Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Deuxième partie. Figures de la clandestinité urbaine

Code de l'honneur et amour clandestin dans le « Tout-Paris » de la première moitié du xix siècle

Paula Cossart

Entrées d'index

Mots clés :

marginalité

Géographique :

France

Texte intégral

1Le 26 juillet 1824, Aimé Guyet de Fernex écrit à Adèle Schunck :

« quel supplice [...] quand j'ai vu partir cette maudite voiture. Il me semblait qu'on m'avait pris ma place à côté de toi, et que c'était moi qui devais t'emmener. Pourquoi ne puis-je pas te montrer au monde, me parer de ton amour aux yeux de l'univers, te prodiguer sans contrainte les témoignages de ma tendresse » !

2Le 9 décembre 1825, Adèle écrit à Aimé :

« La vie que je mène m'est odieuse. Toujours se cacher est un martyre continuel. Je te vois tous les jours, et ne te vois jamais assez. »

3La liaison adultère d'Adèle et Aimé débute en juin 1824.

  • 1 Expression qu'emploie Adèle (lettre du 5-6 août 1836).
  • 2 Quelques rares allusions : le 7 mars 1827, Adèle écrit : « l'amour veut être inquiété il n'en est (...)

4On le voit, dès les commencements de leur relation, le fait d'être séparés, de ne pas occuper près de l'autre la place que l'on devrait avoir, le fait de devoir se cacher et de travestit aussi continuellement ses sentiments, le fait tout simplement de ne pas être « libres de s'aimer1 » leur cause des souffrances quotidiennes. Leur condition d'amants clandestins n'est pas un choix, et Adèle comme Aimé n'évoquent que rarement l'existence de plaisirs qu'ils pourraient tirer du caractère secret et interdit de leurs rencontres2. Malgré cela, c'est pendant vingt-cinq ans, de 1824 à 1849, que les deux amants poursuivent leur relation illégitime et qu'ils la dissimulent aux yeux des autres.

5Un quart de siècle de secret, qui s'explique notamment par le fait qu'Adèle et Aimé parviennent à faire de la clandestinité non pas seulement quelque chose de négatif, un obstacle à leur amour, mais quelque chose de positif, le signe de son exceptionnelle sincérité. La clandestinité au sens de ce qui ne peut pas être connu de la société, de ce qui doit demeurer enfermé dans le secret, reste toujours vécue comme un malheur, car elle les empêche de s'aimer librement. Par contre, la clandestinité au sens de ce qui n'est pas reconnu par une société hypocrite, de ce qui va à l'encontre des normes qui fondent sa soi-disant morale, est, elle, valorisée par les deux amants, car elle témoignerait de l'authenticité de leurs sentiments. Retournement d'un handicap en une richesse, dont témoignent les mille cinq cents lettres qu'Adèle et Aimé se sont échangées pendant leur liaison.

  • 3 Archives de Paris/26 W/Pièces déposées au greffe du Tribunal Civil de la Seine, xviie-xxe siècles.

6Cette intense correspondance croisée, je l'ai retrouvée, encore intacte, dans les deux boîtes où Aimé l'avait lui-même précieusement conservée jusqu'à sa mort3. Sur le couvercle de l'une d'elles, il a inscrit sa volonté :

« Après moi. Ce carton et la boîte en bois (1829-1845) devront être remis tels quels à Madame Schunck. C'est un soin pour lequel je me repose principalement sur ma fille Aglaé. Septembre 1857. »

7Mais lorsqu'Aimé meurt, en mars 1871, avant Adèle, les lettres ne sont pas rendues à celle-ci.

  • 4 Avec les lettres, se trouvent quelques autres papiers appartenant à Adèle. Ceci m'a longtemps fait (...)

8De fait, trouvées au moment de l'opération de scellés à son domicile, elles sont déposées au greffe du tribunal civil de la Seine, pour ne plus le quitter, sinon pour rejoindre les Archives de Paris4. Ainsi en décide le juge, après avoir découvert la nature des papiers qui se trouvent dans les deux boîtes :

  • 5 Extrait des minutes du greffe du Tribunal Civil de 1re Instance du département de la Seine, 7 sept (...)

« Attendu que les dits papiers sont pour la plupart, de nature à porter atteinte à l'honneur et à la considération de diverses personnes nous disons que le tout restera déposé au greffe jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné5. »

  • 6 Vingt-cinq ans d'amours adultères. Correspondance sentimentale d'Adèle Schunck et d'Aimé Guyet de (...)

9Le secret a donc été préservé, au nom de la sauvegarde de l'honneur, même après la disparition des deux amants. Depuis, j'ai publié une partie de leur correspondance, non sans devoir m'interroger sur la légitimité d'une publication brisant un secret si bien et si longtemps gardé6.

10Si les lettres d'Adèle et Aimé sont un des principaux lieux de leur clandestinité, c'est notamment parce que le xixe siècle est marqué par la revendication du droit au secret de la correspondance.

  • 7 Michelle Perrot, « Le secret de la correspondance au xixe siècle », dans Mireille Bossis (dir.), L (...)
  • 8 Cécile Dauphin, « Pour une histoire de la correspondance familiale », Romantisme, n° 90, 4e trim. (...)

11Comme l'écrit Michelle Perrot, celle-ci est double : il s'agit d'abord de « protéger la correspondance du regard insidieux de l'État » ; mais « le secret de la correspondance apparaît [aussi] comme un droit de la personne, revendiqué au besoin contre le totalitarisme familial et patriarcal7 ». De cette meilleure garantie du secret de la lettre, doit être rapprochée l'évolution de la façon de s'y exprimer, et notamment la libération progressive de l'énonciation des sentiments. Cécile Dauphin note ainsi qu'« il semble que la conquête du secret a pu libérer l'expression personnelle dans la correspondance8 ».

12L'amour d'Adèle et Aimé est illégitime parce qu'Adèle est mariée, depuis 1812, à Philippe Henri Schunck, âgé d'une trentaine d'années de plus qu'elle. Ce n'est manifestement pas un mariage d'amour. Le 26 septembre 1827, Adèle écrit à Aimé :

« Je t'ai raconté toutes les circonstances qui ont précédé et suivi mon mariage. Tout a concouru à cette époque pour détruire mon bonheur. J'ai vu tout en noir. »

  • 9 Cf. AD Seine-Saint-Denis/CXXXVII/66 : Contrat de mariage, Saint-Denis, 23 décembre 1811. Article 3 (...)

