Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Deuxième partie. Figures de la clandestinité urbaine

Les conspirateurs dans la ville

Stratégies et expériences de la clandestinité des conspirateurs républicains à Paris (1830-1870)

Jean-Noël Tardy

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, le livre des passages, Paris, Éd. Du Cerf, 1997, (...)

1Walter Benjamin dans Paris, capitale du xixe siècle, véritable essai de reconstitution de la ville par les multiples écrits qu’elle engendre, consacre un chapitre entier à la conspiration1. Paris au xixe apparaît effectivement comme la ville de la conspiration par excellence. Coups d’État, Révolutions, conspirations, attentats se succèdent dans les rues de Paris, devenu la scène des drames politiques nationaux voire européens. Et l’Hôtel-de-ville voit effectivement se succéder, se parodier dirait Marx, les proclamations de régime.

2Néanmoins, le mythe de la conspiration au xixe siècle nous entraînerait dans des lieux qui ne sont pas tous « urbains », des lieux marqués par le sceau du mystère qui dépasse de beaucoup la simple clandestinité : dans le feuilleton ou sur la scène, le conspirateur romantique méprise les lieux et les pratiques de la vie politique autorisée pour trouver refuge dans des mondes souterrains, catacombes, enfers ou égouts.

3La notion de clandestinité urbaine invite plutôt à faire une histoire plus concrète des rapports qu’entretiennent les conspirateurs avec la ville : comment celle-ci sert leurs projets, comment elle les cache au pouvoir et à l’inverse comment elle peut devenir un piège, certains endroits apparaissant comme des lieux privilégiés de la surveillance policière. Il faut ajouter à cette approche fonctionnaliste une autre démarche plus compréhensive. Il s’agit de considérer la clandestinité comme expérience vécue, avec les conséquences physiques et psychologiques qu’elle implique. Rompre avec le régime politique, entrer en résistance, mener une seconde vie cachée, peut être tout à la fois source d’angoisse, de méfiance, d’espérance, d’excitation pour l’individu. Il s’agit de voir si l’homme, devenu conspirateur, modifie son rapport à la ville, à la société urbaine, choisissant le repli sur soi ou sur le groupe, ou si son mode de vie n’est que peu affecté.

4En fait, il existe deux grands types de conspiration politique dans la capitale, chacun engendrant des formes et expériences différentes de la clandestinité. Le premier relève d’un modèle de conspiration classique et intemporel : il consiste à s’introduire dans la ville, à se cacher et à frapper le pouvoir politique, le plus souvent dans son incarnation même, la figure de son souverain.

5Enfin, il y a les conspirations des membres des sociétés secrètes parisiennes. C’est un moment tout à fait particulier de l’histoire politique de la France : le modèle de la société d’action politique parisienne naît, au moment de la monarchie de Juillet, des cendres de la charbonnerie et de l’héritage des sections sans-culottes. Très vite, surveillées et pourchassées par le pouvoir, elles doivent entretenir le secret sur leurs agissements, parvenir à faire se rassembler des hommes dans la ville, convertir de nouveaux membres, imprimer et diffuser ses idées et enfin trouver armes et munitions afin de renverser le pouvoir dans la rue. Ces sociétés s’illustrent en 1832, 1834, 1839, 1848, 1870... Le type d’activiste qui la compose habite Paris, conspire avec des hommes qu’il connaît et se prépare donc à la prise du pouvoir qui passera par la conquête de la ville. Son intégration dans l’espace urbain est le gage de sa sécurité.

Paris au début de la monarchie de Juillet : apogée de la conspiration romantique

  • 2 Les études sur les complots et insurrections de la Monarchie de Juillet sont nombreuses. On peut s (...)

6La révolution de 1830 marque une rupture dans l’histoire des conspirations. Le soulèvement parisien démontre toute l’importance de la capitale et la force du peuple parisien. Louis Philippe, roi à la légitimité bâtarde entre une tradition incertaine et une souveraineté populaire incomplète, ne cesse d’être contesté2.

  • 3 Lucien Delahodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Paris, Ju (...)

