Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Troisième partie. L'étoffe du dramaturge : portraits, autoportraits

Un auteur politiquement incorrect

Jeanyves Guérin

Résumé

En 1944, Anouilh est encore le grand espoir du théâtre d’art. Après cette date, il multiplie les attaques contre les idéaux et conceptions politiques de la gauche. Dans ses pièces costumées, dans ses pièces grinçantes et encore dans ses pièces farceuses, il ressasse inlassablement ses ressentiments et ses phobies. L’épuration de 1944 et les séquelles de Mai 68 lui fournissent des sujets qui, s’ils le font honnir des intellectuels qu’il brocarde férocement, lui valent les applaudissements de son public.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Anouilh a fait jouer quatre pièces sous l’occupation. Il a donné cinq textes à Aujourd’hui – précisons : au journal d’Henri Jeanson, pas à celui de Georges Suarez – et un texte à La Gerbe. Ce sont des textes anodins, inutiles au fond. Comme beaucoup d’auteurs, il ne s’est guère soucié de leur contexte. Léocadia a même paru dans Je suis partout. Non seulement il n’a pas été inquiété à la Libération, mais la conjoncture lui a profité. Il est l’un des grands bénéficiaires des années noires. Son ambiguïté a servi et va encore servir longtemps son Antigone1. À l’époque, la critique associe volontiers cette pièce et Caligula. Dix ans plus tard, notre auteur subit les foudres des critiques : il n’est qu’un fieffé réactionnaire, pis un fasciste. Qu’est-ce qui, dans son œuvre, explique ces jugements sans appel ? Pour tenter de répondre à cette question, on étudiera d’abord la représentation de l’épuration et de la révolution dans les « pièces costumées », puis celle du peuple et des intellec...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540