13Adèle est aussi mère d'un petit garçon, Charles, qui a douze ans lorsque débute la liaison de sa mère. Une hypothèse – que je ne fais pas dans la préface de l'anthologie de leurs lettres, mais qui semble de plus en plus probable – serait que le fils d'Adèle ne soit pas de son mari. De fait, sa naissance semble avoir suivi de près leur mariage. Il est vraisemblable qu'Adèle soit tombée enceinte et que ses parents l'aient alors mariée par convenance à Philippe Henri Schunck. Celui-ci, divorcé en 1802, sans enfants, résidait alors chez les patents d'Adèle, et contrairement à elle, il n'avait à l'époque pas de fortune personnelle9. Aimé, lui, est père de trois petites filles ; mais il est veuf, puisque sa femme, Aimée, est morte en août 1820 en mettant au monde la troisième de ses filles. En 1824, lorsque leur liaison débute, Adèle et Aimé ont tous les deux un peu plus de trente ans.

  • 10 Sur la naissance de cette expression, voir Anne Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du (...)
  • 11 Pour une description de ce salon, cf. Pierre Joigneaux, Souvenirs historiques, Paris, Marpon et Fl (...)

14Adèle, son mari, et peut-être dans une moindre mesure, Aimé, sans être des aristocrates ni de grandes célébrités, appartiennent au « Tout-Paris » qui se structure alors, à cet ensemble de quelques centaines de personnes du « monde » parisien10. Le couple Schunck est lié à la fois au milieu artistique, celui des peintres notamment – dans la seconde moitié du siècle, Adèle tient un salon chez elle, réunissant une fois par semaine des artistes et des gens de lettres11 – et au monde de la Cour. Jusqu'en 1830, Adèle est attachée à la Maison du duc de Bordeaux, le fils posthume du duc de Berry, et de sa sœur, Louise Marie-Thérèse. Son service se fait au château des Tuileries, mais elle doit aussi parfois suivre la cour à Saint-Cloud, qui s'y déplace pour les beaux jours. Après la Révolution, et le départ de Charles X, Adèle perd sa place à la cour : elle est alors rentière, et habite chez elle à Paris, rue de Tournon.

  • 12 AN/03/629 : Dossier de demande de légion d'honneur. Notice concernant la découverte du cœur de Lou (...)

15De temps en temps, elle part faire des séjours à la campagne, sans son mari. Philippe Henri Schunck est compositeur et professeur de piano, et conservateur des tableaux de la fille de Louis XVI. Il est aussi connu comme celui qui a restitué à la famille royale les cœurs de Louis XIII et Louis XIV, qui avaient été retirés de l'église Saint-Paul-Saint-Louis sous la Révolution12. Aimé, lui, enseigne en classe de seconde et de rhétorique dans plusieurs collèges royaux, comme celui de Louis-le-Grand, et il dirige parallèlement une institution d'enseignement secondaire, située au numéro 282 de la rue Saint-Jacques, à Paris, où il réside aussi avec sa mère et ses filles. C'est à ces divers titres d'enseignant qu'Aimé sera chargé par Adèle et son mari, à différents moments de sa scolarité, d'assister leur fils, Charles. Et c'est ainsi qu'il a rencontré Adèle.

Code de l'honneur et préservation du secret

Amants ou époux clandestins ?

16Dans le Paris de la première moitié du xixe siècle, un code de l'honneur strict gouverne la bourgeoisie, dont le respect de l'institution matrimoniale est l'une des composantes fondamentales. « Au nom des droits de la femme et dans une littérature qui divinisait la passion, le mariage a subi de rudes attaques à l'époque romantique », écrit Adeline Daumard ; mais elle ajoute que « le mariage restait pourtant une institution essentielle, un des fondements de la famille et de la société » :

  • 13 Adeline Daumard, « Affaire, amour, affection : le mariage dans la société bourgeoise au xixe siècl (...)

« Dans la bourgeoisie, grande ou petite, dans l'aristocratie, le mariage était avant tout un "établissement". Jusqu'en 1914, et bien au-delà, le mariage et lui seul assurait à la femme une position dans le monde13. »

17Le souci de sauvegarder son honneur explique en grande partie qu'Adèle ne quitte pas son mari, qu'elle ne demande pas la séparation de corps (le divorce est impossible depuis la loi du 8 mai 1816). En effet, en cela, les amants ne sont pas tant motivés par une crainte de blesser le mari d'Adèle ou leurs enfants : ce qui les soucie, c'est la peut de perdre l'estime sociale.

  • 14 William M. Reddy, The invisible code : Honor and sentiment in postrevolutionary France, 1815-1848,(...)
  • 15 François de Singly, « Fidélité et infidélité », Sciences Humaines, n° 20, août-septembre 1992, p. (...)

18Comme l'a montré William Reddy, ce code de l'honneur est essentiellement un code des apparences, un code qui repose sur une culture du secret. « Il était attendu des hommes comme des femmes qu'ils dissimulent les infractions sérieuses aux bonnes mœurs14. » Il veut donc surtout que l'on évite le scandale public. Les individus ne modifient pas nécessairement leur conduite pour des questions d'honneur, mais ils s'efforcent de maintenir leurs écarts cachés dans la clandestinité. Adèle et Aimé vont ainsi toujours prendre garde à organiser soigneusement leurs rencontres de façon à ne pas se faire prendre, à ne pas être découverts. C'est d'abord cela qui fait de leur amour un amour clandestin : le fait qu'il ne peut pas être montré au grand jour. Ceci est bien sûr encore renforcé par le fait qu'« au xixe siècle, si l'infidélité masculine est plutôt tolérée, ce n'est pas le cas pour la femme dont la sexualité est l'objet de toutes les attentions », comme l'écrit François de Singly15. En 1810, le Code pénal, qui « définit [l'adultère] comme une atteinte à l'ordre et à l'institution familiale », ainsi que le rappelle Anne-Marie Sohn, « fixe un cadre qui sanctionne plus lourdement l'épouse que le mari fautif » :

  • 16 Anne-Marie Sohn, Chrysalides - Femmes dans la vie privée, xixe-xxe siècles, t. 2, Paris, Publicati (...)

« l'épouse adultère et son complice sont punis d'une peine de trois mois à deux ans de prison16 ».

19Adèle et Aimé sont contraints de se cacher.

  • 17 Ce que je développe dans : « Conjugaliser l'adultère : la liaison de deux amants parisiens, Adèle (...)