7Pour les amis de l’ordre, Paris est une ville inquiétante au début de la monarchie de Juillet : elle a renversé un régime politique. Elle semble contenir en son sein des éléments troubles qui demandent la mort des ministres de Charles X ou pillent l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois. Lucien Delahodde, espion infiltré dans les sociétés secrètes et auteur d’une étude intéressante quoique partiale sur le milieu des opposants à Louis Philippe, distingue dans la capitale pas moins de huit corps d’émeutes3. Pour les opposants politiques, au contraire, la ville semble alors un théâtre plein de ressources. Ces fameuses masses populaires, porteuses de toutes les menaces, sont considérées comme le moteur du changement politique. Une machine qu’il faut mettre en mouvement, en déclenchant l’étincelle, en se comportant comme une avant-garde exhortant au combat.

8Le projet des républicains demeure toujours le même de 1832 à 1870 : prendre un point de la ville, le transformer en forteresse et espérer le renfort de ce peuple de Paris si craint des conservateurs. La première tentative, le 4 janvier 1832, connu sous le nom de complot des Tours de Notre-Dame, a surpris les contemporains qui l’attribuèrent à la folie de ses auteurs ou à de sombres manigances policières : des républicains exaltés s’emparent de la cathédrale Notre-Dame, font sonner le tocsin à toute volée et appellent à l’insurrection. Leur chef est un domestique sans place, peu instruit mais énergique nommé Considère. Lors de son procès, lorsqu’on lui demande sa profession, il se présente comme émeutier, s’emparant du qualificatif stigmatisant des hommes d’ordre. Son projet est révélateur jusqu’à la caricature de la conception que se font les républicains de Paris.

9D’une autre valeur intellectuelle est Louis Auguste Blanqui, le type du révolutionnaire parisien. Il théorise son rapport à la ville dans Instruction pour une prise d’armes, ouvrage destiné aux sections blanquistes sous le Second Empire. Même s’il prône l’action offensive, remarquons que l’archétype de la prise d’arme qu’il énonce suit le même schéma défensif :

  • 4 Manuscrit Blanqui, BnF, Naf 9582, p. 76. Auguste Blanqui, « Instructions pour une prise d’armes », (...)

« il s’agit de choisir, au hasard ou selon son caprice, dans un quartier quelconque, un périmètre formé d’une série de rues, périmètres de toutes figures, triangles, carrés, rectangles, pentagones, hexagones, etc. On ferme avec des barricades les issues des rues aboutissant au périmètre. On occupe les maisons sur le pourtour de ce front, et voilà la forteresse4 ».

10Parmi les auteurs de désordre cité par Delahodde, on retrouve la jeunesse des écoles. Après les Trois Glorieuses, nombreux sont les étudiants qui créent ou entrent dans des associations politiques. Beaucoup rejoignent la Société des Amis du Peuple mais aussi les Réclamants de Juillet d’O’Reilly, la Société gauloise de Thielman. Les plus déterminés sont les anciens carbonari Cavaignac, Guinard, qui ont pris le contrôle de l’artillerie de la garde nationale ou Blanqui, vice-président de l’association des Amis du Peuple.

  • 5 « Banquet du Bousingot », le Figaro, 26 février 1832. Ces articles sont peut-être l’œuvre de Léon (...)

11C’est à cette époque qu’apparaît un type social et littéraire : le bousingot. C’est le Figaro qui lance une série d’articles stigmatisant le comportement exalté des jeunes républicains. Au début, il s’agissait d’une critique de Pétrus Borel qui dans un de ses poèmes faisait l’apologie du régicide et de la vertu républicaine. Au fil des articles, le bousingot est devenu le type du jeune républicain. L’étudiant conspirateur du Figaro adopte certaines pratiques clandestines, se défie de la police mais il est volontiers bavard : « Le bousingot arrive, après avoir fait faire des détours au cabriolet, car le bousingot se plait à croire qu’on s’occupe de lui, que les trois quarts du budget sont employés à l’entourer de mouchards et d’agens5 » Au-delà de la satire, on devine tout l’attrait de la conspiration pour le jeune étudiant : la rupture avec l’ordre politique dominant, la possibilité de s’affirmer en s’opposant, le sentiment de jouer un rôle dans une société obsédée par la conspiration, omniprésente sur les scènes de théâtre de l’époque.

  • 6 Victor Hugo, les Misérables, IVe partie, livre Ier, chapitre VI, Paris, Gallimard, Pléiade, p. 871 (...)

12Victor Hugo, plus tard, dans les Misérables6 dresse un tout autre portrait des étudiants membres d’une mythique association de l’ABC. Leurs actions sont toutes empreintes de sérieux, de désintéressement et d’héroïsme.

