres de la police en sont un bon indice. Les proches sont majoritaires parmi les cas avérés de recel, les compagnes représentant 63 % du total et la famille proche 12 %35. Dans le reste des cas, les liens sont soit inconnus, soit récents. Les dénonciations de déserteurs par des membres de leur famille restent rares, avec 22 cas sur les 407 cas avérés de dénonciation. Beaucoup, tout essayant de convaincre le permissionnaire de repartir au front, ne font pas le pas de la dénonciation36. Les hommes en retard semblent moins chercher à cacher leur condition à leurs compagnes qu’à leur famille, notamment à leur père et à leur mère. L’hypothèse d’un effet de génération dans le soutien apporté aux déserteurs serait à explorer avec d’autres sources, mais paraît intéressante si l’on se réfère aux frères et aux sœurs qui représentent la moitié des cas de recel familial37. A une période où la mort est une menace permanente au front, la force des liens et des sentiments qui unissent les proches apparaît parfois lorsque certains se laissent aller à avouer qu’ils ont couvert l’absence illégale d’un combattant malgré les peines encourues. À l’arrestation d’un déserteur qui logeait chez sa mère depuis deux mois, sa belle-sœur déclare ainsi à la police : « Je ne pouvais pas le vendre puisque c’était mon beau-frère38. » Les femmes semblent particulièrement utiles, pouvant transporter de la nourriture sans éveiller les soupçons et passant peut-être davantage inaperçues de la police lorsqu’elles vont acheter de faux papiers. Pour autant, tous les déserteurs ne s’avisent pas de révéler à leurs proches leur situation39. En effet, la police commence logiquement son enquête par le dernier domicile connu des déserteurs et par leur famille. Quitter sa famille, au moins pour un temps, protège donc à la fois le délinquant et les siens, mais il est difficile de savoir dans quelle mesure le silence familial a été obtenu par la menace. La violence apparaît néanmoins dans certains cas, comme lorsque la compagne d’un déserteur révèle qu’elle l’aurait bien dénoncé, si elle n’avait craint qu’il lui « donne des coups », une menace probable de la part de cet homme armé qui résiste à la police40. Si la force des liens a pu motiver le silence des proches, et ne constitue sans doute pas un comportement typiquement parisien, il est plus difficile de déterminer les sentiments de la foule parisienne à l’égard des déserteurs.

  • 41 APPP, commissariat Clignancourt, CB70.63, affaire 21, 4 janvier 1917.
  • 42 APPP, commissariat Montparnasse, CB53.19, affaire 467, 24 juin 1917. Voir aussi commissariat Porte (...)
  • 43 SHAT, 16N2405, EMA Services spéciaux, bulletin résumant la situation morale du 13 au 21 juillet 19 (...)
  • 44 APPP, commissariat Montrouge, CB100.15, affaire 381, 14 septembre 1916.

17Lors des arrestations de déserteurs, la foule adopte parfois la même attitude de soutien qu’elle manifeste envers les permissionnaires, alors que l’attachement à l’équité de la mobilisation qu’on lui connaît incitait plutôt à penser que les déserteurs seraient critiqués et stigmatisés. En janvier 1917, l’interpellation d’un déserteur dans le quartier Clignancourt ameute 80 à 100 personnes excitées, qui se mettent à huer les agents au point que ceux-ci sont contraints d’arrêter le suspect dans une rue adjacente41. En juin 1917, le passage d’un convoi de déserteurs belges menés par des gendarmes suscite les critiques d’un civil qui traite ces derniers de « salauds » et appelle à « pendre [toutes ces] vaches-là42 ». En banlieue parisienne, où le maillage policier est peu dense, la population tend à donner « asile aux déserteurs », comme le déplore l’état-major en juillet 1917, en particulier à Aubervilliers, à Drancy, Noisy-le-Sec, Pantin, et au Bourget, où les employés de gare facilitent la fuite des fraudeurs43. Il est évident que le silence a pu être acheté, même si les résumés des mains courantes évoquent peu le sujet44. Il est difficile de savoir si la foule a toujours conscience qu’elle prend la défense d’un déserteur, ou si l’uniforme qu’il porte peut le faire confondre avec un permissionnaire, mais il ne semble pas que la chasse aux déserteurs ait beaucoup mobilisé les Parisiens, plus préoccupés des espions ennemis et enclins à tolérer qu’un combattant grappille quelques jours de congé supplémentaires. S’il faut se garder de généraliser le soutien actif de la population parisienne aux déserteurs, il semblerait que son hostilité à l’égard des forces de l’ordre dépasse celle qu’elle manifeste envers les déserteurs, peut-être pris en pitié lorsqu’ils sont perçus comme des combattants qui ont participé à la défense nationale. Cette attitude peut aussi s’expliquer par le sentiment de culpabilité des civils de vivre à l’abri dans la capitale.