20Ils ne se voient toutefois pas comme des amants clandestins, mais comme des époux clandestins. Leurs lettres révèlent en effet qu'ils se considèrent explicitement comme mari et femme, et cherchent à se comporter comme tels17. En attendant de pouvoir un jour officialiser leur union – le mari d'Adèle n'est plus tout jeune – les deux amants s'estiment liés par un engagement qui n'aurait tien à envier au lien matrimonial. Le 12 avril 1830, Adèle parle de leur relation comme d'une « union presque sainte », et se demande :

« Qu'y manque-t-il au fait ? Le marmotage d'un homme dont le cœur serait peut-être moins pur que le nôtre. Le tems (sic) ne nous reste-t-il pas pour ratifier cette union aux yeux de ce monde auquel on sacrifie tout, qui juge, absout, condamne, sans avoir le droit de le faire. Ne serai-je pas ta femme, si je crois, en sondant ma conscience, pouvoir dire à tous ces indifférents que tu es l'homme de mon choix, que je suis ta femme. Que leur importe mon Aimé, et pourquoi leur dire. Il semble que lorsqu'ils le savent, et que l'intermédiaire entre Dieu et les pauvres humains s'en mêle, il semble déjà que l'amour s'envole comme si le devoir seul devait suffire et qu'il n'eut plus rien à faire. »

  • 18 Au moment où Adèle écrit, amour et mariage sont loin d'être associés. Ce n'est que « dans la secon (...)

21Idée sur laquelle ils insistent, et qui leur permet de ne plus avoir à rougir de leur liaison : seule la société, hypocrite, qualifie leur amour d'« adultère » et les oblige à se cacher. Pour eux, leur union a tout d'un mariage, mais d'un vrai mariage, fondé sur la sincérité de l'amour. Le mariage tel que reconnu par la société unit souvent des gens qui ne s'aiment pas, il n'est qu'une façade. Leur mariage à eux repose sur les seuls, les vrais, sentiments18.

22La clandestinité peut donc être perçue de deux façons. Comme ce qui ne doit pas être vu, pas être connu, par la société, et qui oblige Adèle et Aimé à se voir en se cachant : c'est pour eux quelque chose de négatif, de douloureux.

23Mais la clandestinité est aussi ce qui n'est pas reconnu par la société, ce qui fait que le lien d'Adèle et d'Aimé n'est pas un vrai mariage aux yeux de la société, alors même que leur union est bien plus pure. Le secret engendre ainsi un sentiment d'exceptionnalité, une valorisation du sentiment réel, intérieur, qui repose sur un rejet d'une société où les apparences servent de base au jugement, un rejet des normes morales qu'elle révère.

24Le fait d'être contraints à la clandestinité soude encore plus les amants, comme s'ils étaient seuls au monde, contre tous. Ce n'est pas parce qu'elle est imposée – par la loi et, surtout, par les normes de la respectabilité sociale – que la clandestinité en serait seulement négative : les lettres d'Adèle et Aimé la font apparaître aussi comme un réel instrument d'identité.

25Le clandestin peut être obligé de s'exclure de la société, mais ce faisant il peut aussi être amené à valoriser ce qui le différencie des autres. L'interdit est retourné à des fins identitaires.

-L'obsession du secret

  • 19 Cf. lettre d'Adèle, 20 mai 1831 : « Nous l'avons échappée belle hier qu'en dis-tu ? Ne faut-il pas (...)

26Mais Adèle et Aimé doivent avant tout se cacher. Les deux amants sont obsédés par la préservation du secret, par l'attachement à une grande prudence. Fréquemment, ils s'alarment en imaginant que leur liaison pourrait être découverte, et disent l'avoir « échappée belle19 ». Ils redoublent alors de précautions dans l'organisation de leurs rencontres – comme dans leurs échanges de lettres. Les signes de ce souci de la prudence abondent dans leur correspondance. « O, ma bien aimée péchons toujours par excès de précautions », écrit Aimé le 6 juillet 1824 ; « La prudence doit l'emporter sur le plaisir », écrit Adèle le 17 janvier 1826.

27Le code de l'honneur comme code des apparences, du secret, pèse d'autant plus lourd sur eux qu'ils appartiennent à ce « Tout-Paris » déjà évoqué. Ils ne sont pas de parfaits anonymes ; ce sont des personnages assez connus, qui peuvent donc être reconnus, et qui sont de surcroît parfois surveillés. Le 30 novembre 1825, Adèle écrit ainsi à Aimé :

« Je suis toujours si tourmentée par la crainte d'être reconnue. »

28Adèle se méfie en particulier de son entourage à la Cour, qui ne perdrait pas une occasion de la perdre. Elle craint surtout le regard de la gouvernante, Madame de Gontaut, qui serait jalouse d'elle. Elle écrit ainsi plusieurs fois à Aimé que l'on parle derrière le dos des gens et qu'il faut donc toujours se méfier. « Ce pays est fertile en noirceurs de tous genres, le mieux c'est que l'on ne s'occupe de vous ni en bien, ni en mal », écrit-elle le 29 décembre 1829. Ou encore, le 26 juin 1830, après avoir donné à Aimé des conseils de prudence pour venir la voir :

« Il faut, mon ange, que je redouble de vigilance pour n'être pas en faute dans ce moment, car on aimerait bien m'y prendre. [...] Songe que je suis détestée de la Gouvernante et qu'elle saisirait avec avidité l'occasion de me chagriner. »

29Cette notoriété et cette surveillance compliquent l'organisation des rencontres des deux amants. Ils arrivent cependant à se voir au moins une fois par semaine, et souvent tous les jours. Le 11 juin 1836, Adèle peut ainsi écrire à Aimé : « deux jours sans vous voir sont une espèce de torture ». Leurs rendez-vous sont généralement fixés par lettre, au moins la veille. Il arrive toutefois souvent qu'Adèle fasse transmettre à Aimé des petits mots lui indiquant un lieu où la retrouver immédiatement : « Je suis à votre porte » (16 septembre 1824) ; « Je vous attends. Venez de suite » (18 septembre 1824). C'est toujours Adèle qui fixe le moment et la forme des rencontres : Aimé s'en remet complètement à elle pour toute décision sur ce point. Adèle doit juger des risques pris, car s'ils manquaient de prudence, c'est son honneur qui serait mis le plus directement en péril. « Veux-tu venir ? Veux-tu que j'aille te trouver ? Choisis et ordonne », écrit ainsi Aimé, le 6 mars 1827. « Tu sais que je suis à tes ordres, j'obéirai avec joie », lui dit-il similairement, après lui avoir proposé des rendez-vous possibles, le 30 juillet de la même année.