13Néanmoins, Victor Hugo ne fait pas état de pratiques secrètes très développées. Au contraire, il estime que les préparatifs de l’insurrection de 1832 se dissimulaient à peine.

14En fait, l’ensemble des observateurs de l’époque estiment que les étudiants sont courageux au moment du combat mais peu discrets dans les préparatifs et sont finalement de mauvais conspirateurs. C’est effectivement avec l’échec de la tentative révolutionnaire de juin 1832, dans le cloître Saint-Méry où les derniers défenseurs attendaient un hypothétique soulèvement général, que nombre d’associations politiques disparaissent. Les engagements politiques perdent de leur attrait romantique mais gagnent en profondeur.

Les républicains face au pouvoir : la clandestinité obligée

15Très vite, les républicains s’étaient organisés en sociétés politiques. Après l’interdiction de la Société des Amis du Peuple, les associations entrent dans une clandestinité plus ou moins assumée. La Société des Droits de l’Homme s’impose alors. Ses activités principales sont la formation politique de leurs membres et la propagande. S’il n’est pas question de soulèvement planifié mais de discussion et de propagande, il est évident que les républicains se tiennent prêts à profiter d’un mouvement populaire et cherchent à s’organiser militairement ; ce que le pouvoir considère comme une « conspiration à ciel ouvert ».

  • 7 Alain Faure estime à 60 % l’élément ouvrier pour les sections des Droits de l’Homme dans son artic (...)

16Les Droits de l’Homme se divisent en sections de moins de vingt membres mais de plus de dix constituées sur une base géographique. Fait majeur, elle attire les ouvriers parisiens7. Cet ancrage géographique, renouant avec la tradition sans culotte a des conséquences considérables. Il consolide l’effet d’appartenance de ses membres au quartier. Mais le recrutement ouvert, et surtout hétérogène intégrant à la fois des étudiants, des bourgeois et des ouvriers favorise l’entrée des mouchards.

  • 8 Cour des Pairs, Affaire du mois d’avril 1834, Paris, imprimerie royale, 1834, t. 1, p. 73.

17S’il faut en croire des documents trouvés par l’autorité à Sainte-Pélagie et appartenant au secrétaire de l’association Berryer Fontaine, le nombre de sections s’élève à 162 ou 1638. La société fonctionne avec une administration relativement lourde comprenant des commissaires d’arrondissement, des commissaires de quartier, chargée de faire le lien entre un comité central élu par les sectionnaires et les sections.

  • 9 L. Delahodde, op. cit., p. 256.

18La société est également l’auteur de nombreux documents à usage interne comme les ordres du jour et à usage externe, en vu de propager leurs doctrines. Ces écrits sont signés mais leur fabrication ne passe pas par les circuits officiels. Cela pose la question de l’impression des documents, pamphlets, proclamations des conspirateurs. Il existe manifestement au sein des sociétés secrètes, à commencer par les Droits de l’Homme, des presses clandestines. Il semble d’ailleurs assez aisé de les dissimuler. Lucien Delahodde raconte qu’on en avait installé une chez lui dans les années 1840. Il décrit l’objet comme « une simple boîte en acajou, de la dimension d’un grand nécessaire de toilette, et contenant de quoi composer une page in-4°9 ». Son transport est donc très simple. Quant aux caractères nécessaires pour composer la page, ils sont fournis par les nombreux ouvriers typographes membres de la société et qui n’hésitent pas à les subtiliser sur leur lieu de travail.

  • 10 Dossier CC 593 de la Cour des Pairs.

19Les sectionnaires se considéraient-ils comme des « clandestins » dans la ville lorsqu’ils se rendaient aux réunions, lorsqu’ils participaient à la vie de la société ? Pour les étudiants, dont beaucoup aimaient poser au conspirateur, c’est probable. Pour les artisans, les ouvriers c’est moins sûr. Ils sont dans leur quartier, vivent dans un petit groupe, renouent avec un passé révolutionnaire : ils se sentent dans leur droit. Ils n’apprécient guère l’autorité, pensent la mettre en échec facilement dans ces rues qu’ils considèrent comme leur territoire. Ainsi, le 25 février 1834, la presque totalité des sections des Gracques et Cincinnatus est arrêtée au Café des Deux Portes sur le Boulevard Saint-Denis. Aussitôt des membres d’autres sections, stupéfaits d’un tel abus de pouvoir, décident de les libérer, en vain10.