  • 45 APPP, commissariat Puteaux, CB90.26, affaire 1500, 21 septembre 1918 ; commissariat Hôpital Saint- (...)
  • 46 558 permissionnaires en retard sont en compagnie ou en relation de déserteurs et 121 autres en com (...)
  • 47 APPP, commissariat Porte Saint-Martin, CB39.69, affaire 134, 24 janvier 1918 et commissariat Améri (...)
  • 48 Voir notamment APPP, commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.47, affaire 1370, 16 juin 1917.
  • 49 APPP, BA1587, physionomie de Paris, 8 décembre 1917.

18La clandestinité des permissionnaires, sans les faire tomber dans l’isolement complet, les amène à faire de nouvelles rencontres dans des réseaux plus marginaux, comme celui des déserteurs, de la délinquance et du crime, ou encore du peuple de la zone parisienne. Plusieurs vivent dans des roulottes en proche banlieue, tels ces deux déserteurs arrêtés au cours d’une rafle par les agents de Puteaux en septembre 1918 ou cet autre recueilli par des « romanichels » de Nanterre45. Les contraintes de la vie en clandestinité tendent aussi à rapprocher les déserteurs en quête de faux papiers ou de moyens illégaux de survivre à Paris. En effet, les déserteurs sont largement majoritaires parmi les 679 permissionnaires en retard qui se trouvent en compagnie de militaires : ils représentent plus de 80 % de ces derniers46. Certains d’entre eux sont d’ailleurs issus des mêmes unités, à différentes échelles : régiment, bataillon ou compagnie. C’est le cas de ces deux hommes d’âge voisin, déserteurs du 113e RI, ou de cet ex-permissionnaire qui a été rejoint à Paris par un camarade parti du front sans permission47. On voit ici comment les liens de camaraderie combattante sont mis à profit par les déserteurs pour trouver un hébergement commun, par exemple chez la sœur ou la maîtresse de l’un, ou encore pour obtenir des faux papiers. Certains débits de boissons sont connus de la police pour accueillir des déserteurs, comme l’indiquent les rafles menées en particulier dans le quartier de l’Odéon48. Malgré ces fréquentations, le nombre de ceux qui sont trouvés armés est faible, avec seulement 183 cas (3 % des affaires). Cela est d’autant plus remarquable que de nombreuses armes circulent dans la capitale et que la police se plaint en 1917 de l’excellence des armes en possession des déserteurs49. On peut peut-être voir dans cette absence un signe de la banalisation de l’acte de désertion parmi les combattants, qui semblent retomber rapidement dans la routine civile, facilitée par l’anonymat de la grande ville.

19En conclusion, il apparaît donc que Paris offre de nombreuses ressources aux permissionnaires qui souhaitent prolonger leur séjour à l’arrière. Quoique la capitale soit l’objet d’une surveillance accrue pendant la guerre, le maillage policier n’est pas suffisant et nombre de soldats ont pu prolonger illégalement leur séjour avant de retourner au front de leur propre chef ou d’être arrêtés par la police ou l’armée. L’évanouissement de ces délinquants dans une capitale où affluent de nombreux étrangers semble facilité, y compris dans leur quartier de résidence. Les déserteurs sont à l’évidence un marché fructueux pour tout un milieu qui vit aussi de la prostitution ou du trafic d’armes et dont il faudrait apprécier la recomposition pendant la guerre. Les bouleversements de la démographie métropolitaine de la guerre rendent peut-être aussi le contrôle social moins efficace qu’avant-guerre ou dans les campagnes, même si la redéfinition des normes morales à l’aune de la participation à l’effort de guerre excluait a priori le déserteur de la nation en guerre.