Différents espaces urbains : appropriation des lieux et négation de la clandestinité

Les « promenades sentimentales » dans les rues de Paris

  • 20 Cf. Lettre d'Adèle, 18 janvier 1829 : « A demain donc à 2 heures et demie rue d'est en plein vent. (...)

30Quels sont alors les lieux que les amants ont choisis pour se voir ? Le plus souvent, c'est dans les rues de Paris que se retrouvent Adèle et Aimé, pour des « promenades sentimentales » : c'est l'expression qu'ils emploient parfois20. Ils ne paraissent pas particulièrement se cacher lors de ces promenades, ni choisir des lieux déserts. En témoigne ce qu'Aimé écrit à Adèle, le 11 octobre 1832, alors que leur liaison dure depuis 8 ans :

« Je crois en vérité que nous avons parcouru bras dessus bras dessous toute la ville, les lieux les plus fréquentés comme les plus déserts. »

31La principale précaution qu'ils prennent, c'est de ne pas se donner rendez-vous plusieurs jours de suite dans la même rue. Le 5 janvier 1827, Adèle écrit à Aimé :

« je t'engage à venir demain à 2 heures sur le quai du pont royal des Tuileries au guichet du Louvre que nous prenons ordinairement pouf rentrer dans le carrousel ; parce que je crains que nous finissions par être remarqués rue de Rivoli ».

32La localisation de leurs lieux de rendez-vous fixés par lettres révèle que les amants quadrillent surtout deux quartiers, qui sont des quartiers familiers, proches de leurs lieux de résidence : premier quartier, celui qui relie la maison d'Aimé, rue Saint-Jacques, et la maison d'Adèle rue de Tournon ; second quartier, les rues qui entourent le palais des Tuileries, où réside Adèle une partie du temps jusqu'en 1831. À cela s'ajoutent quelques lieux de rendez-vous entre les deux quartiers, sur le chemin des Tuileries à chez Aimé, essentiellement sur l'île de la Cité : quai de l'horloge, quai aux fleurs, pont Notre-Dame, rue du Harlay... Ces promenades, en plein air, dépendent du temps qu'il fait, même si les amants les pratiquent hiver comme été. Le 7 mars 1827, Adèle écrit : « le tems est bien contraire à nos rendez-vous et à nos promenades ». Le 23 novembre de la même année, elle dit à Aimé que leurs « rendez-vous en plein air ne sont pas de saison » car le temps est « abominable ». De surcroît, lorsqu'il fait mauvais et qu'elle travaille à la Cour, Adèle perd sa liberté, puisque les princes restent au château. Le 3 mars 1827, elle écrit ainsi :

« J'allais partir, mon Aimé. J'étais bottée et la pluie me force à rentrer dans mon donjon. Mademoiselle est sortie mais elle peut rentrer. »

33Et Aimé lui répond, le 6 mars :

« Je ne songeais pas qu'en fait de beau tems, les princesses sont plus difficiles que les amants. »

  • 21 Paris, ses curiosités et ses environs. Guide des étrangers, Paris, M. Charles, 1850.

34Lorsque le temps leur est trop défavorable pour se promener à pied, ou lorsque les deux amants redoutent d'être vus, ils passent parfois une heure à se promener en voiture, en fiacre, à l'abri de la pluie et du froid, et à l'abri des regards. Un guide touristique de la ville de 1850 précise que « ces voitures se trouvent sur tous les points de Paris, à des endroits qu'on nomme stations, sur les places et près des monuments importants21 ». C'est en général l'un des deux amants qui prend le fiacre, puis qui fait monter l'autre plus loin.

  • 22 Hypothèse qui a été à raison suggérée lors de la discussion qui a suivi la présentation de ce trav (...)

35Il semble ainsi que la ville, pourtant lieu de surveillance, soit aussi suffisamment dense pour en devenir relativement anonyme. On peut aussi faire l'hypothèse que les deux amants puissent être parfois aperçus ensemble par des connaissances, sans que le scandale n'éclate pour autant, qu'il existerait donc un seuil de tolérance face aux conduites déviantes22. Ceci ne remet pas en cause la force du code de l'honneur comme code des apparences, mais laisse supposer qu'il ne faut simplement pas que les conduites enfreignant les normes sociales soient trop visibles. Pour ce qui est de Philippe Henri Schunck, il est certain qu'il a parfois de forts soupçons quant à la fidélité de sa femme, mais il ne provoque pourtant jamais de scandale ouvert et ne fait jamais de reproches explicites à Adèle. Car il est aussi dans son intérêt de fermer les yeux.

  • 23 W. M. Reddy, The invisible code, op. cit., p. 72.
  • 24 L'expression est de Michelle Perrot. Cf. « Drames et conflits familiaux », dans P. Ariès et G. Dub (...)

36De fait, écrit Reddy, les individus devaient dissimuler les infractions aux bonnes mœurs « qu'ils en soient l'auteur ou que ces infractions soient commises par leurs époux ou proches. Ne pas le faire, c'était dégrader son propre honneur, car l'honneur était un état collectif, familial23 » : la sphère du secret protégé pour la défense de l'honneur dépasse donc les deux amants. Si Schunck se tait, c'est donc avant tout parce que le déshonneur qui s'ensuivrait ne se limiterait pas à la seule Adèle. Il affecterait le « capital symbolique d'honneur24 » de toute sa famille : le sien aussi, donc.

Des lieux de rencontre privés mais risqués

37On pourrait penser que les amants prennent plus de risques à se rencontrer ainsi dans les rues de Paris plutôt que dans un lieu privé. Il n'en est rien : c'est au contraire quand ils se retrouvent chez l'un ou chez l'autre qu'Adèle et Aimé courent le plus de risques, car il est difficile dans un cas comme dans l'autre de le faire sans être vus. Adèle vient assez souvent chez Aimé. Elle y va parfois avec le prétexte de voir son fils, quand celui-ci est interne dans l'établissement d'Aimé, parfois avec le prétexte de rendre visite à la mère ou aux filles d'Aimé, et souvent, sans prétexte.