20Cet épisode jette le trouble chez les membres les plus violents des Droits de l’Homme qui ne retrouvent pas dans les discussions théoriques, l’énergie et le projet insurrectionnel qu’ils recherchent. Beaucoup se tournent alors vers une société dissidente au sein des Droits de l’Homme. Son nom en résume le programme : la Société d’Action, œuvre de Kersausie, un membre influent du comité directeur.

21À la fin de 1833, Kersausie, aristocrate, ancien capitaine de hussard et carbonaro, démissionne du comité directeur. En février 1834, la rupture est consommée et il quitte les Droits de l’Homme. Sa Société d’Action est destinée à préparer un soulèvement urbain. Dans l’apprentissage de la clandestinité, son rôle est considérable car c’est en son sein que se mettent en place les techniques de dissimulation que l’on retrouve tout au long de la monarchie de Juillet. Il n’est plus question de discussion théorique, de réunions à date fixe et dans un même lieu. La société invente un nouveau mode de rassemblement de ses affiliés : la revue en pleine rue. Cette technique permet de contourner la loi : on ne peut interdire à des passants de se trouver en un même endroit ; elle permet aussi de se réapproprier l’espace, de manifester sa puissance, et pour le chef, de rencontrer ses troupes dans la même journée. Cette technique est peu discrète et la police s’inquiète de cette démonstration de force.

22La pression du pouvoir se fait de plus en plus intense ; il cherche manifestement à provoquer l’affrontement. La police tente alors de neutraliser la Société d’Action et surtout de mettre la main sur son chef. Kersausie échappe à ses efforts en ne couchant pas huit jours de suite sous le même toit. Le 9 avril, l’insurrection se déclenche à Lyon. Le 10, le pouvoir interdit les associations politiques même divisées en groupe de moins de vingt personnes. L’affrontement est inévitable.

23Mais les Droits de l’Homme comme la Société d’Action font la preuve de leur incapacité à organiser un soulèvement : Kersausie est arrêté dès qu’il se montre au grand jour. Les Droits de l’Homme ne parviennent pas à mobiliser leurs sections avec efficacité. Le pouvoir laisse se construire quelques barricades puis les écrase avec facilité mais non sans une violence qui provoque la mort des innocents de la Rue Transnonain. Les républicains tirent la leçon de cet échec : beaucoup renoncent à la violence, d’autres choisissent la voie de la conspiration et de la clandestinité. Certains petits groupes se lancent dans des tentatives de régicides, d’autres estiment l’insurrection populaire comme la forme la plus légitime d’accession au pouvoir.

La naissance des professionnels de la conspiration

  • 11 Voir Jean-Claude Vimont, La Prison politique en France, genèse d’un mode d’incarcération spécifiqu (...)

24La période qui suit est marquée par une habileté plus grande des chefs de ces sociétés secrètes. Les premières tentatives s’élaborent sous les yeux de l’autorité, dans un lieu qui peut surprendre : le quartier politique de la prison de Sainte-Pélagie. En effet, le 15 février 1831, la spécificité des délits et crimes politiques est reconnue au sein des prisons11. Dans la première moitié de la monarchie de Juillet, les prisonniers jouissent d’une certaine liberté, communiquent entre eux, reçoivent du monde, et bénéficient même de sorties occasionnelles. De nouvelles sociétés secrètes se constituent ainsi comme les Légions révolutionnaires en juillet 1834. Mais l’autorité veille et ces organisations sont souvent éphémères même si les liens tissés dans les prisons demeurent.

25C’est de jeunes républicains, ayant échappé à la répression de 1834, que viennent les efforts les plus efficaces : Blanqui, Barbès et l’ouvrier typographe Martin-Bernard donnent à la société qu’ils dirigent, la Société des Familles, puis la Société des Saisons une structure plus adaptée aux impératifs de la lutte armée clandestine. La société fait du secret le centre de son organisation. L’adhésion devient plus complexe. Il y a une enquête préliminaire sur le candidat puis une initiation avec serment et obligation de discrétion. Tout est fait pour que l’affilié se sente entrer dans une organisation occulte et puissante et agisse en conséquence. Les cellules de base se composent d’individus peu nombreux se connaissant entre eux. Cinq dans les Familles. Sept dans les Saisons. Il n’y avait pas de contact entre les cellules dans les Familles. Cela ne favorisait pas la mobilisation. On reprend la technique des revues d’effectif dans les Saisons, mais on se garde d’en faire des démonstrations de force.

