Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

João Guimarães Rosa

 | 
Rita Olivieri-Godet
, 
Luciana Wrege-Rassier

Présentation

Rita Olivieri-Godet et Luciana Wrege-Rassier

Texte intégral

1L’impact de l’œuvre de l’écrivain João Guimarães Rosa sur le processus de rénovation des formes littéraires dépasse très largement les frontières du Brésil, pays d’où il est originaire. Le caractère radicalement novateur de la production de cet auteur majeur de la tradition littéraire universelle va de pair avec une qualité esthétique exceptionnelle. À propos de son chef-d’œuvre, Grande sertão : veredas (1956), traduit en français sous le titre de Diadorim, l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, prix Nobel de littérature, déclare qu’il s’agit « d’une des œuvres les plus formellement abouties du siècle ».

2En 2008, la littérature brésilienne a commémoré le centenaire de la naissance de João Guimarães Rosa. Au Brésil et ailleurs, de nombreuses manifestations ont rendu hommage à cet écrivain. Cet ouvrage rassemble une sélection de textes issus du colloque international João Guimarães Rosa (1908-2008) : mémoire et imaginaire du sertão-monde, organisé par l’axe de recherche PRIPLAP (Pôle de recherche interuniversitaire sur les pays de langue portugaise) de l’ERIMIT – Équipe de recherches interlangues « Mémoires, Identités, Territoires » (EA 4327) de l’université Rennes 2, qui a eu lieu en octobre 2008. Premier recueil critique, en langue française, exclusivement consacré à João Guimarães Rosa, cette publication fait le point sur sa production, à partir des multiples approches critiques qu’inspire cette œuvre foisonnante. Présentées par des spécialistes universitaires, français et étrangers, les contributions ici réunies explorent les grandes lignes des études critiques sur l’auteur. Cet ouvrage n’aurait pas pu voir le jour sans le réseau de collaboration tissé par l’ERIMIT avec des universités brésiliennes et européennes.

3Ce livre revisite l’œuvre de Rosa et l’imaginaire du sertão – « un lieu de la taille du monde ». Il conduira le lecteur par les veredas d’une œuvre aussi surprenante qu’insaisissable en l’aidant à trouver des repères par rapport à ce lieu et à l’espace imaginaire qu’il inaugure :

  • 1 . Nogueira Galvão W. et Carelli M., « Guimarães Rosa : la magie du verbe », in : Le roman brésilien (...)

En somme qu’est-ce que le sertão, sujet et titre du livre de Guimarães Rosa, de celui de Euclides da Cunha, et bien d’autres ? Comme point de départ, le sertão désigne une zone vaste et illimitée de l’intérieur du Brésil, le noyau du pays. Ses caractéristiques physiques sont variables, bien que la notion de sécheresse soit dominante : il y a aussi des pâturages naturels le long des rives luxuriantes des fleuves et des minuscules rivières appelées veredas, qui cisèlent le sertão. Dans cette diversité, l’unité est donnée par la présence constante des bovins et par la pratique de l’élevage extensif, tel qu’il est défini dès la première page du roman Diadorim de João Guimarães Rosa1.

4Cet ouvrage est structuré autour de trois grands axes de réflexion. Une première partie, Sertão, sertões, monde : lectures de l’œuvre de João Guimarães Rosa, regroupe la plupart des textes. Les exégèses aident le lecteur à pénétrer dans l’univers d’une œuvre incontournable de la littérature du XXe siècle. Elles s’ouvrent à des approches critiques plurielles centrées sur les rapports mémoire, territoire et identité, ainsi que sur le dialogue que l’œuvre de Rosa instaure avec la tradition littéraire et philosophique.

5La deuxième partie, Création, permanence et innovation dans les formes de représentation littéraires et esthétiques du sertão regroupe des travaux qui explorent l’imaginaire du sertão dans la littérature brésilienne tout en précisant son parcours historique tandis qu’une troisième partie, Réception, traduction et rayonnement de l’œuvre de Rosa, centrée sur sa réception, examine son héritage actuel au Brésil et ailleurs. La résonance de l’œuvre de l’auteur brésilien peut-être évaluée par le dialogue qu’elle continue à établir au sein d’une nouvelle génération d’écrivains et avec d’autres formes d’expression artistique. Dans cette dernière partie, il est également question des problèmes concernant la traduction d’une œuvre fondée sur l’expérience matérielle du langage.

6L’ensemble de ces contributions critiques constitue un guide indispensable pour le lecteur qui veut s’aventurer à traverser le territoire imprévisible de l’œuvre de João Guimarães Rosa.

7Le travail de révision des textes a été réalisé par Luciana Wrege-Rassier, Christine Leroy, Brigitte Thiérion et Rita Olivieri-Godet.

Notes

1 . Nogueira Galvão W. et Carelli M., « Guimarães Rosa : la magie du verbe », in : Le roman brésilien : une littérature anthropophage au XXe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 97-118.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540