Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Troisième partie. L'étoffe du dramaturge : portraits, autoportraits

En marge du théâtre d’Anouilh : marge ou « cœur battant » ?

Sylvie Jouanny

Résumé

Que nous apprennent sur Anouilh ces préfaces, articles de circonstances, textes divers réunis dans cet ouvrage En marge de l’œuvre d’Anouilh ? Bien peu, sauf à y lire de plus près, à confronter ces textes entre eux et à les mettre en rapport avec l’œuvre. S’y révèle alors une approche subjective du monde et un imaginaire de l’origine, qui travaille toute l’œuvre. Dans cette mythologie personnelle, on découvre comment le passé, toujours susceptible de faire renaître l’enfance et la beauté, suscite une poétique de la naissance, sous la forme du surgissement. Chemin faisant, on comprend de l’intérieur, le travail privilégié sur le mythe et ses virtualités : chez Anouilh, l’enfance ne veut pas mourir.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Commémorer la naissance d’un écrivain, ce n’est pas seulement analyser littérairement une œuvre. C’est aussi s’intéresser à cette humanité particulière qui lui a donné naissance, et tâcher de comprendre, non de prétendus déterminismes de la vie sur l’œuvre, mais un imaginaire et des mécanismes en jeu dans l’écriture. Dans cette recherche de l’homme, Anouilh n’aide guère son lecteur. La critique regrette qu’il ait laissé peu de témoignages sur sa vie : à peine quelques traits, ici et là, rappellent-ils des éléments de la vie de l’auteur, ou du moins quelques « ressemblances », comme le dit Jacqueline Blancart-Cassou1. De même, sur son œuvre : nulle préface, sauf pour le petit recueil de Fables, quelques lignes sous le titre « Avertissement hypocrite » : « Je n’aime pas beaucoup les préfaces ; elles témoignent généralement d’une mauvaise conscience et je me suis astreint à n’en jamais écrire », confie-t-il à L’Avant-Scène (15 janvier 1967)2. Il préfère l’objectivité phénoménologique d...

Auteur

Université Paris-Est Créteil

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540