  • 12 Ce document aurait été retrouvé dans les bureaux du Ministère des Affaires étrangères au moment de (...)

26Dans les Saisons, où les ouvriers sont majoritaires, la vie clandestine recoupe la vie quotidienne. Les conspirateurs sont organisés en groupes suivant la proximité professionnelle et géographique. Le document Taschereau12, qu’il se compose de révélations de Blanqui ou plus vraisemblablement de rapports de police est très clair sur ce point. Sur les dix Saisons (840 hommes) que comprenait l’association, six sont explicitement qualifiées par le groupe socioprofessionnel qui la compose. La communication se fait oralement par l’intermédiaire des différents chefs. C’est à ce moment, nous dit l’espion infiltré Delahodde que le marchand de vin devient un lieu de réunion, de coordination indispensable aux conspirateurs.

27La Société des Familles s’était heurtée au problème de la fabrication des armes. Elle a commis l’erreur de vouloir s’approvisionner elle-même sur grande échelle en fabriquant sa poudre. En mars 1836, la police découvre sa fabrique principale dans la rue de Lourcine, une rue très peu fréquentée. La poudre fabriquée était évacuée la nuit. Rue Dauphine, la société avait stocké de quoi fabriquer 200 000 cartouches selon les rapports de police. Cette découverte entraîna l’arrestation de Barbès et Blanqui.

28La Société des Saisons parvient à résoudre la question de l’armement en se servant des ressources qu’offre Paris. Les conspirateurs se cotisent, achètent la poudre et inspectent les magasins d’armes. Le plan mis en place par Blanqui prévoit le pillage de l’énorme magasin d’armes Lepage situé à proximité du Châtelet et de l’Hôtel de ville. Par la suite, il s’agissait de frapper le pouvoir policier en s’emparant de la Préfecture de police dans l’île de la Cité et de s’y barricader.

  • 13 Sur cette insurrection, voir l’article de Claude Latta dans Blanqui et les Blanquistes, Paris, SED (...)

29Mais les affiliés supportent mal la clandestinité. Tous les efforts de la société tendaient vers le combat et la pression des hommes sur les chefs était telle que l’affrontement ne pouvait être sans cesse reculé : il a donc lieu le dimanche 12 mai 1839, alors que l’ensemble des élites parisiennes sont hors de Paris pour voir les courses13. Le 12 mai, la surprise est totale. Les affiliés qui se rendent au lieu de rendez-vous ignorent si on va se battre. Pourtant les plans échouent : la Préfecture ne peut être conquise, faute d’assaillants en nombre suffisant. Paris ne s’insurge pas. La clandestinité avait coupé les conspirateurs de l’ensemble des milieux ouvriers et républicains. Les Saisons sont désorganisées ; les chefs arrêtés ne sont pas remplacés par des éléments de même valeur. La perspective, caressée par Blanqui, d’une armée de conspirateurs disparaît avec son arrestation.

Survie d’une activité politique clandestine ouvrière

30Les petits groupes de conspirateurs issus des Saisons ou d’autres sociétés secrètes ne disparaissent pas. Mais ils ne sont plus organisés. L’insurrection n’est plus un objectif réalisable. Néanmoins les tentatives de régicide, action demandant moins de coordination, prouvent s’il le fallait que leur violence ne s’est point dissipée malgré la répression. L’état d’esprit et la désorganisation de ces activistes apparaissent nettement dans une tentative d’assassinat d’un des fils de Louis Philippe : l’affaire Quénisset.

31En 1841, François Quénisset est un scieur de long du faubourg Saint-Antoine. Seulement, il vit sous le faux nom de Papart, car c’est un ancien soldat, échappé à la justice militaire. C’est déjà un clandestin à Paris, mais ce clandestin vit bien : il est en ménage avec une blanchisseuse dont il a un enfant et l’autorité ignore tout de son passé. Elle ne le découvrit pas lors de son arrestation pour violence au début de l’année 1840. À Sainte-Pélagie, il devint républicain sous l’influence de ses co-détenus. À sa sortie, il fréquente une des sociétés secrètes du faubourg Saint-Antoine : la Société des Travailleurs Égalitaires. Cette société se compose d’une petite cellule, mal reliée à d’autres groupes, vivant autour de l’établissement du marchand de vin Colombier.