38Mais elle hésite à y aller trop régulièrement, par crainte d'y croiser son mari ou son fils, alors qu'elle n'aurait pas annoncé cette visite, de finir par être reconnue par les élèves, qui la voient faire des allers-retours fréquents, et de ce que peuvent dire ou penser les filles d'Aimé. Le 24 septembre 1826, elle écrit ainsi :

« Est-il possible que tant de monde garde le silence sur mes allées et venues, et tes filles que l'on fera taire dix fois devront-elles se taire une onzième ? Ensuite tes élèves qui rodent sans cesse dans les cours, et qui voyent entrer forcément tout le monde, ne sauront-ils pas qui je suis ? »

39Aimé s'en inquiète moins ; et il semble qu'il préférerait parfois voir Adèle chez lui plutôt que dans la rue. Ainsi, alors qu'elle revient à Paris après un long séjour à la campagne, le 15 novembre 1832, il lui écrit :

« Je suis dévoré de désir de te revoir. J'aimerais mieux te voir mercredi que jeudi, et mardi que mercredi ; j'aimerais mieux te voir chez moi qu'ailleurs ; tout cela est inutile à te dire, car tu le sais parfaitement. »

40Les risques pris ne sont pas moindres quand Aimé vient voir Adèle. Je n'ai pas trouvé de lettre qui témoigne de visites chez elle, dans son appartement.

  • 25 Cf. La lettre d'Adèle, 9 juillet 1825 : « vois si tu peux risquer un voyage nocturne. [...] si tu (...)

41Par contre, jusqu'en 1830, il vient souvent la voir à la Cour, où il la retrouve dans sa chambre, aux Tuileries ou à Saint-Cloud. Il arrive, même si c'est rare, qu'il y passe la nuit, quand Adèle n'est pas retenue aux côtés de la princesse, qu'elle a réussi à renvoyer sa soubrette, et qu'Aimé parvient à trouver une excuse pour justifier son absence auprès de ses proches25.

  • 26 Lettre du 6 juillet 1825 (soir).
  • 27 Lettre du 7 juillet 1825.

42Adèle multiplie dans ce cas les conseils de prudence, comme pour cette visite que doit lui faire Aimé en juillet 1825. Elle lui signale, dans trois lettres successives, qu'« un garde d'honneur reste à [sa] porte » la nuit26, et qu'elle a de l'autre côté « un voisin dont [elle] entend tous les mouvements », et lui recommande alors d'« éviter de tousser27 » :

  • 28 Lettre du 9 juillet 1825.

« le duc de Hévis a couché dans sa chambre et on entend tout ce qui se fait : réponds-tu de ne pas tousser. Non ? en ce cas je crois qu'il est plus sage de rester chez toi28 ».

43Le lieu privé le plus sûr où Adèle et Aimé se soient retrouvés, c'est un appartement, probablement loué, qui abrite plusieurs de leurs rendez-vous pendant la première année de leur liaison : il est situé près de chez Aimé, au 115 de la rue d'Enfer. Le 29 décembre 1824, Adèle écrit à Aimé :

« Viens à une heure et demie au n° 115. Restes-y jusqu'à 2 heures J'espère que ça ne sera pas vainement. J'ai oublié ma clef, je le crois, car je ne l'ai plus retrouvée dans mon sac, elle est sans doute restée sur le canapé. »

44En 1824, plusieurs billets fixent ainsi des rendez-vous « au numéro 115 », « au 115 »... 115 devient presque leur nombre fétiche : le 30 juillet 1827, Aimé parle de 115 bouteilles de Chateauneuf-du-Pape, et évoque ce « nombre chéri qui souvent a fait battre nos cœurs ». Mais ils ont dû rendre cet appartement, et le 30 septembre 1825, Aimé écrit : « Hélas, j'ai bien des fois regretté notre cher 115 ! » Ils ont alors en effet perdu le seul lieu qui était vraiment à eux.

Faire entrer les lieux de la clandestinité dans « le grand répertoire de [leurs] souvenirs »

  • 29 Cf. lettre d'Adèle, 16 juin 1825.
  • 30 Cf. lettre d'Adèle, 30 mai 1826.

45Le rapport d'Adèle et d'Aimé aux lieux où ils se rencontrent est marqué par leur volonté de se les approprier : même, voire surtout, quand il s'agit de lieux publics, ils vont chercher à les rendre familiers, et ce, semble-t-il, en partie afin d'oublier leur condition d'amants clandestins, afin d'effacer ce qui témoigne de leur enfermement dans le secret. Pour ne pas que les lieux où ils se retrouvent soient étrangers, peu accueillants, ils vont les faire entrer dans ce qu'ils appellent joliment « le grand répertoire de [leurs] souvenirs29 », ou les « annales de [leur] cœur30 ». En retournant aux mêmes endroits, où même par le seul fait d'y avoir été ensemble une fois, Adèle et Aimé font de certains lieux des dépositaires de la mémoire de leur amour. Ils y impriment d'ailleurs parfois véritablement leur marque, leur « chiffre » : de grands « A », qu'ils gravent sur les arbres, sur les bancs. Aimé en donne la signification dans une lettre du 24 septembre 1828 :

« Tu n'as remarqué qu'un A sur l'arbre, mon trésor ? Tu ne sais donc pas que cet A signifie Aimé quand tu le regardes, et que mes yeux y voyent Adèle ? Quand nous sommes ensemble, il ne signifie plus ni l'un ni l'autre, il veut dire souvenir d'Amour éternel. »

46Ces lieux deviennent ainsi leurs lieux, leurs maisons, et ils n'aiment pas s'y retrouver en compagnie d'autres personnes :

47« Il est des lieux consacrés par nous qui semblent nous appartenir et un tiers y joue un mauvais rôle », écrit Adèle le 2 août 1836. Par contre, si l'un où l'autre s'y retrouve seul, ces lieux lui permettent de sentir la présence de l'autre, et de réduire ainsi par la pensée son éloignement. Adèle aime ainsi qu'Aimé « consacre » par sa présence les différentes chambres où elle réside à la Cour. Après qu'il soit venu la voit à Saint-Cloud, elle écrit, le 14 juin 1825 :

« Ma chambre a été consacrée par ta présence, tu en as pris possession enfin, et mille souvenirs peuvent maintenant y assaillir mon cœur. [...] Ton image adorée me suit partout, mais j'éprouve un charme indescriptible à occuper la place que tu as occupée. De ma fenêtre, je vois l'arbre sur lequel tu étais appuyé lorsque je t'ai fait signe de me venir trouver. Ton ombre erre sous les arbres que nous avons admirés. »

48Aimé envie à Adèle ces chambres qui ne sont qu'à elle, et où elle peut laisser tout intact après le passage de celui qu'elle aime. Ainsi, le 16 septembre 1826, il lui écrit :

« tu es plus heureuse que moi : rien ici ne nous appartient uniquement ; la trace de tes pas est effacée par mille pieds importuns. J'ai beau laisser à la même place le siège que tu viens de quitter, la moindre circonstance m'oblige à le déranger bientôt ; là-bas tout reste à la même place ».

