Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Deuxième partie. Dentelles et ficelles : la dramaturgie sous toutes les coutures

Jean Anouilh, librettiste de ballet : La forme théâtrale à l’épreuve de la danse

Delphine Vernozy

Résumé

S’intéresser aux livrets de ballet de Jean Anouilh revient à s’interroger sur cette compétence paradoxale qui semble éloigner l’écrivain de la littérature et le dramaturge du jeu verbal, en faisant de l’écriture un outil au service d’un spectacle chorégraphique. Or, les textes pour la danse de Jean Anouilh entretiennent des liens étroits avec son théâtre et ses fables, portant la trace d’une préoccupation formelle qui traverse toute l’œuvre, au-delà de la ligne de fracture qui sépare le théâtre parlé du ballet muet. Dans le silence de la danse, c’est bien sûr la forme dramatique que Jean Anouilh continue de travailler, une forme condensée, dénuée de répliques, servant peut-être d’horizon fantasmatique au théâtre, mais aussi de modèle et de laboratoire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un article de 1960 intitulé « Cadeau de Jean Cocteau », Jean Anouilh propose un récit de sa vocation de dramaturge, une vocation frappante en ce qu’elle emprunterait les chemins détournés du ballet. Ce serait en effet la lecture du livret des Mariés de la Tour Eiffel de Jean Cocteau, représentés en 1921, qui aurait joué le rôle de révélateur :

Dès les premières répliques quelque chose fondit en moi : un bloc de glace transparent et infranchissable qui me barrait la route. Tout se remit en ordre […] Jean Cocteau venait de me faire un cadeau somptueux et frivole : il venait de me donner la poésie du théâtre1.

Certes, Les Mariés de la Tour Eiffel sont à mi-chemin entre le texte dramatique et l’argument chorégraphique. D’une part, Jean Cocteau a pris soin d’apposer le sous-titre « ballet satirique » – de fait c’est la troupe des Ballets suédois de Rolf de Maré qui a interprété la pièce –, d’autre part la danse, mêlée de pantomime, est accompagnée par les voix de deux acteurs déguisés...

Auteur

Université Paris-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540