Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Deuxième partie. Dentelles et ficelles : la dramaturgie sous toutes les coutures

De la période « secrète » à la période « farceuse » : le dernier tournant de l’œuvre de Jean Anouilh

Jacqueline Blancart-Cassou

Résumé

Après quelques années de silence, Jean Anouilh retrouve la scène en 1968, avec une inspiration renouvelée. Désormais, il s’incarne dans son personnage central. Au cours de la période « secrète », le reste du monde est vu par les yeux de ce personnage ; ses souvenirs et ses rêves se matérialisent et occupent la scène ; en peu de temps et parfois sans se déplacer, il peut revoir toute sa vie, notamment le drame qui a marqué son enfance. Au cours de la période « farceuse » qui succède, tout se passe dans le présent ; le protagoniste est vu de l’extérieur, comme les comparses, et parfois ridiculisé ; Anouilh oppose ce « réactionnaire » à un entourage incarnant la société moderne, dont il fait la satire. Ces deux manières, annoncées dans son œuvre antérieure, sont alors résolument cultivées, l’une sous l’influence du roman et du théâtre contemporains, l’autre devant une évolution politique et sociale qu’il réprouve.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Anouilh n’accordait qu’une valeur très relative aux titres qu’il choisissait pour les recueils de ses œuvres. Il l’a avoué, « cela ne correspond en réalité à rien du tout »1 ; de fait, si le titre d’un volume signale une tonalité commune des pièces qu’il contient, on pourrait aussi bien classer ailleurs telle d’entre elles, pour quelque autre aspect qui la caractérise. L’auteur a pourtant expliqué le choix du titre Pièces secrètes donné à son avant-dernier tome : « Dans une certaine mesure, elles disent quelque chose de moi qui est plus personnel et moins extérieur2. » Mais s’il en est bien ainsi, les pièces réunies dans ce livre ne sont pas les premières à mériter un tel titre ; il suffit de parcourir les œuvres d’Anouilh dans l’ordre chronologique de leur composition pour découvrir que toute une période de sa carrière offre le même genre de révélations, et peut donc être qualifiée de « secrète ». Sur quoi, par une curieuse volte-face, l’auteur emprunte une voie tout opposée, ...

Auteur

Université Paris Nord –Villetaneuse Paris 13

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540