Le rêve romantique de la sincérité rurale : fuir les contraintes de la clandestinité urbaine

La ville comme lieu de mensonge

  • 31 Il est fait directement référence dans les lettres d'Adèle et Aimé aux romans - en particulier épi (...)

49Les deux amants répètent souvent que l'amour a le pouvoir de rendre beaux et chers à leur mémoire tous les endroits où ils ont été ensemble : « tous les lieux que nous avons parcourus depuis 3 ans nous offrent le même bonheur », écrit Adèle le 25 mai 1827. Pourtant, celle-ci surtout, rêve fréquemment de fuir le mensonge quotidien qu'est sa vie à la ville et à la Cour, pour aller se réfugier dans la nature, à la campagne. Aurait de la sincérité rurale, qui est une thématique classique de la littérature romantique, en plein essor pendant la période de la liaison d'Adèle et d'Aimé – déjà les auteurs préromantiques de la fin du xviiie siècle avaient largement développé les thèmes qui allaient être dominants à partit des années 182031.

  • 32 Lettre du 25 mai 1825.
  • 33 Lettre du 24 juin 1824.
  • 34 Lettre du 19 mai 1829.

50La ville, surtout pour Adèle, est le lieu du mensonge. À la ville, que ce soit chez elle où à la Cour, Adèle décrit son existence comme une vie où, constamment, elle doit « jouer un rôle32 », une vie où elle doit toujours avoir « le sourire aux lèvres33 », une vie où elle doit « faire l'aimable à droite et à gauche34 ». Dans ce monde, Adèle est donc sans cesse en représentation. Elle ne peut dire ce qu'elle pense, elle ne peut exprimer ce qu'elle ressent, elle ne peut montrer qui elle est. Toujours, elle doit tenir le rôle d'une femme sans problème, celui de l'épouse fidèle de Philippe Henri Schunck. Et sa relation conjugale, qui est faite de très peu de moments d'intimité, devient ainsi elle-même aussi une fonction sociale, une position que l'on se doit de tenir, et non pas une relation affective. Ceci est encore renforcé par le fait que les deux amants ne font entrer que peu de monde dans leur secret : la meilleure amie d'Adèle, Cécile, n'est mise au courant qu'au bout de plusieurs mois, en décembre 1824, quand Adèle a besoin de son aide après avoir découvert qu'elle est tombée enceinte de son amant. Plus tard, elle fera entrer sa mère dans la confidence, qui lui rendra alors parfois des services, comme par exemple de porter discrètement des lettres à Aimé.

51Mais ce ne sont pas seulement les deux amants qui doivent jouer un rôle. Dans leurs lettres, c'est toute la société parisienne qui est désignée comme hypocrite, comme superficielle, et qui est accusée de stimuler la fausseté des hommes. De sa lecture des écrits de Rousseau, Adèle a gardé la certitude que la vie en société a gâté l'homme en lui faisant perdre sa bonté naturelle. Sa conduite est désormais motivée par l'intérêt. Idées qu'Aimé partage : « un seul sentiment domine tous les autres, l'intérêt personnel, l'intérêt ce vil roi de la terre qui modifie, qui altère, qui détruit toutes les affections les plus douces et les plus légitimes », affirme-t-il le 10 février 1829. Et c'est seulement dans cette société fausse que leur amour est sali en se voyant qualifié d'adultère.

La campagne : la nature qui s'oppose à la clandestinité

52Après la chute de la Cour des Bourbons, Adèle qui se trouve libre de son temps, va partir régulièrement faire des séjours dans la campagne proche de Paris, chez des cousins, des amis, à Fontainebleau, à Montfort l'Amaury dans les Yvelines, à Villeroy dans l'Essonne. Et à chaque fois elle exprime dans ses lettres le sentiment qu'elle est à sa place au milieu de la nature, là où l'on n'a pas à faire semblant, là où l'on peut être soi-même. Ce n'est pas la petite ville qu'elle aime : elle a au contraire des mots durs pour celle-ci, comme dans cette lettre du 11 juillet 1834 où elle dit de Montfort l'Amaury que, « c'est la petite ville dans toute son essence, et toute cette petite colonie se déchire et se mord à belles dents ». Ce qu'aime Adèle, c'est la proximité de la nature, au milieu de laquelle elle part faire de longues promenades.

  • 35 Sur les correspondances encre état du ciel et de l'âme, voir notamment Alain Corbin, Le ciel et la (...)
  • 36 Lettre du 8 juillet 1824.

53C'est un thème classique de l'amour romantique, et que l'on retrouve dans les lettres : l'idée que l'on découvre sa véritable nature dans la passion, qu'un amour passionnel ne peut feindre, et oblige les amants à se dévoiler complètement. La passion permettrait d'être soi-même, et d'entrer ainsi en harmonie avec la nature. Conviction indissociable d'un attachement à la nature elle-même. Pour les amants, les plus belles choses de ce monde ne sont pas le produit de l'intelligence, de l'imagination et de l'adresse humaine. Elles se trouvent dans la nature. La nature est une amie pour les amants, qui entretient des rapports avec l'âme humaine, qui se conforme à leurs sentiments, qui est en harmonie avec eux. Adèle trouve très souvent dans l'observation de la nature un lien avec ce qu'elle ressent, un écho pour son âme. Ces humeurs semblent ainsi souvent suivre les variations du temps qu'il fait, et qui sont plus frappantes à la campagne qu'à Paris : « Je trouve une sorte de rapprochement entre mes sensations et le tems », écrit-elle le 30 mai 182635. Et puis si la nature est une amie, c'est aussi parce que ce sont les lieux naturels qui sont les meilleurs gardiens de la mémoire de l'amour : la nature se renouvelle toujours, et permet donc de lutter contre l'angoisse de la fuite du temps rapportée au caractère éphémère de l'amour. L'idée que « rien n'est éternel36 » hante en effet les lettres d'Adèle. Elle va alors faire de certains lieux naturels, des arbres surtout, les dépositaires de leurs souvenirs, de leur mémoire amoureuse. Le 6 octobre 1826, en regardant les bois de Saint-Cloud, où elle s'est tant promenée avec Aimé, Adèle écrit :