32Le 12 septembre, on annonce au cabaret que le duc d’Aumale avec son régiment ferait son entrée dans Paris et traverserait le faubourg Saint-Antoine. La société décide d’une insurrection à cette occasion. Le 13, alors qu’il est évident que l’absence de coordination avec les autres groupes rend l’insurrection impossible, les affiliés les plus engagés décident de s’opposer néanmoins à l’entrée des militaires dans le faubourg. Quenisset est l’un d’eux. La petite bande, armée de pistolets, se place au coin de la rue Traversière au cœur du faubourg. Alors que les officiers s’approchent, Quenisset surprend ses amis et tire en direction du prince. Il le rate et tue un cheval dans l’escorte. Les républicains s’égayent dans les rues. Quénisset après une courte lutte est arrêté. Il se comporte assez piteusement devant les autorités et le 15 septembre, il fait des aveux complets ; il sauva ainsi sa tête et provoqua le démantèlement du groupe.

33Cette affaire est révélatrice de l’expérience de la clandestinité des conspirateurs, de leur repli sur le quartier après 1839 ; ces conspirateurs sont tous des habitants du faubourg. Ils sont presque tous ouvriers sauf le marchand de vin. Leur vie d’ouvrier et leur vie de conspirateurs ne sont pas séparées.

34Comme le fait remarquer le procureur de la Cour des Pairs, la cohésion du groupe se fait chez le marchand de vin local, lui-même membre actif du réseau :

  • 14 Les Procès des sociétés secrètes. L’attentat Quénisset, 13 septembre 1841, Paris, EDHIS, 1989, t. (...)

« On y lisait assidûment les journaux, souvent on en faisait une lecture publique [...] ; on s’y entretenait des projets, des espérances des sociétés secrètes ; c’était enfin un lieu d’initiation où les adeptes venaient s’engager par un serment solennel à s’armer contre le gouvernement du Roi, à tout faire pour le renverser, et à suivre les ordres et la direction de chefs inconnus, auxquels ils juraient une aveugle obéissance, promettant, sur leur tête, de ne rien révéler de ce qui leur était confié14. »

35Contrairement aux sociétés plus organisées qui existaient précédemment, le marchand de vin est le seul lieu de réunion. On ne parvient même plus à savoir si c’est la société secrète qui a trouvé ce point de rendez-vous ou si c’est le cabaret qui a engendré la société secrète.

36L’action est mal préparée et surtout elle est déclenchée par un enjeu tout local : l’intrusion dans le faubourg d’un acteur et d’un représentant de la monarchie détestée, le prince. La réaction de Quénisset, une fois coupé de ses amis et de son quartier prouve toute l’importance de l’environnement urbain dans son engagement de conspirateur. Sa motivation, sa foi dans la république s’évanouissent alors.

37Les sociétés secrètes parvinrent-elles par la suite à se fédérer ? Les chefs des Nouvelles Saisons, appelés au pouvoir après l’insurrection de 1848 l’affirmèrent mais on peut néanmoins en douter.

Le tournant répressif : la traque des conspirations sous le Second Empire

38La Seconde République est, jusqu’au 15 mai, le temps de la reconnaissance pour les conspirateurs de la monarchie de Juillet : leur dernier chef en date, Albert, est membre du gouvernement provisoire. Mais ces hommes d’action, regroupés au sein des clubs, et plus particulièrement de la Société républicaine centrale de Blanqui, inquiètent, à juste titre, les modérés et les conservateurs. Le suffrage universel contribue à délégitimer leur action et à leur redonner ce statut de « factieux » qui les qualifiait sous les régimes précédents. La nécessité d’une autorisation préalable des clubs (loi du 28 juillet 1848), c’est-à-dire leur interdiction de fait, provoque le retour des sociétés secrètes. Mais cette fois, le pouvoir, républicain puis impérial, est décidé à mettre un terme définitif aux menaces subversives que font peser sur lui les sociétés secrètes rurales ou urbaines à commencer par celles de Paris.

  • 15 Didier Nourrisson, Le Buveur du xix siècle, Paris, Albin Michel, 1990, p. 206.