Notes

1 Les Armées Françaises dans la Grande Guerre, t. V, vol. 2, p. 194.

2 Christoph Jahr, Gewöhnliche Soldaten. Desertion und Deserteure im deutschen und britischen Heer 1914-1918, Göttingen, Vandenhoeck une Rupprecht, 1998. Pour une présentation des enjeux du débat sut la notion de « consentement », voir Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre », Genèses, n° 53, 2003, p. 154-177, ainsi que les articles d’Antoine Prost, Rémi Cazals, Mario Isnenghi et Antonio Gibelli « Controverses. A propos du livre de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre », Le Mouvement social, n° 199, avril-juin 2002, p. 95-119. Sur le point de vue des protagonistes du débat, Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, « Violence et consentement : la "culture de guerre" du premier conflit mondial », dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire cultu-relle, 1997, p. 251-271 ; Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Gallimard, 2000 ; Rémi Cazals, « Oser penser, oser écrire », Genèses, 46, mars 2002, p. 26-43.

3 Code de la Justice militaire de 1857, articles 231 et 232, « Désertion à l’intérieur en temps de guerre ».

4 Au sujet des permissionnaires, voir notre thèse, « L’échappée belle : permissions et permissionnaires du front à Paris pendant la Première Guerre mondiale », université de Paris 1 -Panthéon Sorbonne, 2005, 3 vol., 983 p.

5 Ces registres sont connus sous le terme de « mains courantes », bien qu’ils n’en soient pas. Pour une analyse de la spécificité de cette source, Jean-Claude Farcy, « Archives policières : les répertoires des procès-verbaux des commissariats parisiens », Recherches contemporaines n° 5, 1998-1999, université de Paris X-Nanterre, p. 5-44.

6 Cartes réalisées avec les logiciels ArcGIS pour les fonds et Mapinfo pour la cartographie.

7 APPP, commissariat Combat, CB76.53, affaire 369, 13 mars 1917.

8 APPP, voir notamment commissariat Saint-Gervais, CB14.58, affaire 1093, 16 décembre 1917 ; commissariat Rochechouart, CB36.32, affaire 254, 5 juin 1917 ; commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.47, afraire 653, 1er mai 1916 ; commissariat Père-Lachaise, CB79.35, affaire 392, 24 avril 1917.

9 APPP, notamment commissariat Halles, CB2.33, affaire 325, 17 février 1917 ; commissariat Europe, CB32.27, affaire 301, 22 juillet 1915 ; commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.49, affaire 1717, 23 mai 1918.

10 APPP, notamment commissariat Saint-Germain l’Auxerrois, CB1.44, affaire 276, 2 mai 1917 ; commissariat Saint-Merry, CB13.60, affaire 965, 25 septembte 1917 ; APPP, commissariat Combat, CB76.54, affaire 1330, 4 juillet 1918 ; commissariat Saint-Denis Sud, CB92. 13, affaire 222, 4 mars 1917 ; commissariat Vanves, CB102.10, affaire 847, 7 août 1917.

11 APPP, notamment commissariat Halles, CB 2.32, affaire 444, 9 mars 1916 ; commissariat Fauboutg du Roule, CB30.43, affaire 418, 2 juillet 1917. Pour les vols, notamment : commissariat Halles, CB2.36, affaire 3130, 18 octobre 1918 ; commissariat Bonne-Nouvelle, CB8.50, affaire 904, 22 août 1918 ; commissariat Europe, CB32.28, affaire 678, 18 décembre 1917.

12 SHAT, 16N2405, EMA services spéciaux, bulletin résumant la situation morale du 9 au 15 et du 12 au 21 juillet 1917, 6 p. et 5 p.

13 APPP, commissariat Combat, CB76.53, affaire 1374, 3 octobre 1917.

14 APPP, commissariat Saint-Lambert, CB57.40, affaire 627, 14 mai 1918.

15 APPP, commissariat Chaillot, CB64.30, affaire 178, 19 mars 1917.

16 APPP, commissariat Gentilly, CB96.27, affaire 925, 4 octobte 1918.

17 APPP, commissariat Saint-Avoie, CB12.33, affaire 540, 5 décembre 1917 ; commissariat Saint-Gervais, CB14.58, affaire 1093, 16 décembre 1917.