« Puisse notre tendresse renaître chaque année comme cette verdure. »

54Lorsque s'achèvent ces séjours à la campagne, Adèle craint son retour à Paris, ville qui ne l'attire que parce qu'Aimé y vit. Elle développe alors dans ses lettres l'idée qu'un jour, lorsqu'ils n'auront plus à se cachet, elle vivra avec Aimé loin de la ville. Lorsqu'ils pourront être eux-mêmes, arrête ! de jouer un rôle, c'est la nature, la campagne qui les accueillera. Et la campagne s'oppose alors directement à la clandestinité. Depuis Montfort, le 28 août 1837 elle écrit :

« La campagne a de grands attraits pour moi, et je t'assure, mon ami, qu'il serait doux d'y passer ensemble la moitié de l'année. »

55Depuis Fontainebleau, le 7 juillet 1844, elle dit similairement à Aimé :

« C'est une délicieuse chose que la campagne dans la belle saison : j'espère bien un jour m'y reposer dans un petit tout petit ermitage, et vous y offrir à mon tour mes œufs frais et une jolie petite chambre. »

56« Aimé, nous ne mourrons pas à Paris », décide-t-elle le 18 juillet 1834. C'est à Paris qu'Adèle est morte, chez elle, le 9 janvier 1880.

Les bois, espace intermédiaire entre la ville et la campagne

57Adèle et Aimé se sont souvent réfugiés dans un espace intermédiaire entre la ville et la campagne : les parcs, mais surtout les bois. J'ai dit qu'ils se retrouvaient souvent au Luxembourg ; mais dans ce jardin, la nature est trop domestiquée par les hommes, et l'on ne peut pas s'y cacher. C'est un espace qui se rattache plutôt à la ville, comme le jardin des Tuileries, et comme les rues de Paris. C'est donc surtout dans les bois que les deux amants aiment se rencontrer : au bois de Boulogne, au bois de Meudon... « Les bois me rappellent toujours de doux souvenirs, et certains souvenirs me font tressaillir », écrit Adèle le 24 octobre 1832. Les bois sont un lieu essentiel de la clandestinité pour Adèle et Aimé, celui qui permet peut-être le mieux de résoudre la tension entre ville et campagne.

58Parmi ces bois, celui de Boulogne occupe une place à part dans « le grand répertoire de [leurs] souvenirs ». En effet, il semble que ce soit là qu'Adèle s'est « donnée » à Aimé, comme elle dit, la première fois. Le 26 mars 1825, alors qu'elle s'apprête à aller au bois de Boulogne, Adèle écrit :

« je penserai à ces délicieuses promenades que nous avons faites ensemble. T'en souviens-t-il ? Mon cœur tressaille en pensant à la première. Elle a décidé de ma vie entière. Aimé, j'espère n'avoir jamais à pleurer sur ce que je t'ai donné et sur ce que je t'ai juré ».

59En 1827, le 31 juillet, elle se réfère similairement à une nuit passée avec lui au bois de Boulogne :

« lorsque tu étais près de moi au bois de Boulogne, que tu en appelais à ma générosité et que je me livrais à toi comme on marche au supplice ».

60D'autres rendez-vous nocturnes y auraient suivi ce premier. Aimé, le 20 septembre 1829 parle de « ce rendez-vous du 7 juillet 1824 au bois de Boulogne d'où je ne sortis qu'à minuit ». Et, le 4 août 1836 serait l'anniversaire d'un jour où Adèle serait venue « [le] rejoindre dans le bois de Boulogne au clair de la lune ».

  • 37 Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Éditions de Minuit, 1997, vol (...)

61Reste à dire la frustration ressentie lorsque l'on recherche, aujourd'hui, des traces de ces lieux qui ont marqué les rencontres clandestines d'Adèle et d'Aimé. D'abord parce que le Paris de cette première moitié du xixe siècle est bien différent de celui que l'on connaît aujourd'hui. Le tracé des rues a été modifié, et plusieurs de celles où se rencontraient souvent les deux amants n'existent plus : la rue d'Enfer notamment, où ils avaient leur cher « 115 », ou la rue d'Est, englobées dans l'actuel boulevard Saint-Michel... Le pavillon qu'habitait Aimé, au 282 de la rue Saint-Jacques, a lui été détruit en 195837. Quant aux châteaux où a résidé Adèle avec la Cour – le château de Saint-Cloud et le Palais des Tuileries – ils ont tous deux été ravagés par les flammes en 1870 et 1871, et leurs vestiges ont été rasés.

Notes

1 Expression qu'emploie Adèle (lettre du 5-6 août 1836).

2 Quelques rares allusions : le 7 mars 1827, Adèle écrit : « l'amour veut être inquiété il n'en est que plus vif. Qu'en dis-tu Aimé ? Le baiser conjugal vaut-il celui de deux Amans (sic) séparés depuis... mettons seulement quatre jours » ? ; le 23 juin 1827, Aimé parle de ces « quelques doux baisers qui semblent plus doux quand ils sont pris à la barbe des Athéniens ».

3 Archives de Paris/26 W/Pièces déposées au greffe du Tribunal Civil de la Seine, xviie-xxe siècles.

4 Avec les lettres, se trouvent quelques autres papiers appartenant à Adèle. Ceci m'a longtemps fait supposer à tort que c'était au moment de son décès à elle que les papiers avaient abouti au greffe, c'est-à-dire que le souhait d'Aimé avait été respecté, et qu'à sa mort, la correspondance avait bel et bien été remise à Adèle.

5 Extrait des minutes du greffe du Tribunal Civil de 1re Instance du département de la Seine, 7 septembre 1871, agrafé à l'inventaire après décès d'Aimé du 23 août 1871. Cf. AN/MC/ET/XC/808.

6 Vingt-cinq ans d'amours adultères. Correspondance sentimentale d'Adèle Schunck et d'Aimé Guyet de Fernex. 1824-1849, Paris, Fayard, 2005, 517 p.

7 Michelle Perrot, « Le secret de la correspondance au xixe siècle », dans Mireille Bossis (dir.), L'épistolarité à travers les siècles. Geste de communication et/ou d'écriture. Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 1990, p. 184-188. Sur cette question, voir aussi : Danièle Poublan, « Affaires et passions. Des lettres parisiennes au milieu du xixe siècle », dans Roger Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 389-390.