39Il était devenu évident que les marchands de vin jouaient un rôle central dans la cohésion de ces sociétés. Le pouvoir décide de frapper un grand coup : le décret du 29 décembre 1851 soumet à autorisation l’ensemble des cabarets et prévoit une limitation de leur nombre. Comme l’a fait remarquer Didier Nourrisson, les préoccupations du législateur ne sont pas d’ordre de santé publique mais relèvent d’une logique politique15. Cette mesure entraîne des fermetures mais la rigidité des autorités n’eut qu’un temps : la police préférait encore que les opposants se réunissent dans des lieux facilement identifiables et aisés à surveiller plutôt qu’ils ne s’enfoncent davantage dans la clandestinité.

40Évidemment, l’haussmanisation provoque la disparition de certaines rues, théâtre traditionnel des insurrections. C’est le cas des ruelles tortueuses autour de l’Hôtel de ville. Les boulevards détruisent ce refuge, fragmentent les quartiers.

  • 16 Le complot de l’opéra comique organisé par des étudiants Parisiens en 1853 vise avant tout à assas (...)

41Les prises d’arme semblent alors disparaître. On signale, en 1852, un projet avorté dit de la rue de la Reine Blanche16. Mais c’est sans compter sur Blanqui. Devenu pour ses partisans « le Vieux », il demeure sous le Second Empire le dernier héritier des techniques de conspiration et d’insurrection de la monarchie de Juillet. L’infatigable conspirateur estime que la transformation de Paris n’invalide pas complètement l’action d’une avant-garde déterminée appuyée par une population qui résiste à l’haussmanisation.

  • 17 Sur la vie de Rigault avant la Commune, voir le récit d’un de ses détracteurs : Maxime du Camp, Le (...)

42Les blanquistes perfectionnent certaines de leurs pratiques. Sous l’influence du jeune Raoul Rigault, ils se sont dotés d’une véritable contre-police. Rigault et ses agents surveillent la Préfecture, repèrent les inspecteurs, les filent, consignent et font circuler le signalement des agents de la police politique17. Le système s’est d’ailleurs avéré très efficace. Les blanquistes, à peu près 2 500 individus, vivent dans une clandestinité à l’épreuve du regard trop curieux de la police impériale. Le danger le plus grand c’est la dénonciation, la trahison des mouchards.

43En 1870, en pleine guerre franco-prussienne, Blanqui estime le moment venu pour déclencher une émeute fatale à l’Empire : cette tentative dite « coup de la Villette » et son échec résument assez bien toute la faiblesse d’une conspiration blanquiste dans le Paris du Second Empire. Comparé au 12 mai 1839, les similitudes sont profondes : il s’agit de prendre des armes (en l’occurrence dans une caserne de pompier), d’attaquer l’autorité et espérer le renfort du peuple parisien. Le choix des lieux est révélateur : ce n’est plus le centre de Paris, mais le quartier de la Villette puis celui de Belleville qui sont le théâtre de l’action des conspirateurs. Les armes ont changé : les blanquistes sont équipés de pistolet, ce qui leur permet de se rassembler plus discrètement. Néanmoins, l’échec est complet. Les pompiers refusent de leur livrer leurs fusils. La population ne réagit pas au soulèvement, la colonne d’une centaine de sectionnaires se déplace dans l’inquiétude et l’indifférence générale. Au-delà des erreurs conjoncturelles, le temps des conspirations et insurrections populaires semble bien passé. Ce type de conspirateur, entretenant avec la ville un rapport si ambigu, se cachant en son sein tout en cherchant à en prendre possession, rencontre une victoire inattendue le 18 mars 1871, puis avec la proclamation de la Commune. Il disparaît alors dans la répression de la semaine sanglante alors que brûle la Préfecture de police, l’Hôtel de ville, ces lieux si convoités et un temps conquis.

44Ainsi, rarement une pratique politique a été à ce point indissociable de l’espace dans lequel elle se déploie. Les sociétés secrètes se pensaient comme pouvoir légitime opposé à un État s’appuyant sur la force. Or, en politique, ce qui est légitime n’a pas à se cacher. De là, les revues et parades plus ou moins spectaculaires que le pouvoir et les sociétés secrètes organisent dans les quartiers les plus contestataires. Mais la clandestinité, subie, est progressivement perfectionnée voire revendiquée par les conspirateurs. Après 1871, certains anarchistes qui ne prétendent pas incarner un pouvoir de substitution n’hésitent pas en faire l’apologie. Et on trouve sous la plume d’auteurs comme G. Darien des cris de révolte tel que celui-ci :

  • 18 George Darien, Biribi, discipline militaire, Paris, J. Martineau, 1966, [1888], p. 141.