18 1 030 cas, soit 18 % des permissionnaires en retard.

19 Cette pratique s’explique par le fait que la durée de la permission est décomptée à partir du jour d’arrivée à destination et que le trajet de retour n’est pas non plus inclus.

20 Soit 171 cas sur 1 030 déserteurs en possession de faux papiers.

21 Voir notamment APPP, commissariat Saint-Merry, CB 13.60, affaire 1248, 24 novembre 1916 ; commissariat Saint-Gervais, CB14.57, affaire 503, 12 août 1916 ; commissariat Rochechouart, CB36.31, affaire 24, 10 janvier 1916 ; commissariat Sainte-Marguerite, CB44.14, affaire 978, 11 septembre 1918.

22 Voir notamment APPP, commissariat Champs-Elysées, CB29.50, affaire 404, 27 mai 1918 ; commissariat Roquette, CB43.52, affaire 295, 23 janvier 1917 ; commissariat Combat, CB76.53, affaire 820, 6 juillet 1917.

23 APPP, 7N1989, note du ministre de la Guerre au Gouvernements militaires de Paris et Lyon et aux généraux commandant les régions, 31 décembre 1917.

24 Papiers récupérés dans le cadre d’un vol : APPP, commissariat Saint-Germain l’Auxerrois, CB1.44, affaire 250, 20 avril 1917 ; commissariat Saint-Gervais, CB14.58, affaire 169, 23 mars 1917 ; commissariat Rochechouart, CB36.31, affaire 466, 9 septembre 1916 ; commissariat Folie Méricourt, CB41.39, affaire 621, 20 septembre 1916. Papiers prêtés pat un proche : commissariat Plaisance, CB56.35, affaire 260, 25 avril 1916 et affaire 51, 12 janvier 1917. Papiers obtenus dans des circonstances inconnues : commissariat Quinze-Vingts, CB48.51, affaire 1558, 9 décembre 1917 ; commissariat Montparnasse, CB53.19, affaire 205, 19 mars 1917 ; commissariat Grandes Carrières, CB69.33, affaire 2148, 19 septembre 1917 ; commissariat Père-Lachaise, CB79.35, affaire 724, 24 juillet 1917.

25 Voir notamment SHAT, 16N2405, EMA Services spéciaux, bulletin résumant la situation morale du 13 au 21 juillet 1917, 5 p.

26 APPP, notamment commissariat Saint-Merry, CB 13.60, affaire 925, 17 septembre 1917 ; commissariat Saint-Gervais, CB14.58, affaire 16, 4 janvier 1917 ; commissariat Saint-Georges, CB33.31, affaire 30, 12 janvier 1916 ; commissariat Porte Saint-Denis, CB38.41, affaire 843, 25 juin 1917 ; commissariat Clignancourt, CB70.65, affaire 1858, 26 juillet 1918.

27 APPP, commissariat Saint-Germain l'Auxerrois, CB1.44, 24 mai 1917.

28 Sur les liens entre prostitution et trafic de faux papiers, voir notamment : commissariat Porte Saint-Denis, CB38.42, affaire 1684, 6 août 1918 ; commissariat Père-Lachaise, CB79.35, affaire 911, 1er septembre 1917.

29 APPP, commissariat Saint-Georges, CB33.31, affaire 656, 22 septembre 1915.

30 APPP, commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.46, affaire 549, 12 mars 1917.

31 APPP, commissariat Halles, CB2.32, affaire 1080, 23 juin 1916.

32 APPP, notamment commissariat Saint-Avoie, CB 12.33, affaire 256, 27 juin 1917 ; commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.50, affaire 2990, 29 octobre 1918.

33 APPP, commissariat Belleville, CB77.27, affaire 145, 4 février 1916.

34 APPP, commissariat Porte Saint-Denis, CB38.41, affaire 854, 27 juin 1917 et commissariat Saint-Gervais, CB14.58, affaire 995, 21 novembre 1917. Voir aussi : commissariat Saint-Avoie, CB12.33, affaire 188, 5 avril 1918 ; commissariat Odéon, CB22.40, affaire 133, 9 mars 1917 ; commissariat Clichy, CB84.19, affaire 254, 5 juin 1916.