8 Cécile Dauphin, « Pour une histoire de la correspondance familiale », Romantisme, n° 90, 4e trim. 1995, p. 89. Selon Marie-Claire Grassi, une « lente évolution parcourt l'écriture épistolaire jusqu'à cette période charnière 1770-1820 où se met en place une nouvelle expression des sentiments caractérisée par le lyrisme confidentiel ». Cf. « Des lettres qui parlent d'amour », Romantisme, n° 68, 2e trim., 1990, p. 23. Sur cette évolution, du même auteur, voir aussi : L'art de la lettre au temps de La Nouvelle Héloïse et du Romantisme, Genève, Slatkine, 1994, p. 199-223.

9 Cf. AD Seine-Saint-Denis/CXXXVII/66 : Contrat de mariage, Saint-Denis, 23 décembre 1811. Article 3 : « Le futur époux déclare ne posséder autre chose que son talent et ses habits, linges et hardes à son usage. » L'acte de naissance de Charles et l'acte de mariage de ses parents, que je n'ai pu retrouver, ont peut-être été détruits lors de l'incendie de l'hôtel de ville et du palais de justice en mai 1871.

10 Sur la naissance de cette expression, voir Anne Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris : 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. 96-97.

11 Pour une description de ce salon, cf. Pierre Joigneaux, Souvenirs historiques, Paris, Marpon et Flammarion, 1891, t. 1, p. 84-85.

12 AN/03/629 : Dossier de demande de légion d'honneur. Notice concernant la découverte du cœur de Louis XIII et de Louis XIV, Paris, 15 juin 1822. Voir aussi Gaston Lenôtre, Versailles au temps des rois, Paris, Grasset, 1934, p. 281 -287 ; Marie-Claude Chaudronnet et Alain Pougetoux, « Les collections princières sous la Restauration », Revue de la société d'histoire de la Restauration et de la Monarchie constitutionnelle, 1989, n° 3, p. 34-35.

13 Adeline Daumard, « Affaire, amour, affection : le mariage dans la société bourgeoise au xixe siècle », Romantisme, 1990, p. 33-34.

14 William M. Reddy, The invisible code : Honor and sentiment in postrevolutionary France, 1815-1848, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 72.

15 François de Singly, « Fidélité et infidélité », Sciences Humaines, n° 20, août-septembre 1992, p. 36.

16 Anne-Marie Sohn, Chrysalides - Femmes dans la vie privée, xixe-xxe siècles, t. 2, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 909-910. Sur cette question, voir aussi Laure Adler, Secrets d'alcôve. Histoire du couple, 1830-1930, Paris, Éditions Complexe, 1990, p. 133-182.

17 Ce que je développe dans : « Conjugaliser l'adultère : la liaison de deux amants parisiens, Adèle Schunck et Aimé Guyet de Fernex (1824-1849) », French Politics, Culture & Society, vol. 19, n° 2, été 2001, p. 43-63. L'expression « conjugaliser l'adultère » vient d'une discussion avec Eric Fassin, qui a dirigé mon mémoire de DEA, Littérature romantique et expression épistolaire du sentiment amoureux adultère au début du xixe siècle. Étude de la correspondance entre Adèle Schunck et Aimé Guyet de Fernex (1824-1849), ENS/EHESS, 1999.

18 Au moment où Adèle écrit, amour et mariage sont loin d'être associés. Ce n'est que « dans la seconde moitié du xixe siècle, [que] de plus en plus nombreux sont ceux qui souhaitent faire coïncider l'alliance et l'amour, le mariage et le bonheur ». Cf. Michelle Perrot, « Figures et rôles », dans Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4 : « De la Révolution à la Grande Guerre », Paris, Seuil, 1999, p. 125.

19 Cf. lettre d'Adèle, 20 mai 1831 : « Nous l'avons échappée belle hier qu'en dis-tu ? Ne faut-il pas se méfier de tout ? »

20 Cf. Lettre d'Adèle, 18 janvier 1829 : « A demain donc à 2 heures et demie rue d'est en plein vent. Le tems (sic) est peu agréable pour les promenades sentimentales. » Adèle appelle aussi « la promenade sentimentale » ou le « voyage sentimental » le chemin qui la mène de son lieu de résidence à celui d'Aimé (le 25 janvier 1827 ; 21 janvier 1829 [...]).

21 Paris, ses curiosités et ses environs. Guide des étrangers, Paris, M. Charles, 1850.

22 Hypothèse qui a été à raison suggérée lors de la discussion qui a suivi la présentation de ce travail au colloque.

23 W. M. Reddy, The invisible code, op. cit., p. 72.

24 L'expression est de Michelle Perrot. Cf. « Drames et conflits familiaux », dans P. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4, op. cit., p. 247.

25 Cf. La lettre d'Adèle, 9 juillet 1825 : « vois si tu peux risquer un voyage nocturne. [...] si tu peux feindre d'aller à la campagne, viens ».

26 Lettre du 6 juillet 1825 (soir).

27 Lettre du 7 juillet 1825.

28 Lettre du 9 juillet 1825.

29 Cf. lettre d'Adèle, 16 juin 1825.

30 Cf. lettre d'Adèle, 30 mai 1826.

31 Il est fait directement référence dans les lettres d'Adèle et Aimé aux romans - en particulier épistolaires - qui ont marqué le courant littéraire romantique : La Nouvelle Héloïse de Rousseau (1761), Les souffrances du jeune Werther de Goethe (1774, trad. 1776, éd. remaniée 1782), Clarisse Harlowe de Samuel Richardson (1747-1748, trad. 1755)... Sur les thèmes classiques du romantisme retrouvés dans la correspondance des deux amants, cf. : Paula Cossart, « Usages de la rhétorique romantique. L'expression épistolaire du sentiment amoureux adultère (1824-1849) », Sociétés et Représentations, n° 13, avril 2002, p. 151-164.

32 Lettre du 25 mai 1825.

33 Lettre du 24 juin 1824.

34 Lettre du 19 mai 1829.

35 Sur les correspondances encre état du ciel et de l'âme, voir notamment Alain Corbin, Le ciel et la mer, Paris, Bayard, 2005, p. 7-46.

36 Lettre du 8 juillet 1824.

37 Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Éditions de Minuit, 1997, vol. 2, p. 447.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540