« [...] puisqu’on a le droit de m’injurier en plein soleil et de me menacer en plein jour, j’outragerai dans l’ombre et je menacerai la nuit - quitte à frapper18 ».

Notes

1 Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle, le livre des passages, Paris, Éd. Du Cerf, 1997, [1982], 974 p.

2 Les études sur les complots et insurrections de la Monarchie de Juillet sont nombreuses. On peut signaler l’étude classique de Gabrielle Perreux, AU temps des sociétés secrètes (1830-1835), Paris, Hachette, 1931, 398 p. et aussi l’ouvrage de Jill Harsin, Barricades. The war of the Streets in Revolutionnary Paris (1830-1848), New-York, Palgrave, 2002, 417 p., qui s’appuie sur un dépouillement minutieux des archives des procès de la Cour des Pairs (Série CC des Archives narionales).

3 Lucien Delahodde, Histoire des sociétés secrètes et du parti républicain de 1830 à 1848, Paris, Julien, Lanier et Cie, 1850, p. 11 sqq. Les huit corps d’émeutes sont les étudiants, les « impuissants » (en fait les individus frustrés de réussite sociale), les « bohèmes », les ouvriers, les « gobes-mouche », les mécontents, les réfugiés politiques, les bandits.

4 Manuscrit Blanqui, BnF, Naf 9582, p. 76. Auguste Blanqui, « Instructions pour une prise d’armes », dans l’Éternité par les astres, hypothèse astronomique et autres textes. Établis et présentés par Miguel Abensour et Valentin Pelosse, Paris, Sens et Tonka, 2000, p. 111.

5 « Banquet du Bousingot », le Figaro, 26 février 1832. Ces articles sont peut-être l’œuvre de Léon Gozlan mais rien ne permet de l’affirmer avec certitude.

6 Victor Hugo, les Misérables, IVe partie, livre Ier, chapitre VI, Paris, Gallimard, Pléiade, p. 871-875.

7 Alain Faure estime à 60 % l’élément ouvrier pour les sections des Droits de l’Homme dans son article : « Mouvements populaires et mouvement ouvrier à Paris (1830-1834) », Le Mouvement Social, n° 88, juillet-septembre 1974, p. 51-92.

8 Cour des Pairs, Affaire du mois d’avril 1834, Paris, imprimerie royale, 1834, t. 1, p. 73.

9 L. Delahodde, op. cit., p. 256.

10 Dossier CC 593 de la Cour des Pairs.

11 Voir Jean-Claude Vimont, La Prison politique en France, genèse d’un mode d’incarcération spécifique, xviiie-xxe siècle, Paris, Anthropos, 1993, 503 p.

12 Ce document aurait été retrouvé dans les bureaux du Ministère des Affaires étrangères au moment de la Révolution de Février. Il s’intitulait « Déclaration faite par Blanqui devant le ministre de l’Intérieur ». Il est paru dans la Revue rétrospective de J. Taschereau du 31 mars 1848 au moment où Blanqui était au sommet de sa popularité et apparaissait comme la principale opposition révolutionnaire au Gouvernement provisoire. Les faits qu’il contient sont crédibles, sauf sur quelques points que Blanqui dénonça dans une réponse qui parut peu après.

13 Sur cette insurrection, voir l’article de Claude Latta dans Blanqui et les Blanquistes, Paris, SEDES, 1986, 292 p. et Maurice Dommanget, Auguste Blanqui, des origines à la Révolution de 1848, premiers combats, premières prisons, Paris, Mouton, 1969, 352 p.

14 Les Procès des sociétés secrètes. L’attentat Quénisset, 13 septembre 1841, Paris, EDHIS, 1989, t. III, p. 7.

15 Didier Nourrisson, Le Buveur du xix siècle, Paris, Albin Michel, 1990, p. 206.

16 Le complot de l’opéra comique organisé par des étudiants Parisiens en 1853 vise avant tout à assassiner l’Empereur.

17 Sur la vie de Rigault avant la Commune, voir le récit d’un de ses détracteurs : Maxime du Camp, Les Convulsions de Paris, t. 1, Paris, Hachette, 5e édition, 1881, p. 46 sqq.

18 George Darien, Biribi, discipline militaire, Paris, J. Martineau, 1966, [1888], p. 141.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540