35 Par famille proche, on entend ; mère, père, frère, sœur, cousin, cousine.

36 APPP, notamment commissariat Mail, CB7.38, affaire 291, 17 avril 1918 ; commissariat Saint-Lambert, CB57.38, affaire 126, 10 janvier 1916 ; commissariat Puteaux, CB90.28, affaire 1315, 22 août 1918 ; commissariat Ivry-sur-Seine, CB97.21, affaire 570, 9 mai 1917.

37 Il faut cependant rester prudent en l’absence d’autres données, car il ne s’agit que de 13 cas sur les 29 cas de recel familial sur un total de 241 affaires de recel de déserteur.

38 APPP, commissariat Combat CB76.54, affaire 153, 11 février 1918. Voir aussi, notamment, commissariat Saint-Merry, CB13.61, affaire 1272, 3 décembre 1917 ; commissariat Folie-Méticoutt, CB41.40, affaire 940, 7 septembre 1917 ; commissariat Épinettes, CB68.11, affaire 341, 11 septembre 1916 ; commissariat Gentilly, CB96.27, affaire 658, 16 juillet 1918.

39 APPP, commissariat Saint-Avoie, CB 12.33, affaire 159, 3 mai 1916.

40 APPP, commissariat Clignancourt, CB70.64, affaire 1289, 24 juillet 1917. Voir aussi commissariat Saint-Avoie, CB 12.33, affaire 362, 27 juillet 1918 ; commissariat Charonne, CB80.32, affaire 576, 10 août 1917 ; commissariat Gentilly, CB96.26, affaire 484, 30 août 1916.

41 APPP, commissariat Clignancourt, CB70.63, affaire 21, 4 janvier 1917.

42 APPP, commissariat Montparnasse, CB53.19, affaire 467, 24 juin 1917. Voir aussi commissariat Porte Saint-Denis, CB38.41, affaire 1446, 5 octobre 1917 et CB38.42, affaire 1455, 5 octobre 1918.

43 SHAT, 16N2405, EMA Services spéciaux, bulletin résumant la situation morale du 13 au 21 juillet 1917, 5 p.

44 APPP, commissariat Montrouge, CB100.15, affaire 381, 14 septembre 1916.

45 APPP, commissariat Puteaux, CB90.26, affaire 1500, 21 septembre 1918 ; commissariat Hôpital Saint-Louis, CB40., affaire 970, 2 juillet 1918. Voir aussi commissariat Gentilly, CB96.26, affaire 581, 13 septembre 1917.

46 558 permissionnaires en retard sont en compagnie ou en relation de déserteurs et 121 autres en compagnie d’autres militaires, permissionnaires, soldats en traitement ou de statut inconnu.

47 APPP, commissariat Porte Saint-Martin, CB39.69, affaire 134, 24 janvier 1918 et commissariat Amérique, CB75.14, affaire 446, 27 décembre 1917. Voir aussi commissariat Saint-Germain-des-Prés, CB24.26 bis, affaire 179, 1er avril 1916 ; commissariat Hôpital Saint-Louis, CB40.44, affaire 82, 20 janvier 1918 ; commissariat Folie Méricourt, CB41.41, affaire 1535, 30 août 1918 ; commissariat Grenelle, GB59.32, affaire 565, 1er juillet 1917 ; commissariat Belleville, CB77.28, affaire 668,6 juillet 1917.

48 Voir notamment APPP, commissariat Saint-Vincent-de-Paul, CB37.47, affaire 1370, 16 juin 1917.

49 APPP, BA1587, physionomie de Paris, 8 décembre 1917.

Table des illustrations

Légende Moyenne : 1,33 - Médiane : 0,9 - Q1-Q3 : 0,4- 1,9.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5647/img-1.png
Fichier image/png, 745k
Légende Moyenne : 1,33 - Médiane : 0,9 - Q1-Q3 : 0,4- 1,9.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5647/img-2.png
Fichier image/png, 767k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540