Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Deuxième partie. Dentelles et ficelles : la dramaturgie sous toutes les coutures

Dramaturge grinçant et historien fâcheux

Sur Pauvre Bitos de Jean Anouilh

Benoît Barut

Résumé

En 1956, Pauvre Bitos a fait scandale. Plus de cinquante plus tard, la pièce continue de faire grincer des dents car le discours politique qui y est déployé repose sur une dramaturgie hautement dérangeante qui fait toujours son office. Brillante et costumée, cette pièce constitue en réalité le véritable début du grincement systématique. L’étude des sources historiographiques et de leur détournement ainsi que l’analyse des métaphores obsédantes (le simulacre, le retour du même, le dessèchement/décharnement, etc.) qui sous-tendent la vision historique d’Anouilh permettront de préciser ce que grincer veut dire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On m’a traité de “fachiste”. C. H. Ce qui est un mot moderne, commode, qui ne veut absolument rien dire et qui doit probablement venir de “fâcheux”. Et si tu prends le Littré, tu peux y lire (je l’ai appris par cœur) : “Fâcheux : homme importun, incommode et dont la présence embarrasse.” […] Hé bien, je suis un fâcheux ! Et je vais être digne de ma réputation1. »

Pour Anouilh, la décennie 1944-1955 est celle de la consécration. Il est l’auteur qui rafle la mise dans sa « niche », à savoir la zone où le théâtre d’art rencontre le théâtre de divertissement. Sans pour autant abandonner toute prétention à une certaine hauteur de ton, il abandonne peu à peu la couleur noire qui fut longtemps sa favorite et propose désormais des comédies de salon originales, réinventées – une comédie d’art, si l’on veut – et cette tonalité comique le distingue des autres gagnants de la période, plus sérieux ou considérés tels (Claudel, Montherlant mais aussi Camus et Sartre). En outre, contrairement à ce...

Auteur

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540